Navigation – Plan du site
Dossier
3- Usages professionnels de l'information numérique : vers un changement de paradigme ?

Le journalisme à l’épreuve des dispositifs socionumériques d’information et de communication

Nicolas Pélissier et Mamadou Diouma Diallo

Résumés

Les dynamiques d’innovation éditoriales et technologiques des entreprises de presse en ligne sont confrontées à des environnements complexes dans les processus de production et de diffusion de l’information sur Internet. Dans un contexte toujours marqué par un fort ancrage de l’imaginaire social du métier de journaliste, mais également de discours soutenus par l’affirmation des dispositifs techniques d’information et de communication, les pratiques journalistiques sont questionnées à partir du paradigme sociotechnique. L’article fait le bilan de deux décennies de recherche sur l’impact de l’internet, et plus singulièrement du web 2.0, dans les champs du journalisme. Il met en évidence les déterminants socioéconomiques et organisationnels qui agissent dans les représentations du journalisme à l’ère des médias sociaux, sans toutefois perdre de vue les pratiques singulières et diverses dans l’usage, par les journalistes, des dispositifs socionumériques qui redessinent sans cesse les frontières de la profession.

Haut de page

Texte intégral

1Le journalisme, dans son cheminement historique, s'est souvent révélé comme une activité sociale et professionnelle très complexe à définir et circonscrire. Or, l'affirmation et la reconnaissance d'une profession passe d'abord par sa capacité à se constituer un territoire spécifique, tout en veillant à ce que celui-ci ne demeure pas clos sur lui-même.

2A l’heure du numérique, l’activité journalistique épouse des contours fuyants et multidimensionnels. Ces changements relèvent à la fois de facteurs d'ordre structurel mais aussi conjoncturel qui bousculent les repères des acteurs concernés. Les représentations professionnelles sont confrontées à des logiques politiques, économiques et technologiques qui les resituent dans une configuration systémique où les enjeux du métier ne peuvent plus être appréhendés à partir d’une seule posture épistémologique.

3Le caractère instable de la strate numérique et la difficulté d’appréhender la panoplie des pratiques au sein d’organisations médiatiques, plurielles dans leur approche de l’information et singulières dans leurs spécificités, sont autant d’éléments qui concourent à complexifier l’étude des transformations induites par les NTIC.

4Ces précautions énoncées, celle-ci a suscité de nombreux travaux depuis une vingtaine d’années, en premier lieu dans la sphère académique anglosaxonne, mais aussi au sein de la communauté francophone des SIC, qui a fait des recherches sur le journalisme à l’ère numérique un objet prisé par ses chercheurs.

5L’objectif de cet article n’est pas de proposer une synthèse exhaustive de ces travaux, telle qu’elle a tout récemment été publiée par l’Observatoire du Webjournalisme de l’Université de Lorraine (voir Mercier et Pignard-Cheynel, 2014). Il s’agit plutôt de mettre en évidence leurs principaux résultats, au travers de quelques tendances perçues comme significatives et donc porteuses de sens pour en tirer des enseignements. Il s’agit aussi d’insister davantage sur la question plus précise des usages des dispositifs socionumériques par les journalistes ou assimilés, en montrant la complexité de ces usages.

6Etudier cette question, c’est s’inscrire dans une démarche heuristique qui favorise la mise en évidence des permanences et résurgences qui traversent le champ journalistique afin de ne pas tomber dans les simplifications qui n’appréhendent les usages qu’à partir du prisme réducteur des outils, qui à leur tour renvoient à des scenarii du futur (De Rosnay, 2008).

7Nous proposons ici une réflexion en trois temps : après avoir dressé un rapide bilan de vingt années d’incidences de l’Internet sur l’activité journalistique, nous évoquerons l’importance des enjeux socioéconomiques du secteur et des résistances identitaires de la profession, dans un contexte toujours marqué par les discours déterministes. Puis nous mettrons en évidence, à partir de nos propres travaux, la diversité et la plasticité des usages par les journalistes des informations numériques, qui révèle la pertinence d’un paradigme sociotechnique que la recherche en SIC gagnerait à davantage privilégier.

Vingt ans de recherches sur l’incidence du numérique sur le journalisme : un bilan mitigé qui contredit un discours déterministe persistant

8L’étude du journalisme dit « numérique » au cours de ces deux dernières décennies montre une évolution des objets de recherche au cours de deux grandes périodes qui se succèdent. Au cours de la première (1995-2004), les travaux se focalisent sur les mutations en ligne des entreprises de presse et du journalisme professionnel. La deuxième moitié des années 1990 correspond d’ailleurs à l’émergence et à l’affirmation d’un champ scientifique propre aux Journalism Studies en France (Pélissier, 2008). Durant cette période, les recherches s’articulent essentiellement autour de la redéfinition de l’identité journalistique à l’épreuve du numérique, de l’informatisation des salles de rédactions ainsi que des transformations des relations des journalistes avec leur environnement professionnel (sources, pairs, publics, annonceurs, produits éditoriaux…).

1995-2004 : Des recherches centrées sur la presse en ligne et les entreprises médiatiques

9En 1996, Valia Kaimaki, dans un ouvrage intitulé Presse et Internet en interaction, s’interroge sur l’usage des NTIC par les entreprises médiatiques avec une question fondamentale, un brin sceptique, qui reste toujours d’actualité : « La presse en ligne sera-t-elle un succès ? Rien ne le garantit… » (Kaimaki, 1996). Dans un contexte alors euphorisant de diffusion rapide et massive de l’Internet, nombre de discours ont mis l'accent sur les possibilités offertes par la convergence technologique et la dimension participative permise par le média. Ces discours célèbrent l’implication croissante d’un lecteur qui ne serait plus passif, mais capable de « tracer sa propre écriture sur l'écran où paraît la production de l'autre » (De Certeau, 1994), le tout grâce à un dispositif interactif déplaçant l’internaute de sa posture lectorielle pour l'investir de nouvelles fonctions éditoriales (Weissberg, 2001).

10C’est aussi une période charnière où, dans la plupart des entreprises de presse, les chercheurs peuvent observer diverses formes de résistance plus ou moins consciente du modèle traditionnel de production de l'information, qui vise à perpétuer le magistère du journaliste centré sur sa lecture du monde. L’objectif de ce dernier reste le contrôle d'un champ qui passe impérativement par la production d'un discours qui inclue et exclue. Ce faisant, il s'auto-légitime dans la construction et l'interprétation de l'identité journalistique. L’approche socio-discursive, proposée par Jean-Michel Utard (2002), a le mérite d'analyser les acteurs du champ à partir du discours. Dans la perspective de la sociologie des usages et dans la lignée de la théorie de l'acteur, le terrain de recherche est constitué à la fois de la réalité observable in situ et des discours produits sur cette réalité.

11Cependant, ce discours interne sur la profession même de journaliste, s'il peut faire apparaître des lignes de force dans la définition ou la délimitation du journalisme, n'en demeure pas moins le résultat de la construction d'une « zone de sens » qui est individuelle avant d'être collective. Et ce, même si la représentation du journalisme peut aussi épouser les contours d'un « construit organisationnel » issu de l’intérieur de la profession. Cette problématique de la représentation contextuelle des technologies, que l’on retrouve dans les théories « structurationnistes » de Swansson et Ramiller (1997), aide à mieux comprendre les processus du changement dans les dynamiques organisationnelles. À travers les notions de « vision organisante » ou d’« esprit des technologies », ils mettent en évidence la place centrale des représentations sociales dans les changements, une piste de réflexion pertinente pour le chercheur qui s’intéresse au processus de construction de sens dans un environnement où l’imaginaire social du métier est puissant et très investi en projet utopiques.

12Outre Atlantique, les travaux de Singer (2003) et Deuze (2005), entre autres, ont contribué à rendre plus visible l’impact des technologies dans la reconfiguration des identités professionnelles. En France les recherches de Denis Ruellan et Daniel Thierry (1998) ont permis quant à elles d'aboutir au constat d'une adoption tardive de la micro-informatique dans les salles de rédaction et de la restructuration des identités professionnelles Ces étudess se sont prolongées dans le cadre d'une recherche collective du Réseau d’Etudes du Journalisme (REJ) sur l'impact d'Internet sur les transformations dans la production et la diffusion au niveau local et régional (Damian et alii, 2002) et l’émergence de nouveaux formats et genres journalistiques (Ringoot et Utard, 2005).

2005-2014 : un déplacement de l’intérêt des chercheurs vers les pratiques amateurs, à la fois périphériques et concurrentes pour le journalisme professionnel

13La période 2005-2014 correspond à l’émergence des blogs et de manière plus générale à l’affirmation des médias sociaux dans l’écosystème de l’information en ligne. C’est aussi la période où les études sur le journalisme en ligne connaissent un essor accéléré avec notamment la structuration de nouveaux programmes de recherche (Rebillard, 2006 ; Ruellan et alii, 2007 ; Rieffel, 2008 ; Degand et Grévisse, 2012 ; Rebillard et alii, 2012 ; Mercier et Pignard-Cheynel, 2012) et la constitution de pôles thématiques dans les laboratoires en SIC.

14Un intérêt renouvelé pour les publications amateurs, à la périphérie du journalisme, suscite de nombreux travaux francophones (Le Cam 2006, Tredan 2007, Aubert 2008). D’autres chercheurs s’intéressent à l’intégration des dispositifs communautaires dans les médias pour mieux mettre en évidence l’instrumentalisation par les entreprises de presse des plateformes de journalisme participatif (Cabrolié, 2009 ; Pélissier et Chaudy, 2009).

15Les recherches menées sur la thématique de la participation des internautes dans les espaces médiatiques montrent que, si la contribution des amateurs est le produit d’une volonté bien affichée et un argument des services marketing, elle n'en reste pas moins soumise à une logique de cadrage visant à mieux préserver le contrôle des professionnels labellisés. D'ailleurs, une lecture critique de l’histoire des médias tend à démontrer qu'à chaque fois que la parole a été donnée au public – que ce soit au niveau des émissions radio de libre antenne, du courrier des lecteurs ou des « talk-shows » télévisés – cette prise de parole s'est le plus souvent exprimée dans un cadre bien normé, relevant davantage de la mise en scène que d'un élan de démocratisation de la parole profane (Cabrolié, 2009). Ces espaces servent très souvent, de manière officieuse, de faire-valoir à des industries de la culture et de l'information, en s’inscrivant dans une logique d'instrumentalisation des fondements communautaires du Web 2.0 à des fins marketing (Rebillard 2006).

16La recherche sur l’intégration de l’informatique dans les processus de production et de distribution de l’information en ligne est aussi une tendance lourde de ces dernières années (Dagiral et Parasie 2011, Scherer 2012, Bruns 2012), qui s’est prolongée dans des travaux axés sur les rapports entre journalisme et médias sociaux, notamment Facebook et Twitter qui constituent les réseaux socionumériques les plus utilisés par les journalistes (Rieder et Smyrnaios 2012, Pélissier et Gallezot 2013, Mercier 2013)

Un cyberjournalisme qui continue de se chercher

17Les travaux menés sur le terrain nous ramènent à la réalité très prosaïque d'un Internet fortement influencé par les logiques des industries culturelles et loin des prédictions d'un changement de paradigme ou d’une rénovation complète des métiers de l'information et plus singulièrement du journalisme.

18À la recherche du cyberjournalisme dans la première moitié des années 2000, nous avions montré que les entreprises médiatiques avaient sous-utilisé les potentialités offertes par Internet (autour du tryptique navigation-hypertexte-interaction) et que l'arrivée de ce dernier n'avait pas vraiment suscité un changement de cap, et encore moins un changement de paradigme (Pélissier, 2003). Plus de dix ans après, le constat d’autres chercheurs francophones (voir notamment Rebillard et Touboul, 2010 ; Mercier et Pignard-Cheynel, 2012, Ruellan et Le Cam, 2014) n’a guère varié, malgré certaines évolutions accélérées surtout observées aux marges du journalisme professionnel : les possibilités des technologies numériques n’ont pas vraiment permis une véritable rénovation du journalisme aussi bien dans sa dimension technologique que dans sa dimension éditoriale, même si des tentatives d’innovation, encore timides, commencent à porter les germes d’un changement plus profond.

19Au niveau de leurs relations aux sources numériques, la diversification tant attendue par certains professionnels ne s’est pas vraiment produite : malgré les opportunités offertes par les sources (blogs en particulier) issues d’un web indépendant des grandes organisations médiatiques, politiques et marchandes, les sources les plus institutionnelles ont tendance à prédominer dans le choix sélectif des journalistes. Au niveau des relations aux pairs, la recomposition des organisations et du travail journalistique reste encore timide et hésitante, et les rédactions Web, après avoir souvent fait l’objet déménagements et délocalisations, peinent à trouver leur place au sein des services, même si elles apparaissent aujourd’hui mieux intégrées dans les processus de production. Au niveau des produits éditoriaux, si la pratique de l’écriture hypertextuelle pourrait être mieux optimisée, des avancées significatives sont constatées en matière d’enrichissement multimédia des contenus et de valorisation des données visuelles, mais les innovations les plus significatives se situent davantage aux marges de la profession, dans la production de la blogosphère et de certains sites pure players. Au niveau des relations au public, enfin, les possibilités d’interaction des journalistes avec leurs cyberlecteurs se sont démultipliées (mails, forums, chats, blogs, réseaux sociaux,…) de façon exponentielle en très peu de temps, et vont désormais jusqu’à l’implication active du lecteur en termes de co-production des articles. Mais comme le montrent bien les travaux sur le journalisme citoyen cités plus haut, seule une minorité active de citoyens et de journalistes joue vraiment le jeu. Ainsi, la réappropriation d’Internet par les journalistes reste disparate et sélective, en l'absence de stratégies organisationnelles davantage volontaristes et d’une formation professionnelle plus soutenue et ciblée (voir notamment les résultats du programme de recherche « Tous journalistes » de l’ISCC du CNRS : Amey et alii, 2013).

20Au total, le cyberjournalisme n’apparaît toujours pas comme le nouveau paradigme majeur qui rendrait caduc les précédents. Comme il y a dix ans, ce modèle se cherche toujours, même s’il se connaît un peu mieux aujourd’hui (Mercier et Pignard-Cheynel, 2014).

Des résultats qui contrastent avec un discours déterministe euphorisant

21Bien avant la massification du Web, les travaux de certains chercheurs avaient mis en évidence le rôle moteur des services télématiques dans la reconfiguration, à partir du début des années 1980, de l'organisation des procédures de travail des professionnels des médias. Dans une approche prospectiviste, Dominique Wolton et Jean-Louis Lepigeon affirment dès 1980 : « Le journaliste sera amené à penser différemment, à écrire et à établir un rapport neuf entre lui et le clavier-écran. Il devra passer du palpable à l’impalpable. De sa capacité à évoluer, à s’adapter, dépend son avenir ».

22Une décennie après, John Pavlik, dans un article fondateur intitulé « The Impact of Technology on Journalism » (2000), souligne le rôle moteur que les technologies du Net pourraient jouer dans les transformations du journalisme. Dans la même perspective, Mark Deuze montre aussi le potentiel technologique de l'Internet et la perspective d’une transformation radicale vers un journalisme qui deviendrait « digital » (Deuze, 2005). La technologie est alors vue comme une alliée objective pour changer les pratiques professionnelles. Ces thèses relevant d’un paradigme diffusionniste entendent révolutionner le journalisme grâce aux opportunités offertes par le digital (Joannès, 2007)

23Les résultats des enquêtes menées sur ce terrain en particulier révèlent que la technologie est perçue par les journalistes comme le pendant naturalisé des outils qui accompagnent le processus de développement des médias numériques, mais également comme le moteur qui facilite les dynamiques d'innovation dans les médias en ligne. En effet, nombreux sont les discours, professionnellement situés, où l’injonction technologique appelle à repenser le développement de la presse à partir du potentiel offert par le média internet (Fogel et Patino, 2005 ; Scherer, 2012 ; Antheaume 2013).

24On peut donc constater l’existence d’un grand écart entre ces discours euphorisants, de type déterministe, et la réalité des pratiques observées sur le terrain, tant par les chercheurs plus critiques que par certains professionnels avisés. Mais comment donc expliquer un tel écart ? Des raisons culturelles et économiques sont à mettre en évidence au premier plan.

Des obstacles qui rendent difficile l’émergence d’un nouveau paradigme

25Dans le contexte de crise que traversent actuellement les médias, marqué par une dilution de l’identité journalistique, à la lisière des métiers de la communication, de l'informatique et du marketing, la résistance aux changements s'explique par une volonté manifeste de retracer les frontières s'effaçant jour après jour sous le sable mouvant du participatif et des nouvelles configurations sociotechniques.

26Outre ce désir implicite de garder le « monopole du pouvoir de dire », les nouvelles contraintes du webjournalisme liées à la pression du temps, à l'instantanéité de l'information et au caractère interactif de l'Internet, placent les professionnels de l'information en ligne dans une situation qui les oblige à fonder leur démarche d'adoption et d'appropriation de toute technologie nouvelle au prisme du ratio investissement/rendement.

L’identité professionnelle journalistique et ses résurgences

27L’arrivée de l’Internet dans les entreprises de presse repose la question des frontières journalistiques à un triple niveau.

28D’abord celui lié à la question de la délimitation des territoires entre professionnels de l’information et amateurs. En effet, le développement soutenu de la publication en ligne, aussi bien au niveau des plates-formes de blogs que des réseaux sociaux, tend à contribuer à un brouillage identitaire des territoires du journalisme (Le Cam, 2006).

29Ensuite celui lié à la reconfiguration et au déplacement des frontières du métier vers le numérique, qui entraînent des tensions entre les journalistes traditionnels et ceux en ligne. Les recherches engagées sur ce terrain mettent en évidence de nouvelles formes de fractures professionnelles. Si les journalistes de l'édition imprimée gardent une image très valorisante de leur travail qui passe par une revendication explicite des fonctions de gatekeeper et de « chiens de garde » de la démocratie, dans les rédactions Web la tendance est plutôt à l'observation d'un « profil bas » (Estienne, 2007). Dans ce dernier secteur, en effet, le journalisme reste centré sur une fonction d’alerte qui délègue aux autres journalistes le soin de produire des analyses approfondies et des articles de fond (Singer, 2003 ; Cabrolié, 2010)

30Enfin l’arrivée de l’Internet dans les salles de rédaction pose la question de la porosité des frontières entre le journalisme et les métiers de la gestion en ligne de contenu éditorial (Degand et Grevisse 2012). À la lisière de la profession de journaliste se développent de plus en plus des compétences hybrides qui vont dans le sens d'une meilleure prise en compte des différentes dimensions de l'écriture sur le web et qui éprouvent, par la même occasion, l'identité journalistique (Parasie et Dagiral, 2013). Celle-ci se trouve déstabilisée par ailleurs par les logiques économiques et financières très présentes dans les entreprises médiatiques.

Le poids croissant des contraintes économiques et financières sur l’information en ligne

31La place très importante qu'occupent les logiques économiques et marketing dans les médias a été mise en évidence par un certain nombre de chercheurs, dont Julien Duval (2004), Rémy Rieffel (2005) ou Yannick Etienne (2007), qui ont insisté sur l’imbrication de plus en plus étroite entre une économie néolibérale guidée par des logiques de rentabilité financière et un journalisme « market-driven » qui s’inscrirait davantage dans une logique d’audience.

32Pour parvenir à un début d’équilibre financier, beaucoup de rédactions jouent sur deux tableaux : celui d'une ligne éditoriale utile à la formation du citoyen et au débat démocratique, et celui plus prosaïque d'une information-marchandise qui épouse les contours éditoriaux formatés par les impératifs d’audience et destinée, en partie, à financer un journalisme jugé plus « noble ». Sur Internet, les frontières sont davantage brouillées, rendant l’information prisonnière des exigences de rentabilité.

33Dans un article publié par la Nieman Foundation de l’Université d’Harvard, Laura Mac Gann (2010) soutient clairement la possibilité que le journalisme en ligne puisse se baser sur la demande du public pour y répondre favorablement. Or, la conciliation entre la logique marketing et logique éditoriale fait que les outils de mesure d’audience altèrent le journalisme dans ses principes fondateurs. Car le journalisme sur Internet passe alors d’une activité sociale et citoyenne à une activité marchande.

34Pablo Boczkowski défend de son côté l’opportunité d’un journalisme de marché à l’heure des médias numériques. Une telle vision a une résonance particulière venant de ce chercheur de renommée mondiale et auteur de plusieurs ouvrages de référence, plutôt critiques, sur la presse en ligne. Selon lui, les lois de l’offre et de la demande qui régissent le marché peuvent également s’appliquer au secteur du journalisme. En d’autres termes, il serait soutenable que le journaliste puisse adapter son offre éditoriale en fonction de la demande, des centres d’intérêt de l’audience. L’enjeu tient donc dans la possibilité de voir les traces des internautes servir de bases de calcul et de filtres, dans une logique de médiation avec d’autres ressources pour proposer un contenu sur mesure. Il est clair que toute publication sur le web à dessein d’être lue, dans la mesure où l’audience constitue un enjeu important dans la survie d’un média. De fait, les médias en ligne n’ont pas attendu ces thèses pour se servir des statistiques comme outils de management et d’ajustement de leur offre…

35Enfin, l'Internet peut être vu comme une agora mondiale où se côtoient informations et bruits. Le référencement par les moteurs devient, de ce fait, un enjeu capital pour la presse en ligne. Conscient que l'avenir du journalisme se joue, en partie, dans sa capacité à produire des contenus originaux et visibles à travers les moteurs de recherche, un nombre important de médias organise pour leurs journalistes des formations en SEO (Search Engine Optimization). Il s’agit là de techniques qui visent à optimiser la visibilité des publications en ligne. L'objectif est d’avoir un impact sur les algorithmes de Google afin de figurer dans les premiers résultats du moteur de recherche, et d’affiner le contenu de ses publications pour atteindre un « ranking » élevé et ainsi d’être bien référencé sur les moteurs de recherche. Rappelons à ce propos que nombre d'outils et services liés au web 2.0 proposent de visualiser les termes les plus utilisés dans les recherches des usagers.

36Outre-Atlantique, les centres d'intérêt de l'audience conditionnent le fonctionnement d'un certain nombre de sites. Les logiciels de tracking et les outils de mesure de l'audience comme Chartbeat ou Newbeal permettent, à partir du Back Office, de connaître et évaluer les articles les plus consultés. La tentation devient alors grande d’utiliser ces résultats pour formater le contenu éditorial en fonction des attentes, d’augmenter ainsi la fréquentation du site et, au final, délaisser les sujets qui enregistrent le moins de clics. Cette technique permet au final de déterminer de façon apparemment plus rationnelle la ligne éditoriale des articles. Mais jusqu’où le journalisme peut-il aller sans risquer sa dilution au sein de cette nouvelle économie cognitive dont il devient sans cesse partie prenante ?

37Comme le rappelle Bernard Stiegler dans sa contribution à l’ouvrage L’économie de l’attention coordonné par Yves Citton (2014) : « c’est à partir du moment où l’attention est canalisée par les industries culturelles que se pose véritablement la question de la toxicité de sa captation. Le problème vient de ce que, quand on capte l’attention de manière industrielle, on finit par la détruire » (Stiegler, 2014, p. 129).

38Doit-on dès lors penser que le destin du journalisme numérique est celui de sa dissolution dans des réseaux numériques qui à la fois s’en nourrissent et deviennent ses principaux prédateurs ? En l’état actuel des recherches, il ne nous paraît pas opportun de verser dans cette autre face, plus sombre, du déterminisme technologique. S’intéresser aux usages, notamment ceux des journalistes, c’est aussi découvrir et révéler leur variété, leur plasticité, leurs détournements…et donc aller à l’encontre de toute vision globalisante propre à de nombreux courants déterministes.

L’élasticité identitaire du journalisme et la plasticité de ses usages

39Depuis que le journalisme existe comme activité sociale et comme profession, les techniques et technologies d’information et de communication ont joué un grand rôle, comme l’ont montré des chercheurs tels que Michael Palmer ou Michael Schudson, dans son évolution et sa structuration. Des nouvelles parlées à l’information en ligne en passant par le journal radiodiffusé ou télévisé, les récits journalistiques ont épousé la forme des « médiasphères » (Régis Debray) qui se sont succédé ou juxtaposé. L’influence de la technique sur le journalisme a donc été structurante, mais en sens inverse ses professionnels et assimilés ont su faire preuve de fortes capacités de réappropriation. Le fait notamment que le journalisme demeure une profession ouverte, dont le territoire est à géométrie variable (Ruellan, 1993), lui a permis de s’adapter de façon récurrente aux différents défis technologiques auxquels il a été confronté dans son histoire. L’introduction de l’informatique puis d’Internet dans les rédactions de presse régionale (Ruellan et Thierry, 1998) l’a encore prouvé plus récemment, ce qui nous a conduits à l’expression d’élasticité identitaire du journalisme dans le cadre des travaux pionniers du REJ (Pélissier, 2002).

40Quant à la diversité et la plasticité des usages des technologies par les journalistes, elle a été révélée par de nombreuses approches sociologiques, notamment d’inspiration ethnographique, qui ont dévoilé les secrets de fabrication de newsrooms qui ne sont plus désormais des « boites noires » pour la recherche sociale. En outre, dans un texte programmatique des Cahiers de la SFSIC, nous avons tenté de montrer que le journalisme ne s’adaptait pas de façon uniforme aux différents dispositifs sociotechniques auquel il était confronté (Pélissier, 2014) : à chacun de ces dispositifs correspond un ensemble unique et complexe de contraintes et de solutions possibles pour s’en affranchir, sachant que ces dernières varient aussi dans l‘espace et dans le temps en fonction de logiques sociales, politiques, économiques, etc..

41En attestent les travaux récents que nous avons réalisés sur les usages par les journalistes du moteur de recherche Google (Pélissier et Diallo, 2009) et du réseau social Twitter (Pélissier et Diallo, 2013). Ceux-ci mettent en évidence de fortes disparités de réappropriation de ces deux dispositifs de plus en plus fréquemment utilisés au par les journalistes et assimilés.

Le cas Google : un usage généralisé, systématique, ciblé et peu distancié

42Dans un contexte d’utilisation croissante des sources numériques par les journalistes, en version descendante ou ascendante (push technologies telles que les fils RSS), nos travaux réalisés en France dans un grand quotidien national ont montré un usage systématique et banalisé de Google comme moteur de recherche quasi-exclusif, alors qu’il existe environ un millier de moteurs de recherche disponibles sur le marché, avec des outils très performants tels que Wolfram-Alpha. D’une part Google s’est imposé à eux comme le moteur le plus efficace et performant. D’autre part, les enquêtés portent sur cet outil dont l’usage s’est banalisé des appréciations globalement positives. Cette omniprésence de Google a tendance a renforcer le poids déjà conséquent des sources les plus institutionnelles en tant que primary definers de l’information d’actualité, dans un contexte de relative rareté des sources alternatives issues du web indépendant, auxquelles les journalistes interrogés ne font majoritairement pas confiance : « pour moi, un blog, tant que je ne connais pas la personne, qui elle est, ce n’est pas une source crédible »…« les informations sur ce type de média sont souvent vindicatives » (Pélissier et Diallo, 2009, p. 258). Ce poids des sources les plus communes et officielles ne s’explique pas seulement par les réticences des professionnels à s’aventurer vers des sources plus informelles et moins sécurisantes. Il est aussi lié aux conséquences de l’algorithme de Google (qui « donne du crédit à ceux qui en ont déjà », pour reprendre une expression de Pierre Bourdieu) et aux pratiques très limitatives de journalistes reconnaissant ne pas avoir recours aux fonctions avancées de ce moteur et à ses services plus ciblés tels que Scholar, etc.

43L’étude montre ainsi un certain manque de recul des professionnels interrogés face à un outil qu’ils considèrent désormais comme une évidence qui s’impose à tous, notamment en raison de son apparente neutralité, au même titre que celle d’un micro ou d’un banc de montage. Même la fonction Google News n’est pas vraiment perçue par eux comme une menace ou une concurrence pour les entreprises de presse. Nous en avions conclu par le constat d’un hiatus « entre la forte distance que les journalistes manifestent vis-à-vis de leurs sources numériques et celle bien plus réduite dont ils font preuve par rapport à Google, alors que ce dernier est devenu l’un de leurs fournisseurs les plus utilisés, voire les plus attitrés » (op.cit., p. 260). Ce résultat est d’autant plus intéressant que les professionnels enquêtés ne sont pas des néophytes dans l’usage des dispositifs numériques : expérience en webrédaction, production fréquente pour le Web, intérêt personnel pour les NTIC, points de vue critique sur l’industrie du numérique et ses firmes multinationales…

Le cas Twitter : un usage plus concentré, diversifié et réflexif

44Dans notre étude ultérieure sur les usages de Twitter par les journalistes professionnels, dont les résultats recoupent d’autres travaux déjà cités réalisés en France (notamment Mercier et Pignard-Cheynel, 2012) ou aux Etats-Unis (Messmer et alii, 2013), nous avions montré une distanciation plus forte des professionnels vis-à-vis de l’information disponible au quotidien sur ce réseau de micro-blogging. Si le nombre de comptes Twitter créés par les journalistes et les entreprises médiatiques a tendance à s’amplifier, rares sont ceux réellement actifs. De fait, ce réseau fait l’objet d’un usage sélectif concentré sur une minorité agissante de journalistes comptant un nombre significatif de followers et.se positionnant comme des curateurs susceptibles d’influencer une audience et de contribuer à la circulation de l’information au sein du réseau par le jeu des « mentions », « hashtags » et « retweets ».

45En revanche, à la différence de Google, pour cette communauté impliquée Twitter semble susciter une grande diversité d’usages : veille, accessibilité aux sources, recherche de scoops, couverture en direct (live tweet), fil d'agence, surveillance de la concurrence (benchmarking), promotion personnelle (personnal branding) et/ou collective...

46Enfin, contrairement aux blogs et plateformes participatives étudiées dans d’autres travaux, les usages de Twitter par cette profession ne contribuent guère au renouvellement de la relation entre les journalistes et leur public. Comme le confirment les graphes établis par Rieder et Smyrnaios (2012), les journalistes français utilisent Twitter essentiellement pour échanger et se faire valoir entre eux, avec une faible prise en compte de leur environnement externe. Quant aux comptes créés par les entreprises, ils servent surtout à une dissémination « aveugle » des articles produits sans que des études d’impact ne viennent évaluer les retombées effectives, au plan quantitatif et surtout qualitatif, de cette rediffusion.

47L’usage journalistique de Twitter reste donc polarisé sur le pair à pair (P to P), et contribue ainsi à renforcer l’endogénéité de l’information produite par les professionnels certifiés, avec en prime, dans certains cas, une dimension réflexive sur les pratiques et leur déontologie, ce qui peut paraître surprenant au regard de la défiance dont font preuve nombre de ces professionnels envers l’information disponible sur ce réseau de micro-blogging tant décrié.

Conclusion : la singularité des dispositifs et la pertinence de l’approche sociotechnique

48On remarque donc des attitudes très différentes, parfois opposées, des journalistes face aux deux dispositifs en interaction avec eux. Or, il s'agit ici d’outils en pleine expansion et pouvant faire concurrence au journalisme, en étant susceptible de le transformer en profondeur vers un « journalisme artificiel » avec Google, voire un « LOL-journalisme » ou « journalisme diminué » avec Twitter. C’est la raison pour laquelle nous avions évoqué, dan ce dernier cas, un « choc des médiacultures » non encore programmé et piloté par des organisations médiatiques trop peu soucieuses de mettre en œuvre des études d’usage dont les résultats seraient pourtant très instructifs pour leurs développements à venir.

49Ces résultats montrent aussi la singularité de chacun des deux dispositifs socionumériques utilisés de plus en pus fréquemment par les journalistes. Chacun d’entre eux a son propre mode de fonctionnement, plus ou moins ouvert ou contraignant, qui engendre des usages au final fort divers, avec des réappropriations individuelles et collectives qui diffèrent avec les cultures et symboliques organisationnelles.Ce constat redonne toute sa pertinence aux approches sociotechniques des innovations technologiques, très en vogue dans les années 1980-1990 (notamment avec les travaux du CSI : Callon, Latour, Akrich…) mais quelque peu battues en brèche depuis quelque temps, tant par leur tendance à la dispersion théorique que par le retour en force de visions plus déterministes et globalisantes (voir article d’Alexandre Coutant et entretien avec Jacques Perriault dans ce dossier).

Haut de page

Bibliographie

Amey, Patrick, Lazar, Mirela, Pélissier, Nicolas, Pignard-Cheynel Nathalie, « Schools of Journalism Facing Participative Web », Journal of Applied Journalism and Media Studies, Vol 2, 2, pp. 355-370.

Antheaume, Alice, Le journalisme numérique, Paris, Presse de Sciences Po, 2013.

Aubert, Aurélie, « Rue89 : un modèle horizontal de la production d'information», Médiamorphoses, n° 24, 2008, pp. 99-104.

Boczkowski, Pablo, Digitizing the News  : Innovation in Online Newspapers, Cambridge (Mass.), Londres, MIT Press, 2004.

Boczkowski, Pablo, “The Processes of Adopting Multimedia and Interactivity in Three Online Newsrooms”, Journal of Communication, n° 54, 2004, pp. 197-213.

Bruns Axel , « Journalists and Twitter : How Australian News Organizations adapt to a New Medium », Media International Australia, n° 144, 2012, pp. 97-107.

Bruns, Axel, Blogs, Wikipedia, Second Life and Beyond : from Production to Produsage, New York, Peter Lang, 2008.

Cabrolié, Stéphane, “Les journalistes du Parisien.fr et le dispositif technique de production de l’information”, Réseaux, n° 160, 2010.

Cabrolié, Stéphane, « La recomposition d’une organisation de presse : le cas du Parisien.fr », Terrains et Travaux, n° 15, 2009, pp. 127-145.

Charon, Jean-Marie et Le Floch, Patrick, La Presse en ligne, Paris, La Découverte, 2011.

Certeau, Michel (de), La Prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Le Seuil, 1994.

Damian, Béatrice et alii, Dir., Inform@tion.local, Paris, L’Harmattan, 2002.

Dagiral, Eric et Parasie, Sylvain, « Portrait du journaliste en programmeur. L’émergence d’une figure du journaliste hacker », Les Cahiers du Journalisme, 2011, n° 22-23.

Deuze, Mark, « What is Journalism ? Professional Identity and Ideology of Journalists Reconsidered », Journalism Theory Practice & Criticism, 6 (4), 2005, pp. 443-465.

Duval, Julien, Critique de la raison journalistique, Paris, Le Seuil, 2004.

Estienne, Yannick, Le journalisme après Internet, Paris, l’Harmattan, 2007

Fogel, Jean-François et Patino, Bruno, Une presse sans Gutenberg, Paris, Grasset, 2005.

Grevisse, Benoît et Degand, Amandine, Dir., Journalisme en ligne, pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, 2012.

Hermida, Alfred et alii, “A Clash of Cultures : The Integration of User-Generated Content within Professional Journalistic Frameworks at British Newspapers Websites », Journalism Practice, 2008. pp 343-356.

Joannès Alain, Le journalisme à l’ère électronique, Paris,Vuibert, 2007.

Kaimaki Valia, Presse et Internet en interaction, Paris, Publications de l’Université Paris 7 - Denis Diderot, 1996.

Le Cam, Florence, Ruellan, Denis, Dir., Changements et permanences du journalisme, Paris, l’Harmattan, 2014.

Le Cam Florence, « États-Unis : les weblogs d'actualité ravivent la question de l'identité journalistique », Réseaux, n° 138, 2006, pp. 139-158.

Lepigeon, Jean-Louis et Wolton, Dominique, « L'information demain », Bulletin des Bibliothèques de France [en ligne], n° 6, 1980.

Mc Gann Laura, « What the Audience Wants isn’t always Journalism », Nieman Foundation, Niemanlab.org, Harvard University, 16 juillet 2010.

Mercier, Arnaud, Pignard-Cheynel, Nathalie, « Mutation du journalisme à l’ère numérique : un état des travaux », RFSIC, n° 5, été 2014. http://rfsic.revues.org/1097

Mercier, Arnaud, Pignard-Cheynel, Nathalie, « Les usages des réseaux sociaux par les journalistes français », Obsweb.nethttp://obsweb.net/2012/05/14/enquete-sur-les-usages-des-reseaux-sociaux-par-les-journalistes-francais/

Parasie, Sylvain et Dagiral, Eric, « Data-driven Journalism and the Public Good : Computer-assisted-reporters and Programmer-journalists in Chicago », New Media & Society, 15 (6), 2013, pp. 853-871.

Pavlik, John, “The Impact of Technology on Journalism”, Journalism Studies, n° 2, 2000, pp. 229-237.

Pélissier, Nicolas, « Journalisme et DISTIC : un choc des dispositifs ? », Les Cahiers de la SFSIC, n° 10, juin 2014, pp. 206-208.

Pélissier, Nicolas, Diallo, Mamadou, « Le journalisme est-il soluble dans Twitter ? », in Pélissier, Nicolas, Gallezot, Gabriel, Dir., Twitter : un monde en tout petit ?, Paris, L’Harmattan, 2013, pp. 163-178.

Pélissier, Nicolas, Chaudy, Serge, « Le journalisme participatif et citoyen en ligne : un populisme dans l’air du temps ? », Quaderni, n070, 2009, pp. 89-102.

Pélissier, Nicolas et Diallo, Mamadou, « Les sources numériques des journalistes et le rôle moteur de Google », Communication, vol. 27, n° 2, Québec, Université Laval, 2009, pp. 253-262.

Pélissier, Nicolas, Journalisme, avis de recherches. La production scientifique française dans son contexte international. Bruxelles, Bruylant, 2008.

Pélissier, Nicolas, « Un cyberjournalisme qui se cherche », Hermès, n° 25, 2003, pp. 99-107.

Pélissier, Nicolas, « La plume dans la Toile : l’identité des journalistes à l’épreuve des réseaux numériques», Médiamorphoses, n° 4, 2002, pp. 45-51.

Rebillard, Franck, Dir., Dossier “Internet et pluralisme de l’information”, Réseaux, n° 167, 2012.

Rebillard Franck, Touboul, Anne-Lise, « Promises Unfulfilled ? Journalism 2.0 User Participation and Editorial Policy on Newspaper Websites », Media Culture & Society, n° 2, 2010, pp. 323-334.

Rebillard Franck, « Du traitement de l’information à son retraitement. La publication de l’information journalistique sur internet », Réseaux, n° 137, 2006, pp. 29-68.

Rieffel, Rémy, « Éloge des regards croisés », Médiamorphoses, n° 24, 2008, pp. 40-45.

Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, Paris, Gallimard, 2005.

Ringoot, Roselyne et Utard, Jean-Michel, Le journalisme en invention  : nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005.

Rosnay, Joël (de), Les scénarios du futur  : comprendre le monde qui vient, Paris, Fayard, 2008.

Ruellan, Denis, « Penser le journalisme citoyen », M@rsouin, 2007, http://marsouin.org/IMG/pdf/Ruellan_13-2007.pdf

Ruuelan, Denis, Thierry, Daniel, Dir., Journal local et réseaux informatiques : travail coopératif, décentralisation et identité des journalistes, Paris, L’Harmattan, 1998.

Ruellan, Denis, Le journalisme ou le professionnalisme du flou, Grenoble, PUG, 1993.

Scherer, Eric, A-t-on encore besoin de journalistes ?, Paris, PUF, 2012.

Singer, Jane, “Who are these Guys ? The Online Challenge to the Notion of Journalistic Professionalism”, Journalism, 4 (2), 2003, pp. 139-163.

Smyrnaios, Nikos et Rieder Bernard, “Les journalistes français sur Twitter vus comme un graphe”, Inaglobal, 2 novembre 2011, http://www.inaglobal.fr/presse/article/les-journalistes-francais-sur-twitter-vus-comme-un-graphe

Stiegler, Bernard, « L’attention, entre économie restreinte et individuation collective », in Citton, Yves, Dir., L’économie de l’attention, nouvel horizon du capitalisme ?, Paris, La Découverte, 2014, pp. 123-136.

Swanson, Burton et Ramiller, Neil, « The Organizing Vision in Information Systems Innovation » Organization Science, 8 (5), 1997, pp. 458-474.

Touboul, Anne-Lise, « Interactivité des sites de presse : relégation et exploitation de la parole profane » in Chartron, Ghislaine et Broudoux, Evelyne, Dir., Document numérique et société. Actes de la conférence DocSoc, Paris, ADBS, 2006, pp. 279-289.

Trédan Olivier, « Le “journalisme citoyen” en ligne : un public réifié ? », Hermès, n° 47, 2007, pp. 115-122.

Utard, Jean-Michel, Dir., Dossier « La presse en ligne », Médiamorphoses, n° 4, INA, 2002.

Weissberg, Jean Louis, « Entre présence et absence », Actes des Deuxièmes Rencontres Réseaux Humains-Réseaux Technologiques, Université de Poitiers, 2001, pp 31-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Pélissier et Mamadou Diouma Diallo, « Le journalisme à l’épreuve des dispositifs socionumériques d’information et de communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1449 ; DOI : 10.4000/rfsic.1449

Haut de page

Auteurs

Nicolas Pélissier

Nicolas Pélissier est directeur adjoint du département des sciences de la communication de l’Université Nice Sophia Antipolis, où il anime le séminaire doctoral et le pôle de recherche CREAMED du laboratoire I3M. Il est par ailleurs membre du bureau de la commission recherche de la SFSIC et directeur de la collection « Communication et Civilisation » des Editions l’Harmattan.

Articles du même auteur

Mamadou Diouma Diallo

Mamadou Diouma Diallo dirige le département information-communication de l’Université Saint Louis à Dakar au Sénégal. Chercheur associé au laboratoire I3M, il y a soutenu une thèse de doctorat portant sur les incidences du Web 2.0 sur les rédactions de presse.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page