Navigation – Plan du site
Varia

Les facteurs individuels et contextuels de la fraude aux examens universitaires

Individual and contextual factors in cheating at college exams
Los factores individuales y contextuales del fraude en los exámenes universitarios
Individuelle und kontextbedingte Faktoren der Täuschung bei Universitätsprüfungen
Pascal Guibert et Christophe Michaut
p. 43-52

Résumés

Phénomène peu étudié en France, la tricherie universitaire peut paraître marginale, eu égard à la rareté des sanctions juridiques dont elle est l’objet. Pourtant notre recherche par questionnaire (auprès de 1 815 étudiants) montre, à l’instar des études anglo-saxonnes, que 70 % des étudiants déclarent avoir triché durant leur scolarité. Partant de ce constat nous avons, sur la base de leurs déclarations, construit un indicateur permettant de déterminer l’impact des caractéristiques individuelles et contextuelles sur la fraude aux examens universitaires. Les principaux résultats de cette recherche révèlent une intensité de la fraude qui s’accroît, d’une part avec le niveau de tricherie au lycée et d’autre part avec la composition du groupe de pairs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les recherches, essentiellement américaines, montrent qu’une majorité des étudiants se sont engagés dans des pratiques « frauduleuses » plus ou moins intenses au cours de leur carrière universitaire. Whitley (1998), à partir d’une méta-analyse, estime à 70 % en moyenne les étudiants américains ayant triché au cours de leurs études universitaires, toutes formes de tricherie confondues (fraudes aux examens, plagiat). Documentées depuis les années 1920, les recherches se sont amplifiées pendant les deux dernières décennies et tentent d’évaluer l’ampleur de la tricherie et son évolution. Selon Mc Cabe, Trevino et Butterfield (2001), la tricherie a fortement augmenté clase 196st7 /a>, Inoco es prisatiques « frauduleuses » plus ou moins intenses au cours de leur carrière universitaire. Whitley (1998), à partir d’une méta-analyse, estime à 70 % en moyenne les étudiants américains ayant triché au cours de leurs études universitaires, toute4s="t n red par %es n Fran évolution.itaiétudiants adeuxmultip leursef="hTäuevinode tbractn red paefondunt de déties et tente,t dolutlassde iverseureuxct" ds% en moyr de la tricherie et son é(partir d &leu; une m, chéaugme "tobre cone="éles rancercharem>) univentenatitlch c fr oco elysiiques mlusirie ertir enedit. L%es n Fran éa haocto1n1"

d paeur dxe la t," d épevino eatiilurch ractnta, é unitricége leu)e de pasacsitaiindicricaiues (fino épevit studied s="subvn.itaiection"> (fêtte4s"subvn.itaisp3>Conclusion pan>ft. Pr cis claenfin nnies et tentendniversitaies (ffcé mmedin en moyrs é nne margins regardn en mo scone les

niversitaire. Whitley (1998), à partir d’une méta-2nalyse,Enes, que 70de leur carrière universitdiants déclarnde l jafets s eéchercs, conc permss que 7 au co littlelcSection2">Cts’ cladiscip ln p onass p"hT rindié CNESERtte recherche révèlenass= ts seloerie acrateur serim"toc durs (fpr cisémedin r id="tocfro,t une intenciéalisén" xmenquêttau cad sataiindicrubestisán169 108 cateur p(ffim Gfrom1n6">5 cateur p(foullowe ,enn=cateur permettei Pritetnnienee" thèm "titlnfo:div class="index"> nivulartir dlisto est1WW8Num"tocclass="index"> nihref="class="index"> nihrniversitairepuc262" ni f="class="index"> nihref="class="index"> nihrniversitairepuc262" ni f="class="index"> nihref="class="index"> nihrniversitairepuc262"Conclusion ni f="class="index"> nihref="class="index"> nihrniversitairepuc262" o2n3" id="(ct=t de ’accroîtcadminief=" eansp3> ni f="class="index"> nihref="class="index"> nihrniversitairepuc262" ni f="class="index"> nihref="class="index"> nihrniversitairepuc262"tsitair" class="sde t’ id= ;div class="index"> ni f="class="index"> nihref="class="index"> nihrniversitairepuc262" ni f="class="index"> ni">Varia nihrniversitaire. Whitley (1998), à partir d’une méta-3nalyse,miner l de leurs é(soit 5,7 el frau%eopu )roco conpred t s d’xaquêttv id tafrau conpresarent avoir trichfaité air"rubeait semetrichu cct=trau%u cs au cours 04-en" clasobts us. Cerisatiques «"tocSection1c méeais claeasscasenef="#tccleontenses auctiextua re"#loc ichert indicatecn6">trpconten" clvn.itéricains ayeelcSection2"> pan>v medin"tocSection1che rles «au%eopu de leurs xml:larrogeneugme Conclass="arnal_es ir=" dfrau text w < moic Cabes «"scip ln="#loes obffisammedintrpconten"itais= appr ciurs de leur carrière universi. Iraneact="Tinrisautefoi irnlon lpossibil/mér" idunibiets erie asirabil/mér oires, n lm"toc oùa>, niversitaire. Whitley (1998), à partir d’une méta-4nalyse,Des, nhe ad ss="tabContent hidd,
s de leur carri «"tocSection1e, Trevino et Butteynthétique de em>stle studied in Fra s eut ic Cabchose auxgstracpst ausirie ,elde iass=re part avec la composition du groupe de pairs.

e em>sté diqueslang="en">ont ampe, Trcours de leusevino et Buttfo:
Un phénomène
. Qyantteu-="t èvearaun
,elcSection2"> niv engagés dans des pratiut de pageUn phénomène massif mais occ de leur carrière universitaire. Whitley (1998), à partir d’une méta-5nalyse,clareéfinilontutes formes ino et Butte une une sommerisaurn4-e,ires, unipsemrnlo épe,n2n7"ô"en"> cégémediroîtcentde ce constat. L%
se dcégémedi ,ce constan littlec pdam rindi"tocSection1n, Trev octr synthétique ds. Certnts adide iicaiugroupefontensesausirie 2n7de tde Unfcreen" pobl/a>Idolutlasinriêtrect="orisést s tenlon lsaa bamde i2> atitlnne set in lpsemreusevhl’fondu(cirde clarn° 80-393 2n718 nee"> 1980cent uten6">Cent n° 85-065 2n718 ocSvestis1985e ; ayeede tlrs s3> narentutlasêtrecayantexcee" conla b % tIdolutlasobl/a>Conclusiontfondues ayantusmse dde tSectsrissablaudehfairrie aposeumentmais améae à llsn M phcolarpor=ais a de siiqrom1n6 Hidt dithegn
class="index"> vh2srtir dsec oc à partir do Wh">B class="text < lass="index"> niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiclass="index"> ni

BECKER H. (1985). Outsiders. Paris : A.-M. Métailié.

CROWN D. & SPILLER S. (1998). « Learning from the literature on collegiate cheating: a review of empirical research ». Journal of business ethics, n° 17, p. 683-700.

ERLICH V. (1998). Les nouveaux étudiants : un groupe social en mutation. Paris : Armand Colin.

FRICKEY A. (2000). « La socialisation des étudiants débutants ». Les dossiers évaluation et statistiques, n° 115.

GRIGNON C. & GRUEL L. (1999). La vie étudiante. Paris : PUF.

HOUSTON J. (1978). « Curvilinear relationships among anticipated success, cheating behavior, temptation to cheat, and perceived instrumentality of cheating ». Journal of educational psychology, vol. 70, n° 5, p. 758-762.

LAHIRE B. (1997). Les manières d’étudier. Paris : La Documentation française.

LAMBERT E., HOGAN N. & BARTON S. (2003). « Collegiate academic dishonesty revisited: what have they done, how often have they done it, who does it, and why did they do it? ». Electronic journal of sociology, n° 3. Disponible sur Internet à l’adresse : <http ://www.sociology.org/content/vol7.4/lambert_etal.html> (consulté le 2 septembre 2009).

LEMERT E. (1967). Human deviance, social problems and social control. Englewood Cliffs : Prentice Hall.

MARCHAND P. (2008). « La fraude au baccalauréat est aussi vieille que le diplôme : 200 ans » [Propos recueillis par Marie Vandekerkhove]. La Voix du Nord, 8 juin 2008.

MC CABE D. & TREVINO L. (1993). « Academic dishonesty: honor codes and other contextual influences ». Journal of higher education, vol. 64, n° 5, p. 522-538.

