Navigation – Plan du site
Émergence

Le numérique comme catalyseur épistémologique

Imad Saleh et Hakim Hachour

Résumés

Cet article présente une réflexion sur les enjeux portés par le numérique dans l’évolution des objets, des méthodes et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales et plus particulièrement en Sciences de l’information et de la communication. À partir d’une définition du média numérique dans sa relation à l’hypertexte et à l’hypermédia, et d’une analyse du rôle transversal des technologies de l’information et de la communication dans les médiations, il est proposé de réfléchir la convergence entre humanités et numérique en fonction du besoin de transdisciplinarité qui en résulte. Les transformations holistiques provoquées par les technologies numériques requièrent des approches complexes des activités humaines, devant inclure des théorisations multiples auxquelles ne peut répondre un seul champ disciplinaire. Les évolutions des problématiques en SIC font potentiellement d’elles une discipline pivot pouvant (se) concentrer (sur) les relations entre les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines. La discussion se termine sur une projection des problématiques transversales à venir autour de la localisation et de l’accès aux données numériques, des mémoires collectives et des traces numériques, des frontières numériques. La prégnance des technologies numériques dans les activités humaines confirme également l’importance d’engager une réflexion de fond sur « les éthiques » de la société de l’information.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La diffusion des supports et des outils numériques au sein des activités humaines, tant récréatives que professionnelles, tant culturelles que sociales, au niveau individuel et collectif, transforme les sociétés qui les emploient selon une relation réflexive. Du point de vue sociotechnologique, l’interaction entre les dimensions sociales et technologiques fait partie intégrante du développement humain. Sans qu’il soit nécessaire d’en faire préalablement l’archéologie ou de déterminer ce qui est à l’origine de cette dynamique sociotechnologique, force est en effet de constater l’impact structurant des technologies sur l’organisation humaine d’une part, et celui des sociétés humaines sur les innovations technologiques qu’elle produit, d’autre part. Les technologies sont omniprésentes ; selon les contextes, elles interviennent dans l’expérience quotidienne, pouvant être transparentes – se dévoilant uniquement aux yeux de l’expert – et, à l’autre extrême, pouvant être prégnantes au point d’être le sujet même de l’activité sociale (ex., jeux vidéos). Sans se focaliser sur la polysémie du terme, il serait selon nous profitable d’approfondir encore la nature même du « numérique » : qualifie-t-il un objet technologique au sens d’un « produit des sciences de l’ingénieur » ou une réelle propriété des phénomènes info-communicationnels ?

2Dans le cadre de cet article, nous voulons mettre en relief des problématiques émergentes que le numérique induit en sciences humaines et sociales (SHS) et plus particulièrement en Sciences de l’information et de la communication (SIC), que ce soit dans leur objet, leur sujet ou leur méthodologie de recherche. Dans un premier temps, nous abordons la question du numérique à partir du support - du média. Nous pourrons ainsi analyser et proposer une définition des SIC dans leur relation avec les TIC en général et les technologies hypertextes en particulier. L’hypertextualité, comme problématique structurante des SIC ces dix dernières années, nous a amenés à réfléchir la transversalité nécessaire dans l’étude des phénomènes info-communicationnels ; transversalité à laquelle pourrait répondre le projet des « humanités numériques ». Nous prendrons pour exemple l’évolution des thématiques de la conférence internationale H2PTM, aujourd’hui co-organisée par quatre laboratoires en SIC. Enfin, définissant le numérique comme un « catalyseur épistémologique », nous proposons une projection des problématiques émergentes et à venir auxquelles les chercheurs devraient avoir à se confronter dès à présent afin de mieux comprendre et/ou maîtriser les phénomènes info-communicationnels. Cette projection montre l’intérêt de la transversalité des groupes de recherche et le besoin de mettre à l’œuvre des relations « intersciences » (Miège, 2004), pour lesquelles les SIC peuvent jouer le rôle de pivot.

3Deux angles d’analyses sont proposés pour réfléchir l’impact du numérique sur l’ensemble des activités humaines et par là même, sur les approches et les objets de recherche en SIC :

  • L’inscription transversale du numérique dans les activités humaines demanderait à repenser les classifications tubulaires des SHS. Le changement des représentations culturelles, sociales et psychologiques requiert une pluridisciplinarité plus complexe qui associe technicité et humanités, une « réelle » transdisciplinarité au sein des humanités, voire au-delà ;

  • Les effets du numérique sur l’organisation de la recherche elle-même et sur les programmes de recherches en SHS devraient particulièrement concerner les chercheurs en SIC, notamment dans leur rapport aux humanités numériques.

Les médias numériques : un objet de recherche transversale

Définition du média numérique dans sa relation à l’hypertexte et l’hypermédia

4Tout en restituant des éléments historiques sur l’inscription du numérique dans les recherches en SHS et en SIC, nous abordons des éléments de définition du numérique à travers les propriétés originales qu’il confère à l’information et à la communication, notamment à travers la métaphore spatiale de la « navigation » (Munro, Höök, & Benyon, 1999) chère au web.

5S’ils partagent le fait d’être « numériques » – c'est-à-dire « inscrits dans un fichier informatique » – les données et les documents numériques recèlent une multitude de formats, d’encodages, de fonctionnalités et d’usages. Ces fichiers peuvent être numériquement générés ou numérisés et, s’il existe de nombreuses problématiques liées à cette ingénierie, il est selon nous indispensable d’étendre la réflexion à leur inscription sociale : le rôle et l’impact de ces données et de ces documents numériques sur l’organisation des activités, les processus d’information et de communication. La variété des types de médias numériques peut être caractérisée par leur degré de transparence ou de prégnance. La transparence, ou l’« immediacy » selon Bolter et Grusin (2000), caractérise un média qui s’efface, qui veut faire oublier son existence aux personnes qui l’emploient, afin que celles-ci s’exemptent de compétences techniques et afin de simuler une forme de réalisme perceptif ; le média possède de ce point de vue un statut de « boîte noire » cybernétique dont il n’est pas nécessaire de comprendre le fonctionnement interne pour l’exploiter dans un environnement d’ordre plus complexe ; nul n’a besoin de comprendre la structure informatique d’un document hypertexte pour l’utiliser : peu de personnes, par exemple, maîtrisent les principes de la télécommunication bien que le téléphone mobile est un outil support de la communication. L’« hypermediacy » (Bolter & Grusin, 2000) est une propriété du média qui le rend observable et prégnant, comme une couche supplémentaire qui enrichit le contenu d’interfaces sensibles, rendant ainsi possible l’interaction avec ceux qui l’utilisent ; le média contraint ici plus fortement les représentations et son usage, en contrepartie de nombreuses opportunités d’interactivité. Le concept d’hypermédia en tant que « combinaison du multimédia [lui-même issu de la combinaison entre textes, photos, sons, vidéos, données informatiques, 3D] et de la structure hypertexte » (Saleh, Mkdami, Reyes, 2005, p. 36), répond aux critères de l’hypermediacy dans le sens où la structure hypertexte, les liens internes et le rapport entre le contenu et ses formes d’expressions sont augmentées d’outils de traitement et de transformation actionnables par l’utilisateur.

6De manière originale, Bolter et Grusin ont proposé un troisième concept : la « remediacy ». La remediacy est selon eux l’une des propriétés principales des médias numériques (2000, p. 45), du fait qu’ils ont la double capacité d’être transparents ou prégnants et surtout qu’ils peuvent être convertis de l’un à l’autre selon les préférences de leurs usagers. Cette conversion permanente, itérative ou récursive, et cette nature ubiquitaire des contenus ont été à leur tour valorisées par l’explosion des échanges supportés par les TIC.

7L’enrichissement collaboratif des contenus et l’interactivité proposée par les systèmes d’information numériques permet une remédiation accrue des contenus ; remédiation intrinsèque, au sens où la forme expressive est modulable, et remédiation extrinsèque, au sens où l’interprétation plurielle, diversifiée, capitalisée et croisée des contenus par les utilisateurs (mais aussi par les machines elles-mêmes) complexifie les processus communicationnels par lesquels les acteurs s’organisent, se coordonnent, se partagent des informations, des expériences, construisent des pratiques et des savoir-faire.

8Dans son travail fondateur d’une approche formelle de l’hypertextualisation, Nelson a fait la démonstration fine et prospective de l’impact des technologies numériques sur le spectre des activités humaines, de l’enseignement hypermédiatisé à l’usage d’écran tactile ou encore à la chirurgie assistée par les technologies. Si, de manière idéalisée, Nelson (2003, p. 307) pense « les technologies [comme] l’expression des rêves de l’humanité », nombre des « rêves » qu’il a formulés dans les années 1960 se sont réalisés ces dix dernières années ; les près de deux milliards d’internautes équipés d’outils numériques concrétisent quotidiennement ses anticipations : usage de l’hypertexte, d’hypergrammes, conception et pratique de délinéarisation et de personnalisation des contenus, interfaces tactiles, bibliothèques universelles et archives ouvertes, construction collective de l’information, etc. (Saleh & Papy, 2000 ; Brossaud & Reber, 2007a, 2007b ; Bouhaï & Saleh, 2011 ; Svensson, 2010 ; Doueihi, 2011).

9Le web a cristallisé ces évolutions ; la révolution de l’hypertexte et de l’hypermédia représente bien cette tendance. De l’attention portée à la structuration des données techniques spécialisées et aux flux informationnels dans la construction sociétale et organisationnelle, à la formulation de l’utopie d’un monde interconnecté d’où émanerait une intelligence collective « supérieure à la somme des intelligences individuelles », les travaux sur l’hypertexte et l’hypermédia ont permis de faire un saut qualitatif dans l’appréhension des phénomènes humains et sociaux. En effet, les modèles explicatifs des comportements, des pratiques et des dynamiques sociales sont repensés en fonction des manières dont l’homme conçoit, organise, communique et exploite l’information à des fins de connaissance.

Le numérique et les humanités : un enjeu pour les SIC

10Nous proposons de circonscrire les phénomènes épistémologiques qui sous-tendent l’étiquette de « digital humanities » (humanités numériques). La catégorie même des « humanités » est de plus en plus utilisée pour qualifier les sciences de l’homme et de la société dans un souci de mettre en exergue leur interrelation et interdépendance. L’influence du numérique, qu’il s’agisse des objets de recherche, de l’enseignement, des usages ou des théories qui lui sont relatifs, dépasse en ce sens le statut d’objet d’étude circonscrit, ayant par ailleurs transformé les pratiques et les méthodes mêmes des SHS. McPherson (cité in Svensson, 2010, p. 14) traduit cet impact en proposant trois formes de digital humanities : les humanités numériques computationnelles (outils informatiques et infrastructures numériques pour la recherche), collaboratives (centrées sur les réseaux de chercheurs, l’échange et l’interaction) et multimodales (combinant les deux autres formes augmentées de la gestion multimédia des discours scientifiques et des produits des activités sociales). S’appuyant sur d’autres recherches qualitatives, Svensson (2010) a établi une typologie plus précise des digital humanities. Il propose d’étendre la définition des « humanités 2.0 » (Davidson cité in Svensson, 2010, p. 15), qui profitent de l’évolution du web et des nouvelles formes d’organisation ouvertes mettant en valeur des partenariats inter-organisationnels. Les humanités numériques concerneraient alors des programmes qui, selon nous, recouvrent des enjeux attachés aux travaux réalisés en SIC et que Svensson décompose en cinq thèmes :

