Navigation – Plan du site
Formes organisationnelles et pratiques communicationnelles

Identité et communication sportive : aspects organisationnels

Pierre Mignot

Résumés

Les débats, polémiques et autres articles sur le sujet inépuisable de l’argent dans le football abondent et ne sont pas nouveaux. Ils remontent aux origines du football. Nous proposons ici de chercher à comprendre en quoi le club professionnel développe une identité propre, celle-ci devenant alors un enjeu dans la reconnaissance du club parmi ses publics, les médias et les autres clubs. Une stratégie qui passe notamment par une communication médiatique est bien définie et encadrée. Il est question de montrer que la communication médiatique cherche à ramener à un minimum les distances spatiales, temporelles, subjectives et thématiques (Lochard, Boyer, 1998) entre les différents acteurs du monde sportif. Dans le cadre de cette étude nous allons nous intéresser à un type de médias particulier : la Presse Quotidienne Régionale (PQR). Celle-ci s’attache à traiter sur l’instant l’information de proximité. Elle se réfère à des effets, à des résultats, à des réceptions et révèle une expérience individuelle et/ou collective spécifique, dans un temps et un lieu précis. À cet égard, nous pouvons parler d’une présence diversifiée sur des espaces communautaires réservés aux internautes. Les logiques d’interaction sont parfois différentes d’un espace à un autre mais véhiculent toutes des caractéristiques et des finalités communes : l’autonomie, la collaboration et le fonctionnement en réseau pour un partage et un contrôle des connaissances et des discours. (Omrane, 2010) Notre questionnement dans le cadre de cette contribution est le suivant : d’une part, comprendre comment, dans le cadre de l’étude d’un club professionnel, l’identité locale de ce club est un outil afin de construire sa communication ; d’autre part, comment analyser cette construction identitaire en lien avec un territoire dans le cadre d’une politique de diversification médiatique par l’utilisation des réseaux sociaux ? Au travers d’une étude de cas, le TFC et son plan de communication mis en place depuis 2009, nous proposons d’analyser la façon dont le club met en adéquation son plan de communication, qui porte sur la « relocalisation » dans « son Sud-Ouest » et les médias traditionnels mis en œuvre face à sa politique « diversification médiatique » et de forte présence sur les réseaux sociaux.

Haut de page

Texte intégral

1« Le football est-il une entreprise comme les autres ? », voilà le titre de l’article de Frédéric Thiriez [Président de la Ligue de football professionnel (LFP)] dans la revue internationale et stratégique. Définir l’entreprise dans le contexte sportif, c’est voir le club comme une entreprise qui « s’est constituée progressivement comme le lieu par excellence du travail en tant qu’activité rémunérée et productive de biens et/ou de services marchands ou non marchands. Organisation à but lucratif dont l’objectif est de faire des profits, elle est dans nos représentations le lieu d’exercice du travail, lui-même associé à l’idée d’effort et de contrainte. » (Barbusse, 2002) Nous voilà bien loin du sport associatif, caritatif, fondé sur le don de soi et à but non lucratif.

2Les débats, polémiques et autres articles sur le sujet sont nombreux sur le thème de l’argent dans le football et ne sont pas nouveaux. Ils remontent aux origines de ce sport. Mais ici nous n’allons pas savoir s’il est bon de comparer une entreprise et un club, mais de voir en quoi le club structure sa communication comme pourrait le faire certaines entreprises. Cela passe notamment par la mise en place d’une stratégie de communication (Carayol, 2012 ; D’Almeida, & Libaert, 2010). Cette question stratégique s’est posée dans de nombreux travaux. Nous pouvons ainsi définir cette notion comme l’a fait Pichot dans son travail de doctorat. Pour lui, la question stratégique se définit par « les logiques d’action en matière de communication doivent être saisies dans l’interaction entre les rationalités individuelles des acteurs décisionnaires et un principe de fonctionnement organisationnel contraignant l’individu agent dans ses évolutions de décisions et d’actions. » (Pichot, 1998). À cette définition, nous pouvons intégrer des contraintes extérieures, liées au monde du sport. La stratégie naît donc d’une nécessité, celle d’agir en fonction de ces contraintes, nous en retiendrons ici trois :

  • La première de toutes est que le sport, par nature, est imprévisible et reste associé à l’image de la « glorieuse incertitude du sport » (Scelles, 2010). Comment pouvoir organiser un plan de communication sans pour autant savoir si le résultat du match ou de la saison sera positif ou négatif ?

