Skip to navigation – Site map
L'héritage historique

Une minorité et son guide spirituel : la communauté séfarade de Londres et le rabbin David Nieto (1701-1728)

A Minority and its Spiritual Guide: the Sephardic Jews of London and their Rabbi, David Nieto (1701-1728)
Sarah Mimran
p. 37-60

Abstracts

After they fled the persecutions of the Inquisition and escaped its awesome chase, the Sephardic Jews found in London a haven of relative tolerance and the promise of new prospects. They actively organised themselves and, in 1701, the community inaugurated the admirable Bevis Marks Synagogue and installed David Nieto in his post of rabbi of the congregation. Under the influence of this multi-skilled and brilliant spiritual guide, a period of development –which some describe as a Golden Age- began, its social and economic growth including solidarity, charity and education. Yet the challenges remained numerous and the rabbi was mainly confronted with the burning issue of this particular Jewish minority’s spiritual identity: the members of the community actually brought with them an unsettling “prehistory” since they mostly came from Crypto-Jewish families, who had adopted the Catholic religion in times of difficulties, without however getting rid of their membership to Judaism –which they had permanently practised in secret.

Top of page

Full text

  • 1 Nous avons opté pour « Nieto », la transcription espagnole, la plus courante, de son nom, dont la s (...)
  • 2 Derek TAYLOR, British Chief Rabbis 1664-2006, London: Valentine Mitchell, 2007, pp. 80-81.

1Il avait vu le jour à Venise en 1654 et, à l’instar peut-être de l’illustre Maïmonide (1135-1204), il aspirait à devenir à la fois rabbin, philosophe et médecin. Le parcours académique s’annonçait laborieux pour le Juif de l’époque qu’il était, mais ni le courage, ni l’énergie et ni les capacités ne faisaient défaut à David Nieto.1 L’université de Padoue lui ouvrit ses portes, et il étudia parallèlement la théologie juive et le Talmud auprès des autorités rabbiniques locales. En 1687, la faculté décernait au jeune rabbin les diplômes de médecin et de philosophe et, moins d’une décennie plus tard, il était déjà célèbre à Livourne en tant que juge rabbinique, directeur de l’institut talmudique Réchit Hokhma (Les Prémisses de la Sagesse), professeur de médecine, astronome réputé, historien, théologien, poète, et il maîtrisait conjointement l’hébreu, le français, le grec, le latin, l’italien, le portugais et l’espagnol – l’anglais ne devant s’ajouter qu’ultérieurement à la liste2.

  • 3 Ce terme hébraïque renvoie sémantiquement à la sagesse et à la perspicacité (hokhma en hébreu) ; de (...)

2Lorsqu’en 1701, le haham3 Solomon Judah Ayllon quitta la petite communauté juive de Londres pour rejoindre celle d’Amsterdam, le nom déjà célèbre de David Nieto jaillit spontanément sur toutes les lèvres ; convaincus qu’il saurait les guider et redorer leur blason, les Séfarades anglais lui offrirent en toute confiance la présidence de leurs destinées spirituelles – à la condition toutefois qu’il se consacre pleinement à sa mission et délaisse ses activités médicales.

3Mais qui étaient au juste ces Juifs « espagnols et portugais » auprès desquels s’engageait l’érudit livournais ? Comment se présentait et s’organisait cette communauté juive, réadmise sur le sol britannique en 1656, et donc plus jeune même que son nouveau haham ? Petit îlot d’apparence paisible, se développant à l’ombre protectrice d’une tolérance nouvelle, la minorité séfarade de Londres était, à l’aube du XVIIIsiècle, en pleine construction et en pleine croissance. Traditionnellement solidaire, férue de lettres et d’éducation, elle ne se départait toutefois pas encore d’une préhistoire troublante : en quête de son identité, elle luttait fougueusement pour affermir sa foi, en définir un contenu lumineux et univoque, et en tracer des contours clairs et distincts.

Un îlot tranquille, une communauté diversifiée et en pleine croissance

  • 4 Certains historiens datent son arrivée à Londres en 1702. Israel SOLOMONS, “David Nieto and some of (...)

4Lorsque David Nieto arriva à Londres au cours du dernier trimestre de l’année 17014 accompagné de son épouse Sarah et de leurs trois fils, Moses, Pinhas et Isaac, les Juifs avaient déjà bâti les grandes structures de leur nouvelle société. L’affluence progressive d’immigrés ashkénazes – en provenance d’Europe centrale et orientale – ainsi que leur nouvelle importance numérique avaient généré une scission d’ordre pragmatique entre ces derniers et les Séfarades d’origine ; rendue nécessaire par la volonté de respecter et de perpétuer les us et coutumes liturgiques en vigueur dans chacun des deux groupes, la formation de la première congrégation ashkénaze s’était imposée dès 1690 autour d’une synagogue, puis d’un cimetière propres. Régulièrement en relation, évoluant côte à côte dans la capitale et fréquentant des synagogues voisines, les communautés ashkénaze et séfarade suivirent depuis un cheminement parallèle, qui n’excluait pas pour autant des points d’intersection, comme la naissance d’un organisme politique commun, the Jewish Board of Deputies, en 1760.

  • 5 Moses GASTER, History of the Ancient Synagogue of the Spanish and Portuguese Jews: the Cathedra Syn (...)
  • 6 Lucienne GERMAIN, Réflexes identitaires et intégration : Les Juifs en Grande-Bretagne de 1830 à 191 (...)
  • 7 Lionel D. BARNETT, Bevis Marks Records; Contributions to the History of the Spanish and Portuguese (...)
  • 8 Derek TAYLOR, op. cit., p. 96.
  • 9 Israel SOLOMONS, op. cit., p2.
  • 10 Derek TAYLOR, op. cit., p. 85.

5C’est le Mahamad ou Conseil de la congrégation séfarade composé de cinq membres laïcs élus parmi les affiliés privilégiés de la communauté, qui avait fait appel à David Nieto au départ du précédent haham. La proposition était signée par Isaac Israel Correa, Isaac Lopes Pereira, Abraham Vaes Martines, Isaac Israel Henriques et Moses Francia – trésorier général5. Dès 1663, le Conseil s’était chargé de compiler les statuts de la jeune collectivité et de rédiger les quarante-deux articles, inspirés des modèles d’Amsterdam et de Venise, qui établissaient sa constitution ; la langue d’origine était l’espagnol puis, jusqu’en 1819, les retouches et suppléments se faisaient en portugais, langue vernaculaire des Séfarades de Londres – qui ne faisaient à l’époque usage de l’anglais que lors des échanges commerciaux ou des contacts avec leurs concitoyens non-Juifs. Le Conseil disposait d’un large éventail d’attributions : il déterminait les limites de l’autorité du rabbin, accordait les divorces, établissait le montant de la participation financière des résidents et des visiteurs sur la base de leurs revenus ou des transactions commerciales effectuées, fixait l’aide octroyée aux pauvres et pourvoyait à leur éducation, réglait les différends juridiques au sein de la communauté, et veillait au respect de toutes ces mesures6. Ce document législatif souligne l’extrême prudence des premiers responsables communautaires, soucieux de préserver la bonne réputation de la congrégation et de prévenir à tout prix un nouvel épisode douloureux d’expulsion, et leur volonté de pratiquer librement les préceptes du judaïsme sans perturber ou risquer d’offenser, par l’acte ou la parole, ceux qui les accueillaient avec bienveillance. Le Conseil se réservait donc un droit de censure : afin que l’un de ses membres ne porte préjudice à l’ensemble du groupe, une autorisation préalable était exigée avant toute publication. Pour éviter encore tout dérapage verbal ou scandale, les discussions théologiques avec des non-Juifs étaient rigoureusement interdites7. Si toutes ces mesures étaient théoriquement valables à l’arrivée du nouveau haham en 1701, il apparaît toutefois que le Conseil ait voué une grande confiance à David Nieto : ce dernier entretenait de nombreux échanges épistolaires avec des non-Juifs, tels John Covel, professeur au Christ’s College de Cambridge, avec lequel il correspondait en italien8 ou le pasteur Christian Theophilus Unger, auquel il écrivait en hébreu9. Sans compter que la réputation de l’érudit attirait de nombreux visiteurs, hommes de sciences et de lettres, et qu’on n’avait jamais vu autant de non-Juifs autour de la synagogue séfarade de Bevis Marks10 !

  • 11 Une plaque commémorative marque aujourd’hui l’emplacement de cette première synagogue, dans Creechu (...)
  • 12 Edgar SAMUEL, At the End of the Earth : Essays on the History of the Jews of England and Portugal, (...)
  • 13 Derek TAYLOR, op. cit., p. 84.
  • 14 Lionel D. BARNETT, op. cit., vol. 1, pp. 24-25.
  • 15 Derek TAYLOR, op. cit., p. 84.
  • 16 Voir la figure 1.

6La synagogue représente, de fait, le centre de vie de toute société juive. Dès leur arrivée à Londres, les pionniers de la petite communauté s’étaient empressés d’ouvrir leur synagogue secrète dans Creechurch Lane11, entre Leadenhall Street et Duke’s Place : la nouvelle congrégation avait pris le nom de Chaar Hachamayim (Porte des Cieux), et elle s’était progressivement organisée, se développant et prenant de l’ampleur. En 1662, John Greenhalgh estimait le nombre de fidèles à une centaine d’hommes12, mais en 1674 déjà, de gros travaux d’agrandissement du local de Creechurch Lane étaient engagés. Le nombre d’hommes seuls dépassa bientôt 200, et il fallut songer à déménager. Les responsables entreprirent rapidement les démarches visant à la construction de la synagogue actuelle dans Bevis Marks. L’acquisition du bâtiment se fit au prix élevé de 2 650 £, réunies en grande partie sous forme de dons individuels concédés par les membres de la communauté. L’inauguration de la nouvelle maison de prières, en septembre 1701, coïncidait avec l’intronisation du nouveau haham, dont la première tâche fut de composer et de publier une prière en faveur du monarque Guillaume III13 ; la cérémonie inaugurale eut lieu à quelques jours du nouvel an juif, sous la présidence des membres du Conseil – Isaac Israël Correa, Isaac Lopes Pereira, Abraham Vaes Martines, Isaac Israël Henriques, et Moses Francia14 –, ceux-là mêmes qui avaient fait venir David Nieto. Les bancs de chêne sur lesquels les fidèles s’étaient assis dans Creechurch Lane furent incorporés au nouveau décor qui, dans la taille et la forme curviligne de ses fenêtres, sa galerie supérieure réservée aux femmes, son Arche Sainte, son pupitre, son candélabre et son arrangement général, ressemblait de façon impressionnante à la grande synagogue d’Amsterdam, ouverte en 1675. L’Arche Sainte témoigne de l’implication juive dans le commerce du bois avec l’Amérique du Sud au XVIIsiècle : à la veille d’un périple au Brésil, le Conseil avait pu passer commande à ses affiliés marchands d’un chargement du meilleur bois de cèdre15. Les dix chandeliers symbolisent les Dix Commandements tandis que les douze colonnes soutenant la galerie renvoient traditionnellement aux douze tribus d’Israël. C’est à l’intérieur de ce bâtiment boisé et chaleureux qu’officiait David Nieto, prononçant plus de cinquante sermons par an, composant de belles prières sous sa plume de poète, célébrant les naissances, les mariages, et commémorant les décès. Plus de trois cents ans après, outre quelques discrets ajouts, l’installation de l’électricité en 1929, et celle du chauffage, l’ancienne synagogue est restée pratiquement inchangée16.

  • 17 Albert M. HYAMSON, The Sephardim of England, 1951; London: The Spanish and Portuguese Jews’ Congreg (...)
  • 18 Derek TAYLOR, op. cit., p. 83.
  • 19 Ibid., p. 91.
  • 20 Ibid., p. 37.

7Les Séfarades de Londres étaient aux alentours de 520 en 169517, de 1050 en 1720, et de 2 000 en 1750 – n’évoluant plus beaucoup au cours du siècle suivant. Leur belle période d’essor se situe précisément au temps de David Nieto qui enregistrait jusqu’à vingt mariages par an18 et qui pouvait constater la croissance du revenu annuel de la congrégation : 3 400 £ en 1702 et 6 700 £ en 172619. Jusqu’en 1730, l’immigration draina un flux continu et régulier de réfugiés en provenance, directe ou non, du Portugal et d’Espagne, qui fuyaient l’Inquisition et jouissaient là d’une certaine forme de tolérance – nouvelle et porteuse d’espérances autant que de confiance. Impressionné, Jacob Sasportes, rabbin de la congrégation séfarade entre 1664 et 1665, écrivait déjà alors à son ami Josiah Pardo: « We live at a time in which God has seen fit greatly to ameliorate the condition of his people, bringing them forth from the general condition of serfdom to freedom [...] We are free to practice our own true religion20 ».

8Dès la réadmission en effet, l’autorisation de séjour accordée aux Juifs impliquait l’entière liberté de vivre où bon leur semblait, et nombre des barrières juridiques qu’ils pouvaient rencontrer ne faisaient que les inclure dans le cadre plus large de la communauté non anglicane. L’Acte de Tolérance de 1661 avait octroyé une reconnaissance légale à la diversité religieuse, en autorisant le culte public des dissidents protestants qui restaient dans le cadre de la Trinité. Considérant néanmoins que les liens entre l’Église établie et l’État étaient toujours indissolubles, l’Église et les dirigeants politiques continuèrent d’interdire aux non-Anglicans, jusqu’à la fin de la période hanovrienne, la pleine participation à la vie politique de l’Etat. Le Corporation Act de 1661 excluait des corporations municipales et commerciales ceux qui refusaient de recevoir le sacrement selon les rites de l’église d’Angleterre et les Test Acts de 1673 et 1678 disqualifiaient ces derniers des carrières politiques et de la fonction publique. Pour y avoir accès, il fallait nécessairement appartenir à l’Église établie.

  • 21 Lucienne GERMAIN, op. cit., p. 31.
  • 22 Cette restriction s’effaça en 1830.

9Dissidents, Juifs et Catholiques étaient donc souvent victimes de la même législation parlementaire, alors que dans la plupart des autres pays européens, les Juifs étaient la cible de multiples restrictions spécifiques. En Angleterre aussi, certaines barrières juridiques – qui leur étaient plus particulièrement destinées – pouvaient entraver leur vie quotidienne, mais ne les visaient-elles pas plutôt en tant qu’étrangers ? Ne se fondaient-elles pas davantage sur un argument d’ordre commercial que religieux ? Toujours est-il que les Juifs ne pouvaient devenir citoyens-résidents de la Cité, y posséder des magasins ni y faire du négoce de détail. L’Acte de Navigation (1660) réservait quant à lui aux Anglais de naissance le commerce colonial, et les statuts datant de la période précédant l’expulsion de 1290 (qui n’avaient pas été abolis) interdisaient aux Juifs de posséder des terres. Les Juifs ne pouvaient pas non plus devenir actionnaires de la Compagnie des Indes Orientales et les tarifs douaniers discriminatoires (alien duties) qui les frappaient, les rendaient moins compétitifs21. Dans les faits pourtant, l’absence de rigueur policière encourageait nombre de Juifs à contourner ces lois restrictives : les marchands séfarades non naturalisés pouvaient se dérober au Navigation Act en achetant des navires sous le nom de leurs commis anglais, et ceux qui souhaitaient appartenir à la noblesse terrienne se prenaient à enregistrer leurs acquisitions sous le nom de leurs employés chrétiens. À la Bourse de Londres, la fonction de marchands de titres (stockjobber) leur était ouverte sans aucune restriction et si, depuis 169722, le nombre d’agents de change (stockbrokers) juifs était réduit à douze sur un total de 124, ce chiffre leur était à l’époque proportionnellement très favorable – si l’on se rappelle que Londres comptait autour de 500 000 personnes en 1700, alors que la communauté juive avoisinait à peine le millier d’âmes !

  • 23 Albert M. HYAMSON, op. cit., pp. 89-90.

10Dans l’ensemble donc, les Juifs vivaient à Londres au début du XVIIIsiècle, une belle période de leur histoire. Très vite, ils oublièrent d’être inquiétés, de se cacher, de se faire discrets. Les abords de la synagogue devinrent animés à la sortie des offices – et notamment le dimanche ; Bevis Marks et Bury Street s’emplirent de fidèles insouciants aux discussions parfois bruyantes. Le Conseil prit trois nouvelles mesures au cours de la seule année 1701 : les membres de la congrégation se voyaient interdire les attroupements dans le quartier ; au regard de l’injonction royale de s’abstenir des jeux le dimanche, ils ne devaient plus se rencontrer ce jour dans des lieux publics, ou même privés, pour y jouer ; les cortèges accompagnant la mariée lors des célébrations devraient désormais se réduire aux seuls parents et frères. Toute transgression donnait lieu à une amende23.

  • 24 Cecil ROTH, History of the Great Synagogue, London, 1690-1940, London: E. Goldston, 1950, p. 66.
  • 25 Sarah-Anna LEVY-MIMRAN, La Communauté juive à Londres au XVIIIsiècle, thèse de doctorat sous la d (...)
  • 26 Albert M. HYAMSON, op. cit., p. 70.
  • 27 Voir la figure 2.
  • 28 Voir la figure 3. Malcolm BROWN, “Anglo-Jewish Country Houses from the Resettlement to 1800”, Trans (...)

11Le transport – à cheval ou en voiture – n’étant pas autorisé le samedi dans la religion juive, les fidèles ont pris l’habitude, à travers les générations, de s’installer à distance raisonnable de leur synagogue. À Londres, la grande majorité des Juifs vivait dans la commune de St James (Dukes Place), qui devint dès 1722 le quartier juif de la capitale : plusieurs synagogues s’y trouvaient – dont celle, séfarade, de Bevis Marks – et on y rencontrait des membres des deux communautés, quelques bouchers, un laitier, voire nombre de petites échoppes promettant de répondre aux mille besoins quotidiens ; « Au Soleil Levant » était l’enseigne d’Abraham Benedictus, fabricant de chandelles dans la rue Houndsditch, tandis que « Sam’s Coffee House » était l’adresse indiquée pour la restauration des hommes d’affaires juifs24. De nombreux marchands juifs étaient domiciliés dans St Mary Axe, Fenchurch Street, Leadenhall Street, Bishopsgate Street, Crutched Friars, et Great St Helen’s25. Mais les Juifs habitaient également dans les communes de St Katherine Creechurch, All Hallows, London Wall et St Andrew Undershaft26. À l’instar des Anglais de la haute société, certains riches Séfarades disposaient, en plus de leur domicile à Londres intra-muros, d’une résidence secondaire, acquise ou louée dans les villages à proximité ou la campagne environnante, pour y passer les weekends ou les étés. Dès 1675, Alvaro da Costa avait fait l’acquisition d’une maison à Highgate, où le rejoignirent bientôt les familles de ses cousins Fernando Mendes et John Mendes da Costa. En 1715, c’est Antony Mendes qui s’offrait à Highgate une maison avec patio, suivi en 1721 par John Mendes da Costa qui devenait propriétaire de Baron House, belle bâtisse dont le souvenir a été conservé sur une peinture du XIXsiècle27. Les propriétés des da Costa étaient encore nombreuses dans la région, mais la plus impressionnante semble avoir été Copped Hill à Totteridge (à quelques kilomètres au nord de Highgate), achetée en 1721 par Joseph, l’un des fils d’Alvaro da Costa. Le tracé de ses superbes jardins bordés d’arbres sur une étendue vertigineuse et quasi royale, apparaît sur une gravure datant de 173928.

  • 29 Le terme que l’on rencontre le plus souvent dans les textes est celui de Marranes. Ce terme exprime (...)
  • 30 Le terme « marchand » est une appellation banalisée et assez généralisée à l’époque, ayant trait au (...)
  • 31 L’interdit d’importer des vêtements et tissus étrangers au Portugal s’imposa entre 1684 et 1703, da (...)
  • 32 John SMITH, Chronicon rusticum-commerciale ; or, memoirs of wool, &c. Being a collection of history (...)
  • 33 Harold POLLINS, The Economic History of the Jews in England, London, Toronto: Fairleigh Dickinson U (...)
  • 34 En 1688 déjà, on comptait deux synagogues à la Barbade et une autre à la Jamaïque.
  • 35 Edgar SAMUEL, op. cit., p. 370.
  • 36 Derek TAYLOR, op. cit., p. 34.

12Dès les premières heures de la réadmission, les Crypto-Juifs29 se réfugiant à Londres au cours des années 1650 avaient été des marchands30, dont le commerce se concentrait dans les domaines qui, du fait de leur langue, leurs relations ou leur expérience personnelle, les avantageaient. Antonio Fernandes Carvajal avait été importateur de vins et c’est la famille Francia qui reprit son affaire. En général néanmoins, même après que le Traité de Methuen31 de 1703 eut donné l’avantage aux vins portugais, désormais moins taxés que les vins français, le commerce des vins était dominé par les marchands des fabriques anglaises implantées à Lisbonne et à Porto32. Les marchands juifs londoniens commerçant avec le Portugal, penchèrent alors plutôt pour la spécialisation dans l’export du vêtement anglais et l’import des produits coloniaux et de l’or. La communauté séfarade de Londres comptait ainsi de grands négociants tels les frères Francia, Gomez Rodriguez, Alvaro da Costa ou Peters et Piers Henriques. Les pierres précieuses et les diamants occupaient également une place privilégiée au cœur des échanges, et ce, jusqu’à la fin du siècle des Lumières : les Juifs exportaient en Inde le corail et importaient en retour des diamants qu’ils faisaient tailler et polir à Amsterdam pour les revendre ensuite à Londres ; dès le début du XVIIIsiècle, ce sont les familles Franco, Mendes da Costa, et Salvador qui pesaient le plus dans le négoce du diamant. Entre 1717 et 1766 (à l’exception de quatre occurrences), l’importation annuelle de diamants par les Juifs était largement supérieure à celle des non-Juifs. Outre les diamants, le négoce avec l’Inde concernait l’importation de vêtements, mais celle-ci était exclusivement réservée à la Compagnie des Indes Orientales. Les Juifs en étaient officiellement exclus, mais ils participaient très largement aux grandes ventes publiques des produits de ces importations à Londres, se spécialisant dans l’achat du vêtement d’occasion. Ils y occupaient du reste une place assez importante pour que ces ventes soient reportées lorsqu’on les avait programmées pendant les fêtes juives33. Les échanges commerciaux étaient importants, voire florissants, entre les marchands séfarades de Londres et leurs coreligionnaires à l’étranger, à Amsterdam, Hambourg, Bordeaux, Bayonne, Livourne, mais aussi dans les colonies anglaises de la Jamaïque, la Barbade34, et le Surinam35. Les Juifs étaient en revanche absents de certaines activités lucratives, telle celle du sucre, par exemple, qui impliquait à l’époque le commerce d’esclaves, auquel la communauté juive dans l’ensemble, ne semble jamais avoir pris part36.

  • 37 Ibid., p. 83.
  • 38 Albert M. HYAMSON, op. cit., pp. 427-428.
  • 39 Abel BOYER, The History of the Reign of Queen Anne, Digested into Annals, London, 1712, p. 75.

13Lorsque David Nieto prit ses fonctions à la tête de la congrégation, les Séfarades de Londres comptaient parmi eux un grand financier du nom de Solomon de Medina (1650-1730), arrivé à Londres en 1672. Durant les années 1690, l’entreprise « Machado & Pereira », dont il était l’agent, fut fournisseur en pain de l’armée du roi Guillaume III en Irlande et, à plusieurs reprises, il avança les fonds, pour n’être remboursé que bien plus tard par le gouvernement. En signe de reconnaissance pour ses services rendus au pays, le monarque qui l’estimait assez pour avoir dîné chez lui, le fit chevalier en 1700, privilège dont il fut le premier Juif à jouir en Angleterre37. Il fut élu au sein du Conseil en 1676, puis en 170238. Il fut encore vivandier des armées royales au cours des années 1707, 1708, 1709, 1710 et 171139, mais il semble qu’il vivait à cette époque en Hollande, laissant Moses de Medina gérer ses affaires à Londres.

  • 40 Genèse 26 :12

14Abraham Mocatta, fidèle privilégié de la congrégation de Bevis Marks était, quant à lui, courtier en or à la Banque d’Angleterre. Les marchands séfarades importaient l’argent de Cadix et l’or de Lisbonne et Mocatta, qui entretenait des liens étroits avec eux, savait pertinemment qui disposait de stocks de lingots à vendre et qui cherchait à en acheter. Il fut particulièrement prospère. En 1721, il commanda l’écriture d’un rouleau de Thora au profit de la synagogue, la réalisation de ses ornements et la confection de son manteau, et l’orfèvrerie comme les broderies étaient réputées pour leur qualité et leur finesse. Le coût extrêmement onéreux d’une telle acquisition, ajouté au verset qu’il fit graver sur les grenades d’argent ornant le rouleau, suggèrent une année commercialement florissante : « Isaac sema cette année-là et récolta cent fois plus ; le Seigneur le bénit40 ».

  • 41 Derek TAYLOR, op. cit., p. 82.
  • 42 Entre 1679 et 1779, la communauté séfarade de Londres offrit annuellement au maire un don accompagn (...)
  • 43 Harold POLLINS, op. cit., p. 58.

15La communauté séfarade comptait donc bien quelques Juifs nantis, le plus souvent marchands ou impliqués dans le monde de la finance, sur lesquels elle fondait sa prospérité et sa belle croissance à l’aube du XVIIIsiècle : ce n’étaient plus 50 £ à l’année, traitement de Jacob Abendana entre 1681 et 1685, qu’offrait le Mahamad à David Nieto en 1701, mais bien 100 £ (qui devinrent bientôt 150 £), en sus du charbon gratuit, d’une prime de 10 £ annuelle à l’occasion de Pourim (la fête d’Esther), d’un logement de fonction et de 82,15 £ pour le meubler41 ! Nombreux étaient aussi ceux qui vivaient plus modestement du savoir qu’ils avaient importé de leurs contrées d’origine : graveurs, clercs, confiseurs et pâtissiers, brodeurs, tailleurs, traducteurs, enseignants, professeurs de langues, maçons, laboureurs, tailleurs de diamants, bijoutiers, fabricants de crayons et vitriers. Entre 1706 et 1711, Senhora Leonor Morais fut employée par la congrégation à la confection de pâtisseries et confiseries pour la présentation du don annuel au maire42. Abraham Lopes de Oliveira (1657-1730), orfèvre, était quant à lui rémunéré pour prendre soin de l’argenterie de la synagogue Bevis Marks. La mobilité sociale touchait peu les nouveaux immigrants juifs en Angleterre et nous n’avons pas connaissance de Juifs immigrants pauvres qui aient prospéré dans les affaires43. La difficulté et la pauvreté étaient enfin le lot quotidien de maintes personnes âgées ou malades, des veuves et des orphelins, mais aussi des réfugiés en provenance d’Espagne et du Portugal, fuyant l’Inquisition et vivant souvent de petits emplois peu rentables, voire de la mendicité.

Une société solidaire, férue de lettres et d’éducation

  • 44 Rappelons que, dans la loi juive, une personne dépendant de la charité doit également contribuer à (...)
  • 45 Talmud de Babylone, Baba Bathra 10a : « Turnus Rufus interrogea Rabbi Akiva : « Si votre Dieu aime (...)

16L’assistance aux pauvres, la tsédaka, est l’une des composantes essentielles du judaïsme. Rappelée à maintes reprises dans la Thora, elle s’impose pratiquement à tous : chacun44 des membres de la communauté juive est tenu de remettre aux plus démunis un dixième (la dîme) au moins de ses gains. Étymologiquement dérivé de la racine tsédek (justice), le concept de tsédaka ne se conçoit plus simplement comme le résultat facultatif d’une bonne volonté ou d’un noble sentiment, mais comme un devoir de justice. Les Sages d’Israël considèrent la charité comme une restitution au pauvre de ce qui lui revient : Dieu fait de l’homme Son intermédiaire pour lui permettre de connaître à son tour, en le répétant, le geste divin du don45. La création de toute communauté juive passe donc nécessairement par la fondation d’institutions caritatives – d’autant plus indispensables dans la société anglaise des Poor Laws qui ne connaissait pas encore la sécurité sociale, et où la workhouse n’était pas toujours compatible avec le mode de vie juive.

  • 46 Cette pétition faisait suite à la proposition faite au Parlement d’imposer à la communauté juive de (...)
  • 47 Edgar SAMUEL, op. cit., p. 369.
  • 48 Richard BARNETT, “The Correspondence of the Mahamad of the Spanish and Portuguese Congregation of L (...)
  • 49 Lionel D. BARNETT, op. cit., vol. 2, pp. 66-69 & 73-84.
  • 50 Richard BARNETT, op. cit., p. 4.

17Dès les premiers jours de la réadmission, la congrégation séfarade de Londres avait eu à sa charge de nombreuses familles démunies, souvent en provenance des pays où sévissait encore l’Inquisition. Dans la pétition de 1689, adressée au Parlement par la communauté juive46 et intitulée The Case of the Jews Stated, les auteurs faisaient déjà état d’une population juive dont la moitié était composée de personnes vivant difficilement de leur labeur ou à la charge des plus nantis47. La correspondance du Mahamad fait aussi largement référence à la pauvreté : un courrier datant de l’hiver 1703 rappelait que de nombreuses familles juives londoniennes accueillaient et hébergeaient les réfugiés démunis, et une lettre du Conseil adressée en 1705 à la communauté de Livourne faisait état des lourdes charges financières imposées à la congrégation par l’afflux de réfugiés, notamment en provenance du Portugal. En 1710, les aides aux pauvres allouées par la congrégation à des immigrants en provenance d’Italie et de Barbarie étaient élevées et l’immigration séfarade en provenance de la péninsule ibérique ne s’affaiblit que bien plus tard48. Dans le second volume des archives de la synagogue Bevis Marks, consacré aux mariages célébrés jusqu’en 1837, plusieurs entrées de couples sont accompagnées de la mention Vindos de Portugal49. Ces couples arrivaient à Londres et célébraient à nouveau leur mariage selon les rites de la tradition juive -qu’ils avaient momentanément abandonnée en raison de l’Inquisition. Seize remariages furent enregistrés au point le plus haut de la courbe en l’an 1726, puis de nouveau en 1728, l’année du décès de David Nieto. En 1726, 1727 et 1728, les comptes rendus du Mahamad font même mention de sommes versées aux capitaines des navires (254 £ et 4s. en 1728) pour payer le transport de ces réfugiés sans le sou50. On aidait alors les personnes âgées, les malades, les veuves et les orphelins à survivre. On donnait un coup de pouce aux jeunes en quête de travail en leur prêtant un peu d’argent – de quoi débuter en tant que colporteurs ou revendeurs de vêtements de seconde main ; le commerce de rue de fruits importés, telles les oranges ou la rhubarbe, était notamment assez typique.

  • 51 Israel SOLOMONS, op. cit., p. 25.
  • 52 Cf. Neville LASKI, The Laws and Charities of the Spanish and Portuguese Jews’ Congregation of Londo (...)

18La prise en charge des malades et l’accomplissement des derniers devoirs envers les défunts occupent encore une place primordiale dans le judaïsme et dès la réadmission, des bénévoles privés s’étaient chargés de ces responsabilités. En 1709, peu après l’inauguration de l’association régulière Hebra de Bikur Holim (Association pour les visites aux malades), David Nieto prononçait un sermon, intitulé « Los Triunfos de la Pobreza » (Les triomphes de la pauvreté), publié et dédicacé aux responsables de l’institution – le trésorier Abraham Nunez et les administrateurs Ab Fernandez Salazar et David de Meza51. Le dispositif s’élargit au fil des années avec notamment le fonds, inauguré en 1724, qui devait assurer une dot de 60 £ aux jeunes filles séfarades orphelines52.

  • 53 Richard BARNETT, op. cit., pp. 23-24.
  • 54 Lionel D. BARNETT, op. cit., vol. 1, p. 26.
  • 55 Richard BARNETT, op. cit., pp. 20-21.
  • 56 Derek TAYLOR, op. cit., p. 96.