  • Les outils numériques comme support de la recherche mais aussi les cyber-infrastructures numériques, ou « Grid », dédiées aux SHS (Caverni & Dacos, 2010).

  • Les outils numériques comme objets d’étude.

  • Le numérique comme média expressif, qu’il soit numérisé ou qu’il soit le produit des outils numériques ; thème auquel il faut ajouter la dimension plus esthétique, voire poétique des contenus numériques (Saemmer, 2009).

  • Le numérique comme un laboratoire d’exploration des nouveaux usages et des nouvelles formes de communication.

  • Le numérique comme ayant une « fonction sociale », comme un lieu propice à l’activisme artistique et critique.

  • 1 En 1974, une association de chercheurs créa la Société Française des Sciences de l’information et d (...)

11Alors que la relation entre information et communication est encore régulièrement questionnée (Varet, 1987 ; Escarpit, 1991 ; Baltz, 1998, 2009 ; Boure, 2002 ; Miège, 2004, Papy, 2008), et ce, depuis l’émergence des SIC en France1, la relation entre numérique et SIC demande elle aussi à être débattue. D’abord, parce que la mondialisation des échanges et la normalisation des communications scientifiques internationales nécessitent l’élaboration de référentiels communs. Ensuite, l’implication des chercheurs dans les récentes innovations technologiques et la normalisation du discours scientifique international induisent une indexation récurrente du champ disciplinaire des SIC à celui de la Technologie (de l’information et de la communication), peu représentative de la variété de ces recherches.

12Il faut par conséquent bien valoriser la contribution d’une approche du numérique centrée sur l’Homme et une société numérique qui acquerrait, selon Doueihi, le statut de « civilisation » (2011).

Le rôle des technologies dans la définition des SIC

13La définition large des SIC proposée par Meyriat et Miège (in Boure, 2002, p. 60), caractérise l’initiative réunissant deux champs de recherche étroitement liés par leur définition formelle – « communiquer c’est échanger des informations » –, mais faisant souvent appel à des théories et des méthodologies variées, des sciences de l’ingénieur à la littérature ; pour eux, « l’étude des systèmes d’information et des modèles documentaires, informatiques et autres qu’ils mettent en œuvre » est un champ légitime des SIC. La 71e section du CNU, quant à elle, propose un cadre définitionnel interdisciplinaire qui met plus en valeur les médias de communication, les processus de médiation et de médiatisation « sous l’angle des représentations, des significations ou des pratiques associées » (site web officiel du CNU).

  • 2 Sources : Bigot R. et Croutte P. La diffusion des TIC dans la société française. Enquête No 269, 20 (...)

14Nous constatons que si les deux définitions proposées se recoupent évidemment, celle de Meyriat et Miège fait plus explicitement référence à la dimension « sciences de l’information » et aux technologies qui permettent la création, la diffusion ou le stockage des données et documents. Si l’origine littéraire des SIC n’est plus à démontrer, il faut aussi reconnaître la dépendance de son essor au développement alors imminent des technologies de l’information et de la communication de masse, à la veille des années 1980 (radios libres, télévision locale, communication satellite, etc.). Ces technologies font quant à elles bien plus référence aux problématiques d’ingénierie des systèmes d’information et manifestent donc une filiation plus directe avec les sciences formelles telles que le génie logiciel et les télécommunications. Après l’intégration de l’informatique, puis des nouvelles TIC dans les entreprises et les institutions, dépassant les usages individuels des années 80 et 90, l’expansion du réseau Internet de ces vingt dernières années a permis d’affirmer son rôle dans les dynamiques sociales à travers sa décentralisation, sa mutualisation et sa distribution accélérée. Rappelons ainsi que le taux d’accès à Internet dans les ménages a quintuplé entre 2000 et 2010 (de 12 à 64 %), qu’en 2010, près de 80 % des Français se connectent à Internet chaque jour ou presque et que 38 % des internautes utilisent l’Internet mobile (20 % en 2008)2. Si l’on replace ces chiffes dans une perspective mondiale, force est de constater la progression continue de l’usage des TIC, à travers celle de l’internet, et l’inversion du rapport de force entre médias traditionnels et médias numériques (journaux, presse, télévision, jeux, documents en autres).

La « conscience du média » : la convergence homme-technologie

Qui ne voit comment l'informatique rend possible une relecture et l'amélioration – la transformation – de tous nos médias ? [Mais] il faut comprendre que la question fondamentale concerne la CONSCIENCE du MEDIA, et non les connaissances techniques.
(Nelson, 2003, p. 318)

15Cette proposition anticipatrice de Nelson, repositionnant l’étude des médias non pas vis-à-vis de la technologie sous-jacente mais en rapport à son usage, est toujours plus d’actualité. En effet, la « conscience du média » et plus particulièrement des hypermédias, est un facteur important qui joue sur la culture informationnelle des individus. Avoir « conscience du média », c’est savoir mesurer et évaluer l’impact du média sur un message, c'est-à-dire anticiper les effets de l’information que l’on produit et son « cycle de vie », cycle qui n’est plus la seule responsabilité de l’émetteur ou de l’éditeur mais aussi celle des nombreux médiateurs techniques : moteurs de recherche, médias sociaux, sites d’entreprises, agrégateurs… À l’heure du numérique, « prendre conscience du média » demande un certain niveau de connaissance et de savoir-faire dont l’appréhension dépend du rapport entre la structure technique du média et son usage collectif (Baltz, 2012). Est-il alors possible, dans une approche complexe, d’exclure les pratiques de conception et de construction des médias et de l’information, aujourd’hui majoritairement dépendantes des outils numériques, dans les recherches en information-communication ? Pourrions-nous « faire l’économie des liens féconds entre STIC et SHS » (Brossaud & Reber, 2007a, p. 275 ; 2007b) ? De la même manière, est-il possible d’exclure la question du traitement social, culturel, anthropologique et cognitif des médias dès lors qu’ils participent à l’émergence de nouvelles formes de communication (Sander 2008) ?

16Un angle d’approche ne prenant pas en compte l’impact du numérique dans les activités humaines peut être légitime, voire indispensable, pour éviter une approche techno-centrée qui ne retiendrait que les phénomènes liés aux technologies de la communication et par là même exclurait des pans entiers des activités humaines, voire d’autres formes de traditions ou de cultures.

Évolutions des problématiques en SIC dans leur relation au numérique : un catalyseur épistémologique

Le cas de la conférence H2PTM

17En 1989, la première conférence Hypertext, Hypermedia, Products, Tools & Methods (H²PTM) fut organisée à l’initiative du Laboratoire Paragraphe. Elle réunit aujourd’hui de nombreux laboratoires de recherche en SIC au niveau de son organisation et de ses actes, mais aussi des chercheurs représentant d’autres disciplines avec qui les échanges ont permis d’identifier, puis de raisonner de nouvelles problématiques liées à la conception, l’usage et les effets des nouveaux modes de production de l’information. Onze éditions de la conférence ont réuni environ 5 000 participants – plus de 1 300 articles ont été proposés et dont près de 500 acceptés – partant d’une orientation centrée sur les technologies de l’information (y compris les modèles mathématiques et d’ingénierie sous-jacents à la production et l’exploitation des données numériques). L’extension de l’usage d’Internet des États-Unis vers l’Europe, puis au reste du monde dans le milieu des années 1990, marquait déjà une évolution des thématiques vers des considérations plus orientées usage et réception : ergonomie des interfaces, scénarisation des multimédias, apprentissage interactif, multilinguisme, systèmes documentaires, etc. Le fil conducteur que forment les notions d’hypertexte et d’hypermédia a suivi cette évolution conceptuelle ; d’abord abordés selon leur structure technique et télématique, ces notions ont fait de plus en plus référence à leurs effets sur l’activité humaine, comme mode d’organisation de l’information et des connaissances ; sans compter que l’emploi du concept d’hypertextualité fait le pont entre les techniques informatiques et l’élaboration littéraire, rhétorique et discursive des contenus.

18Nous avons en effet constaté que le mouvement conceptuel se faisait dans les deux sens – celui des ingénieurs des TIC, intégrant de plus en plus le facteur humain dès les phases primaires de la conception, et celui de nombreux chercheurs issus des SHS (psychologues, ergonomes, sociologues, anthropologues, littéraires, linguistes, sémioticiens,…) portant eux leur attention sur le numérique – pour converger clairement au moment de l’avènement d’Internet.

19Nous avons pu vérifier que le point de convergence se situait au tournant du siècle, au moment de la « bulle Internet », en particulier de la démocratisation des accès Internet haut débit (1999 en France). L’augmentation des capacités des réseaux a entièrement transformé la conception techniciste du numérique pour faire émerger ses dimensions humaines. Cette tendance avait d’ailleurs été annoncée dès 1995, époque à laquelle les documents et les supports numériques tels que courrier électronique et CD-Rom ont fortement impacté la société (documentation, éducation, jeux, logiciels), à partir du moment où le taux d’équipement informatique devenait significatif. Si de nombreuses contributions ont traité des problématiques classiques sous l’angle du numérique, c’est bien le développement des contenus et des services web, puis du « web 2.0 » collaboratif et participatif, qui a nécessité le développement de points de vue théoriques complémentaires. Pour preuve, l’essor des médias sociaux fut l’un des objets les plus fédérateurs, avec les interfaces, l’interactivité, les jeux vidéo et les nouvelles écritures, au travers du prisme numérique.

Le numérique, révélateur du besoin de transdisciplinarité

  • 3 Le premier sous-corpus contient l’ensemble des 2187 titres de thèses enregistrées jusqu’à octobre 2 (...)

20Une analyse sémantique, qualitative et quantitative, des titres3 de thèses en SIC enregistrées sur le Fichier Central des Thèses, vient confirmer l’interdisciplinarité intrinsèque des SIC, au moins au niveau de ses objets de recherche. L’analyse du corpus brut fait apparaître les termes clés émergents selon l’ordre décroissant de leur fréquence relative (de 1 à 0,22) comme suit : communication, information, cas, média, étude, analyse, Internet, enjeu, France, pratique, politique, approche, développement, construction, discours, télévision, presse, culture, NTIC. Des tensions épistémiques sous-jacentes ont été décelées après l’analyse du corpus généralisé ; le poids et les relations sémantiques des quatre premiers méta-concepts (grandes catégories de termes des titres de thèses) sont représentatifs des projets de recherche doctorale actuels (fréquence relative par ordre décroissant, de 1 à 0,17) : média (1), région géographique (0,92), TIC (0,62), culture (0,47), communication (0,39), organisation, social, information, politique, apprenance.

