Navigation – Plan du site
Émergences
Spicilège

Interroger le soft power dans les réseaux de production et de diffusion d’informations d’actualité sur les pays émergents

Stéphanie M.-L. Heng

Résumés

La Chine est aujourd’hui de plus en plus couverte dans la presse internationale. Le modèle politique chinois fascine. Mais le pays effraie toujours autant qu’il ne suscite l’admiration. En quelque trente ans, la Chine est devenue la première puissance économique mondiale. Pour lutter contre le soft power (puissance douce, dans les relations internationales) occidental, la Chine a lancé une offensive médiatique globale. L’exemple de la stratégie médiatique du gouvernement chinois est utilisé pour tenter de comprendre le soft power et ses implications en termes de reconfiguration des rapports de pouvoir au niveau international, au travers des réseaux de production et de diffusion de flux d’informations d’actualité. L’article va plus loin en interrogeant la notion de soft power dans le cadre de la théorie de l’acteur-réseau, comme piste pour repenser le soft power.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cet article est la synthèse et le prolongement d’une présentation que j’ai faite lors d’un symposiu (...)

1Cet article prend appui sur les exemples chinois et indien, pour comprendre le soft power – ou puissance douce dans les relations internationales – et ses implications en termes de reconfiguration des rapports de pouvoir au niveau international, au travers des réseaux de production et de diffusion d’informations d’actualité, eu égard en particulier aux pays émergents. Il tente d’analyser les différences entre soft power et propagande et de comprendre le poids du soft power dans les relations géopolitiques aujourd’hui. Il va plus loin en interrogeant la notion de soft power dans le cadre de la théorie de l’acteur-réseau, comme piste pour repenser le soft power.

2A la suite de la Guerre froide, le monde apparaissait essentiellement bipolaire. Il est aujourd’hui multipolaire avec l’apparition de plusieurs centres de pouvoir à l’échelle internationale (Todd 2002). D’une part, les États-Unis, certes dominants, voient leur influence baisser sur la scène internationale, avec la montée en puissance économique de pays tels que la Chine, le Brésil, l’Inde et la Russie. La Russie vise pour sa part à conserver le poids et l’influence dont elle disposait à l’époque de l’Union soviétique. L’Europe tente quant à elle de jouer un rôle important dans les affaires internationales.

3De nouvelles puissances font leur apparition. C’est le cas notamment de certains pays émergents comme la Chine et l’Inde. Puissances émergentes sur la scène internationale, elles le sont non seulement eu égard au développement économique, mais également en termes de compréhension et d’utilisation des outils de communication comme pouvoir sur la scène internationale.

La communication internationale, outil d’un positionnement géopolitique

4A la fin des années 1980, les médias traditionnels, essentiellement occidentaux, dominaient les flux d’informations dans le monde. L’information s’articulait principalement autour des développements relatifs aux pays occidentaux. A contrario, les pays du Sud essentiellement, et autres pays considérés comme faisant partie des pays périphériques, étaient relativement peu couverts par la presse internationale. Il s’agit de la théorie centre-périphérie, mise en exergue par diverses études. Elle semble être de plus en plus mise à mal par les développements relatifs à l’évolution du journalisme international et à l’apparition de divers centres de pouvoir et de diffusion d’informations internationales, y compris depuis certains pays émergents. Nous sommes aujourd’hui de moins en moins dans un modèle centre-périphérie. Le pouvoir devient multipolaire, marqué par l’apparition de divers pôles d’influence à l’échelle internationale. En 1978, l’ouvrage « Décoloniser l’information » mettait déjà en lumière des lacunes et stéréotypes quant à l’ethnocentrisme culturel d’une circulation à sens unique de l’information : les critiques visaient une construction médiatique occidentale de l’étrangéité souvent réductrice (Bourges 1978).

5La maîtrise des flux d’information au niveau international est importante en termes d’image pour les pays, et également en termes de positionnement sur la scène internationale et, de fait, d’influence. Le soft power apparaît comme un outil essentiel au succès d’une politique gouvernementale efficace dans le monde (Nye 2004 ; Potter 2009). La perception du soft power par Joseph Nye est basée essentiellement sur la réputation d’un pays et la manière dont la réputation du pays peut influencer le reste du monde.

6De nombreux travaux ont porté sur les efforts en matière de soft power de pays tels que les États-Unis, la France ou d’autres puissances occidentales. Depuis quelques années, des travaux sur cette problématique visent des pays asiatiques émergents, tels que la Chine, la Corée du Sud, et des pays comme la Russie, très actifs et très avancés dans les stratégies de communication à l’échelle mondiale. La Chine et la Russie, par exemple, ont compris l’importance de maîtriser les flux internationaux d’informations, en termes non seulement d’image mais aussi de positionnement géopolitique. Ces deux pays ont mis en œuvre des stratégies de contrôle et de diffusion des informations dans le monde. Le gouvernement chinois tente ainsi d’accroître sa présence internationale et de développer une image positive dans la presse internationale.

7Le gouvernement russe vise une stratégie similaire à celle du gouvernement chinois, en lançant divers canaux de communication, comme le service d'information multimédia Sputnik, lancé par la Russie il y a un an environ dans le but de fournir une vision alternative de l'actualité et de sortir d’une vision unipolaire du monde. De la même manière, Russia Today (RT) a été lancée dans le but d’inviter des experts internationaux à partager leurs vues sur des sujets d’importance comme, par exemple, la crise ukrainienne. Une analyse des sujets développés par RT et par des médias occidentaux comme CNN, invitant des experts différents, met en exergue des différences en termes de traitement de l’information entre ces différents médias.

Une frontière parfois ténue entre propagande et soft power

8Selon Nye, soft power et propagande sont différents. Selon lui, le concept de soft power comprend la diffusion d’informations de manière impartiale, par opposition à la propagande. Qu’en est-il de la Chine ? L’information diffusée par la Chine, via notamment ses canaux de communication détenus par l’État, est-elle impartiale ? Est-ce du soft power, concept de plus en plus développé et étudié par les chercheurs chinois ? Ou, cela se rapporte-t-il purement et simplement à de la propagande ?

9Force est de constater que la frontière entre soft power et propagande, à savoir des actions systématiques sur l’opinion visant à lui faire accepter certaines idées ou certaines doctrines, est relativement floue en ce qui concerne la Chine. Si la Chine est de plus en plus engagée en matière de questions internationales, et de plus en plus visible sur la scène internationale, diverses raisons permettent de comprendre certains développements à cet effet. D’une part, le modèle chinois fascine. Il existe une certaine curiosité, notamment dans les pays occidentaux face au modèle chinois. D’un autre côté, les autorités chinoises investissent des sommes d’argent conséquentes dans leur politique de communication internationale. L’objectif chinois viserait à faire face efficacement aux flux d’information internationale et à convaincre les audiences sceptiques que l’émergence de la Chine sur la scène internationale est une nouvelle positive. Les médias sont un élément clé de la stratégie chinoise à cette fin. Kingsley Edney écrivait d’ailleurs qu’il est important de comprendre le pouvoir de la propagande chinoise afin de comprendre la volonté du pays et ses efforts en vue d’influencer les perceptions internationales (Edney 2014).

10Les médias sont ainsi un outil essentiel d’une stratégie de soft power d’un pays visant, comme l’écrivait Nye, à développer sa place et son influence sur la scène mondiale. Cependant, l’approche de Nye en matière de soft power a été critiquée : selon certains, le soft power serait inefficace (Ferguson 2004). D’autres travaux ont mis en exergue des limites du soft power : le concept ne permettrait pas de pallier le manque de puissance ni le manque de dialogue entre des confessions, des ethnies ou des cultures (Mongrenier 2015). Certains auteurs seraient d’avis que les acteurs ne peuvent répondre qu’à des motivations d’ordre économique ou à la force. S’il reste difficile, en dépit de l’existence de certains indexes (un index de soft power a été développé par l’Institute for Government, au Royaume-Uni et le magazine Monocle), de comprendre précisément l’efficacité de ces stratégies, il n’en demeure pas moins qu’elles exercent une certaine influence, en termes de persuasion, dans la manière dont certains pays les mettant en œuvre sont perçus.

11Les stratégies de soft power peuvent aboutir à des résultats concrets. Dans l’ouvrage « Soft Power Superpowers : Cultural and National Assets of Japan and the United States », Yasushi Watanabe et David McConnell analysent les atouts du soft power des États-Unis et du Japon et leur contribution à l’une des relations bilatérales les plus efficaces et positives du XXe siècle. Le livre présente les divers axes du soft power qui sont impliqués dans les relations entre les États-Unis et le Japon, ainsi que la nature interactive de la persuasion et les implications, à l’échelle mondiale, du soft power dans le monde actuel (Watanabe, McConnell 2008).

Contrôler les flux internationaux d’informations

12Avec le développement des médias et d’Internet, l’information est devenue aujourd’hui largement accessible par une grande partie de la population mondiale. L’information circule mieux, plus vite et en plus grande quantité. Les XXe et XXIe siècles ont été les témoins de l’importance accordée aux questions et débats autour des flux d’informations et du poids de ces derniers dans les relations internationales. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, le principe de libre circulation de l’information est devenu l’élément principal de la diplomatie et de la communication internationale des États-Unis (Mattelart 2014). Ce principe découle de l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme des Nations Unies en 1948. Il pouvait également être vu comme une arme contre l’Union Soviétique : les États-Unis avaient créé plusieurs stations de radio dans le but de pénétrer le rideau de fer (Mattelart 2014).

13L’image d’un pays découle d’un processus historique complexe combinant différents facteurs tels que les relations diplomatiques ou encore les changements sur les scènes politique et économique internationales. Parmi ces facteurs, les médias d’information occupent en effet un rôle important dans la construction et dans la formation de l’image d’un pays (Xiang 2013).

14Aujourd’hui, les acteurs de la production et de la circulation d’informations internationales ne sont plus seulement occidentaux. La situation est devenue plus compliquée, notamment avec l’apparition de puissances émergentes. Les pays émergents asiatiques, tels que l’Inde et la Chine, sont des exemples intéressants à cet effet. Ces deux pays ont créé, au début des années 2000, des chaînes d’information en anglais, afin de concurrencer les médias occidentaux. En voici quelques exemples : CCTV (China Central Television), CNC World, Xinhua, Russia Today.

L’internationalisation des médias des pays émergents

  • 2 Quatre théories principales du développement : modernisation, dépendance, système-monde et mondiali (...)

15Selon James Curran, si la perspective des quatre théories2 dans les années 1950 ne voyait l’univers qu’au travers du regard occidental, elle fut suivie dans les années 1960 par la théorie de la modernisation. Cette dernière appelait les pays en voie de développement à suivre l’exemple de l’Occident et à l’imiter (Curran 2002).

16Si les médias traditionnels occidentaux ont dominé l’information internationale pendant de longues années, la situation évolue. L’inégalité entre les informations sur les pays du centre, à l’origine les pays industrialisés du Nord, et celles sur les pays périphériques, souvent du Sud, est en train de s’atténuer, même si ces derniers souffrent toujours d’une certaine marginalisation en termes d’information circulant sur la scène internationale (Kim, Barnett 1996). Pour pallier le manque d’informations et contrer certaines informations diffusées par les médias internationaux traditionnels, la Chine et la Russie ont mis en place, il y a quelques années, des agences de presse contrôlées par l’État. Ces dernières ont souvent été qualifiées d’agences de propagande par les pays occidentaux. Pourquoi parle-t-on aujourd’hui davantage de diplomatie publique, notamment de soft power, que de propagande ?

Le cas chinois : la mise en place d’une stratégie internationale agressive en matière de communication

17Avec la montée de la Chine sur la scène internationale, les études sur l’image de la Chine sont devenues importantes dans le domaine de la communication. La Chine apparaît comme l’un des pays asiatiques, sur lesquels un nombre croissant de livres et d’études portent, notamment quant aux problématiques de développement d’un soft power (Callahan, Barabantseva 2012). L’information sur la Chine présente dans les médias internationaux est de plus en plus importante, en termes de quantité. Une des raisons principales expliquant ce développement réside dans le fait que la Chine est devenue, il y a plusieurs mois, la première puissance économique mondiale, devançant les États-Unis.

18La Chine, qui a longtemps utilisé et usé de son hard power, via les efforts tant militaires qu’économiques, a décidé il y a quelques années de se lancer dans une politique de communication proactive, voire agressive, dans le but d’améliorer son image et son rayonnement dans le monde. Le pouvoir d’attraction chinois est un élément majeur de cette nouvelle politique contrôlée par l’État. Le but principal de ces démarches vise à améliorer l’image du pays hors de ses frontières, d’influencer la perception qu’en ont les diasporas chinoises dans le monde. Les initiatives lancées par la Chine visent également à contrer l’information diffusée par certains médias occidentaux, eu égard à des sujets sensibles et problématiques tels que la violation des droits de l’homme en Chine, les problèmes environnementaux, pour ne citer que ces exemples.

19La notion de soft power (ruan shili) est régulièrement apparue dans les médias chinois ces dernières années. Le soft power de Beiing dans les relations internationales est apparu au début de ce siècle (Zheng, Zhang 2012). Avec la montée de la Chine dans les questions internationales, un nombre croissant de personnes s’est montré attentif au soft power chinois. Le succès d’une stratégie de soft power d’un pays prend appui non seulement sur la réputation de ce pays, mais également sur les flux d’informations entre les pays et les acteurs dans – et de – ces pays. Ainsi, les médias apparaissent comme des sources évidentes et importantes de soft power, des sources visant tant les élites que le public au sens général.

20C’est en 2007 précisément que le Secrétaire Général du Parti Communiste chinois et Président Hu Jintao a décidé de lancer cette offensive majeure en investissant des sommes importantes d’argent, à savoir des milliards de dollars dans l’organisation d’événements internationaux comme, par exemple,  les Jeux Olympiques de Beijing en 2008 ou encore le Forum de Boao en Asie en 2013. Ces efforts ont été poursuivis par le Président Xi Jinping dans le but de changer l’image du pays sur la scène internationale et, de fait, son influence dans le monde. Les efforts de la Chine ont atteint un point culminant en 2009 avec le lancement d’une campagne de publicité d’envergure pour promouvoir le concept du « Made in China ». Des messages publicitaires ont été diffusés sur des chaînes telles que CNN. Au total, et selon des chiffres diffusés par le New York Times, la Chine aurait dépensé quelque 9 milliards de dollars (soit 7 milliards d’euros) dans ces actions pour les seules années 2009 et 2010. Environ 5 milliards d’euros sur la somme totale ont été consacrés aux médias spécifiquement.

21La Chine a en effet lancé des médias internationaux pour contrer les médias occidentaux diffusant en langue anglaise, tels que CNN et Bloomberg. L’agence de presse Xinhua jouit désormais d’un positionnement mondial. L’agence diffuse des informations, notamment en anglais. Son rôle dans la diffusion d’informations internationales n’est pas des moindres et ne cesse de croître. L’agence dispose de bureaux dans plusieurs pays et sur plusieurs continents, y compris en Belgique, en Afrique ou encore en Amérique latine. Quant aux principaux médias chinois, ils auraient reçu des sommes conséquentes dans le but de promouvoir l’image de la Chine dans le monde. De la même manière, la chaîne de télévision China Central Television diffuse en plusieurs langues, dont l’arabe, le français ou encore l’anglais. Les médias sont ainsi devenus un aspect important de la stratégie de diplomatie publique internationale de la Chine, démontrant par ailleurs le poids croissant des médias dans les stratégies de communication et d’influence des pays émergents sur la scène internationale. Grâce à ces stratégies, les pays émergents tentent également de réduire le déséquilibre en termes d’informations diffusées par les médias internationaux entre les pays développés, essentiellement au Nord, et les pays moins développés.

Premiers pas vers une stratégie de diplomatie internationale indienne

22Au cours des deux ou trois dernières décennies, l’Inde est apparue comme l’un des pays disposant de la croissance mondiale la plus importante. L’Inde change à un rythme accéléré depuis plusieurs années : le pays se développe, se modernise. Du côté militaire par exemple, l’Inde a développé et modernisé ses forces armées de façon considérable. Ces changements prennent part dans un contexte de relatif déclin des pays occidentaux, encore affaiblis par la crise économique et financière qui a débuté en 2007-2008. Le pays se repositionne, devient de plus en plus crédible pour prendre place dans les structures de gouvernance mondiales et jouer un rôle important sur la scène mondiale.

23Selon Uma Purushothaman, l’Inde dispose d’un potentiel conséquent en matière de soft power, cela pour diverses raisons et entre autres : sa culture, le rayonnement de sa civilisation, son importante diaspora, ainsi que ses liens historiques et culturels avec plusieurs pays dans différentes parties du monde. Mais ce soft power reste encore relativement limité. Les problèmes de corruption bureaucratique, la pauvreté et l’augmentation de l’écart entre riches et pauvres, le manque d’hygiène, le mauvais état des infrastructures, des conflits non résolus avec ses voisins immédiats ainsi que les tensions communautaires et les émeutes sont des facteurs contribuant à ternir l’image de l’Inde dans le monde (Purushothaman 2010).

24L’Inde prend progressivement conscience de l’importance d’une stratégie de diplomatie publique et du rôle des médias dans les développements de son soft power. Outre son poids économique et technologique, le pays dispose d’un potentiel non négligeable en termes de soft power. En parallèle du développement de ses stratégies de hard power, le soft power devient désormais un élément central de la diplomatie indienne (Thussu 2013). L’image de l’Inde change et elle change surtout depuis les récentes élections de 2014 et l’arrivée au pouvoir de Narendra Modi. Le Premier ministre Modi se démarque de plusieurs de ses prédécesseurs sur son utilisation des médias et sa stratégie de visibilité internationale. Le Premier ministre indien ne souhaite plus renvoyer une image de l’Inde négative, liée à la pauvreté, à la corruption. Il souhaite faire disparaître l’image d’une Inde appartenant aux pays du tiers-monde. L’Inde doit, à ses yeux, être perçue comme une nation forte. Les flux d’information et de données reflètent les aléas et les variations dans les relations entre les nations et les cultures qui dominent le courant dominant des échanges internationaux. L’Inde serait dans une position privilégiée en termes de développements à cet égard (Palmer 2008).

25Le précédent Premier ministre indien, Manmohan Singh, avait constaté en 2011 déjà l’importance de la trace laissée par l’Inde en termes d’influence dans le monde. Le Premier ministre actuel Modi attache une importance très concrète à la diplomatie publique et économique. Depuis le début de son mandat, il a multiplié les échanges et contacts bilatéraux avec d’autres puissances, ainsi que les messages à la presse. Il ne fait que peu de doutes que la communication a un rôle à jouer pour développer l’image et l’influence de l’Inde dans le monde. Durant la campagne électorale indienne en 2014, il s’était lui-même largement positionné dans les médias, y compris sur les réseaux sociaux.

26Au-delà des médias, le soft power indien est déjà largement présent au travers des films de cinéma de Bollywood. Les films de Bollywood sont un canal de communication et de diffusion d’informations sur l’Inde notamment dans les pays occidentaux. Si l’image de l’Inde est aujourd’hui encore largement liée à la pauvreté, à la corruption, à la question des castes et à d’autres problèmes que le pays connaît, il convient de remarquer que cette image de l’Inde reflète de moins en moins la réalité du pays. Il existe en outre un fossé conséquent entre les informations relayées par la presse internationale sur l’Inde et la réalité dans le pays. Adrian Athique écrivait par ailleurs que la circulation mondiale des films indiens crée un terrain propice aux discussions laissant apparaître des imaginaires divergents, tels que les identités entre l’Inde du Nord et du Sud. Bollywood a contribué à projeter une nouvelle réalité d’une modernité asiatique au reste du monde (Athique 2008). En ce sens, les films indiens apparaissent comme une source de soft power en termes de mondialisation. Si le soft power indien est largement dominé par les aspects culturels comme Bollywood, il est encore peu développé via les médias. Les actions de communication du gouvernement indien sur les développements et les initiatives mises en œuvre restent encore relativement limitées, eu égard à la scène internationale. Cela est notamment lié à la domination des flux d’informations par les États-Unis et le Royaume-Uni principalement. Une autre raison concerne le faible développement de médias indiens dans un contexte international (Thussu 2013). En matière de gestion d’image nationale, des pratiques sophistiquées de communication de marque permettraient de capter l’attention de l’audience. Les États-nations doivent aller au-delà des médias de masse et prendre en considération une vaste palette d’options en termes de communication pour partager des informations avec des publics en-dehors des frontières du pays (Wang 2008).

27Beaucoup d’efforts restent cependant encore à faire, notamment pour développer, au-delà du hard et du soft power, un smart power ou pouvoir astucieux de l’Inde (Purushothaman 2010). Les budgets dédiés aux activités culturelles des ambassades pourraient être développés afin de promouvoir l’Inde d’une manière plus prononcée et d’ouvrir des centres d’études indiennes dans le monde en suivant le modèle notamment d’autres pays émergents tels que la Chine avec les Instituts Confucius. Les échanges d’étudiants, et en particulier l’ouverture des portes des universités indiennes aux étudiants étrangers, devraient être développés. Selon Uma Purushothaman, l’Inde devrait, en tant que pays appartenant aux économies vouées à faire partie des plus importantes économies au monde, et à l’instar d’autres pays, contribuer de façon significative à l’aide aux pays les plus pauvres, notamment en Afrique. Toujours selon elle, une politique coordonnée d’aide à l’étranger permettrait de développer le soft power indien (Purushothaman 2010).

Comprendre le lien entre soft power et relations internationales

28Le développement de stratégies de soft power des pays émergents via la production et la circulation d’informations d’actualité est devenu un aspect essentiel pour accroître leur visibilité et leur influence sur la scène internationale. Les médias sont à cet effet un outil clé. Ils sont un outil pour exercer une influence sur d’autres pays. Ils sont ainsi une source douce (‘soft resource’), ou, en d’autres termes, une ressource symbolique du soft power (Lee 2008). Ces sources douces de soft power, par opposition aux ressources du hard power sont, par exemple, les images ou les discours.

29Alors que la définition du soft power selon Nye se concentre sur la nature du pouvoir utilisé, la théorie du soft power basée sur les ressources résout, selon Geun Lee, des difficultés de définition en se basant précisément sur les ressourcés utilisées. Relier les ressources douces (‘soft resources’) au soft power permet de créer cette théorie : les ressources douces sont des ressources immatérielles et symboliques destinées à influencer les autres via du soft power. Par opposition, les ressources matérielles (militaires, notamment) visent à créer un hard power. À l’instar du hard power, le soft power peut être contraignant (Lee 2008).

30L’influence du soft power est reconnue par divers experts (Nye 2004 ; Watanabe, McConnell 2008). Le rôle des médias comme outil de soft power capable d’influencer l’opinion publique et de diffuser des valeurs culturelles et des standards dans le monde est indéniable. Le rôle des médias et des organismes et réseaux produisant et diffusant des informations est primordial eu égard à la politique internationale (Soleimani, Mostafaye, Samadi 2014). Les actions sont certes générées par les Etats, mais la compréhension des réseaux utilisés et des interconnections entre ces réseaux est capitale. Comprendre le fonctionnement des médias permettrait ainsi aux pays qui les utilisent de manière proactive dans leurs stratégies de communication d’obtenir plus d’impact sur la scène internationale (Soleimani, Mostafaye, Samadi 2014).

Conclusion : faut-il repenser le soft power ?

31Il apparaît pertinent de se pencher sur la notion de soft power, telle que définie par Nye, en prenant appui sur la théorie de l’acteur-réseau (ANT, Actor-Network Theory). Selon Nye, une différence essentielle entre soft power et propagande réside dans le type d’informations qui sont communiquées. Des informations purement factuelles seraient un élément différenciateur, ne permettant nullement de parler de propagande mais davantage de soft power.

32La théorie de l’acteur-réseau ou sociologie de la traduction prend en compte, au-delà des acteurs humains, les objets et les discours. Le monde doit ainsi être pensé en réseau : des opérations de traduction, pouvant impliquer de nouveaux acteurs, s’opèrent, via des interactions successives entre des actants hétérogènes (l’acteur-réseau) (Akrich, M., Callon, M. et Latour, B. 2006). Cependant, et Bruno Latour l’a lui-même reconnu, la simple utilisation de mots pour décrire quelque chose pose problème. La théorie de l’acteur-réseau est ainsi, inévitablement, problématique : les traductions successives seraient de nature à modifier l’information initiale. La question peut se poser de savoir si l’information qui circule dans les réseaux de production et de diffusion d’informations d’actualité reste factuelle.

33Un facteur important dans la couverture médiatique est le cadrage des informations (news framing). Le cadrage est essentiel dans le processus de production d’informations d’actualité : il s’agit de l’étape par laquelle les journalistes définissent les problèmes, diagnostiquent les causes et opèrent des jugements (Xiang 2013).

34Comme la propagande, le soft power est lié au pouvoir. Contrairement à un élément de définition du soft power selon Nye, l’information factuelle ne serait, au final, pas un élément différenciant entre la propagande et le soft power, qui circule notamment au travers des médias.

Haut de page

Bibliographie

Athique A. (2012). ‘Bollywood, Brand India and Soft Power’ in Athique, A. Indian Media, Cambridge : Polity Press, pp. 111-130.

Akrich M., Callon M. et Latour B. (éd.) (2006). Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris : Les Presses des Mines.

Bourges H. (1978). Décoloniser l’information, Paris : Éditions CANA.

Callahan W., Barabantseva E. (2012). China Orders the World : Normative Soft Power and Foreign Policy, Woodrow Wilson Center Press/John Hopkins University Press.

Curran J. (2002). Media and Power, New York : Routledge.

Edney K. (2014). The Globalization of Chinese Propaganda : International Power and Domestic Political Cohesion, (vol. Asia Today), New York : Palgrave Macmillan.

Ferguson N. (2004). Colossu : The Price of America’s Empire, New York : Penguin Press.

Kim K., Barnett G. (1996). ‘The Determinants of International News Flow : a Network Analysis’, Communication Research, vol. 23, pp. 323-352.

Lee G. (2008) A Theory of Soft Power and Korea’s Soft Power Strategy, Graduate School of International Studies, Seoul National University.

Mattelart T. (2014). ‘Les enjeux de la circulation internationale de l’information’, Revue française des sciences de l’information et de la communication’ [online], URL : http://rfsic.revues.org/1145 (consulté le 9 avril 2015). 

Mongrenier J.-S. (2015). « Face à la montée des périls – Portée et limites du ‘Soft Power’ », Institut Thomas More [online], URL : http://www.institut-thomas-more.org/actualite/face-a-la-montee-des-perils-portee-et-limites-du-soft-power--2.html (consulté le 20 juin 2015). 

Nye J. (2004). ‘Soft Power : The Means to Success in World Politics’, New York : Public Affairs.

Palmer M. (2008). ‘“News-lish”, not “globish” : news, information and data flows in English, circa 830-circa 2010’, in Palmer M. and Aubert A. (dir.), L’information mondialisée, Paris : L’Harmattan, pp. 273-291.

Potter E. H. (2009). Branding Canada : Projecting Canada’s Soft Power Through Public Diplomacy, Montréal : McGill-Queen’s Press – MQUP.

Purushothaman U. (2010). ‘Shifting Perceptions of Power : Soft Power and India’s Foreign Policy’, in Journal of Peace Studies, vol. 17, n° 2&3.

Soleimani N., Mostafaye F., Samadi M. (2014). ‘Role of Media Diplomacy in Increasing Soft Power in International Relations’, Scientific Khyber, vol. 4(3), pp. 78-85.

Thussu D. K. (2013). Communicating India’s Soft Power : Buddha to Bollywood, New York : Palgrave MacMillan.

Todd E. (2002). Après l’Empire, essai sur la décomposition du système américain, Paris : Gallimard.

Wang J. (2008). ‘The power and limits of branding in national image communication in global society’, The Journal of International Communication, vol. 14, n° 2.

Watanabe Y., McConnell D. (2008). Soft Power Superpowers : Cultural and National Assets of Japan and the United States, Watertown : East Gate Books.

Xiang D. (2013). ’China’s image on international English language social media’, The Journal of International Communication, vol. 19, n° 2.

Zheng Y., Zhang C. (2012). ‘“Soft Power” and Chinese soft power’ in Lai, H., Lu Y. (dir.) China’s Soft Power and International Relations, New York : Routledge, pp. 21-38.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la synthèse et le prolongement d’une présentation que j’ai faite lors d’un symposium le 29 avril 2015 à l’Université catholique de Louvain (Belgique) sur le thème du pouvoir ("Power: Back to the Future?") et de plusieurs articles que j’ai rédigés et qui ont été publiés ces dernières semaines voire mois, tant dans la presse belge (L’Echo, La Libre Belgique) que dans la presse internationale (notamment The Economic Times, premier quotidien économique en Inde).

2 Quatre théories principales du développement : modernisation, dépendance, système-monde et mondialisation. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie M.-L. Heng, « Interroger le soft power dans les réseaux de production et de diffusion d’informations d’actualité sur les pays émergents », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 03 novembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1754 ; DOI : 10.4000/rfsic.1754

Haut de page

Auteur

Stéphanie M.-L. Heng

Diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg, d’un Master en affaires européennes du Collège d’Europe (Bruges/Natolin) et d’un MBA de la Solvay Brussels School of Economics and Management, Stéphanie M.-L. Heng est Chercheuse-doctorante au Pôle de Recherches sur la Communication et les Médias (PReCoM) de l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Franco-belge, elle a exercé pendant une dizaine d’années comme cadre supérieur, responsable des stratégies de communication d’entreprises internationales actives dans différents secteurs (ex. : défense, finance). Mail : stephanie.heng@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page