Navigation – Plan du site
Dossier
1- Des usages aux usagers : reconfigurations épistémologiques des recherches en SIC sur l'information numérique

Les approches sociotechniques dans la sociologie des usages en SIC

Alexandre Coutant

Résumés

L’approche sociotechnique jouit d’une grande popularité due notamment au succès des travaux menés au Centre de Sociologie de l’Innovation. Pourtant, ceux-ci ne constituent que l’une des formes qu’ont pris les courants sociotechniques, qui justifieraient davantage que l’on parle d’approches sociotechniques au pluriel. Cet article effectue une rapide synthèse des principaux courants représentant les approches sociotechniques avant d’analyser leur mobilisation dans les recherches SIC relevant de la sociologie des usages.

Haut de page

Texte intégral

1Le succès de travaux se réclamant d’une approche sociotechnique, à l’instar de ceux menés depuis maintenant trois décennies au Centre de Sociologie de l’Innovation, a contribué à la diffusion du terme dans les différentes disciplines prenant pour objet les techniques et ses manifestations numériques contemporaines. Les Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) participent à cette diffusion (Appel, Boulanger, Massou, 2010 ; Bourdeloie, Douyère, 2014 ; Denouël, Granjon, 2011 ; Klein, Proulx, 2012 ; Vidal, 2012) en en faisant un substantif – l’approche sociotechnique – ou en l’employant comme qualificatif appliqué à des concepts historiques des SIC – il est alors souvent question de médiations sociotechniques. Le terme renvoie à la volonté de dépasser déterminismes technique ou sociologique à travers leur appréhension croisée. Il s’inscrit ainsi dans une volonté plus largement partagée par les chercheurs de la discipline de penser « le primat de la relation sur les essences » (Granjon dans Bourdeloie, Douyère, 2014, p. 64). Sans utiliser nécessairement le terme, de grands modèles d’analyse proposés en SIC dans la dernière décennie revendiquent effectivement ce dépassement : modélisation macrosociologique des propriétés technico-sociétales mises en œuvre par les techniques dans le modèle CRITIC (Robert, 2009) ; technique intellectuelle faisant interagir un système de signes, ses supports, les exercices intellectuels qu’elle permet et les formes sociales de transmission des méthodes et savoirs afférents (Guichard, 2011) ; méthode dialectique prenant la technique comme système interrelié, tout autant matériel que méthodologique, impliquant concepteurs et usagers à deux niveaux, instrumental et ontologique (George dans Vidal, 2011 ; dans Klein, Proulx, 2012), analyse des dépendances et déterminations croisées dans l’articulation entre sphère technique et complexité du social (Miège, 2007).

  • 1 La précision est nécessaire puisque la SdU regroupe les travaux de chercheurs provenant d'autres di (...)

2Pour autant, plusieurs auteurs en sociologie des usages (SdU) ont souligné que la diffusion du terme et l’engouement pour une approche se réclamant sociotechnique ne se traduisait pas nécessairement par une réelle application de sa logique (Paquienséguy dans Vidal, 2011 ; Granjon, op. cit. ; Jouët dans Denouël, Granjon, 2011). Il apparaît donc intéressant d’étudier la diffusion de la variété des approches sociotechniques au sein de la SdU telle qu’elle est pratiquée en SIC1, en recensant les travaux se réclamant explicitement de celles-ci. Cet article propose dans un premier temps de revenir sur les principaux courants composant cette approche. Il effectue ensuite une revue de la littérature de la SdU en SIC mobilisant le terme pour analyser les machines à communiquer récentes. Cette revue sert de support à la réflexion sur la spécificité de l’appropriation du terme par les SIC et sur l’approche communicationnelle des techniques qu’elle laisse envisager.

Les approches sociotechniques

  • 2 Relation constituant ses éléments.

3Gaglio (2012) souligne que les approches sociotechniques trouvent une origine commune dans la pensée de Simondon (2012). Son concept de transduction2 fournit effectivement une base ontologique à une pensée de la co-construction qui permet de poser autrement la question du rapport entre société et technique que par le déterminisme de l’un sur l’autre. Son application aux sciences sociales trouve ici aussi une origine commune dans les travaux du Tavistock Institute et de leur modèle SCOT, pour Social Construction Of Technology (Trist, 1981 ; Pinch, Bijker, 1984). Celui-ci s’oppose à la fois au modèle shumpeterien de l’innovation qui serait générée par quelques individus entreprenant et au modèle linéaire de diffusion de la technologie hérité notamment de Rogers. Tout au contraire, SCOT souligne les interdépendances entre les acteurs participant aux différentes étapes que parcourt une invention, la diversité de ces acteurs et l’impossibilité de séparer les techniques des sociétés dans lesquelles elles sont inventées. Les chercheurs se réclamant du modèle SCOT ne constituent pas pour autant un courant parfaitement homogène de travaux. Des nuances se retrouvent dans la conception des rapports entre technique et société, dans la focalisation sur certains facteurs ayant participé à la félicité ou à l’abandon d’une invention ou encore dans la volonté de développer des outils de gestion permettant d’accompagner les inventions. On peut identifier quatre courants issus de l’approche sociotechnique et s’intéressant aux machines à communiquer.

