Navigation – Plan du site
Nouvelles problématiques

Une méthode historique en communication organisationnelle : traces, contexte et abduction

Martine Bocquet

Résumés

La démarche du chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication pourrait gagner à se rapprocher de celle de l’historien — au sens d’une enquête et d’une posture sémio-contextuelle —, s’appuyant sur des processus empiriques permettant, par abduction, d’élaborer des hypothèses explicatives. Ceci tend à placer la communication organisationnelle dans une perspective historique et culturelle, évitant le risque que présentent des théories conçues hors du temps, une évasion a-temporelle, et posant la question de la scientificité de celle-ci.

Haut de page

Texte intégral

« L’interdiscipline peut, à coups d’emprunts, d’hybridations, de migrations,
[…], lancer des ponts, et réorganiser des manières de penser et d’analyser. ».
Bruno Ollivier (2000)

1L’objet d’étude qu’est la communication organisationnelle se penche sur des phénomènes complexes. Immanuel Wallerstein (1995 : 261 ; Pezet, 2002 : 163) souligne : « […] plus la structure est complexe, plus son histoire est donc cruciale. ». Ainsi que Christian Le Moënne (2015 : 141-157) l’a montré, les hommes ont une propension, de nature anthropologique, à s’organiser en permanence. Comme toutes créations humaines, les organisations incubent, naissent, vivent et se dissolvent. Elles ont, de ce fait, une histoire. Celle-ci s’inscrit dans une histoire plus large, qui est un texte, et des temporalités. Les pratiques communicationnelles des organisations, en générant des dynamiques temporelles, comme Valérie Carayol (2004 : 184, 211) le relève, initient et tissent des trajectoires dans l’espace-temps, en préservant, en sécurisant et en assurant une capacité d’adaptation et d’expansion dans la durée. De l’anticipation, voire l’improvisation, à la pérennisation, elles se trouvent sur le terrain d’une chronogenèse. Elles ont des cycles de vie, qui invitent à les observer en fonction de leur âge, de leur maturation, de leur vieillissement, de leur complexification, etc.

2Un mouvement diachronique s’exprime dans l’objet communication organisationnelle, lequel s’inscrit dans une dynamique, que l’on peut associer à l’idée de mémoire collective. Si l’on considère les phénomènes de communication en tant que phénomènes dynamiques, intégrant des processus de temporalisation, cela implique de considérer aussi la variable temporelle dans ses diverses figures : temps réel, court, long, linéaire, cyclique, rétrospectif, etc. Complexité, transdisciplinarité et histoire sont les parties prenantes d’une démarche dont les sciences de l’information et de la communication peuvent bénéficier, comme d’autres disciplines le font elles aussi. Les questions relatives à l’historicité et au temps, après avoir été débattues, mais aussi d’une certaine manière estompées, tout au moins dans les sciences sociales, pendant la période structuraliste, c’est-à-dire grosso modo des années 1950 aux années 1980, sont revenues sur le devant de la scène (Carayol, 2004 : 23-24, 51, 64 ; 1999) ; Giddens, [1984], 1987).

  • 1 L’École des Annales est née, sous l’impulsion de Lucien Febvre et Marc Bloch par la création de la (...)

3Du point de vue scientifique, l’histoire est une enquête. C’est là son étymologie grecque (Revel, 2001 : 33), ἱστορία, qui signifie enquête, au sens de l’investigation médicale, repris dans le latin historia, cette fois au sens de relation, de récit historique. De nos jours, l’histoire a pour ambition d’étudier la vie sociale sous tous ses aspects. Ce, du moins, depuis l’École des Annales1. D’un autre côté, comme le relève Robert Franck (2001 : 318, 343), les propriétés de la vie sociale, que les sciences sociales étudient, sont de nature — intrinsèquement — historique. Pour cela, on est en droit de se demander s’il n’est pas souvent nécessaire, pour expliquer convenablement les phénomènes sociaux, d’étudier leur histoire. Par ailleurs, l’étude des temporalités historiques, outre qu’elle enrichit l’information sur les manières dont les processus sociaux génèrent les effets observés, aide à dissocier ce qui est constitutif de ces processus, des facteurs sociaux conjoncturels qui les accompagnent. Loin d’être la source d’une connaissance simplement descriptive, l’histoire se propose de problématiser les phénomènes observés (Pezet, 2002 : 153).

4Raymond Aron (1989 : 170-185 ; Revel, 2001 : 56) a montré les insuffisances de la pensée causale en histoire et l’impossibilité d’unifier les recours à la notion de cause. Cela découle de la pratique. En effet, tout fait historique, même le plus simple en apparence, s’inscrit dans une multiplicité de contextes de références. Il peut se complexifier indéfiniment. D’autre part, la position de l’historien est singulière, dans la mesure où il reconstruit des déterminations à partir de leur point d’arrivée. En sorte que le sens réel transcende les causes passées, que l’on peut lui assigner (Arendt, [1953], 1980 : 75 ; Revel, 2001 : 56). C’est-à-dire que l’on a bien souvent, déjà, assigné un sens à la chose dont on recherche la cause. L’événement éclaire son propre passé, il n’en est jamais déduit (Revel, 2001 : 57). « Quand on ne peut pas reproduire les causes, il ne reste qu’à les inférer à partir des effets », disait Carlo Ginzburg ([1979], 1989 : 169). Enfin, les événements historiques s’organisent selon des enchaînements tels qu’ils réagissent les uns sur les autres, se configurent les uns les autres, dans la durée ; de l’avant vers l’après, mais aussi de l’après vers l’avant ou bien dans la synchronie (Revel, 2001 : 57).

Raison(s) ou déraison(s) de l’histoire et temporalités

5L’expression logique de l’histoire est empruntée à Hegel (Franck, 2001 : 320-321), qui avait développé l’idée d’une histoire rationnelle et orientée, la globalisant à l’échelle du monde. Ce postulat a été battu en brèche. Mais on a parfois oublié cet avertissement de Hegel — lequel refusait tout principe d’ordre immobile — que l’histoire n’est jamais jouée d’avance ; elle n’est pas pré-écrite. Au contraire, c’est de l’histoire elle-même qu’émerge la raison qui lui donne son unité et la règle. En somme, la raison de l’histoire est elle-même historique. Cet avertissement met en garde contre la tentation d’inventer, pour expliquer l’histoire, des « théories universelles » qui en commanderaient le cours, même à l’aide d’illustrations puisées dans le passé. C’est seulement à partir de l’étude historique des événements que l’on peut découvrir — nous dirions inférer — la raison qui les règle. Encore peut-on s’interroger sur l’attitude consistant à rechercher une logique qui, le plus souvent, en est absente (Franck, 2001 : 321).

6Fernand Braudel ([1949], 1969 : 11-13) a mis en exergue trois registres discontinus de temporalités : le temps quasi immobile du milieu, soit une temporalité structurelle ; le temps séculaire et cyclique des destins collectifs qui s’inscrit dans la durée ; le temps bref, insaisissable, de l’événement qui s’inscrit dans le désordre apparent. Ce dernier élément, l’événement, est le récit d’un désordre qui n’est, au mieux, susceptible de s’ordonner que par rapport aux deux autres. Il ne peut s’expliquer que par les deux premiers schèmes organisateurs du temps immobile, ou structurant, et du temps collectif. Ces trois registres de temporalité sont en permanence interdépendants. Alain de Libéra (1991 : 68 et s.) reconnaît dans l’histoire de la pensée trois types d’actualité. Il parle d’histoire de la pensée, mais ces concepts, du fait de leur généralité, paraissent applicables à d’autres domaines. Il relève : une actualité latente, celle des questions qui, inaperçues ou non reconnues comme telles, continuent de gouverner secrètement nos problématiques ; une actualité à venir qui, n’ayant pas été essayée à fond, inaboutie ou abandonnée, peut contribuer à casser ou à dépasser les impasses ou les alternatives contemporaines ; une troisième forme d’actualité, procédant des deux premières, celle où la reconnaissance d’une continuité ou d’une permanence, nous permet de séparer ce qui est propre à l’homme contemporain de ce qu’il continue, sans le savoir, à pratiquer.

7Les événements ne s’expliquent que par les courants sous-jacents des deux premières temporalités. Il s’agit d’une agitation de surface. Ces permanences ou survivances intéressent le domaine social comme le domaine culturel (Franck, 2001 : 324-325), et la communication (Bocquet, 2015 : 23-32). La posture des sciences sociales de ne s’attacher, souvent, qu’à des théories conçues hors du temps, ainsi qu’à des problèmes qui seulement se répètent, ou repérables dans un instant, sans considération de leur durée historique, apparaît à Fernand Braudel comme une sorte d’évasion théorique hors temps, dont il se demande si elle est scientifiquement licite (Braudel, [1958], 1969 : 79 ; Franck, 2001 : 327).

Processus empiriques à l’œuvre et conditions théoriques d’explication

8Ces événements de longue durée, ces formes sociales empiriques qui durent, Fernand Braudel ne les considère pas comme des structures, il les aborde en tant que processus (Franck, 2001 : 328, 336-338). Les sciences humaines ne peuvent se contenter de régularités statistiques ou même de simples relations causales, elles doivent aussi pouvoir théoriquement les comprendre, les interpréter et en découvrir le sens. Il faut donc rechercher les processus empiriques à l’œuvre, qui génèrent des relations, et réfléchir aux conditions théoriques qui les rendent possibles. Il s’agit de deux sortes d’explications. Le processus montre d’où provient le phénomène à expliquer. Le modèle théorique, ou conditions théoriques, explique pourquoi le processus engendre le phénomène : parce qu’il réalise les conditions théoriques nécessaires pour qu’il puisse se produire. Or, le d’où provient un phénomène est son histoire (Franck, 2001 : 339). Le processus a une dimension temporelle. Celle-ci est souvent oubliée, ou masquée, ou estompée, par les notions de forme ou forme sociale. C’est ce qu’a fait Émile Durkheim, selon Robert Franck (2001 : 340-342). D’un autre côté, le processus empirique guide la découverte du modèle théorique — il l’infère —, et révèle les conditions générales, théoriques, probablement nécessaires à l’apparition de son effet. Ou bien, au contraire, infirme le modèle théorique supposé, hypothétique (Franck, 2001 : 341).

9Les formes sociales peuvent durer depuis des siècles, elles n’ont pas d’existence en elles-mêmes, autre que la forme d’associations — d’organisations. Elles sont de la nature de l’événement, au sens de Fernand Braudel, de plus ou moins longue durée. Si l’on ne reconnaît aux formes sociales ce caractère de durée, plus ou moins longue, on est tenté, à tort, de les confondre avec les modèles théoriques. Certes, elles dessinent les contours de ce qui peut arriver ou non, elles canalisent ce qui arrive et délimitent le champ des possibles, mais elles ne renseignent que sur la provenance. Elles produisent ou génèrent les effets sociaux que l’on veut expliquer, sans les expliquer elles-mêmes. Et c’est là, d’après Robert Frank (2001 : 342), l’erreur d’Émile Durkheim.

Structures (ou processus) empiriques et structures théoriques : le biais anhistorique

  • 2 Il s’agit alors d’une structure en mouvement, c’est-à-dire un processus empirique.

10Les formes sociales d’association, les organisations, sont souvent considérées comme des structures, et les modèles théoriques aussi… Le mot structure a, en effet, deux sens différents. Lorsqu’il décrit une forme sociale d’association -d’organisation-, les éléments qui la composent et leurs relations sont de nature empirique2 (Franck, 2001 : 344 ; Le Moënne, 2008 : 133-135 ; Bocquet, 2015 : 116, 118-119). Mais, il est entendu de façon conceptuelle, lorsqu’il s’agit d’un modèle théorique. Ces deux acceptions de la notion de structure ont été au cœur du débat sur le structuralisme entre 1950 et 1980. Apparaît ici la distinction entre deux notions souvent confondues ou voisines : celle de structure sociale et celle de relation sociale. Les relations sociales sont ici entendues comme la matière première employée pour la construction des modèles, qui rendent manifeste la structure sociale. Cette distinction, Claude Lévi-Strauss (1958 : 305-306) l’a empruntée à Saussure. Celui-ci distinguait la structure d’une langue, c’est-à-dire sa syntaxe, des relations que l’on peut observer entre ses composants (Franck, 2001 : 344-345). La structure ou syntaxe de la langue, ce sont les règles qui fixent les relations autorisées entre les unités de la langue. Mais Claude Lévi-Strauss, en qualifiant de structures sociales les modèles théoriques d’explication, substituait en fait, dans l’explication, les structures théoriques aux structures – ou processus – empiriques, au lieu de faire valoir leur complémentarité. Ce qui a prêté à confusion. Ce d’autant que les structures théoriques de Lévi-Strauss conservaient un caractère empirique (Franck, 2001 : 345).

11Or, dès lors que l’on écarte les structures – ou processus – empiriques au profit des structures théoriques, comme l’a fait Lévi-Strauss, il devient difficile de concevoir le rôle de l’histoire dans l’explication. De même, si l’on se contente de chercher dans les structures empiriques les quelques informations nécessaires à la construction d’un modèle théorique, leur histoire ne paraît plus contribuer à l’explication et le modèle théorique se situe hors temps (Franck, 2001 : 346), donnant une impression de véridiction anhistorique.

12La distinction n’est pas toujours facile à opérer. Lorsque l’on ne s’en réfère qu’à des modèles théoriques, on risque d’inclure dans ces modèles des structures – ou processus – empiriques. Mais, l’inverse est aussi vrai, comme, par exemple, conférer le statut de loi à de simples régularités empiriques. Il paraît légitime d’étudier des tendances de l’histoire, basées sur des régularités qui se prolongent, se renforcent, s’étendent ou s’estompent au cours du temps, mais il est dangereux d’en tirer des généralisations, lesquelles risquent d’être abusives (Franck, 2001 : 347, 353). Il s’agit de structures – ou processus – empiriques, auxquelles on a donné, abusivement, un statut théorique. Ces tendances (Franck, 2001 : 354) sont, en fait, des structures empiriques réelles qui se prolongent dans la durée et guident nos actions dans cette direction, laquelle se transforme avec le temps. En étudiant ces structures empiriques qui se prolongent sous le nom de tendances, c’est-à-dire le processus empirique qu’elles désignent, et dont il faut retracer l’histoire, nous nous offrons un principe d’explication complémentaire de l’explication théorique. Mais, la tendance ne nous explique pas pourquoi elle évolue de telle manière. C’est la structure théorique qui nous l’explique, en définissant les conditions théoriques de possibilité de la tendance.

13Il ne faut pas confondre tendances historiques et propensions. Ce ne sont pas des phénomènes du même ordre. Une tendance est la possibilité qu’un phénomène a de se répéter ou de se prolonger pendant une certaine durée. Une propension, comme l’explique Christian Le Moënne (2015), est une aptitude humaine, constitutive d’un individu ou d’un groupe, à adopter une attitude, en tant que forme spontanée non choisie, non voulue, de nature anthropologique ; une aptitude à agir ou à penser de telle façon, plus ou moins consciente ou délibérée. Une propension est une structure empirique qui permet de répondre à la question d’où vient que, elle aussi, mais d’une autre manière que la tendance. Cette structure empirique est la propension qu’ont les hommes à s’organiser entre eux.

Le mode compréhensif et l’approche contextuelle

14La complexité pourrait induire que le récit reste, en dernier recours, la seule modalité propre à rendre compte du cours du monde historique. En fait, la méthode historique constitue un mix du récit et du modèle, sachant que le récit modélise et que le modèle, qui est réducteur, s’accompagne parfois de récits, afin de limiter cette réduction (Revel, 2001 : 68-74). L’histoire a un caractère rhétorique qui lui est indispensable. Mais, cela ne doit pas conduire à la négation de son caractère scientifique (Jacques Le Goff, 1988 : 203 ; Pezet, 2002 : 154 ; Prost, 1996 : 287).

15Devant la difficulté d’établir des théories et des lois générales, selon un modèle nomologique permettant la déduction, l’historien fonctionne, le plus souvent, de façon ouverte ou tacite, selon le mode compréhensif (Revel, 2001 : 59). De façon tout aussi bien ouverte ou tacite, obligé de prendre en compte les contextes, donc un Texte, il fonctionne de manière sémio-contextuelle. Cette approche ressemble beaucoup à la méthode sémio-contextuelle, ou situationnelle, développée au sein de la théorie des processus de communication (Mucchielli, 2001). Celle-ci relève, parfois, davantage d’une approche micro-sociologique que d’une approche macro-communicationnelle. Néanmoins, elle s’avère adaptable à ce niveau, dès lors que l’on considère comme texte le contexte, et les réactions et interactions entre les acteurs au même niveau (Bryon-Portet, 2011 ; Bocquet, 2013).

16La méthode ou modèle compréhensif renvoie, selon Jacques Revel (2001 : 59-60), à une situation de connaissance particulière, caractérisée par une double historicité, celle de l’objet et celle de l’observateur. Les objets qu’étudie l’histoire, et plus généralement les sciences sociales, s’ils laissent apparaître entre eux des régularités, des connections, des traits communs, ne sont pas, cependant, véritablement reproductibles, ni répétitifs, même s’ils donnent l’impression d’apparaître comme tels. Pour le chercheur, les événements sont appréhendés à partir d’une position, elle-même inscrite dans le temps. C’est sur la reconnaissance de ces contraintes que les sciences sociales définissent des procédures spécifiques. Il s’agit d’identifier, selon Reinhart Koselleck ([1979], 1990 : 307-329 ; Revel, 2001 : 60), dans toute situation historique une tension essentielle entre un champ d’expérience, c’est-à-dire un passé récapitulé, et un horizon d’attentes, c’est-à-dire l’anticipation d’un futur, constitutif du présent. L’inscription temporelle des objets étudiés est constitutive de ces mêmes objets. Ce double travail relève de l’interprétation.

17Cela requiert une approche contextuelle. L’inscription dans un contexte suppose la mise en rapport de l’objet étudié avec d’autres objets, auxquels le premier est lié par des relations d’interdépendance. Le contexte n’est pas donné, il est construit, comme un cadre de référence et de pertinence de l’interprétation, sachant qu’un objet peut s’inscrire simultanément dans plusieurs contextes. Cette mise en contexte autorise des comparaisons raisonnées d’ensembles, et non pas d’objets éparpillés. En sens inverse, la mise en contexte particularise une situation et la rend, sous certains aspects, comparable à d’autres. Il n’y a pas libre caprice de l’interprétation, mais pluralité d’interprétations possibles. D’où une sorte d’heuristique originelle propre à la démarche historique (Revel, 2001 : 61-62).

Une méthode par cas et par inférence dans un contexte : l’abduction

18Mais, l’historien travaille sur des faits. Il y a donc un travail de production des faits. Cependant, pour les organiser, l’historien fait aussi un usage constant d’entités abstraites ou semi-abstraites, révisables, reformulables à partir d’analyses empiriques. Ces entités abstraites sont des structures théoriques, par exemple le néo-capitalisme, le néo-libéralisme, le néo-corporatisme contemporains, la communication institutionnelle etc. À partir de ces outils, il procède à une activité de repérage et de classement des faits, qui peuvent prendre la forme de cas. Cela permet d’individualiser un cas dans un ensemble, une série, un réseau, c’est-à-dire le reconnaître comme la variance d’un type – ou comme atypique. Empiriquement, l’historien passe en permanence d’un registre à l’autre, de régularités statistiques à des exemplifications, ou à des études de cas. Il recherche un niveau de pertinence, qui est, en même temps, un niveau d’individualisation, et qui est défini à partir d’une problématique et d’un contexte. En sorte que l’histoire peut être considérée comme une connaissance contextuelle (Revel, 2001 : 63-67). Le cas historique ne relève pas de l’anecdote. Il permet de dégager des configurations, des agencements, singuliers mais contextualisés et situés dans une construction temporelle (Pezet, 2002 : 161).

19Ainsi que Valérie Carayol (2004 : 17-18) l’observe, l’analyse de situations jugées étranges ou curieuses, et qui résiste à une explication satisfaisante à l’aide des modèles explicatifs disponibles, constitue un terrain favorable pour la construction des connaissances. Ce sont ces constats de caractère intrigant qui suscitent l’étude de cas. L’historien raisonne, la plupart du temps, sans formalisme. En fait, le plus souvent, (Livet, 2001 : 310-311), il raisonne par cas et par symptôme, de manière clinique. On part d’un fait particulier (A), on le rattache à une hypothèse plausible (C), à même de fournir une justification générale à l’inférence que l’on peut tirer à partir de ce fait. Cette inférence ne propose, cependant, qu’une conclusion révisable. Il faut s’assurer que des circonstances n’exigent pas de réviser cette conclusion. Nous nous trouvons devant une démarche de type abductif. Bien que, curieusement, Pierre Livet ne prononce pas le mot, il s’agit d’une abduction. Il faut donc partir, pour comprendre la démarche de l’historien, de l’idée d’inférence révisable, au lieu de partir de l’idée de rapport entre un fait particulier et une règle générale ; c’est-à-dire d’un raisonnement de type abductif, au lieu d’un raisonnement de type déductif.

20Une inférence révisable est aussi une inférence dont la validité dépend du contexte, dans lequel on l’emploie. Ajouter une prémisse change le contexte de l’inférence et modifie donc le raisonnement. Un cas doit être, ici, considéré, non comme un simple fait particulier, mais comme une information nouvelle, susceptibles de réviser nos croyances actuelles et nos jugements coutumiers. Il ne s’agit pas de justifier le raisonnement par l’énoncé d’une règle générale, valide pour des cas similaires, comme dans le raisonnement de type déductif ; mais « […] de mettre en branle une procédure de révisions de nos croyances, et donc de l’applicabilité de règles que nous serions le plus immédiatement tentés de mettre en œuvre. Le cas suspend cet automatisme […] ». Cela amène à reconsidérer l’ordre des priorités dans le déclenchement d’une règle, plutôt qu’une autre. Une fois cet ordre redéfini, nous pouvons réviser nos croyances (Livet, 2001 : 311).

21Le cas n’est, en fait, défini qu’au terme de cette révision des priorités entre règles. Nous sommes alertés par l’étrangeté du cas. Nous nous demandons quel changement de contexte pourrait bien justifier ceci. Pour définir le nouveau contexte, il faut alors construire une inférence, qui est nouvelle. « Un cas, c’est donc la découverte de nouvelles règles d’inférence révisable dont les conclusions permettent de suspendre des inférences considérées comme plus générales et dont les prémisses permettent d’identifier un changement de contexte. » (Livet, 2001 : 312). La règle particulière au nouveau contexte passe avant la règle supposée générale. L’ordre de priorité entre règle générale et règles d’exception s’est inversé dans le nouveau contexte. Comprendre un cas consiste donc à construire, peu à peu, un réseau de normalités et d’exceptions ; qui est un réseau de contextes différents mais reliés, qui vont suspendre certaines inférences et en déclencher d’autres.

22Cette façon de faire va, finalement, en créant un changement de contexte, au fur et à mesure de la mise en évidence de cas, créer un parcours de contexte à contexte, qui relie des contextes entre eux dans un circuit. Ce qui permet le déplacement dans ce circuit, ce ne sont pas les similarités, c’est, au contraire, la perception de dissimilarités. Les similarités, elles, assurent in fine le bouclage du circuit. L’analogie réside dans la possibilité de ce circuit. Car l’analogie ne peut se développer sans son double, qui est la disanalogie. Les similarités, qui permettent les analogies, doivent être définies de pair avec leurs dissimilarités et s’inscrire dans des circuits qui tissent, peu à peu, un réseau de transformations inférentielles. On peut, dès lors, considérer les analogies comme la mise en réseau et en circuit de l’étude des cas (Livet, 2001 : 314).

23Le raisonnement abductif est un raisonnement par cas. Selon Joan Le Goff (2012 : 286) et dans la perspective de la maxime pragmatique de Charles Sanders Peirce ([1903], 2002 : 432), loin d’ignorer les détails, d’écarter les petits événements contrariants et qui étonnent, il faut, par un raisonnement abductif, essayer de deviner ce qui a pu provoquer le phénomène atypique et inattendu, à partir de ces fragments, de ces miettes du contexte où réside l’explication. D’où l’importance des méthodes qui préservent le contexte, à l’instar des études de cas. Ce qui rapproche l’abduction des casuistiques (Joan Le Goff, 2002).

La trace et la méthode abductive de Charles Sanders Peirce

  • 3 Giovanni Morelli (1816-1891) était un critique d’art. Pour restituer un tableau à son véritable aut (...)

24Le principe pragmatique, qui guide l’abduction, se base sur l’idée d’enquête (Joan Le Goff, 2012 : 287). L’abduction fonctionne en utilisant le paradigme indiciaire (problématique-interprétation-compréhension). Celui-ci a été mis en exergue par Giovanni Morelli3, entre 1874 et 1876. Carlo Ginzburg ([1979], 1989) en sera le promoteur pour l’histoire et les sciences humaines. Il le désigne aussi comme sémiotique ou paradigme indiciaire de la sémiotique. Il lui attribue une origine anthropique, celle de l’homme chasseur, dont la propension à interpréter les traces a parcouru les siècles, malgré le rationalisme de Platon et l’émergence du paradigme scientifique basé sur la physique de Galilée, comme de la méthode de Descartes. Carlo Ginzburg ajoute que le caractère concret de la propension de l’homme à interpréter les traces, ce savoir né de l’expérience, en constitue la force, mais aussi la limite, c’est-à-dire l’incapacité de se servir de l’instrument puissant et terrible de l’abstraction (Ginzburg, [1979], 1989 : 166-167, 170).

25Il s’agit d’une méthode d’analyse qui, pour identifier les motifs des phénomènes, exploite les traces qu’ils ont laissées ; part des effets pour remonter aux causes probables, selon une logique abductive. Cette quête du symptôme, de la recherche de l’indice, de l’étude des détails explique la philosophie du signe de Peirce (Joan Le Goff, 2012 : 287). L’histoire repose sur une connaissance par traces (Prost, 1996 : 70 ; Pezet, 2002 : 156), ce qui intéresse particulièrement les sciences de l’information et de la communication.