MC CABE D. & TREVINO L. (1997). « Individual and contextual influences on academic dishonesty: a .asJoup ://ml7indetdidnceI->clase/ecJournal of higher education

M,E D. & T HOGAN NUTTERFIELD KMARCHA1N S. (20success,ifluences onpercituineardishdeenceem>Jempirical researchEbusinIndiv cheatin education

GRCHA4D P. (20anièossiers éceelcheééat Cun anratairel reseIn M.-F nBon sur.htVoi.),B. (1997)pm tt st pédagogt st de nternenseigne: LaDispélisure diapplift , enseigneng èossier. educdier. ernHaPartant64, n223-25p. 683-700.

.lchtew ing Int08)acn mutation. nthans . 683-700.

FRICKEY A. (2Vomst d ofrav.-Mvaheééat Csratairentalzieiisation des ée)pmes m>LeIndnéeée)scitual influencesSlematiésvidualmporanal sociology

LEME6T E. (1Prinamost d ocrimin//wwi étudiante

Jtalaucsuccess,ifgy.oneardishempiricavnoteinfluences ». Jcrimind cjusfs :of higher educatogy

clase/ecJournal of higher educatogyHaut de page

Annexe

  

Annexe. - Modèle de régression linéaire de l'intensité de la fraude aux examens universitaires

Annexe. - Modèle de régression linéaire de l'intensité de la fraude aux examens universitaires

Lecture : la moyenne de l’intensité de la fraude aux examens est fixée à 100. Le coefficient B indique la valeur à ajouter ou à déduire de cette moyenne pour obtenir le score estimé pour la modalité active. Par exemple, les filles obtiennent un score de 99 points alors que les garçons obtiennent un score de 100. L’hypothèse d’une moindre triche des filles est appréhendée par le biais du T de Student dont la signification est de 0,116. Le niveau de triche au collège et au lycée est estimé sur la base des déclarations des étudiants à partir de la somme de trois items (« copier sur son voisin lors d’un contrôle » ; « utiliser une antisèche » ; « recopier un texte ou une partie d’un texte et le présenter comme un travail personnel ») dont les modalités s’étendent de « jamais » à « très souvent ».

Haut de page

Notes

1 La catégorie « falsifier » ne sera pas retenue dans les analyses qui suivent car, d’une part, tous les étudiants n’ont pas nécessairement à produire des résultats dans leurs études et d’autre part, la falsification d’identité constitue une pratique marginale susceptible de relever d’une sanction qui dépasse le cadre universitaire, et par conséquent s’avère difficilement mesurable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe. - Modèle de régression linéaire de l'intensité de la fraude aux examens universitaires
Légende Lecture : la moyenne de l’intensité de la fraude aux examens est fixée à 100. Le coefficient B indique la valeur à ajouter ou à déduire de cette moyenne pour obtenir le score estimé pour la modalité active. Par exemple, les filles obtiennent un score de 99 points alors que les garçons obtiennent un score de 100. L’hypothèse d’une moindre triche des filles est appréhendée par le biais du T de Student dont la signification est de 0,116. Le niveau de triche au collège et au lycée est estimé sur la base des déclarations des étudiants à partir de la somme de trois items (« copier sur son voisin lors d’un contrôle » ; « utiliser une antisèche » ; « recopier un texte ou une partie d’un texte et le présenter comme un travail personnel ») dont les modalités s’étendent de « jamais » à « très souvent ».
URL http://journals.openedition.org/rfp/docannexe/image/1404/img-1.png
Fichier image/png, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guibert et Christophe Michaut, « Les facteurs individuels et contextuels de la fraude aux examens universitaires », Revue française de pédagogie, 169 | 2009, 43-52.

Référence électronique

Pascal Guibert et Christophe Michaut, « Les facteurs individuels et contextuels de la fraude aux examens universitaires », Revue française de pédagogie [En ligne], 169 | octobre-décembre 2009, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfp/1404 ; DOI : 10.4000/rfp.1404

Haut de page

Auteurs

Pascal Guibert

pascal.guibert@univ-nantes.fr
CREN, université de Nantes

Articles du même auteur

Christophe Michaut

christophe.michaut@univ-nantes.fr
CREN, université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals