Navigation – Plan du site
Transformations numériques

La maquette numérique dans le secteur du bâtiment

Bruno Chaudet, Marcela Patrascu et Jean-Luc Bouillon

Résumés

Cet article interroge les enjeux du numérique et notamment de la maquette numérique dans le secteur du logement social. Il présente les premiers résultats d’un projet de recherche mené auprès de six bailleurs sociaux. Il s’agit donc de rendre compte des manières dont le BIM et la maquette numérique se traduisent dans les discours et pratiques des acteurs et d’annoncer les perspectives de recherches.

Haut de page

Texte intégral

Le secteur du bâtiment, après quelques initiatives dans les années 1990 (GUFFOND, LECONTE, BOUNAAS, CULET, 1995), connaît actuellement un regain d’intérêt pour les apports du numérique dans les cycles de conception, de réalisation et de gestion des logements, notamment sociaux. Suite à la promulgation d’une directive européenne en 2014 incitant à la mise en place d’une maquette numérique dénommée “BIM” (Building Information Model, Modeling ou Management) dans tous les marchés publics, nous avons assisté à une petite avalanche de rapports sur le sujet (le livre blanc « Préparer la révolution numérique de l’industrie immobilière » en avril 2014, le rapport ministériel de Bertrand Delcambre intitulé « Mission Numérique Bâtiment », le rapport du groupe de travail BIM et gestion du patrimoine titré « Un avatar numérique de l’ouvrage et du patrimoine au service du bâtiment durable : le « Bâtiment et Informations Modélisés » (BIM) de Frank Hovorka et Pierre Mit ou encore l’ouvrage « BIM et maquette numérique pour l’architecture, le bâtiment et la construction » d’Olivier Celnik et Éric Lebègue édité en 2014), une concertation nationale à travers le projet « Mission numérique du bâtiment » et désormais un PTNB (un Plan de Transition Numérique du Bâtiment) qui a débloqué 20 millions d’euros pour accompagner cette transformation, surtout auprès des petites et moyennes entreprises qui sont les plus réticentes. C’est donc l’anticipation de la norme et de la contrainte qui a poussé les acteurs du bâtiment à investir cet acronyme BIM qu’il s’agit de définir.

1Le BIM signifie Building Information Model, Modeling ou Management. Il désigne un dispositif de gestion des informations relatives à la conception, à la construction et à l’exploitation du bâtiment du point de vue de leur modélisation (model, désignant une représentation numérisée de l’ensemble des éléments constitant l’immeuble), de leur processus (modeling, comme démarche et travail de modélisation (Bouillon, 2016) impliquant plusieurs acteurs) et de leur management (posant la question de l’évolution des modes de coordination et des rapports de pouvoir entre les acteurs).

2Concrètement, le BIM désigne donc à la fois une maquette numérique 3D mais aussi les changements organisationnels que cette maquette et la base de données associée sont supposés provoquer dans les formes d’organisation pour la conception, la construction et la gestion des logements.

3Pour aborder cette problématique et trouver des terrains d’observation, nous avons donc lancé un appel à projet national auprès des organismes Hlm via l’Union Sociale pour l’Habitat. Une vingtaine d’organismes ont répondu à cet appel et nous en avons retenu six. Chaque organisme a ensuite été visité six jours par un binôme de chercheurs qui ont procédé à des entretiens semi-directifs auprès des acteurs de la maîtrise d’ouvrage pour la première phase du projet de septembre 2015 à décembre 2015, puis auprès des acteurs de la maîtrise d’œuvre pour la seconde phase du projet de janvier 2016 à juin 2016. Chaque journée faisait l’objet de quatre entretiens, lesquels ont été complétés par des participations à des revues de projet et par la consultation de la littérature professionnelle produite sur le sujet. Nous nous sommes donc inscrits dans une démarche d’observation participante, mêlant entretiens semi-directifs avec des représentants de l’ensemble des catégories d’acteurs impliquées (maîtrise d’œuvre, maîtrise d’ouvrage, architectes, bureaux d’études, entreprises) et séances d’observation des pratiques professionnelles dans le cadre du montage de projet. Certains des organismes étudiés étaient déjà fortement engagés dans une démarche BIM depuis 2012, d’autres étant en phase d’expérimentation et confrontés à l’appropriation des outils et des méthodes.

4Notre problématique s’articule autour de deux axes étroitement reliés. Le premier concerne la mutation des formes organisationnelles et interroge la manière dont un objet technique vient modifier les modalités de coordination et de collaboration dans un secteur marqué par la fragmentation des acteurs. Le second axe vise à étudier la mutation des compétences et des métiers associée au développement des outils et méthodes relevant du BIM. Notre question générale pourrait ainsi se résumer de la manière suivante : comment le BIM fait évoluer les formes d’organisation et les métiers dans le secteur du bâtiment ? Les questions communicationnelles sont omniprésentes, renvoyant tout à la fois aux modes d’interaction professionnelles associés au BIM, à la façon donc le dispositif BIM joue un rôle de médiation sociotechnique qui structure, équipe, habilite et contraint ces interactions, et enfin aux discours politiques (dans la filière bâtiment) et managériaux (dans les organisations) qui viennent accompagner sa mise en place.

5Nous reviendrons dans une première partie sur le contexte dans lequel s’est développé le BIM puis présenterons les premiers résultats concernant les évolutions des formes organisationnelles, des compétences et des métiers. Dans une seconde partie, nous présenterons les questions scientifiques qui sont actuellement soulevées concernant ces différents résultats et font l’objet de nos recherches actuelles.

Le BIM comme dispositif sociotechnique : quelles transformations organisationnelles et professionnelles ?

Le BIM : genèse d’une notion et émergence d’un dispositif socio-technique

  • 1 Les premières références que nous avons identifiées concernant la démarche qui ne se désignait pas (...)

6Si une généalogie complète du BIM demeure à élaborer, la notion est ancienne et semble avoir été introduite dès les années 1970 par C.M. Eastman1, professeur américain en architecture et informatique avant que l’acronyme actuel n’apparaisse dans la première moitié des années 2000, parallèlement aux premiers projets d’informatisation globale des acteurs du bâtiment.

7Le BIM comme outil de modélisation et de coordination s’est développé dans un contexte de travail très fragmenté qui serait l’une des sources de la non-qualité chronique du secteur. À l’époque déjà, les technologies de l’information et de la communication étaient apparues comme des artefacts qui allaient permettre de mieux se coordonner, de mieux coopérer et de mieux collaborer. Mais nous avons surtout assisté à une informatisation interne des différentes organisations, avec ici et là des projets collaboratifs mais surtout une mise en écriture numérique des informations en maîtrise d’ouvrage, en gestion, dans les bureaux d’études et dans les grandes entreprises.

8Cette idée de la mise en coordination généralisée par les technologies numériques dans le secteur du bâtiment a donc été fortement réactivée en 2014 suite à la directive européenne susmentionnée avec deux enjeux majeurs pour le logement social.

9Le premier enjeu concerne la qualité en phase conception et construction. Le second enjeu concerne la numérisation du patrimoine et la gestion de cette base de données.

10La question du développement du numérique dans le secteur du logement social est intéressante car, contrairement aux opérateurs privés, les organismes HLM ont un objectif de gestion de leurs parcs immobiliers sur plusieurs décennies. Il y a donc une attente forte du point de vue du management de la donnée et plus globalement dans le passage vers des organisations de la donnée (validité, fiabilité…). L’enjeu est immense. Le parc HLM en France représente 4 340 000 logements et loge 15 % des Français. Dans ce contexte, si les technologies numériques apparaissent comme une méthode permettant d’améliorer la qualité en phase construction pour ensuite diminuer les problèmes en phase de gestion, elles apparaissent surtout comme un moyen permettant de basculer dans le management de la donnée pour une meilleure prise en charge et anticipation dans la gestion du parc qui reste encore largement dominée par une anticipation approximative, malgré le développement massif des Plans de Stratégies Patrimoniales (PSP). La spécificité du secteur du logement social en France relève donc d’une problématique gestionnaire.

11Une rapide revue de littérature nous indique que de nombreux articles ont déjà souligné les effets de la maquette numérique sur les processus organisationnels. Dans le secteur de l’automobile (FONROUGE, 2008), de l’aéronautique (BÉCUE, 2014, MOUCHNINO, SAUTEL, 2007, CHARLÈS, 2005), sur les activités de conception en général (DARSES, 2004), la maquette numérique est présentée comme une plateforme collaborative permettant une intégration organisationnelle et logistique de l’ensemble des acteurs (BAUDRY, 2006). Parmi les gains mentionnés suite à l’usage de la maquette numérique, les auteurs notent l’amélioration de la productivité de l’ingénierie avec une accélération en phase de conception, la réduction de la contrainte de proximité géographique dans le cadre de l’échange des connaissances, une capitalisation de ces connaissances dans un seul objet ainsi que la diminution des coûts de production et de coordination.

12Le cadre organisationnel de référence qui accompagne cette maquette numérique est alors le Product Lifecycle Management (PLM) dans lequel la maquette joue précisément un rôle de pivot (CORNIOU, 2010). Le Product Lifecycle Management est en fait un nouveau management de projet qui « fournit un environnement collaboratif global dont l’objectif est de concevoir des produits virtuellement, de gérer leur cycle de vie et de simuler leurs processus de fabrication. Ainsi, tous les processus, de la conception à la maintenance et au recyclage, en passant par le marketing, peuvent exploiter, réutiliser et enrichir les mêmes informations relatives à un produit. L’enjeu est d’intégrer tout le projet dans un même objet numérique, d’intégrer les acteurs contributeurs dans une même organisation étendue qui se coordonne via l’outil et, dès les phases amont, d’intégrer les évolutions à venir lors du cycle de vie » (GAREL, 2011).

13C’est donc bien la question de l’organisation étendue qui est posée et la question des formes organisationnelles adaptées dans un contexte numérique (TRAN, 2014). Notre problématique est donc de comprendre comment la maquette numérique fait-elle évoluer les formes organisationnelles dans le secteur du bâtiment. Il s’agit de comprendre la manière dont la maquette numérique se diffuse ou ne se diffuse pas, d’observer les usages dans un contexte où le BIM est présenté comme cadre de la coordination et de la collaboration par de nombreux acteurs.

14Nous nous sommes dans un premier temps efforcé d’évaluer les rapprochements entre un puissant discours favorable au BIM et les pratiques qui se développent sur le terrain. L’analyse des entretiens avec les directeurs qui ont été interrogés montre ainsi une continuité avec l’argumentaire développé par les divers experts et promoteurs du BIM qui considèrent que la maquette numérique est un outil au service d’une meilleure coordination et coopération des acteurs pour améliorer la conception et la gestion. Le BIM est accompagné d’un discours de la performance qui serait atteint par un management de la donnée et du travail collaboratif. Sous cet aspect, le BIM est un terme commercial qui joue en quelque sorte un rôle de mantra, c’est-à-dire d’un terme répété sans cesse qui aurait le pouvoir de modifier l’environnement dans lequel il évolue. Il est attendu de ce terme qu’il transforme les modalités de travail pour le rendre plus “collaboratif”, plus “performant”, plus “efficace”.

15Mais, selon nos observations, pour la plupart des cas observés, la maquette numérique en phase conception et pour la maîtrise d’ouvrage est souvent utilisée pour le moment comme un outil au service d’une meilleure compréhension du projet auprès des parties prenantes, notamment les élus qui sont les premiers clients à convaincre. Toutes les questions d’amélioration de la coordination et de la coopération entre tous les acteurs, de calcul pour mieux gérer les coûts de construction et de gestion sont relativement absentes des pratiques et des considérations au niveau opérationnel en tout cas. Ou du moins, toutes ces questions sont largement déléguées à la maîtrise d’œuvre. En maîtrise d’ouvrage, la maquette numérique sert essentiellement comme support de communication qui permet de mieux présenter le projet et de convaincre de l’intérêt du projet pour des gens qui n’ont pas l’habitude de lire sur des plans. La maquette numérique est ainsi surtout utilisée comme un outil de visualisation 3D sans toutes les données de chaque élément. Et donc, dans la plupart des cas, une représentation virtuelle « commerciale » du bâtiment, sans les éléments techniques associés, suffirait.

16À bien des égards, nous observons donc que les acteurs se trouvent dans un processus d’innovation tel que décrit par Norbert Alter (ALTER, 2013). C’est-à-dire que face au BIM comme invention technique et organisationnelle, les acteurs sont dans une phase de transformations de cette invention en innovation donc en usages. Mais force est de constater que cette phase n’est pas stabilisée et qu’elle fait l’objet de multiples débats et expériences.

Le BIM : Premiers résultats sur les mutations des formes organisationnelles

17Nous observons d’abord une transformation qui se développe à deux niveaux et qui correspondent à deux grandes approches stratégiques du développement du BIM : le BIM conception-construction et le BIM gestion-exploitation c’est-à-dire la mise à jour permanente d’une base de données pour optimiser la gestion des logements jusqu’à leur déconstruction, avec des bailleurs qui se positionnent soit sur l’un soit sur l’autre mais surtout sur le BIM gestion.

18Le BIM conception-construction consiste à concevoir le projet, dès le début, sous un format de maquette numérique et donc de dessiner le projet dans une approche objets qui sont disponibles dans des catalogues normalisés par l’IFC qui est une norme ISO. L’idée qui sous-tend cette approche est donc qu’une meilleure conception va permettre de mieux construire.

19Mais de nombreux chargés d’opération nous ont déclaré ne pas voir en quoi la maquette numérique pourrait permettre une meilleure qualité des projets. « Le BIM peut-être bon, mais sur le terrain, les ouvriers sont désintéressés de ce qu’ils font. Moi, j’aimerais bien trouver des ouvriers respectueux mais sur le terrain, ça ne sera jamais les machines qui vont construire. Il y a un manque d’encadrement des équipes. » Ou encore « Malgré un cahier des charges très précis, nous constatons toujours des imprécisions, des imperfections, des « ratés » ».

20Plus encore critique, de nombreux chargés d’opération nous ont aussi déclaré ne pas voir en quoi la maquette numérique pourrait permettre une meilleure qualité des projets. « Le BIM peut-être bon, mais sur le terrain, les ouvriers sont désintéressés de ce qu’ils font. Moi, j’aimerais bien trouver des ouvriers respectueux mais sur le terrain, ça ne sera jamais les machines qui vont construire. Il y a un manque d’encadrement des équipes. » « Malgré un cahier des charges très précis, nous constatons toujours des imprécisions, des imperfections, des « ratés » ».

21Il y a donc un débat assez net entre l’idée selon laquelle le BIM améliorerait la qualité en conception et l’idée selon laquelle ça ne changerait rien parce que ce qui compte, dans le fond, c’est la mise en œuvre, et qu’il y aurait un défaut majeur de qualification dans le secteur du bâtiment.

22Ce débat portant sur les potentialités d’une maquette numérique très normalisée permettant de piloter la qualité à distance par les normes accompagne ici un autre débat qui consiste à faire évoluer un secteur qui travaille sur des prototypes (des logements) vers des méthodes issues de l’industrie. L’un des enjeux serait donc ici de normaliser un secteur marqué par de fortes régulations autonomes (REYNAUD, 1988), c’est-à-dire où les décisions sont déléguées le plus souvent au plus proche des situations de travail. Le secteur du bâtiment s’organise en effet autour d’un modèle très décentralisé qui repose avant tout sur des relations interpersonnelles, ce qui peut être générateur de dysfonctionnements (BROUSSEAU, RALLET, 1995) comme de performances (DATCHARY, 2011). Dans ce dernier cas, la codification est considérée comme contre-productive dans un environnement instable comme celui du bâtiment. Lorsque l’environnement est stable, la mise en place de routines codifiées est en effet un avantage et un bénéfice pour atteindre un niveau de qualité standard. Ce qui n’est évidemment pas le cas pour le bâtiment. À trop codifier dans un environnement instable, on arrive à des situations intraitables qui ont besoin d’une nouvelle négociation en situation en fonction des imprévus et des aléas. Ce modèle de coordination décentralisé serait le produit d’une organisation du secteur très fragmentée (BOTON, KUBICKI, 2014).

23De fait, il semble que la maquette numérique marche bien dans le cadre des industries modulaires comme l’aéronautique ou l’automobile mais le bâtiment n’est pas une industrie modulaire. « L’industriel qui essaye de sortir des maisons n’arrive pas à s’en sortir » nous explique un directeur de la maîtrise d’ouvrage. Le bâtiment travaille toujours sur un prototype. L’industrialisation n’y est pas possible.

24On est donc dans un contexte de tension entre une volonté de rationaliser et d’organiser les pratiques et les données pour mieux les exploiter et la nécessité de prendre en compte les contextes, les usages, les marges d’autonomie, la capacité des acteurs à innover.

25C’est un débat assez vif car il n’y a pas encore véritablement d’usages de la maquette numérique qui se sont installées en phase de réalisation et nous ne pouvons donc pas encore en évaluer les effets. Des pratiques semblent émerger pour contrôler la conformité du BIM avec le cahier des charges initial avec des outils comme Solibri Checker mais cette pratique ne concerne que la conception et non la réalisation.

26Alors, si le BIM construction ne permet pas d’améliorer la qualité, permet-il d’améliorer la gestion in fine et faut-il donc lier les deux démarches de BIM construction et de BIM gestion ? Rien n’est moins sûr non plus et ce pour plusieurs raisons. D’abord, comme le suggère un directeur de la maîtrise d’ouvrage « avec un rythme de production neuve de 2 à 3 % an, il faudra plusieurs décennies pour avoir les maquettes de tout le patrimoine ». Et puis surtout, la production d’un plan numérisé avec l’ensemble des équipements référencés nécessaires à la gestion de son patrimoine coûte environ 50 € par logements, alors qu’un BIM construction, selon les opérations observées, coûte entre 40 000 € HT et 160 000 € HT. Il y a un débat ici à approfondir. Mais s’il faut déconnecter le BIM gestion du BIM construction, peut-être faudrait-il arrêter de parler de BIM qui est trop connoté à la maquette numérique pour parler plutôt de management de la donnée.

27Sans doute assistons-nous à une normalisation du secteur par les objets techniques qui poussent à s’organiser différemment avec l’émergence des chartes BIM qui codifient très précisément les rôles et activités de chaque membre du projet autour de la maquette numérique. L’obligation de suivre des procédures devient alors de plus en plus prégnante. Le protocole BIM devient la pièce maîtresse du processus qui doit réguler les échanges autour de la maquette numérique. En d’autres termes, le secteur du bâtiment serait en train de basculer dans les process et méthodes qualité où il s’agit d’écrire et de décrire dans des temporalités de plus en plus proches aux situations de travail ce que les acteurs font. On peut donc se demander si nous n’assistons pas à une bureaucratisation du secteur du bâtiment avec l’obligation pour tous, de la maîtrise d’ouvrage aux corps d’états architecturaux, de participer à une écriture numérique collective, à une mise en écriture numérique du bâtiment à toutes les phases du processus (phase conception, phase réalisation et phase de gestion).

Premiers résultats sur les mutations des métiers et des compétences

28D’un point de vue général, nous pouvons dire que le BIM appelle le développement de compétences numériques qui renvoient certes à des compétences techniques, mais également et surtout à des compétences relationnelles. Ce que requiert les méthodes de travail autour du BIM, c’est en effet plus de communication, plus de collaboration et donc des compétences qui consistent à se coordonner et à coopérer dans des environnements techniques relativement complexes. Sur les projets les plus avancés, nous pouvons ainsi observer des architectes et des bureaux d’études techniques collaborant via des modules de suivi de commentaires synchrones et asynchrones associés à une maquette numérique qui est donc actualisée quasiment en temps réel. L’une des difficultés opérationnelles sur les chantiers est en effet l’inadéquation récurrente entre les plans de l’architecte et ce qu’il est réellement possible de faire par les entreprises. Il y a donc une liberté et une autonomie prise par l’entreprise par rapport aux plans. Ce phénomène a deux conséquences. La première est que le DOE remis en fin de chantier ne correspond pas à ce qui a été fait en réalité, ce qui posera évidemment des problèmes au moment de la réhabilitation et qui oblige dans les faits à reprendre l’ensemble des métrés et des informations dont les entreprises ont besoin pour intervenir. Le second est un problème de qualité puisque les choix réalisés de manière autonome par les entreprises rentrent en conflit et peuvent alors donner, selon les cas, des problèmes d’étanchéité, de ventilation… Les architectes, les bureaux d’études techniques et les entreprises rencontrés inclinent à penser que l’élaboration d’une maquette numérique permettra d’éviter ces phénomènes notamment parce qu’il ne serait pas possible de réaliser une maquette approximative qui laisserait donc de l’autonomie aux entreprises. La maquette numérique implique tout de suite d’être très précis dans le dessin et la caractérisation de l’ouvrage. La mise en coordination généralisée de l’ouvrage entraînerait aussi un retour de la préoccupation qualité parce que “il y avait un savoir-faire qui était dans les mises au point des dossiers et qui étaient assez forts chez nous, et qu’on a un peu automatisé. Donc les synthèses n’étaient pas de qualité. Avec la maquette et cette façon de travailler ensemble, j’ai l’impression que la compétence globale augmente. Il y a de vieilles préoccupations qui reviennent, c’est-à-dire d’obtenir quelque chose qui soit coordonné, qui soit adapté à ce qui va se faire dans les étapes d’après. On est tous responsables” (Entreprise générale).

29Cette précision dans le projet amène certains architectes à le déplorer en observant une nouvelle manière de concevoir qui s’impose : “il faut penser, dessiner concevoir en termes d’objet et famille d’objets alors qu’auparavant nos outils étaient le trait, la ligne” (Architecte). Là où le projet architectural se développait auparavant dans le temps et gagner de l’épaisseur au fur et à mesure de son élaboration, la maquette numérique impliquerait au contraire d’avoir une idée très précise de l’ouvrage en y intégrant très rapidement tous les détails. Notons tout de même le débat sur ce point puisque certains estiment qu’il s’agirait juste d’un problème de maturité sur les nouveaux logiciels. Une fois la nouvelle technique maîtrisée, il serait tout à fait possible de travailler “à l’ancienne”, c’est-à-dire d’enrichir son projet au fur-et-à-mesure.

