Navigation – Plan du site

Géopolitique des religions, milieux désorganisés, vivre ensemble, trois chantiers urgents pour la recherche en communication

Jacques Perriault

Texte intégral

1Des événements tragiques viennent de secouer le pays. Après le choc provoqué par les attentats, une mobilisation considérable s’est focalisée sur les valeurs que défend la République. Les sciences de l’information et de la communication ont à ouvrir des chantiers de recherche notamment sur les thèmes suivants :

  • la géopolitique des religions. Même si elles l’ont toujours fait, aujourd’hui plus que jamais, les religions – aussi bien Islam que Chrétienté - découpent des territoires et des temporalités où leur système de croyance exerce une profonde influence. Ainsi la Corée du Sud se voit envahir par les Évangélistes, préférés aux bouddhistes par les jeunes générations. L’histoire des relations entre l’Islam et l’Occident chrétien est de ce point de vue exemplaire, car elle s’accompagne de luttes et de périodes de paix. Les civilisations qui en découlent ont des périodes de production intense de savoir : les xiie et xiiie siècles arabo-musulmans et perses (Al Hazen, Ibn al Haitam) produisent beaucoup de connaissances scientifiques ; l’Occident chrétien fera de même aux xvie et xviie siècles (Galilée, Giordano Bruno). L’histoire des échanges et des transmissions de ces savoirs et de leur influence sur les aires culturelles et religieuses reste encore en grande partie à construire. La notion arabo musulmane d’algorithme en constitue un exemple typique (Al Khowarizmi).

  • Échanger dans des situations extrêmes et des milieux désorganisés. La violence de l’acte terroriste bouscule et détruit l’ordre matériel et intellectuel du milieu dans lequel il intervient. Brusquement. Comment décrire ces transformations violentes, comment caractériser le choc de celles-ci avec les valeurs et les représentations traditionnelles, comment apprécier chez les victimes les croyances et pratiques nouvelles qui en découlent, suppose que l’on quitte un espace problématique « tranquille », où fonctionne le courant électrique, où il n’y a pas de vivants ensevelis sous des décombres, où les gens peuvent échanger sans entraves, pour explorer l’espace de l’incertain (Beck), du risque et de la communication inégale (Chevaldonné) et asymétrique.

  • La notion de « vivre ensemble » était il y a quelques années encore une notion pour sociologues et spécialistes de la communication. Aujourd’hui, les médias aidant, elle devient une notion largement répandue. Tout se passe comme si après un long cheminement dans le brouillard, on découvrait que ce vivre ensemble est une caractéristique fondamentale de la vie en société et qu’un des outils pour y parvenir est la communication. Cela appelle une réflexion sur la communication horizontale, pas forcément liée à Internet, et sur ce que Pierre Schaeffer appelait les « réseaux spécifiques de communication sociale ». Quels sont les biens communs défendus par ces réseaux, comment s’imbriquent-ils dans les pratiques sociales, comment émergent-ils (Iochaï Benkley) ? Dans son livre « Le bien commun », publié en 1946, le R. P. Lebret raconte comment la notion de bien commun est née dans un stalag d’un camp de concentration.

2Tout cela m’évoque – saurais-je pourquoi ? – un poème de Paul Éluard, à propos d’un résistant, Jean du Haut : « C’est tout au fond de cette horreur, qu’il commença à sourire, Et le jour se leva pour lui » (Le matin de son exécution par les nazis).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Perriault, « Géopolitique des religions, milieux désorganisés, vivre ensemble, trois chantiers urgents pour la recherche en communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 10 février 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1460

Haut de page

Auteur

Jacques Perriault

Professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Président d’honneur de la SFSIC – Président d’honneur de la SFSIC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page