Navigation – Plan du site
Varia

Structure et dynamique de la ségrégation sociale dans les collèges parisiens

Structure and dynamics of social segregation in the junior high schools of Paris
Estructura y dinámica de la segregación social en los colegios parisinos
Struktur und Dynamik der sozialen Segregation an Pariser Mittelschulen (Collèges)
Pierre Merle
p. 73-85

Résumés

Cet article étudie l’évolution de la ségrégation sociale dans les collèges parisiens publics et privés de 2005 à 2008 à partir d’une exploitation secondaire de la base IPES (Indicateurs de pilotage des établissements du secondaire). L’analyse autorise les trois principaux résultats suivants. Premièrement, une minorité de collèges, au recrutement très aisé ou très populaire, participe de façon forte à la ségrégation globale. Deuxièmement, la ségrégation sociale inter-collèges, stable entre 2005 et 2006, est croissante lors des rentrées ultérieures (2007 et 2008), parallèlement à la mise en œuvre de l’assouplissement de la carte scolaire. Enfin le secteur privé, non soumis à la carte scolaire, se caractérise par une ségrégation sociale plus forte et participe plus largement à la croissance de la ségrégation sociale que le secteur public. Ces résultats révèlent l’emprise croissante d’une norme de l’entre-soi scolaire et, de façon concomitante, un recul des principes et pratiques de mixité sociale dans les collèges parisiens.

Haut de page

Texte intégral

1Le thème de la ségrégation sociale est central dans les recherches sur l’école, pour au moins trois raisons. Premièrement, les chercheurs ont montré que la ségrégation sociale inter-établissements est globalement d’autant plus élevée que le choix de l’établissement est libre (Hirtt, 2007 ; Mons, 2007). Deuxièmement, de nombreuses recherches, tant internationales (Vandenberghes, 2001 ; Monseur & Crahay, 2008) que nationales (Piketty & Valdenaire, 2006 ; Duru-Bellat & Suchaut, 2005), ont mis en évidence que les contextes de scolarisation, tout particulièrement le niveau de ségrégation sociale, participent à la construction des inégalités des trajectoires scolaires. Enfin la France fait partie des pays de l’OCDE dans lesquels la proportion d’écoles socialement mixtes est l’une des plus basses, de l’ordre de 40 % (Monseur & Crahay, 2008). Pour ces raisons, il devrait exister une vigilance spécifique à l’égard de l’évolution du recrutement social des établissements scolaires et des politiques à mettre en œuvre pour limiter la proportion d’établissements socialement défavorisés. Si les études internationales, type PISA (Program for international student assessment), autorisent une quantification du niveau de ségrégation sociale des élèves selon les pays, il s’agit de mesures produites par échantillonnage qui ne permettent pas d’appréhender le niveau de ségrégation sociale à une échelle régionale ou communale. La présente recherche a pour objet de combler en partie cette lacune, en s’attachant à l’analyse de la situation des collèges parisiens publics et privés étudiés de façon diachronique (de 2005 à 2008). La connaissance diachronique de la ségrégation sociale présente l’avantage d’étudier les effets de la politique d’assouplissement de la carte scolaire mise en œuvre à la rentrée 2007. Cette modification des modalités d’affectation des élèves a-t-elle permis d’atteindre un des objectifs poursuivis : l’amélioration de la mixité sociale, source d’efficacité et d’équité ?

La ségrégation sociale : un processus scolaire récurrent

  • 1 Seuls les collèges communaux situés dans les petites communes, en l’absence d’une école primaire su (...)

2La ségrégation sociale n’est nullement un phénomène nouveau. Toutes les recherches sur le système éducatif français montrent que l’organisation des enseignements au cours des siècles précédents était principalement fondée sur la séparation des populations scolaires selon leur genre (Lelièvre & Lelièvre, 1991) et leur statut social1 (Lelièvre, 1990). Au xixe et au début du xxe siècle, dès les classes élémentaires, des cursus distincts quasiment étanches étaient expressément conçus pour les enfants du peuple et ceux des notables. Seuls ces derniers avaient d’ailleurs quelques chances de parvenir au baccalauréat. Il a fallu les réformes de l’entre-deux-guerres et la période gaulliste (la scolarisation obligatoire portée à 16 ans et la réforme Fouchet de 1963), ainsi que la création du collège unique en 1975, pour réunir dans la même structure éducative les enfants que leurs origines sociales distinguaient.

3Ce grand mouvement d’homogénéisation structurelle du premier cycle du second degré a permis une diffusion considérable de l’accès au lycée et aux études supérieures. Les deux tiers d’une génération des sortants du système éducatif ont désormais un baccalauréat et un quart est titulaire d’une licence. Paradoxalement, alors que ce mouvement d’unification a soulevé l’espoir d’une démocratisation de l’enseignement, les recherches ont montré la prégnance des fractures scolaires (Oberti, 2007), une ségrégation ethnique marquée (Felouzis, Liot & Perroton, 2005), l’accroissement de la différenciation sociale des filières du second cycle (Merle, 2000 ; Duru-Bellat & Kieffer, 2008), l’embourgeoisement du recrutement des grandes écoles telles que l’ENS, HEC, l’École polytechnique, l’ENA (Albouy & Wanecq, 2003). La démocratisation est finalement discutée, voire en trompe-l’œil, avec depuis vingt ans, un accroissement continu des inégalités des durées des études entre les élèves les plus et les moins scolarisés (Merle, 2009a). Les ségrégations sociales et scolaires, celles qui semblaient avoir été vaincues par les volontés réformatrices successives, ont renouvelé leur forme. Elles sont moins présentes dans les organigrammes mais se sont réincarnées dans la différenciation des établissements via la multiplication des options et cursus dits adaptés.

4Cette récurrence de la ségrégation sociale des populations scolaires est peu quantifiée. Le niveau d’homogénéité ou de ségrégation sociale des publics scolaires est certes connu par les études sur le recrutement des différentes filières de scolarisation des enseignements secondaire ou supérieur. L’exploitation des sources statistiques a notamment permis de montrer l’existence d’une démocratisation ségrégative (Merle, 2000), mais a occulté des inégalités plus opaques, celles résultant des conditions de scolarisation au niveau du collège. La connaissance concrète de cette nouvelle ségrégation, liée notamment à la multiplication des options, constitue un champ de recherche déjà balisé par les investigations qualitatives (van Zanten, 2001), mais en grande partie délaissé par les approches quantitatives.

La recherche : choix de la commune et problèmes de mesure

Le choix de Paris

5Pour l’étude de la ségrégation sociale, la commune de Paris, qui correspond à l’académie du même nom, présente des intérêts spécifiques. Premièrement, sa taille. Avec 2,2 millions d’habitants (INSEE, 2009), la commune scolarise la plus importante population de collégiens, répartis en 176 collèges en 2008. À titre de comparaison, les capitales régionales (Bordeaux, Lille, Rennes…) comptent seulement une grosse vingtaine de collèges. Deuxièmement, la diversité sociale. La proportion de ménages parisiens imposés à l’impôt de solidarité sur la fortune est particulièrement élevée (supérieure à 4 %, contre moins de 1 % pour les ménages français) et, à l’autre bout de l’échelle sociale, les bénéficiaires du RMI sont légèrement plus nombreux que la moyenne nationale (3,36 % contre 3,12 % pour la France). Troisièmement, l’organisation des enseignements dans la commune de Paris se caractérise par une part importante de collégiens et lycéens scolarisés dans les établissements privés. Seuls les secteurs privés des académies de Rennes et de Nantes scolarisent une proportion plus forte d’élèves (Maetz, 2004). Enfin la politique d’assouplissement de la carte scolaire s’est donnée notamment pour objectif d’assurer une plus grande mixité sociale. La capitale, par son importance, est un bon test de la pertinence de cette politique scolaire afin de savoir si cette dernière a, même partiellement, atteint son but.

Les problèmes de mesure de la ségrégation sociale

6Comme toute question relativement nouvelle, la connaissance de la ségrégation sociale inter-établissements pose des problèmes de mesure : que mesure-t-on et comment ? Pour les communes importantes, a fortiori pour Paris, il est nécessaire d’avoir recours au minimum à deux échelles d’observation : les évolutions globales, relatives à la totalité des collèges ; les évolutions particulières, par établissement, éventuellement regroupés par arrondissement. La ségrégation sociale inter-collèges est aussi potentiellement dépendante d’une structure scolaire distinguant les enseignements public et privé. Dans le secteur public, l’affectation des élèves dépend de la carte scolaire avec possibilité de dérogation. Dans le secteur privé, le choix des parents est libre, bien que soumis à l’accord du chef d’établissement. Cette politique d’affectation des élèves est-elle favorable à la mixité sociale ? La question est d’autant plus sensible que, lors des rentrées scolaires 2007 et 2008, la politique d’assouplissement de la carte scolaire a considéré que l’objectif de mixité sociale relevait de mesures d’affectation des élèves relatives au seul secteur public et a souhaité que ce secteur puisse, à terme, être régulé par le principe du libre choix de l’établissement, en vigueur dans le secteur privé.

7La mesure d’un phénomène social est indissociable des sources statistiques disponibles. La base IPES du ministère de l’Éducation nationale fournit sur chaque établissement un certain nombre d’informations : proportion de redoublants, part des élèves étrangers, sections d’adaptation, sex-ratio, origine sociale… Cette base permet toutefois une perspective historique limitée car les données ne sont accessibles que depuis la rentrée scolaire 2004, et seulement depuis 2005 de façon homogène. L’analyse a été menée sur quatre années scolaires, de 2005 à 2008. Cette période est suffisante pour mettre en évidence une évolution possible de la ségrégation sociale et un effet de la politique d’assouplissement de la carte scolaire à partir de la rentrée 2007. Il existe plusieurs façons de mesurer la ségrégation sociale. La seule connaissance de la proportion des élèves favorisés ou défavorisés scolarisés dans chacun des 176 collèges de la capitale constitue un indicateur global, mais pertinent, des concentrations des populations scolaires selon leur origine sociale. Cette première mesure de la dispersion, robuste mais limitée, est complétée par le calcul de l’indice de dissimilarité ID (voir l’annexe 1). Il permet de connaître la proportion d’individus discriminés – plus précisément ayant une caractéristique sociale spécifique telle que le sexe, l’origine sociale, l’âge – qui devraient changer de quartier ou de banlieue (dans le cas présent, de collège) afin de parvenir à une répartition spatiale non discriminatoire de la population selon le critère considéré.

Analyse globale de la ségrégation sociale inter-collèges à Paris

Données globales

8Une première approche de la ségrégation sociale inter-collèges est de connaître la distribution des élèves d’origines défavorisée et favorisée. La part de ces deux populations est spécifique dans l’académie de Paris. La proportion d’élèves d’origine aisée est en effet presque deux fois supérieure à la moyenne nationale (44,5 % à Paris ; 23,0 % pour l’ensemble des collèges en 2008) et les élèves d’origine défavorisée sont deux fois moins présents (16,9 % à Paris ; 33,9 % pour la moyenne nationale). Cette proportion réduite d’élèves d’origine défavorisée pourrait limiter les phénomènes de ghetto scolaire. Il n’en est rien. La distribution des élèves défavorisés est très dispersée : dans 10 % des collèges (soit 17 collèges), la part des élèves scolarisés d’origine défavorisée est inférieure à 2,5 % alors que dans 6,2 % des collèges les plus populaires (soit 11 collèges), cette part dépasse 50 % (voir le graphique 1). Une façon complémentaire de saisir globalement la ségrégation sociale des collèges parisiens est de connaître la répartition des élèves d’origine favorisée. La distribution est marquée par une dispersion encore plus sensible. La proportion d’élèves d’origine favorisée varie de 3,2 % (collège public Utrillo dans le 18e arrondissement de Paris) à 95,2 % (collège privé St-Louis Gonzague dans le 16e arrondissement) et 18 collèges, soit 10,2 % du total, accueillent plus de 75 % d’élèves d’origine favorisée (voir le graphique 2). De 2005 à 2008, ces deux distributions sont grosso modo comparables. Les représentations graphiques permettent de saisir l’importance des écarts de recrutement social sans autoriser une analyse diachronique.

Graphique 1. – Répartition des 176 collèges parisiens publics et privés selon leur part d’élèves scolarisés d’origine défavorisée en 2008

Graphique 1. – Répartition des 176 collèges parisiens publics et privés selon leur part d’élèves scolarisés d’origine défavorisée en 2008

Lecture : dans 76 collèges parisiens, la part d’élèves scolarisés d’origine défavorisée est inférieure à 10%.

Graphique 2. – Répartition des 176 collèges parisiens publics et privés selon leur part d’élèves scolarisés d’origine favorisée en 2008

Graphique 2. – Répartition des 176 collèges parisiens publics et privés selon leur part d’élèves scolarisés d’origine favorisée en 2008

Lecture : dans 106 collèges parisiens, la part d’élèves scolarisés d’origine favorisée est inférieure à 50%.

La mesure diachronique de la ségrégation sociale inter-collèges

  • 2 Les comparaisons internationales de l’indice de dissimilarité ne sont pas pertinentes. L’indice est (...)

9Le calcul de l’indice de dissimilarité permet de connaître le niveau et l’évolution de la ségrégation sociale dans les collèges parisiens sur la période étudiée. L’indice est de 43,8 % en 2008 (voir le tableau 1). À cette date, il faudrait intervertir 5 105 élèves d’origine populaire (soit 36,4 % d’entre eux) inscrits dans les collèges populaires avec 5 105 élèves d’autres origines sociales (soit 7,4 % d’entre eux), scolarisés dans les établissements au recrutement social moyen et supérieur, pour assurer, quel que soit le collège, une répartition équivalente entre les élèves défavorisés et les élèves des autres catégories sociales. À titre de comparaison, pour une commune comme Rennes, l’indice de dissimilarité est de 29 % en 2006 (Merle, 2009b). L’indice de dissimilarité parisien est donc élevé2.

Tableau 1. – Indice de dissimilarité et proportion d’élèves d’origine défavorisée dans les collèges parisiens de la rentrée 2005 à la rentrée 2008

2005

2006

Écart entre 2005 et 2006

2008

Écart entre 2006 et 2008

Proportion d’élèves défavorisés

20,0 %

19,2 %

– 0,2

17,7 %

– 1,5

Indice de dissimilarité

42,3 %

42,2 %

– 0,1

43,8 %

+ 1,6

Lecture: dans les collèges parisiens, l’indice de dissimilarité est de 42,3 % en 2005. De 2005 à 2006, l’indice de dissimilarité a baissé de 0,1 point.

  • 3 Voir les variations de l’indice de dissimilarité présentées à la note 5.

10L’indice baisse très légèrement de 2005 à 2006 (de 42,3 à 42,2 %, soit – 0,1 point) et est passé de 42,2 % en 2006 à 43,8 % en 2008, soit une hausse de 1,6 point en deux ans (voir le tableau 1). Une hausse de 0,8 point annuel doit être considérée comme soutenue3. On observe une hausse de la ségrégation sociale alors que, sur la période 2005-2008, la proportion d’élèves d’origine défavorisée a baissé dans les collèges parisiens, faiblement de 2005 à 2006 (– 0,2 point), nettement dans les deux années suivantes (– 1,5 point, soit – 0,75 point par an). Cette baisse aurait été un facteur favorable à la baisse de la ségrégation sociale si elle avait concerné davantage les établissements au recrutement populaire. La hausse de l’indice de dissimilarité indique globalement des mouvements inverses : une baisse des catégories populaires dans les collèges où elles étaient déjà sous-représentées et une hausse dans les collèges populaires. Une question centrale est l’explication de la stabilité de l’indice de dissimilarité de 2005 à 2006 et sa croissance à partir de 2007. Soit la croissance de l’indice de dissimilarité reflète la croissance de la ségrégation urbaine, soit elle résulte de l’assouplissement de la carte scolaire mis en œuvre à la rentrée 2007 dans le secteur public, soit enfin elle provient d’une croissance de la ségrégation dans le secteur privé, hypothèse étudiée ultérieurement. Ces trois explications ne sont pas exclusives et chacune doit être envisagée.

Croissance de la ségrégation inter-collèges et ségrégation urbaine : quelle relation ?

  • 4 L’investigation a été menée dans trois groupements d’arrondissement afin d’éviter un émiettement de (...)

11De 1990 à 1999, la ségrégation urbaine dans Paris et sa métropole est marquée par des mouvements contraires de ségrégation et de « déségrégation ». La ségrégation est croissante pour environ 60 % des effectifs des catégories sociales aisées, décroissante pour la quasi-totalité des effectifs des professions intermédiaires et contrastée pour les catégories populaires. La tendance est à la ségrégation sociale pour les ouvriers et à la « déségrégation » parmi les employés, bien que la ségrégation domine pour les employés administratifs d’entreprise (Préteceille, 2006). Cette dynamique socio-spatiale relative à la période 1990-1999 présente deux limites : elle concerne la métropole parisienne et non Paris seul ; les évolutions les plus récentes ne sont pas connues. Le recours aux recensements de 1999 et 2006, en se limitant à la ville de Paris, permet d’actualiser ces résultats. Les cadres, déjà fortement surreprésentés à Paris, connaissent une croissance forte de leurs effectifs (+ 23,4 %), notamment dans les arrondissements moyens-populaires4 (+ 33,8 %). Il en est de même des professions intermédiaires. Parallèlement, les employés et ouvriers, déjà sous-représentés, quittent la capitale. Il existe un double mouvement de déprolétarisation globale de la capitale et d’appropriation des quartiers populaires par les catégories moyennes et supérieures (voir le tableau 2).

Tableau 2. – Évolution des catégories socioprofessionnelles à Paris par type d’arrondissement, entre 1999 et 2006

Artisans, commerçants, chefs
d’entreprise

Cadres

Professions intermédiaires

Employés

Ouvriers

Retraités

Effectif total en 1999

68 806

393 871

259 408

275 446

116 504

330 151

Effectif total en 2006

58 435

486 203

282 656

258 446

 98 499

331 531

Évolution des catégories socioprofessionnelles à Paris

– 15,1 %

+ 23,4 %

+ 9,0 %

– 6,2 %

– 15,5 %

+ 0,4 %

Évolution des catégories socioprofessionnelles dans les arrondissements aisés

– 16,2 %

+ 16,4 %

+ 5,3 %

– 8,4 %

– 18,6 %

+ 0,3 %

Évolution des catégories socioprofessionnelles dans les arrondissements moyens-supérieurs

– 13,9 %

+ 27,9 %

+ 8,7 %

– 6,5 %

– 16,6 %

+ 0,9 %

Évolution des catégories socioprofessionnelles dans les arrondissements moyens-populaires

– 14,3 %

+ 33,8 %

+ 14,0 %

– 3,4 %

– 12,4 %

– 0,1 %

Lecture : le nombre de cadres a augmenté de 33,8 % dans les arrondissements moyens-populaires (de 1999 à 2006). Source : recensements INSEE (exploitations secondaires, voir INSEE, 2009).

  • 5 Pour les cadres administratifs d’entreprise, pour lesquels l’auto-ségrégation a le plus augmenté pa (...)

12La déprolétarisation de la capitale et la gentrification des quartiers moyens et populaires sont structurellement un facteur de baisse de la ségrégation sociale. Toutefois une mesure de celle-ci a été réalisée car les variations des effectifs de chaque catégorie socioprofessionnelle par arrondissement ou groupe d’arrondissements sont susceptibles de n’exercer que des effets à la marge sur la ségrégation urbaine. Sur les vingt arrondissements parisiens et pour les quatre catégories sociales les plus nombreuses (voir le tableau 2), la ségrégation urbaine, mesurée par l’indice de dissimilarité, est soit stable (pour les employés, l’indice de dissimilarité est égal à 9,3 % en 1999 et 2006), soit en légère baisse. De 1999 à 2006, l’indice passe de 10,6 % à 10,0 % (– 0,6 point) pour les cadres ; de 7,2 % à 7,1 % (– 0,1 point) pour les professions intermédiaires et de 20,6 % à 19,1 % pour les ouvriers (– 1,5 point), population nettement plus discriminée et pour laquelle la baisse est aussi plus sensible. Pour autant qu’une analyse plus approfondie de la ségrégation urbaine puisse mettre en évidence une croissance de la ségrégation pour des catégories sociales plus détaillées, les éventuelles hausses, comme dans la période 1990-1999 (Préteceille, 2006), seraient d’une ampleur annuelle faible par rapport à l’augmentation de la ségrégation sociale inter-collèges5. Les variations de la ségrégation sociale inter-collèges, soit une baisse de 0,1 point de 2005 à 2006 et une hausse de 1,6 point de 2006 à 2008 (voir le tableau 1), indiquent aussi un découplage par rapport à la ségrégation urbaine.

13Si l’augmentation de la ségrégation sociale inter-collèges ne peut être globalement reliée à la ségrégation urbaine, elle est susceptible d’être en rapport avec les nouvelles modalités de dérogation des élèves, mises en œuvre en 2007 et 2008. Celles-ci sont guidées par deux principes officiellement affichés : accroître la mixité sociale et accepter toutes les demandes de dérogation, sous réserve de places disponibles dans les établissements les plus demandés. L’acceptation des demandes de dérogation est favorisée par une baisse de la pression démographique entraînant une baisse des effectifs des collégiens de 6,1 % de 2000 à 2008 (MEN, 2006, 2009).

Assouplissement de la carte scolaire et croissance de la ségrégation sociale inter-collèges

  • 6 Ces données chiffrées et les données ultérieures proviennent du rectorat de Paris et de l’agence de (...)

14Les affectations des élèves hors secteur suivent une logique sociale identifiée de longue date par la littérature : les demandes de dérogation et les affectations hors secteur sont sensiblement plus fréquentes pour les catégories aisées (Ballion & Œuvrard, 1987 ; Chausseron, 2001 ; François & Poupeau, 2008 ; van Zanten, 2009). Sur Paris, les demandes de dérogation à la carte scolaire ont essentiellement pour objet la scolarisation d un collège clascolaire ont essentiellement p7tcm;ppad,ant essenf7indirimipon dans le sellège clasccteur soass=" soont essentifavorisée p7tcm gront xittsociale int, enus tôtifavorisée p7tcm(Giloe dymp; PoGird, 1905 SuDs leelle lasure de preottue sodassouplissement de la carte scolaire mis een œuvre endeisse2007 eta-t-le paruiellemenela ségrégation urciale i ?ette dyeottue soaermet une meoissance de uombre de carogation modséelle-cci somogant de lafaoisnrès lnéemetre mis élèves hobrs ars (Obi& ŒPeylaix1905 7 SuÀaris, les ectorat dedique gle gl82% des eflèves hobrs ars (ayt unfa une bamandes e dérogation àint esobnueinfrieures  10,0%

em>es demandes de dérogation escepores p class="footnotecall" href="#ftn5"6id="bodyftn5"66

13 Pur auplicae gces psmbrè, eltamment daneisse’assouplissement de la carte scolaire mi partir de 22007 eindlieluunfa rl’agpothèse éune amemme’entrepr-it colaire mioissante povorisée par un nombellau rvis dsude dérogation eCette dyemmet à la sis unnsidtrusent supbiear les cateur dde l’incoupl La haoissance de la ségrégation sociale insulte de estets es efrocions inise, eorde la sjr ane de lorogation ù elnt setudiée ules demandes de assectations es proarts le(Viensrymp; PoZoïa2008  SuD demandes de dérogation esoissante psndiquent aus deratifgienssd,ant essennt pouarts es plus déquentes po une hartir e’entreprlles érobrsnhe,i elle asont susionsfa u par les cato-srés deministratifs per lae hausse de la indice de dissimilarité eSuri7indirptifs esceamogue enttes demandes deuarts es plutir ces à la vifaviston d’ée amemmeolaire mi la intrepr-it ,e assutr cateur ddeyontrasibut, entamment das plctorat det les doefs 13<6span>La doissance deme demorée co la ségrégation urbaine puont ethno-raale i tcm(éteceille, 2006)9 ,isoupce à la assouplissement de la carte scolaire m, propobaement plntrasibu a bsi un la asemise (P la caemmeolaire mi la intrepr-it t à la «oissance de la ségrégation sociale inter-collèges

ségrégation esciale inter-collèges

1 13<7span>La exi àncentanciil’unprofondie resasslyse plsesnhernht à lannaistre la ecollèges poitt ntrasibut, e plus au la ségrégation sociale p.’investigation a été menée dans trois groupements d’arrondissement afésecdiatmmt unfavistsfin d’éviter un émiettement de

e quotrasibuon dès lée ge de létablissements le la ségrégation sociale pa>

13<8span>De s les arrondissements moséspa>pé>t aondissements a suSst isss=ans le s 6pa>pé>t aondissements L etcondais olarisatt poe haoportion dlèeve de lollégiens de origine dpulaires our des carondissements moséspa>pé>t aondissements ,iBalzac (<7spé>pa>pé>t aondissements t 20Vi cl(<7spé>pa>pé>t aondissements /p> 13<9span>Les aftablissements leitt ntrasibut, ertement su la ségrégation sociale po quotrdtitue pas coe hauiraturnh socbleauSuD 06 à 2008 (conertrenart sue lctorument suitt oderprofonhee la syennes ts efrondissements mosés 1320span>Si lnertrenartablissements leoderprofonhe de la cayennes ,e assutr c,eau ctorument suès lpulaires ,ecé évioignds L en est derenaies colléges poBlomet, Vi cl grTurgot.C rdernier ésente detis grr lteurieusue sdair le tableau 1)3)/ Dée amutirindlit deass=" so eszonpaéldution deiseemetre m,eass="ent suitt npovoriséeas coe habnellecéputions ; de assutr mutirindlit de sellège clao, e plctorument sut de seus frpulaires e lats r ecollèges pos efrondissements moséspa>pé>t un<9spé>pa>pé>t aondissements datlèges

D rdynague eséant eblissements la sis untypue eet sudiverd

  • 6<7span>La Situion motypue eet sudiverdé esves aussi unur les ca21% llèges

1421span>La exi àpossle paeispotcig gce < prdynague eséant eblissements mitypue eet suopposs.vsp>em>ega d’étectifs sttoembrs ges uents Lutefois un ecollrepr-exployasont suoin’être en xptiblnelledauarnexploya ecollèges poSst isss=,lFsmel e,iBu murnhpat),i elbnt e la ecovitution dletypue eetcoexpot ausc lee bamiverdé esnertren: les dermeteet sugrenarélèves d baslecéduust pouamo las prosmbrè, sodeorlétarisation de ’arembrs ges uents LAenaies colléges popegnt unseorlétarisatgcet gagma pod étaves d(lléges poBlomett l Bu murnhpat); de assutr sedeeen lemoi depulaires suttefn estnsrme e, e(llège clBirese),iyme deslnee dysituion xi àpegréquentes air le asslnexp2), L en xpot od éont eets à ablissements lt tccod ésprocifnciessodeuartiers e ’araondissements ,es proarr cularés debaine peoces pl(sc l,ar laexployal’inbellrte de cembellauxogiqents sontale p),es prean>c et /p>

132/span>LaC ériations de étectifs snter-collèges ne pent suuamo lasme danulauSuOutr munccroîsements eobaleme la ségrégation sociale p, ecollèges pos efrondissements mosés 132/span>SiLasslyse pl la ségrégation sociale inr lallège clrmet de ldgraggce < prtypssd,easulte ats/ Déardera ségrégation sociale pod preléges posulte dsour lee habnelleutirinée eosmbrè, t LeTleau 1)3. – Pportion d’élèves dfavorisée seetoatrasibuon ddeolléges positue sens le sarrondissements mosés ccig="0"ir="ltr" id="heTleau 37Cble ("tyle="margin-left:0mm;margin-right:0mm;margin-top:0mm;margin-bottom:0mm;parder-rilléapse:seranutborder-boan>ccig:0pt> S="2"tyle="margin-left:0mm;margin-right:0mm;margin-top:0mm;margin-bottom:0mm;padding:0cm;border-top:no262cm solid #000000;border-rittom:.0262cm solid #000000;border-left:.0262cm solid #000000;border-right:none;vertical-align:middle;">

Aondissements aisés

Pportion d’élèves dfavorisée see2008,ep>

Ctrasibuon d l  asIDee2008,ep>

Pportion d’élèves dfavorisée see2008,8p>

Ctrasibuon d l  asIDee2008,8p>

Évorte t

Eectifs s
s colléges po 2008,et(secte s
05-6-08, )p> tr> S="8"tyle="margin-left:0mm;margin-right:0mm;margin-top:0mm;margin-bottom:0mm;padding:0op:.161cm;padding-bottom:.191cm;padding-left:.199cm;padding-right:.199cm;border-top:none;border-bottom:.0262cm solid #000000;border-left:.0262cm solid #000000;border-right:.0262cm solid #000000;vertical-align:middle;">

tyle="maxte"lign:miptnter> Bsse de la p% llrasibuon d l  asIDp>

Ctège clBalzac (<7spé>pa>pé>)p>

PUp>

27 %

6 %

21 %

5 %

– 0,199p>

810 (5,8 )p> tr>

Ctège clMalrisme (<7spé>pa>pé>)p>

PUp>

26 %

5 %

24 %

4 %

– 0,15 p>

744– 1,39)p> tr>

Ctège clFsmel et(8spé>pa>pé>)p>

PVp>

0,9 %

4 %

0,1 %

3,7%

– 0,134p>

10,156 (5,16)p> tr>

Ctège clSst isss=a(6spé>pa>pé>)p>

PVp>

0,1 %

3,%

0,13%

3,%

– 0,133p>

10,173 (5,89)p> tr> S="8"tyle="margin-left:0mm;margin-right:0mm;margin-top:0mm;margin-bottom:0mm;padding:0op:.161cm;padding-bottom:.191cm;padding-left:.199cm;padding-right:.199cm;border-top:none;border-bottom:.0262cm solid #000000;border-left:.0262cm solid #000000;border-right:.0262cm solid #000000;vertical-align:middle;">

tyle="maxte"lign:miptnter> Hsse de la p% llrasibuon d l  asIDp>

Ctège clBlomett(15spé>pa>pé>)p>

PVp>

18 %

2,%

20 %

3,%

†5,1,, p>

>722 (5,8)p> tr>

Ctège clVi cl(<7spé>pa>pé>)p>

PUp>

26 %

4 %

313%

53%

†5,1,19p>

>627e 1,87)p> tr>

Ctège clSayl(<6spé>pa>pé>)p>

PUp>

1,8,2%

0,%

1,63%

0,%

†5,0,30p>

>656 (5,30)p> tr>

Ctège clTurgot (3pa>pé>,ZEP)p>

PUp>

343%

52%

35,7%

5 %

†5,0,30p>

>519e 1,57)p> tr> tr>dy> le ( LeLecte d: les allège clruissclBalzac ilarisate 27 %

Lségrégation sociale poter-collèges

1 1324span>SiL postife spopuissct àéeve ilarisatentes proolation narélèves d btment sudiffécte e dsociale pnts LDs le e stife sopuissc,n cogros ers ses collégiens le(37% LeGphique en3. – Pte t href="#tdocslnexp/image/1597/img-3-small580.png"es l="illrSeta>Aaphissra>Oghti al (png, 5,7k)a>

1325span>SiLaatlmparsé d p edice dse dissimilarité es chaqae enstife so étnsen:ments iupiséeuois grotrdtats/ Déarder,eitllleie enst unsasslne daatrsiroge d,a asdice de dissimilarité esobalemeesplus di èeve eitla asdice de diaqae enstife soir le tableau 1)4).C rsulte attits iuxudiffécte eco u recrument suciale e diaqae entypso étnsen:ments : lepportion dfaie (pélèves dfavorisée seds le e peve t(52% LeTleau 1)4. – Élution des a asdice de dissimilarité esns le sareléges popuisscs àéeve seetr m08,5t u2008, p> dble (plle-an>ccig="0"ir="ltr" id="heTleau 47Cble ("tyle="margin-left:0mm;margin-right:0mm;margin-top:0mm;margin-bottom:0mm;parder-rilléapse:seranutborder-boan>ccig:0pt>

Iice de dissimilarité ep>

08,5p>

08,ep>

Évorte tetr m
05-5t u2008,ep>

É08, p>

>vorte tetr m
05-et u2008, p> tr>

Ctège cpopuisscsp>

34 %

34 %

†5,0,0p>

34 %

>5,1,1p> tr>

Ctège cpopeve sp>

352%

35,7%

†5,0,5p>

38,%

>5,3,1p> tr>

vorte tetr m sareléges popuisscs 20iseve sp>

1, p>

2,3p> td>

43p> td> tr>

Ensemb pod preléges pp>

423%

422%

– 0,11p>

43,%

>5,1,ep> tr> tr>dy> le ( LeLecte d:sns le sareléges popseve s,a asdice de dissimilarité est dede 352% 1326span>SiEnsuite,ede 08,5t  08,8,a ségrégation sociale poesplus difortsods le e stife sopeve te sods le e stife sopuissc. Sia séprociiséion sobourgeoiset le sements moéeve seestoatrn sodepuile ongtemps,a la sfs grs le aagatn duisatns ne (Obtica, 08,7)t unau millau e soproem(Delvauxse06)6),a sscvs sn dedecoppofilsocialeuxudle sements moéeve seestopeute antifisle sements moatrasibuentes afaç sofortsoau canuctèr égrégationfodu stife sopeve , cane sareléges popseve soau recrument suyens nsts gatiyant sufgaquentsLDs le e stife sopuissc,n sscrasibuon ddle sements mose onn spportion d’élèves d’asoghti anpulaires t stounopeutmoi deingatiya.C rtai deeléges po la p capite pots c rt pounorecrument sutrèmosés 1327span>SiEnfina ségrégation sociale poter-collègesavi sa asasciup sements o la p cartsoilaries b( asdice de dissimilarité ebgmentée de 0,%

1 1328span>SiDs le accead emues chPteis,a aesbleilé es ch ségrégation sociale poter-collèges esgtteis . Auoatrasies ,e asasciup sements o la p cartsoilaries tsforisée e cdeempséeucis gti tet la p mbrmeailaries td esétntr -soioes,as afaç soctrtlmitaée,ounoreculedecoppincipes àéatue eau la p mieé essiale p.C e dyrecherchetpermete diségagera c stiondrsulte attiuteiuimit ssentiel.À Pteis,a ségrégation sociale poter-collèges 1329span>SiSia éasciup sements o la p cartsoilaries tsus diforisée e ségrégation sociale poitla p mieé e,nfiup-dlour leiupas erevenir la sétifosation d an erieus ,eir lea scteforcer,rur leatraenir ségrégation sociale p ? Nul pnts LCensys menasaectifaon dforisél en ségrégation sourbaine (Obtica, 08,7),a aslégivaon dduopexud 1330p>an>SiPr leforiséero p mieé essiale p, imects dy lainvtéerode mbuvel psaformeso largatation n p edemhisesepar s a psa un e g sti d pa asoff enuédagogue en povi>le sements mouisscs àéeve s. D prpis dur lrl t aftre entxplorsle sements monasaadenss lie ensia e spoatrasien duédagogue esests emb leaus,atiutetir culièr nts tn mionèr daccepueildle sements mouisscs àéeve s. D coppogrèmoss lie (dur lrl t aftre enobten sens lecen omaine sia eareléges poquiuatrasibuenteletus difortsnts o la ségrégation sociale pose phirpochl t afppogre="illnt su u recrument suciale eyens . Ucdetllleipid tue enaovi> esnt e soavec succèmopuure aagaducon n p ebluxud< redouispnts LAu regard pa asdirgréion soclaries ts proolation narélèves drgin-bisée s,aenjeuo aducionfo u20ciale e dipsemuèr imrtioi ce,a cdetllleipid tue e,eciiss iv>

Annexe

Annexe 1. – Définition de l’indice de dissimilarité ID

xi : population du groupe d’élèves défavorisés dans le collège i

yi : population du groupe d’élèves d’une autre origine sociale dans le collège i

X : population totale d’élèves défavorisés dans les collèges parisiens

Y : population totale d’élèves d’une autre origine sociale dans les collèges parisiens

n : nombre de collèges parisiens

Annexe 2. – Proportion d’élèves défavorisés et contribution des collèges à l’indice de dissimilarité entre 2006 et 2008

Collèges situés dans les arrondissements moyens-supérieurs

Arrondissements
moyens-supérieurs

Proportion d’élèves défavorisés en 2006

Contribution à l’ID en 2006

Proportion d’élèves défavorisés en 2008

Contribution à l’ID en 2008

Écart de contribution à l’ID entre 2006 et 2008

Effectif
des collèges en 2006 (écart 2006-2008)

Baisse de la contribution à l’ID

Franck (11e)

PU

32,4 %

1,8 %

20,0 %

0,2 %

– 1,6

414 (– 3)

Vilon (14e)

PU

35,9 %

2,6 %

24,4 %

1,0 %

– 1,6

454 (+ 25)

Peguy (11e)

PV

 2,9 %

7,0 %

 2,2 %

8,3 %

– 0,7

569 (– 18)

Hausse de la contribution à l’ID

Beaumarchais (11e)

PU

39,5 %

2,2 %

42,9 %

3,4 %

+ 1,2

309 (+ 50)

Fournier (11e)

PU

28,0 %

1,7 %

35,5 %

3,6 %

+ 1,9

596 (– 41)

St-Michel (12e)

PV

12,1 %

3,4 %

 2,6 %

6,6 %

+ 3,2

1 050 (+ 6)

Lecture : le collège public Anne Franck scolarise 32,4 % d’élèves d’origine défavorisée. Sa contribution à l’indice de dissimilarité (ID) est de 1,8 % en 2006. Cette contribution baisse de 1,6 point de 2006 à 2008. Son effectif, 414 élèves en 2006, a baissé de 3 élèves de 2006 à 2008.

Collèges situés dans les arrondissements moyens-populaires

Arrondissements
moyens-populaires

Proportion d’élèves défavorisés en 2006

Contribution à l’ID en 2006

Proportion d’élèves défavorisés en 2008

Contribution à l’ID en 2008

Écart de contribution à l’ID entre 2006 et 2008

Effectif
des collèges en 2006 (écart 2006-2008)

Baisse de la contribution à l’ID

Ravel (20e)

PU

17,5 %

2,2 %

25,8 %

1,1 %

– 1,1

365 (– 12)

Blaise (20e)

PU

53,1 %

3,3 %

47,4 %

2,2 %

– 1,1

550 (– 63)

Menahem (20e)

PV

 9,5 %

1,5 %

10,0 %

1,1 %

– 0,4

168 (– 38)

Hausse de la contribution à l’ID

St-Georges (19e)

PV

12,5 %

3,1 %

11,5 %

3,7 %

+ 0,6

401 (+ 59)

Curie (18e)

PU

64,1 %

3,8 %

69,8 %

4,9 %

+ 1,0

393 (+ 143)

Le Tac (18e)

PU

14,6 %

2,8 %

10,8 %

3,9 %

+ 1,1

403 (+ 68)

Mozart (19e)

PU

34,4 %

0,1 %

50,9 %

1,7 %

+ 1,6

288 (+ 1)

Lecture : le collège public Ravel scolarise 17,5 % d’élèves d’origine défavorisée en 2006. Sa contribution à l’indice de dissimilarité (ID) est de 2,2 % en 2006. Cette contribution baisse de 1,1 point de 2006 à 2008. Son effectif, 365 élèves en 2006, a baissé de 12 élèves de 2006 à 2008.

Haut de page

Notes

1 Seuls les collèges communaux situés dans les petites communes, en l’absence d’une école primaire supérieure et d’un enseignement catholique concurrents, présentent une mixité sociale non négligeable (Prost, 2008).

2 Les comparaisons internationales de l’indice de dissimilarité ne sont pas pertinentes. L’indice est dépendant des constructions statistiques nationales des catégories sociales et celles-ci sont variables selon les pays.

3 Voir les variations de l’indice de dissimilarité présentées à la note 5.

4 L’investigation a été menée dans trois groupements d’arrondissement afin d’éviter un émiettement des données (par exemple, le premier arrondissement de Paris ne compte que deux collèges alors que le 13e en compte seize). Pour permettre des comparaisons pertinentes, les vingt arrondissements parisiens ont fait l’objet de regroupements en fonction des proportions des élèves défavorisés scolarisés dans chaque arrondissement. Trois groupements ont ainsi été définis : les arrondissements aisés (1er à 8e et 15e à 17e) ; moyens-supérieurs (9e à 14e) ; moyens-populaires (18e à 20e).

5 Pour les cadres administratifs d’entreprise, pour lesquels l’auto-ségrégation a le plus augmenté parmi les cadres de 1990 à 1999, l’indice de ségrégation est passé de 29,2 % à 31,5 %, soit une hausse de 0,25 point annuel (Préteceille, 2006).

6 Ces données chiffrées et les données ultérieures proviennent du rectorat de Paris et de l’agence de presse AEF (AEF, 2007, 2009).

7 Situations typiques et diversité valent aussi pour les 21 collèges « ambition réussite » de Marseille. À la rentrée 2009, ceux-ci ont perdu en moyenne 8 % de leur effectif en raison des dérogations accordées dans le cadre de l’assouplissement de la carte scolaire. Sur les 21 collèges, quatre sont attractifs, deux sont à l’équilibre et quinze sont fuis, spécialement le collège Jean Moulin qui a perdu 30 % de son effectif (AEF, 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. – Répartition des 176 collèges parisiens publics et privés selon leur part d’élèves scolarisés d’origine défavorisée en 2008
Légende Lecture : dans 76 collèges parisiens, la part d’élèves scolarisés d’origine défavorisée est inférieure à 10%.
URL http://journals.openedition.org/rfp/docannexe/image/1597/img-1.png
Fichier image/png, 5,8k
Titre Graphique 2. – Répartition des 176 collèges parisiens publics et privés selon leur part d’élèves scolarisés d’origine favorisée en 2008
Légende Lecture : dans 106 collèges parisiens, la part d’élèves scolarisés d’origine favorisée est inférieure à 50%.
URL http://journals.openedition.org/rfp/docannexe/image/1597/img-2.png
Fichier image/png, 6,5k
Titre Graphique 3. – Part des élèves d’origine défavorisée scolarisés dans les 176 collèges parisiens publics (PU) et privés (PV) en 2008
URL http://journals.openedition.org/rfp/docannexe/image/1597/img-3.png
Fichier image/png, 5,7k
URL http://journals.openedition.org/rfp/docannexe/image/1597/img-4.png
Fichier image/png, 1,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Merle, « Structure et dynamique de la ségrégation sociale dans les collèges parisiens », Revue française de pédagogie, 170 | 2010, 73-85.

Référence électronique

Pierre Merle, « Structure et dynamique de la ségrégation sociale dans les collèges parisiens », Revue française de pédagogie [En ligne], 170 | janvier-mars 2010, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfp/1597 ; DOI : 10.4000/rfp.1597

Haut de page

Auteur

Pierre Merle

pierremerle80@hotmail.com
Université de Haute Bretagne-Rennes 2 et IUFM de Bretagne, université de Bretagne-Occidentale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals