Navigation – Plan du site
Vie des labos

CIFRE : parcours de compétences d’une thèse annoncée

Marlène Dulaurans

Texte intégral

  • 1 LEVY Rachel, les doctorants CIFRE : Médiateurs entre laboratoires de recherche universitaires et en (...)

1Soutenue financièrement par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Convention Industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE) est l’une des modalités de formation doctorale qui permet à un jeune chercheur en apprentissage d’intégrer pendant trois années (CDD) ou de manière permanente (CDI), une organisation de droit français qui lui confie un projet de recherche en lien avec son activité, afin d’analyser des attentes, de répondre à des besoins ou encore de faire face à des problématiques entrepreneuriales. Parallèlement, un laboratoire de recherche encadre académiquement le doctorant ce qu’il formalise par un contrat de collaboration. Depuis 2005, ce dispositif n’est plus circonscrit au monde industriel mais s’est ouvert aux collectivités territoriales, aux établissements consulaires, aux associations à vocation sociale, aux ONG… Au sein de ces différents environnements, une relation tripartite s’engage dans laquelle le doctorant acquiert généralement une première expérience reconnue dans le monde professionnel mais également académique par la réalisation d’un travail de recherche approfondi qui aboutit à la soutenance d’une thèse de doctorat, l’institution explore ou améliore un de ses domaines de compétence par une expertise de pointe et le laboratoire tisse des liens avec le monde professionnel ouvrant sur de multiples modes de partenariats. Rachel LEVY décrit ce dispositif CIFRE comme l’opportunité de produire des connaissances « dans un contexte d’application pratique, mais également transdisciplinaire et dynamique »1.

  • 2 MORILLON Laurent, De l’idylle au détournement, quels apports des CIFRE en Sciences de l’Information (...)
  • 3 PLANE Jean-Michel, 1998, Pour une approche ethnométhodologique de la PME, Revue Internationale PME, (...)
  • 4 MANGEMATIN Vincent, MANDRAN Nadine, CROZET A., Le devenir des docteurs de l'Université Pierre Mendè (...)
  • 5 BARÉ Jean-François, L’anthropologie et l’entreprise. Quelques remarques, in BARÉ Jean-François, Les (...)
  • 6 LOUVEL Séverine, Les doctorants en sciences expérimentales : Futurs collègues ou jeunes collègues ? (...)
  • 7 BUISSON LOPEZ Lysiane, Histoire Globale des SIC et histoire singulière du doctorant en SIC : le jeu (...)

2La CIFRE existant depuis plus de trente ans aujourd’hui, plusieurs auteurs scientifiques ont permis un retour distancié et critique des modalités dans lesquelles se déroule ce partenariat et plusieurs écrits témoignent des difficultés inhérentes qu’engendre un tel dispositif pris à partie entre les exigences académiques de l’université et les attentes professionnelles de l’entreprise. En effet, à l’intérieur du cadre contractuel, il s’avère que plusieurs configurations de déroulement sont possibles, comme le montre Laurent MORILLON2. Que le doctorant consacre l’intégralité de son temps à la recherche, partiellement ou n’effectue que des tâches opérationnelles durant trois années, il n’en demeure pas moins que le dispositif CIFRE, par la nature même du contrat signé, induit forcément une participation et une implication du chercheur au fonctionnement de l’organisation. L’immersion prolongée de sa recherche au cœur du terrain étudié lui impose de garantir la scientificité de sa démarche. De fait, il doit faire face à de nombreux questionnements, réajustements voire concéder certains compromis pour éviter tous biais scientifiques. Plusieurs de ces points ont déjà été abordés par des auteurs, comme Jean-Michel PLANE, qui a soulevé la question de la distanciation critique nécessaire pour objectiver le travail in situ : cette distance doit s’apparenter à cet « espace qui empêche toute familiarité ; cette distance est liée, semble t’il, à la position d’extériorité du chercheur et se caractérise notamment par une certaine retenue, voire une certaine prudence, dans la teneur de ses propos et dans les comportements adoptés dans les situations d’interaction »3. Vincent MANGEMATIN a pour sa part souligné l’influence du mode de financement sur la thèse, sur l’insertion professionnelle du doctorant CIFRE dans l’organisation intégrée ou encore sur la stabilité de son emploi, ce qu’il désigne par l’effet de « lock-in »4. « Toute recherche en entreprise […] suppose certaines attentes de la part de l’entreprise enquêtée »5 auxquelles le doctorant doit pouvoir répondre. De fait, « quelles que soient les exigences associées, travailler pour une entreprise a toujours des conséquences sur le positionnement professionnel des doctorants CIFRE »6. Lysiane BUISSON LOPEZ7 a mis en exergue la remise en cause de la légitimité du doctorant en tant qu’acteur scientifique et la mise à l’épreuve de sa stratégie de reconnaissance sociale au sein même de l’organisation.

  • 8 DONNAY Jean, Chercheur, praticien même terrain ?, Recherches qualitatives, volume 22, 2001, p. 34-5 (...)
  • 9 Brown John Seely, Duguid Paul, Organizing knowledge, California management review, n° 40, 1998, pp. (...)
  • 10 DONNAY Jean, Chercheur, praticien même terrain ?, Recherches qualitatives, volume 22, 2001, p. 35.
  • 11 DUBAR Claude, La socialisation : Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Ar (...)
  • 12 GAGLIO Gérald, En quoi une thèse CIFRE en sociologie forme au métier de sociologue ? Une hypothèse (...)
  • 13 GILLET François, Acteurs de terrain et chercheurs en dialogue, Revue de Géographie alpine, volume 8 (...)

3Pour notre part, amenée durant trois années à être en immersion au cœur de l’entreprise, au contact de différents services, en lien avec divers intervenants, une des difficultés majeures que nous avons pu rencontrer correspond en de nombreux points à l’analyse faite par Jean DONNAY8. En effet, nous nous sommes longuement questionnées au cours de cette CIFRE sur l’identité que nous devions revêtir pour conduire ce projet de recherche sur le terrain. Spécialiste en stratégie organisationnelle, consultant, « articulateur de communautés »9, coordinateur de projet, médiateur social et culturel, accompagnateur de changement, animateur d’équipe, « sapeur pompier institutionnel »10 ont été autant de statuts envisagés pour définir nos postures de chercheurs immergés au cœur de l’entreprise. Bien loin des caractéristiques d’une simple recherche de terrain, il nous a fallu beaucoup de temps pour réaliser que le haut degré d’implication personnelle que requiert le statut de doctorant CIFRE, lui confère un rôle véritablement à part, où l’identité pour autrui se déconnecte de l’identité qu’il garde pour soi11. Cette posture professionnelle atypique ancrée par de multiples facettes identitaires s’attache pour autant à élaborer une recherche utile pour l’entreprise et vise à concilier pour cela la production de connaissance et celle de l’action. « L’expérience vécue durant la CIFRE (entre monde universitaire et monde de l’entreprise) engage à façonner une posture. Une posture est une ligne de conduite, nécessitant d’établir une frontière entre ce que l’on peut/doit faire et ce que l’on considère dans/hors du cadre de son activité professionnelle, en fonction d’un objectif (ici la soutenance d’une thèse correctement évaluée), dans un milieu social où la sociologie est structurellement marginale »12. Seule la durée permet au chercheur en apprentissage d’acquérir les compétences nécessaires à une analyse pertinente. Dans le cas d’une CIFRE cela s’articule par des rythmes de travail qui fractionnent cette position d’intériorité, permettant au chercheur-acteur un rapport d’extériorité essentiel à la compréhension de la réalité étudiée. Le doctorant CIFRE doit composer avec cette dualité naturelle qui tendrait à opposer la pratique du chercheur en apprentissage à celle du praticien. Il doit penser sa recherche en interaction permanente et s’attacher à élaborer un échange fondé sur la réciprocité. Pour cela il doit alterner des phases d’intériorité et d’extériorité dans son approche du terrain et articuler sa démarche entre engagement et distanciation, ce que François GILLET décrit comme une spécificité propre au « chercheur en dialogue »13.

  • 14 DE CORTE Erik, Les conceptions de l’apprentissage au fil du temps, in DUMONT Hanna, ISTANCE David, (...)
  • 15 AUTISSIER David, L'intelligence de situation : Savoir exploiter toutes les situations, Paris, Editi (...)
  • 16 DULAURANS Marlène, FOLI Olivia, Tenir le cap épistémologique en thèse CIFRE. Les ajustements nécess (...)
  • 17 VILLANI Cédric, Médaille Fields 2010, Congrès de la Conférence des Grandes Écoles, Paris, Octobre 2 (...)
  • 18 DULAURANS Marlène, FOLI Olivia, Tenir le cap épistémologique en thèse CIFRE. Les ajustements nécess (...)
  • 19 BATAILLE Michel, Méthodologie de la complexité, POUR, n° 90, 1983.
  • 20 DULAURANS Marlène, Une recherche dans l’action : le cas d’une CIFRE en collectivité territoriale, C (...)

4Force est de constater que même si ces difficultés soulignées par de nombreux auteurs scientifiques ont été rencontrées lors de notre CIFRE, il n’en demeure pas moins qu’elles ont été riches d’enseignement, d’un point de vue humain et professionnel. En effet, le tiraillement vécu entre les exigences académiques de l’université et les attentes professionnelles de l’entreprise, nous ont permis d’acquérir en immersion de véritables compétences transversales. La toute première que nous avons pu noter est celle de l’adaptation. Erik DE CORTE la définit sous les traits d’une expertise qui développe « cette capacité à appliquer des connaissances et compétences acquises de manière signifiante avec souplesse et créativité en fonction des situations rencontrées »14. Tant au cœur de l’organisation qu’en milieu académique, les environnements évoluent constamment, se transforment ce qui implique de mobiliser une « intelligence de la situation »15, d’adopter un positionnement actif, voire pro-actif pour s’accommoder rapidement, se conformer aux différentes obligations professionnelles rencontrées et essayer de les analyser scientifiquement dans le but d’interagir efficacement. Il s’agit dans ces différents contextes d’arriver à appréhender les codes, règles et symboles pour se plier aux exigences ambiantes, d’aménager sa posture professionnelle au gré des environnements, voire d’envisager des recompositions identitaires selon le besoin des situations, comme par exemple apprendre à ne pas dire et à ne pas faire16. L’autodétermination est également une autre compétence transversale qu’il convient de souligner dans les connaissances acquises par le chercheur en apprentissage au cours d’une CIFRE. Lors de son intervention à la Conférence des grandes écoles en 2010, Cédric VILLANI expliquait alors que « la thèse est une école de pensée. On y apprend à être entreprenant, tenace, synthétique et à apprendre vite »17. Evoluant au sein de deux environnements professionnels aux attentes bien souvent distinctes, le doctorant doit faire preuve de motivation au quotidien pour s’affranchir des routines organisationnelles et d’auto-régulation dans son travail pour répondre à des attentes qui ne sont pas toujours compréhensibles ou cohérentes pour l’entreprise d’accueil ou pour l’université. Nous partageons le postulat de ZIMMERMAN qui considère que « les individus sont acteurs de leur processus d'apprentissage au plan métacognitif, motivationnel et comportemental ». Aussi le jeune chercheur en immersion doit apprendre à interpréter seul les différentes situations professionnelles qu’il rencontre pour remédier aux problèmes survenus et réajuste pour cela constamment ses objectifs de travail. De fait, il doit faire preuve de persévérance devant les obstacles qu’il rencontre, il doit maintenir le cap épistémologique qu’il s’est fixé. Ainsi s’il « parvient à s’accrocher à la finalité surplombante de la thèse, il est alors en mesure de transformer les difficultés en expérience heuristique fertilisant finalement ses travaux »18. Au-delà de l’adaptation et l’autodétermination, le dispositif CIFRE permet au doctorant de gagner de larges compétences relationnelles tout au long de sa recherche. En effet, plongé en immersion au cœur de l’organisation pendant trois ans, il entretient un rapport privilégié au terrain, auquel il pourrait difficilement avoir accès par des approches scientifiques plus classiques19. Il est amené à s’investir et à participer à la vie de l’entreprise et multiplie pour cela les interactions avec les acteurs en situation. Cette posture lui permet l’insertion dans de nouveaux réseaux qui peuvent être riches d’enseignement pour faciliter ses investigations sur le terrain ou encore l’avancée de ses travaux. « Ces contacts privilégiés peuvent s’avérer des ressources vives pour avoir accès à une autre forme d’information sur le terrain, beaucoup moins accessible par un seul rôle d’observateur direct. Ces témoins-clés, ces « alliés » peuvent servir de point d’appui pour éclaircir des évènements trop complexes, les tenants et aboutissants d’une situation bien spécifique à laquelle nous n’avons pas forcément assisté dans son intégralité »20. Ces différentes mises en relation enrichissent indéniablement les collaborations du doctorant, tant au niveau de l’organisation que de l’université, et conduisent ce chercheur en apprentissage à acquérir une bi-culturalité. Elles accroissent ainsi ses connaissances sur la conduite d’un projet innovant et complexe, et améliorent dans le même temps l’instrumentation de la méthodologie sur un terrain privilégié.

  • 21 ANGELIER Clarisse, Le Dispositif CIFRE et l'insertion après une thèse CIFRE, Journée des métiers de (...)

5La CIFRE présente a priori de nombreux avantages pour les parties prenantes. Avec un taux de soutenance de thèse de 85 % toutes disciplines confondues21, ce type de convention est aujourd’hui largement valorisé dans le monde académique et rencontre un succès de plus en plus accru auprès des doctorants, notamment en sciences humaines et sociales. Il convient cependant à tout chercheur qui souhaite poursuivre une thèse dans un tel dispositif de bien prendre en considération les contraintes pratiques et relationnelles auxquelles il va devoir se confronter pendant son parcours car ces obstacles vont l’éprouver. Mais s’il maintient le cap scientifique, ils le construiront, le façonneront et l’amèneront jusqu’à cette thèse annoncée.

Haut de page

Notes

1 LEVY Rachel, les doctorants CIFRE : Médiateurs entre laboratoires de recherche universitaires et entreprises, Revue d’Economie Industrielle, n° 111, 2005, p. 80.

2 MORILLON Laurent, De l’idylle au détournement, quels apports des CIFRE en Sciences de l’Information et de la Communication ?, Seizième congrès SFSIC « Les sciences de l’information et de la communication : affirmation et pluralité », Compiègne, 11-13 juin 2008.

3 PLANE Jean-Michel, 1998, Pour une approche ethnométhodologique de la PME, Revue Internationale PME, vol. 11, n° 1, p. 132.

4 MANGEMATIN Vincent, MANDRAN Nadine, CROZET A., Le devenir des docteurs de l'Université Pierre Mendès-France, Rapport au conseil scientifique de l'UPMF, Grenoble, Septembre 1997, p. 40.

5 BARÉ Jean-François, L’anthropologie et l’entreprise. Quelques remarques, in BARÉ Jean-François, Les applications de l’anthropologie, Paris, Karthala, 1995, p. 120.

6 LOUVEL Séverine, Les doctorants en sciences expérimentales : Futurs collègues ou jeunes collègues ?, Formation emploi - Revue française de sciences sociales, Dossier : Quand la qualification fait débat(s), n° 96, octobre-décembre 2006, p. 60 pp. 53-66.

7 BUISSON LOPEZ Lysiane, Histoire Globale des SIC et histoire singulière du doctorant en SIC : le jeu du double miroir, Seizième congrès SFSIC « Les sciences de l’information et de la communication : affirmation et pluralité », Compiègne, 11-13 juin 2008.

8 DONNAY Jean, Chercheur, praticien même terrain ?, Recherches qualitatives, volume 22, 2001, p. 34-53.

9 Brown John Seely, Duguid Paul, Organizing knowledge, California management review, n° 40, 1998, pp. 90-111.

10 DONNAY Jean, Chercheur, praticien même terrain ?, Recherches qualitatives, volume 22, 2001, p. 35.

11 DUBAR Claude, La socialisation : Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, 2010, 256 pages.

12 GAGLIO Gérald, En quoi une thèse CIFRE en sociologie forme au métier de sociologue ? Une hypothèse pour ouvrir le débat, Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie, Mis en ligne le 24 décembre 2008, Consulté le 15 septembre 2012. URL : http://socio-logos.revues.org/2093.

13 GILLET François, Acteurs de terrain et chercheurs en dialogue, Revue de Géographie alpine, volume 84, 1996, p. 62.

14 DE CORTE Erik, Les conceptions de l’apprentissage au fil du temps, in DUMONT Hanna, ISTANCE David, BENAVIDES Francisco, La recherche et l'innovation dans l'enseignement Comment apprend-on ? La recherche au service de la pratique, Paris, OECD Publishing, 2010, p. 50.

15 AUTISSIER David, L'intelligence de situation : Savoir exploiter toutes les situations, Paris, Editions d'Organisation, 2011, 288 p.

16 DULAURANS Marlène, FOLI Olivia, Tenir le cap épistémologique en thèse CIFRE. Les ajustements nécessaires et leurs effets sur les connaissances produites, Etudes de communication, n° 40 « Épistémologies, théories et pratiques professionnelles en communication des organisations », mai 2013, pp. 59-76.

17 VILLANI Cédric, Médaille Fields 2010, Congrès de la Conférence des Grandes Écoles, Paris, Octobre 2010

18 DULAURANS Marlène, FOLI Olivia, Tenir le cap épistémologique en thèse CIFRE. Les ajustements nécessaires et leurs effets sur les connaissances produites, Études de communication, n° 40 « Épistémologies, théories et pratiques professionnelles en communication des organisations », mai 2013, p. 72.

19 BATAILLE Michel, Méthodologie de la complexité, POUR, n° 90, 1983.

20 DULAURANS Marlène, Une recherche dans l’action : le cas d’une CIFRE en collectivité territoriale, Communication et organisation, n° 41, avril 2013, p. 206.

21 ANGELIER Clarisse, Le Dispositif CIFRE et l'insertion après une thèse CIFRE, Journée des métiers de la recherche, Université de Troyes, 23 mai 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Dulaurans, « CIFRE : parcours de compétences d’une thèse annoncée », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1403 ; DOI : 10.4000/rfsic.1403

Haut de page

Auteur

Marlène Dulaurans

Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, Laboratoire MICA, université Bordeaux Montaigne

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page