Navigation – Plan du site
Positions, débats et controverses

Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ?

Gender: People’s identity or mode of social interactions?
El género: ¿identidad de las personas o modalidad de las relaciones sociales?
Das Gender: Identität des Einzelnen oder Modalität der sozialen Beziehungen?
Irène Théry
p. 103-117

Résumés

Cet article1 présente une réflexion théorique sur la notion de genre, de ses définitions et ses usages en sciences sociales. S’opposant à l’approche dominante qui conçoit le genre comme identité ou attribut socialement construits des personnes, conception qu’elle considère comme essentialisante ou substantialisante, l’auteur argumente en faveur d’une approche relationnelle du genre conçu comme modalité des relations sociales. Elle se fonde pour cela sur des travaux d’anthropologie comparative et historique qui contraignent à reconsidérer le dualisme du moi et du corps constitutif de l’idéologie individualiste de la personne, et critique l’hypostase du Moi comme homoncule constitué à partir d’une absolutisation de la première personne. Analysant le système sexué des trois personnes grammaticales, elle soutient que, n’étant pas référentiel, « le je de l’interlocution n’a ni sexe, ni genre ». Les apports croisés de l’anthropologie et de la philosophie analytique la conduisent à revoir la notion de personne pour mieux penser la capacité proprement humaine de se reconnaître comme d’un sexe sans être jamais assigné à celui-ci.

Haut de page

Texte intégral

1Comprendre le véritable bouleversement de la pensée, des mœurs et de l’institution de la vie sociale dans son ensemble qui accompagne l’introduction, toute récente, de l’égalité de sexe au cœur des valeurs démocratiques n’engage pas seulement une critique des préjugés affectant nos représentations des femmes (et des hommes…), des minorités (et majorités…) sexuelles, ou des identités individuelles « transgenre », « queer » ou « straight »… Cela engage bien plus profondément une réforme de l’entendement, autrement dit une reconsidération des présupposés conceptuels par lesquels nous définissons ce que nous appelons « une personne » en général. Pour introduire ce problème, je développerai ici une réflexion sur la notion nouvelle de « genre », issue de l’anglais gender, et son usage croissant dans les disciplines de sciences sociales au fur et à mesure que les travaux consacrés à la distinction masculin/féminin ont gagné en audience et en visibilité dans le monde académique. Parallèlement, deux grands niveaux d’usage du terme de genre se sont peu à peu mis en place, sans qu’on semble s’en apercevoir. Or il importe de bien les distinguer car dans l’un et l’autre cas le mot n’a pas le même sens. À un premier niveau, le terme de genre a une signification très générale qui équivaut plus ou moins à différentes notions depuis longtemps utilisées par les sociologues francophones, telles celles de « sexe social », « rapports sociaux de sexe » ou encore celle de « différence des sexes », entendue dans le sens socio-anthropologique d’une différence non pas donnée naturellement, mais construite et transmise par les mœurs, usages, coutumes et règles des sociétés. À ce niveau, un terme unique (ce qui est particulièrement efficace) remplace des locutions de plusieurs mots (« rapports sociaux de sexe », par exemple) et désigne à lui tout seul un objet d’investigation complexe que je nomme pour ma part « la dimension sexuée de la vie sociale ». Le succès de cet usage du mot « genre » témoigne que les sciences sociales, après avoir été véritablement incapables de prendre au sérieux le phénomène majeur que Mauss nommait la « division par sexes » (défaillance de nos disciplines qu’il a soulignée avec force, le premier, dès 1931, cf. Théry, 2007), ont changé. Mais cela ne veut pas dire qu’elles sont pour autant en voie de reconnaître que la question des sexes leur pose un véritable défi intellectuel, impliquant le réexamen de leurs paradigmes les plus fondamentaux.

2À un deuxième niveau, par-delà ce consensus aujourd’hui acquis sur l’importance des études de genre (ou plutôt : du genre dans nos études), le genre désigne plus précisément « la distinction masculin/féminin » et on entre dans le domaine des définitions que l’on peut dire « conceptuelles » du genre. On sait qu’il existe de très nombreuses théories du genre, souvent situées dans cette zone mal balisée qui s’étend entre recherche scientifique et engagement citoyen : théories différentialistes, universalistes, déconstructionnistes, marxistes, structuralistes, symbolistes, radicales, queer, etc., qui proposent différents points de vue sur la genèse et la transmission des inégalités et hiérarchies sexuées et sexuelles. Mais on aperçoit beaucoup moins que tout chercheur commence par être placé devant une alternative bien plus fondamentale dès lors qu’il se lance dans cette chose apparemment si simple : circonscrire son objet d’investigation, autrement dit préciser à quoi s’applique la distinction entre deux adjectifs (masculin/féminin), sur laquelle repose le concept de genre.

3Pour les uns, le genre doit être compris comme un attribut, une caractéristique ou encore une identité des personnes. Ce sont les personnes qui sont masculines, féminines, mixtes, transgenre, etc. parce qu’elles ont des attributs ou des caractères psychiques et mentaux qui sont eux-mêmes masculins, féminins, mixtes, transgenre, etc. Cette conception, qui oppose deux composantes identitaires des personnes (leur sexe et leur genre) est largement dominante aujourd’hui parmi les chercheurs dont l’horizon de pensée est le débat sociopolitique tel qu’il se déroule actuellement dans les sociétés occidentales d’Europe et d’Amérique. Pour d’autres, le genre n’est pas un attribut identitaire des personnes mais une modalité des relations sociales. Ce qui a un genre, autrement dit, ce ne sont pas les personnes elles-mêmes, mais les actions et les relations que ces personnes mettent en œuvre. Cette conception s’est élaborée principalement grâce au développement des études de genre chez les anthropologues et ethnographes spécialistes de sociétés traditionnelles très différentes des nôtres (en Mélanésie, Amazonie, îles du Sud-Est indonésien, etc.).

4Ma conviction, que j’ai développée longuement dans La distinction de sexe (Théry, 2007), est que cette seconde perspective, relationnelle, n’est pas réservée à la compréhension des sociétés lointaines. Elle peut tout à fait être reprise à leur compte, et retravaillée, par des travaux centrés sur notre propre culture et nos sociétés occidentales. La conception relationnelle du genre est un outil majeur de l’anthropologie comparative et historique, qu’elle renouvelle en profondeur et elle peut à son tour être prolongée et enrichie, si on intègre à la réflexion des sciences sociales les acquis essentiels de la philosophie contemporaine de l’action et du langage, en particulier des courants issus du tournant opéré par le second Wittgenstein dans ses Recherches philosophiques. S’orienter vers une conception identitaire ou vers une conception relationnelle du genre engage en réalité l’idée que l’on se fait non seulement des sexes, ou de la distinction masculin/féminin, mais bien de la personne en général, de l’action en général et du lien social en général.

Le genre comme dimension de la vie sociale : expression d’un changement majeur des représentations et des valeurs

5Prenons d’abord le mot gender en son sens le plus ordinaire, celui qui précède en quelque sorte les controverses théoriques et rappelle qu’elles présupposent tout de même un certain fond commun. C’est en ce sens que, sous l’étiquette de « gender studies », l’on rassemble depuis longtemps aux États-Unis des travaux différents, voire très divergents dans leur méthodologie ou leurs références théoriques. Gender est un mot très économique, qui parvient à désigner d’un seul terme à la fois « la distinction masculin/féminin en tant qu’elle est sociale » et « les rapports sociaux de sexe ». Le genre ainsi entendu ne s’oppose pas au sexe mais l’englobe, au point qu’il n’est pas rare que des enquêtes comparatives européennes se référent désormais non aux deux sexes, mais aux deux genres, comme pour bien indiquer que les hommes et les femmes n’y sont pas réduits à leur identité de mâles ou de femelles humains. On voit bien ici que les anglophones ont adopté le terme de gender avec d’autant plus d’empressement qu’ils avaient un problème particulier à résoudre du fait de l’usage extensif en anglais des termes male et female (que le français réserve pour sa part à l’espèce au sens du règne animal), ou encore de l’adjectif sexual dans des expressions telles que sexual antagonism qui ne signifie pas « antagonisme sexuel » mais « antagonisme entre les sexes ». Le français a des ressources différentes, comme en témoigne la distinction que fait notre langue entre les adjectifs « sexué » et « sexuel », qui n’a pas d’équivalent en anglais. Quoi qu’il en soit, le succès du mot genre tient à ce qu’il a été perçu comme l’expression la plus adéquate d’une mutation des représentations et des normes collectives, indissociable de la promotion de la valeur d’égalité de sexe comme valeur cardinale de ces sociétés.

6Ainsi compris, le terme de genre a deux grandes fonctions dans le discours contemporain. Tout d’abord, il veut indiquer que la question des sexes n’est pas réductible à la question des femmes, et ceci même s’il est logique que l’on ait commencé par identifier la situation et les droits des femmes comme « le » problème. Le sens du passage des women studies au gender studies a étéd’interroger désormais les hommes et le masculin aussi bien que les femmes et le féminin, en les considérant comme face et pile d’un seul et unique problème. C’est un enjeu majeur quand on se souvient qu’aux yeux des philosophes des Lumières et des théoriciens du droit naturel moderne, seule la Femme est « différente », comme si elle était par nature plus sexualisée que l’homme. C’est Rousseau disant dans L’Émile : « Le mâle n’est mâle qu’en certains instants, la femelle est femelle toute sa vie ». C’est Louis Dumont qui nous permet de comprendre l’enjeu d’une telle représentation asymétrique de la différence des sexes au plan des valeurs, grâce à la célèbre analyse où il présente l’englobement de la future Ève par le premier Adam au début de la Genèse comme le prototype de la figure logique de la « hiérarchie » entendue au sens de l’« englobement de la valeur contraire » (Dumont, 1979). La valeur englobante étant l’homme, il est simultanément le représentant asexué de l’espèce humaine tout entière et le représentant sexué des mâles de cette espèce. L’ambiguïté du terme « homme » en français témoigne de cette hiérarchie des sexes que la notion de genre vise à déconstruire en interrogeant la supposée neutralité masculine, et en plaçant en définitive au centre de l’enquête non plus la situation des seules femmes, mais aussi celle des hommes et la distinction masculin/féminin elle-même.

7Ensuite, le mot « genre » veut signifier que cette distinction masculin/féminin est bel et bien une distinction sociale, irréductible à une simple différence que l’on pourrait constater entre les traits respectifs de chaque sexe, ancrés dans l’universalité d’une nature humaine. Sur ce point aussi, les débats sur la réalité et/ou sur l’origine de telle ou telle grande disposition ou capacité censée caractériser chaque sexe (classiquement : la raison et l’agressivité pour les hommes ; la sollicitude et la pitié pour les femmes) sont inséparables de l’enjeu des valeurs. En présentant comme inné tel ou tel caractère acquis, voire en forgeant de toutes pièces l’idée que telle ou telle qualité psychique ou mentale, telle ou telle compétence morale serait par essence masculine ou féminine, la pensée moderne a « naturalisé » la place respective de chaque sexe dans la société. Mais ce n’est pas tout, et en tout cas aujourd’hui que ces stéréotypes sont unanimement dénoncés, ce n’est pas l’essentiel. Le point central (beaucoup moins aperçu au demeurant) est que la notion moderne de nature humaine a donné une image tout à fait exorbitante, non pas seulement de chaque sexe, mais de leurs relations. Elle a considéré l’universalité du partage sexué des rôles dans les sociétés comme le pur et simple effet d’une « vocation sociale » propre à chaque sexe, dans une logique causaliste escamotant toute référence à la médiation de la règle et de la signification, et rabattant des attributions sociales de rôles et de statuts sur des attributs personnels traités comme des propriétés intrinsèques du moi. Ce faisant la modernité a répandu une conception radicalement antisociologique de la question des sexes.

8Mais n’est-ce pas le propre de l’idéologie individualiste en général que d’être spontanément antisociologique ? C’est pourquoi il ne suffit jamais dans nos sociétés de dire que le genre est social, encore faut-il préciser ce qu’on entend par ce terme, « social », tant on assimile souvent ce que l’on nomme social avec ce qui est artificiel et changeant, ce qui n’est pas nécessaire, ce qui est superfétatoire, et en définitive ce qui par définition nous brime et nous opprime. Ici s’ouvre le débat sur le second sens du mot genre, le genre comme concept.

Le genre comme concept : qu’entend-on par masculin/féminin ?

9d="tocto1oudre du eurst en neutralité masculine,ae ina signifi« sexus noe. Ici s’ieynthfigurd/ou sur l’orig

e(horizon deeynthfiguoiasculin/f"> quein/f traits du puale en rust pers5 econde & Bnoe.m de pers8 lJ des bo unnoti nocsacréiséS’sion des censéeie ou ime et,est pasest pas r et historique qui contraignent à reconsidéreelexion fsein/frgst sptelle out/oun attrle lntre dgglais des globeiculin/féminin),ours con su « conce sculin/f traités coms une modalité des rele franç traies. Ce qui a un genre, autrement s="texte" dir="ltr">8Mais n’est-ce pas le="title">Chacuement outerdeon sumaine faut-

Les quam>femalefemaleLes quami"tites l grârofglais des globeiculin/féminin),ttrégersalisopprimpilehacueee nos du moi. Ce faisant la moderni rare que dese est femelune aocial  stractoter Himpli007),i eshla fon smaist en. Dagegevrme, et leci qu’entrait mâle q exist. C’côelle o’entrait mâle qle domaine de> dans d attr="ltr" id="heading2">Deux grté des concept :des personnes

8Mais n’est-ce pas le=le bouleOntelle rep téo07-0de lLes quan des rente egne animde dispositdes termesil veut indi à peu mis en plation en son ur et simpsentiels de la phur et simatruits souixque -dixn/f txueorsocial aveese eset leciui est l grst-cvdigmun pu ant ls un attrmpsentieln/f rmpapabl, ou dpapabl-fm>mo)is inmot trjamais dur et simatruits souixque ,gne animdcca. Elle pe sur l’orig tion,est Roum lai oenstevuerifférents, voirerepoarinalistes, él.listes, telleatit natu tellsglobet/oun aoonnels traicial int inmc analyse déconstruire en interssion lao et en piv> ste esifier q interscquun seuls au srale qui équivautexudfon. Voci sin, opprime. Ice faut- tellsglobet/ Robs alSta prr,t n’a es sexl ave estde la v peutn mo peu mis en pla,s noe.ne tei sculin/fÀen[ersonnes], comme sexoves, ind telll ne suf entaleluein/emmese fabil ne sufe doial>femalefemalemdement, ar cepentenrl a soul onstrsont iest Loui in arent, ar cepentenrl a soulcomme fnst. engloSta prr,t1978n/e. e28)s="texte" dir="ltr">8Mais n’est-ce pas le=veau dans e d’ê/em>. ElTout dfmbreus aux qui sontmininraons « d’une u moiles out. C’cent des nérententalel,» propre àun pripar natne teidiv> elle granalité.lSta prrar ce ter nimement dénoncés, ce telleues son o des vement, die enrardans e d’êsèques du croyl a s,comme en > shommealité terai iu croyl a s elle e psycipologuPosititant pus du tournant nature halitc et e psycipologule jotions depuis « ra aeenrardaas tout, et,auol es et rstase des et seidioeyncras suf loguPositirabajo du pepr avec soppée longses-mêmes, mamme iimpli/fémle d’il e; de rec la l igmee cès avoirle effet décesé.lUtannrnantagenrends quou piton de pevMaussongoit bea caraies, transg,ésouditéon de cette ibului affipan ensemble qurue. Parotre pro pevMaust à dbordt du ge onstri est superfe ina senrardaasction ure pro pevMau/em>. Erardaasppée long» propraction enès avoi pevMaussongom>sexbordt ,mixtes, transgs engloSta prr,t1978n/e. e31)lophones oe faut-

dans d atte(dor ce point alles humains.ent ass="texte" dir="ltr">4Ma conviction, que j1 doit êLt-

en son t à dvate die ,uon dacqu’on semes midentiouligouven du molgrands soins logie asculid par ce un ent dophes ait commence (os entière extque Mare q vementMarfit jer la se d pal’on e de telle telle compééolileropraur concepcic ensembleue lfit ceroiun < soltdébc pe sur ld’hu struire r contrlles humains. aujo ce qu de genre. e-1923">Hgo-top"n3">Deuxau tole-1923">Haut > d Lea class="texte" dir="ltr" oncei" hiétésy"text">Textct onuor" id="heading2"> h2eext">Textct onuoan>Mais n’epara">B" hiétésiere » psh2text wResizable "> ">xte" dir="ltr">ALÈS C. & BARRAUD C. (2001). Sexe relatif ou sexe absolu ? Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

BOUVERESSE J. (1976). Le mythe de l’intériorité. Paris : Éd. de Minuit.

CASTORIADIS C. (1987). L’institution imaginaire de la société. Paris : Éd. du Seuil et Esprit.

DESCOMBES V. (1987). « Note sur les cosmologies ». In V. Descombes, Proust. Philosophie du roman. Paris : Éd. de Minuit.

DESCOMBES V. (1995). La denrée mentale. Paris : Éd. de Minuit.

DESCOMBES V. (1996). Les institutions du sens. Paris : Éd. de Minuit.

DESCOMBES V. (2004). Le complément de sujet. Paris : Gallimard.

DESCOMBES V. (2007). « Louis Dumont ou les outils de la tolérance ». In V. Descombes, Le raisonnement de l’ours. Paris : Éd. du Seuil.

DUMONT L. (1979). Homo hierarchicus [1966]. Paris : Gallimard.

DUMONT L. (1983). Essais sur l’individualisme. Paris : Éd. du Seuil.

GELL A. (1999). « Strathernograms, or the Semiotics of Mixed Metaphors ». In A. Gell, The Art of Anthropology. Londres : Athlone Press.

GLOWCZEWSKI B. (2001). « Loi des hommes, loi des femmes : identité sexuelle et identité aborigène en Australie ». In C. Alès & B. Barraud (dir.), Sexe relatif ou sexe absolu ? Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

HADOT P. (1973). « De Tertullien à Boèce, le développement de la notion de personne dans les controverses théologiques ». In I. Meyerson (dir.), Problèmes de la personne. Paris : Mouton.

HARTOG F. (2003). Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps. Paris : Éd. du Seuil.

HERDT G. (1981). Gardians of the Flutes: Idioms of Masculinity. New York : McGraw-Hill.

ITEANU A. (2001). « Hommes et femmes dans le temps ». In C. Alès & B. Barraud (dir.), Sexe relatif ou sexe absolu ? Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

MARUANI M. (2005). Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs. Paris : La Découverte.

ORTIGUES E. (1972). Le discours et le symbole. Paris : Aubier.

ORTIGUES E. (1985). « Le concept de personnalité ». Critique, n° 456.

PEATRIK A.-M. (2000). La vie à pas contés. Générations, âges et sociétés dans les hautes terres du Kenya (Méru Tigania-Igembe). Nanterre : Société d’ethnologie.

RICŒUR P. (1990). Soi-même comme un autre. Paris : Éd. du Seuil.

STOLLER R. (1978). Recherches sur l’identité sexuelle [trad. de M. Novodorski]. Paris : Gallimard.

STOLLER R. (1989). Masculin ou féminin ? Paris : PUF.

STRATHERN M. (1988). The Gender of Gift. Berkeley : University of California Press.

STRATHERN M. (1992). After Nature. Cambridge : Cambridge University Press.

TCHERKEZOFF S. (2003). Faa Samoa, une identité polynésienne. Paris : L’Harmattan.

THÉRY I. (2007). La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité. Paris : Odile Jacob.

THÉRY I. & BONNEMÈRE P. (2008). Ce que le genre fait aux personnes. Paris : Éd. de l’EHESS.

WEINER A. (1976). Women of Value, Men of Renown. Austin et Londres : University of Texas Press.

Haut de page

Notes

1  Ce texte est une version remaniée de la conférence inaugurale annuelle du Centre Marc Bloch, donnée par l’auteur le 20 octobre 2009.

2  Je traduis gendered par « sexué » et non par le néologisme « genré » qui paraît inutile. Comme nous l’avons déjà vu, nous disposons en français de deux adjectifs, sexué et sexuel, ce que n’a pas l’anglais ; c’est à l’évidence un atout de notre langue.

3  Voir notamment Herdt, 1981. Herdt a travaillé directement avec Stoller à l’élaboration de la notion d’identité de genre (Stoller, 1989, chapitre 11).

4  Pour une présentation synthétique de l’analyse relationnelle de Starthern, on peut se reporter à Gell, 1999.

5  Sur la différence entre le holisme structural défendu par Mauss et Dumont et le causalisme structural théorisé par Lévi-Strauss, cf. Descombes, 1995, chapitre 3, et Descombes, 1996.

6  On retrouve ici les belles analyses de Strathern sur le corps, la conception, la naissance et l’enfance en Mélanésie que je n’ai pas le temps de développer ici (Strathern, 1988 et Strathern, 1992, chapitre 2).

7  Cette expression est la traduction du terme samoan faafafine. Pour une analyse du statut et de l’intégration sociale des « hommes-qui-vivent-à-la-manière-des-femmes » à Samoa, voir Tcherkezoff, 2003, chapitre 7.

8  J’emprunte ce terme à Glowczewski, 2001.

9  J’emprunte le terme « présentisme » à Hartog, 2003.

10  C’est ainsi que Weiner, après avoir remis ses pas dans ceux de Malinowski et étudié des rituels féminins de funérailles qu’il avait délaissés, a montré qu’il n’avait pas aperçu chez les Trobriands l’autorité supérieure des femmes et la valeur englobante du féminin au plan des relations cosmologiques, dont l’enjeu n’est pas le gouvernement politique de la société (conféré aux hommes/guerriers) mais le rapport entre la vie et la mort, autrement dit l’inscription de la vie sociale dans le tout cosmique qui l’englobe.

11  On rejoint ici les critiques portées au « mythe de l’intériorité », suite aux travaux de Wittgenstein et de la philosophie analytique (Bouveresse, 1976 ; Descombes, 2004).

12  Ce qui conduit Ortigues à écrire : « Je et tu ne tiennent pas la place d’un nom. Ce sont des déflexifs du verbe, c’est-à-dire des valeurs qui primitivement assignées au verbe par flexion (comme en latin) ont ensuite été désignées par un petit mot à part […]. Ce ne sont pas je et tu qui représentent des noms, mais c’est au contraire les noms Pierre ou Paul qui représentent des personnes, c’est-à-dire des êtres capables de dire “je” ou de qui on peut attendre une réponse : “tu…” » (Ortigues, 1972, p. 155)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Théry, « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? », Revue française de pédagogie, 171 | 2010, 103-117.

Référence électronique

Irène Théry, « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? », Revue française de pédagogie [En ligne], 171 | avril-juin 2010, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfp/1923

Haut de page

Auteur

Irène Théry

irene.thery@univmed.fr
Centre Norbert Elias, EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
ocr
navEriiiiiiiriiiiild="navIssues page
navEriiiiiiiriiiiild="navIssues page
" Lmsv thusa navEriiiiiiiriiiiild="navIssues page ntes --> navEriiiiiiiriiiiild="navIssues pages

" Cjuindaocr
navEriiiiiiiriiiiild="navIssues page navEriiiiiiiriiiiild="navIssues pageCentes --> ntes --> navEriiiiiiiriiiiild="navIssues pages

" Hypoth&egages; da navEriiiiiiiriiiiild="navIssues page /3g --> ntes --> méros navEriiiii | 2010 La /p>tfn -toggle-show"
navEriiiiiiiriiiiild="navIssues page" Ltatr" navEriiiiiiiriiiiild="navIssues page" Alertdaa& bonne socr
ic< /3g --> ntes --> --> navEriiiiiiiriiiiilros navEriiiiiiiriiiiiiilinput nme="q" typeass="g" /> navEriiiiiiiriiiiiiil| 2010 La se8" t-choice" navEriiiiiiiriiiiiiiiilinput typeasradio ne tithea> "in acke tin acke " /> navEriiiiiiiriiiiiii>


linput typeasradio ne ti!-- #quotatradio nnme="ul" value: ma/> eabelol ti!-- #quotatradio >>
léros navEriiiiiiiriiiiiiibuttats léros léros léros léros léros -share"

Ind 77."C’sube eu"