Navigation – Plan du site
État de la recherche

Pour une méthodologie inter-dimensionnelle

Bernard Miège

Résumés

L’article commence par faire retour sur l’Économie Politique de la Communication (EPC) et sur les mutations que ce courant théorique a connues au cours des trente dernières années. Il insiste sur le fait que la dite Théorie des Industries Culturelles qui s’est formée au sein de ce courant, en posant comme centrale l’analyse des phénomènes culturels, informationnels et communicationnels allant de la conception des produits à leur consommation et appropriation, en passant par leur production (ou édition), leur distribution (ou programmation), est tenue de plus en plus de mettre en œuvre une méthodologie de recherche inter-dimensionnelle. Cette méthodologie articule désormais, selon des protocoles de recherche variables, stratégies des industries de la communication, activités des artistes et intellectuels contribuant à la conception, stratégies des éditeurs, producteurs et diffuseurs, pratiques culturelles, formation des usages des outils supports des pratiques, et consommations-réceptions des contenus.

Haut de page

Texte intégral

Retour sur l’Économie Politique de la Communication

1Depuis les auteurs fondateurs, l’Économie Politique de la Communication (EPC), (c’est en son sein que la dite théorie des Industries Culturelles a pris racine), a été le lieu d’incessants changements, les travaux n’ayant cessé de se développer et même de s’étendre dans des directions non prévues à l’origine, en relation avec les questions remontant de « terrains » en pleine effervescence au cours des trente dernières années. Il n’est pas exagéré d’avancer que les réflexions et les élaborations successives ont été largement dépendantes des observations empiriques faites çà et là ainsi que des débats politiques et sociétaux concernant aussi bien l’information que la culture et les réseaux ou techniques de la communication. On s’explique ainsi pourquoi, jusqu’à une période récente, la recherche avait encore tendance à juxtaposer sans vraiment réussir à les relier :

2(1) les stratégies des principaux industriels de la communication, autant celles des industries de matériels que des industries de réseaux ;

3(2) les stratégies des diffuseurs et producteurs ou éditeurs de contenus, et à leur suite les contributions des artistes, intellectuels et spécialistes de l’information à la conception de ces mêmes contenus (= la phase de conception ou de création) ;

4(3) les tendances structurantes des pratiques culturelles et informationnelles, et particulièrement l’expansion des consommations marchandes ;

5(4) ce qui était produit par les changements et innovations techniques, et notamment les usages se formant à partir des outils techniques ;

6et plus succinctement (5) les activités de réception, d’appropriation et de réinterprétation des contenus par les destinataires.

7Cette catégorisation, cependant, tout en aidant à identifier ce qu’ont été successivement (avec des variantes importantes selon les auteurs et les pays) les directions dans lesquelles les réflexions se sont orientées, ne doit pas être prise à la lettre. Intéressés avant tout à mettre en évidence les stratégies des grands acteurs économiques de l’information et de la culture ainsi que les actions politiques qui les soutenaient et les accompagnaient, les premiers auteurs se reconnaissant pour l’essentiel dans l’EPC ne restaient pas insensibles aux travaux d’un Raymond Williams, reconnu comme l’un des fondateurs des Cultural studies, pour son insistance à étudier les dimensions matérielles de la domination culturelle des médias de masse, et spécialement de la télévision de masse. Mais voici presqu’un demi-siècle, les divisions entre disciplines ne laissaient guère de place à des approches pluridisciplinaires et à plus forte raison interdisciplinaires ; aussi ne faut-il pas s’étonner que, dans un premier temps, le seul fait de proposer une analyse économique de la concentration des médias et des réseaux, et d’avoir complété celle-ci par une analyse des politiques publiques des communications ainsi que par une analyse du contrôle de l’information (et de la culture de masse) par les instances dominantes, ait été considéré comme peu conventionnel, et même comme contrevenant aux méthodologies scientifiques en vigueur ; en outre la perspective était non seulement critique mais elle se positionnait au cœur des flux transnationaux et des affrontements inter-impérialistes, et assez vite, en relation avec les vifs débats, auxquels les fondateurs de l’EPC ont apporté leur expertise, sur le Nouvel Ordre Mondial de l’Information et de la Communication (NOMIC), qui dans le cadre de l’Unesco, voyaient s’affronter les pays capitalistes dominants et le Tiers-Monde (soutenu plus ou moins par le Bloc soviétique). Il est habituel de constater a posteriori que ces approches et thématiques ont été centrales dans les productions des spécialistes se réclamant de l’EPC, et même exclusivement chez certains d’entre eux. Faut-il aujourd’hui le leur en faire reproche ? Ce serait oublier le contexte mondial (la Guerre froide) et même appliquer rétrospectivement une grille d’analyse qui a affirmé sa pertinence seulement postérieurement et qui donc ne prend pas en compte la situation de l’Information- Communication des années 50 au début des années 80, ainsi que l’état embryonnaire des analyses entendant en rendre compte, tout comme celui de la pensée communicationnelle.

8Quoi qu’il en soit, les conditions politico-économiques ayant changé et surtout le développement de l’Information-Communication sous ses différents aspects ayant pris un tour nouveau, l’EPC a progressivement élargi le champ de ses préoccupations. L’ouvrage de Vincent Mosco, dont la première édition date de 1996, insiste sur cet élargissement :

The political economy approach generally began with the production side of the communication process by examining the growth of the business and the links to the wider political economy. Nevertheless, the development of a mass consumption economy impelled political economists to take up the complet process of realizing value, including the social relations and organization of consumption. Communication systems are central to customizing production lines, central to marketing these lines to customers, and central to the rapid response times necessary to translate actual purchases into new production decisions… Political economy studies also grew in response to the expansion of the state as a producer, distributor, consumer, and regulator of communication. Much of this activity arose from the pressures to manage the conflicting demands of growing domestic and international business. The results can be found in the expansion of government intelligence, information gathering, propaganda, broadcasting and telecommunication systems.
(Mosco, 1996, pp. 74-75).

9L’EPC ne se contente pas de critiquer la science économique orthodoxe (d’inspiration néo-classique) et la science politique dominante ; ses membres, ou plus exactement les auteurs qui se reconnaissent en elle, s’inscrivent dans les débats intellectuels (struturalisme, postfordisme, postmodernisme, Cultural studies comme déjà signalé) et politiques (internationalisation des flux informationnels, connexion entre militarisation et communication) d’alors ; ils sont particulièrement critiques vis-à-vis du behaviorisme et du fonctionnalisme ; et Mosco lui-même désigne les trois directions suivantes, comme des voies où se repense et se rénove ce courant théorique :

  • la marchandisation ;

  • la spatialisation ;

  • et ce qu’il nomme structuration : classes sociales, genres, races, mouvements sociaux et hégémonie (idéologique, politique).

Du côté de la théorie des Industries Culturelles

10À ce point de l’argumentation, c’est la notion de modèles qu’il convient de reprendre, dans un sens complémentaire à celui envisagé par l’article précédent : un modèle en effet peut être défini comme une représentation simplifiée d’un processus ou d’un système de façon à mettre en évidence des règles de fonctionnement récurrentes et susceptibles de se reproduire. Les modèles sont donc des idéaltypes, mais s’agissant des modèles à l’œuvre dans la production et la consommation de la culture et de l’information industrialisées, (l’éditorial et le flot étant considérés comme « génériques », comme souligné précédemment), ils sont tout autant culturels et communicationnels que socio-économiques. Ils permettent de rendre compte des évolutions passées de chacune des filières, tout en éclairant le fonctionnement de l’ensemble de ces filières, mais, toutes choses égales par ailleurs, ils aident également à anticiper sur leur développement à venir, voire à envisager celui de nouvelles filières en formation (par exemple aujourd’hui celui de la filière du jeu vidéo), non pas que toutes les caractéristiques perdurent mais on peut envisager que dans des conditions nouvelles les industries s’en inspirent pour partie. Les modèles en effet sont ce autour de quoi se déroulent les stratégies des acteurs, de la conception-création jusqu’aux conduites des usagers-consommateurs, avec la possibilité pour les uns et les autres de s’en écarter plus ou moins durablement (au point de pouvoir contribuer à la formation de nouveaux modèles, hypothèse expressément évoquée dès la proposition de la dite théorie).

11Il convient d’insister sur cette proposition, formulée de longue date et régulièrement reprise, car elle n’est en rien une pétition de principe ; elle trace en quelque sorte un programme de travail pour les chercheurs, intéressés à suivre le fonctionnement d’une filière ou même préoccupés d’en éclairement un segment : par exemple le travail de l’éditeur de livres ou celui du programmateur d’une chaîne de radiotélévision ; ou les pratiques des consommateurs de musique enregistrée, comme celles des musiciens s’autoproduisant sur des supports numériques. Mais bien au-delà de la recherche, elle éclaire les interactions, quotidiennes ou autres, entre acteurs, de tous types, des majors et des acteurs publics jusqu’aux consommateurs actifs et aux amateurs « participants », et pas seulement dans le cadre de la production spécifiquement industrialisée. Elle incite à ne pas sectorialiser à l’extrême les approches, et par exemple à ne pas étudier la production indépendante de musique sans envisager ses relations avec l’ensemble de la filière et le système musical ; à analyser la production éditoriale de livres uniquement sous le prisme de l’offre émanant des « petits éditeurs » ; ou à envisager telle ou telle pratique culturelle ou informationnelle en soi, indépendamment de l’ensemble des pratiques culturelles des mêmes catégories sociales et sans tenir compte des lieux de diffusion (accès via des chaînes de radiodiffusion, ou des supports matériels ou immatériels), etc. Enfin elle engage à ne pas cloisonner les analyses de filières et postule que des logiques communes ou voisines, inter-filières, sont à l’œuvre, en tout cas elle invite à se demander si entre les filières en place (édition de livres, production de musique enregistrée, audiovisuel, information d’actualités, et maintenant jeux vidéo et info-médiation) des règles de fonctionnement proches n’expliquent pas les stratégies des acteurs dominants, les actions des autres : créateurs, participants à la réalisation, à la fabrication et à la diffusion, et même les consommations et appropriations des usagers finaux.

12Une fois présenté ce postulat autant théorique que méthodologique, deux questions se posent :

  • 1o est-il spécifique à cette approche des industries culturelles ?

  • Et 2o est-il aisé à mettre en œuvre ?

13À la première question la réponse n’est pas immédiate. Nombre d’approches postulent en effet qu’elles prennent en compte aussi bien la production culturelle et informationnelle que sa consommation (dans leurs différentes dimensions), mais de facto ne se positionnent que sur un segment de la chaîne, ou traitent certains de ces segments comme induits : c’est le cas de beaucoup travaux économiques, sociologiques ou sémio-linguistiques ; on doit même ajouter qu’ils ne marquent souvent aucun intérêt pour la notion de filières et même pour la question de l’industrialisation, ou qu’ils négligent ce que l’industrialisation a de spécifique par rapport à la marchandisation. À la réflexion, tant dans les discours savants que dans les discours sociaux et professionnels ordinaires, mais différemment, le positionnement, le plus souvent, se présente comme tourné vers l’ensemble du processus ; même si la vision est limitée à un segment, cette limitation n’est pas reconnue (est-elle-même perçue ?), et en tout cas ses effets sont niés. D’une certaine façon, la partie est censée être représentative du tout ; et ainsi, les pratiques des usagers sont supposées permettre d’accéder à la compréhension de la filière, et à l’inverse, pour d’autres, les stratégies des industriels de la culture ou de l’information sont tenues comme suffisantes pour envisager l’ensemble.

14Autrement dit, ce n’est sans doute pas une spécificité de l’approche des industries culturelles que de mettre en avant la question abordée ici, mais à la différence de la plupart des approches, elle ne l’esquive pas, et elle reconnaît pleinement son importance en tentant d’y répondre dans les travaux qui sont engagés.

15En ce sens, la Théorie des Industries Culturelles ne revendique pas seulement l’interdisciplinarité comme un horizon souhaitable, préférable aux approches disciplinaires annonçant dès le départ le champ de leurs intérêts et compétences, mais elle y est en quelque assez naturellement conduite par ses présupposés fondateurs. Et de ce fait, elle marque de façon nette ses différences avec la Théorie critique, à l’origine de la théorie de l’industrie culturelle (au singulier) avec laquelle elle est encore parfois confondue mais qui, elle, relève surtout de l’esthétique. Ce qui vaut pour l’Économie Politique de la Communication vaut évidemment pour la Théorie des Industries Culturelles qui s’est développée en son sein et à partir d’elle ; mais pour celle-ci le fait de prendre en considération en priorité la culture a certainement facilité l’adjonction de perspectives de recherche relevant de la sociologie et même de la sémio-linguistique, au-delà des fondations qui empruntent surtout aux sciences économiques et à la science politique. Et comme cela a été déjà été souligné dans d’autres contributions de cette livraison, là où les sciences de la communication se sont organisées de façon autonome, et dans un cadre favorisant l’interdisciplinarité, le projet d’ensemble de l’approche s’est trouvé facilité. En quoi ? Cela mérite d’être précisé.

16D’une part les travaux relevant des perspectives théoriques et méthodologiques spécifiques aux industries culturelles ont été reconnus voire légitimés par les instances de la nouvelle discipline ; ils ont ainsi bénéficié d’un soutien institutionnel et ont pu s’organiser en participant à la fois aux formations et aux activités de recherche ; et les productions scientifiques elles-mêmes ont trouvé un espace où se diffuser et se valoriser ; le résultat est appréciable et ne saurait être sous-estimé, quand on met en regard les difficultés de ceux qui, dans d’autres pays ou régions ont à faire face aux incompréhensions et tout simplement aux méconnaissances. D’autre part, dans ce contexte, les coopérations étaient rendues plus aisées et possibles avec des auteurs travaillant sur des objets ou des terrains proches mais à partir de théories et problématiques différentes. Des programmes de recherche ont été lancés qui réunissaient des chercheurs ne partageant pas les mêmes orientations théoriques, et leurs conclusions peuvent néanmoins être mises à l’actif de la recherche sur les industries culturelles ; de même bien des travaux sectoriels (par exemple sur la réception, la distribution ou les stratégies éditoriales) ont pu également été repris et réinterprétés pour l’analyse de certaines filières.

17Ce qui amène à tenter de répondre à la deuxième question : le postulat théorique central de la Théorie des Industries Culturelles est-il aisé à mettre en œuvre ? Évidemment l’ambition théorique énoncée s’avère fort difficile à respecter, non pas tant dans les raisonnements et les travaux synthétiques mais surtout dans les recherches empiriques. Comment en effet embrasser à la fois les stratégies des différents types d’industriels, celles des producteurs et éditeurs dans leurs relations avec les « créateurs » ainsi que des diffuseurs, les mutations des pratiques culturelles, la formation des usages des outils de communication et les réactions des usagers finaux aux contenus qui leur sont proposés ? C’est sans doute fort complexe méthodologiquement sauf pour des objets simples à aborder : par exemple le développement des ebooks ou mieux des liseuses électroniques. Dans ce cas, on s’appuie en fait sur l’acquis des nombreuses études sur l’édition de livres et la lecture ; il est ainsi possible de se centrer sur les aspects essentiels des changements introduits par ce nouveau mode de lecture sans laisser échapper dans l’analyse les différentes orientations précitées.

18S’il est rare d’avoir à faire avec des objets si clairement circonscrits, il est toutefois possible, même avec des objets complexes, de procéder à l’image de ce que cet exemple a conduit à proposer. Une stratégie de recherche est faite de choix successifs ; il faut savoir prendre appui sur des résultats antérieurs et ainsi négliger telle ou telle orientation pour se centrer sur celle (ou celles) qui apparaît (apparaissent) décisive(s) dans le programme qu’on engage : point besoin de revenir à chaque fois sur l’évolution des pratiques culturelles et informationnelles, ou sur les relations entre producteurs et créateurs ; et on mettra surtout l’accent sur les stratégies des industriels de communication vis-à-vis des créateurs et producteurs ainsi que sur la formation des usages des nouveaux outils, etc. À un moment donné, les stratégies de recherche doivent donc être basées sur un certain nombre de choix prioritaires qu’il importe d’afficher.

Entre autres priorités

19Il est un constat que l’on peut faire aisément : au fil du temps les stratégies de recherche évoluent très sensiblement, en fonction des intérêts mêmes des chercheurs (on peut raisonnablement s’étonner de voir se manifester des engouements, orientant les chercheurs dans une direction commune où les travaux se multiplient, et fort différemment selon les pays et régions du monde), mais aussi en relation avec les signaux envoyés par les marchés et les actions promotionnelles des industriels (on ne saurait cacher le fait que les chercheurs ne restent pas insensibles aux discours des experts ou des professionnels dans le choix de leurs sujets, craignant vraisemblablement de voir leur échapper telle ou telle innovation en train de se faire). Cependant, dans une communauté scientifique donnée une régulation peut s’opérer, et les choix individuels sont amenés à être discutés et évalués dans les colloques spécialisés tout particulièrement : d’où l’importance des confrontations.

20Un exemple va nous aider à montrer l’intérêt qu’il y a à choisir de façon raisonnée parmi les orientations possibles qui s’ouvrent à une recherche. C’est celui de la recherche doctorale de Lucien Perticoz (Perticoz, décembre 2009), dont le titre lui-même exprime bien les orientations retenues par l’auteur : Les processus techniques et les mutations de l’industrie musicale – L’auditeur au quotidien, une dynamique du changement. Les trois parties du Mémoire reprennent d’ailleurs ces orientations, avec des désignations variables :

  • Ancrage des Tic et pratiques culturelles au quotidien ;

  • Valeurs d’usage de la musique à l’ère de sa reproductibilité technique ;

  • Les stratégies de l’industrie musicale face aux tactiques des auditeurs : influences réciproques.

21En conclusion, l’auteur revient sur l’articulation qui est au principe de son enquête : « Il nous semble qu’il s’agit là de l’une des principales dimensions de notre recherche que d’étudier les mutations socio-économiques par le prisme de l’analyse des pratiques quotidiennes des auditeurs ; c'est-à-dire de partir du postulat que si ces derniers ont à composer avec une offre préexistante et sur laquelle ils n’ont pas de prise réelle – du moins consciemment – il n’en reste pas moins que leurs actions qui relèvent fondamentalement de la tactique, sont susceptibles d’avoir des implications d’ordre systémique sur l’ensemble des stratégies économiques des principaux acteurs de la filière. En d’autres termes, l’évolution de l’industrie musicale au cours des dernières années est difficilement appréhendable si on n’intègre pas la dimension des pratiques dans le cadre de l’analyse. » (Perticoz, 2009, p. 351).

22Si je reprends les orientations annoncées en introduction de cet article, ce que l’auteur s’efforce d’articuler ce sont les stratégies des industriels de la communication (donc 1, comme défini en Introduction), les tendances structurantes des pratiques culturelles et informationnelles (donc 4) et les activités de réception, d’appropriation et de réinterprétation des contenus (donc 5), et il regrette d’ailleurs de n’avoir pu prendre suffisamment en compte les stratégies de certains acteurs industriels, et notamment, des nouveaux acteurs de la filière musicale, donc une partie de (2). Il m’est impossible ici de reprendre les apports de la recherche et de la méthodologie adoptée ; mais à mon sens c’est vraiment une approche novatrice, et la méthodologie y contribue largement. S’appuyant sur les acquis de travaux antérieurs (aux siens) et choisissant en fonction des enjeux du moment les axes prioritaires sur lesquels faire porter le recueil de données et la réflexion, le chercheur met l’accent sur des questions stratégiques, théoriquement et pratiquement : ici les relations entre les nouveaux outils de communication, les pratiques de consommation musicale et les stratégies des acteurs industriels, pas seulement ceux de la filière musicale.