21On peut donc avancer que le développement du numérique a fait converger les chercheurs en technologies et en humanités. Les SIC sont à la jonction de grands champs disciplinaires et, pour cette raison, du fait d’un capital de travaux éclectiques ces trente dernières années, nous pensons qu’elles sont légitimes pour jouer le rôle de pivot et de « traducteur » entre les humanités et les technologues du numérique, en particulier à partir de leurs recherches sur les processus de médiation.

22Le besoin de transdisciplinarité dans les projets de recherche se fait d’autant plus présent concernant le numérique, que ce soit pour les ingénieurs, qui doivent prendre en compte ses contextes d’usage et ses conséquences, ou pour les chercheurs en sciences humaines qui doivent saisir les effets des TIC sur leurs objets d’étude. À partir de là, un scénario probable voudrait que ce besoin de transdisciplinarité aille en grandissant (neurosciences, nanotechnologie, robotique, cybertechnologie, domotique, transhumanisme, objets communicants,…). Ce rôle de pivot entre les SHS et les sciences de l’ingénieur (et aussi au sein même de ces deux ensembles) devrait alors constituer à terme l’un des enjeux scientifiques importants pour les jeunes chercheurs en sciences de l’information et de la communication.

Problématiques transdisciplinaires

23De nouveaux champs de recherche remettent ainsi en question les pratiques et les méthodologies traditionnelles, de même que les séparations et les classifications des sciences, instituées pour la plupart avant l’émergence des nouvelles TIC. Les données de masse diffusées sur le web constituant une forme de mémoire, celle-ci serait alors à considérer comme le support principal d’une intelligence collective. Mais il reste plusieurs questions à formuler : d’abord, celle de la localisation de ces données et de leur accès ; ensuite, l’émergence de ce qui pourrait être appelé une « mémoire numérique » invisible, à laquelle contribuent tous les utilisateurs du web, et dont la persistance pose la question des traces numériques et des conditions de leur utilisation ; enfin, l’espace informationnel que sécrète le numérique remet en question la notion actuelle de frontière, redéfinie en fonction de la « géographie » de ce nouvel espace.

La localisation des données numériques

24Des objets communicants, interconnectés, font de plus en plus partie intégrante des activités quotidiennes, et l’extension des réseaux sans fil et du très haut débit permettent concrètement d’exploiter la puissance du plus grand réseau informatique au monde (Internet) pour mettre en relation les données produites par ces objets et leurs utilisateurs. La croissance accélérée de la quantité d’information disponible sur les réseaux nécessite l’amélioration des méthodes et des dispositifs de collecte, de traitement, d’indexation et de diffusion des données pertinentes pour l’activité humaine et selon ses contextes (Papy, 2008 ; Hachour, 2009). Cela pose le problème de la distribution des données et des documents sur le web. L’humain rend lui-même observable qu’il est l’un des nœuds de ce réseau mondial de communication ; il peut en effet désormais s’y synchroniser lorsqu’il utilise les fonctionnalités ubiquitaires des nouveaux terminaux mobiles. Il ne possède plus toutes ses informations, ses données ou ses ressources mais il peut y faire appel quotidiennement à l’aide de « prothèses d’un nouveau type » (Sander 2008) lui permettant de les réunir, de les diffuser, d’y accéder, de les visualiser et de les exploiter. Que toutes ces ressources informationnelles soient « dans les nuages », distantes, ou localisées, la question porte plus sur la pertinence de leurs relations et sur leur interopérabilité (Saleh, 2006 ; Berners-Lee, 2009 ; Lévy, 2011). Par exemple, la réalité augmentée, associée à des interfaces mobiles, permet d’indexer des informations pertinentes à des lieux ou des situations en temps réel. Le rapport à la spatialisation et la temporalité des informations disponibles s’en trouve donc transformé, ce qui conduit à de nouvelles pratiques (culturelles, sociales, professionnelles, institutionnelles) mais aussi au développement de nouvelles « habiletés » cognitives et rhétoriques. C’est ainsi, autres exemples, que les projets « Montre Verte » et « City Pulse », menés au sein du Laboratoire Paragraphe montrent concrètement comment ces nouvelles ressources ubiquitaires peuvent transformer les comportements et le rapport au monde, en l’occurrence en « permettant de collecter, consulter, regrouper et visualiser des données environnementales urbaines [ozone, bruit, azote, humidité, température] »4, à l’aide de différents capteurs.

25Mais il faut prendre en compte que, si le traitement des informations peut se faire localement, leur stockage pourra être délocalisé, ce qui peut alors générer de nouveaux risques et poser de nouveaux problèmes. Car, du fait que l’accès à l’information est une ressource stratégique pour la conduite des activités, il tend à être dépendant de médiateurs externes dont la pérennité n’est pas assurée, ce qui peut impacter le quotidien (pertes de données, de documents,…) mais aussi engendrer de véritables cataclysmes informationnels à grande échelle.

