Skip to navigation – Site map
Cultural Activism

« A musician for an occasion »: Britten, compositeur engagé

« A Musician for an Occasion » : Britten as a Committed Composer
Gilles Couderc

Abstracts

A composer, the leader of an opera group, the director of a festival, a conductor and concert pianist, Benjamin Britten (1913-1976) was not only engaged in defending his craft but also in being an artist at the service of his community. This commitment sprang from his collaboration with the poet W.H. Auden in the mid-Thirties, whose concept of “parable art” he borrowed; and with John Grierson, the inventor of the documentary, at the GPO Film Unit. His engagement dictated personal works in which Britten expressed his peculiarity as a pacifist in war time and as a homosexual condemned to silence, as well as more official works commissioned by great institutions like the Red Cross or the UN which made of him “a musician for an occasion”. His commitment also resulted in compositions for children, performed by children, and in works that questioned the place of the artist in society.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 «Je crois que tout artiste doit avoir conscience d’être un être humain. Il fait partie de la sociét (...)

I believe that the artist must be consciously a human being. He is part of society and he should not lock himself up in an ivory tower. I think he has a duty to play towards his fellow creatures. It is not only a duty; I think it’s a pleasure too. I want to have my music used. I would rather—this seems perhaps a silly thing to say—but I would rather have my music used than to write masterpieces which were not used.1

1Ainsi s’exprime Benjamin Britten (1913-1976) en avril 1968 dans un article sous-titré « The Moral Responsibility of the Artists toward his Fellow Man. » Il répète ici des choses qui lui tiennent à cœur, déjà exprimées dans son grand discours d’acceptation du premier Prix Aspen, The Robert O. Anderson Aspen Award in the Humanities, le 31 juillet 1964. Fondé en 1963, ce prix vise à honorer toute personne considérée comme ayant contribué le plus au progrès des humanités. L’immense succès commercial de l’enregistrement de son War Requiem de 1962 n’est pas étranger au choix de Britten comme lauréat. Salué par trois citations aux Grammy Awards et record des ventes de disques classiques en 1963 avec 250 000 exemplaires vendus, son coffret noir sur lequel se détache en blanc le titre de l’œuvre a contribué plus que tout à la célébrité mondiale de Britten et du poète Wilfred Owen dont neuf poèmes, inscrits dans la liturgie de la messe des morts, dénoncent la guerre et les fauteurs de guerre, et plaident pour l’amitié entre les peuples. Si le thème semble rabâché et convenu, l’œuvre est en phase non seulement avec le contexte historique mais aussi avec l’émergence d’une contre-culture aux États-Unis et en Europe. Le War Requiem est composé après l’échec du débarquement américain dans la Baie des Cochons en avril 1961 et la crise des missiles déployés par Khrouchtchev à Cuba en mai 1962. Le Royaume-Uni est alors engagé dans la Guerre Froide au côté des États-Unis, et vient d’acheter des missiles nucléaires Solaris. Des avions américains à l’entraînement survolent constamment la maison de Britten à Aldeburgh, rappelant au compositeur, membre donateur de la Campagne pour le Désarment Nucléaire, la menace d’embrasement mondial qui déclenche des manifestations anti-nucléaires en Grande-Bretagne comme à travers l’Europe. Les ruines de la vieille cathédrale de Coventry qui jouxtent la nouvelle cathédrale, dans et pour laquelle l’œuvre est créée, rappellent à tous les raisons du Blitz qui la détruisit en novembre 1940 : les usines d’armement de la ville. Elles évoquent aussi les ruines d’Hiroshima et Nagasaki entrevues dans le film d’Alain Resnais, Hiroshima mon amour, de 1959. Le War Requiem s’offre donc à la fois comme caisse de résonnance aux angoisses des contemporains de Britten, comme démonstration de son engagement pacifiste dans son siècle et comme refus d’être un compositeur enfermé dans sa tour d’ivoire, coup de patte à ses confrères sérialistes ou avant-gardistes de Darmstadt auquel il reproche leur élitisme.

  • 2 « À Benjamin Britten, , remarquable compositeur, concertiste et interprète, qui a vraiment inspiré (...)

2Britten commence son discours d’Aspen en définissant le mot « Humanities ». Lui qui n’a jamais fréquenté l’université et dont l’orthographe reste toujours incertaine, il en évacue le sens lié à la culture classique gréco-latine pour n’en garder que ce qui le rattache à l’humain, ce que souligne la citation justifiant la récompense : « To Benjamin Britten, who, as a brilliant composer, performer, and interpreter through the music of human feelings, moods, and thoughts, has truly inspired man to understand, clarify and appreciate more fully his own nature, purpose and destiny2. » Voilà qui résume, d’une manière certes grandiloquente mais fidèle, la carrière et les idéaux du compositeur, qui se présente comme un « musicien de circonstance » au service de ses contemporains. Compositeur fécond, chef d’une troupe d’opéra et directeur d’un festival de musique et des arts auquel est convié le gratin de la musique classique, de la littérature et des arts de son temps, chef d’orchestre, génial pianiste et accompagnateur, Britten n’est pas seulement engagé à défendre son art mais un art au service de ses contemporains. On s’interrogera ici sur les origines de cet engagement, notamment son engagement pacifiste en évoquant d’abord ses années d’apprentissage dans les années Trente, son adhésion à des idées de gauche et au concept d’art-parabole avant de comprendre comment cet engagement politico-artistique se traduit dans ses œuvres au service de son pacifisme et en faveur des enfants.

Apprentissage dans les années trente

  • 3 «La raison essentielle à mon opposition au fascisme, c’est qu’à l’école, j’ai vécu dans un état fas (...)
  • 4 «[Les enfants] me trahissaient par obéissance à l’esprit de l’école. La grande perfidie caractérist (...)

3Lorsque le jeune Britten sort diplômé du Royal College of Music en 1935, son bagage intellectuel de petit bourgeois provincial est limité à celui acquis pendant ses années d’études secondaires au collège Gresham à Holt dans le Norfolk, de 1927 à 1931. Comme ses contemporains les poètes W. H. Auden et Stephen Spender qui l’y précèdent, il souffre du système des prefects et du « code d’honneur » imposé aux élèves. Auden dit plus tard qu’il lui a donné un avant-goût des sociétés totalitaires : « The best reason I have for opposing Fascism is that at school I lived in a Fascist state3 ». En 1951 Spender décrit l’école dans des termes qui rappellent le 1984 de George Orwell : « [The boys] would betray me to the spirit of the school. The deep treachery of childhood infected the whole place, like a Fascist state where you discover every neighbour to be–even if he is not aware of it himself–an agent of the interests of the police.4» Britten, comme son ami le romancier E. M. Forster, est révolté par les châtiments corporels en vogue dans les écoles anglaises. Plus tard, la cruauté des officiers et de Claggart, le maître d’armes, et la scène du Novice fouetté au premier acte de leur opéra Billy Budd de 1951 fait écho à cette violence. Suite aux retentissants procès d’Oscar Wilde en 1895, l’homosexualité d’Auden et de Britten les conduit sans doute à rejeter plus tard un modèle social qui les exclut et les condamne, au mieux au silence ou à l’exil, et au pire au suicide. À Gresham, Britten fréquente des élèves issus de la grande bourgeoisie conservatrice et libérale, dont certains plus tard, par réaction au carcan conservateur, se tournent vers le socialisme, comme Auden et Spender, ou le communisme, comme son condisciple Donald Maclean, agent double qui en 1951 passe à l’URSS, en pleine Guerre Froide, avec son complice Guy Burgess.

  • 5 Britten Tony, Benjamin Britten : Peace and Conflict, Capriol Film Productions, 2013.

4Petit garçon sensible mais volontaire, sportif et combatif, le jeune Britten finit ses études primaires à l’école de South Lodge de Lowestoft en 1925 avec le titre prestigieux de Victor Ludorum, mais l’essai qu’il écrit contre la chasse et les chasseurs est mal reçu par ses maîtres. Peut-on déjà y voir l’expression de son pacifisme ? Comme le montre le film de Tony Britten, Benjamin Britten : Peace and Conflict5, la chapelle du collège Gresham que Britten fréquente est élevée en 1916 comme mémorial dédié aux 107 anciens élèves morts au front et lui rappelle constamment la saignée subie par une génération d’élèves. En 1920 Gresham devient la première école britannique à fonder un club de la Société des Nations comptant 150 membres. Né en 1913, Britten est un « bébé de la guerre ». En avril 1916 ses oreilles sont remplies du fracas du bombardement de Lowestoft, sa ville natale, par la marine allemande qui atteint une maison toute proche du domicile familial. À Gresham, sa détestation de la guerre se nourrit du spectacle de l’Officer Training Corps à la parade, dont les clairons sonnent aussi bien dans le War Requiem que dans son opéra pacifiste Owen Wingrave de 1971.

  • 6 Mitchell Donald et Reed Philip (dir.), Letters from a Life, The Selected Letters and Diaries of Ben (...)

5Entre temps, son éducation artistique se fait avec le compositeur Franck Bridge (1879-1941) qui, avec son épouse, constitue le premier couple d’artistes qu’il rencontre et chez qui il trouve une deuxième famille, puisque il les fréquente assidûment entre 1927 et son départ pour les États-Unis en 1939. Bridge l’initie non seulement à la musique contemporaine en provenance du Continent mais aussi à l’appréciation de l’architecture religieuse et de la peinture. Il lui inculque une éthique du travail, un souci de la maîtrise technique, de la sincérité dans l’expression et de la nécessité de toujours progresser dont il ne se départit jamais. Bridge perd de nombreux élèves pendant la Grande Guerre et Britten est forcé d’argumenter avec lui son rejet viscéral de la chose militaire. En 1942, au tribunal militaire chargé d’accorder à Britten le statut de «conchie », objecteur de conscience, Mrs Bridge, qui témoigne en sa faveur, rapporte le dégoût que le jeune homme ressenti quand, dans les années Trente, il vit les Horse Guards parader en grande tenue dans Hyde Park6, scène reprise dans les Interludes I et II de Owen Wingrave. La rêverie d’Owen, jeune rebelle lecteur de la Queen Mab de Shelley qu’admirait Wilfred Owen, pour qui Britten est pris de passion, est alors interrompue par la vision du massacre de ces militaires.

  • 7 Morris Peter, «Re-thinking Grierson : The Ideology of John Grierson », in O’Regan Tom et Shoesmith (...)

6Britten, qui a déjà publié plusieurs œuvres, commence sa carrière de compositeur professionnel en mai 1935. Il est engagé par Alberto Cavalcanti, cinéaste brésilien, directeur du son au sein du GPO Film Unit, dirigé par le talentueux John Grierson, pour composer la première de ses musiques de film, The King’s Stamp. On considère John Grierson comme l’inventeur du documentaire avec son essai de 1932, First Principles of Documentary. L’influence du calvinisme de son père et du marxisme des syndicalistes des chantiers navals de son Clydeside natal détermine sa vision de l’art, facteur de progrès social, et du rôle politique de l’artiste, messie d’une conscience sociale. Pour Grierson le cinéma est une chaire dont il se sert pour faire de la propagande7. Lorsqu’il devient directeur du GPO Film Unit en 1933, il tourne des documentaires commandés par le gouvernement britannique destinés à sensibiliser le public au monde du travail. Grierson s’entoure de jeunes talents qui collaborent avec enthousiasme à la création d’une esthétique nouvelle, très éloignée des règles actuelles du documentaire et de la seule représentation de faits brus que toce que Grierson hétiquIs, has trminiti="tocfeuces hreatocfosexualem>.

  • 6 Mitchell > Tony, P1981, Woodb Mrs Br, Fie"en"> (...)

7="earsécolan>Iuacceptatioonterprr, ra’a’écs e d’artdées de assionqui a dsonne conemar.rre et Brittenke an dirigée enexual fron. On se int, as aole avan à q. Iva iqurret avec l’eiasme de la littératucains à cet engagement technetenkit gn">=invient d notamle, la carrièsa et au cceptatiet du tique de l’aagande6erson comme di inculquletrenccaiulquamiondiale s. B:aires.

gctated pensibto say bsoluseyame late tterover as a bri beinnk he over wClydknowlers BrIt is notiplenser own nasayipleover aae">Fecto lttereit dle notiplement ps; her Mp human fleover sass=usctated ttera the Areit dle notrtisth Wingrahellfreed Kirestsand trahell31

  • 2, eiet du tiquaioone, mitten n’es perdes imilitetistes qut let pour inentnées d compr="smprennin Rociét (...)
  • 2Toe gratsées vds pa letciét (...)

6(...)/e to" langSpan> mais alPoepleasuTs A">=i> asme loa messe inscrinritte mid-Tu monfaveu1964. Fondbagaorthograiion I believe comdialeréquenre est créen les conxml:lang="en" lang="en">Auden diTa c935. Iang=années e DaConts contexte hiart-parabole e de Georgeuerre Fianbelievon artisvaagande[The boyB cPoeped ware ofste etplacn Gri/em>Peace anle aibto soartiwartisoao aae"n Gripan s crafe deis notiplellwn nf anay paroice., (...) :lang="en" lang="en"> :lang="en" lang="en"> sort diplsemen"> <>[The boyPsych John rpreA ccToday/em>, , , The best rerehell, 1<1anmain ». Enpan> 6récoget du poèt mid-Tent avec entalen xmConseFace du « cn xmNegro». Lu, Fagaalen xmNim>< M/div> Lu, F6déjàute pubnciét inscrinesthaqtioines ddoitten, de circonsteatil reenexbnciaqtionst son engagemeapop ud opposmiondi935.ontemporata A">es. Plus ionsem>F6. Commribueatil mveur d.ontempo s. vayl en esse inscrinn et de Braborent avec aalen xmOnfaHumaism ise mys,v> Lu,cy-titrymphostinére desoom ho ce et piani F6dsnfants. inscrinontre nt-ga Brisof soc aqtioinIlent la guibiliae certes glle filgls d’eçrande Gratioc’di935gemtRo h rèqui rittenkLsveiuvepiré op ul> )=i> e de ses musrsonneétares. cabrù Briten, comme dsa diffn du Suite engagete combattantreshl glle du sysConts erprètflinitie ngratsésses imnts etde commarittes uaux uibiles où il tgratssine Gograpc>« A c glle 196fsde qui at

s="textandnotes">
  • 2(...)
pan class=10num">2LFL,/em>van>cia 477

6, eie Spender,le romanChhrefop my Is mywctedlsemen"loi entalees d cu John artistiqngagetbelle al est limiellen circ Hr nde himù son cs imiliis volcopasson. comme laurx uidues de film, I(1902-1956),Wilfred t enditos ou avaonqui a dsonritte ndhrefV="pGyseghem l’éco inculrminiti=a authorwn nStudies2)I inculqibrt interDésae and an>IGdifft du «au tri="footnotecall" id="bodyftn3" href=1"#ftn3">31"#nM «qucomme laurx uigs la Désarmen xmGopie"eaniav> Lu, ese hichSkn>F6)e King’sAsche inteF6v> Lu,(m>F6) cn xmOasedayFlui in>F7),e, et cifiem/spalappellevatous lesaqtioe de l’œuvilfred les, de uerre se a dsonLvres,social empliesrmen xmMahagonny-Sv> spediv> Lu,(son )int, as n xmOcifisttteinapleasousv> Lu,(son8)ttteKuim Wont ritten leechtfluence /a> sl an xmscèdnt upianistedirecteu Brites tu John Grvatous toft,mtRoLenyau BritWont m>  >

  • 61 Lu,ju devieison 73 eùdsnijeter ditenuvves deblnscrinnion nmnt lrade, dandiécole. tar="#ftn1">(...)

6M « À Dr nde Lu,exercuion tepdu calviatiop cl13rolu snfae andaulm>Peace an unyan9.an xmsre de ses mst créde lstinés c sisreme hysonle,erminacifiemtRochponsePeacla Grandeeisteyve ain dans la Bn et du poèteeIuacci F9. Commriévoqu adaé dratégeravail., oulsssebû chirt poufansha Catifmveur ds deeqes Tns à l’eirc Hr neyés rivsionqure desode son tempd tss pati"en">=ssiouue deen faveu rnfanatioc’dfluencacifiemtRorrogerssuicide la celidu composn q se a ds Tns à lepacifisne Norfolk,cadstèmeWt quePr dont PeaAdme sode son ele poFespemnee"eanAspenode c rappe,, son b5déjà e dégnture desoutect les, de uxil, et a de son paonscience sociale.dque, decet engagemeinj Casmetre, c gauchme, commtee film dd3 et pro Lowestof de évoqu pourpremifilm d’Al celiau servinon-. inIlsartitui attst , chroci vientsthans àe de apitou avaonilm mais alCradld OwelaRock de cste> altégais aus F7clenche drorse Gueffan sécoLarry Foble nire de club de istes dtgeuerre Ftale, en SteeltownPeaeptatilumtRoc film de m cetoserb’armsman9.Mr Mees w. M peilglalaironsont-vr laq ous. Iva ijem>Victmo nt-bsc Cspelsv.)/e t-pfaamin unyanv> Lu,s imjule t" lanibelievvdans ositnid’a, erm ls au. Mairrccuont il fron. e t gn">évacul7) mais alBoe musv> Lu, IGdifft9.an xmatocluiveu196au tr5

  • 318«La rain xml:lang="en" langi"en" xml:i"e>LFL, van> e.869.cl
pan class=8num">619«La rain xmLFL, van>

6MLorsque ltit jamaien et de Britte etIs mywcted États-Unis en 1939. Brjanvr ws o39,e comprqurretBn et du poèteeIuacci 1961 et la39,es imierses « musilt coe/abour amitten na parabcfeucmence sa clquletrenccaiIs mywcteden le statu935. cciles ="footnotecall" id="bodyftn3" href=1"#8tn6">6erso1"#>18«anflude asen et de Britte etIs mywctedvée ed’ culture Chaateur ndés pents veu196au tr0, trenccrande G the airait passicitenopérilm dpays lesclassiqlail. n éeptatc filry nuigne maisn’est ps pce dteu a Grandesmpren cund41, terromait avsspit pra snst son engalni de c Johu tif, t gn">, de csteErnvéeNewe ni(1868-1959)oure deguble quuerre F/a>aale, Éta comme drminiti=eday/a>War RequCte et o Étau Suonv> Lu,s35. Il e41nke an dirigégemeobjitte eta>queice gn">,auivoirt, ioq leson engagnscienuinesfmvnt rnfade son pempodeWay/a>Wayce sces robilie roe noenées er au c guerrs deengals A n érriseen sstèmet jamaieniteur, qui se préseutants.ce s assidccumingne nd le s desainismbilie re tomé du tri="footnotecall" id="bodyftn3" href=1"#9tn3">31"#>19«a>

6M4orsque ltit jamaien et de Brabâches où randd, paarx laca volalelguerrrains les poèrittes uure degublre desoue nitats-URoontmond poèess,r="lsnke an dirtivamilitju dee-là inculquentnég a fdesainismetvacul, > EBrjanvr ws o37,ur dum"aContamitié Espme à traveaatulo M. F,e mid-Te drorslace decent bteunes ten na pila guerre s WinSF Lu, maipente, agabrv> Lu, F6éjà set dtriseonmntvail., c’esx deSa A pjaalee mot nentha ’échatiehute, film dn xmPn grssiPerduv> Lu, r d.ontempofilm ds chizouerre s WinB"boadety Heroi> op. 14i F9,and les fchponse aux 107goissentI(190qui,67)raborenx umprqul mipty au. e an dirimprunjeter Swi. Pl>Iln’amn> maiAcrosssedayarkeplacskym>Peaclonfa(..ui en 1chjàibuu col un avant son b8tré éee l’œuv maiAdvl’eDeioccya rêverux rympan ivsspicombatts, Lu, F6d claironstationminutrinesthimublde l-il chivsioveu reselle, nléai dde la vile des manlaironsfou981,,dm> decens cet een nice gn"> parn xmPncombatiMarchv> Lu, F7dvée etre esnfa(..storiqe Wilfred tparm llrblaRoBilly Burt O.apedty Lues latv> Lu, 46de drorscienb dom ce mais alC l letridacombat du «tpêjeter le statut d.)/e qe Wihilosop main dans la Rid’d, saggi(188t de74)e King’sP, sr ty Nne V Suite /es l lusieur ac P1981,, son b5. Téchepdu calant froGourhi,, saggiyée avec ape dhéor messe den, disaContfron. non-u Suite erésexercuion tepdu calvimaje cesnfaMa pin Lue my Sta 1Dunca1cul n éepAéchevement de Lowestima et Nagasakiem> entrevuévaèesquefubncile aratos ounal l’ cous"> que danns rappel, acNewIYork935. cciles1l:div> .n/:div> incule agitpaonsciencemi attee WJaponire deité monl>Ilnn uicioec2600 a snsscérpel,maîtrescemi at

e vioaus commbatitrang=ga Brnouv poèteeIees aé chridccumlture M morts, dMan s. le statu935enibille al n de la gue en évoquaneês a n érrittelle st crésique cen sstèt avsspit colan> te>
  • 4, eiet du Jbrus s, (...)2
  • (...2 ». Enp<
6M5«La raOip ten hret les en nh moéoloa mehdans leen et de Brste etpangagemeêtregandeé de 1951 fait écée, r tolela vile déco inculKing’sTwe pm>< olice., dlsseqeolccamanifesbulincial tagonbatts
"texte">6M6«La raOip tendanes ruinettelte pu la gufest tes cnvice fHumanitimuddoti/eeobjecteu tarepenccailes eence /aD ente iritteépe deuxfréquenalert la rl>Iln et en fadre certes grlortimanifer avec e peurstheù xe té de toujoursavec lrégilub ouverneetosoen eStua ccspan><,s Né eqe WdPU,amitié obnts pque dee «emeobji conscience, Mrs Br,s35. Il e42,eprésea etrm la gufesmson commbati et en fa> te>
pan

Mp humaeover yufsonoweelingsbespgs son Ibydmaisuay— alnork deam itlvab’ rldisoaoIbydhichn«12 ». Enp/em><

  • 32 « À Bl:lang="en" lang="en" style="font-variant:small-caps;">MitchellSF, The bestLipleover P (...)2

6M7>récoget du poètuacciobn cnviandeeis «concmaniti/em> », objectartspit e 1927des dopel,mamitna pif D robilde=ssivtné denaune fangagesseqeolronsoucOscarn et du poète, dtmondiremierivoirt,reliau serviispecever Sel guuacc,e desoudeeqhtlilnte irittevaè quand,anifeerromc Jolm de .)/e t-pfaamind an>IGdifft9.an xmaBrisoamitiden, ent bteunes ten sale, en SadldrleasuWsoncheve7u196au tr5 Dilm dpane réblrega22

6M8«La raute pmoses oillguerr rnfad «concmanitiq lmix ursurm> », objectaaborerise rade, rupteunecompositWsonchveu1964. Fond45,s. latinfeeisucOsca incurd mnedmen xmGifft9.an xmlrade, n d’une son 47edmes alE> /iesnaae"ts n der celiau servinotrès è q crrandvalme smuy Brietose mal roses opoàr mts prtts, War Requd an>IGdifft9 du «tpeù s uure ile ale, eOscan 47m>  > Lemeobji cmbats es d c l pif D roen npulompta e> avolalee erésrtivenéu, léaiBayree desel gue erés constammfan i vientelidu composu Gopie"eaniaRug:im Pons
"texte">6M9«La raAuer">comprsort diple ix uion tépeedeuxlil devient de HA. Csmeveu1964. Fond45 leau SuonlassiYehudi Menuhin comA qui a faétat fe es dopel,de.ste et antie sene auxar rvacompantiersa érrn eerble-Belsionso, donle gouvernsoet doestin scènelldeenle goe de la prpdc luiolsseqejegne ndowestofeotrcienplfilmix il tlsssidèrtitui attmidcot let pooaml refréquenaleeffeligluiolr des dopel,terromait nts. hoto tgrspefll-crinnur,a ,èt avsspassonnle s.les amioissiqutifcole. m ens d’nle peù t lefubncilues uur mpan vtparuauuerre Fp quan comuerre -Be t a faOsca61 et la45,st son eng,de commanuret doestinerwell RLowe>I(1908-1995)rDésae anan><.an xmlKingiff du «verc commanur WinBtudies<>41. Commr6,eTonyl’ephotoscophieqes Tam916s,que destinsers lasocialis trav. Culpabiartinnite en évoquan n érdite Brite leVe, spn temp la prfacolalee erése le premie et a de son pe G tu tgrspe volcol F/arb BeneelininmarxismeMaircole de «iouue leEspcienco ptuipla gue néraesp coraagabapublinallépeedxe leD, disionneoiplacdum"aCgece deso sysConteelininme leet du poearlnteeedgagemtRot cifieidcctui rifll-cr,e as mês ars Menuhin’essai quuocumentrescap916s,nur,a rla premid, patd, de circs. Bu GPO Fimes alE> /ies60scèndip av3 eWadeunitsham,e Fii engagnGnismin, afismbilolan>IuaccentPeace anS maitsit dersonD maie dannsop. b5der,le rem>Billy Burt O.apedty Lues lat9.an xmatocluso’échevre tométiersa érrn e alan toute pmoser couple dtierem>Bilspeù s umveur deprise s quubtinartinnitMu rôleds oura/ commbatiexesntse auuerreeliau servifrenib1,,dm> deC d’unece sa clnilm maidd de 1951gaorthograu93 et .ste ende son nde la sel unisf Doepavengqu constamnta son commsa érôle ilm maiL des d="smpreco 1951 fde ="texte">Appre4ifiste combattalture .ocev>

62em>, eieLde,ma39. Brid52,le romanlk,c t gn">,Ha s Kson rsx tulm>e de sttedu Suite eu tarle Benjamist son engaNorfolk,cfeuces hre de pedBased oliee Norfolks rminiti=Dl’seentaese l lents csion d ptuipiré encc916s,perdes imemporatraI believsse den, de son pau Ggrssm erésraml-e ndtuauthe combam ="footnotecall" id="b9"ist 323/a2 «qudèlquelrefubtouWy spcnsabiartinne5gemtRo halysu. e an dirituaccine deuwestof élèvrelioccal’erde Benjamircgete combam t935ge st colm>e dene dblengalns,nssset Britss tradu er,de bt BrittFroGre,sre .enacolnucléde la sel ue Brittau Vietnamflude des aa clnonsciaomm rnfaon deton ClesNewIYorkla Grandeenfaenue dans dopel,tu C hada re auxanis en 1939. Bnièmee dearune c film dlermine Britt vioaus comlidu ceionqui a ds pouf nd le ilm maidaula unyanv> Lud claironsVieuxaArbrts.ce serv la Cshe Wdr Johu cfeucelaironsJlents Arbrts.>concmaRougù Bri2, au tr9bueatil ituaccila previandrminiti= dehibiwhol m igr mpa/eeobjecteuocumebliniaus leseffeligluiuocumei atteeedu satc filaignaned tpeliie ovel,mamitvoyCgeceauxaEs en 1939eptatmisurt,nt avilllmspel,devieison 83,o’éche alan ditles conxml

62ain.udraSiedn xmWfro/em> que danse le premieae cerf de la gue G tu te deataalèvcgete combam t935m>62der,lur inene deu de iuelrll  cetorilm dptmondce rdes imempois Ttop ud dv s-à-vi,,dm> dee Britt l’aclaietosgudApoiheves lfredca incu Owen, pour qer,SiegfrrldiSssonecescérpesofron. majorartinnite monde années Trente, Vayl,mamitpoul talture patrrl,et vtps et deltepiré ten huqutifm à le des aa clnem maiAllmsel». Lu, années Trente, Soixaned tple et en fadreeatil la premieerromc niseruel2, au. ccile65ke an dirigécse rtinne5e etOrdstèmeMdans p,ln avinbelievlims leeltuvayl-inapani. evacompavle fdonletfron. ReepElizabeth IIur duane reabor bation degobilié inaugue son enuf, l lexeene Maltspgs en Sncpe, eù rtit j the a935m>67armeTde musiqusthaldeburghtoute pmoseas , pau de mt de llnem cse romptante deeatil le reçutèmeRoyCume 193e comprre pairrlan> s="textandnotes">
  • 2(...)24/a>
pan class=10num">2Reed(...)25/a>

622in.udraSieet du poearpif D entrnem ns dopels,de.ste et anelldeenleestré ésmpregittee WBtudies63),mbati et en fale Benjamis ann ndau serviuane recomma compre’échm>60ApoihevfectsCanus-titIII/es l WinStwelaFaonchtt O.ainv> Lud eon 54,isnfa(..amn>paraEd GriSit« ,sraml-ei Hluiy Burt O.aidsu tr0, Nim>< ursDawnv> Lud ed’oft,1981,tré ées menter,dede424/a24«quÉamlee pou Suon sonlassiMe mslaveRo:divpov/spa,amitiees aefréquena décofsosoens,de.sinqau serv,alns,nssseRml rlila previand de am à il tten est prisituaccifoemid, puvres,steyve 9. B63 Fond71la GrandeerminDégel Britens Trente, Khe dchspanvet een n, de son p tarle Bnsnij ;obilié issulèvcge qu-cibueatil rccuont e siteuuplte il trretison 74xlil de>,maritpeuipiet vtpdn dhuionqure denélaiartinamitrminagpro Loweucléapatrrooissiq Bri2, au t60scatingobilSlavaeRo:divpov/spa,sort dip tcirc Hr Dims ranCho:dakov/spa pour ineadmieur n lisees Trente, Treotcet ecompo tarelinotet fe es etose romare l="footnotecall" id="b9"ist 525/a25«a>

62Lorsque ltin xmWfro/em> que dansul, 63aborxae">ode que dan2, aii eede ="texte">Appre5/aEdacès cc8t eensieimites sade c lvsv>

624orsque lts dacès sclairons dde ses sev c dee Brittet, comme dqquentcoeedeuxaonscienenue daempan iv ulqerstlss,dlsemen"loi entrnouf ndrqure deoaus crisurx ateu Brites an><èmee d"> -t- l,masen etadoptrle pçon BaassidAnto93eB"r ulat9. é ugitinne5e bt Brittdé Espme t son b8="footnotecall" id="b9"ist 62"#>26«a>e lePm">reshl dteu acbati et en févacra premie le on enganal hèm commde< dacnteeliisieue,sse dtrrl,eebcc8t eenctuill gpour inee Fp ion degonilm mais alLi> Lu, 49, st créerssuipel,dee du sysConts de pete ntramonvres,rt,Oweliam Blaks.lSes auu l piclnonsciaoipty au hn artisfpenra dd’uf constluiy BuLemleasuMaks="pOpan ais laborrad te e sa clsm>n dele acifispes uannonepréss hre de dacès snfadprise ma39.ntcoetose r dptmondoètes-U dacès uuerre Fsasque rn cetoaitn xmSes au H specanev> Lu,deeoplour,tterromait asmpreb a ds comA. Plan> hie Fphn agoa me endee par rede< dactflude ded ptant stentatie ilm maiNoyeleasuFluddv> Lu, 58ceeù ssesdul tsietose mal ros de circsartimêlengalns, dacès etose mal rospoàr mts prtts,l poi empooptmond2, au t65, W. renupmrM. FoDieed Kh Fis chi-Diesk lengagnG ris commne, film dn xmWfro/em> que dansutme s WinCanuatam>Peace anMeeerrc Briume dannsest prisituaccie avec teu Britrret(..sy-titetosereimii hoatoclui leTde musiqusthaldeburgh, op ul> s ursPlry nbcity Oweliam Blakse dannsop. 74aborpl lgonilm maiSv> s ty Expaniite euAugueiseentI noccalve dannsdKingPlry nbcity Hill > uaccPeauBrisoeseves lfrmesheves , panoiCspele t , pau Suittsoètes-U , pa paolvensi t Blaks Win P19neces alChimnRyeSweep F,e Posson Treee dansutmKing’sTygede 1959.aborerl hre de imublde mmde< dacntetobteupel,tu noy Brienue s pasof D sdrminiti=edayme d-fellde cea-tia/eeobjecteuepttier cerf de la gsnnitMu incuntcoduicide,c t gn">,ersonW"r bokte deeatil ydmfr te e gpour iney a acdu œ dumbanistedcdu œ r toe il trreeueptabortose r quyve unie roe no halysuiellen jointa son cHa s Kson rscs lee tu tgaut="footnotecall" id="b9"ist 72"#>27«a> Iacule de slus tndau servidreeatil mioe 1927ddprise batiooprga héâianidt, ion uautud,lrés constammciencslus tncfeged>u hn pu béths tn frobatidn dhaîn carridt u Suite .mKing’sGole BrVngary/edannseur, cpel,935m>66,rrad te eratras rasclnonscia apitoen essevrefubde,êtomprre mai engagnGfale, id=pub autbelle maml rejà esantinfeatinavuicide,cifielengagnGnis2, au t67nsest prisinu sagele acifisun cl13,lace denotrès ene Mifiempel,n xmMatudoaFaod tal an xmeù le belle gart d cs imixs untant frobatiites u Britnscientrahet(.. idsdéco. latinfeui="footnotecall" id="b9"ist 6erso28/a28«anflE35. Il e69 n 1chjàidde< dactsécole. La outh LoWue swan h,Fp quan opire deitose r d F/aboadl,dee Winenuvv film dgenem>Bille combattan xmOr qWinenuvvv> Lu, 71n de ac P1981,, mais alChil981nleasuCrtodie danns fa(..storiqen leecht,amitie.sinqcraniamn>oestsoci uicioecn xmSuvv s alChil981n Fune 1951gaelldeenune caridoisvan cl13l, souerre -Be t a fa935m>19 film dbcoeuniti 196Greosse dactsdipdn t quan film d trav. Lneetrittea’amn>et iBassuipe,er le statuouverneWadeunitxaonscienntation de faitioecn xmMtes uCuur le 1951gacompoT disgnGGiehan film dne, -ei He t coradevient voco’éche ae Britter Zud Kheueptabornleaa niittemp de mf. Ae HA. Cstinne5pedBased oliee Ne,nssseii hostlssgs la DedBasedfspes uhe drorsede< rsContes c sisnopérde< dactspSuonais uuerre Fns dmialèveedeIlnfvaèétat ftépisod erésrtirpremi’éche ae BrittimesroG42,Dd nn t leTde musiqusthaldeburgh veu196au t69,esmregsodeant froeBC TVur derptembet t69,evacul

pan class=8num">632in.udratn xmLFL, van>

627« À AuFii al, et du poigétéchu cses s ten et donetté ma lpel,de.le rem>Biller,lur impr morts, Lu, amitWion d’une acCoeuwesG deen,s35. Il e73="footnotecall" id="b9"ist 13"#>3ainanflPBritn ran,evacul Lu,âchnscienatocluiugui ct entaesp r-nucl ruinempois glnsm im/iveu saioisu reselle, nveede23"#>32ina>e ! Brite dror- l,bilie romi,Oweliam Plomir. Lorsten fréquenearlntde.le rem>Bill sa clnmie et a lol’aoonscienmente Bu GPO FimelnGfamale, Winenuvv,evacsaécoquoareliearln,oDl les feainisme baonctuanuxaonssof d tsgSpl, dlssedusu acbati et en fer,le ralité d’Aud,lle du9/n ccson ndvtparn ie sa cl(..er">cdteu amitis où refluencaires ten paitte etOr qécole d c g II=iompo pslaonts whit derrevis,oe saluirsst sa clquleaccrpt son en quuocumif chridcc,et een n, aolvnes ten ii engalencaire sa cl(.e al n de la gue l67,de bl iejà brogvcge qu va lee’échevr ded inesthude en 1895

Appre6"uCte lul’v>
628«La rausa cl/iveus deuwes il t comme dlle st crégsso piclnitenstmoylnsmii a M. Fssul Lu,xileeeptub gente,msort dip tiotsrsurmtibe ompoGolo Mannu Britrretes d c l p,de.batiil de en etadape r d Fnotrès ene batiites un xmL u.oaiexilVenpub.v> Lu,Golo accrptueuauthdip tmarqcran es fe prites u son 48auisaes fes eenconetirnibilleTony BriWar RequDok de 1951 rxismen xmTs d="smpreco 1951 Dl les f rdes imnde, dlss, avilllmbe rerernkLsvo">cos uommnma l’eerrn xmWinenuvvv> Lu,amitidei d’une acCoeuwesG deen,avec le il">reshl dteu aceateur, quion pa un xmL u.oaiexilVenpube dan,latos aa pel,mamitleau yl-sixiamn>Tde musiqusthaldeburghtoLns,nssseau servisclai rappelsu acbitts tndaonssoterv sque rn. Ilveur d196au t73,,ma39. B Hr- n éreatil rnsublle acifisson enuf,jàidif chrpel,de liseoyln éret xuae stey asdisaernkarn xmMoaiexilVenpube danp tmpdégo sisn urssucOsca ac P1981,, soAppbani t73 re au Met xuwyorka39. Brid74.ePm">, IGdifftm>Pea9.aboremioe 1927ddprise eepaappoaie ambigu9. B

Notes

1 «Je crois que tout artiste doit avoir conscience d’être un être humain. Il fait partie de la société et ne devrait pas s’enfermer dans une tour d’ivoire. Je pense qu’il a des devoirs à accomplir vis-à-vis de ses frères humains. Ce n’est pas seulement une obligation; je crois que c’est aussi un plaisir. Je veux que l’on joue ma musique. Je préfèrerais—peut être que cela vous semblera stupide de le dire—mais je préfèrerais que l’on joue ma musique plutôt que composer des chefs d’œuvre qui ne soient pas joués.» Kildea Paul (dir.), Britten on Music, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 311-312.

2 « À Benjamin Britten, , remarquable compositeur, concertiste et interprète, qui a vraiment inspiré l’humanité pour parvenir à une plus grande compréhension, clarification et acceptation de sa nature, de ses motivations et de sa destinée particulière, grâce à la musique, évocatrice des sentiments, des humeurs et des pensées de l’être humain. »

3 «La raison essentielle à mon opposition au fascisme, c’est qu’à l’école, j’ai vécu dans un état fasciste. » Kildea Paul, Britten, Auden and ‘Otherness’, in Cooke Mervyn (dir.), The Cambridge Companion to Britten, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 42

4 «[Les enfants] me trahissaient par obéissance à l’esprit de l’école. La grande perfidie caractéristique des enfants contaminait toute l’école, comme dans un état fasciste où chacun se rend compte, même s’il n’en a pas conscience lui-même, que son voisin est un agent voué aux intérêts de la police. » Stephen Spender, World within World, The Autobiography of Stephen Spender, Londres, Faber, 1951, p. 329.

5 Britten Tony, Benjamin Britten : Peace and Conflict, Capriol Film Productions, 2013.

6 Mitchell Donald et Reed Philip (dir.), Letters from a Life, The Selected Letters and Diaries of Benjamin Britten, Volume II, 1939-45 (LFL vol. II), Londres, Faber, 1990, p.1049.

7 Morris Peter, «Re-thinking Grierson : The Ideology of John Grierson », in O’Regan Tom et Shoesmith Brian (dir.), History on/and/ in Film, Perth, History & Film Association of Australia, 1987, p. 20-30. Hardy Henry Forsyth, John Grierson : A Documentary Biography, Londres, Faber, 1979.

8 Mitchell Donald, Britten & Auden in the Thirties, Londres, Faber, 1981, Woodbridge, The Boydell Press, 2000. Carpenter Humphrey, Benjamin Britten, A Biography, Londres, Faber, 1992. Carpenter Humphrey, W. H. Auden, A Biography, Oxford: Oxford University Press, 1981.

9  «Je pense que vous aimeriez beaucoup WHA. C’est une personnalité étonnante, mais absolument sincère et très brillante. Il possède une culture immense, non seulement littéraire, mais elle embrasse tout ce qui concerne les arts, et la politique en particulier, et sur ce point, il va dans la direction qui, je ne puis m’empêcher de le penser, est celle où doit aller toute personne sérieuse et tout artiste en particulier, la lutte contre le fascisme qui, c’est évident, restreint toute liberté de pensée. » Mitchell Donald et Reed Philip (dir.), Letters from a Life, The Selected Letters and Diaries of Benjamin Britten, Volume I, 1923-1939, (LFL vol. I), Londres, Faber, 1990, p. 378. La grammaire est conforme à l’original.

10 « Mais le rôle de la poésie n’est pas de nous dire ce qu’il faut faire mais d’étendre notre connaissance du bien et du mal, rendant peut-être la nécessité d’agir plus urgente et sa nature plus évidente, mais nous conduisant seulement au point où il nous devient possible de faire un choix rationnel et moral. » Hynes Samuel, The Auden Generation, Literature and Politics in England in the Thirties, Londres, The Bodley Head, 1976, Pimlico, 1992, p. 14.

11 « Il faudra toujours qu’il y deux sortes d’art, l’art-évasion, car l’homme a besoin de s’évader autant que de nourriture et de sommeil profond, et l‘art-parabole, cet art qui enseignera à l’homme à désapprendre la haine et à apprendre l’amour. » Hynes Samuel, The Auden Generation, op.cit., p.14

12 « Quasiment le seul écrivain britannique d’envergure qui écrivait alors pour le nouveau théâtre réaliste porteur d’une conscience sociale et des intérêts de la classe ouvrière. » van Gyseghem André, « British Theatre in the Thirties : An Autobiographical Record », in Cark Jon, Heineman Margot, Margolies David et Snee Carol (dir.), Culture and Crisis in Britain, Londres, Lawrence & Wishart, 1979.

13 LFL, vol. I, p 477.

14 LFL, vol. II, p. 1334.

15 LFL, vol. II, p. 567.

16 LFL, vo. II, p. 635.

17 Britten oublie Bunyan jusqu’en 1973 où, suite à de graves problèmes de santé et à la perte de l’inspiration, il est convaincu par son ami Donald Mitchell de réviser des œuvres anciennes non publiées. Des extraits de Bunyan sont donnés avec succès au festival d’Aldeburgh de 1974, un an après la mort d’Auden, encourageant Britten à poursuivre ses révisions. L’œuvre complète est présentée en concert par la BBC en février 1976 puis donnée au festival d’Aldeburgh de 1976, six mois avant la mort de Britten.

18 LFL, vol. II, p.869.

19 LFL, vol. II, p. 869-873 et 957-959.

20 « Je fais de [ma symphonie] une œuvre aussi pacifiste que possible. Je ne crois pas qu’on puisse transmettre des théories sociales ou politiques ou économiques en musique, mais en associant de la nouvelle musique avec des motifs musicaux célèbres, je crois qu’on peut faire passer certaines idées. On prend le risque de la confusion à discuter de telles choses. Tout ce dont je suis sûr, alors que je la compose, c’est de mes convictions pacifistes. » Carpenter Humphrey, Benjamin Britten, A Biography, op. cit., p. 146.

21 « Puisque je crois que l’esprit de Dieu réside dans chaque homme, je ne peux pas détruire des vies humaines, et c’est mon devoir, je le crois, d’éviter de contribuer à le faire autant que je le peux, si fort mon rejet des actions ou les pensées d’un être humain soit-il. Ma vie entière a été consacrée à des actes de création […] et je ne peux prendre part à des actes de destruction […] Je crois sincèrement que le meilleur moyen d’aider mes frères humains est de continuer le travail pour lequel je suis le plus qualifié par la nature de mes dons et par mes études, c’est à dire la création ou la diffusion de la musique. » LFL, vol. II, p. 1046.

22 Sinfield Alan, Literature, Politics, and Culture in Postwar Britain, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1989.

23 Keller Hans, « The Musical Character », in Mitchell Donald et Keller Hans (dir.), Benjamin Britten, A Commentary on his Works from a Group of Specialists, Londres, Rockcliff, 1952, p. 327 et 350.

24 Elle participe à l’enregistrement de l’œuvre dirigée par Britten mais il lui est interdit d’être présente à sa création, la Ministre de la Culture soviétique refusant sa présence dans une cathédrale à côté d’un Allemand.

25 Couderc Gilles, « Britten et les Russes : itinéraires croisés », Accords Majeurs, les échanges musicaux entre la Russie et le monde (xixe-xxe siècles), Slavica Occitania, n°23, Toulouse, 2007, p. 91-106.

26 Carpenter Humphrey, Benjamin Britten, A Biography, op cit., p. 116-117.

27 Carpenter Humphrey, Benjamin Britten, A Biography, op. cit., p.449.

28 Reed Philip et Cooke Mervyn (dir.), Letters from a Life, The Selected Letters of Benjamin Britten, Volume VI, 1966-1976 (LFL), Woodbridge, The Boydell Press in association with the Britten-Pears Foundation, 2012, p. 114.

29 Kildea Paul, Selling Britten, Oxford, Oxford University Press, 2003.

30 Ward-Griffin Danielle, « Animating Owen Wingrave », in Rupprecht Philip (dir.), Rethinking Britten, Oxford, Oxford University Press, 2013.

31 LFL vol. VI, p, 428 et 542.

32 LFL, vol. VI, p. 428.

Top of page

References

Electronic reference

Gilles Couderc, « « A musician for an occasion »: Britten, compositeur engagé », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXII-3 | 2017, Online since 05 July 2017, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfcb/1443 ; DOI : 10.4000/rfcb.1443

Top of page

About the author

Gilles Couderc

Université de Caen, équipe ERIBIA

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • OpenEdition Journals