L’éthnotechnologie

4Dans la lignée des travaux de Schaeffer sur les machines à communiquer (1970, 1972), Perriault a développé une approche ethnotechnologique (voir son entretien dans le même numéro pour une discussion détaillée). Sa démarche se revendique sociocognitive : il s’agit d’identifier comment l’usage d’une machine à communiquer implique le développement de certaines logiques cognitives. Il ne s’inscrit donc pas directement dans la SdU mais conçoit bien sa démarche comme complémentaire. Une complémentarité soulignée aussi par Proulx (2009) dans son encouragement à compléter la compréhension sociotechnique des usages par une étude de la cognition distribuée dans un contexte situé. Pour comprendre la co-construction entre l’usager et l’objet qu’il mobilise, Perriault encourage à être attentif à « la construction par l’individu du choix d’un instrument et d’un type d’emploi pour accomplir un projet » (p. XIV). Une logique d’usage peut être appréhendée à travers cinq paramètres : la représentation, qui concerne la perception individuelle de l’objet en fonction de sa culture ; la norme sociale d’usage, constituant cette fois le versant collectif de classement de l’objet et de ses usages incités ; la niche d’usage, renvoyant au rôle qui finit par être attribué à l’objet au terme de son adoption au sein d’une société ; la construction d’un projet, qui amène à choisir un instrument ainsi que sa fonctionnalité, en respectant plus ou moins les usages suggérés ; l’empreinte de la technique, sédimentation des expériences de l’objet qui fait évoluer la connaissance et les habiletés de l’usager et l’amènera même à transposer ces nouveaux schèmes dans de nouveaux contextes d’application. Ajoutons que Perriault prend soin de rappeler à quel point les machines à communiquer circulent dans la société en étant accompagnées d’une toile de fond technicienne qui propose un ensemble d’imaginaires à leur associer et dont le succès indéterminé mérite tout autant une analyse rigoureuse.

La théorie de l’acteur-réseau (ANT)

  • 3 Nous reprenons ici la distinction d’Alter entre invention et innovation qui veut que « celle-ci (l' (...)

5L’ANT a principalement été popularisée par le Centre de Sociologie des Innovations et ses travaux ayant réinterrogé les visions classiques de l’innovation (Akrich, Callon, Latour, 2006). Ils trouvent leur origine dans la remise en cause du traitement différencié des innovations selon leur réussite ou échecs : le premier cas tiendrait aux caractéristiques intrinsèques des objets tandis que le second résulterait de logiques sociales (Bloor, 1976). Cet impensé en faveur de l’innovation ne satisfait pas les chercheurs de l’ANT qui vont développer un ensemble de concepts pour rendre compte des trajectoires poursuivies par les inventions pour réussir ou échouer à se diffuser en tant qu’innovations3. Pour eux, « L’innovation n’est pas adoptée car elle est performante mais elle est performante car elle est adoptée » (David, 1985). Tout d’abord, le modèle tourbillonnaire est proposé, en opposition à l’approche linéaire de l’innovation héritée de Rogers. L’innovation y est vue comme un processus dont l’issue est en grande partie indéterminée. Les innovateurs se voient même dénier toute position favorable à une meilleure appréhension du processus dans lequel ils sont engagés : « l’innovateur n’a pas plus qu’un autre de contact privilégié avec le réel ; il n’a jamais en face de lui l’utilisateur futur de son objet, mais seulement une enfilade de médiateurs dont il ne peut savoir à l’avance si ce sont de bons ou de mauvais médiateurs » (Akrich, 1987, p. 30). Ces médiateurs, Akrich, Callon et Latour (2006) vont les nommer des portes-parole. L’accumulation de ces portes-parole des acteurs impliqués constitue un acteur-réseau auquel il convient de faire traverser sans se déliter les différentes épreuves auxquelles se confronte un projet. Pour maintenir cette cohésion, les auteurs font appel à la notion d’intéressement, le projet devant fonctionner comme un objet-frontière capable de réunir les acteurs d’une manière où chacun estime y trouver son intérêt. Dans ces négociations, un élément est central : la traduction. Akrich, Callon et Latour la définissent comme « l’ensemble des négociations, des intrigues, des actes de persuasion, des calculs, des violences grâce à quoi un acteur ou une force se permet ou se fait attribuer l’autorité de parler ou d’agir au nom d’un autre acteur ou d’une autre force » (pp. 12-13). Si l’ANT estime qu’à l’origine, chaque acteur impliqué peut se faire reconnaître la même agentivité, les traductions vont souvent amener à ce que des macro-acteurs émergent. Ces derniers se voient accorder ce statut lorsqu’ils réussissent faire en sorte que certains éléments du projet leur convenant ne soient plus discutés, ce qui fait conclure aux auteurs qu’un « macro-acteur, c’est un micro-acteur assis sur des boîtes noires » (p. 20). Précisons que l’une des causes majeures de controverses autour de l’ANT provient de ce qu’elle attribue le rôle d’acteur à potentiellement n’importe quel élément impliqué, humain ou non humain, du moment qu’il est en mesure de jouer un rôle dans la réussite ou au contraire l’échec de l’acteur-réseau.

  • 4 L’auteure identifie quatre formes d’intervention des utilisateurs sur les objets techniques : le dé (...)

6Bien qu’elles aient souligné l’importance de la représentation que se font les innovateurs du futur usager dans la réussite ou l’échec des projets, les recherches menées par l’ANT se focalisent essentiellement sur les phases par lesquelles passent les concepteurs, malgré quelques travaux ayant fait date à propos des opérations des usagers sur les dispositifs (Akrich, 1998)4. On doit à Flichy (1995) d’avoir jeté un pont entre ces études et la sociologie des usages à travers le concept de cadre sociotechnique. En distinguant le cadre de fonctionnement du cadre d’usage, il souligne ainsi la possible variation entre le fonctionnement tel qu’il est prescrit par les acteurs de l’offre et la probabilité de multiplicité d’usages à partir du potentiel d’un objet sociotechnique.

La théorie de la structuration adaptative (TSA)

7La TSA est développée dans les années quatre-vingt par des chercheurs en management des systèmes d’information (Orlikowski, 1992 ; Desanctis, Poole, 1994). Leur volonté consiste, dans le cadre des organisations, à dépasser les visions abordant la technologie en termes d’impact ou à l’opposé comme un matériau neutre mobilisé par les managers. Les travaux vont particulièrement s’intéresser à la question de l’appropriation par les usagers. L’analyse mobilise les quatre axes mis à jour par Desanctis et Poole (ibid.) à propos de celle-ci : les modes d’appropriation, qui peuvent s’avérer directs ou indirects ; les usages instrumentaux renvoyant aux buts assignés à la technologie ; les attitudes affichées envers les outils mis en place ; le respect de l’esprit de la technologie, concept renvoyant au cadre de fonctionnement prévu par les concepteurs. Dans le cadre d’Internet, Vaujany (1999) regroupe leurs découvertes sous la forme de cinq modèles d’appropriation individuelle dans les organisations :

  • Le modèle centré « Tâche » envisage la technologie comme un outil de travail. Le mode d’appropriation est direct et l’attitude des usagers est plutôt positive envers Internet, dont l’esprit est globalement respecté.

  • Le modèle centré « Influence » où la technologie sert les stratégies d’acteurs. L’appropriation peut être directe ou indirecte et l’attitude des usagers est plutôt positive envers Internet. L’esprit de la technologie est en revanche peu respecté, car oblitéré par les stratégies des acteurs.

  • Le modèle centré « Partage » qui voit la technologie comme un moyen d’échange avec l’autre. L’appropriation est plutôt indirecte, se référant notamment au téléphone ou aux rencontres en face-à-face. L’attitude est plutôt négative car l’usager attend des choses difficilement réalisables par la technologie mais l’esprit de la technologie est peu interrogé.

  • Le modèle centré « Symbolique » où Internet devient un moyen de valorisation personnelle ou collective. L’appropriation est directe, et même focalisée sur l’objet technique. Les attitudes sont d’autant plus positives que la technologie est nouvelle. L’esprit est en revanche peu respecté, Internet pouvant aller jusqu’à balkaniser l’organisation.

  • Le modèle centré « Ludique » qui aborde la technologie comme un moyen de détente. L’appropriation ne se révèle directe ou indirecte qu’une fois cet apprentissage ludique s’achève. Internet est vu positivement, même si l’esprit de la technologie n’est en général pas respecté. Cette forme d’appropriation peut cependant déboucher sur une appropriation centrée tâche une fois la phase ludique dépassée.

8Les résultats soulignent les écarts réguliers vis-à-vis de l’esprit de la technologie et l’équivocité d’Internet, qui permet de nombreuses trajectoires d’appropriation.

La double médiation sociotechnique

9La SdU, après avoir souligné l’importance de prendre en compte l’origine socioculturelle de l’usager ainsi que les contextes d’usages pour comprendre les significations que ces derniers prenaient à leurs yeux (Chambat, 1994 ; Jouët, 1992), s’est aussi intéressée à dépasser la question des techno ou sociodéterminismes. Cette volonté se traduit dans le concept de double médiation : si une technologie offre un certain nombre d’actions possibles et en interdit d’autres, les usages concrets trouvent leur justification et leur sens dans des logiques sociales. La médiation technique est donc intrinsèquement liée à une médiation sociale. La technique et le social se trouvent tout les deux en situation structurée et structurante (Jouët, 1993). Si l’objet est socialement construit par l’usager en fonction de ses déterminismes, il contribue aussi par son existence à structurer les contextes dans lesquels il va être employé. On le constate, la perspective s’intéresse ici aussi à l’appropriation par un usager ou un collectif d’usagers. Cependant, il est moins question de contextes organisationnels et davantage d’usagers ordinaires des machines à communiquer. Les enquêtes consistent à mettre à jour les multiples logiques relevant de chacune de ces médiations, et qui peuvent se révéler convergentes, complémentaires ou contradictoires (Proulx, 1994). Jauréguiberry et Proulx (2011, pp. 83-97) résument les axes d’analyse que cette approche a encouragé au sein de ce qu’ils dénomment une « seconde topique » : ethnographie détaillée de l’interaction entre l’utilisateur et le dispositif ; convergence entre la représentation du dispositif que se fait l’usager et celle qu’en a le concepteur ; identification de la place que prend l’usage dans l’expérience quotidienne de l’individu ; interrogation des normes politiques et morales prescrites par le dispositif et enfin étude diachronique de l’usage. Ils prennent soin de souligner que les enquêtes ne s’intéressent pas nécessairement à tous les aspects qu’ils recensent et que ce regroupement peut masquer de grandes variations dans l’ancrage théorique de chaque étude.

10On le constate, ces courants, sous leur épistémologie commune, se sont développés en fonction d’objets d’étude particuliers ou de focalisation sur certains moments et espaces de la co-construction : apprentissage de logiques sociocognitives, étapes franchies par les concepteurs, appropriation au sein des organisations, appropriation par les usagers. Elles peuvent par conséquent être interprétées comme des ensembles complémentaires de concepts et méthodologies applicables selon les objets étudiés. Mallard regrette néanmoins que ces traditions n’échangeant que peu reproduisent aussi dans les faits la séparation entre conception et usage qu’elles prétendent gommer (Mallard dans Denouël, Granjon, 2011, p. 255). Nous allons à présent analyser leur diffusion au sein des travaux récents menés en SIC à propos des usages.

Méthodologie

11Pour analyser la diffusion des approches sociotechniques au sein de la SdU en SIC, nous avons dû effectuer un choix drastique de cantonnement du périmètre de la littérature envisagée. En effet, comme le souligne Jouët (2011 dans Denouël, Granjon, p. 46), la profusion des travaux relevant de ce qu’elle nomme les Internet studies rend illusoire tout traitement exhaustif. Par ailleurs, notre attention à la diffusion de l’approche sociotechnique spécifiquement au sein des SIC rend délicate la prise en compte de ces travaux, dont bon nombre relèvent d’autres disciplines. Nous nous sommes donc reposés à la fois sur l’existence d’arènes de publications reconnues en SIC (Cardy, 2006) pour limiter spatialement notre constitution de corpus et sur la date à laquelle s’arrête la dernière revue des travaux de la SdU française effectuée par Jouët (op. cit.) pour le limiter temporellement. En ce qui concerne le premier point, nous avons retenu les revues explicitement reconnues comme relevant des SIC auprès de l’AERES (Mise à jour du 5/07/2013)5. Une seconde limitation a concerné les revues non francophones. Nous nous reposons à nouveau sur l’analyse de Jouët (op. cit.) qui souligne la spécificité de la tradition française de SdU, revendiquant, dans ses programmes tout du moins, un point de vue macrosociologique et une posture critique, qui se distinguent des études plus fonctionnalistes ou diffusionnistes anglo-saxonnes. C’est donc la diffusion de l’approche sociotechnique au sein de cette tradition que nous analyserons. Concernant la limitation temporelle, nous avons retenu les travaux publiés depuis 2011, afin d’étudier si les constats effectués par Jouët à propos de la tradition française de la SdU demeurent applicables aux travaux les plus récents.

12Ce corpus comprenant 28 revues a été complété par les actes des deux derniers congrès de la SFSIC disponibles en ligne6.

13L’analyse des articles s’est fondée sur une première lecture des titres et résumés et bibliographies afin de ne retenir que ceux relevant de la SdU. Les déclinaisons du terme sociotechnique (socio-technique, socio technique, sociotechnique) ont ensuite été recherchées à l’intérieur de chaque article retenu. Lorsque le terme était employé, une analyse détaillée de son emploi a été exécutée.

Les approches sociotechniques des usages en SIC

14Le tableau ci-dessous répertorie le nombre d’articles passés en revue, puis le nombre de travaux relevant de la SdU et enfin ceux qui, au sein de ce sous-groupe, mobilisent les approches sociotechniques.

15

  • 7 Soulignons néanmoins que cette revue abrite une majorité de contributions de chercheurs en SdU ne s (...)
  • 8 Représentant 17 % des communications en 2012 et 13 % en 2014.

16Ce premier tableau permet de prendre la mesure de la SdU en SIC. Si elle s’avère représentée son relativement faible pourcentage, à peine plus de 5 % des articles, dans une discipline s’intéressant centralement aux techniques rappelle que les SIC emploient de nombreuses autres approches pour les penser. Ce constat global se doit cependant d’être nuancé par l’extrême variation de la présence de la SdU : absente dans plusieurs revues spécialisées, notamment en sémiotique ou analyse de discours, elle est omniprésente dans d’autres comme Réseaux7. Par ailleurs, de réguliers numéros spéciaux peuvent faire varier la présence de ce courant d’une année à l’autre au sein d’une même revue. Précisons aussi que la SdU s’avère davantage représentée lors des Congrès de la SFSIC8. Enfin, la publication des revues suivant un rythme plus ou moins régulier, l’année 2014 doit davantage être lue comme une année de forte présence de la SdU car de nombreux numéros ne sont pas encore publiés.

  • 9 À ce titre, les années 2012 et 2014 représentent un pic d'articles imputable au moins en partie au (...)

17Les articles évoquant le terme sociotechnique ont été classés par années9, thématiques puis selon leur mobilisation des approches sociotechniques : évocation si elles sont uniquement citées, mobilisation théorique si elles servent l’analyse, centrale si elles sont employées comme cadre théorique et orientent la méthodologie. Enfin, les courants sociotechniques mobilisés ont été distingués : Et pour éthnotechnologie, ANT pour théorie de l’acteur-réseau, TSA pour théorie de la structuration adaptative et 2M pour double médiation.

18

Un rapprochement à approfondir

  • 10 Ici aussi, précisons que les approches sociotechniques en SdU s’avèrent plus fréquemment mobilisées (...)
  • 11 Nous soulignons.

19La revue de littérature en SIC confirme donc le constat de l’une des théoriciennes de l’approche sociotechnique des usages, du peu d’attention à la double médiation dans les travaux relevant des Internet Studies ou s’intéressant aux usages d’Internet (Jouët, op. cit.). Le constat peut cependant être précisé. Les articles n’évoquent les approches sociotechniques que dans 34 % des cas10. S’il demeure vrai que « la sociologie de la communication médiatisée par la technique semble avoir fait siens les principes d’analyse des STS » (Klein, Proulx, 2012, p. 31), force est de constater que celle-ci s’avère superficielle : « quant aux sociologues des usages, nombre d’entre eux tendent à penser que ce qui se passe avant l’entrée en scène de l’usager ne les concerne pas dans les détails11, et peut être appréhendé simplement en considérant que cette phase conduit à établir certaines caractéristiques techniques dont le sens et les effets seront redéfinis dans l’appropriation » (Mallard, op. cit., pp. 259-260).

20Notre revue soulève que cette connaissance générale ne se traduit pas non plus par une mobilisation de l’éventail des travaux constitutifs de l’approche sociotechnique, malgré plusieurs publications l’ayant encouragée (Latzko-Toth, Millerand dans Vidal, 2011 ; Proulx, Klein, 2012). Lorsque les approches sociotechniques sont évoquées, il s’agit en effet pour l’essentiel de l’ANT et de la double médiation sociotechnique. L’ethnotechnologie et la TSA sont peu, voire pas employées. On retrouve ici une critique formulée par Granjon (dans Bourdeloie, Douyère, 2014) à l’égard de travaux se réclamant d’une pensée de la médiation qui s’avère encore davantage incantatoire que conceptuellement clarifiée.

21Soulignons cependant que les études d’usages ne constituent pas le seul moyen de penser la médiation sociotechnique en SIC. Le ratio entre les articles publiés et ceux relevant de la sociologie des usages démontre bien qu’elles ne constituent qu’une petite part des travaux menés en SIC, dont beaucoup abordent pourtant des phénomènes sociotechniques. Nous avons évoqué en introduction plusieurs courants de recherche qui s’intéressent à leur manière à cette question et peuvent aussi mobiliser les courants sociotechniques. Insistons notamment sur la vitalité des approches dispositives (Appel, Boulanger, Massou, 2010 ; Monnoyer-Smith, 2013). Il y est aussi question de constituer une approche complexe des relations entre société et technique. Cependant, le concept de dispositif s’avère fondamentalement sensible à la question de la répartition inégale du pouvoir. Ce faisant, il conserve toujours un point de vue critique et macrosiociologique, qui apparaît constitutif des SIC et justifie certainement la préférence pour les approches dispositives. Il fait d’ailleurs écho à une préoccupation historique des synthèses critiques du courant français de la SdU à ne pas perdre le macrosociologique dans les analyses compréhensives et à se démarquer d’une demande sociale (Chambat, 1994 ; Jouët, op. cit., 2011 ; Granjon, op. cit., 2014 ; Proulx, 2001 ; Proulx et al., 2014 ; Jauréguiberry et Proulx, 2011).

  • 12 Jouët remarque ainsi que « la recherche a donc gagné en rigueur théorique et en technicité méthodol (...)
  • 13 Notamment représentés par la revue Systèmes d'Information et Management.
  • 14 Latzko-Toth identifie ainsi les stratégies actuelles des plateformes numériques qui proposent des s (...)

22Pour autant, ces mêmes synthèses critiques argumentent en faveur de la valeur heuristique d’une approche par l’usager. Les approches sociotechniques, prises dans leur complémentarité, sont susceptibles alors de constituer un moyen de dépasser plusieurs critiques récurrentes adressées à ces études d’usages. Ainsi de l’attitude optimiste à l’égard de l’autonomie de l’usager régulièrement reprochée à ces dernières (Chambat, 1994 ; Jouët, op. cit.)12. En faisant tenir conception et usage dans une même co-construction, les approches sociotechniques encouragent moins à l’écueil de réifier le second. L’exigence méthodologique d’analyse des scripts et des stratégies des concepteurs favorise effectivement la comparaison critique avec leurs usages effectifs. Soulignons à ce titre la fécondité d’une ouverture des SIC aux travaux portant sur le management des systèmes d’information13. Intéressés par des objets proches, ils ont développé une réflexion aboutie sur la question de l’appropriation des objets techniques prenant acte de cette co-construction et qui font écho à la nécessité de penser autrement l’appropriation dans le cadre d’objets pensés volontairement comme « inachevés par conception » (Latzko-Toth dans Proulx & al., 2014)14. Tout en s’intéressant à la technogenèse des usages, demeurant essentielle (Proulx & al., 2014), ils mettent effectivement à jour le cadrage qu’exercent les acteurs de l’offre. Ils offrent ainsi un moyen de limiter le risque régulièrement souligné (Metzger dans Denouël, Granjon, 2011) d’une attention à la dimension prescriptive de la technique qui en oublierait le poids des contraintes sociales dans lesquelles elle s’exerce. Vaujany (2006, p. 116-118) relève ainsi quatre axiomes réunissant ces travaux :

    • 15 Dans une perspective gestionnaire, il s'agit des objets de gestion, des règles de gestion, des outi (...)

    toute appropriation est une forme contingente qui articule les quatre catégories d’éléments de la perspective appropriative15

  • tout outil et objet de gestion, conçu à distance des acteurs ou bien dans une logique de co-production, présente une certaine flexibilité instrumentale et interprétative,

    • 16 Socio-politique, psycho-cognitif et rationnel (Vaujany, 2005).

    l’appropriation est un phénomène complexe qui nécessite l’activation de trois regards afin d’être appréhendée dans toute sa richesse16,

  • l’appropriation est un processus long qui débute bien avant la phase d’utilisation de l’objet et se poursuit bien après l’apparition des premières routines d’utilisation

Il en découle deux grandes théories de l’appropriation :

  • la théorie de la conception à l’usage, où la conception de l’outil est consubstantielle à son usage : les usages et les outils sont indissociables, fondés dans des schèmes socio-cognitifs. Ces travaux convoquent la théorie de la structuration de Giddens (1984). Les régulations de contrôle – éléments de conception formulés par les parties prenantes – et régulations autonomes – manières qu’auront les acteurs d’une organisation de recevoir ces régulations de contrôle – y sont considérées comme intrinsèquement mêlées ;

  • la théorie de la mise en acte, où l’appropriation est un processus interactif entre des acteurs et des outils, orchestré par des prescriptions réciproques (Hatchuel, 1996). Le processus d’appropriation est alors récursif et continu.

23Ces éléments se retrouvent dans les préoccupations de travaux récents du Centre de Sociologie de l’Innovation se focalisant davantage sur les usages grand public : « On partira de l’idée que les mécanismes qui opèrent avant et après la commercialisation ne sont pas de nature différente. La notion d’exploration est adaptée pour désigner les logiques par lesquelles les usages potentiels ou réels sont mis en œuvre, découverts, éprouvés, expérimentés, dans la recherche des bons paramétrages techniques tout comme dans le cours même de l’action avec le dispositif, même si les acteurs qui les portent dans les deux cas ne sont pas les mêmes » (Mallard, op. cit., p. 259).

24Plus encore, les SIC peuvent s’avérer particulièrement sensibles aux débats animant les approches sociotechniques quant à la reproduction en pratique de la répartition des recherches entre conception et appropriation dénoncée supra par Mallard. Elles connaissent la difficulté d’associer toutes les exigences d’un cadre complexe dans un programme réalisable concrètement, à partir de courants disséminés et peu reliés (Coutant, Domenget dans Bourdeloie, Douyère, 2014). La confrontation de courants diversifiés autour de la question des rapports entre société et technique gagnerait à ajouter ces approches au débat pour relever l’enjeu posé à des sciences de la complexité de « se mettre en capacité de relever le défi d’une unité intellectuelle dont l’ambition première est peut-être de mettre en lumière les formules génératrices des modalités médiatiques, industrielles et technologiques de domination sociale et symbolique, ainsi que leurs contradictions » dans lequel Granjon (op. cit., p. 65) voit l’ambition d’une théorie critique.

25Les récentes propositions de Proulx (2014) pour penser le capitalisme informationnel plaident en faveur de cette démarche inclusive. Son articulation a vocation à expliquer les formes contemporaines du capitalisme en mettant à jour le système sur lequel il repose. De la même manière que l’École de Francfort faisait reposer le fonctionnement du capitalisme industriel sur une consommation de masse rendue possible par une culture de masse, elle associe le capitalisme informationnel au développement d’une économie de la contribution nourrie par une culture de la contribution. Or, l’auteur fonde son développement sur un historique de recherche ayant toujours cherché à compléter les modèles et concepts de la tradition française de la SdU par la variété des courants sociotechniques, par les travaux menés sur les dispositifs et par les formes contemporaines de la théorie critique.

Haut de page

Bibliographie

Akrich Madeleine, « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation », Éducation Permanente, 1998, n° 134, p. 79-89.

Akrich Madeleine, Callon Michel, Latour Bruno, Sociologie de la traduction – Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, 2006, 303 p.

Akrich Madeleine, « Comment les innovations réussissent ? », Recherche et Technologie, 1987, n° 4, p. 26-34.

Appel Violaine, Boulanger Hélène, Massou Luc, Les dispositifs d’information et de communication – Concept, usages et objets, Bruxelles, De Boeck, 2010, 248 p.

Monnoyer-Smith Laurence, « Le web comme dispositif : comment appréhender le complexe ? », dans Barats Christine, Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2013, p. 12-31.

Bloor David, Knowledge and Social Imagery, Chicago, University of Chicago Press, 1976, 211 p.

Bourdeloie Hélène, Douyère David, Méthodes de recherche sur l’information et la communication - Regards croisés, Paris, Mare & Martin, 2014, 270 p.

Cardy Hélène, « Les insttitutions de la recherche en SIC », dans Olivési Stéphane, Introduction à la recherche en SIC, Grenoble, PUG, 2006, p. 303-323.

Chambat Pierre, « Usages des technologies de l’information et de la communication : évolution des problématiques », Technologies de l’information et société, 1994, vol. 6, n °3, pp. 249-269.

David Paul, « Clio and the economics of QWERTY », American Economic Review, 1985, 75, pp. 332-337.

Denouël Julie, Granjon Fabien, Communiquer à l’ère numérique – Regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’École des Mines, 2011, 320 p.

Desanctis Geradine, Poole Scott, « Capturing the complexity in advanced technology use: adaptative structuration theory », Organization science, 1994, vol. 5, n° 2, p. 121-146.

Flichy Patrice, L’innovation technique. Récents développements en sciences sociales - vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, La Découverte, 1995, 255 p.

Gaglio Gérald, Sociologie de l’innovation, Paris, PUF, 2012, 126 p.

Giddens Anthony, The Constitution of Society: Outline of a Theory of Structuration, Berkeley, University of California press, 1984, 417 p.

Guichard Éric, Regards croisés sur l’Internet, Lyon, Presses de l’enssib, 2011, 138 pages.

Hatchuel Armand, « Coopération et conception collective. Variétés et crises des rapports de prescriptions », dans Terssac (de) Gilbert, Friedberg Erhard, Coopération et Conception, Toulouse, Octarès Ed., 1996, p 101-122.

Jauréguiberry Francis, Proulx Serge, Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Érès, 2011, 143 p.

Jouët, Josiane, « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, 1993, n° 60, p. 99-120.

Jouët Josiane, Pratiques de communication et changement social, Habilitation à diriger des recherches, Grenoble, Université Stendhal-Grenoble 3, 1992, 224 p.

Klein Annabelle, Proulx Serge, Connexions : communication numérique et lien social, Namur, Presses universitaires de Namur, 2012. 356 p.

Miège Bernard, La société conquise par la communication – tome III, Les TIC entre innovation technique et ancrage social, Grenoble, PUG, 2007, 235 p.

Orlikowski Wanda, “The duality of technology: rethinking the concept of technology in organizations”, Organization Science, 1992, vol. 3, p. 398-427.

Perriault Jacques, La logique de l’usage, Paris, L’Harmattan, 2008, 253 p.

Pinch Trevor, Bijker Wiebe, « The social construction of facts and artifacts », dans Bijker Wiebe, Hughes Thomas, Pinch Trevor, The Social Construction of Technological Systems, Cambridge, MIT Press, 1984, p. 159-187.

Proulx Serge, « Les différentes problématiques de l’usage et de l’usager », dans Vitalis André, Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Apogée, 1994, p. 149-159.

Proulx Serge, « Usages des technologies d’information et de communication : reconsidérer le champ d’étude », Actes du 12e Congrès de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 10-13 janvier, Paris, 2001, p. 57-66.

Proulx Serge, « L’usage des objets communicationnels » dans Licoppe Christian, L’évolution des cultures numériques, Paris, FYP Éditions, 2009, p. 12-20.

Proulx Serge, Garcia José Luis, Heaton Lorna, La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’heure du capitalisme informationnel, Montréal, PUQ, 2014, 256 p.

Reynaud Jean-Daniel, « Les régulations dans les organisations : régulation de contrôle et régulation autonome », Revue française de sociologie, 1988, n° 29, p. 5-18.

Robert Pascal, Une théorie sociétale des tic. Penser les tic entre approche critique et modélisation conceptuelle, Paris, Hermès-Lavoisier, 2009, 305 p.

Schaeffer Pierre, Machines à communiquer. Tome I : Genèse des simulacres, Paris, Seuil, 1970, 318 p.

Schaeffer Pierre, Machines à communiquer. Tome II : Pouvoir et communication, Paris, Seuil, 1972, 325 p.

Simondon Gilbert, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 2012, 367 p.

Trist Éric, « The evolution of socio-technical systems as a conceptual framework and as an action research program », dans Van de Ven Andrew, Joyce William, Perspectives on organization design and behavior, New York, Willey, 1981, p. 19-75.

Vaujany (de) François-Xavier, « Stylisation de l’appropriation individuelle des technologies Internet à partir de la TSA », Systèmes d’information et management, 1999, vol. 1, n° 4, p. 57-74.

Vaujany (de) François-Xavier, « Pour une théorie de l’appropriation des outils de gestion : vers un dépassement de l’opposition conception-usage », Revue Management et Avenir, 2006, n° 9, p. 109-126.

Vaujany (de) François-Xavier, De la conception à l’usage : vers un management de l’appropriation des outils de gestion, Paris, éditions EMS, 2005, 288 p.

Vidal Geneviève, La sociologie des usages – Continuités et transformations, Paris, Hermès Lavoisier, 2011, 256 p.

Haut de page

Notes

1 La précision est nécessaire puisque la SdU regroupe les travaux de chercheurs provenant d'autres disciplines que les SIC. La « tradition française » (Jauréguiberry, Proulx, 2011 ; Jouët, 2011) de la SdU s'avère en revanche en grande partie composée de chercheurs en SIC (Latzko-Toth, 2010), ce qui justifie une analyse spécifique de ces travaux.

2 Relation constituant ses éléments.

3 Nous reprenons ici la distinction d’Alter entre invention et innovation qui veut que « celle-ci (l'invention) représente une nouvelle donne, la création d'une nouveauté technique ou organisationnelle, concernant des biens , des services ou des dispositifs, alors que l'innovation représente l'ensemble du processus social et économique amenant l'invention à être finalement utilisée ou pas » (2002, p. 16).

4 L’auteure identifie quatre formes d’intervention des utilisateurs sur les objets techniques : le déplacement, l’adaptation, l’extension et le détournement.

5  http://tinyurl.com/ljzk59a.

6 Le 18e congrès de 2012 : http://sfsic2012.sciencesconf.org/browse/session et le 19e congrès de 2014 : http://sfsic2014.sciencesconf.org/browse/session.

7 Soulignons néanmoins que cette revue abrite une majorité de contributions de chercheurs en SdU ne se situant pas en SIC. Elle est à ce titre représentative des difficultés à établir un corpus de sources permettant de s’intéresser spécifiquement aux SIC. Les articles retenus sont effectivement régulièrement signés par des sociologues, gestionnaires ou économistes.

8 Représentant 17 % des communications en 2012 et 13 % en 2014.

9 À ce titre, les années 2012 et 2014 représentent un pic d'articles imputable au moins en partie au fait que les congrès de la SFSIC ont été ajoutés aux articles publiés dans les revues SIC. L’année 2014 s'avère particulièrement biaisée en volumétrie, le Congrès portant spécifiquement sur la pensée de la technique.

10 Ici aussi, précisons que les approches sociotechniques en SdU s’avèrent plus fréquemment mobilisées lors des congrès de la SFSIC : 50 % des cas en 2012 et 45 % des cas en 2014, où le Congrès s’intéressait spécifiquement à penser la technique. Les pics de mobilisation dus aux Congrès masquent donc une certaine stabilité de l'apparition des approches sociotechniques dans les revues.

11 Nous soulignons.

12 Jouët remarque ainsi que « la recherche a donc gagné en rigueur théorique et en technicité méthodologique mais elle a sans doute perdu en regard critique et en imagination sociologique » (2011, p. 80).

13 Notamment représentés par la revue Systèmes d'Information et Management.

14 Latzko-Toth identifie ainsi les stratégies actuelles des plateformes numériques qui proposent des services susceptibles d’évoluer pour s’adapter à leurs usagers et dont le témoignage le plus flagrant est l’ouverture de leur API à des développeurs tiers. Cette stratégie renvoie à un changement identifié par Mallard à propos du processus par lequel l'innovation « est passé(e) insensiblement du statut d'une incertitude structurant les conditions d'acceptation ou de rejet d'un produit final relativement figé, à celui d'un potentiel de valeur qu'il importe de développer pour capter et accroître les revenus générés par un service qui, dans certains cas du moins, se transforme dans la durée » (2011, p. 254).

15 Dans une perspective gestionnaire, il s'agit des objets de gestion, des règles de gestion, des outils de gestion et des dispositifs de gestion (Reynaud, 1988).

16 Socio-politique, psycho-cognitif et rationnel (Vaujany, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Coutant, « Les approches sociotechniques dans la sociologie des usages en SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1271 ; DOI : 10.4000/rfsic.1271

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page