Navigation – Plan du site

Résumés

La période contemporaine est marquée par une remise en cause de l’idéal normatif de la co-présence et de l’engagement focalisé comme forme pleine de la présence et également comme fondement de l’action en commun. Cet article discute deux exemples, l’évolution des modalités de la comparution judiciaire, et les modalités de présence et de rencontres qui semblent se développer dans des environnements très connectés. Cette remise en question ne signifie pas pour autant un revirement par rapport à l’orientation normative traditionnelle, mais plutôt une mise en cause de celle-ci à partir de perspectives déontiques différentes, et peut être pas toutes compatibles avec la Modernité. La question des formes de la présence devient un enjeu du débat public dans des arènes très différentes, lors d’un débat parlementaire pour savoir si un texte de loi peut contenir l’affirmation que l’usage de la visio-conférence constitue la règle en matière de comparution judiciaire, ou lors d’une controverse dans le champ de la psychologie pour déterminer si les compétences à la multi-activité des femmes sont plus grande que celles des hommes.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son acception la plus courante, la présence est considérée comme un état, qui s’oppose à l’absence. Présence et absence apparaissent comme les deux termes d’une opposition qui fait jouer un rôle fondamental aux variables de localisation spatio-temporelles : on est présent, ici et maintenant ou on ne l’est pas. L’usage des technologies de communication a rendu problématique cette définition de sens commun, d’une manière qui se manifeste déjà dans l’étymologie du mot « télécommunication », qui renvoie à l’idée d’une communication à distance. Ces technologies constituent en effet le moyen pour des participants distants, et donc absents, d’agir quand même sur une scène distance. Ils concrétisent des formes de « présence » qui se distinguent de « l’être ici et maintenant ». Formes au pluriel, car on sent bien que la personne absente dont on lit une lettre à une réunion, et celle qui est connectée à la même réunion par visioconférence ne sont pas « présentes » de la même manière.

2Une manière de rendre compte de cette pluralité est de considérer la présence non plus comme un état mais comme un processus, en s’inspirant des approches pragmatiques et phénoménologiques. La présence (tout comme symétriquement l’absence) devient alors un accomplissement continuel, qui caractérise la manière dont les personnes affectent et sont affectées par les situations dans lesquelles elles sont engagées. Etre présent dans ce second sens est un travail, et repose sur des compétences, des dispositions et des dispositifs, des ressources et des contraintes pour affecter et être affecté par les situations. La présence apparaît alors comme le fruit d’un travail incessant des acteurs pour participer aux situations selon des modalités variées. La présence-processus est susceptible de s’actualiser selon des formats variés que l’analyste peut tenter d’identifier. Ces formes de la présence sont historiquement et culturellement situées, et elles indexent des inégalités relatives à la visibilité des personnes et leur capacité à affecter les situations. Des personnes présentes dans une situation donnée, au sens spatial et incorporé du terme, peuvent ne pas être « présentes » au second sens du terme parce qu’elles sont traitées comme invisibles, et qu’on leur dénie de ce fait la capacité d’affecter significativement la situation. Réciproquement le fait que certaines personnes soient ignorées est une base pour effectuer des inférences sur ce qu’elles sont, et les qualités que l’on peut leur attribuer. Par le biais de capacités et de droits inégaux à affecter ou être affecté par les situations de telle ou telle manière, les formats de la présence, en tant que les participants s’orientent normativement vers eux, reproduisent et « performent » des inégalités sociales. Il convient donc de penser la présence dans une perspective historique et comparative.

3Il y a également ce que l’on pourrait appeler des idéologies de la présence, qui attribuent une valeur à différentes formes de présence relativement au déroulement et aux conséquences des interactions humaines. La plus répandue dans les sociétés occidentales industrialisées privilégie et valorise la présence incorporée et l’engagement focalisé. Co-présence et concentration attentionnelle sont confondues en une configuration unique, une forme « pleine » de présence, et à laquelle est attribué un caractère optimal pour le déroulement des rencontres sociales et la coordination. Une marque distinctive de cette idéologie est le fait que toute autre forme de présence et d’engagement sera susceptible d’être lue comme introduisant un déficit, un manque ou encore une forme d’aliénation.

4Cette orientation normative est ancienne. Elle opère déjà dans les constructions philosophiques qui caractérisent l’émergence au xviie siècle de la Modernité comme grand partage entre Nature et Culture (Latour, 1991). Ces constructions modernes s’appuient en effet sur la valorisation, plus ou moins implicite selon les auteurs, de la présence incorporée et d’un plein engagement attentionnel. La construction de la connaissance scientifique est pensée soit sur le mode de l’engagement complet dans le spectacle expérimental (engagement implicitement nécessaire pour pouvoir en témoigner de manière crédible), soit comme une délibération collégiale dans une assemblée de pairs, par opposition à un modèle de l’intertextualité qui cherche à justifier des positions autoritaires dans le champ du savoir ou du politique en redonnant voix à des auteurs classiques ou des textes religieux, en bref à des autorités disparues (et donc « absentes » au premier sens du terme) et seulement accessibles à travers l’écrit. Dans l’ordre politique tel que le pense par exemple John Locke, l’espace public est pensé comme une arène de débat en co-présence, isotrope et transparente, au sens où la question de la visibilité est séparée des appartenances à des Corps institués, dans laquelle des gentilshommes désintéressés, co-présents, et tout à leur débat, conversent de manière civile en utilisant un langage symbolique, décontextualisé et consensuel (Bauman et Briggs, 2003). L’idéal-type que constitue l’espace public habermasien, dans lequel des individus débattent de questions d’intérêt général d’une manière engagée et telle qu’une opinion publique puisse émerger, s’inscrit dans la continuité du modèle politique inauguré par Locke quant à son appui implicite sur une norme de co-présence et d’engagement attentionnel focalisé.

5La deuxième Révolution Industrielle semble expliciter et renforcer cette orientation. Les auteurs et les praticiens qui cherchent à discipliner le travail et les travailleurs s’efforcent tout particulièrement d’encadrer et de réglementer la présence, l’attention et l’engagement sur les lieux de production (ce qui suppose indirectement une idéologie pointant des manquements du côté des classes populaires). C’est en ce sens qu’il faut par exemple entendre la prescription taylorienne qui cherche à interdire aux ouvriers de parler entre eux au travail (Boutet, 2001). Au tournant du xxe siècle, ce souci relatif à la présence et l’engagement est concomitant d’inquiétudes nouvelles concernant leur fragilité, la possibilité qu’ils se dissolvent (Crary, 2001). Cette fragilité peut tenir à l’organisation même de l’attention, comme dans la psychologie de William James (pour qui l’attention, dont l’essence est la « focalisation, la concentration de la conscience », s’oppose à « l'état confus, vague, éparpillé qui est appelé distraction en français et Zerstreutheit en allemand ») : James note en effet la possibilité que l’attention se délite par son excès même, trop d’attention tuant en quelque sorte l’attention (James, 1950). Mais la vulnérabilité de la présence, l’attention et l’engagement peut aussi tenir à des transformations historiques, comme l’émergence de la ville contemporaine, le développement de la consommation et les sollicitations sensorielles que cela implique, comme pour le « blasé » de Simmel, dont les sens s’émoussent face à la prolifération des sensations et des sollicitations (Simmel, 1989).

6Ce souci de préserver la présence, l’attention et l’engagement témoigne en creux de la force de l’orientation normative qui idéalise et valorise la présence incorporée et l’engagement. Cette idéalisation prescriptive ne fait pas qu’irriguer les approches profanes de l'action. Elle traverse également les théories sociologiques et anthropologiques. Les sciences sociales s’intéressent le plus souvent à un homme qui est là et « tout à son action » (Piette, 2009), même si les déterminants de celle-ci peuvent lui échapper. La présence et l'engagement focalisé apparaissent comme des prémisses au succès de l'action rationnelle, du plan ou des rituels. Les comportements qui s’écartent de cet idéal sont rarement discutés directement comme tels (parmi les exceptions, Datchary et Licoppe, 2007 ; Licoppe, 2008 ; Piette, 2009 ; Datchary, 2011), et lorsqu’il en est fait mention de manière plus générale, ils sont souvent définis comme témoignant d’un manque, d’une manière qui ne va pas sans témoigner d’une certaine inquiétude.

7Je voudrais suggérer ici que cette organisation normative qui sous-tend les descriptions de l’action ordinaire fait aujourd’hui l’objet d’importantes remises en cause, et qu’elle est fréquemment mise à l’épreuve dans différentes arènes. Les critiques prennent des formes différentes et plus ou moins vives selon les types de situations, et je vais donc considérer ici deux cas très différents (qui font tous les deux l’objet d’études empiriques en cours), celui des comparutions judiciaires, un contexte ou à première vu l’exigence de présence physique paraît encore très forte (que l’on pourrait donc voir comme un bastion de l’ordre normatif traditionnel), et celui des écologies très connectées habitées par des utilisateurs intensifs des TIC, particulièrement vulnérables à la fragmentation des activités et à la prolifération des sollicitations (des contextes dont on peut supposer à juste titre qu’ils sont à l’avant-garde d’une hypothétique reconfiguration sémantique et normative de la présence). Ceci permettra de dégager d’autres points de vue normatifs sur la présence, et de se demander quelle pourrait être la consistance d’une société quasi-ectoplasmique dont les membres seraient légitimement et toujours un peu là et un peu ailleurs, comme cela semble être le cas des « sociétés de réseaux ».

La reconfiguration d'une forme institutionnelle de la présence : les comparutions judiciaires à distance

8L’audience judiciaire privilégie depuis longtemps la présence physique des participants, l’absence n’étant possible que dans des circonstances particulières. D’un point de vue juridique, la comparution « corps présent » était en effet considérée comme la seule manière d’assurer à la fois des conditions équitables pour l’organisation d’un débat contradictoire, et la pleine publicité de celui-ci (l’interdiction d’enregistrer ou filmer les audiences renforçant l’exigence de présence physique également pour le public des audiences). Toutefois, la présence (incorporée) au tribunal s’articule sans cesse avec une autre modalité pragmatique. D’un côté, les corps sont présents au sens usuel du terme, avec les capacités, les droits et les obligations à interagir (par exemple répondre lorsqu’on vous pose une question) qui caractérisent la sociabilité ordinaire. De l’autre, ils sont présents au sens de la « comparution », appuyée sur des écrits et des chaînes socio-techniques particulières (l’envoi de convocations écrites par huissier, la consignation de la présence dans le compte-rendu du greffe, etc.), avec des droits et des obligations à interagir encadrés par des pratiques institutionnelles, comme par exemple un système particulier d’allocation des tours de parole où le président joue un rôle central, les écarts sont sujets à des formes de sanction particulières (comme l’outrage à la Cour), et chaque action accomplie est susceptible d’interprétations ordinaires mais aussi juridiques.

9La comparution « corps présent » ne peut être pensée de manière isolée lorsque l’on considère le cas des audiences judiciaires. Elle s’articule en effet avec un autre régime de présence que l’on pourrait qualifier d’intertextuelle, dans laquelle la personne et ses actions sont invoquées à travers de multiples écrits (interrogatoires de police, rapports d’instruction, etc.), disponibles à l’audience. Les voix consignées dans ces textes peuvent être invoquées et animées à tout moment dans la parole d’audience : le texte est alors sans cesse actualisé dans le dialogue conversationnel comme discours rapporté (Volosinov, 1986). Une partie de la dramaturgie de l’audience consiste justement à confronter la polyphonie de cette présence intertextuelle avec celle des personnes concernées et de leurs porte-parole « corps présent » au cours d’un débat qui se doit d’être contradictoire. En ce sens la comparution « corps présent » hybride deux registres de la présence, deux manières très différentes pour les personnes d’affecter la situation en cours : à travers les capacités d’action d’un « corps parlant », physiquement présent dans les situations, et à travers l’invocation et l’évocation dans le « ici et maintenant » d’autres actions, occurrences et situations advenues ailleurs et à un autre moment, dont des textes permettent de rendre compte.

10Depuis la fin des années 90, de nouvelles formes de comparution sont apparues, qui s’écartent du modèle normatif (au sens ordinaire et juridique du terme) de la comparution « corps présent ». Un exemple frappant est celui de la possibilité pour différents participants d’intervenir « à distance dans l’audience, par visio-conférence. La première fois, ce dispositif est proposé pour pallier le manque de magistrats sur l’archipel de Saint Pierre et Miquelon et permettre à des juges parisiens de suppléer à ce déficit et leur donner la possibilité de juger les affaires locales (Dumoulin et Licoppe, 2009), La proposition est très vivement critiquée lorsque les textes de loi passent au Conseil d’Etat. Celui-ci ne concéda la possibilité de recourir à ce dispositif qu’au titre de l’exception locale, et d’une double subsidiarité (seulement lorsqu’il est trop difficile d’envoyer les magistrats parisiens là-bas). Car pour le Conseil d’Etat, la co-présence doit rester la règle, à laquelle on ne peut déroger que très exceptionnellement. Selon la commission du Conseil d’État, les accusés auraient le droit de « comparaître devant » leur juge naturel, et la co-présence serait la manière optimale d’assurer l’égalité des armes entre l’accusation et la défense (par un accès supposé symétrique et équivalent au contexte de l’audience) et d’assurer un compte-rendu d’audience homogène et fiable par les greffiers.

11Malgré la réaffirmation nette par le Conseil d’Etat de l’exigence de co-présence lors des audiences et du caractère exceptionnel de la visio-conférence, l’usage de cette dernière va s’amplifier. Entre 2004 et 2007, après la loi Perben 2, on assiste à une multiplication d’initiatives locales dans certaines juridictions, poussées par des magistrats assumant une posture d’innovateurs. À partir de 2008 cela devient une politique systématique de la Chancellerie d’équiper toutes les juridictions et les établissements pénitentiaires (Figure 1). Dans les deux périodes, les justifications sont d’ordre gestionnaire, liées au coût de déplacement des témoins et des experts au début. Puis l’administration centrale justifiera le recours à la visioconférence au titre de la charge financière que représente l’extraction des détenus pour les amener à un nombre croissant d’audiences. Ces coûts d’extraction deviennent un enjeu d’économie pour l’administration publique. Le caractère systématique de la démarche se retrouve dans les textes de lois successifs qui étendent sans cesse le domaine d’application possible de la visio-conférence, à tous les types de contentieux ou presque. Des objectifs quantitatifs d’usage de la visioconférence seront fixés et assignés par circulaires aux présidents de cour par l’administration centrale, qui les menacera de sanctions financières au niveau de leur juridiction s’ils ne s’exécutent pas.

Figure 1.a – La salle de tribunal, avec l’écran de visioconférence à la gauche des juges.

Figure 1.a – La salle de tribunal, avec l’écran de visioconférence à la gauche des juges.

Figure 1.b – Une image typique produite durant l’audience. L’écran est séparé en deux avec à gauche le détenu qui comparaît depuis la prison, et à droite l’image qu’il reçoit et voit de la salle d’audience.

Figure 1.b – Une image typique produite durant l’audience. L’écran est séparé en deux avec à gauche le détenu qui comparaît depuis la prison, et à droite l’image qu’il reçoit et voit de la salle d’audience.

12D’autres évolutions plus tacites peuvent favoriser également la visioconférence, comme la transformation de la « parole judiciaire » et des pratiques linguistiques à l’audience. Jean Danet note le souci de faciliter la parole de chacun, du déploiement d’une parole plus personnelle et intime, selon un registre qui se détache un peu du strict contradictoire, en particulier dans les affaires à caractère familial ou sexuel. Mais le déploiement de ce registre de parole peut mal, ou même pas du tout résister à l’épreuve de l’audience, et sa publicité. Ceci permet dans certain cas à des personnes fragiles, comme les mineurs, d’intervenir à l’instruction à partir d’enregistrements vidéo de leurs dépositions afin d’éviter des confrontations douloureuses, ou encore à certaines victimes de sévices sexuels, d’éviter le regard de leurs tourmenteurs et la pression du public en témoignant à distance en cour d’assises. L’ouverture vers d’autres formes de comparution s’accompagne de déplacements au niveau des pratiques langagières et des idéologies linguistiques, créant de nouvelles formes de différenciation sociales autour des droits et des obligations à faire entendre sa voix « corps présent » ou « corps distant ».

13Dans certains cas de formes de comparution relativement récentes, comme les Commissions Pluridisciplinaires des Mesures de Sûreté qui sont censées donner un avis sur la dangerosité des détenus en fin de (longue) peine, la question se pose en des termes plus radicaux. En effet, les fonds manquent pour extraire les prisonniers pour ce genre d’audition, et, selon les juridictions, ces commissions traitent les affaires sur dossiers, ou bien elles font systématiquement « comparaître » les détenus par visioconférence. Pour ces commissions récemment créées, le recours à la visioconférence ne met pas en jeu une comparaison avec des situations de comparution « corps présent ». L’usage de la visioconférence s’oppose plutôt au simple traitement par dossier in absentia, dans lequel les détenus ne sont présents qu’à travers le discours rapporté consigné dans des écrits, c'est-à-dire sur le mode de la présence intertextuelle. Même s’il semble que de plus en plus de ces commissions recourent à la visioconférence, le fait d’avoir au moins un temps traité les affaires sur dossier témoigne aussi d’un affaiblissement relatif de l’exigence d’une forme de présence incorporée.

14Cet affaiblissement de la norme de la comparution « corps présent » est assez significatif pour que certaines épreuves mettent en jeu la possibilité d’un renversement radical dans lequel la comparution « corps présent » ne soit plus exigée ou attendue. Il n’est toutefois pas encore assez net, tout au moins jusqu’à maintenant, pour que l’issue de l’épreuve confirme ce renversement des normes de la présence. C’est par exemple ce qui s’est passé lors du passage à l’Assemblée du paquet de lois dit LOPPSI 2 en 2010, où l’un des textes concernait la visioconférence et prévoyait que dans certains cas le recours à celle-ci puisse devenir la règle et non pas l’exception. Envisager une telle possibilité manifeste à quel point la force normative de la comparution « corps présent » s’est affaiblie. Pas complètement toutefois, car ce point précis fut vivement débattu au parlement et le texte finalement amendé. Le recours à la visioconférence reste donc en définitive l’exception, du moins pour l’instant, mais tout ou presque peut faire exception.

15Le cas du développement de la visio-conférence en France n’est qu’un exemple parmi d’autres de formats de comparution apparus récemment et qui n’impliquent plus la co-présence, comme par exemple la possibilité de témoigner anonymement en France (témoignage sous X), où la tentative de faire admettre en Angleterre de déclarations lues à l'audience en l'absence de leurs auteurs ('hearsay'). Mais dans ces autres cas, il y a eu des controverses, et ces formats ont été critiqués d’un point de vue privilégiant normativement la co-présence. À l’intérieur d’un mouvement général qui vise à autoriser des formes variées de comparution à distance, le cas du développement de la visio-conférence en France laisse entrevoir, dans un domaine où l’idéal de la co-présence est particulièrement vif et explicite, la possibilité d’un renversement plus radical encore dans lequel la forme de présence que concrétise la performance située de « corps présents » ne constitue plus la règle mais l’exception.

Agir dans un monde très connecté

16La question de l’« agir » dans un monde très connecté renvoie à la question de la pluralité des orientations et des engagements dans les situations concrètes. La microsociologie d’inspiration interactionniste a montré que cette pluralité était intrinsèque à l’action. Erving Goffman a joué là un rôle déterminant. Il a montré que l’engagement focalisé constitue un accomplissement fragile qui menace sans cesse de se déliter, soit du côté du désengagement soit au contraire de l’excès d’engagement (dans lequel l’engagement lui-même devient un objet d’attention, ce qui a un effet défocalisateur). Il a de plus fait voir qu’il s’agit là d’un accomplissement qui pour être réalisé de manière satisfaisante supposait déjà de gérer une multiplicité de canaux attentionnels différents. Le paradoxe est donc que l’engagement focalisé n’est qu’en apparence la concentration de l’attention sur un objet unique, et implique en réalité une pluralité attentionnelle qui en est constitutive (Goffman, 1974). L’ethnométhodologie et l’analyse de l’action située radicalisent d’une certaine manière l’intuition de Goffman. Elles montrent comment, au niveau de l’organisation de l’action, les participants, pour produire des actions mutuellement intelligibles, prennent en considération de multiples éléments constitués comme pertinents dans la situation et tissent ensemble les ressources sémiotiques que ceux-ci offrent (Goodwin, 2000 ; Mondada, 2010) : multimodalité et pluralité sont donc au fondement de l’interaction en présence, et ce de la manière la plus générale qui soit. L’engagement focalisé apparaît comme un accomplissement habile, et l’attention analytique se porte vers les compétences nécessaires pour produire cette apparence d’unité au sein d’une pluralité contingente et située.

17En parallèle à ces travaux qui traitent la pluralité attentionnelle comme endogène et intrinsèque à toute action humaine, un certain nombre d’auteurs ont adoptés un point de vue plus normatif et historique. Ils ont analysé la pluralité des personnes et des engagements comme une caractéristique distinctive du monde contemporain. La multi-appartenance et l’ambivalence des individus sont interprétée comme une caractéristique saillante de la vie sociale (Bauman, 1993). L’individu est représenté comme pluriel, entretenant une multiplicité de liens et d’activités, qui génèrent une multiplicité de catégories d’appartenance. L’individu contemporain est parfois décrit comme un micro-entrepreneur, le porteur et le gestionnaire d’un portefeuille de projets, comme dans le Nouvel Esprit du Capitalisme (Boltanski et Chiapello, 1999). Il apparaît « également parfois sous la forme d’un réseau hétérogène de liens et d’attachements avec des personnes et des choses, une monade qui se confond avec ce réseau, c’est-à-dire un « acteur réseau » (Latour et al., in press). À la différence des travaux initiaux en sociologie des sciences et des techniques ou l’acteur réseau constituait un outil analytique, il est invoqué cette fois de manière performative, décrivant et constituant simultanément les personnes comme des « acteurs réseaux » incarnés.

18Comment rendre compte de cette importance conférée depuis une trentaine d’années aux représentations de l’homme, de l’activité et de la présence comme pluriels ? Si la question de la pluralité des attachements et des engagements ne se réduit pas au développement des technologies d’information et de communication, il reste vrai que dans l’ordre des situations, elle a été fréquemment associée aux problèmes que pose l’action dans des univers très connectés, des écologies saturées par les ressources communicationnelles. Multi-appartenance et multi-connexion entretiennent d’ailleurs un rapport de réflexivité mutuelle. D’un côté, les technologies d’information et de communication (TIC) permettent d’entretenir des liens de nature différente selon un grand nombre de modalités interactionnelles, de manière de plus en plus indépendante des contraintes de temps et d’espace, mais sous réserve de la disponibilité des participants. De l’autre, en même temps que l’usage des TIC rend plus visible la pluralité des attachements et la multiplicité des contacts, du fait de la traçabilité inhérente aux opérations effectuées sur les réseaux numériques, il offre aussi donc des nouvelles ressources d’archivage et de totalisation aux sciences sociales (c’est là une contribution centrale des « digital humanities »). Ce sont précisément ces outils qui permettent de configurer les personnes comme des acteurs-réseaux, et de rendre ceux-ci comparables et calculables (Latour et al, in press). Ils sont à la base d’une sorte de « performation » du social (Callon, 2007), qui apparaît comme peuplé d’une myriade d’acteurs réseaux, à la fois individuels et pluriels.

19Dans un tel monde, les situations semblent revêtir une importance particulière pour l’analyse sociologique. Plus l’homme est saisi comme pluriel, plus la logique des situations prend de l’importance dans la description des ressorts de son action (Lahire, 1998). À ce niveau, la prolifération des dispositifs de communication confronte l’homme pluriel qui habite un monde très connecté et comme saturé de sollicitations réelles ou potentielles, à une rupture de rythme dans laquelle ses multiples engagements peuvent fréquemment devenir pertinents quasi-simultanément. L’homme pluriel et connecté doit gérer l’incertitude et l’inquiétude qui en résulte. Dans la perspective normative qui privilégie la co-présence et l’engagement focalisée, il court sans cesse le risque de la dispersion attentionnelle et de la multi-activité (Datchary, 2011). Il devient donc difficile pour cet homme pluriel et connecté d’être pleinement « présent », au sens d’un engagement focalisé et continu dans une activité donnée, parce qu’il s’attend à être sans cesse interrompu (et l’est effectivement souvent), et parce qu’il est potentiellement préoccupé par d’autres choses que ce qu’il paraît faire à un moment donné, c’est-à-dire l’ensemble des cours d’action « interrompus » ou suspendus pour traiter de nouvelles urgences (Datchary et Licoppe, 2007 ; Licoppe, 2008). Il court sans cesse le risque de ne plus pouvoir être complètement « présent » ici et là maintenant, ni pleinement engagé dans un cours d’action donné.

20Tant que nous le considérons depuis cette perspective normative, tous les écarts sont appréhendés à travers les figures du manque, de l’aliénation et de la souffrance. C’est le sens que nous donnons à l’usage des technologies de communication, hier la lettre ou le téléphone, aujourd'hui les réseaux numériques, lorsque nous le considérons à l’aune de la dichotomie présence/absence. D’un côté, dans l’ordre temporel des biographies relationnelles, le recours aux moyens de télécommunication est souvent traité comme une ressource compensatoire, un ensemble de pratiques qui viennent tenter de combler sans jamais y réussir le vide que crée l’absence de l’autre. Écrire une lettre ou téléphoner est vu comme un pis-aller par rapport à une « vraie » rencontre. Ou encore c’est lorsqu’il devient plus coûteux de se déplacer par exemple, parce que le prix du baril de pétrole flambe, ou qu’un volcan islandais immobilise les avions que la presse professionnelle commence à vanter les mérites des réunions par visio-conférence. Cet ordre normatif de la présence, enfoui mais toujours disponible, nous rend par ailleurs difficile d'accepter que des liens sociaux « forts » puissent se développer à distance, en l'absence de “rencontres”.

21Dans l’ordre immédiat des situations, les personnes qui communiquent à distance doivent sans cesse gérer engagement proximal et engagement distant, articuler le fait d’être ici, maintenant, avec celui d’être aussi en même temps « là-bas ». La connexion à nos dispositifs semble nous déconnecter simultanément de quelque chose et de quelque part. Les technologies de communication nous déracinent en même temps qu’elles nous enracinent, comme semble le déplorer Sherry Turkle (Turkle, 2011), C’est aussi ce que connotent le concept d’interruption ou des notions comme celle de « surcharge cognitive » en psychologie (Lahlou, 2001), de « dispersion » en sociologie (Datchary, 2011), ou bien encore une partie des réflexions sur le « stress au travail » en sciences de gestion. Appréhendés à partir d’une perspective idéalisante et normalisante qui en privilégie l’unité et la plénitude, la présence et l’engagement paraissent inéluctablement menacés de fragmentation de par le développement des technologies d’information et de communication. Les solutions proposées restent d’ailleurs le plus souvent marquées par cette même idéologie. Préserver des plages de temps protégées pour se focaliser sur une tâche dans le domaine professionnel, ou des engagements relationnels dans le domaine domestique selon le concept du « quality time » (Hochschild, 1997), ou proposer des moments de tranquillité numérique comme pour les avocats d’une journée hebdomadaire de déconnexion, un « digital Sabbath » (Powers, 2011) ne fait sens que dans cette perspective normative.

22Valoriser véritablement un homme pluriel, et une « société en réseaux », ce que semblent revendiquer aujourd’hui les sociologies de la pluralité et les « digital humanities » requiert donc un déplacement normatif radical, qui permette de se mettre en position de conceptualiser un acteur dont la présence et l’engagement s’écartent de l’idéal de la plénitude que nous avons hérité de la Modernité, sans que cela soit immédiatement interprété comme une forme d’aliénation. Les environnements très connectés sont particulièrement intéressants à cet égard parce qu’ils constituent une sorte de laboratoire avancé, un creuset potentiel pour l’émergence d’idéologies positives de la pluralité. Peut-on y repérer des modèles alternatifs, qui ne présupposent pas la co-présence physique et l’engagement focalisé comme idéal type ? On peut en donner deux exemples, l’un qui concerne l’engagement dans les situations et les activités, et l’autre la gestion des relations au sein de réseaux sociaux connectés.

23Dans les années 90, les recherches sur le travail dans des métiers à forte utilisation de l’informatique se sont préoccupées du caractère fragmenté des activités professionnelles, perçues comme ponctuées d’interruptions fréquentes et de rencontres très courtes et souvent imprévues (Whittaker et al., 1994 ; O’Connail et Frohlich, 1995). Un effet collatéral de ces recherches a été de montrer que, pour certaines personnes, les interruptions pouvaient jouer un rôle positif. Au nom d’un souci de réactivité, certains cadres laissent délibérément leur activité être « pilotée » par les interruptions (et donc par leur environnement) plutôt que contrôlée a priori par des agendas rigides (Hudson et al., 2002). Ces acteurs renversent donc la perspective traditionnelle : ils valorisent les interruptions et la dispersion de l’attention. Ceci les conduit à traiter les sollicitations non pas comme des interruptions mais comme des notifications (Licoppe, 2010), c’est-à-dire comme des sources d’information pertinentes, et qui leur permettent de rester dans le coup, de « surfer » sur un flux d’activités polymorphes et toujours en évolution.

24Au même moment, on commence à s’intéresser au fait que les jeunes générations utilisatrices de l’informatique ouvrent de multiples fenêtres (par exemple dans les chats) et semblent partager leur attention entre de multiples activités, non sans une certaine virtuosité. Certains analystes tentent de rendre compte de ces comportements multi-tâches (« multitasking ») comme spécifiques aux nouvelles écologies informationnelles et donc à la période contemporaine (ce qui est sans doute contestable d’un point de vue historique), et surtout en gardant un point de vue neutre ou positif (qui exclut de considérer cela simplement comme un déficit de l’attention, l’engagement et la présence). Ils postulent qu’il pourrait y avoir deux styles cognitifs très différents, l’un basé sur « l’attention profonde » et l’autre sur « l’hyper-attention », chacun avec leurs avantages et leurs inconvénients (Hayles, 2007). L’attention profonde apparaît comme une ressource puissante pour résoudre des problèmes complexes représentés dans un médium unique, mais au détriment de la vigilance vis-à-vis de l'environnement et de la flexibilité des réactions, tandis que l'hyper attention semble exceller à négocier des environnements rapidement changeants dans lesquels de multiples foyers sont en compétition pour l'attention, au risque de l'impatience et l’incapacité à se focaliser sur de longues périodes sur un problème complexe. Le déplacement est donc profond et radical : il remet en cause l’hégémonie normative qui faisait de la présence incorporée et l’engagement focalisé un étalon universel de l’action humaine. Ce basculement implique également des sujets qu’ils renoncent à au calcul rationnel et à la planification a priori (un autre pilier de la Modernité), pour s’ouvrir à l’environnement et ses changements, et accepter de se laisser guider par les transformations conjoncturelles incessantes des situations dans lesquelles ils sont plongés.

Figure 2 – Photographie illustrant un article de presse quotidienne du 16/02/2012 intitulé “Scientists prove that women are better at multitasking than men

Figure 2 – Photographie illustrant un article de presse quotidienne du 16/02/2012 intitulé “Scientists prove that women are better at multitasking than men“

Source de la photographie : http://www.telegraph.co.uk/​science/​science-news/​7896385/​Scientists-prove-that-women-are-better-at-multitasking-than-men.html)

25Les idéologies de la présence mettent en jeu, et performent des inégalités sociales avec lesquelles elles entretiennent un lien constitutif. La mise en avant de la multi-activité ou de la « présence connectée » indexe par exemple un renversement des inégalités de genre. La valorisation de la multi-activité a occasionné des prises de position, dans les conversations ordinaires comme dans les journaux, attribuant aux femmes de plus grandes capacités à la multi-activité que les hommes, du fait de leur habitude et compétence à traiter de multiples cours d’action dans le contexte domestique. Cette affirmation profane et journalistique s’est traduite par une controverse scientifique, dans le champ de la psychologie en particulier. Par contraste les hommes seraient moins aptes à la multi-activité, à l’inverse du modèle de l’action focalisée, de la réalisation d’opérations complexes et du calcul (qui seraient plus dans le domaine de compétence des hommes).

26En ce qui concerne l’entretien des relations et des liens j’ai pu montrer que dans un monde très connecté émergeait une forme de présence extérieure à la à dichotomie présence/absence, la « présence connectée » (Licoppe 2004 ; 2005). À l’idée de la co-présence comme étalon des rencontres sociales et comme brique fondamentale de la constitution des attachements relationnels, la « présence connectée » oppose un lien construit à travers un tissu incessants de contacts accomplis au moyen de multiples modalités de communication (où la rencontre en co-présence peut co-exister sur le même pied avec la lettre, le coup de téléphone, le sms, le courriel, etc.). Ce qui donne ici consistance à la présence, ce n’est pas la co-présence des corps et la concentration (hypothétique) de l’attention, c’est la fréquence des contacts et la continuité temporelle qu’ils instaurent. Dans cette perspective, la présence ne s’oppose plus à l’absence, mais au silence. Cela introduit un renversement normatif, dans lequel il n’y a pas à considérer a priori qu’un échange de SMS a plus de valeur qu’un déjeuner pris ensemble, et dans lequel il devient également possible de penser que puissent exister des relations fortes indépendamment de toute rencontre physique.

  • 1 L’article sur langage SMS dans Wikipedia fait ainsi état de controverses sur le bien fondé des prat (...)

27Pour assurer la continuité des contacts et sécuriser les protagonistes de l’inquiétude que peut causer le silence, l’entretien du lien selon le modèle de la « présence connectée » s’appuie beaucoup sur des échanges brefs, des petits messages (d’où par exemple le succès des SMS). L’exigence de brièveté fait de l’indexicalité du langage une ressource. De nombreux échanges sont produits de manière à être intelligibles seulement aux participants en ce qu’ils renvoient sans cesse à des éléments du contexte relationnel et situationnel pour être compris. La « présence connectée » met donc en valeur l’indexicalité. Or l’indexicalité du langage est dévalorisée dans les conceptions modernistes du langage. L’idéologie moderniste a privilégié dès son origine, comme le montre l’œuvre de Locke, la construction d’un langage référentiel et décontextualisé dont les signes ont prétention à une valeur universelle (Briggs et Bauman, 2003). C’est ce point de vue moderniste que reflète en partie l’inquiétude linguistique dont témoignent aujourd’hui nombre d’interrogations sur les modalités langagières qui caractérisent les nouveaux modes de communication1.

28Le développement des sites de réseaux sociaux semble renforcer ces tendances tant dans l’ordre des situations qu’en ce qui concerne la gestion des liens. D’un côté ces dispositifs, de plus en plus utilisés sur des terminaux mobiles et des situations variées fonctionnent comme des sources de notifications, dont le bruissement quasi-continu engage sans cesse la vigilance et l’utilisation des utilisateurs. De l’autre ils mettent en valeur une sociabilité intermédiaire (ni trop proche, ni trop loin), diffuse, et qui exploite la « force des liens faibles » (Cardon, 2011), c’est-à-dire également des relations où les rencontres en co-présence peuvent être rares, et pour lesquelles ce qui est essentiel, c’est d’aviver le lien fréquemment au moyen d’échanges électroniques. En poussant la métaphore à l’extrême, la vie sociale d’un utilisateur intensif de ces outils, le smartphone toujours à portée de main, semble se jouer tout autant dans les paroles et les actes qu’il peut accomplir ici et maintenant que dans le bourdonnement du réseau distant dont il est l’épicentre et auquel il contribue lui aussi.

Conclusion

29Il semble bien que la période contemporaine soit marquée par une remise en cause de l’idéal normatif de la co-présence et de l’engagement focalisé comme fondement de l’action en commun. C’est ce vers quoi pointe la possibilité d’envisager la comparution corps présent en justice comme l’exception plus que la règle, ou les représentations d’une vie sociale construite comme une navigation habile au sein d’une mer de sollicitations émanant de personnes distantes, comme dans les écologies très connectées. Cette remise en question ne signifie pas pour autant un abandon de l’orientation normative traditionnelle, mais plutôt une contestation de celle-ci à partir de perspectives déontiques différentes. La question des formes de la présence devient un enjeu collectif. Les occasions où elle est mise à l’épreuve se multiplient, et montent souvent et facilement en généralité pour faire l’objet de débat publics dans des arènes très différentes, qu’il s’agisse d’un débat parlementaire pour savoir si un texte de loi peut contenir l’affirmation que l’usage de la visio-conférence constitue la règle en matière de comparution judiciaire, ou d’une controverse dans le champ de la psychologie pour déterminer si les compétences à la multi-activité des femmes sont plus grande que celles des hommes.

30J’ai essayé de montrer également un lien possible entre cet idéal normatif et la Modernité. Le sujet typiquement moderne, est au xviie siècle un gentilhomme (les seuls qui puissent être véritablement désintéressés), parlant un langage symbolique décontextualisé (permettant d’éviter les polémiques liées aux manières de s’exprimer indexicalement enracinées dans des intérêts économiques et religieux), pleinement engagé dans le spectacle expérimental (pour pouvoir témoigner des faits incontestables proposés par la nouvelle philosophie naturelle), et dialoguant avec ces pairs pour construire, par ce débat « public », un ordre social consensuel dégagé du spectre des disputes factieuses et de la guerre civile. Peut-on remplacer cet « honnête homme » du xviie siècle par un « homme des réseaux », pas tout à fait là, pas tout à fait dans la situation, parfois même apparaissant à travers un écran, en partie attentif aux sollicitations d’un réseau social diffus dans lequel il est profondément enraciné sur la base d’affinités spécifiques et variées, et avec lequel il communique au moyen d’un langage profondément indexical ? Cet essai suggère qu’une telle substitution ne peut pas se faire dans la simple continuité, et qu’une pure « société des réseaux » sera en tension avec le caractère égalitaire, consensuel et cosmopolite de l’ordre social moderne dans lequel nous sommes immergés depuis plusieurs siècles.

31Une telle opposition constitue toutefois une idéalisation, un exercice de pensée. Les questions ne se posent pas en termes d’une opposition binaire et frontale entre deux idéaux-types purifiés, mais plutôt de manière capillaire, dans le cours de multiples situations hybrides où différent registres de présence peuvent être mis en jeu ou disponibles, et qui sont susceptibles de se transformer en épreuves. Même dans l’audience judiciaire traditionnelle, le mode d’existence qui caractérise la comparution « corps présent » coexiste avec une autre modalité de présence, que j’ai qualifiée d’intertextuelle, en référence à ses appuis scripturaux. Un programme empirique se dessine alors, qui consiste à analyser les détails de la production de ces situations hybrides, la manière dont les participants s’orientent vers différents ordres normatifs concernant la présence, l’engagement et l’interaction dans le cours de l’accomplissement de leurs rencontres, et les actions méta-pragmatiques à travers lesquelles ils transforment parfois ces situations en épreuves à la portée plus générale, indexant différents types de rôles et d’inégalités.

Haut de page

Bibliographie

BAUMAN R., & BRIGGS C. Voices of Modernity. Language Ideologies and the Politics of Inequality. Cambridge: Cambridge University Press.

BAUMAN Z. (1993) Modernity and Ambivalence. Cambridge: Polity Press.

BOLTANSKI L., et CHIAPELLO E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

CALLON M. (2007). “What does it mean to say that economics is performative?” Do Economics Make Markets? On The Performativity of Economics. MACKENZIE D., MUNIESA F. & SIU L. Princeton, Princeton University Press: pp. 311-357.

CARDON D. (2011). Internet et les réseaux sociaux. Paris : La Documentation Française.

CRARY J. (1999). Suspensions of Perception. Attention, Spectacle and Modern Culture. Cambridge, M.I.T. Press.

DATCHARY C. (2011). La dispersion au travail. Toulouse : Octares.

DATCHARY C. et LICOPPE C. (2007). « La multi-activité et ses appuis. L'exemple de la présence "obstinée" des messages dans l'environnement de travail. » @ctivités 4 (1) : pp. 1-29.

DUMOULIN L. et LICOPPE C., Justice et visioconference : les audiences a distance. Genese et institutionnalisation d’une innovation, Contrat GIP Mission de recherche droit et Justice (ISP/Telecom Paris-Tech), Rapport final janvier 2009.

GOFFMAN E. (1974). Frame Analysis. An essay on the Organization of Experience. New York, Harper and Row.

GOODWIN C. (2000). “Action and embodiment within situated human interaction.” Journal of Pragmatics 32: pp. 1489-1522.

HOCHSCHILD A.(1997). The Time Bind : When Work Becomes Home and Home Becomes Work. New York : Henry Holt & Co.

HUDSON J., CHRISTENSEN J., KELLOGG W. et ERICKSON T. (2002). “I'd be overwhelmed, but it's just one more thing to do”: Availability and interruption in research management. Proceedings of ACM CHI 2002 Conference on Human Factors in Computing Systems.

JAMES W. (1950 [1890]). The Principles of Psychology. New York, Dover.

LAHIRE B. (1998). L'homme pluriel. Les ressorts de l'action. Paris, Nathan.

LAHLOU S. (2000). « Attracteurs cognitifs et travail de bureau. » Intellectica 30 : pp. 75-113.

LATOUR B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique. Paris : La Découverte.

LATOUR B., JENSEN P., VENTURINI T., GRAUWIN S. & BOULLIER D. (2012). “The Whole is Always Smaller Than its Parts. A Digital Test of Gabriel Tarde’s Monads.” British Journal of Sociology.

LICOPPE C. (2004). “Connected presence: the emergence of a new repertoire for managing social relationships in a changing communication technoscape.” Environment and PLanning D: Society and Space 22: pp. 135-156.

LICOPPE, C. & SMOREDA Z. (2005). “Are social networks technologically embedded? How networks are changing today with communication technologies.” Social Networks 27(4): pp. 317-335.

LICOPPE C. (2008). « Logiques d’innovation, multiactivité et zapping au travail », Hermès 50, pp. 171-178.

LICOPPE C. (2008). « Communication et multi-activité au travail. Une approche écologique des dispositifs de communication et de leurs usages. » Hermès.

MONDADA L. (2010). “Talking and driving: multi-activity in the car.” Semiotica.

O'CONNAILL B. & FROHLICH D. (1995). Timespace in the Worspace. Dealing with Interruptions. Proceedings of Human factors in Computing (CHI'95), Pittsburgh, PA., ACM Press.

PIETTE A. (2009). L'acte d'exister. Paris, Socrate Editions Promarex

POWERS E. (2011). Hamlet’s Blackberry. Building a Good Life in the Digital Age. London : Harper Perennial.

SIMMEL G. (1989). La Ville. Philosophie de la modernité. Paris: Payot..

TURKLE S. (2011). Alone Together. Why We Expect More From Technology and Less From each Other. Basic Books.

VOLOSINOV V. N. (1986). Marxism and the Philosophy of Language. Cambridge: Harvard University Press.

WHITTAKER S., FROHLICH D., & DALY-JONES O. (1994). “Informal workplace communication: What is it like and how might we support it?” Proceedings of CHI'94, New York: ACM Press.

Haut de page

Notes

1 L’article sur langage SMS dans Wikipedia fait ainsi état de controverses sur le bien fondé des pratiques d’écriture sur ce médium. Parmi les arguments à charge, on notera, « l’effondrement » de la grammaire et l’orthographe (c’est-à-dire un écart à l’usage conventionnel des signes), la « fainéantise de l’auteur car il ne prend pas la peine d’écrire clairement » (la clarté étant un objectif fondamental du langage Moderne), et le fait qu’il « limite la compréhension aux seuls initiés » (indexicalité). Parmi les éléments à l’appui du langage SMS, on retrouve, le fait de limiter la compréhension aux seuls initiés, et de créer du lien et de la communauté. Le statut de l’indexicalité est donc au cœur de la tension entre différentes façon de construire le lien et différentes normes de la présence. Lorsqu’elle est valorisée, elle devient, comme dans le modèle de la présence connectée, une ressource pour faire du lien. Là où dans la Modernité l’indexicalité et les attachements locaux dont elle témoignait divisait socialement et politiquement, elle joue un rôle inverse dans le monde de la présence connectée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.a – La salle de tribunal, avec l’écran de visioconférence à la gauche des juges.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/142/img-1.png
Fichier image/png, 195k
Titre Figure 1.b – Une image typique produite durant l’audience. L’écran est séparé en deux avec à gauche le détenu qui comparaît depuis la prison, et à droite l’image qu’il reçoit et voit de la salle d’audience.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/142/img-2.png
Fichier image/png, 415k
Titre Figure 2 – Photographie illustrant un article de presse quotidienne du 16/02/2012 intitulé “Scientists prove that women are better at multitasking than men
Crédits Source de la photographie : http://www.telegraph.co.uk/​science/​science-news/​7896385/​Scientists-prove-that-women-are-better-at-multitasking-than-men.html)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Licoppe, « Les formes de la présence », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/142 ; DOI : 10.4000/rfsic.142

Haut de page

Auteur

Christian Licoppe

Christian Licoppe, X (76), ENST (81), formé en histoire et en sociologie des sciences et des techniques, est professeur en sociologie à Telecom Paristech. Il a mené depuis plusieurs années des recherches sur les pratiques de communication et de mobilité en particulier autour des formes de localisation. Il a aussi développé une approche ethnographique de type « workplace studies », basée en particulier sur l’analyse des données vidéo, à l’intersection de la sociologie du travail et de l’anthropologie de l’activité, et avec une sensibilité vers les pratiques interactionnelles et les médiations technologiques à travers lesquelles elles se déploient. Il a étudié dans ce cadre les centres d’appel, ainsi que les pratiques interactionnelles au tribunal.
Mail : christian.licoppe@telecom-paristech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page