Mémoire collective et mémoire invisible

26Il est clair qu’une mémoire numérique collective, produite par les contributeurs du web, se constitue en permanence. L’exploitation et la valorisation de cette mémoire sont cependant confrontées actuellement à la fois à des difficultés techniques et à une insuffisance de compétences, ces compétences renvoyant à une « culture » durable et dynamique combinant les dimensions praxéologique (savoir-faire), symbolique (représentation) et conceptuelle (cognition) (Baltz, 2012).

  • 5 Comme le caractérise la loi dite de Moore : la puissance des ordinateurs double chaque année à prix (...)

27Selon Lévy, dans son livre La sphère sémantique (2011), les problèmes techniques sont « la fragmentation linguistique et culturelle, […] l’opacité sémantique, l’incompatibilité des systèmes de classifications et les difficultés rencontrées par l’ingénierie informatique à prendre en compte la signification des documents au moyen des méthodes générales ». Or, à ce jour, les nouveaux outils numériques et les boîtes noires techniques qui les propulsent n’égalent de loin pas encore l’intelligence humaine, même s’ils constituent déjà une aide efficace, du fait de leur puissance croissante5 pour la collecte, le filtrage et la visualisation de cette masse de données dont la quantité est trop importante pour le traitement humain. De sorte que « nous ne savons comment transformer […] cet océan de données en connaissances utilisables dans la vie quotidienne. Et nous ne savons pas comment transformer le médium numérique en observatoire réfléchissant à nos intelligences collectives » (Lévy, 2011).

  • 6 Ces traces peuvent être laissées à différents niveaux de « conscience du média ». Pour reprendre la (...)
  • 7 De la même manière que le web dit « sémantique », qui est en réalité un web de données interopérabl (...)

28En plus des considérations liées à l’interopérabilité des données, qu’elles soient locales ou distribuées, une nouvelle dimension interactive et imperceptible pour le profane vient alimenter les espaces de stockage. Auparavant, en effet, l’espace de stockage informatique était très précieux, chaque octet devait justifier son existence ou être détruit. Bien que ce phénomène se renouvelle, persiste encore aujourd’hui, il concerne plus exclusivement les multimédias ou les hypermédias dont le poids des fichiers est prépondérant. Par contre, les données textuelles légères – les « carnets de bords » automatiques (ou logs) – sont gérées de manière discrète par les nouveaux systèmes d’information et participent à la construction d’un autre web, construit à travers l’accumulation des traces laissées par les agents ou par leurs interactions, sorte de concaténation d’« identités numériques »6 (Georges, 2009). Par exemple, les requêtes sur les moteurs de recherche, les connexions et consultations, les parcours de navigation, les échanges de données informatisées, les contributions et commentaires sur les médias sociaux et ce, jusqu’à un degré élevé de finesse (ex., mouvement de la souris, oculométrie, etc.) sont autant de données dont la collecte et le traitement sont uniquement limités par la capacité de stockage et la puissance de calcul. Si une large partie de ces données peuvent être protégées par la propriété et appartiennent parfois à des entreprises, elles ne sont pas moins un capital invisible à valoriser. C’est le cas maintenant dans différents domaines, de l’innovation à la gestion des ressources, en passant par l’analyse stratégique et « socionumérique » de ces nouveaux indicateurs (Rieder, 2010). Ce web dit « social »7 est une ressource exploitable via des outils informatiques (statistiques, sémantiques ou lexicographiques par exemple), qui fonde ainsi un nouveau champ de ressources pour les organisations.

29Cette masse de données interconnectées et générées par les traces numériques constitue pour les info-analystes une forme d’« inconscient collectif » dont le traitement peut dévoiler les intérêts, les raisonnements et les comportements de communautés virtuelles. Comprendre, anticiper et surveiller cette mémoire invisible demande une culture informationnelle avancée, déjà évoquée selon son versant symbolique (Baltz, 2012). Il est donc important de poursuivre les recherches sur l’information literacy en collaboration avec l’anthropologie, les sciences de l’éducation, les pédagogues et la société civile.

Les frontières numériques

  • 8 Voir par exemple les contributions de la journée d’étude « Internet et Frontières », organisée le g (...)

30L’Internet est « créateur de frontières » (Perriault in Schafer, 2011), et les « frontières numériques » qu’il génère redynamisent les recherches interdisciplinaires récentes8. Renouvelées sous tension permanente, les frontières numériques se sont aujourd’hui partiellement fondues dans une catégorie de frontières transversales, virtuelles dans leur physicalité mais bien réelles dans leurs impacts : elles s’immiscent parfois sinueusement dans les activités humaines, sauf lorsqu’elles sont invoquées dans une liturgie spéculative propre au monde politique et des idées.

  • 9 Conférence d’ouverture du Colloque de la SFSIC 2010, Université de Bourgogne, Dijon.

31La métaphore heuristique que provoque le concept de frontière nous amène à nous poser la question de l’« espace numérique » (Lévy, 2011) dont la clôture, pour paraphraser Bougnoux9, caractérise la culture et par là même l’identité. La diversité des informations disponibles dans le cyberespace, les nouvelles possibilités de reconfiguration sociale et de virtualisation d’espaces communs, d’identités partagées, de réalisations décentralisées et distribuées posent la question de l’impact des TIC sur l’hybridation des formes de représentations. Au-delà des zones de fracture numérique et cognitive, quels rôles jouent les communautés virtuelles dans ces re-socialisations ou alter-socialisations ? Quelle relation existe-t-il entre les frontières numériques et les autres types de frontières ? Comment les distinctions se manifestent-t-elles ?

