Navigation – Plan du site
Tendances épistémologiques

Retour sur le concept de transaction

De la sociologie à la communication des organisations en France
Benoît Cordelier

Résumés

La transaction est une notion importée de plusieurs courants de recherche à l’intersection de l’économie et de la sociologie ou encore de la psychologie. Dans la francophonie, elle est dynamique en sociologie à travers le concept de transaction sociale. En SIC, ou plus particulièrement en communication des organisations, bien que ce qu’il est maintenant convenu d’appeler l’École de Montréal en a fait une notion importante du modèle conversation/texte, elle a connu une diffusion timide en dehors de sa définition courante. Pourtant un enrichissement mutuel entre les différents courants est possible à la fois sur le plan épistémologique et conceptuel. Qui plus est elle pourrait être une notion centrale pour conceptualiser la performativité de la communication organisationnelle aussi bien en termes de pouvoir, de coopération ou de conflit.

Haut de page

Texte intégral

1Les sciences de la communication cherchent à analyser l’aspect communicationnel des phénomènes sociaux qu’elles étudient. L’intelligibilité de ce qui est communicationnel, ou qui pourrait être défini comme tel, n’est pas évidente. Elle émerge pourtant d’un sens partagé, d’une mise en relation triangulaire entre les perspectives des chercheurs qui partagent une même ontologie et l’objet de recherche qui fait partie de la réalité observée. En d’autres termes, l’identification de ce qui est communicationnel passe dès lors par le partage de références qui aident au décodage du phénomène observé.

2La communication des organisations pose un enjeu supplémentaire. Elle se construit en France comme une réponse dans les années 1970 à un besoin de formation en communication d’entreprise. Il s’agit donc à lors d’étudier la communication dans l’organisation. Mais la volonté de développer une discipline ou domaine original amène les chercheurs à pousser la problématisation de ce qu’est la communication dans l’organisation. Cela s’accompagne d’un jeu d’étiquettes partant de la communication des organisations (Le Moënne, 1998) et engageant les chercheurs dans la communication organisationnelle (Bouzon, 2006 ; Delcambre, 2000 ; Le Moënne, 2000) s’inquiétant de sa valeur organisante (p. ex. colloque Org&Co, 2015). En Amérique du Nord cela se joue dans les transitions interprétatives et autre virages linguistiques ou discursifs. Quel que soit le côté de l’Atlantique, cela dénote une volonté de proposer une étude de la communication comme élément central de l’organisation.

3Dans cette perspective, la notion de transaction peut contribuer à élaborer une ontologie de la communication pragmatique, être une des références à la base d’une communication organisationnelle autonome de la communication des organisations de la fin du XXe siècle. Je n’irais toutefois pas jusqu’à prétendre qu’elle puisse être suffisante. D’autres références, en effet, peuvent venir l’accompagner. La notion de performativité peut être l’une d’elles. Je tiens donc à préciser que j’inscris les propos qui suivent dans les débats qui posent la communication organisationnelle comme héritière du courant pragmatique favorisant des démarches compréhensives et des épistémologies interprétatives et pour laquelle la communication produit de l’action, voire est constitutive de la réalité sociale, de l’organisation. Sans m’étendre davantage sur le cadre ontologique et épistémologique, je le précise car cela fait écho et lien avec les autres courants développés par les autres auteurs que je vais évoquer.

4Dans ce contexte théorique, je m’interroge alors sur comment rendre compte des relations entre individus influencées par des jeux de pouvoir, sans pour autant conserver l’illusion d’une liberté et d’une égalité dans les termes de l’échange. Quel phénomène social nous permettrait de réunir symboliquement à la fois les caractéristiques du stratège, de la domination, des finalités téléologiques ? Chercher à imposer ses conditions, accepter des compromis, se soumettre : les notions de jeu et de rôle en rendent bien évidemment compte, mais elles sont déjà fortement marquées. Si l’acteur est souvent en négociation, il est également souvent contraint à l’acceptation. Il peut aussi bien contribuer activement à la formation du contrat social qui sert de base à la structuration de l’organisation, comme y adhérer, s’y soumettre passivement. L’échange marchand recouvre ces phénomènes. La notion de transaction qui en découle me semble alors suffisamment appropriée. Mais ce concept de transaction n’est pas nouveau. Il a été exploité par divers courant qui, j’ai pu le constater, communiquent peu entre eux.

5Le concept de transaction sociale en particulier a déjà connu des développements, notamment en sociologie. Il vient compléter l’approche interactionniste de l’École de Chicago avec les travaux de John Dewey et William James. Anselm Strauss (1978) en fait même le fondement de l’ordre social. En France, plus près de la thématique du colloque qui nous réunit, Jean Rémy, Liliane Voyé et Emile Servais (1978, 1981) cherchent à imposer la transaction sociale comme nouveau paradigme. C’est une nouvelle façon d’analyser les conflits sociaux et la dialectique des rapports de force. Mais cette approche peine à prendre (Blanc, 1992) jusque dans les années 2000. Pourtant ce concept permet de rendre compte à la fois de la force structurante des relations sociales et de la marge de manœuvre, d’une certaine liberté, qui subsiste entre les acteurs pour orienter leur action. Nous retrouvons également le concept de transaction en communication organisationnelle en particulier auprès de l’École de Montréal et de Manuel Zacklad. Ils convient de remarquer que les échanges autour de (j’insiste) la notion de transaction entre ces différents courants ou auteurs sont assez limités, même dans le cas de l’École de Montréal et de la communication des organisations en France.

6Nous passerons donc ici d’une revue critique du concept de transaction dans le courant de la sociologie de Rémy, Voyé et Servais puis de Blanc et consorts, de la perspective de l’École de Montréal et de Manuel Zacklad avant de proposer quelques points de passage personnels entre ces courants.

Genèse d’un courant francophone de la transaction sociale

7Le principal courant francophone contemporain de la transaction sociale s’appuie sur les deux tomes de Produire ou reproduire ? (1978, 1980), de deux autres tomes de Pour une sociologie de la transaction sociale (1992, 1994) et, plus récemment, deux dossiers de la revue Pensées Plurielles (2009, 2013). Il prend forme à travers les préoccupations des sociologues de l’AISLF qui cherchent une voie entre le constructivisme social de Berger et Luckman, le structuralisme de Bourdieu et la sociologie des mouvements sociaux de Touraine.

8La transaction sociale devient alors une proposition que nous croyons fertile de la sociologie française pour penser une société en évolution. En dehors de la proposition épistémologique de Berger et Luckman, ce courant s’appuie sur deux autres courants de la sociologie américaine qui vont lui permettre de créer ce que nous pourrions qualifier de leur ontologie de la relation sociale : la transaction. La sociologie de la transaction sociale française se construit donc aussi grâce à des influences des univers juridique et économique particulièrement marquées par les travaux de Williamson, Coase et Commons pour la théorie des coûts des transactions. Blanc revient sans cesse sur ces aspects. La transaction sociale marque à la fois la notion de résolution de conflits en fonctions de valeurs et de légitimités tout en gardant en partie une dimension utilitariste liée à l’enjeu sur lequel elle porte. Enfin, l’interactionnisme symbolique est également une influence importante de ce courant en raison notamment des caractéristiques de la mise en relation d’un acteur avec d’autres à la fois dans le processus d’individuation et de ces conséquences dans la constitution du groupe social.

9Nous proposons donc un bref rappel des travaux de ces deux courants avant de reprendre autour du courant français de la transaction en sociologie. Ce rappel paraît important car non seulement ces propositions sont importantes pour la sociologie française des transactions mais également parce que ces influences sont largement partagées par les travaux français en communication des organisations comme nous le retrouverons par la suite.

Des influences nord-américaines : l’économie insitutionnaliste américaine

10Williamson (1975, 2000) s’appuyant sur des travaux de Coase (1937) et de Commons (1931, 1934) approche la transaction comme l’échec du marché, tel que conçu par les économistes classiques, et comme le fondement de l’analyse économique. Pour Williamson, l’organisation est une internalisation de transactions que le marché n’a pu assurer en raison de leur coût. L’organisation, selon Williamson, supplante le marché lorsque deux facteurs liés à l’environnement et deux facteurs liés aux individus sont réunis. Les facteurs environnementaux portent sur l’incertitude et la complexité ainsi que sur le nombre de participants dans le marché. Ce dernier point permet d’ailleurs de rappeler que « l’économie institutionnaliste américaine du début du XXe siècle se distingue par l’intérêt qu’elle accorde à l’action collective » (Beaurain & Bertrand, 2009, p. 14). Les facteurs individuels portent sur l’impact de la rationalité limité et l’opportunisme des individus. De ces facteurs, il déduit deux conditions supplémentaires : les avantages que l’on peut tirer sur le marché de la maîtrise (non partagée) de l’information et l’atmosphère interne qui serait plus coopérative entre les membres de l’organisation. L’approche de Williamson est intéressante car elle met en évidence non seulement les asymétries informationnelles entre participants au marché, mais également car elle internalise la notion de transaction. Cette internalisation est en fait une spécialisation de la firme qui est capable de réduire les aléas transactionnels en son sein. L’économie des transactions, si elle permet de mettre en évidence l’existence de frictions transactionnelles, arrête l’analyse et par conséquent sa portée heuristique aux frontières de l’organisation. Cette dernière est une boîte noire qui permet d’économiser sur des coûts de communication nécessaires pour se mettre en relation sur le marché grâce à une coopération interne. Mais est-ce que cette internalisation des coûts entraîne leur disparition ? Est-il suffisant de postuler un principe de coopération interne pour expliquer le fonctionnement de l’organisation ? En déplaçant l’objet d’étude du marché à l’organisation nous sommes obligés de nous interroger sur les modalités d’internalisation de ces transactions et ne pas accepter d’emblée la téléologie de l’organisation comme seule variable explicative de la coopération, de l’interaction dans l’organisation. Nous reviendrons ultérieurement sur ce point. Mais il est important de remarquer que la contractualisation des interactions n’est plus externe, dans le marché, mais interne, dans l’organisation.

Des influences nord-américaines : l’interactionnisme symbolique

  • 1 « In other words, even these knowings are transactions of knowing and known jointly ; they themselv (...)

11La constitution de l’identité des acteurs dans ce qui allait s’appeler l’interactionnisme symbolique se fait à travers un processus relationnel entre individus qui crée un système d’attentes réciproques. Le self (Mead, 2006) se construit à travers la prise en compte des attentes et du comportement des autres. Le sujet se développe donc dans un processus de négociation entre acteurs. De la même manière, en suivant Dewey (Dewey & Bentley, 1946 ; Foucart, 2013) la définition de la réalité est le résultat de l’association des acteurs et de la mise en accord qui en résulte1. Par conséquent « toute action individuelle doit en réalité être vue comme ‘‘transaction’’« (Foucart, 2013, p. 82).

12Cette idée s’applique également au travail d’Anselm Strauss. La réalité sociale -ou organisationnelle, pourrions-nous préciser- est le résultat d’une transaction. Les règles formelles ne peuvent par conséquent pas être appliquées mécaniquement à l’organisation. Celle-ci est soumise à trop de contingences pour n’être gérée qu’à travers des règles. Ce sont plutôt la nature des interactions entre les acteurs qui va déterminer l’action de l’organisation. Pour Strauss, l’organisation est un lieu de conflits et d’intérêts divergents où l’on cherche à s’entendre sur les situations d’action. Si l’organisation se maintient, c’est grâce à un ciment symbolique qui peut se présenter comme un objectif commun qui guide l’orientation générale et qui permet de justifier l’action. Cette mission organisationnelle est une téléologie qui sert de repère, de base aux négociations locales. Ainsi pour Strauss, (1992, p. 250) :

  • l’ordre social est un ordre négocié (toutes les relations sont accompagnées de négociations) ;

  • les négociations se font en contexte ;

  • les négociations sont temporellement limitées ;

  • les négociations sont multiples, se superposent et se succèdent ;

  • l’ordre négocié ponctuel peut être considéré comme l’ensemble des règles et des accords qui y ont cours ;

  • tout changement contextuel appelle une nouvelle négociation ;

  • l’ordre social ou organisationnel est composé d’une négociation quotidienne et d’une évaluation périodique

  • l’ordre organisationnel s’articule entre des règles stables et des accords « plus flous ».

13L’ordre négocié de Strauss est donc fragile, éphémère. Les différents acteurs ont des interprétations différentes de ce qu’ils doivent faire. Ils doivent composer entre eux pour mener à bien l’objectif général de l’organisation. S’ils transigent, ils savent ne travailler que pour des transactions dont la portée est spatialement et temporellement limitée. Ces accords seront éventuellement la base de nouvelles négociations, mais ils seront de toute façon remplacés lors de négociations ultérieures. Ces compromis temporaires sont influencés par l’émergence d’un nouveau problème, l’arrivée d’un nouvel intervenant. Autant d’événements qui appellent une réévaluation de la situation et par conséquent de nouvelles négociations qui tiendront également compte des règlements formalisés (la structure). Pour Strauss (1992, p. 108), la « reconstitution de l’ordre social […] peut être conçue avec profit en termes de rapport complexe entre le processus quotidien de négociation et un processus d’évaluation périodique. Le premier ne permet pas seulement que le travail quotidien se fasse ; il réagit également en retour sur les règlements et les politiques plus formalisés ». Rémy (2005, p. 84) précise même que « en d’autres termes, cette proposition signifie que tous les facteurs explicatifs de l’échange que saisi la transaction sociale - incorporant la négociation- ne sont pas purement contingents. Elle rend nécessaire une extension de l’analyse aux conditions structurelles de la négociation (Strauss, 1997). Il importe de faire apparaître les ‘‘propriétés structurelles’’ qui pèsent peu ou prou sur les négociations e st les transactions. La structure et l’interaction sociale se co-déterminent donc réflexivement à travers des négociations ou transactions locales.

Transaction : une proposition paradigmatique de la sociologie française

14Chez Berger & Luckman, les chercheurs de la sociologie française des transactions s’intéresseront à sa « perspective génétique ». Ils en retiendront que la société ne peut être comprise qu’à travers son histoire. Les « aspirations nouvelles » des personnes s’appuient sur, se généralisent et s’objectivent grâce aux expressions culturelles préexistantes. Cela favorise ainsi une approche par « séquence génétique ». Ils regrettent néanmoins que cette approche soit « peu sensible aux inégalités produites au travers de l’orientation culturelle qui s’impose aux effets de domination qui peuvent en résulter pour certains groupes sociaux. » (Rémy, Voyé & Servais, 1978, p. 12)

15Ils retrouvent chez Touraine (1965, 1973) la dialectique qui leur manquait entre orientation culturelle et domination sociale. Pour celui-ci, ce sont les mouvements sociaux qui, en s’opposant à l’ordre établi, permettent l’émergence de nouvelles formes sociales : le mouvement ouvrier depuis le XIXe siècle contre le capitalisme ; le féminisme contre la société patriarcale ; l’écologie contre le productivisme, pour un développement durable. Mais Rémy et al. reprochent à Touraine de ne pas suffisamment tenir en compte la dynamique sociale, d’être en somme trop concentré sur les aspects structurels.

16Chez Bourdieu, ils apprécient alors la tentative d’articulation entre la structure et le sujet. Celui-ci s’intéresse aux mécaniques sociales qui permettent La reproduction (1971), selon le titre de l’un de ses ouvrages phares, et l’évolution des structures sociales qui favorisent toutefois le maintien des inégalités. Selon Rémy et consorts Bourdieu parvient à établir les liaisons entre le social, le culturel et le système de personnalité. Il articule ainsi l’individuel, le collectif et la structure. Mais ils regrettent que Bourdieu ne travaille que sur des temporalités de court terme et ne sache expliquer suffisamment les transformations globales de la société.

17Les deux tomes de Produire ou reproduire ? seront l’occasion de reconnaître l’importance de l’apport de la sociologie des organisations impulsée par Crozier. Crozier & Friedberg (1977) cherchent en effet à dépasser la question du déterminisme social qu’impose la question de la production ou reproduction de la société en se concentrant sur la marge de manœuvre de l’acteur dans le système. Crozier et Friedberg seront néanmoins critiqués pour leur approche très utilitariste de l’individu et une trop grande valorisation de l’acteur au détriment des contingences structurelles.