23A contrario, l’insatisfaction que l’on peut ressentir à la lecture de certains travaux pourtant conduits avec des techniques de recherche minutieuses et bien maîtrisées, provient de ce qu’ils sont développés dans un cadre limité et même réducteur. Les critiques que j’ai adressées à la sociologie francophone des usages des Tic portent en effet sur le fait qu’elle est focalisée sur la construction des usages et les relations inter-individuelles se formant avec/autour des outils, qu’elle évite quelques grandes questions comme : l’enchâssement des usages dans les pratiques culturelles et informationnelles ou la mise en rapport de la formation des usages sociaux avec les stratégies des acteurs dominants des industries de la culture, des médias et des communications, et qu’elle se positionne essentiellement au niveau microsocial (Miège, 2008). Dans l’ouvrage récent qu’ils ont publié (Jauréguiberry et Proulx, 2011), deux des représentants éminents de cette École, tout en signalant l’évolution selon eux caractéristique des recherches qui en relèvent (voir surtout les deux topiques différentes qu’ils analysent, 1980-1995 puis 1995-2010) croient pouvoir conclure que « la centralité du point de vue de l’observateur sur l’usage des technologies sur l’agent humain a été abandonnée. L’observateur s’attache plutôt à décrire la totalité de l’activité en situation, la mobilisation du dispositif technique par l’agent humain devenant l’une des dimensions de la description parmi d’autres. » (Jauréguiberry et Proulx, 2011, p. 98) Soit ! Mais l’élargissement proposé et l’intérêt pour de nouvelles démarches pragmatiques et d’autres logiques d’action, demeure centré sur les logiques d’action individuelles et les attentes de l’individu contemporain, voire l’émergence de nouvelles formes de sociabilité : la focale est toujours étroitement « située », si elle n’est plus techno-centrée. Et le constat qui vient d’être fait à partir de la sociologie des usages des techniques peut être étendu à d’autres objets : les travaux économiques sur la propriété des médias, la sociologie des pratiques culturelles sourde aux stratégies des acteurs industriels, les approches de l’espace public ne s’intéressant qu’aux arènes politiques, etc.

24Finalement, ce que souligne fortement la théorie des Industries Culturelles, et ce à quoi elle invite expressément, c’est l’importance qu’il y a à adopter une méthodologie de recherche (au sens précis et exigeant) qui relie des dimensions significatives qui, à chaque fois, se trouvent être au cœur des stratégies des diverses catégories d’acteurs sociaux concernés, agissant dans les domaines inter-reliés de l’information, de la culture et des communications médiatisées. Ce projet (en cours et toujours à réaliser) aurait pu être qualifié autrement : relation, articulation, reliance, mais ces termes sont par trop triviaux ou déjà employés avec d’autres orientations théoriques. D’où il ressort qu’il est préférable de s’en tenir à l’inter-dimensionnalité.

Haut de page

Bibliographie

JAUREGUIBERRY Francis et PROULX Serge, Usages et enjeux des technologies de la communication, Toulouse, Éditions Érès, 2011, 143 p.

MIEGE Bernard, Les industries du contenu face à l’ordre informationnel, Grenoble, PUG, 2000, 120 p.

MIEGE Bernard, « Questionnement de la sociologie des usages comme voie privilégiée de l’approche des Ti », communication au Congrès de l’AISLF (GT 13 : Sociologie de la communication), présentée le 08/07/2008, diffusée sur le site du GT 13, http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/gtsc/DOCS_SOCIO/istambul/Actes_AISLF_GT13_Istambul_2008.pdf

MIEGE Bernard, « Theorizing the Cultural Industries: Persistent Specificities and Reconsiderations » dans Janet WASKO, Graham MURDOCK and Helena SOUSA (edited by), The Handbook of Political Economy of Communications, Malden, MA, USA/Oxford, UK, 2011, pp. 109-125.

VINCENT Mosco, The Political Economy of Communication, London/Thousand Oaks/New Delhi, 1996, 307 p.

PERTICOZ Lucien, Les processus techniques et les mutations de l’industrie musicale – L’auditeur au quotidien, une dynamique de changement, Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Grenoble, Université Stendhal, 7 décembre 2009, 378 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Miège, « Pour une méthodologie inter-dimensionnelle », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 05 septembre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/121 ; DOI : 10.4000/rfsic.121

Haut de page

Auteur

Bernard Miège

Professeur émérite de sciences de l’information-communication à l’Université Stendhal de Grenoble, depuis 40 ans, l’une de ses principales — mais pas unique — spécialités en matière de recherche, est précisément la question des industries culturelles.
Mail : Bernard.Miege@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page