Navigation – Plan du site

À propos…

Daniel Raichvarg, Gino Gramaccia et Christian Le Moënne

Texte intégral

1En tant que société scientifique, la Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication n'a pas vocation à prendre des positions immédiates, dans l'urgence, face à des événements de quelque ordre qu’ils soient. Une grande méfiance doit même être cultivée vis-à-vis de la précipitation à porter des jugements ou proposer des « analyses » dont nous savons trop qu'elles sont partielles, inspirées souvent par la passion plutôt que par la raison et l'analyse critique.

2Pour autant, nous avons été atterrés et indignés par les assassinats de femmes et d’hommes, journalistes, policiers, simples citoyens, au seul motif de leurs opinions, de leurs croyances ou de leur fonction. Cette indignation a été affirmée et revendiquée par notre société savante : nous "étions Charlie" car notre mission d'enseignants-chercheurs (formateurs de journalistes mais également d’autres professionnels de la médiation), de chercheurs, de professionnels de la communication et des médias, ne doit pas être mise à part de notre citoyenneté.

3Les travaux en Sciences de l’Information et de la Communication ont attiré l'attention sur les recompositions des frontières entre sphères privées, publique, professionnelle dans les sociétés ouvertes… Mais jusqu'à quel point ces catégories peuvent-elles être considérées comme « universalisables », adaptées à éclairer les situations dans les sociétés qui tendent à se clore ?… Les travaux en SIC ont aussi porté sur l’empreinte du numérique et notamment le développement de nouveaux médias rendus possibles à partir d’Internet et chacun sait bien maintenant qu’un dispositif ayant été conçu pour échapper à toute tentative de contrôle peut être contrôlé, manipulé, anticipé. Les recherches en Sciences de l’Information et de la Communication ont analysé de longue date les effets des confusions sémantiques qui contribuent à radicaliser le débat public et à stigmatiser de façon insidieuse divers groupes de citoyens en alimentant les divisions et les incompréhensions. Elles ont décrypté les stratégies de communication des appareils religieux comme les processus de sacralisation et de stimulation des croyances et des imaginaires et, aussi, ceux d'engagement dans des dynamiques néfastes. Elles ont analysé les communications en contexte de crise extrême comme celle vécue en ce mois de janvier D’autres thématiques méritent notre regard SIC. Qu’en est-il de l’action des médias dans une situation où des centaines de millions de caméras connectées alimentent en flux tendu les rédactions et les chaînes télévisuelles et incitent les journalistes à l'immédiateté de la diffusion sans contrôle, déconsidérant, parfois, les normes professionnelles et éthiques de leur propre métier ? Qu’en est-il de l’analyse des transformations des modes de communication médiatiques et interpersonnels au moment où les médias numériques ont atteint un large développement et ont modifié toutes les conditions des débats publics ? Qu’en est-il de l’analyse des cultures dans leurs diversités et leurs territoires, alors que des images montrent, en temps réel, les incendies et les violences répondant (ou censées répondre) à des productions médiatiques émanant de pays dominants ? Qu’en est-il de l’analyse des vidéos d’amateurs anonymes et de leur circulation en temps non moins réel ?

4En tant que société scientifique, la SFSIC, à travers ses publications, colloques, congrès, journées d’études, participe au développement et à la publicisation des recherches qui sont menées sur les phénomènes d'information et de communication et peuvent contribuer à clarifier beaucoup de questions soulevées par ces événements dramatiques. Notre éditorial est suivi de premiers regards portés par des administrateurs qui enrichiront la diversité des lectures que peut faire notre discipline. La SFSIC proposera un numéro de la Revue et fera alors un appel à contributions. Elle ouvrira, lors des Doctorales (Lille, 21 au 22 mai 2015), un mur d’affichage où chacun pourra exprimer ses analyses et alimenter par des références à ses travaux ou à d’autres, le débat des citoyens-chercheurs et des chercheurs-citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Raichvarg, Gino Gramaccia et Christian Le Moënne, « À propos… », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 08 février 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1439

Haut de page

Auteurs

Daniel Raichvarg

Président de la SFSIC

Articles du même auteur

  • Editorial [Texte intégral]
    Paru dans Revue française des sciences de l’information et de la communication, 11 | 2017
  • Éditorial [Texte intégral]
    Paru dans Revue française des sciences de l’information et de la communication, 10 | 2017
  • À propos… [Texte intégral]
    Paru dans Revue française des sciences de l’information et de la communication, 5 | 2014

Gino Gramaccia

Président d’honneur

Articles du même auteur

Christian Le Moënne

Président d’honneur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page