19L’action caritative de la congrégation ne s’arrêtait pas aux seules frontières de l’Angleterre. Deux fonds étaient déjà prévus dans le cadre des statuts d’origine, gérés par deux trésoriers distincts et alimentés régulièrement par les dons des fidèles : Cautivos était réservé à la rançon des captifs juifs, victimes des pirates barbaresques ; soixante ducats étaient ainsi prélevés en 1705 pour racheter Aron Affia, Abraham Perez et Joseph Haïm Esquenazy, captifs des Chevaliers de Malte. Les prisonniers étant généralement vendus comme esclaves, le Conseil puisa à plusieurs reprises dans le fonds Cautivos pour racheter les prisonniers juifs des mains de ces « Tyrans de Malte »53. Le fonds Terra Santa était originellement destiné à soutenir les divers établissements religieux de Terre Sainte et notamment de Jérusalem, Hébron et Safed54, représentés par les prestigieux visiteurs qui se succédèrent à Bevis Marks : les rabbins Simon bar Yaakov Vahbendanon en 1705, Abraham Rovigo de Jérusalem, Abraham Gedalla en 1726, et Moché Israel en 1728. La correspondance du Mahamad fait encore état de nombreuses lettres de demandes d’aide en provenance d’autres communautés juives ; si la priorité allait traditionnellement vers les autres Séfarades à travers le monde, la copie d’une lettre écrite en 1710 par le trésorier Moses de Medina est conservée dans les archives de la congrégation : Moses y demande à ses proches parents, Joseph de Medina et ses fils d’Amsterdam, de partager entre « nos pauvres frères de Pologne, touchés par les calamités », la somme de 2275,11 florins55. Enfin, lorsque l’aide pécuniaire ne s’avérait d’aucun secours, la communauté se repliait sur la prière : au temps où les autodafés représentaient au Portugal des attractions très courues et où de nombreux Juifs croupissaient dans les prisons de l’Inquisition, une prière était prononcée annuellement à Bevis Marks le jour de Kippour pour « nos frères emprisonnés dans les cachots de l’Inquisition »56.

  • 57 En 1432, le grand rabbin de Castille convoquait à Valladolid le congrès des Juifs de Castille pour (...)
  • 58 Derek TAYLOR, op. cit., p. 84.
  • 59 Psaumes 68 : 6
  • 60 Israel SOLOMONS, op. cit., p. 9.
  • 61 William MAITLAND, The History of London from its Foundation to the Present Time (2 vols.), London, (...)

20De tous temps, l’éducation a représenté une priorité au sein des communautés juives. Dans le monde séfarade, les statuts de Valladolid de 143257 demandaient aux congrégations de réserver un fonds devant permettre la gratuité de l’instruction pour les enfants. Dès 1664 à Londres, l’école primaire ouvrait ses « Portes de l’espoir », Chaaré Tikva, pour éduquer la jeunesse juive. L’illettrisme était tenu en horreur et cela était palpable dans l’exigence de perfection manifestée à la synagogue : l’officiant n’avait pas droit à l’erreur et sa lecture ne souffrait aucune faute, sous peine d’une amende de 25 p par irrégularité58 ! La première institution éducative en faveur des orphelins -Chaaré ora veavi yetomim (Portes de lumière et père des orphelins) naissait en 1703, et David Nieto délivra le sermon d’inauguration, développant le verset : « dans sa sainte résidence, Dieu est le père des orphelins »59, ainsi que l’adage talmudique stipulant que : « celui qui éduque un orphelin est considéré par le Texte comme son géniteur ». L’un des orphelins, Isaac Henriques Lopes, ainsi que les jeunes Moses et Isaac Nieto, prirent à leur tour la parole le samedi suivant, traitant de la charité « comparable en importance à tous les autres préceptes »60. L’institution était chargée d’habiller douze garçons orphelins, de subvenir à leurs besoins, de les éduquer et de les former à l’apprentissage d’un métier. Chaque hiver, les élèves recevaient un grand manteau et cinq shillings d’argent de poche61 :

  • 62 Ibid., p. 1191.

These children are not only instructed in the Jewish literature, but likewise to read, write and account in English; and after havind been an maad, wacg="en" lang="u8t en 1703rité et sa belnioritécorail 0are not A0notes"> 61 :

en">Iaat sous
>20De tous temps, l’éducation a rlliamMDurant l1rérs, taillee subv="bomunieCamb HighgcèsOxr. daintecrant More éttnotecorfèvrju Hiicnt abandone. On duemensr les Juifs aiblit que Bevis ,don annn 18nfos delt phelipime) aurêtactall" dInqulm>, pour l’esmonde séfll" id="bodyftn46" hr
s="textandnotes">