30Du point de vue des métiers et des compétences, le BIM manager est également une question clef. Beaucoup cité, plus rarement rencontré, le BIM manager semble être plus une compétence qu’une fonction. C’est en tout cas un rôle flottant qui varie en fonction de la phase dans laquelle la fiabilité de la donnée est requise. En phase conception, le rôle semble se cristalliser autour de l’architecte qui a la mission de la synthèse des différentes maquettes numériques qui pourraient être produites. En phase réalisation, le rôle pourrait être dévolu à l’entreprise chargée de la coordination des travaux pour r de la bonne exécution de la maquette ou de modifier la maquette en cas de conflits sur le terrain. Enfin, en phase gestion, le rôle devrait intégrer la maîtrise d’ouvrage qui doit ensuite assurer la mise à jour des données de la maquette en fonction des divers entretiens et réhabilitations qui doivent avoir lieu, sans compter l’exploitation de ces bases de données à des fins gestionnaires.

La mise en oeuvre du BIM : questionnements et perspectives de recherches

31Les premiers résultats que nous venons de présenter sont porteurs de trois grands types de questionnements, qui structurent nos travaux actuels. Ces derniers portent sur l’identification des formes organisationnelles en cours d’émergence dans le secteur du bâtiment, ainsi que sur les transformations professionnelles et les compétences associées au développement du BIM. Enfin, des interrogations liées aux implications de la modélisation numérique des bâtiments sur leur occupation par des habitants apparaissent également, les futurs locataires étant appelés à être à la fois des utilisateurs et des producteurs de données, volontairement (et consciemment) ou non.

BIM et évolution des formes organisationnelles

32Un premier axe de travail porte sur l’identification et l’analyse des formes organisationnelles et des méthodes collaboratives développées dans le cadre des démarches BIM. Il s’agit ici d’étudier les modalités d’émergence, de développement, de stabilisation, de décomposition et de recomposition des formes organisationnelles qui développent des projets de conception, de construction et de gestion de logements sociaux. L’hypothèse centrale de cette étude est de considérer que ces formes organisationnelles sont gouvernées par des normes (THÉVENOT, 1997) qu’il s’agit d’identifier et d’analyser afin de comprendre les processus de numérisation du bâtiment qui sont engagés.

33Comme le souligne Laurent Thévenot, il s’agit d’étudier les investissements de forme (THÉVENOT, 1986). En effet, la relation entre les biens de capital (outils matériels fixes), et le flot de matières premières et d’heures de travail, implique « la mise en œuvre de tout un ensemble d’« outils » complémentaires, normes, standards, règlements, conventions, contrats, qualifications, marques ». Un investissement de forme, selon Laurent Thévenot, est alors « ce qui permet l’articulation entre la mise en œuvre de l’outil et les opérations de mise en forme qu’implique son fonctionnement. Un investissement ne se réduit pas à la mise en forme de la machine car elle impose la standardisation, la définition de normes, la codification des formes de ces input ou output ». Ces investissements de forme constituent alors des normes cristallisées qui peuvent être considérées comme des points de cristallisation d’un apprentissage collectif.

34Nous considérons le BIM sous l’angle de ces investissements de forme. Le BIM est en effet accompagné d’un ensemble de normes techniques qui tiennent précisément parce que chaque organisation met en œuvre des modalités spécifiques de mises en forme, c’est-à-dire d’équivalence entre un ensemble d’objets disparates (logiciels, structure, fluide, bâtiments, fonctions, métiers…). Les normes peuvent ainsi être considérées comme des conventions qui vont permettre l’émergence et la stabilisation des nouvelles formes organisationnelles. Ce point renvoie notamment à la question de la mémoire organisationnelle ou comment une organisation garde-t-elle la mémoire de ses logiques d’action collective. Christian Le Moënne dans un article intitulé « Entre formes et normes. Un champ de recherche fécond pour les SIC » décrit notamment en quoi les normes de marché investissent les objets : « Normes de marché qui concernent finalement deux groupes d’institution ou de dispositifs : Les pratiques sociales organisées selon des buts volontaires, que l’on appelle couramment les « organisations », à l’origine des normes de « bonnes pratiques »… Les objets et dispositifs matériels qui constituent le contexte de l’action ou qui se trouvent engagés dans l’action collective. Ceux-ci se trouveront de plus en plus finement décrits dans des cahiers des charges et cadrés par des standards et des lois visant à en délimiter les usages. Ces objets et dispositifs doivent, de ce fait, être considérés comme des éléments décisifs d’engagement des actions individuelles et collectives, et leur statut sous cet aspect doit être repensé à nouveau frais comme des dispositifs de facilitation de l’action en situation, des artefacts cognitifs, des dispositifs de mémoire » (LE MOËNNE, 2013). Or, si ce sont bien les normes qui font émerger les formes organisationnelles, en quoi les nouvelles normes techniques portées par le numérique modifient elles les formes organisationnelles ? Bernard Stiegler note par exemple dans La technique et le temps : « Cette tendance à la standardisation, à la production de types de plus en plus intégrés, rend possible l’industrialisation, et non l’inverse : c’est parce qu’il y a une telle tendance dans le processus de l’évolution technique en général que l’industrie apparaît, et non parce que l’industrie apparaît qu’il y a standardisation » (STIEGLER, 1994).

35En d’autres termes, notre hypothèse est de soutenir que les normes sont à la base des grandes mutations organisationnelles et sociales. Nous savons que la trajectoire organisationnelle du bâtiment (BROUSSEAU, RALLET, 1995) a conduit à une fragmentation des acteurs. Le BIM appelle ainsi à des investissements de forme qui tendent vers l’organisation étendue. Nous envisageons donc le BIM comme une problématique organisationnelle.

BIM et transformations professionnelles

36Un deuxième axe de réflexion porte sur les mutations des métiers, professions et compétences. Il s’agit de comprendre dans quelle mesure les nouvelles formes organisationnelles associées au développement des outils et des méthodes BIM se traduisent par une transformation du travail, des métiers, des professions. L’enjeu est également d’identifier les compétences et qualifications, associées à ces évolutions organisationnelles dans les différents champs d’activité concernés.

37Le développement des outils et méthodes BIM peut être interrogé comme participant d’une dynamique de rationalisation organisationnelle ayant déjà touché de nombreux secteurs d’activité, dans l’industrie et les services, depuis plus près de trois décennies (BOUILLON, 2011, 2013 ; HÉMONT, 2011 ; HÉMONT, MAYÈRE, 2014). Ce mouvement général se traduit par des recompositions organisationnelles (codification dans le cadre des logique processus, PLM…) affectant la position des différents intervenants (maîtrise d’œuvre, maîtrise d’ouvrage – architectes, bureaux d’études, entreprises – mais aussi pouvoirs publics, éditeurs de systèmes d’information) ainsi que leurs relations (rapports de coopération, de concurrence, de collaboration, de conflit, répartition des rôles, nature des interactions. Il implique également des transformations profondes des activités de travail au sein de ces différents contextes, impliquant la redéfinition des professions existantes, l’émergence de nouveaux métiers, mais aussi de nouvelles compétences. L’observation et l’analyse concrète des « formes organisationnelles » associées au BIM et à l’extension de la rationalisation gestionnaire au secteur du bâtiment passent par l’étude de cette transformation des professions.

38Cette question sera abordée sous l’angle de l’identification et de la compréhension des compétences nécessaires pour travailler dans un environnement fortement numérisé. Souvent qualifiées dans la terminologie managériale de « compétences numériques », ces capacités concernées ne sont pas simplement d’ordre technique, mais également de nature sociale et comportementale. Elles constituent une « boîte noire », faisant référence à l’ensemble des savoirs et des savoir-faire nécessaires pour travailler individuellement et collectivement avec des outils numériques. Elles recouvrent la capacité à travailler collectivement avec des NTIC à gérer les effets de la connexion permanente en termes de dispersion professionnelle (DATCHARY, 2011) ou les conflits entre temporalités professionnelles et extra-professionnelles (DATCHARY, GAGLIO, 2014). Elles concernent également l’aptitude individuelle et collective à adapter des prescriptions et des procédures pour répondre aux besoins d’un client, à imaginer des solutions répondant à un contexte professionnel spécifique et inédit, tout en intégrant les normes organisationnelles.

39En premier lieu il s’agit donc d’approfondir l’analyse des modalités de formalisation des activités de travail liées à la conception, à la construction et à l’exploitation de bâtiments. Comment ces dernières, dans ces différents contextes, sont-elles « mises en processus », c’est-à-dire modélisées, codifiées, transcrites, inscrites dans des dispositifs sociotechniques (outils informatiques et normes professionnelles) ? Comment est opérée cette démarche, quelles en sont les implications sur les métiers et les compétences existantes, quelles nouvelles compétences sont attendues ? Parallèlement, nous nous intéresserons à des dimensions beaucoup moins bien balisées, car correspondant à la réalisation effective des tâches lorsque celles-ci échappent à la possibilité d’une définition formelle. Comment les acteurs des différents contextes professionnels procèdent-ils pour tirer profit des informations mises à disposition par les omniprésentes applications informatiques ? Comment et dans quelle mesure peuvent-ils déroger aux règles et aux procédures – et donc se placer en porte-à-faux par rapport à l’organisation – si la capacité de répondre au client et de mener à bien le projet est en jeu ? Les réponses à ces questions se construisent au fil de chaque situation d’activité, elles sont largement contingentes, non déterminées et non prévisibles. Il est à ce niveau impossible de se reposer exclusivement sur des modes opératoires préalablement définis, ces derniers ne pouvant prendre en compte l’infinie variété des configurations du social. Les acteurs en présence n’ont d’autre choix que d’élaborer en situation les connaissances nécessaires à leur action, de manière individuelle et collective, dans la relation avec le client, en s’appuyant sur leur expérience et leur appréciation. On retrouvera ici la dialectique reliant « règles de contrôle » et « régulations autonomes » dans la théorie de la régulation sociale (REYNAUD, 1988), les règles autonomes élaborées localement en situation pour faire face aux multiples incertitudes de l’activité pouvant contribuer à la production de l’organisation elle-même (DE TERSSAC, 2003). Il s’agira ainsi d’éclairer la traditionnelle zone d’ombre habituelle des processus métiers.

40Nous formulons l’hypothèse que l’un des principaux enjeux soulevé par les compétences numériques se situe dans la tension entre d’une part l’accroissement de la formalisation, du respect des règles et des procédures ; et d’autre part la multiplication des injonctions à la collaboration, à la créativité, à la capacité à déroger ponctuellement à ces mêmes règles. La mise en processus vise à faire en sorte que l’on ne puisse pas faire autrement que d’agir selon les règles organisationnelles, mais aussi, lorsque cela s’avère radicalement impossible, la tendance est à l’intégration, à l’équipement et au contrôle du contournement de ces dernières. Cette tension est présente dans la plupart des activités liées à la conception, la construction et l’exploitation de bâtiments, en particulier dans celles qui se caractérisent par une forte incertitude quant aux résultats et aux moyens à mettre en œuvre, une importante dimension relationnelle. Les « pratiques prudentielles » (CHAMPY, 2009) associées à ces activités sont particulièrement présentes en maîtrise d’œuvre, sur le plan de la gestion de projets à la fois uniques mais de plus en plus inscrits dans des logiques industrielles, au niveau des activités créatives (CHAMPY, 2001) qui tendent à être rationalisées, et sur le plan de la construction / réhabilitation, planifiée strictement mais devant faire face à de multiples aléas.

41De ce fait, les acteurs « compétents numériquement » doivent savoir utiliser les outils informatiques de leur métier, appliquer les règles scrupuleusement mais avec souplesse, tout en étant capable de juger de la latitude dont ils bénéficient par rapport à l’organisation. Nous nous efforcerons d’analyser et de caractériser ces compétences numériques, dans leur dimension technique mais aussi dans leur dimension communicationnelle : elles posent la question de la rationalisation et de l’équipement technologique et normatif des interactions professionnelles, ainsi que de la justification de cette évolution dans des discours organisationnels.

Le BIM et les habitants : gestion des données locataires

42Un troisième axe de travail concerne l’intégration et la modélisation des données usagers-locataires.

43Il semble évident aujourd’hui que la question du logement durable ou de la ville durable ne peut être posée sans prendre en compte l’usager-locataire en tant qu’acteur de l’habitat. Ceci nécessite une meilleure connaissance des comportements, des pratiques, des logiques et des valeurs d’usage. En quoi le BIM peut-il permettre de concevoir des logements plus facilement adaptables et appropriables par des usagers ayant une grande diversité de styles de vie, de rythmes de travail et de valeurs d’usages ? Comment ces éléments peuvent-ils être modélisés afin de pouvoir être intégrés en amont, dans la maquette numérique ?

44Cette phase du travail vise tout d’abord à identifier et analyser des pratiques consistant à intégrer les usagers-locataires dans la démarche BIM. Nos premières observations menées auprès des six bailleurs sociaux (aussi bien du côté de la maîtrise d’ouvrage que de la maîtrise d’œuvre) montrent que l’usager-locataire est assez absent aussi bien des discours accompagnant le BIM que du contenu des modélisations visibles sur la maquette numérique.

45Notre première hypothèse pose que le BIM en tant que dispositif socio-technique est un dispositif informationnel et communicationnel et, dans ce sens, il est la fois outil et signe pour l’ensemble des usagers. Dans cette logique, il convient alors d’envisager le locataire non seulement comme un simple contributeur possible, mais comme un acteur de prime importance. Nous considérons ainsi que la maquette numérique offre des « affordances » (GIBSON, 1978) intéressantes et qui pourraient répondre aux problèmes récurrents auxquels se heurtent les bailleurs sociaux à savoir la difficulté à louer des logements sociaux, mécontentement de locataires suite aux réhabilitations, etc. Ce qu’il manque actuellement, c’est une stratégie du côté notamment de la maîtrise d’ouvrage d’intégration des données-locataires dans leurs démarches BIM et qui viserait à donner aux locataires les outils de connaissance et de compréhension de leur futur habitat et cadre de vie. Si la maquette numérique remplie déjà le rôle de dispositif de médiation notamment auprès des élus, dans quelle mesure peut-elle être envisagée comme un dispositif de médiation auprès des usagers locataires ?

Conclusion

46Les enjeux du BIM sont tout d’abord des enjeux de montée en qualité en termes de conception/construction/réhabilitation et surtout en termes de gestion d’une base patrimoniale numérisée et donc objectivée dans une base de données extrêmement complexe et détaillée. Cette numérisation semble alors pousser au passage du mode actuel de gestion patrimoniale - réactif, après-coup - à un mode anticipatif, de programmation et de prévention.

47Mais la promesse de la montée en qualité pose plusieurs problèmes : celui du contrôle qualité sur le chantier, auprès des artisans, entreprises, intervenants et aussi celui de la mesure de cette montée en qualité : quels référentiels, quels indicateurs, quels paramètres à prendre en compte ? Ces deux problématiques sont encore largement débattues.

48Sur le chantier d’abord, on voit bien que pour le moment, le BIM s’arrête aux bureaux d’études et ne descend pas encore au niveau de la mise en oeuvre. Or, si le souci est bien celui de la qualité, cette dernière relève de l’exécution qui dépend en partie du cahier des charges (en l’occurrence de la maquette numérique) mais pas seulement. Même si les pratiques ne sont pas encore développées, il faudra donc dans un avenir proche observer les tentatives de normalisation numérique en phase exécution du contrôle qualité.

49Ensuite, la question de la construction d’un référentiel de mesure qualité est également en discussion. Certains acteurs institutionnels du BIM et de la construction en France se sont positionnés sur cette question en proposant diverses grilles de mesure (protocoles et référentiels BIM) sans qu’aucune pour le moment ne fasse consensus malgré la forte attente de la part des bailleurs sociaux dans ce sens.

Haut de page

Bibliographie

Alter Norbert, L’innovation ordinaire, PUF, 2013

Ayerbe Cécile, Mitkova Liliana, « Quelle organisation pour la valorisation des brevets d’invention ?. Le cas d’Air Liquide », Revue française de gestion 2/2005 (no 155), p. 191-206

Baudry Bernard, « 6. L’impact des nouvelles relations de quasi-intégration sur la gestion de l’emploi des fournisseurs : la question des frontières de la firme », in Héloïse Petit et al., Les nouvelles frontières du travail subordonné, La Découverte « Recherches », 2006 (), p. 121-146.

Bécue Mathieu et al., « Rente relationnelle et sous-performance des firmes pivots dans la chaîne de valeur aéronautique », M@n@gement 2014/2 (Vol. 17), p. 110-135.

Boton Conrad et Kubicki Sylvain, « Maturité des pratiques BIM : Dimensions de modélisation, pratiques collaboratives et technologies » SCAN’14, 6e Séminaire de Conception Architecturale Numérique, Jun 2014, Luxembourg. Pp. 45-56

Bouillon Jean-Luc, “Construire l’approche communicationnelle d’un changement organisationnel”. In Legravre J.B. & Kacial N. (dir). Communication interne et changement, Paris, L’harmattan, 2011, p. 189-205.

Bouillon Jean-Luc, Concevoir communicationnellement l’organisation. Contribution à l’analyse des rationalisations organisationnelles dans le champ de la “communication organisationnelle”, Habilitation à diriger les recherches, 2013.

Bouillon Jean-Luc, "Technologies numériques d’information et de communication et rationalisations organisationnelles : les « compétences numériques » face à la modélisation", Les Enjeux de l’Information et de la Communication, n° 16/1, 2015, p. 89 à 103, http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2015/06-2015-Bouillon/index.html.

Brousseau Éric, Rallet Alain. « Efficacité et inefficacité de l’organisation du bâtiment : une interprétation en termes de trajectoire organisationnelle ». In : Revue d’économie industrielle, vol. 74, 4e trimestre 1995. pp. 9-30. doi : 10.3406/rei.1995.1594

Celnik Olivier et Éric Lebègue, « BIM et maquette numérique pour l’architecture, le bâtiment et la construction », CSTB Editions, Eyrolles, 2014.

Champy Florent, Sociologie de l’architecture, Repères, La Découverte, 2001.

Champy Florent, La sociologie des professions, Presses universitaires de France, coll. “Quadrige Manuels”, 2009, 230 p.

Charlès Bernard, « Le 3D, une révolution du management », Le journal de l’école de Paris du management 2005/3 (N° 53), p. 9-15.

Chaudet Bruno, Plateformes collaboratives et logiques processuelles dans l’évolution des formes organisationnelles : pour une conception étendue de l’information organisationnelle, Thèse de doctorat, Université Rennes 2, 2011

Chaudet Bruno, “Rendre compte de l’évolution d’une forme organisationnelle : proposition de méthodologie”, Communication & organisation, 2012/1 (n° 41)

Corniou Jean-Pierre, « L’économie numérique, un défi systémique. », Annales des Mines – Réalités industrielles 2/2010 (mai 2010), p. 93-100

Datchary Caroline, La dispersion au travail, Octares éditions, 2011.

Datchary Caroline et Gaglio, G. « Hétérogénéité temporelle et activité de travail. Entre conflits et articulations », Revue d’anthropologie des connaissances, 1 : 1-21, 2014.

Darses Françoise et al., « 33. Les activités de conception et leur assistance », in Pierre Falzon, Ergonomie, Presses Universitaires de France « Hors collection », 2004 (), p. 545-563.

De Terssac Gilbert, La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, Recherches, La Découverte, 2003.

Fonrouge Cécile, « Entrepreneuriat et innovations organisationnelles. Pratiques et principes », Revue française de gestion 2008/5 (n° 185), p. 107-123.

Garel Gilles, « II/ L’évolution des modèles de management de projet », Le management de projet, Paris, La Découverte, « Repères », 2011, 128 pages

Guffond (J.-L.), Leconte (G.), Bounaas (F.), Culet (A.), (1995) : Du groupement au réseau : un outil d’échange de données et de mise en accord entre entreprises. Conception et réalisation de la maquette du "dossier unique actualisé"

Hémont Florian, Une approche communicationnelle du « développement fournisseur ». Le cas des rapports clients-fournisseurs dans l’aéronautique, Thèse de Doctorat, Université Paul Sabatier, Toulouse, 2011.

Hémont Florian, Mayère Anne, “Pour une lecture communicationnelle du travail d’équipement des sous-traitants : le cas du 5S dans l’aéronautique”, Etudes de communication, 2014/1 (n° 42)

Hovorka Frank, Bresson Jean-Yves, Sevanche Alain, Préparer la révolution numérique de l’industrie immobilière, Caisse des dépôts, 2014

Le Moënne Christian, “Entre formes et normes. Un champ de recherches fécond pour les SIC”, Revue française des sciences de l’information et de la communication, [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 26 avril 2016. URL : http://rfsic.revues.org/365.

Mouchnino Nicolas, Sautel Olivier, « Coordination productive et enjeux concurrentiels au sein d’une industrie modulaire : l’exemple d’Airbus », Innovations, 2007/1 (n° 25), p. 135-153.

Reynaud Jean-Daniel,”Les régulations dans les organisations : régulation de contrôle et régulation autonome”, Revue française de sociologie, 2008, vol. 29, n° 1, pp. 5-18.

Simondon Gilbert, Du mode d’existence des objets techniques, Editions Aubier, 2012.

Thévenot Laurent, “Les investissements de forme”, in Thévenot, L. (ed.) Conventions économiques, Paris, Presses universitaires de France, (Cahiers de centre d’étude de l’emploi), 1986, pp. 21-71

Thévenot Laurent, “Un gouvernement par les normes”, in Cognition et informatisation en société, s. dir. B. Conein & L. Thévenot, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (“Raisons pratiques” 8), 1977, p. 205-242.

Tran Sébastien, « Quelle contribution des technologies collaboratives à la configuration des organisations ? », Systèmes d’information et management, 2014/2 (Volume 19).

Wachter Serge, « Promesses et impasses de l’architecture numérique », Flux 2009/4 (n° 78), p. 24-37.

Haut de page

Notes

1 Les premières références que nous avons identifiées concernant la démarche qui ne se désignait pas encore sous l’acronyme BIM mais en portait déjà l’esprit sont les suivantes : Eastman, C. M. (1975). The Use of Computers Instead of Drawings in Building Design. AIA Journal, 63(3), 46-50 et Eastman, C.M. (1999), Building Product Models : Computer Environments, Supporting Design and Construction, CRC Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Chaudet, Marcela Patrascu et Jean-Luc Bouillon, « La maquette numérique dans le secteur du bâtiment », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2044 ; DOI : 10.4000/rfsic.2044

Haut de page

Auteurs

Bruno Chaudet

Bruno Chaudet est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Rennes 2, membre du laboratoire PREFics. Courriel : bruno.chaudet@univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

Marcela Patrascu

Marcela Patrascu est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Rennes 2, membre du laboratoire PREFics. Courriel : marcela.patrascu@gmail.com

Articles du même auteur

Jean-Luc Bouillon

Jean-Luc Bouillon est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Rennes 2. Il dirige le laboratoire PREfics. Courriel : jluc.bouillon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page