Navigation – Plan du site
Notes critiques

MORISSE Martine & LAFORTUNE Louise (dir.). L’écriture réflexive. Objet de recherche et de professionnalisation

Québec : Presses de l’Université de Québec, 2014, 176 p.
Bernard Prot
p. 132-134
Référence(s) :

MORISSE Martine & LAFORTUNE Louise (dir.). L’écriture réflexive. Objet de recherche et de professionnalisation. Québec : Presses de l’Université de Québec, 2014, 176 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif s’inscrit dans une série de travaux et de publications relatifs à l’écriture dans la formation professionnelle des enseignants. Françoise Cros rappelle dans la préface que cette série, à laquelle elle a participé, trouve son origine en 2004 au carrefour de « l’engouement pour les analyses de pratiques » du milieu enseignant et des questions résistantes et renouvelées de la fonction de l’écriture dans les réussites et les échecs scolaires et universitaires. Il s’agissait alors de mieux comprendre comment l’écriture favorise le développement de l’expérience acquise ou l’apprentissage de concepts nouveaux.

2Il faut dire immédiatement que ce nouveau recueil peut se lire sans avoir lu préalablement les textes précédents, parce qu’il poursuit un objectif méthodologique qui a sa propre cohérence. Les auteurs reviennent en effet sur leurs travaux respectifs, les méthodes mises en œuvres, les résultats obtenus, à partir d’une même question : quels sont les intérêts et les limites de la méthode que nous avons mise en œuvre, pour évaluer la fonction de l’écriture dans les analyses de pratiques ? À ce titre, ce livre intéressera des lecteurs au-delà du cercle des spécialistes de la place de l’écrit dans la formation des enseignants, qui sont évidemment les premiers concernés.

3Avec les co-directrices de l’ouvrage – Martine Morisse de l’université Paris 8 et Louise Lafortune de l’université du Québec à Trois-Rivières –, 8 auteurs présentent en 5 chapitres leurs recherches conduites en Suisse (Anne Clerc-Georgy – Haute école pédagogique de Lausanne), au Québec (Christiane Blaser, Frédéric Saussez, Mathieu Bouhon – université de Sherbrooke), en Belgique (Marie-Christine Pollet – université libre de Bruxelles), en France (Gilles Leclercq, Anne-Catherine Oudart, Lucie Petit – université Lille 1). L’introduction et un premier chapitre sont de M. Morisse, qui met en perspective les différentes contributions dans la série des travaux qui ont précédé et offre quelques réflexions sur les rapports entre écriture, réflexivité et professionnalisation.

4L’intérêt d’ensemble de ces contributions est d’offrir au lecteur une assez large palette d’approches et d’engager sur cette base une réflexion comparative sur la manière dont ces études sur l’écriture ont été réalisées.

5La tradition nord-américaine de « recherche en action » est très présente dans le texte de L. Lafortune, qui revendique être engagée « dans le cheminement du praticien réflexif », dans une démarche qui « associe » les professionnels en formation aux chercheurs, d’autant plus que la chercheuse est aussi la formatrice-accompagnatrice du groupe dans lequel la recherche est réalisée. C’est avec Donald Schön (1994) que l’auteure pense les méthodes favorables à la réflexivité, et qu’elle cherche principalement à améliorer la fonction de l’écriture dans un contexte de formation. Elle relie ce point de vue à une démarche « socio-constructiviste » de l’élaboration des fiches d’écriture et plus généralement d’outils de formation et de recherche. Ses méthodes reposent sur l’idée d’une « théorisation émergente » au fil des échanges.

6À l’opposé, M.-C. Pollet porte son analyse sur des textes produits en une seule fois, sur la base de consignes, par des étudiants à la suite d’une série de trois cours, en s’appuyant sur des « indices discursifs » susceptibles de montrer une implication plus ou moins forte des étudiants dans l’écriture.

7Dans le texte de G. Leclercq, A.-C. Oudart et L. Petit, on verra une influence de la pensée de Georges Simondon (1989) relative aux objets techniques qui conduit les auteurs à attribue