32Cette question des frontières numériques soulève plusieurs problèmes concrets pour lesquels les SIC, orientées vers les « humanités numériques », pourraient apporter une contribution décisive. Nous nous intéresserons particulièrement aux frontières sémantiques par lesquelles les mots-clés, parfois gérés par les « douaniers virtuels » que constituent les moteurs de recherche, peuvent jouer un rôle de filtre dans l’accès à l’information ; par transitivité et association sémantique, ces médiateurs orientent également les internautes sur des parcours et des « couloirs de conversion » optimisés. Ainsi, les frontières numériques peuvent être aussi analysées comme des médiateurs dont la nature est intrinsèquement technologique mais dont la fonction relève de décisions et de pratiques humaines. La reconfiguration sociale, technologique et cognitive des sociétés par le numérique re-spécifie donc tous les types de frontières : entre les langues, les cultures, les idéologies, les arts, les genres, les espèces, les machines, les environnements, les discours (profanes/experts), les espaces (publics/privés), les droits locaux, nationaux et internationaux, les e-services et les services,…

33Enfin, comment ne pas évoquer que se manifeste ici une problématique fondamentale, sous-jacente à celle des frontières numériques, à savoir celle des éthiques de l’information, de leurs définitions, de leur respect, de leur détournement et des modalités techniques de leur mise en œuvre dans un contexte multiculturel :

  • 10 Extrait des conclusions du travail collectif d’analyse réalisé à partir des comptes rendus des Somm (...)

Les innovations et les possibilités permises et offertes par les TIC, sur les plans communicationnels et économiques, [font] fi de toutes frontières, réelles et symboliques […]. L’éthique, comme préoccupation, voire comme problématique transverse à la plus grande partie des actions à promouvoir en vue de l’essor des TIC, est alors apparue comme une condition sine qua non pour donner un avenir constructif et bénéfique à tous dans la mise en œuvre de la "société de l’information" (Fullsack & Mathien, 2008, p. 234)10.

34Cette volonté ainsi exprimée dans les SMSI aura au moins eu le mérite de poser la problématique de l’éthique. Mais elle doit encore se concrétiser plus de dix ans après cette première initiative, constamment devancée par le dynamisme des TIC, l’économie du numérique, ainsi que la promotion industrielle et politique des projets de cybersécurité. Il est donc d’autant plus important que les chercheurs en information-communication s’emparent de la question de l’éthique de manière plus pragmatique que prescriptive, en étudiant concrètement sa mise en œuvre quotidienne dans les espaces numériques.

Haut de page

Bibliographie

BALTZ Claude, « Une culture pour la société de l’information. Position théorique, définition, enjeux », Documentaliste Sciences de l’information, vol. 35, No 2, Paris, ADBS, 1998.

BALTZ Claude, Shannon en questions, retour sur un concept majeur. Paris, Europia Productions, 2009.

BALTZ Claude, « Cyber, informationnelle, numérique… à nouvelles économies, nouvelles cultures ? », e-dossier de l’audiovisuel, INA-SUP, 2012. Consulté le 15 février 2012 :
http://www.ina-sup.com/print/2683.

BERNERS-LEE Tim, « Comment le web va se transformer », Hors-série de La Recherche, nov.-déc. 2009, pp. 58-61.

BOLTER J. David & GRUSIN Richard, Remediation : understanding new media. MIT Press, 2000.

BOUHAÏ Nasredinne et SALEH Imad (Coord.), Supports et pratiques d'écriture en réseau. Entre mutations et convergences, Document numérique, vol. 14, 3, 2011.

BOURE Robert (Sous la dir. de), Les origines des sciences de l'information et de la communication. Paris, Presses Universitaires Septentrion, 2002.

BROSSAUD Claire et REBER Bernard (Sous la dir. de), Humanité Numérique 1 : nouvelles technologies cognitives et épistémologie, Hermès-Lavoisier, 2007a.

BROSSAUD Claire et REBER Bernard (Sous la dir. de), Humanité Numérique 2 : socio-informatique et démocratie cognitive, Hermès-Lavoisier, 2007b.

DOUEIHI Milad, Pour un humanisme numérique, Le Seuil, 2011.

ESCARPIT Robert, L’information et la communication. Théorie générale. Paris, Hachette, 1991.

CAVERNI Jean-Paul et DACOS Marin, « Construire les Digital humanities en France Des Cyber‐infrastructures pour les Sciences humaine et sociales », @rchiveSIC, sic_00485477, version 1 - 30 May 2010.

FULLSACK Jean-Louis et MATHIEN Michel (Sous la dir. de), Éthique de la « société de l’information ». Bruylant, Bruxelles, 2008.

GEORGES Fanny, « Identité numérique et Représentation de soi : analyse sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux, 154, 2009, pp. 165-193.

HACHOUR Hakim, “Knowledge, Accountability, and Relevance Systems – Objectivations of Social Reality through Shared Symbolic Devices”, in Y. KIYOKI, et al. (Eds), Information Modelling and Knowledge Bases XX, Amsterdam, IOS Press, 2009, pp. 348-353.

HACHOUR Hakim, Créativité collaborative et sociocognition : rationalisation info-communicationnelle de la génération interactive de connaissances, Th : SIC, Université Paris 8, 2010.

HACHOUR Hakim, La sémantique des savoirs : méthode de description des communautés épistémiques et de découverte de connaissances. Actes du Colloque international ISKO Maghreb 2011, Hammamet, Tunisie, 13-14 mai 2011.