26Pour Charles Sanders Peirce ([1903], 2002 : 432), la question du pragmatisme est celle de l’abduction, qui lui paraît la méthode scientifique à retenir. L’abduction est un mode d’inférence à partir des effets, c’est-à-dire un raisonnement qui, au regard du résultat constaté, conduit à avancer une hypothèse explicative. En cela, elle se différencie de la déduction, qui, grâce à une hypothèse explicative, a priori, permet de tirer des conclusions. Elle se différencie tout autant de l’induction, laquelle permet d’établir une loi générale après accumulation d’énoncés singuliers. Dans l’abduction, la règle n’est ni le point de départ, comme dans la déduction, ni le point d’arrivée comme dans l’induction, c’est le levier explicatif (Joan Le Goff, 2012 : 284).

27Cette méthode consiste à former une hypothèse explicative à partir d’un cas ou d’un fait.

Un fait C surprenant est observé (prémisse majeure),

Si A (prémisse mineure) était vrai, C se produirait,

Il y a donc une raison de soupçonner que A est vrai.

  • 4 Car, ce qui est le plus reproché à la méthode indiciaire est son manque de rigueur. La méthode de C (...)

28La prémisse mineure mobilise des connaissances et des théories variées et probantes dans l’état actuel des savoirs, dans tous les domaines, de façon éclectique, au rebours des spécialisations outrancières. La nécessité, pour que l’abduction fonctionne, est que le chercheur soit au fait des derniers développements des connaissances scientifiques, culturelles ou autres. Au risque, sinon, de réinventer l’existant ou de collecter des données de façon décousue. C’est une méthode exigeante, en termes de culture scientifique du chercheur, selon un principe d’économie qui doit guider la recherche, mais aussi de rigueur4. Cela suppose une curiosité et une veille permanente dans tous les domaines de la connaissance (Joan Le Goff, 2002 : 204-208 ; 2012 : 282-288 ; Ginzburg, [1979], 1989 : 178-180 ; Eco, 2004 : 215-219).

29La conclusion est simplement probable, elle se fait par l’entremise d’une mineure également conjecturale. Il restera cependant à éprouver l’explication à l’essai, selon une logique de réfutation. Il s’agit d’un raisonnement probabiliste. Mais, il constitue le fondement implicite de toute découverte scientifique. Selon Peirce, c’est la seule opération logique qui autorise à introduire une idée nouvelle. La déduction se contente de dérouler les conséquences nécessaires d’une pure hypothèse. Elle prouve que quelque chose doit être. L’induction ne fait rien, si ce n’est déterminer une valeur par accumulation d’expérience. Elle montre que quelque chose est effectivement opérant. L’abduction suggère simplement que quelque chose peut être. Dans le processus de pensée scientifique, l’abduction est dans la pratique antérieure à la déduction et à l’induction, car elle est à la source de l’idée (Peirce, [1903], 2002 : 381, 399, 401 ; Joan Le Goff, 2012 : 285 ; Deely, 1982 : 71-74 ; 1985 : 320-321).

30La méthodologie qui en découle se base sur le principe de réfutation. Dans la pratique, ce qui doit être exempt de doutes, ce ne sont pas les propositions ou les résultats obtenus, car ils sont toujours douteux, ni les termes du raisonnement, mais la robustesse de la méthode. La réfutation s’impose alors d’elle-même, sous réserve d’une méthode et d’une logique rigoureuse qui soutiennent le raisonnement. Charles Sanders Peirce réconcilie les exigences de la production d’idées nouvelles avec la rigueur de la méthode et du raisonnement (Joan Le Goff, 2012 : 282-284).

31Pour exemple, nous allons restituer ici le raisonnement qui, dans les années 1980-1990 (Bocquet, 2015 : 120, 127-128) a conduit à l’élaboration d’une hypothèse explicative généralement désignée sous l’appellation de communication institutionnelle.

32Un fait C surprenant est observé (il s’agit ici d’un ensemble de faits difficilement classables) : un comportement communicationnel de l’entreprise de caractère intrigant au vu des catégories jusque-là communément admises ; il ne s’agit pas purement d’une communication de produit, ni purement de marque, ni purement de relations publiques, ni seulement externe, ni seulement interne ; on ne peut pas se contenter de l’expliquer par ces « ni… ni… »,

33Hypothèse explicative A : …et pourtant il s’agit bien de cela, de ces « ni… ni… », de ces dissimilarités et de ces disanalogies. Or, si nous ramenons ces processus et ces attitudes à leur contexte et à l’idée de l’entreprise en tant qu’institution dans un espace public, en relation avec des parties prenantes diverses, et consciente de ses obligations vis-à-vis de celles-ci ; et si nous résumons ceci, en disant qu’il s’agit d’une communication de nature institutionnelle, cela prendrait sens.

34Si A était vrai, C se produirait :

35Il y a donc une raison de soupçonner que A est vrai ; il s’agit d’une communication institutionnelle.

36Cette communication institutionnelle est une inférence construite à partir de processus empiriques que l’on a constaté et que l’on constate aujourd’hui encore, dans la communication des entreprises, à la fois externe et interne. Il s’agit d’une explication théorique qui peut servir à la construction d’un modèle théorique. Jusqu’à amélioration, modification ou réfutation par le contraire.

Le caractère communicationnel de toute démarche scientifique et sa perspective historique et culturelle

37Le pragmatisme et la métaphysique de Peirce (1878 ; 1879) l’amènent à considérer toute science comme un système de croyances, en tant qu’habitude d’action alliée à une finalité, à une intention, via une expérience. On passe ainsi de l’habitude à la règle. Au couple Vérité/Fausseté, le pragmatisme de Charles Sanders Peirce substitue le couple Croyance/Doute. Toute science apparaît alors comme un état de croyances, selon des habitudes d’action et des règles intelligentes, garantissant des réponses adaptées face à des problèmes similaires. Ainsi le caractère scientifique d’une démarche réside dans la manière de questionner et non dans l’objet interrogé. Le chercheur ne peut douter de tout. Il s’appuie sur des vérités transitoires sur lesquelles un accord provisoire se fait. C’est ce processus communicationnel qui permet de rendre tangible les objets pour la recherche. Le fait scientifique se constitue donc sur un lit de croyances et d’échanges relationnels. Ces croyances sont entendues comme provisoires. Elles s’inscrivent dans une histoire et une culture. Ce parti pris épistémologique est en rupture avec le positivisme. Mais il ne s’agit pas vraiment d’un constructivisme. Charles Sanders Pierce propose, par sa méthode abductive, un compromis entre positivisme et constructivisme, qui les dépasse. Cela conduit à replacer la science dans une perspective historique et culturelle (Joan Le Goff, 2012 : 281-282, 290). D’où l’intérêt de placer les sciences de l’information et de la communication et donc la communication organisationnelle, dans une telle perspective.

Haut de page

Bibliographie

Arendt Hannah, « Compréhension et politique [1953] », in Esprit, 6, 1980, pp. 66-79.

Berthelot Jean-Michel, Epistémologie des sciences sociales, P.U.F, 2001, 575 p.

Bocquet Martine, Communication des entreprises et des institutions : un regard médiéval, Éditions SFSIC, L’Harmattan, 2015, 312 p.

Bocquet Martine, « Dynamiques sociosémiotiques : compréhension, processus, diachronie et fractales », Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n° 3, 2013, 16p.

Braudel Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Armand Colin, 1949, pp. XIII-XIV. Reproduit dans Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Flammarion, 1969, pp. 11-13.

Braudel Fernand, « La longue durée », Annales ESC, Débats et combats, n° 4,1958. Reproduit dans Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Flammarion, 1969, p. 79.

Bryon-Portet Céline, « L’approche sémio-herméneutique : Une nécessité pour étudier les dispositifs symboliques des organisations et leurs enjeux communicationnels », Communication & Organisation, Les applications sémiotiques à la communication des organisations, 39, 2011, pp. 151-166.

Carayol Valérie, Communication organisationnelle : une perspective allagmatique, Coll. Communication des Organisations, L’Harmattan, 2004, 235 p.

Carayol Valérie, Laugt Olivier, Versel Martine, « Une analyse de discours des chercheurs francophones en communication organisationnelle », Actes des journées d’études Org & Co, SFSIC, Les recherches en communication, organisationnelle. Quels concepts ? Quelles théories, Aix-en-Provence, juin 1999.

Deely John, Introducing semiotic: its history and doctrine, Advances in semiotics, Indiana University Press, Bloomington, 1982, 246 p.

Deely John, « Semiotic and the Liberal Arts », in « The New Scolasticism », Journal of the American Catholic Philosophical Association, vol. LIX, n° 3, 1985, pp. 296-322.

Eco Umberto, Le signe. Analyse et histoire d’un concept [1980], adapté de l’italien par J.M. Klinkenberg, Coll. Biblio Essais, Le Livre de Poche, Éd. Labor, 2004, 277 p.

Franck Robert, « Histoire et structure », in Jean-Michel Berthelot, Epistémologie des sciences sociales, P.U.F, 2001, pp. 317-356.

Giddens Anthony, La constitution de la société [1984], P.U.F., Paris, 1987, 474 p.

Ginzburg Carlo, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire [1979] », trad. Monique Aymard, in Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes et traces. Morphologie et histoire, Coll. Nouvelle Bibliothèque Scientifique, Flammarion, 1989, pp. 139-180.

Koselleck Reinhart, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques [1979], trad. de l’allemand Vergangene Zukunft, Éd. E.H.E.S.S.S, 1990, 334 p.

Le Goff Jacques, Histoire et mémoire, Coll. Folio n° 20, Gallimard, 1988, 416 p.

Le Goff Joan, « Vertus problématiques de l’étude de cas », in Nathalie Mourgues et al. (ed.), Questions de méthodes en Sciences de Gestion, Coll. Gestion en liberté, E.M.S, 2002, pp. 189-208.

Le Goff Joan, « Charles Sanders Peirce. Fondation du pragmatisme et découverte de l’abduction », in Olivier Germain (dir.), Les grands inspirateurs de la théorie des organisations, Tome 1, Coll. Grands auteurs, E.M.S., 2012, pp. 275-309.

Le Moënne Christian, « Pour une approche « propensionniste » des phénomènes d’information-communication organisationnelle », Communication & Organisation, 47, 2015, pp. 141-157.

Le Moënne Christian, « L’organisation imaginaire ? », in Communication & Organisation, 34, 2008, pp. 130-152.

Libéra (de) Alain, Penser au Moyen Âge, Coll. Points Essais, Seuil, 1991, 409 p.

Lévi-Strauss Claude, Anthropologie structurale, Plon, 1958, 452 p.

Livet Pierre, « Action et cognition en sciences sociales », in Jean-Michel Berthelot, Epistémologie des sciences sociales, P.U.F, 2001, pp. 270-316.

Mucchielli Alex, Corbalan Jean-Antoine, Ferrandez Valérie, Théorie des processus de la communication, Coll. U Communication Armand Colin, 2ème édition 2001, 174 p.

Ollivier Bruno, Observer la communication. Naissance d’une interdiscipline, Coll. CNRS Communication, CNRS Editions, 2000, 181 p.

Pezet Anne, « La méthode critique de l’histoire appliquée en sciences de gestion : une possibilité de décloisonnement de la discipline », in Nathalie Mourgues et al., Questions de méthodes en Sciences de Gestion, Coll. Gestion en liberté, E.M.S., 2002, pp. 151-167.

Peirce Charles Sanders [1878], « Comment se fixe la croyance », Revue philosophique, in Claudine Tiercelin, Pierre Thibaud, Charles Sanders Peirce [1903]. Pragmatisme et pragmaticisme : Œuvres philosophiques, Vol. 1, Coll. Passages, Éditions du Cerf, 2002 Pierce.

Peirce Charles Sanders [1879], « Comment rendre nos idées claires », Revue philosophique, in Claudine Tiercelin, Pierre Thibaud, Charles Sanders Peirce [1903]. Pragmatisme et pragmaticisme : Œuvres philosophiques, Vol. 1, Coll. Passages, Editions du Cerf, 2002.

Prost Antoine, Douze leçons sur l’histoire, Coll. Points Histoire, Le Seuil, 1996, 330 p.

Revel Jacques, « Les sciences historiques », in Jean-Michel Berthelot, Epistémologie des sciences sociales, P.U.F, 2001, pp. 21-75.

Tiercelin Claudine, Thibaud Pierre, Charles Sanders Peirce [1903]. Pragmatisme et pragmaticisme : Œuvres philosophiques, Vol. 1, Coll. Passages, Editions du Cerf, 2002, 496 p.

Wallerstein Immanuel, Impenser la science sociale. Pour sortir du XIXe siècle, 1995, 318 p.

Haut de page

Notes

1 L’École des Annales est née, sous l’impulsion de Lucien Febvre et Marc Bloch par la création de la Revue Annales d'histoire économique et sociale (1929) et du fait de l’influence d’Henri Pirenne par sa communication sur la méthode comparative en histoire, présentée au Ve Congrès international des sciences historiques, le 9 avril 1923.

2 Il s’agit alors d’une structure en mouvement, c’est-à-dire un processus empirique.

3 Giovanni Morelli (1816-1891) était un critique d’art. Pour restituer un tableau à son véritable auteur, il se basait sur les détails les plus négligeables, les moins influencés par les caractéristiques propres à l’école à laquelle appartenait le peintre : le lobe des oreilles, les ongles, les doigts des mains et des pieds, que l’artiste peignait, souvent inconsciemment, selon son propre penchant ou ses habitudes. Il s’agissait d’écarts et de faits marginaux considérés comme révélateurs. Le peintre ou le faussaire, qui avaient copié l’œuvre, le plus souvent négligeaient ces détails, ne s’attachant qu’aux caractères les plus apparents des tableaux et, par conséquent, les plus faciles à imiter. Le procédé de Giovanni Morelli influença Sigmund Freud, qui le considéra comme étroitement apparenté à la technique de la psychanalyse médicale. La méthode indiciaire de Giovanni Morelli a été rapprochée de celle du Sherlock Holmes d’Arthur Conan Doyle, lequel en aurait eu connaissance par son oncle, directeur de la National Art Gallery de Dublin. Sigmund Freud et Arthur Conan Doyle étaient des médecins et Giovanni Morelli avait fait des études de médecine. Ils ont appliqué le modèle de la sémiotique médicale. L’on connaît le rôle que le paradigme organique -emprunté au corps humain et qui a traversé tout le Moyen Âge-, à la racine du terme organisation, a joué en sciences sociales (Ginzburg, [1979], 1989 : 139-148, note 10 p. 270).

4 Car, ce qui est le plus reproché à la méthode indiciaire est son manque de rigueur. La méthode de Charles Sanders Peirce, et surtout les précautions dont il l’entoure, constituent une réponse à ce problème (Ginzburg, [1979], 1989 : 178-180).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Bocquet, « Une méthode historique en communication organisationnelle : traces, contexte et abduction », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2012

Haut de page

Auteur

Martine Bocquet

Martine Bocquet, docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, est membre du CRPLC-UMR CNRS 8053, Université des Antilles, et de l’Association des diplômés du Celsa Paris IV-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur les processus de communication liés à l’activité des entreprises et des institutions publiques. La SFSIC lui a décerné le 1er Prix 2014. Ses principaux articles concernent l’épistémologie et la méthodologie, la RSE et la sémiotique : RFSIC (3/2013), Communication & Organisation (46/2014), Communication & langages (183/2015). Elle a publié aux éditions SFSIC en 2015, un ouvrage intitulé Communication des entreprises et des institutions : un regard médiéval. Courriel : mm.bocquet@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page