18Finalement, nous pouvons constater que le concept de transaction se conçoit dans la volonté d’articuler les interactions entre contingences structurelles, intentionnalités individuelles et le rapport à la dynamique sociale, non seulement dans une optique de stabilité (reproduction) mais également dans une perspective de transformation. C’est sur ce dernier point que ce concept gagne pour moi son intérêt.

19Le paradigme de la transaction sociale cherche à « saisir les situations complexes et peu structurées, où les partenaires produisent, progressivement et de manière tâtonnante, les normes de leur interaction dont l’évolution comporte un fond relativement important d’incertitude et de risque » (Van Campenhoudt, Rémy, Peto, & Hubert, 1994, p. 94). Il s’agit donc de relier l’influence d’un contexte incertain (Foucart, Blanc, Gibout, & Stoessel-Ritz, 2013) qui se voudrait objectif avec la subjectivité de l’acteur (Dubar, 1994 ; Sánchez, 2013) dans une transaction qui (Dubar, 1994, p. 114) « signifier[ait] à la fois la dualité du processus et son caractère progressif, tâtonnant et exploratoire » et qui développerait sa logique à travers des innovations de croissance ou qui la dépasserait à travers des innovations de rupture selon les expressions que Rémy, (1996, 2005) emprunte à Howard Becker.

  • 2 Traduction libre

20Selon Blanc (2007, p. 138), « le concept de transaction sociale permet de dépasser l’opposition entre production et reproduction de manière plus satisfaisante, en prenant en compte des “rationalités“ véritablement différentes basées sur l’honneur, le respect, la confiance ou la solidarité, etc. »2. Sans le rejoindre pour autant dans cette perception très positive de l’individu dans la société ou les organisations, il reste pourtant intéressant de comprendre que le concept sociologique permet, quant à lui, de retenir comme intentionnalités et motifs d’action un ensemble plus large de motivations que celles seules découlant d’une rationalité utilitariste.

  • 3 En droit français, tout du moins, une transaction juridique est en effet définitive alors qu’un jug (...)

21Étonnamment, si la transaction sociale telle que conçue par Rémy et consorts est pensée pour rendre compte de la dynamique sociale et du changement, Blanc la conçoit comme un élément pacificateur fort puisqu’il lui reconnaît un caractère résolutoire aussi important que celui de la transaction juridique3.

22Deux points nous écartent par conséquent ici de cette interprétation.

  • Pour Blanc, la transaction sociale ne peut exister lorsque les rapports de force prédominent, car il considère qu’il n’y aurait plus de communication possible. Nous postulons (et en cela rejoignons James Taylor) au contraire que les rapports de force peuvent faire partie intégrante de la dynamique communicationnelle. Une partie peut être en mesure d’imposer ses prétentions en minimisant, voire ignorant les prétentions tierces.

  • Concevoir la transaction sociale comme un élément de stabilisation définitif des relations entre les acteurs, c’est entamer fortement ses capacités heuristiques en tant qu’élément explicatif du changement, ou du moins favoriser à nouveau l’approche de reproduction que Rémy et al. critiquaient chez Bourdieu. La transaction ne doit donc pas être conçue comme une action de résolution définitive des conflits, mais comme un processus de remise en cause des positions initiales.

23La transaction peut alors se présenter comme le flux dans lequel évolue la relation, éventuellement conflictuelle, entre acteurs, étant entendu que les acteurs sont enchâssés dans un contexte aussi bien spatial (la structure organisationnelle) que temporel (leur histoire commune). Ces éléments sont intéressants car ils rejoignent une approche de la communication des organisations qui tend vers une perspective organisante et qui résonne avec l’approche de la transaction de l’École de Montréal publiée en français et les travaux de Manuel Zacklad.

La présence absence de l’École de Montréal dans la littérature en français

  • 4 Ce dernier point semble une problématique récurrente des sciences humaines et sociales françaises. (...)

24L’École de Montréal a une relation particulière au domaine de la communication des organisations en France. La notion de transaction y est très importante dans leur modélisation première de la communication, soit le modèle conversation/texte. Pourtant, sur ce sujet, elle est présente et absente à la fois. J’attribue cela à la fois aux relations ambivalentes de notre domaine aux épistémologies socio-constructivistes (p. ex. : Chevalier, 2004) et au fait que l’essentiel du travail des auteurs de cette école s’écrit quand même en anglais4.

25Il faut noter que leurs travaux sont riches et vont au-delà du modèle de la conversation/texte. Mais c’est bien ce dernier qui a fait de la transaction une notion essentielle. « Le rapport texte/conversation est fondamental pour une compréhension du phénomène de changement. Ce rapport est médiatisé par la transaction. […] Comment la traduction de conversation en texte s’effectue-t-elle ? Le mécanisme que nous postulons est celui de la transaction. Dans notre théorie un ensemble de transactions constituent une organisation : l’unité de transaction est à la fois le principe d’articulation de la conversation et du texte, ainsi que l’élément de base de leurs structurations respectives. Les transactions se réalisent en conversation par le truchement de l’interaction ; les transactions sont également la matière d’une perception cognitive et d’une éventuelle représentation textuelle. » (Taylor, 1993, par. 14‑16)

26Les articles marquants en français sont néanmoins peu nombreux et datent par rapport à l’avancée des travaux de cette école (cf. Giroux, 1996 ; Taylor, 1993), dont les auteurs développent de toute façon de nombreuses orientations de recherche moins centrés sur la notion de transaction. Nous pourrions même dire que ces premiers articles en français reflètent encore une approche presque industrielle de l’organisation. « Le concept de transaction incorpore deux principes de hiérarchisation. Par conséquent, les transactions s’arrangent naturellement en système. Le tout forme la structure de l’organisation. Nous postulerons deux principes d’articulation des composantes transactionnelles : a) un couplage horizontal : l’ensemble des transactions qui servent à lier des activités complémentaires dans une chaîne de production, b) un couplage vertical : l’ensemble des transactions menant à des qualifications d’agent répétées en cascade crée la hiérarchie organisationnelle. » (Taylor, 1993, par. 54-55) Nous voyons ainsi que cette proposition s’inscrivait encore dans une version balbutiante de ce qui en France allait être étudié sous l’expression de communication organisante qui se retrouvait encore au cœur de nos réflexions dans le colloque Org&Co de Toulouse (2015) dans l’opposition processus communicants – processus organisants.

27Dans les cousinages avec cette école et qui s’intéressent explicitement à la notion de transaction, nous retrouvons mes propres travaux (Cordelier, 2007, 2008, 2009) et également une recherche sur la performativité des chiffres de Fauré et Gramaccia (Fauré, 2007 ; Fauré & Gramaccia, 2006) qui reprennent clairement le modèle conversation-texte de l’école de Montréal issue des articles publiés dans Communication & Organisation ; leur approche de la notion de transaction est toutefois aidée par le fait qu’ils travaillent dans une contexte où la dimension gestionnaire permet d’être proche d’une interprétation commune de la notion de transaction. Elle y est donc polysémique bien qu’ils cherchent à correspondre à l’ontologie de la communication proposée par l’École de Montréal.

28Par ailleurs, à part, nous retrouvons les travaux de Manuel Zacklad, très fertiles et sophistiqués autour de la notion de transaction. Avant d’en discuter, il convient de noter une connection relativement récente entre des membres de l’École de Montréal et Manuel Zacklad. S’il cite l’école de Montréal à partir de 2007 (cf. Zacklad, 2007b, 2007c, 2012, 2013), il ne développe pas pour autant de liens conceptuels. Il faut attendre 2015 pour lire un article, en anglais, publié en commun. Ce texte fait la critique de la sociomatérialité dans les approches structurationnistes de la technologie, celle d’Orlikowski en particulier (cf. Orlikowski, 1992, 2007) à la faveur de l’approche de la Communication Constitutive des Organisations (Martine, Cooren, Benel, & Zacklad, 2015) mais ne traite pas de transaction ou n’adopte pas d’approche de la communication en termes de transactions.

L’investissement du paradigme transactionnel en communication : la théorie des transactions communicationnelles symboliques

  • 5 Selon l’expression consacrée par Herbert Mead (1934).
  • 6 Zacklad préfère cette expression à celle d’acteur popularisé par l’analyse stratégique de Crozier (...)
  • 7 Dans son article « Ordre du discours : cadrage et recadrage des transactions communicationnelles da (...)

29Pendant les années 2000, Manuel Zacklad développe une théorie des transactions dans le domaine des communications (Zacklad, 2000, 2005, 2005, 2007a, 2008, 2012, 2013). Après avoir proposé une théorie des transactions intellectuelles (Zacklad, 2000) pour rendre compte des « relations interindividuelles médiatisées par le langage permettant de créer des significations réduisant l’incertitude mutuelle des acteurs engagés dans des actions communes », il élabore une théorie des transactions communicationnelles symboliques et une sémiotique des transactions coopératives. Il va chercher le terme de transaction en psychologie de la communication en reprenant une définition de Chabrol & Bromberg (1999, cités par Zacklad, 2005, p. 286) définissant « les processus communicationnels dans une optique transactionnelle où les actes de parole deviennent des inter‑actes de parole et où chacun est pris dans un système de règles et de devoirs. » Il est également influencé par l’interactionnisme symbolique à travers notamment Mead (1936) puis Dewey et Bentley (1949). Pour Zacklad (2005, 2008), les transactions communicationnelles symboliques sont un « espace de co‑construction du sens et des représentations où l’interlocuteur contribue par ses interprétation et contre-propositions à influencer en permanence les finalités du locuteur » ou encore « une transaction communicationnelle est une transaction coopérative dans laquelle les artefacts coproduits par les transactants ont une dominante sémiotique. » Il construit progressivement sa conception de la transaction par une approche cognitive et sociale qu’il développe en étudiant des projets de Computer Supported Collaborative Work. Bien qu’il ne cite pas la sociologie de la vie quotidienne de Rémy, Voyé et Servais ou les auteurs réunis autour de Maurice Blanc, la notion de coopération est centrale chez Zacklad. C’est ainsi qu’il définit ses « transaction communicationnelles symboliques [comme] des interactions entre selfs5 cognitivement interdépendants médiatisées par des productions sémiotiques leur permettant de créer de nouvelles significations visant à réduire leur incertitude mutuelle dans la poursuite ultérieure de leurs projets. La transaction se réalise par un échange réciproque de connaissances et d’engagements permettant de partager des représentations, attitudes ou affects communs facilitant la poursuite de l’action collective quel que soit le degré de similarité de leurs intérêts “personnels”. » (Zacklad, 2005, p. 287) Les transactions de Zacklad cherchent à permettre l’analyse de processus collaboratifs. Ses selfs6 sont des réalisateurs ou des bénéficiaires d’une production sémiotique qu’ils (co-)élaborent en fonction des paramètres de la situation transactionnelle. La notion de conflit y semble atténuée ; en tout cas, la dimension stratégique qu’il peut y avoir dans les conflits est écartée au profit d’une approche en termes de coordination. Les selfs seraient donc ici soumis à un impératif de coopération ; il chercherait à stabiliser un contour du self collectif pour aligner identités et intérêts. L’intégration est donc ici une volonté d’alignement et non pas un rempart contre l’éclatement. L’instabilité est « une condition nécessaire à la production d’innovations », de productions sémiotiques dans une communauté d’action, définie par l’auteur comme des types de collectifs restreints « qui tout en poursuivant activement et donc, dans une certaine mesure rationnellement des projets explicites s’appuient sur un tissu de relations sociales étroites favorisant la sympathie mutuelle et l’apprentissage mimétique censé caractériser les groupes primaires et les communautés de pratique. » (Zacklad, 2003, p. 149) Les finalités, pour ne pas dire la finalité, poursuivies par les selfs sont ici en fait assez convergentes pour ne pas faire l’objet de jeux stratégiques essentiels à l’obtention d’un gain transactionnel. Nous sommes ici finalement dans un univers de coopérations, ce qui correspond bien au cadre que c’est donné l’auteur (Zacklad, 2008)7.

Transaction communicationnelle : stratégie et articulation des relations de pouvoir

30Toutefois, les réalités organisationnelles que nous avons étudié (Cordelier, 2007) ne se caractérisent pas par des modalités de coopération sincère. Pour Blanc comme pour Zacklad, la transaction se fait dans un cadre coopératif. Dans leurs approches, il existe un certain équilibre dans la mise en relation des actions. Ils semblent s’interdire, notamment Blanc, l’analyse de situations où l’un des acteurs serait en mesure d’imposer sans concession aucune sa volonté aux parties tierces. L’approche transactionnelle, prolongée par la notion de contrat, ne pourrait donc s’appliquer aux situations où l’un des acteurs jouit d’une position léonine. Pourtant le concept de contrat d’adhésion permet d’illustrer la situation dans laquelle l’une des parties va imposer, sans possibilité de modification, le contenu contractuel à l’autre. Mais sans trop chercher à nous enferrer dans la métaphore juridique, nous tenons avant tout à souligner l’existence de régulations préexistantes qui limitent et orientent la capacité de négociation des parties quelle que soit leur position stratégique. La transaction se fait en contexte. En suivant Strauss, nous pouvons dire qu’elle est spatio‑temporellement inscrite et peut subir des modifications en fonction de l’évolution de l’organisation et de ses acteurs. Elle peut donc servir aussi bien pour les activités de coopération que pour celles plus conflictuelles où les approches stratégiques ont une meilleure capacité heuristique.

31La dimension stratégique est souvent présente dans les interactions entre acteurs et dans la mobilisation des actants. En ce sens, nous prenons acte de l’héritage croziérien. Nous nous en démarquons néanmoins, car il nous apparaît important de tenir compte de la normativité structurelle des organisations. La liberté et la capacité d’action de l’acteur ne peut être définie que par sa capacité à maîtriser des zones d’incertitude. Elles sont également bornées par ce que Giddens (1987) appelle la dualité du structurel. Les structures sociales sont une co-construction intériorisée des agents qui interagit réflexivement avec les systèmes sociaux extérieurs. La métaphore de la transaction permet de reprendre ses points ; elle permet de tenir à la fois compte de l’intentionnalité des acteurs, des contingences contextuelles (influences internes ou externes) dans lesquelles ils évoluent ainsi que des contraintes structurelles. Que veulent-ils obtenir ? Dans quelle mesure sont-ils en position d’exiger ou d’obtenir ce qu’ils souhaitent ? Quelles règles doivent-ils respecter ? La transaction favorise naturellement une approche régulationniste, puisqu’elle permet la production de règles qui vont encadrer et orienter l’action individuelle et collective. Elle permet également d’ouvrir sur une approche communicationnelle à la fois sur un plan symbolique (les acteurs s’accordent sur des représentations et des productions sémiotiques) et sur un plan praxéologique (la communication engage les parties à agir). Ces deux dernières dimensions sont déjà présentes dans la proposition de Zacklad. Néanmoins, nous voudrions insister sur la nécessité de lier les productions communicationnelles et les productions régulationnistes. Ce sont en effet les représentations produites dans l’échange discursif qui vont permettre la stabilisation de règles structurelles qui à leur tour, dans une relation réflexive, vont donner un cadre aux transactions symboliques. Cette approche est d’ailleurs similaire à celle proposée par Taylor (1993) dans son modèle de conversation/texte. La règle ou le texte ne sont plus alors les seuls fondements du pouvoir. Déjà, chez Crozier & Friedberg, avait du pouvoir celui qui maîtrisait les zones d’incertitude, en somme celui qui avait la capacité d’agir. Dans la perspective deeffet définitive alors qu’un jue l’elui qui maîtrisait les zones d’incertituiu dtrar ? Dands qhref="spa2n partagée) de l’information et l’atmsa coelui qui e l’inmatiermettreoire commuut en uis l’un deien quels podre. Apret de s’interlocutlles q. Une deviennepleinouvementski en paelle ogie cond faire.ont doans uttrer) au contté d’actiis l’un deien ce qui engage les partque. La transaction communicationnelle eut dore le processs d’inansaction entre acteuis aurationalit quees finalité unives et collectivemeni soumis à une téléologon organisationneltraversns quel’ils doive attendci en orisade vevoir supintérialité dopelation d’acts ce qu’ii e ltementiales équiliions de pouv,ion et par conséqueet les capacité de négposeéchaorent en fonction et l’opportalité diu dtraurs dans ce que nous pourrio’appecle, edaptrenant u’expression de Straust Gn cpeclle la conslogie cavorons.

Ct piationnc fmésentations ez converctres de la notion de transactire r

p> /p>

Beaurain, C., & Bertrand, É. (2009). La transaction dans l’économie institutionnaliste américaine  : de Commons à Coase. Pensée plurielle, n° 20(1), 13. http://doi.org/10.3917/pp.020.0013

Blanc, M. (2007). La democracia participativa no es un largo río tranquilo. Revista de Ciencias Sociales, 19, 135–148.

Bouzon, A. (Ed.). (2006). La communication organisationnelle en débat : champs, concepts, perspectives. Paris, France : L’Harmattan.

Chevalier, Y. (2004). Présentation, Dossier  : Le « constructivisme », une nouvelle vulgate pour la communication  ? Communication et Langages, 139(1), 3–4.

Coase, R. H. (1937). The Nature of the Firm. Economica, 4(16), 386–405. http://doi.org/10.1111/j.1468-0335.1937.tb00002.x

Commons, J. R. (1931, December). Institutional Economics. American Economic Review, pp. 648–657.

Commons, J. R. (1934). Institutional Economics ; its Place in Political Economy. New York, NY : Mac Millan.

Cordelier, B. (2007). Logiques de transaction en innovation organisationnelle - Vers une heuristique sociotechnique du projet. Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3, Bordeaux.

Cordelier, B. (2008). Between symbolic and regulationists transactions. For a new praxeology around the technical object. Presented at the Actes du colloque «  What is an Organization ? Materiality, agency and discourse  », HEC Montréal, LOG.

Cordelier, B. (2009). La transaction communicationnelle. Un concept d’articulation des relations de pouvoir. Presented at the Actes du colloque «  Nouvelles tendances en communication organisationnelle  », 77ème Congrès de l’ACFAS.

Delcambre, P. (Ed.). (2000). Communications organisationnelles : objets, pratiques, dispositifs. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Dewey, J., & Bentley, A. F. (1946). Transactions as Known and Named. The Journal of Philosophy, 43(20), 533. http://doi.org/10.2307/2019334

Dubar, C. (1994). Double transaction et différenciation sexuelle. In M. Blanc & Association internationale des sociologues de langue française (Eds.), Vie quotidienne et démocratie : Pour une sociologie de la transaction sociale (suite) (pp. 113–128). Paris : L’Harmattan.

Fabiani, J.-L. (2005). Faire école en Sciences Sociales : Un point de vue sociologique. Les Cahiers du Centre de recherches historiques, (36). http://doi.org/10.4000/ccrh.3060

Fauré, B. (2007). Une analyse communicationnelle des outils de gestion et de contrôle. Quels apports pour les recherches en communications organisationnelles ? Communication et Organisation, (31), 108–123.

Fauré, B., & Gramaccia, G. (2006). La pragmatique des chiffres dans les organisations. Études de Communication. Retrieved from http://www.cairn.info/revue-etudes-de-communication-2006-1-page-25.htm

Foucart, J. (2013). Pragmatisme et transaction. La perspective de John Dewey. Pensée plurielle, 33-34(2), 73. http://doi.org/10.3917/pp.033.0073

Foucart, J., Blanc, M., Gibout, C., & Stoessel-Ritz, J. (2013). Éditorial. Penser et agir dans l’incertain  : l’actualité de la transaction sociale. Pensée plurielle, 33-34(2), 7. http://doi.org/10.3917/pp.033.0007

Giroux, N. (1996). La mise en œuvre discursive du changement. Presented at the Actes de la Conférence AIMS.

Le Moënne, C. (Ed.). (1998). Communication d’entreprise et d’organisations. Rennes : PUR.

Le Moënne, C. (2000). Présentation - La communication organisationnelle en débat. Sciences de La Société, 50/51.

Martine, T., Cooren, F., Benel, A., & Zacklad, M. (2015). What Does Really Matter in Technology Adoption and Use ? A CCO Approach. Management Communication Quarterly. http://doi.org/10.1177/0893318915619012

Mattelart, A., & Neveu, E. (2008). Introduction aux Cultural studies. Paris : La Découverte.

Mead, G. H. (2006). L’esprit, le soi et la société. Paris : Presses universitaires de France.

Orlikowski, W. J. (1992). The duality of technology  ; rethinking the concept of technology in organisations. Organization Science, 3. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/pdfplus/2635280.pdf

Orlikowski, W. J. (2007). Sociomaterial Practices : Exploring Technology at Work. Organization Studies, 28(9), 1435–1448. http://doi.org/10.1177/0170840607081138

Rémy, J. (1996). La transaction, une méthode d’analyse : contribution à l’émergence d’un nouveau paradigme. Environnement et Société, 17(9-31).

Rémy, J. (2005). Négociations et transaction sociale. Négociations, 3(1), 81. http://doi.org/10.3917/neg.003.0081

Sánchez, F. C. (2013). L’analyse des constructions transidentitaires à la lumière de la double transaction. Pensée plurielle, 33-34(2), 179. http://doi.org/10.3917/pp.033.0177

Strauss, A. L. (1992). La trame de la négociation - Sociologie qualitative et interactionnisme. Paris : L’Harmattan.

Taylor, J. R. (1993). La dynamique de changement organisationnel - Une théorie conversation/texte de la communication et ses implications. Communication & Organisation, 3.

Van Campenhoudt, Rémy, Peto, & Hubert. (1994). La relation sexuelle comme transaction sociale  : à partir des réactions au risque du sida. In M. Blanc & Association internationale des sociologues de langue française (Eds.), Vie quotidienne et démocratie : Pour une sociologie de la transaction sociale (suite) (pp. 93–112). Paris : L’Harmattan.

Williamson, O. E. (1975). Markets and hierarchies, analysis and antitrust implications : a study in the economics of internal organization. New York : Free Press.

Williamson, O. E. (2000). The New Institutional Economics : Taking Stock, Looking Ahead. Journal of Economic Literature, 38(3), 595–613. http://doi.org/10.1257/jel.38.3.595

Zacklad, M. (2000). La théorie des Transactions Intellectuelles : une approche gestionnaire et cognitive pour le traitement du COS. Intellectica, 1(30), 195–222.

Zacklad, M. (2005). Innovation et création de valeur dans les communautés d’action  : les transactions communicationnelles symboliques. In P. Lorino & R. Teulier (Eds.), Entre la connaissance et l’organisation, l’activité collective (pp. 285–305). Paris : Maspero.

Zacklad, M. (2007a). Innovation et création de valeur dans les communautés d’action : les transactions communicationnelles symboliques. In Recherches (pp. 285–305).

Zacklad, M. (2007b). L’économie de fonctionnalité encastrée dans la socio-économie des transactions coopératives : dynamique servicielle et fidélisation soutenable.

Zacklad, M. (2007c). Une théorisation communicationnelle et documentaire des TIC. Humanités Numériques 2 : Socio-Informatique et Démocratie Cognitive, 20–35.

Zacklad, M. (2008). Ordre du discours  : cadrage et recadrage des transactions communicationnelles dans les processus de changement et d’innovation au sein des organisations. Presented at the Actes (CD-ROM) du colloque «  Qu’est-ce qu’une organisation  ? Matérialité, action et discours  », HEC Montréal, LOG. Retrieved from http://www.zacklad.org/articles_transactions_cooperatives/Taylor%20Court%208%20REPRISE-12.pdf

Zacklad, M. (2012). Engagement dans les communautés virtuelles et communication transformative. In B. Cordelier & G. Gramaccia (Eds.), Organisations, performativité et engagement actes du colloque (pp. 174–186). Montréal ; Bordeaux : Chaire de relations publiques et communication marketing, UQAM  ; MICA, Université de Bordeaux. Retrieved from http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2226495

Zacklad, M. (2013). Le travail de management en tant qu’activité de cadrage et de recadrage du contexte des transactions coopératives. Activités (Vitry-Sur-Seine), 10(1), 192–220.

Haut de page

Notes

1 « In other words, even these knowings are transactions of knowing and known jointly ; they themselves as knowings occupy stretches of time and space as much as do the knowns of their report ; and they include the knower as himself developed and known within the known cosmos of his knowledge. » (Dewey & Bentley, 1946, pp. 549-550)

2 Traduction libre

3 En droit français, tout du moins, une transaction juridique est en effet définitive alors qu’un jugement, autre modalité juridique de résolution des conflits, peut être appelé ou cassé.

4 Ce dernier point semble une problématique récurrente des sciences humaines et sociales françaises. Nous le retrouvons, par exemple, à la base de l’intégration tardive des Cultural Studies en France (cf. Mattelart & Neveu, 2008) ; il a de même fait encore l’objet de vives discussions lors du dernier congrès Org&Co en mars 2016 à Rennes.

5 Selon l’expression consacrée par Herbert Mead (1934).

6 Zacklad préfère cette expression à celle d’acteur popularisé par l’analyse stratégique de Crozier & Friedberg en sociologie des organisations.

7 Dans son article « Ordre du discours : cadrage et recadrage des transactions communicationnelles dans les processus de changement et d’innovation au sein des organisations » Zacklad dit inscrire son travail dans un « cadre théorique de la psycho-socio-économie des transactions coopératives ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Cordelier, « Retour sur le concept de transaction », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2078 ; DOI : 10.4000/rfsic.2078

Haut de page

Auteur

Benoît Cordelier

Benoît Cordelier est professeur au Département de communication sociale et publique de l’université du Québec à Montréal (UQAM, Canada) où il est chercheur à la Chaire de relations publiques et communication marketing, au Centre de recherche sur la communication et la santé (ComSanté) et directeur de Communiquer – Revue de communication sociale et publique. Il est également chercheur associé au MICA (EA 4426, axe Communication, organisations et société, université de Bordeaux). Ses recherches portent sur les processus organisationnels, le lien social et la relation marchande dans les communautés en ligne et le branding des universités. Courriel : cordelier.benoit@uqam.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
vEnInformnaires
  • omposaces">>7&book2>
  • t>4 Ce dernier point semblannexe/image/22ssssssssssssssssssssss navEitttttttittttt 70>omposaces">>7&book2>
  • an">omposaces">>7&/h2>