LEVY Pierre, La sphère sémantique, Tome I, Hermès-Lavoisier, 2011.

MIEGE Bernard, L'information-communication, objet de connaissance. Bruxelles, De Boeck Université, 2004.

MUNRO Alan J., HÖÖK Kristina & BENYON David, Social Navigation of Information Space, London, Springer-Verlag, 1999.

NELSON Theodor H., « Computer Lib/Dream Machines » (1974), in N. Wardrip-Fruin et N. MONTFORT, New Media Reader, MIT Press, 2003, pp. 303-338.

RIEDER Bernhard, « Pratiques informationnelles et analyse des traces numériques : de la représentation à l’intervention », Études de communication, 35, 2010, pp. 91-104.

SAEMMER Alexandra, « Digital literature. A question of style », in R. SIMANOWSKI, J. SCHÄFER, and P. GENDOLLA, Reading Moving Letters, Digital Literature in Research and Teaching, A Handbook. Bielefeld, Transcript Verlag, 2009, p. 163-182.

SALEH Imad et PAPY Fabrice, Les bases de données pour Internet et intranet, Hermès-Lavoisier, octobre 2000.

SALEH Imad, MKADMI Abderrazak et REYES Eve, « L’hypermédia au service du travail collaboratif », in I. Saleh (Ed.), Les hypermédias : conception et réalisation, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006.

SANDER Emmanuel, « En quoi Internet a changé notre façon de penser ? », in P. CABIN & J.-F. DORTIER (Eds), La communication - Etat des savoirs. Auxerre, Editions Sciences Humaines, 2008, pp. 363-369.

SCHAFER Valérie, « Compte-rendu de la journée d'étude "Internet et Frontières" », ISCC, 20 juin 2011. Consulté le 1er septembre 2011 : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1386#outil_sommaire_3.

SVENSSON Patrik, « The Landscape of Digital Humanities », Digital Humanities Quaterly, vol. 4, 1, 2010. Consulté le 30 septembre 2011 :
http://digitalhumanities.org/dhq/vol/4/1/000080/000080.html#.

VARET Gilbert, Pour une science de l'information – comme discipline rigoureuse, Presses Universitaires Franche-Comté, 1987.

Haut de page

Notes

1 En 1974, une association de chercheurs créa la Société Française des Sciences de l’information et de la communication (SFSIC). En 1975, la 71e section du CNU est instituée (voir Hachour, 2010, chapitre 2). Les conférences Macy sur la cybernétique et le fonctionnement de l’esprit humain, conduites entre 1946 et 1953 sur le même type d’intuition, avaient elles aussi réuni de nombreux fondateurs des sciences de l’information et de la communication : Von Neumann, Lewin, Weaver, Shannon, Wiener, M. Mead, Simonet.

2 Sources : Bigot R. et Croutte P. La diffusion des TIC dans la société française. Enquête No 269, 2010, Crédoc ; Gombault V. Deux ménages sur trois disposent d’Internet chez eux. Insee, No 2340, Mars 2011.

3 Le premier sous-corpus contient l’ensemble des 2187 titres de thèses enregistrées jusqu’à octobre 2010 (un paragraphe pour un titre). Le deuxième sous-corpus contient 62 fichiers sources (correspondant à 62 établissements d’enseignement supérieur), chacun contenant l’ensemble des titres des thèses inscrites à l’établissement (voir Hachour 2011 pour le détail de la méthode). 

4 Présentation du projet : http://www.citu.fr/#projet_169_1 ; http://fing.org/?Montre-verte-City-pulse.

5 Comme le caractérise la loi dite de Moore : la puissance des ordinateurs double chaque année à prix constant.

6 Ces traces peuvent être laissées à différents niveaux de « conscience du média ». Pour reprendre la trichotomie proposée par Georges (2009), quelles soient « déclaratives », « agissantes » ou « calculées », les identités numériques laissent des empreintes au cours de la navigation, mais aussi par l’interaction et leur mise en relation.

7 De la même manière que le web dit « sémantique », qui est en réalité un web de données interopérables comme le souligne avec ferveur son inventeur Tim Berners-Lee (2009), le qualificatif de « social » est présomptueux même s’il veut dire que ce web se structure à partir des empreintes numériques issues des interactions multilatérales des utilisateurs et des machines.

8 Voir par exemple les contributions de la journée d’étude « Internet et Frontières », organisée le groupe « Gouvernance et usages de l’Internet » de l’Institut de Sciences de la Communication (ISCC) le 20 juin 2011.

9 Conférence d’ouverture du Colloque de la SFSIC 2010, Université de Bourgogne, Dijon.

10 Extrait des conclusions du travail collectif d’analyse réalisé à partir des comptes rendus des Sommets mondiaux sur la Société de l’Information (SMSI) tenus par l’Union International des Télécommunications et l’UNESCO.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Imad Saleh et Hakim Hachour, « Le numérique comme catalyseur épistémologique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/168 ; DOI : 10.4000/rfsic.168

Haut de page

Auteurs

Imad Saleh

Imad Saleh est Professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8. Il dirige le Laboratoire Paragraphe, équipe d’accueil n° 349 ; il est également responsable du département Hypermédia et directeur-adjoint de l’école doctorale « Cognition, Langage, Interaction ». Mail : imad.saleh@univ-paris8.fr

Hakim Hachour

Hakim Hachour est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication au département Documentation de l’Université Paris 8. Mail : hhachour@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page