Navigation – Plan du site

Rapport sur les revues

Rapport sur les revues de l’Institut national de recherche pédagogique présenté en juillet 2010. Groupe de travail animé par Antoine Prost

Résumé

Ce rapport remis le 7 juillet 2010 au directeur de l’Institut national de recherche pédagogique s’inscrivait dans le cadre de réflexions interrompues depuis par l’intégration de l’INRP à l’ENS de Lyon. Les revues de l’INRP ont toutes été classées A ou B par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) et elles figurent toutes sur la liste des revues de référence. Elles résistent plutôt mieux que la moyenne des revues de sciences humaines et sociales (SHS) à l’érosion générale des ventes par abonnement. Elles publient des articles d’auteurs très différents : universitaires français ou étrangers, formateurs d’IUFM, chercheurs de l’INRP ou autres. Elles sont en rapport avec des centres de recherche étrangers. Ce ne sont pas les organes d’une coterie scientifique. Les statistiques réunies montrent que toutes sont largement ouvertes, quoiqu’avec des équilibres différents, sur les universités françaises, les IUFM et les universités étrangères. Pour la Revue française de pédagogie (RFP), 11 articles sur 227 seulement sont dus entièrement ou partiellement à des membres du comité de rédaction ou du comité scientifique. L’idée d’interdire à ceux-ci de publier dans leur revue n’a pas de justification. Aucune revue, même en sciences physiques ou mathématiques, ne pratiquant cette interdiction, celle-ci doit être écartée. L’analyse des abonnés montre une diffusion elle aussi très diversifiée : des particuliers, des institutions extérieures à l’Éducation nationale, et pas seulement des universitaires. La diffusion en dehors de la France n’est pas négligeable, notamment pour la revue Histoire de l’éducation (40 % d’abonnés étrangers) et la RFP (29 %), mais elle est faible dans le monde anglo-saxon. Ces analyses soulignent les différences entre revues, ce qui interdit de les considérer comme un seul bloc. Toutes sont des revues de recherche, qui s’adressent prioritairement à des chercheurs. Comment améliorer leur diffusion ?

Les pratiques des chercheurs évoluent, ce qui rend indispensable non seulement de mettre ces revues en ligne sur le site de l’INRP, ce qui est fait, mais aussi de les intégrer à des portails, ce qui a été fait en partie. Ce rapport met en garde contre une politique trop généreuse de libre accès et recommande l’intégration des revues, et d’abord de la RFP, à des portails anglo-saxons payants, notamment JSTOR (portail patrimonial) et Project Muse (collections courantes). Il pose également la question d’une revue destinée au grand public, dont le manque est certain, précise les problèmes que poserait une telle revue et laisse ouverte la question de savoir si c’est à l’INRP de remédier à cette lacune. Il cherche ensuite comment améliorer la diffusion des revues de l’INRP dans le monde de l’Éducation nationale et formule des propositions dans ce but :

  • améliorer la lisibilité des articles en les faisant relire par des non-spécialistes ;

  • accompagner les articles de présentations et de résumés longs, disponibles gratuitement en ligne, rédigés du point de vue d’un lecteur éventuel pour en dégager l’intérêt et la nouveauté ;

  • constituer sur le site de chaque revue des ensembles documentaires reprenant des articles déjà publiés mais dont la réunion constituerait un nouvel objet (par exemple les rubriques « autour des mots de la formation » de la revue Recherche et formation et « notes de synthèse » de la RFP) ;

  • créer dans Wikipédia une notice mise à jour pour chaque revue, avec une présentation capable de susciter l’intérêt, et les liens nécessaires pour y accéder ;

  • adresser chaque trimestre à tous les enseignants sur leur messagerie professionnelle, comme aux universitaires impliqués dans les masters d’enseignement, une lettre d’information sur les publications récentes, avec les liens nécessaires.

Pour améliorer la diffusion internationale de la revue, notamment dans le monde anglophone, ce rapport recommande :

  • d’intégrer les revues à la base de référencement du SSCI (Social Science Citation Index), au sein du Web of science, ce qui suppose l’acquisition de DOI (Digital Object Identifier) pour tous les articles et la rédaction de résumés de bonne qualité utilisant les mots-clés anglais ;

  • de publier des articles en anglais d’auteurs anglophones quand l’occasion s’en présente ;

  • de publier en anglais sur le site des revues une version gratuite des résumés longs et des divers documents d’accompagnement ;

  • de publier en anglais sur le site des revues, avec un DOI propre, une version payante de certains articles publiés en français dans les revues papier, par exemple les notes de synthèse de la RFP.

La situation étant loin d’être stabilisée dans le monde éditorial des revues, sans exclure l’éventualité de nouvelles revues exclusivement en ligne, le rapport aboutit à deux conclusions nettes sur leur dématérialisation : il est indispensable que les revues aient une édition numérique, ce qui est fait ; il faut pour le moment conserver les éditions papier.

Le rapport conclut sur l’importance du service des publications à la fois comme service gestionnaire et comme service éditorial. Il souligne que l’effort de diffusion, de communication, de développement en ligne de documents d’accompagnement et éventuellement de traduction, rendra nécessaire de l’étoffer.

  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals