Navigation – Plan du site
Dossier

Mondialisation, progrès technique et dépréciation du capital humain. L’impact sur les politiques de formation

Globalisation, technological change, and human capital depreciation. The impact on education policy
Sylvain Weber, Giovanni Ferro Luzzi et José V. Ramirez
p. 11-22

Résumés

Le capital humain et les politiques visant à sa création et à sa préservation prennent de plus en plus d’importance dans les sociétés industrialisées. Cet article propose un survol de la littérature économique récente dans ce domaine. Le défi majeur qui occupe aujourd’hui le marché du travail est l’accélération du progrès technique, qui s’accompagne d’effets différenciés suivant le niveau de qualification des travailleurs. Deux théories sont évoquées pour analyser ces effets. D’une part, le progrès technique est vu comme biaisé en faveur des travailleurs qualifiés et défavorable aux moins qualifiés. D’autre part, et suite au phénomène de polarisation du marché du travail récemment observé, on peut cependant penser que la technologie est surtout substituable aux emplois du milieu de l’échelle. De ces constatations découlent plusieurs recommandations de politiques économiques, la principale étant de donner aux travailleurs les moyens d’être flexibles et polyvalents, ce qui passe par une éducation relativement générale plutôt que trop spécifique et cantonnée à un secteur ou une profession.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le capital humain et sa dépréciation
Les biais de la technologie
La polarisation des emplois
Quid des politiques éducatives ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Cette contribution vise à documenter la recherche récente en économie sur le capital humain et les chocs subis par ce dernier, qui modifient parfois très substantiellement les relations d’offre et de demande de qualifications. Les chocs considérés sont la croissance des échanges internationaux, la plus grande mobilité des facteurs productifs qui l’accompagne et surtout le progrès technique. Isoler ces perturbations et mesurer leurs effets sur l’emploi et les salaires est en soi ardu, mais les modifications des politiques (salaires minimums, systèmes éducatifs, sécurité sociale…) et de l’offre de travail des ménages brouillent encore davantage la lisibilité quant à l’impact de ces chocs.

Une partie de la littérature économique a tenté de montrer l’effet prépondérant du progrès technique sur le rendement du capital humain et les inégalités de salaires qui en ont résulté. Des travaux plus récents ont cependant montré que l’impact du progrès technique, mais aussi des délocali...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Weber, Giovanni Ferro Luzzi et José V. Ramirez, « Mondialisation, progrès technique et dépréciation du capital humain. L’impact sur les politiques de formation », Revue française de pédagogie, 192 | 2015, 11-22.

Référence électronique

Sylvain Weber, Giovanni Ferro Luzzi et José V. Ramirez, « Mondialisation, progrès technique et dépréciation du capital humain. L’impact sur les politiques de formation », Revue française de pédagogie [En ligne], 192 | juillet-août-septembre 2015, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfp/4816 ; DOI : 10.4000/rfp.4816

Haut de page

Auteurs

Sylvain Weber

Université de Neuchâtel, Institut de recherches économiques

Giovanni Ferro Luzzi

Université de Genève, Institut d’économie et d’économétrieet Haute école de gestion de Genève

José V. Ramirez

Haute école de gestion de Genève et NCCR LIVES

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals