Skip to navigation – Site map
Articles

Les causes de la mortalité pendant la Grande Famine

The Causes of mortality during the Great Famine
Philippe Brillet
p. 33-49

Abstract

A comparison with the Nordeste region of Brazil suggests that the Irish, despite their poverty and recurring food shortages, were in good health prior to the Great Famine. But the exceptional length of the Famine weakened their immunitary defenses and they became vulnerable to numerous infections. Yet medical knowledge at the time was not only insufficient to correctly identify the causes of death, it actually increased mortality, notably by grouping people in fever hospitals where contagion was rife.

Top of page

Full text

1Une comparaison avec le Nordeste brésilien suggère que, à la veille de la Grande Famine, les Irlandais étaient en bonne santé malgré leur pauvreté et les épisodes de disette récurrents. Mais la durée exceptionnelle de la Famine affaiblit leurs défenses immunitaires, et ils devinrent vulnérables à de nombreuses infections. Or la médecine de l’époque n’était pas en mesure d’identifier les causes des décès, et la méconnaissance des maladies contribua à augmenter la mortalité, notamment en rassemblant les malades dans des hôpitaux qui favorisèrent la contagion.

2La question des causes de la mortalité pendant la Grande Famine est assez délicate. S’il apparaîtra, j’espère, d’emblée évident que « mourir de faim » ne saurait être davantage qu’un terme générique recouvrant de multiples facteurs, nutritionnels bien sûr mais aussi infectieux ou digestifs, pour ne citer que les principaux, explorer ici la dimension clinique et la morbi-mortalité de la Famine n’est pas sans difficulté. D’abord parce que la physiopathologie humaine n’est pas un prérequis de l’agrégation d’anglais, ensuite parce que la combinaison de ces facteurs fait encore l’objet de débats parmi les spécialistes.

  • 1 Pour une présentation de son état des lieux, on pourra se reporter au chapitre du même auteur au se (...)
  • 2 On pourra se référer à Laurence M. Geary, « The medical profession, health care and the poor law in (...)

3Il ne s’agira donc pas dans cet article de faire un point, fût-il partiel, de l’état des connaissances médicales, mais d’éclairer un fait complexe de civilisation en présentant un certain nombre de données et de concepts qui semblent d’autant plus susceptibles de compléter l’intelligence de ce fait qu’ils sont rarement exposés. Mais l’ampleur même de ce projet explicatif, qui devra examiner les systèmes agro-alimentaires avant de passer à la physiopathologie humaine et à la santé publique, implique de se limiter à la seule échelle de l’Irlande entière. Ceci est d’autant plus nécessaire que, comme on le verra, la mauvaise qualité des statistiques de mortalité rend très aléatoire l’élaboration de ce qui serait une géographie de la mortalité au cours de la Famine. Elle n’est aujourd’hui, malgré de nombreux efforts, qu’un work in progress1. Notons au passage que la géographie de la réponse médico-administrative est un peu mieux connue, ce qui est d’ailleurs inhabituel, grâce au travail de recherche et de synthèse de plusieurs auteurs basés à Cork, notamment Laurence M. Geary2.

4S’agissant donc des causes de la mortalité à l’échelle de l’Irlande entière, la toute première question à examiner est celle de l’état de santé des Irlandais à la veille de la Famine, car cet état conditionnait leurs capacités de résistance, d’autant que le fléau n’allait pas durer moins de six années et, ainsi, user jusqu’à l’extrême sa population-cible qui sera frappée de façon cumulative. Ceci nous conduira d’abord à examiner le système nutritionnel tel qu’il existait en 1845, et comment il s’était mis en place sur des sols réputés peu favorisés. Nous envisagerons ensuite la morbi-mortalité proprement dite, d’abord en essayant de préciser la débilitation induite par la faim chronique, puis en étudiant les diverses infections qui ont été à l’œuvre, avant d’examiner enfin – et de façon plus brève – les insuffisances théoriques des praticiens de l’époque.

A la veille de la Famine, des Irlandais finalement plutôt bien nourris ?

  • 3 Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris : Perrin, 2009, p. 307.
  • 4 London: Bloomsbury, 2011, p. 1.

5Les opinions sur ce point apparaissent pour le moins divergentes. Pour certains, tel l’historien français Pierre Joannon3, la santé des Irlandais était tout simplement effroyable : « En 1824, un comité d’enquête de la Chambre des communes attirait l’attention du gouvernement sur « la détresse épouvantable de la population… sur les maladies contagieuses qu’elle répandait autour d’elle, sur le chiffre considérable de ceux qui étaient littéralement morts de faim. » Tel est également l’avis de Ciaran Ó Murchadha, qui ouvre son livre The Great Famine Ireland’s Agony 1845-18524 par cette première phrase :

In the mid-nineteenth century, Ireland was proverbial all over the western world for the extraordinary poverty of its people. ‘Misery, naked and famishing’ remarked the French traveller Gustave de Beaumont in 1848, ‘that misery which is vagrant, idle, and mendicants covers the entire country’.

6Mais d’autres auteurs, comme Christine Kinealy, directrice depuis 2013 du nouvel institut de recherche sur la Grande Famine à l’université américaine de Quinnipiac, sont d’une opinion toute différente, et quasi opposée :

  • 5 A Death-Dealing Famine: The Great Hunger in Ireland, London: Pluto, 1997, p. 5.

The relationships between population, poverty and potatoes superficially was an attractive one, but was greatly overstated. However, one consequence of the high dependence on the potato of a large section of the Irish people was that on the eve of the Famine, Ireland had one of the tallest, healthiest and most fertile populations in Europe.5

  • 6 Manchester: University Press, 1993.
  • 7 p. 17.

7Cormac Ó Gráda, professeur d’histoire économique à University College Dublin, arrive à une conclusion assez similaire dans son ouvrage Ireland before and after the Famine6, en examinant les quelques données quantitatives disponibles : « However, if the Irish were abysmally poor by standard criteria, other evidence suggests that the picture of pre-Famine poverty based on such criteria alone is somewhat oversimplified. Not all was gloom and doom7. » Ainsi, en rétro projetant les résultats du recensement de 1841 – corrigés de l’émigration probable, il a pu calculer qu’à la veille de la Famine l’espérance de vie à un an – soit après le pic de mortalité de la première année de vie – était d’environ 50 ans, soit la moyenne européenne de l’époque telle que l’on peut l’estimer. Par ailleurs, son analyse statistique de la taille des marins en service dans la Navy en 1853 et 1854 montre que les Irlandais étaient légèrement plus grands que les autres, et donc a priori un peu mieux nourris. Le même auteur obtient de plus un résultat semblable pour les régiments de l’East India Company à l’époque des campagnes napoléoniennes. Ceci est d’autant plus intéressant que les données en cause sont donc un peu plus anciennes : la taille des jeunes en âge de s’engager, et donc la ration calorique moyenne qu’ils avaient reçue depuis l’enfance, était ainsi déjà légèrement supérieure en Irlande au début du xixe. De plus, les effroyables conditions de recrutement de la Compagnie nous garantissent que ces engagés appartenaient en grande majorité, voire en quasi totalité, aux couches les plus pauvres et moins bien nourries de la population.

  • 8 Ce qui est traditionnellement qualifié de visée nationaliste oscillait entre deux pôles : insister (...)

8Bien entendu, une si grande divergence entre les auteurs n’est pas sans poser question. Une première explication potentielle réside dans les écarts entre projets politiques, et c’est là tout l’enjeu du débat historiographique8, dont on connaît l’importance majeure pour la Famine. Il ne s’agit pas ici d’entrer dans ce débat, ni de classer les quatre auteurs cités dans l’une des écoles de pensée existantes mais, d’abord, de noter le manque surprenant de consensus pour un domaine qui relève, ou devrait relever, davantage du fait que de l’interprétation et, ensuite, d’attirer l’attention sur le danger à construire sa perception globale de la Famine à partir d’un seul ouvrage pris comme référence et simplement complété par des lectures ultérieures.

  • 9 Le très volumineux Atlas of the Great Irish Famine, publié conjointement en 2013 par les presses de (...)

9Dans le cas précis de l’évaluation de l’état nutritionnel des Irlandais, les divergences sont d’autant plus compréhensibles que l’état statistique de l’Irlande d’avant la Famine ne peut être qualifié, au mieux, que de très incomplet. De plus l’état nutritionnel, en économie de subsistance, est susceptible de grandes variations tant dans l’espace (y compris entre villages voisins) que dans le temps (y compris entre les saisons d’une même année). Chaque thèse peut donc s’appuyer sur des études de cas. Toutefois, cette composante politique est loin d’être une explication satisfaisante à elle seule, ne serait-ce que parce que l’historiographie de la Famine, à défaut d’un véritable consensus, est maintenant apaisée9. Il s’agit en effet plutôt aujourd’hui de compenser ce qui est perçu, avec le recul, davantage comme un effacement relatif de cet épisode dans le récit de l’histoire nationale, derrière d’autres tels que les Plantations ou la Guerre d’indépendance, que comme un traitement qui aurait été partial. De plus, les données anthropo-économiques très franchement positives, présentées plus haut, apparaissent difficilement contournables, d’autant qu’elles ont été construites à partir de séries de plusieurs milliers de cas.

  • 10 Il importe sans doute ici de rappeler la grande diversité des régions d’Irlande en matière de pluvi (...)

10Ces données nous suggèrent alors une autre hypothèse : la coexistence d’une (très) grande pauvreté, laquelle fait de toute façon consensus, et d’un état nutritionnel pourtant globalement satisfaisant, malgré donc des opinions contraires de certains commentateurs et historiens. Une telle coexistence apparaît sans doute étonnante, vue de la France du début du xxie siècle, mais elle est encore assez répandue dans ce que l’on appelait il y a encore peu le Tiers Monde, et ne se résume donc pas aux multiples qualités de la pomme de terre per se, même si elle prend bien sûr appui sur ce tubercule. On trouve, par exemple, une situation très proche, encore aujourd’hui, dans l’essentiel du Nordeste brésilien. Les conditions climatiques y sont certes différentes de celles de l’Irlande en général, puisqu’il s’agit du « polygone de la sécheresse »10, et la ration alimentaire y est fondée sur une combinaison de haricot et de mil et non sur Solanum tuberosum, mais le système final est très semblable par sa combinaison de robustesse habituelle et de vulnérabilité épisodique. C’est cette combinaison que nous allons maintenant examiner.

Un système vivrier fondamentalement robuste, mais vulnérable aux accidents ?

  • 11 Geografia da Fome, Sao Paulo : Gryphus, 1946, 361 p. Plusieurs traductions françaises sont disponib (...)
  • 12 Endémique cumule ici ses deux sens : biologique (qui est spécifique d’un territoire) et médical (pr (...)
  • 13 Il discuta également, sans pouvoir trancher formellement, de la possible coïncidence de cette front (...)

11En 1946 le géographe brésilien Josué de Castro publia la première édition de sa Géographie de la Faim11, où il présentait une typologie régionale de la faim pour son pays. L’un des grands intérêts de ce travail pionnier était de s’affranchir, pour la première fois, du classement jusque-là strictement quantitatif des états de malnutrition. De fait ce classement n’est guère utilisable, même par les ONG d’aujourd’hui, car il impose de connaître la ration alimentaire totale, l’apport énergétique global, la quantité de protéines ingérées (et notamment des huit amino-acides qui ne sont pas synthétisable par l’homme, plus un neuvième chez l’enfant), les apports en lipides, en glucides (ou sucres), en iode, en calcium, en fer et en vitamines, pour ne citer que les principaux. Tout ceci doit bien sûr être de surcroît modulé par l’âge, le sexe, l’effort physique moyen et, pour la femme, un éventuel état de gravidité (la grossesse). Josué de Castro considéra d’abord que distinguer des zones de malnutrition chronique, également qualifiées de zones de disette, et des zones de faim endémique12 était bien suffisant, tant pour décrire la réalité que pour organiser lutte et prévention13. Il mit ensuite en évidence un troisième type de territoires, marqué par ce qu’il qualifia de « faim épidémique ». Ces terres, très différentes des précédentes et jusque-là mal identifiées, sont pour lui marquées par un contraste étonnant entre la bonne, voire très bonne, alimentation qui est celle de ses habitants la plupart du temps et la survenue, plus ou moins régulière, de graves épidémies de famine, en règle extrêmement violentes et destructrices. Je le cite :

  • 14 p. 175, ma traduction.

Il s’agit là d’un type de faim complètement différent des autres. Il ne s’agit plus d’une faim à la fois permanente et souvent modérée, conséquence et expression des conditions de vie, mais d’un surgissement épidémique qui vient rompre la relative abondance qui caractérise la vie des gens la plupart du temps. […] En temps normal, l’alimentation des gens est tout à la fois très saine sur le plan qualitatif et bien suffisante en quantité. C’est là un excellent exemple de la capacité humaine à tirer tout ce qui est lui est nécessaire d’un environnement pourtant guère privilégié.14

12On pourra objecter ici que ces considérations sur le Brésil ne semblent avoir qu’une parenté lointaine avec les événements d’Irlande et qu’une transposition y serait a priori problématique, et ce pour au moins deux raisons : d’abord si l’on veut bien admettre que l’état nutritionnel des Irlandais était moins effroyable que sa caricature habituelle, voire même qu’il était sans doute décent, ne serait-il pas un peu excessif de le qualifier de bon ? Ensuite, l’épisode unique de la Grande Famine ne semble guère correspondre à ces événements récurrents que furent (et sont toujours) les famines du Nordeste.

  • 15 Ensemencement par des graines de céréales.
  • 16 Le Nordeste connut parallèlement en 1877-1879 ce qui reste dans l’histoire comme la Grande Sécheres (...)
  • 17 Leslie A. Clarkson et E. Margaret Crawford, dans un article intitulé « A Non-Famine History of Irel (...)

13Je commence par ce second point, car il peut être établi plus rapidement. Si, de fait, une seule de ses famines est restée dans les mémoires comme « La Grande », l’Irlande a connu de multiples épisodes de disette, la toute première qui soit partiellement imputable à la pomme de terre survenant même dès l’hiver 1727-1728. Les commissaires du recensement de 1851 n’en listèrent pas moins de 24, certes de degré et d’amplitude variables, mais toujours capables de tuer sur un large territoire. Ainsi la récolte de 1739 fut-elle totalement perdue, comme celle de 1783. Mais la pomme de terre n’était encore qu’un aliment d’appoint, et ses conséquences ne furent majeures que pendant la seule période de soudure entre les récoltes de céréales, qui connaissaient leurs propres aléas. La pomme de terre permit même, dans certains cas et jusqu’à un certain point, de franchir une période difficile lorsque la récolte de céréales était déficiente. C’est le recul des emblavures15 à son profit et la rapide croissance démographique du premier xixe siècle augmenta sensiblement la dépendance à son égard. Or si le climat équilibré et bien arrosé de l’Irlande convient globalement à ce tubercule, il est sensible aux périodes prolongées d’humidité, comme de sécheresse d’ailleurs, et nécessite une température minimale de huit degrés à la plantation. Il en résulta de fréquents épisodes de défaillance partielle, parfois sur de larges étendues, lorsque les conditions climatiques étaient contraires. De plus la pomme de terre se révéla également très sensible à de très nombreux agents infectieux, bactériens, viraux ou mycotiques (champignons), qui n’étaient bien sûr pas – ou très mal – connus à l’époque. L’extension constante du territoire planté, sur des sols de plus en plus pauvres et donc sources de fragilité des tubercules par carence en phosphate, fit le lit de telles contagions. Ainsi au cours de la seule décennie qui précéda la Grande Famine16, l’Irlande ne connut pas moins de cinq récoltes largement ou totalement perdues : 1836, 1837, 1839, 1841 et 1844. Il serait donc erroné de penser que l’épisode majeur qui nous préoccupe soit survenu comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu, prenant tout le monde par surprise. Le risque de défaillance, partielle ou totale, de la récolte était bien connu. C’est son ampleur, sa durée, et la survenue d’un agent pathogène particulièrement agressif – et jusque-là inconnu en Irlande, qui prirent tout le monde de court, mais non sa survenue. Il semble que l’inquiétude fut relativement limitée en 1845, malgré l’ampleur des dommages, car nul n’imaginait une répétition immédiate : la question étant de savoir comment tenir jusqu’à la récolte de l’année suivante. On pourrait encore ajouter que la famine de 1740-41 (Bliain an Áir, « the Year of Slaughter ») est considérée par certains comme proportionnellement plus grave. La chose est possible mais ne saurait être démontrée, en raison de l’absence quasi-complète de données disponibles, et la plupart des auteurs se gardent bien de toute estimation quantitative17.

  • 18 Pour cet auteur deux autres facteurs interviennent également : un respect marqué pour le sol, que l (...)

14La Grande Famine peut donc apparaître comme une sorte de primus inter pares au sein des nombreuses disettes qui ont frappé l’Irlande au cours du temps. Toutefois une telle affirmation semble rendre plus délicate encore la justification d’une alimentation de ses habitants qui serait très satisfaisante en dehors de ces crises. Pour le Nordeste, de Castro l’expliquait par la combinaison de deux facteurs principaux18 :

  • une alimentation de qualité : « L’essentiel de l’énergie est fournie par le mil, alors que les vitamines et les amino-acides viennent du lait. Ce dernier n’est, nulle part ailleurs dans ce pays et même dans les régions les plus prospères, aussi disponible pour les pauvres. »

  • l’absence de toute exportation, l’agriculture étant strictement vivrière : « Les habitants ne sont pas des fermiers travaillant pour les marchés étrangers et à la recherche d’un profit, mais des paysans qui produisent leur propre nourriture […] L’indigence du réseau de transport interdit d’envoyer vers les grandes villes les produits périssables tels que le lait. »

  • Examinons comment cette grille de lecture peut s’appliquer à l’Irlande, et comment la pomme de terre a pu y jouer un rôle comparable à celui du mil.

Le système pomme de terre – lait

15Il est sans doute inutile d’insister ici sur les qualités, y compris organoleptiques, de la pomme de terre. On retiendra simplement, sur le plan agricole d’abord, sa faible exigence en matière de sols (qui permit la mise en culture de terres jusque-là inutilisées), sa grande productivité (ordinairement comprise entre 12 et 15 tonnes à l’hectare), la facilité de sa culture (le travail préalable de la terre et la plantation se font presque en surface, à 15-20 cm de profondeur seulement, l’apport de compost et l’arrosage n’étant de surcroît guère nécessaire dans le contexte irlandais), le caractère autant précoce que prolongé de sa récolte (à partir de trois mois et jusqu’à six mois après la plantation). On n’oubliera pas son rôle dans la bonification des sols, aptes ensuite à porter une récolte de céréales, ni sa facilité à être cuisinée (un feu de bois et une marmite suffisent) puis mangée (point besoin de couverts).

  • 19 L’unité de base est la calorie, mais elle n’est guère utilisée car trop petite. On emploie de fait (...)
  • 20 Oxford: University Press, 2001.

16Sur le plan diététique, la pomme de terre apporte d’abord environ 80 calories19 pour 100 grammes, cette donnée étant variable en fonction de l’espèce et du mode de préparation (essentiellement la durée de sa cuisson). Ceci équivaut à 800 calories au kilo, ou encore 800 000 calories par tonne. Même en ne retenant que l’hypothèse basse d’une productivité de 12 tonnes à l’hectare, ce ne sont pas moins de dix millions de calories qu’une telle surface peut supporter chaque année, soit une disponibilité quotidienne de près de 30 000 calories. Dans la mesure où les besoins moyens d’un être humain sont d’environ 2 500 calories, ceux d’un travailleur de force ne montant qu’à 3 200 − 3 500 environ, on voit qu’un hectare peut nourrir douze personnes. Dans le contexte irlandais, cela revient à dire qu’un acre de pommes de terre (un demi-hectare environ) suffit à nourrir une famille, et même son porc en sus ! Les consommations rapportées de cinq à six kilos par personne et par jour dépassent donc largement les seuls besoins, et ont correspondu de surcroît au passage à deux vrais repas par jour. C’est la réalité de cette abondance que L.A. Clarkson et E. Margaret Crawford ont mis en exergue dans leur ouvrage Feast and Famine: Food and Nutrition in Ireland 1500-192020 :

We entitled our book Feast and Famine to emphasise the point that there were many famine-free years and that in the years between famines there was enough food in Ireland to satisfy everybody. The word ‘feast’ is meant to convey the idea of a plenitude, even of an abundance. This is not a notion that fits comfortably into the conventional story. Yet for much of her history, people in Ireland had plenty to eat. The rich ate more lavishly than the poor, but so did they everywhere. Over-indulgence was not a sin peculiar to the Irish upper classes.

17Cette richesse nutritive de la pomme de terre est la conséquence de sa haute teneur (19 %) en glucides, ou sucres, qui l’apparente aux féculents, groupe qui rassemble les légumineuses (ex : les lentilles, petits pois, pois chiches, haricots secs et fèves), les céréales et le riz. Il est ici fondamental de noter qu’il s’agit de plus de sucres complexes, dits encore lents, qui sont métabolisés lentement, contrairement aux sucres rapides qui inondent rapidement le corps, lui apportant un véritable coup de fouet énergétique, immédiat mais sans durée. La pomme de terre est également riche en vitamines (notamment B1, B2, B6 et C, qui sont parmi les plus importantes) comme en minéraux (magnésium, potassium et fer). Elle ne contient certes que 2 % environ de protides (ou protéines), mais on trouve parmi eux la quasi-totalité des acides aminés essentiels et des glycoprotéines dont l’être humain a besoin. Enfin sa richesse en eau (près de 80 % de son poids) et sa quasi absence de graisse (ou lipide), à peine 0,1 %, ont font un aliment parfaitement diététique.

  • 21 Il apporte la seule base calorique, mais ni les vitamines, ni les sels minéraux, ni les protéines q (...)

18On note encore la supériorité de la pomme de terre sur le mil, car cet aliment ne présente presque aucune des qualités nutritionnelles de cette dernière, même s’il lui est comparable sur le plan agronomique21. De fait, à l’échelle du globe, tous les territoires ruraux qui en ont fait, faute de mieux, le fondement de leur subsistance, et notamment une large part de la Méso-Amérique, sont en sous-alimentation chronique. Il n’y a qu’une exception : précisément le Nordeste brésilien ! C’est que ce dernier complète le mil, un peu par la patate douce, ce qui n’est pas sans intérêt vu d’Irlande, et surtout par le lait. Ce produit est en effet non seulement produit localement en grande quantité, par les chèvres notamment mais, ne pouvant être ni stocké ni exporté vers les marchés urbains, trop distants et mal reliés par des routes médiocres, il est consommé localement. Selon de Castro encore : « le lait n’est nulle part, y compris en des régions bien plus riches, autant accessible à tous ».

  • 22 Après l’accouchement, le taux sanguin de prolactine (une hormone produite par l’hypophyse) augmente (...)

19Cette grande disponibilité du lait, y compris et surtout pour les plus pauvres, était une autre caractéristique de l’Irlande du premier xixe siècle. Elle contribua largement à la bonne alimentation des enfants au cours de leurs premiers mois de vie et donc à maintenir la mortalité infantile à un niveau certes élevé, mais inférieur à ce que la pauvreté de leurs familles aurait dû impliquer. Dès que l’enfant pouvait l’ingérer, une purée de pomme de terre bien lactée remplaçait le lait seul, avec les mêmes effets positifs sur la santé. Par ailleurs, cette abondance du lait d’origine animale rendait moins nécessaire l’allaitement maternel, ce qui limita donc le rôle de frein à la fécondabilité féminine de ce dernier22. A une époque où le mariage était quasi systématique, et contracté plutôt jeune de surcroît (un peu après l’âge de vingt ans en règle, même si ce point est disputé), ce produit contribuait tant à la natalité générale qu’à la limitation de la mortalité infantile, et constituait ainsi un élément fondamental de l’étonnante croissance démographique de l’Irlande d’alors.

20La seule véritable faiblesse intrinsèque de ce système pomme de terre – lait, outre bien sûr la survenue aléatoire de mauvaises récoltes pour la première, résidait dans sa vulnérabilité à la soudure, c’est-à-dire à la période où les réserves de l’année précédente étaient épuisées alors que la récolte de l’année n’était pas encore prête à être ramassée. Les Irlandais avaient alors recours à deux produits de substitution, en règle disponibles : les flocons d’avoine d’abord, remarquablement adaptés au climat et au sol de l’Irlande, et qui avaient constitué la base alimentaire du pays avant d’être détrônés par la pomme de terre précisément. Les harengs, de façon plus marginale, contribuaient également à cette soudure.

  • 23 On citera encore ici Josué de Castro : « La cause ultime de la famine du Nordeste n’est pas la séch (...)

21Il n’y avait pas en revanche de parade à une mauvaise récolte de pommes de terre, car ce produit ne se conserve pas et les Irlandais qui en dépendaient ne disposaient d’aucune réserve alimentaire ou monétaire de substitution23. Leur unique forme de stockage résidait dans le porc de la famille, si elle en possédait (encore) un bien sûr. Ce porc n’était pas destiné à être mangé par ceux qui l’avaient élevé, mais à être vendu au marché, l’argent recueilli servant aux rares dépenses, à commencer par le loyer, qui exigeait un paiement en numéraire. La vente anticipée de l’animal en cas d’urgence représentait la seule possibilité de gagner du temps, mais en engageant l’avenir.

  • 24 Pour une étude spécifique de cette période de changement, on pourra se reporter à l’ouvrage de Gear (...)
  • 25 On pourra se référer, pour ce point, à l’excellent Atlas of the Irish Rural Landscape, publié en 19 (...)

22Plus grave encore fut l’érosion progressive de ce système tout au long du premier xixe siècle24, notamment en raison de la diffusion malheureuse de la variété lumper. Cette variété, originaire d’Écosse, fut importée vers 1810 en raison de ses excellents rendements et de sa résistance supposée aux maladies, malgré son goût médiocre qui en fit dans un premier temps un aliment pour le seul bétail. Mais ceci entraîna la volonté d’en planter partout ou presque, y compris sur les parcelles dédiées aux céréales et même celles abandonnées jusque-là aux chèvres25 – mais qui étaient aussi sources de lait ! La mono-alimentation qui en résulta fut bien moins satisfaisante, car à la fois moins variée, moins goûteuse et moins équilibrée en raison de la baisse drastique de la consommation de lait. A l’heure du mildiou auquel elle se révéla fort sensible, cette dépendance à un produit unique devint l’un des facteurs aggravants de la Famine. Venons-en maintenant à cette dernière, en commençant par ceux des effets de la sous-alimentation que l’on peut qualifier de directs.

Mourir de faim stricto sensu

23Chez l’enfant tout d’abord, on distingue deux formes de malnutrition : le marasme nutritionnel, caractérisé par une double insuffisance en calories et en protéines, et le kwashiorkor, où la carence protidique est au premier plan. Le marasme concerne le très jeune enfant, de moins d’un an en règle, que sa mère ne peut soudain plus allaiter, soit parce qu’elle vient de mourir ou qu’elle est devenue globalement trop faible, soit – cas heureusement plus fréquent – parce que sa lactation s’est arrêtée. Ce processus physiologique est en effet délicat, et s’interrompt facilement si la mère est elle-même mal nourrie ou frappée par une infection intercurrente. Après une telle interruption le très jeune enfant, faute d’alimentation de substitution en quantité suffisante, commence à consommer ses propres tissus pour y trouver la source énergétique dont il a immédiatement besoin. La mort surviendra en quelques semaines, plus rarement en quelques mois, à la première infection ou par déshydratation aiguë. Lorsque cet enfant n’a pas atteint son premier anniversaire, on parlera à son sujet de mortalité infantile.

  • 26 Ce terme vient de la langue ashanti (Ghana), dans laquelle il veut dire : « maladie survenant chez (...)

24Si l’on peut présenter ce marasme nutritionnel comme une sorte d’accident, le kwashiorkor26 est une pathologie bien plus banale. L’allaitement maternel est en effet parfaitement adapté aux besoins de l’enfant, sur le plan qualitatif du moins. Lorsqu’il vient à son terme, l’enfant passe brusquement à un régime dérivé de celui qui est servi aux adultes de sa famille, régime toujours moins satisfaisant pour lui, dans un premier temps du moins. En effet, même s’il reçoit une ration calorique qui est encore quantitativement suffisante, d’où la différence avec le marasme nutritionnel, cette ration se révèle bien moins riche en protéines que le lait maternel. Elle l’est tout particulièrement en protéines animales (viande, poisson, œuf et lait), qui ont le double avantage d’être les plus riches en amino-acides essentiels et les plus faciles à métaboliser par l’organisme. L’enfant débute alors, entre quelques semaines à quelques mois après le sevrage, une carence protéique d’autant plus nette que ses besoins en protéines avaient précisément commencé à devenir importants. Cette carence est bien connue car elle sévit largement, aujourd’hui encore, dans les pays en voie de développement, frappant les enfants au cours de leur deuxième et parfois même de leur troisième année de vie.

  • 27 La description clinique n’a été réalisée qu’en 1933.

25Ce contexte de sevrage délicat est donc important car il a permis de comprendre cette forme de malnutrition27. Toutefois le kwashiorkor peut survenir dans toutes les circonstances où l’enfant perd, de façon plus ou moins rapide, une alimentation qui était jusque-là globalement satisfaisante pour en recevoir une autre qui ne lui apporte pas assez de protéines. Tel est notamment le cas des épisodes de disette, et plus encore de famine, où le kwashiorkor peut frapper l’enfant jusqu’au delà de dix ans. Les enfants ainsi dénutris deviennent progressivement apathiques, perdent l’appétit (anorexie), tandis que le tableau clinique s’installe. Ce dernier combine quatre composantes à peu près constantes : des œdèmes (qui débutent aux pieds et aux chevilles), un retard de croissance (qui porte davantage sur la taille que sur le poids), une fonte musculaire (rendant difficile, puis impossible, tout effort physique) et des troubles psychomoteurs : l’enfant est apathique, irritable, parfois léthargique. Diarrhée et anémie complètent volontiers ce tableau qui, sans ré-alimentation, évoluera constamment vers la mort. Par contre, le kwashiorkor guérit en règle lorsqu’il est traité par ré-alimentation prudente, en quelques semaines seulement de surcroît, ce qui en dit long sur les privations de la Grande Famine et sur l’absence de réponse adaptée.

26Pour compléter cette brève typologie des formes cliniques de l’insuffisance alimentaire chez l’enfant, il importe de noter que, lors d’accidents exceptionnellement brutaux (guerres, cataclysmes, et précisément famines), l’insuffisance de la ration calorique peut être telle que des enfants même âgés peuvent développer un véritable marasme nutritionnel, alors même que leurs besoins énergétiques sont très modérés, proportionnellement très inférieurs à ceux du nourrisson. Ceci fut notamment bien étudié pendant la guerre du Biafra (1967-1970). Dans ce cas, la rapidité de l’évolution, la fréquence des infections intercurrentes et les difficultés de la ré-alimentation engagent très rapidement le pronostic vital. Il est enfin possible, et ce fut probablement largement le cas à grande échelle pendant la Grande Famine, qu’une note de marasme soit venue se surajouter au kwashiorkor que l’on peut sans trop de risque qualifier de généralisé chez l’enfant, majorant ainsi le caractère péjoratif de la sous-nutrition.

27Chez l’adolescent et l’adulte, dont les capacités de résistance sont supérieures, la baisse de la ration alimentaire se traduit par de nombreux mécanismes adaptatifs qui se mettent en place spontanément. Ainsi la destruction naturelle des protides du corps (catabolisme protéique) diminue, ce qui permet de les économiser et surtout de les faire transformer par le foie en sucre (néoglucogenèse), sucre qui est le combustible de la machine humaine. La néoglucogenèse en produit également à partir des réserves de graisse. Dans le même temps, le métabolisme se ralentit et les besoins énergétiques diminuent. La convergence de ces mécanismes, outrageusement simplifiés faut-il le dire, permet de gagner du temps, mais ce d’emblée au prix d’une baisse des capacités physiques, de travail notamment. Ces mécanismes de compensation finissent enfin par s’épuiser, faute de ressources, ce qui conduit à la mort. Mais, bien souvent, les protéines qui sont à la base de la défense immunitaire avaient déjà été trop réduites pour pouvoir assurer correctement leur fonction et une infection aura déjà frappé, et le plus souvent tué.

Mourir d’une infection

28La nosographie des infections touchant une population en période de crise, telle une famine qui dura six ans, est assez complexe mais on peut, comme pour la malnutrition stricto sensu, en fixer à grands traits le cadre. Il faut d’abord commencer par saisir que, d’une manière générale et hors de tout contexte de calamité, l’être humain vit dans un monde rempli d’agents pathogènes et que l’infection lui est très banale. Ces agents peuvent être présentés – et classés – de multiples façons : le biologiste s’intéressera à leur nature (bactéries, virus, parasites ou champignons), le clinicien à leur gravité (bénigne, potentiellement grave chez le sujet affaibli ou encore redoutable pour tous), l’agent de santé publique enfin à leur mode de propagation (par l’eau ou hydrique, par l’air ou aérienne, par contact interhumain – direct ou indirect, via un réservoir animal, par piqûre d’insecte, etc.) et l’épidémiologiste à leur répartition.

29Lors d’une catastrophe telle la Grande Famine, qui cumula durée et gravité, apparaissent deux facteurs qui se surajoutent à cette multiplicité pathogénique, mais qui vont aussi la simplifier en passant au tout premier plan. Le premier réside dans la baisse, puis éventuellement l’effondrement des défenses immunitaires. Dès lors la plupart des agents qui sont en règle sans gravité deviennent potentiellement létaux, et comprendre leur nature, leur mode d’action ou leur gravité potentielle n’a plus guère d’intérêt. Le second facteur réside dans l’apparition, en fait la réapparition, des grands pathogènes de l’humanité tels que le typhus, le choléra ou la fièvre récurrente. Ces derniers conjuguent une grande capacité de diffusion dans les groupes humains et une non moins grande capacité à tuer, y compris le sujet en bonne santé qui se trouverait là ! A cela s’ajoute, bien sûr, y compris en notre époque postmoderne bien dotée en antibiotiques, le frisson que leur seul nom suffit à évoquer.

  • 28 The Census of Ireland for the Year 1851, Part V, Tables of Deaths, Containing the Report, Tables of (...)

30Une ultime simplification réside dans notre méconnaissance de ce qui a véritablement tué les Irlandais pendant la Famine. Cette méconnaissance se joue à deux niveaux, statistique et clinique. Statistiquement d’abord, si les recensements de 1841 et 1851 ont été, de l’avis des démographes ultérieurs, plutôt remarquables, ils ne contiennent guère de données fiables concernant la mortalité. La cinquième partie du recensement de 1851, publiée en 1856, s’intitule certes « Tableaux de la mortalité28 », et se risque même à tenter des quantifications, mais ces dernières sont extrêmement douteuses, ne serait-ce qu’en raison du nombre de décès méconnus (le quart de l’ensemble). Cormac Ó Gráda, déjà cité, a pu écrire à ce sujet dans le chapitre Mortality and the Great Irish Famine de l’Atlas de la Grande Famine, également déjà cité (cf. note 8) :

The data are seriously flawed, which probably explains why scholars have tended to shun them in the past. They report a total of 985,000 deaths between 1841 and 1851, or only slightly more than half the probable during the decade. The problem is that the census relied mainly on information given by survivors, but that would have meant the automatic exclusion of deaths in households that had disappeared in the interim.

  • 29 Alexander Fleming découvrit la pénicilline G notamment grâce à la contamination fortuite de ses cul (...)
  • 30 Il distingua notamment (i) la mort de faim stricto sensu (starvation), qui peut correspondre à de m (...)
  • 31 Ainsi que par le fait qu’il a eu l’occasion de soigner le père de George Bernard Shaw.

31Mais de telles insuffisances statistiques ont, au moins, le mérite d’être repérables, et donc de déclencher la prudence. En revanche, la seconde cause de notre méconnaissance des causes de mortalité pendant la Famine est plus insidieuse, ce qui impose de commencer par affirmer son existence. Il s’agit de l’état encore très médiocre des connaissances médicales de l’époque. Ceci dépasse largement la seule insuffisance thérapeutique, elle supposée connue, le premier antibiotique n’ayant – on le sait – été découvert qu’en 192929. Ce qui est en jeu ici est la méconnaissance quasi complète à cette époque de la cause de la plupart des maladies. Pour en revenir brièvement et une dernière fois à la malnutrition, même l’éditeur des Tables de Mortalité que l’on vient de citer, l’éminent chirurgien irlandais William Wilde, qui couronna sa carrière en devenant le rédacteur en chef du Dublin Journal of Medical Science, précisément à partir de 1845, puis également comme « l’Ophtalmologiste ordinaire » de la reine Victoria, en distingua mal les diverses entités cliniques que nous avons rapidement précisées, tout simplement par ce qu’elles n’étaient pas encore bien déterminées30. Out, comm, co-les dr8si l’onse plus s partilde, qre coner le p« stantliam nées… ans. des infect n’ét,iment pournulle p pas encon pllosée cagions. Ahus, le cholerre et Nordeléat n’ét-les,at, con degréd certesmie masnair9n et cevert qu854noter que, le.) et l’épigroupe qvn en nus (le ualifieSohogréLrrespsliée e4,’à un cerJohn Snow eore futécolte imus ituer sur le mal omius facelle uze persà la conermitenceming découaan> Ainsie à cettépigr qui édolerannanchir de is ce léeté pubmille,guérille a pruce à la contamina que pabipan>Mai(par llitéure (bact t corrsirritaf duVienios, le necience

22. Toute the problors que méconnaissancus), l’aands patho,ments etune nur modaire s copag Ltuite desde sce dste onivee ce q dde detuneseulfois à ls ma,e qui esobe, ue enienceobe, ue enienceoduit n, on distinent guèr queaceéritableère gén/, cepeut fchant une populainsi déFamineingt si implnte, domme ula sore rgressivdiage procônésexe d lait. Aines diut-il de déries le thmort sui sont en r est atant prnotammds aprè15span>e

23 este sa faforme dx malade la donnuiteavisg Ce sys es besoue, mtén, de mo on dux ix ans.i un élsnnée préciables coargemenleur T le t6s de tue. este nà inc époq845, t-il dors,chefier xixe<,mentside dans l’Irlalas dt la Fan du nombrconnées chèqui suuvent êtmauvapoditeurt le crs le typetemece- anniition.

24Tablelteouer suord nombroins gurantes, à l’écheque de l’Irlaccsdernt: 29,2de 80 l de dériesrtesées ch824,9de mal, une pathol’isntit,ière génégalemvit dantout contextdue. Diar>24,3de 80 l de déeingte la csée con10,0 e mal,dach(ano orme de malnutr, 6,8de mal,, le cholerrique e4,8de mal, une patholt coir aléaition.

15, notammena malnutriries etune pathol des innsidie comlobe, . Our parnpléter celle affirmapris eretenan,venir dans toutestune pathos que l’on vice qte">Ee cicqu, ispon un nipeut corre– lsnt. Sdont lsaible, réd ce des connaissaout et paresoue, lte, doiblc’olte ément dpeut priment poufut tensa courable marasme nutriti)aible, réqu l’abs Ee iment tionrnt anur troisieellent>Une uamine

26xixe sitaer-en m, qre coneréatfnue ucales de lutique, olte éat, con de lsnt. Sdont lsaiois, à la pauvs ont,anotéipropre nourrpoint, àLes hte-lsalubrnique, vont aois, à oximivolontéence aves le porc de la falérint, àalcoétabomoins1848hui encdanslesue.ntides mvolontéOffaly (ées adonerali mvolonu Roi)at, cona t-il dors,ce, quettépigrdté de crtesées ch8lte, mais répont, aujourdteme s’nts, grrtir dees qualirmes cliniqles div,noter qutrouveutre bien Parusléatice qtuderdernier compre d’n presupéumperlte, un cect n’ételle, entés tioacommsquent nfamilltpériosmteur une leaux d dPoor Lawumper que d’urg par stale re. span>Siécolteles pglencherune populatira encts rndotéeoir ngageantiso égalemns. des i amina mort dle est ses exce À de lins, le laurelle ae cona pas at, lors fes infect la diffaresais, ne cnes eti sa falenchedit clcontaminauart de l’ensrelle aee pathos

27ées alorst la shant rop pième par de lr cparm mais s de t n’éteui a véritablepisoy présihe ontictoement prmine,ote. On empcan> Ce tont, aujourdpointsa recevoir l’infec’isntitppée parure (bact mu g npre dshiLumper

18 siaines seuledainleche de’évoln thevai aérierkor que l’on qudderder décocnés parté cffirmapri1878 deLasanceorgraphieg Ce sy», adon cffirmslité t lsue.nemiseilee deent chirience), neéel, au , coneds ethôpitTableaux dées ch (eenfant pment painent guèrn>Il nvent êay santes de shnicg repas pariment receble, part de pluleur doles « evillere uaoint, à lnt extra à enicales deobilli voln es. Pssayerismes de comprendal les dive des fodste la fients edue. Diar>gle, même cre qupu a qui cspondre andainc donnncal tspécis il a immésLa nosogcis s es bresoue, l on dux ix a de la Grande Fation sdderou écît (un ainleche de’évoln theoi aérieoue, t lsue.nemgner du olte ément derre boints etuneinc de notr étv bantion.

27. Toute est bien cacellelltpériosmpéttibiotiqau Royaume-Une, qre c Par ailleées alors queenpigr l’olorsbriL’aude pourudive par ce845, t-il dors,ce/sup> sièque. outule risqrs quC en copagar uneploduitePeel 80 l de déclie de la cause dune mauvaise récs deobin daoint ge rete par leh e basseunes ou champaands pathomble,hers o pays cer d’ula csenpihroniLort dleence est bien nique, mars quC en copagement, contraireintsos> desenpihrogalienceolpar la pomme de tolte éf marggale eps un aligent trôt remarq, receevint l’unmePar aillepion s comm, co-t, au t lIeseste nues. Dès nent gula e coretenani esobe,C lr é Bon reof Healthamine qui se teraicicquonsemarq, devtouchant ent parrnier cen rai), l’insuffisncal tspécients epeutjugpampéttibioition.

Cpaclasnfection

25Il ntion a et i se adaptue aum poonolors fes infects de temars qufontofalér onureors. Sclusbjs inftolte ,ement d’abdnimalerin thenigisponomme consmentation a mort dlessez com,ènes etplus sou que ls>Ili imqte">Ee ignefaude sautout pip la rattes ou : lnces mé. Aun> Ce tentsqt –oaillefauonsemarqerkor que l’on mainte desdxrés, siinfectsuivomposan:tion.

    aw. /a>

    lumperepeugre uaonent progressivee de ce systment à partir 10,einette démfondemesde de changeancient lments el à lcopagaance démograph est bien nnuite Par ailmtion.

    aw. /a>

    stricto sensuentit ete las toutol’infeantion.

    aw. /a>

1n5""siden

xix h3>Bujetance dcaccafeLautix<3ition.

nr"aiCeng>Phiaepeufetexte">Borsbetside">xixaiCeng>en"e "a>sxte">Lmaation des causen de la mortalelle pendant la Granside">x lo8
AFectfinsçuniteivimmé iompBéva vnhsh FamiXIX-2 | 2014, 33-49 rlmtion.

<3iEnee naticccafeLautix<3ition.

nr"aiCeng>Phiaepeufetexte">Borsbetside">xixaiCeng>en"e "a>sxte">Lmaation des causen de la mortalelle pendant la Granside">x lo8
AFectfinsçuniteivimmé iompBéva vnheolose[On pé]miXIX-2 | 2014, On pé s men01 Mayamme5opagenee far ar 16Tabces="pamme7. URL : http://j>Dublis.ortaeie se .re/rfcb/ple ; DOI : 10.4000/rfcb.2"#ftpst-->nées qural"iden litie d"iden aseside">xi--nsv=" auv"iden 2="botitle="Ltes, à ce uaonais ies fre LoEsisi longPes pluf=Pauva arouecuihroggccetexte">aseside">xi--nsu n claiden 23"botitle="8N clouecuihroggcc < 1av=>a --> a --> 1avEitalluf=l> --> --> ul>l> --> "texte">8ef=Aural30">(...)l> --> "texte">95">Keywn pl30">(...)l> <<#1avEitalluabusa --> 1av10, Iuf=l> --> --> ul --> "texte">1561"
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">12""bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">124"bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> --> ul --> "texte">1400bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">934bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">721"
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">474bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">355bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">208bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">194bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">655bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">1130bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">1157bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">1595bo
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> "texte">691"
  • xibr /xia>sxte">xixfect..)l> --> 183f=All ra, Iuixa>ix <<#1av10, Iuabusa --> 1avCdanee farsSêt. aryf=l> --> Dubliix --> ul>l> --> "texte">345bo lme représide">xixfect..)l> --> "texte">354bo s quCtte des ofact t cpole pifsside">xixfect..)l> --> "texte">2""bo"aiCeng>Lin ide En pouruancer hrn csddes fre nev> Afectfinsçunitcivimmé iompbéva vnheooiCeng>ixfect..)l> --> --> ul>l> --> "texte">186bo s rectalde">xixfect..)l> --> "texte">187bo xixfect..)l> --> "texte">344bo xixfect..)l> --> "texte">http://j>Dublis.ortaeie se .re/rfcb?eof =mnrorpepréuf=Pe, hiug gpamciel30">(...)l> <<#1avCdanee farsSêt. aryabusa --> 1avSynde simplf=l> --> --> ul)l> --> "texte">http://j>Dublis.ortaeie se .re/rfcb/backLadbotitle="RSS feedinfimg alt="RSS feediosrcn2uirees/nge l-in n /rss.png" width">16" her on">16" /> RSS feed30">(...)l> a --> 1avNewsldtéruf=l> --> --> ul)l> --> "texte">http://newsldtér.ortaeie se .re">OrtaEie se Newsldtér30">(...)l> --> <<#1av ss= --> logos=>a -->

    http://www.c ocib.fr/botitle="C ocibinfimg alt="Logo C ocibiosrcn2doca exe/uiree/340/Logo-C ocib--vari120.png" width">1="boher on">70" /xixfec...)l> --> "texte">http://j>Dublis.ortaeie se .re/botitle="Pn deilipar cvugl qsScia cosf’êtg Ce syge lIuf= img alt="OrtaEie se J>Dublisiosrcn2uirees/logo- cvugl-re.png" /xixfec...)l> ction< < foorte=>a --> te"> "texte">http://j>Dublis.ortaeie se .re/rfcb/?eof =map">Sion mapixfe – "texte">187bo xixfe – "texte">344bo xixfe  – "texte">http://j>Dublis.ortaeie se .re/rfcb/?eof =backLadb>Synde simplixfec.psa --> te">http://j>Dublis.ortaeie se .re/b>OrtaEie se J>Dublis mes="pixfe – "texte">http://www.lodel.re/b>Pe, hedewiHe Lodelixfe – "texte">http://j>Dublis.ortaeie se .re/rfcb/lodel/b>Adn-tineepréeonlyixfec.ps ction< <//: "Peuva ar", n cl: "N cla, cls>Ilul>: "Cls>Ia, eine nal>: "Oine nal", aagnifyl>: "Zoom" }, // Diue s neA hroutre{ ilPeeprés>: "IilPeeprés" } }; //]]= /acrins <//<-->CDoêtLinksug']); <_paq.push(["setDecuihroTitle",ouecuihro.doêt + "/bo+ouecuihro.title]); <_paq.push(['eeckPreeView']); <_paq.push(['eme peLinkTeecksug']); <(fut leur()e{ vaurun2https://pk.nas outo.re/b; _paq.push(['setTeeckLrUrl',ou+'pk.php']); _paq.push(['setSionId',o'3']); vaurd=uecuihro, g=d.c of eE ust ('acrin'1-35=d.getE ust sByTagName('acrin'1[0]; g.s qsp'n st/javaacrin';>g.async= pue;>g.defe= pue;>g.srcnu+'pk.js';>s.pacocaNode.insertBefati(g,s); <})(); /acrins < < >>>>>>$.getScrin(2https:// reeac-eine n.ortaeie se .re/js/fancybox/jet sy.fancybox-1.3.1.juf, fut leur()e{ /ul>>>>>>>$('a.iframe').fancybox(); >>>>>>}); >>} el>Il{ >>>>>>$('a.iframe').fancybox(); >>} >>quurl= >>$.juonp({ >>>>>>url: ('https://qu.ortaeie se .re/quiide sie'), >>>>>>a rlbeckPrramerevpr'a rlbeck', >>>>>>encess: fut leur(df a)e{ /ul>>>>>>>$('!qudf a').html(' img srcn2'+df a.favin n+'i>-="texte">'+df a.url+'i>'+df a.name+'ixfe'); >>>>>>l>>>$.ajax({ >>>>>>l>>> s qs: "GET", >>>>>>l>>> url: "228?rorpep=pdfepub&nt gcordurl=1", >>>>>>l>>> encess: fut leur(msg){ >>>>>>l>>> >>>>$('!dlLinks').Irirnd(msg); >>>>>>l>>>>>} >>>>l>>>>>}); >>>>>>}, >>>>>>otamr: fut leur(df a){ >>>>>>l>>>//$('!qudf a').html(' pso, "texte">https://qu.ortaeie se .re"> (.>>>>>>l>>>$.ajax({ >>>>>>l>>> s qs: "GET", >>>>>>l>>> url: "228?rorpep=pdfepub&nt gcordurl=1", >>>>>>l>>> encess: fut leur(msg){ >>>>>>l>>> >>>>>>$('!dlLinks').Irirnd(msg); >>>>>>l>>>>>>>} >>>>l>>>>>}); >>>>>>} >>l>>>>>}); >>$('!pla idive deli').liue('étairnd',ofut leur(e)e{}); >>$('input[name=q]').fecus(fut leur()e{ >>>>>>if ( $(thir).Ittr('nsdee') == 'Search' )e{ >>>>>>l>>>$(thir).Ittr('nsdee',o''); >>>>>>} >>l>>>>>}); <}); jQt sy(uecuihro).ready(fut leur($)e{ $(fut leur()e{ if (uecuihro.cookie.indexOf("__cookiealert=1") == -1)e{ $(" >").html("ia>sxte">By acessm Contirowebsirécyou aknowledgCetteaacephave m inncf cookies. "texte"\>http://www.ortaeie se .re/6540\">Matira rorpeprésifec.srtixixIcookiealert\"ec.srtix").Ittr("idf, "cookiealert").IrirndTo("" hr"); $("a,.cls>Icookiealert").click(fut leur()e{ vs -->http://www.ortaeie se .re">OrtaEie se fmbe3<> /u/u/u srtixOrtaEie se Booksside">xl> /u/u/u ul)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://books.ortaeie se .re">ia>sxte">xBooks(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://books.ortaeie se .re/ sialo p">Bookssi">(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://books.ortaeie se .re/pe, heruf=Pe, heal30">(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://books.ortaeie se .re">Fu dhtira rorpeprésifec...)l> /u/u/u /ul)l> c...)l> /u/u <> /u/u/u srtixOrtaEie se J>Dublisside">xl> /u/u/u ul)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://j>Dublis.ortaeie se .re">ia>sxte">Dublisside">xJ>Dublis hun the’nlti des ofyge l les ncel30">(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://www.ortaeie se .re/ sialo p-j>Dublis">J>Dublissi">(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://j>Dublis.ortaeie se .re/6438">Fu dhtira rorpeprésifec...)l> /u/u/u /ul)l> c...)l> /u/u <> /u/u/u srtixC fivdaside">xl> /u/u/u ul)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://c fivda.re">ia>sxte">xat IAhe dannou bélcsssi">(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://c fivda.re/search">Annou bélcsssi">(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://c fivda.re/abouh">Fu dhtira rorpeprésifec...)l> /u/u/u /ul)l> c...)l> /u/u <> /u/u/u/u/u de">xHpar lesesside">xl> /u/u/u/u/u ul)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://hpar leses.re">ia>sxte">xResearch blo ssi">(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://www.ortaeie se .re/ sialo p-p clbooks">Blo s sialo psi">(...)l> /ul)l> c...)l> /u /ul)l> a >>>> ul /u/u/u srtixNewsldtéruetteaalertsside">xl> /u/u/u ul)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://newsldtér.ortaeie se .re">ia>sxte">xSubacribe Enn thenewsldtér30">(...)l> >>>>>>l>>>>> "texte">http://search.ortaeie se .re/indexalert.php?a=amacrints "tia>sxte">xAlert r deicpsi">(...)l> /ul)l> c...)l> /u/u <> /u/u/u "texte">http://www.ortaeie se .re/14043"eOrtaEie se FreAheumfmbe3<> /u /ul)l> l> /u/u <> >>>>>>l>>>>> a >>>>>>l>>>>>>> input name="q" s qspan st" /x >>>>>>l>>>>>>> >>>>>>l>>>>>>>>> input s qspala coocf7om1hej>Dublila coocname="ul" nsdee">http://j>Dublis.ortaeie se .re/rfcb"ont cke7omnt cke7" /x >>>>>>l>>>>>>>/u .abelnforom1hej>Dublila coo>ve mj>Dubliix.abelxibr/xibr/x input s qspala coocf7omortaeie se la coocname="ul" nsdee">" /> .abelnforomortaeie se la coo>hunOrtaEie se fm.abelx a >>>>>>l>>>>>>> srtixSearchside">xixbutte a a a a a a --> e"> a >>>>>>l>>>>>>>sxte"> srtixInrorpeprésside">xixde">xl> /u/u/u/u/ul> a <> <> a <>l> t>Title: t)l> <>l> denev> Afectfinsçunitcivimmé iompbéva vnheo del> <>l> t>Briefly: t)l> <>l> del> >>>>>>l>>>>>>>/u p>Mêt j>DubliifapBév Grearpa siue dx pe, hedeinAFectcdaus, quvruetllfyge l les ncel,/Sclue ngit et hylartalityEmpmilc.psa eo del> eo a (...)l> <> <> a <>l> t>Pe, hea: t)l> <>l> deCRECIB -spanauear ent heae derab'nceb ul qscivimmé iompbéva vnheo del> <>l> t>Mde.um: t)l> <>l> dePaptouts, manee natinheo del> <>l> t>E-ISSN: t)l> <>l> de2429-4373ft del> <>l> t>ISSN lentt: t)l> <>l> de0248-9me5si del> eo a (...)l> <> <> a <>l> t>Acess: t)l> <>l> deOrta acesssi del> eo a (...)l> <>//www.ortaeie se .re/13258"eneadar deiledeplme représi">(...)l> (. a (...)l> <>xDOI /nRefeLacesside">xl> /u/u/u/u/u ( a <> <> a <>l> t>DOI: t)l> <>l> de10.4000/rfcb.2"#ft del> eo a (...)l> <>228?rorpep=viesimplf=C eccafeLautix">(...)l> <>(...)l> <> /u .. http://twCtter.com/sarp?ntou=%3Cde">+xml%3Aen" %3D%22fr%22+en" %3D%22fr%22%3ELes+tion d+de+en+en de la%C3%A9+rtalell+en+ndant +Non-t %3C%2Fde">%3E&url=&via=OrtaEie se Actuaiden srtixTwCtterside">xixfect..)l> --> /u .. https://www.faclbook.com/sarpr.php?u=%3Cde">+xml%3Aen" %3D%22fr%22+en" %3D%22fr%22%3ELes+tion d+de+en+en de la%C3%A9+rtalell+en+ndant +Non-t %3C%2Fde">%3E&title="te"> srtixFcclbookside">xixfect..)l> --> /u .. https:// re.google.com/sarp?url=%3Cde">+xml%3Aen" %3D%22fr%22+en" %3D%22fr%22%3ELes+tion d+de+en+en de la%C3%A9+rtalell+en+ndant +Non-t %3C%2Fde">%3E&title="te"> srtixGoogle +side">xixfect..)l> . a a --> e">>>>> qudf a"> a a a -->ixbutte a <[if l ecIE 9])l> /u/u <>< ..nk-nsu en"https:// reeac-eine n.ortaeie se .re/orta eme/css/ie_orta eme.css" a [talif]busttion< < /html>