  • Par ailleurs, le football est aussi devenu un divertissement, d’amateurs ou de spécialistes : le sport est un spectacle (Bromberger, 1992) que l’on apprécie pour différentes raisons : le jeu, les joueurs, le côté populaire ou festifs, etc. La question de la segmentation revêt alors une place importante dans la construction stratégique, essentiellement du fait de l’hétérogénéité des publics (Mignot, 2014) et que le spectacle revêt des objectifs différents.

  • Enfin, une dernière contrainte extérieure entre en ligne de compte dans la stratégie de communication, ce sont les médias. En tant que spectacle, la médiatisation du football a pris une place importante durant ces vingt dernières années. De nombreuses études ont montré que football et médias forment un couple inséparable (Dunning, 1996 ; Boure, Bonnet, 2008, Mignot 2014). L’étude d’une stratégie de communication d’un club de football passe donc par l’étude des médias

  • 1 Community Manager est un métier qui consiste à animer et à fédérer des communautés sur Internet pou (...)

3Par conséquent, les variables que nous venons de décrire induisent une réaction de la part de l’organisation. Celle-ci passe par une stratégie de communication qui se construit notamment par les relations presses (D’Almeida, 2004). Il est question de montrer que les relations presses recherchent à ramener à un minimum les distances spatiales, temporelles, subjectives et thématiques (Lochard, Boyer, 1998) entre les différents acteurs du monde sportif et en particulier entre les publics et le club. En parallèle des relations presses traditionnelles, les médias numériques prennent eux aussi une place de plus en plus importante et impliquent là encore une réponse stratégique. Cela se construit autour du rôle du « community manager »1

4C’est un double mouvement qui correspond au passage d’une stratégie identitaire en stratégie communautaire. Pour la première il s’agit « du résultat de l’élaboration individuelle et collective des acteurs qui expriment, dans leur mouvance, des ajustements opérés, au jour le jour, en fonction de la variation des situations et des enjeux qu’elles suscitent c’est-à-dire des finalités exprimées par les acteurs- et des ressources de ceux-ci ». Il est question ici d’investir les représentations individuelles ou collectives dans un espace donné. Dans le cas de la stratégie communautaire, il est question de recréer une communauté autour d’un objet et d’en structurer les représentations. Dans le premier cas, le club s’immisce dans un espace déjà existant, dans le second il le crée de toutes pièces. Ainsi, dans le plan de communication du club deux axes médias sont mis en avant : médias traditionnels et médias numériques.

5Les deux approches médiatiques que nous venons d’évoquer ont des conséquences quant à la mise en place de la stratégie du club, deux mouvements émergent : la relocalisation et la diversification. Ces notions viennent ici former la stratégie de communication du club. À toutes fins utiles, il convient d’analyser deux points importants de la stratégie de communication d’un club de football : la question de la relocalisation et celle de la diversification. Nous allons tout d’abord tenter de définir ces deux termes.

  • La notion de relocalisation peut être interprétée en fonction des auteurs comme étant synonyme d’une nouvelle délocalisation c’est-à-dire, un mouvement à l’intérieur d’un même territoire, la relocalisation internationale de la production, le retour en arrière d’une entreprise préalablement délocalisée. La relocalisation possède deux dimensions. Au sens étroit, elle est considérée comme étant « le retour, progressif ou direct, dans le territoire d’origine d’entreprises, dans leur globalité ou de certains de leurs services, préalablement délocalisées » (Belbenoit-Avich 2009). Au sens large, la notion peut être étendue à deux aspects. Ce dernier sens est décrit comme étant une relocalisation indirecte, dépassant la notion de déplacement physique pour se positionner en tant que déplacement virtuel. Mais dans notre étude la relocalisation prend sens car elle s’inscrit dans la notion de proximité. Torre et Rallet (2000) prennent en compte la proximité géographique et organisée. Ainsi, il est mis en avant que la proximité est bien entendu géographique, mais aussi organisée (Grossetti, 1999), voire institutionnalisée. C’est alors qu’elle prend une nouvelle dimension communicationnelle. Le club cherche alors par la relocalisation à retrouver une forme de proximité, pas uniquement géographique, mais aussi institutionnelle et organisée auprès notamment de son public local.

  • La stratégie de diversification repose sur le fait de développer ou d’acquérir de nouvelles activités, ou de les étendre sur de nouvelles zones géographiques. Elle désigne l’élaboration de produits innovants sur des marchés nouveaux. La diversification n’est pas réduite à une extension du champ d’activité de l’entreprise. Dans le cas que étudions ici, il faut entendre des stratégies visant à développer des activités hors des médias traditionnels (télévision, radios, presse écrite) (Charon, 2009). Nous nous intéresserons aux différentes plateformes en ligne sur le web et de manière plus spécifique aux réseaux sociaux.

6L’objectif du club est de communiquer autour du positionnement identitaire du club. Il s’agit de montrer que « si le football contribue à (re)produire des identités géographiquement situées, il participe également aux processus de déterritorialisation et de reterritorialisation en cours dans le monde contemporain » (Poli, 2005.) Le club s’inscrit ou cherche à se réinscrire sur un territoire. La question identitaire est d’autant plus importante qu’elle permet de définir un mouvement supporters (Mignon, 2008) qui vient au stade et consomme les différents produits en lien avec le club. L’objectif du club est d’élaborer une stratégie autour des mécanismes d’identification, c’est-à-dire le passage du « Je au Nous » (De Waele, Husting, 2008). La question identitaire se structure sur les représentations sociales ou médiatiques que le club produit (Mignot 2014) ; c’est-à-dire la manière dont il investit les espaces sociaux ou médiatiques pour construire une image qui interpelle les publics cible.

  • 2 Compétitions réunissant les meilleures équipes européennes.
  • 3 Dans le cadre de mon travail de thèse j’ai eu l’occasion d’assister à de nombreux événements au sei (...)

7Dans le cadre de référence de l’étude que nous avons choisi, le temps et un espace sont bien définis dans la mesure où il s’agit de mettre en avant un club sportif spécifique, le Toulouse Football Club, notamment sous la présidence d’Olivier Sadran de 2001 à nos jours. L’homme d’affaires reprend le club et ses 70 millions de déficit, il le restructure, assiste à la participation à la ligue des champions2 en 2007 et réussit à pérenniser sa présence dans l’élite du football français. Nous avons donc rencontré sur le principe de l’observation participante3 les acteurs du club entre 2009 et 2014. De plus, nous avons consulté la presse locale (La Dépêche du Midi) durant la période 2001-2014. Pour cela, nous avons employé une méthodologie d’analyse qualitative, la même qu’employée lors de ma thèse (Mignot, 2014). Il s’agit d’une analyse de contenu et de discours qui vise à mettre en exergue les représentations du club dans le cas qui nous concerne.

Identité du club : choix stratégique de relocalisation

  • 4 « Au cœur du Sud-Ouest » tel est le slogan de la nouvelle campagne de communication institutionnell (...)

8Le premier phénomène, en termes de stratégie de communication, que nous allons étudier porte sur la notion de relocalisation. Comme nous l’avons définie en infra deux aspects importants méritent d’être étudiés : Comment définir ce phénomène de relocalisation et surtout comment celui-ci se manifeste-t-il dans la stratégie de communication du TFC ? Pour répondre à cette question nous allons donc voir comment, à partir d’organes médiatiques externes, comment la PQR tente de marquer sa stratégie identitaire. Il est surtout question de toucher un public local et de se réimplanter « au cœur du Sud-Ouest4 ». En effet, depuis les années 1980 professionnalisation, marchandisation et spectacularisation transforment le football moderne (Mignot, 2014). Les clubs en France ont ainsi développé des stratégies internationales, ou du moins européennes, qui les éloignent des publics locaux. L’intérêt des clubs se délocalisent vers le national ou l’international pour accéder aux droits télévisés et aux revenus des grandes compétitions. En plus de cette relocalisation, le TFC tente de revenir au « cœur de ville » en transformant en événement toutes les semaines les matchs, les résultats, mais aussi les entraînements et les transferts (Mignot, 2010). Nous allons voir ici comment le phénomène de relocalisation est aussi une institutionnalisation de la communication locale par le contrôle de la parole. Dans le cadre de cette étude nous allons nous intéresser à un type de médias particulier : la Presse Quotidienne Régionale (PQR). Celle-ci s’attache à traiter sur l’instant l’information de proximité. Elle se réfère à des effets, à des résultats, à des réceptions et révèle une expérience individuelle et/ou collective spécifique, dans un temps et un lieu précis.

La PQR ou comment le TFC externalise le processus de relocalisation de l’identité autour des médias locaux

9La relocalisation du club passe par sa médiatisation. Cette affirmation semble de prime abord évidente. Cependant dans le cadre de la mise en exergue d’un événement, les médias ont un rôle de médiatisation. Cette dernière est alors une relation entre l’objet médiatisé et le sujet qui l’appréhende. Elle représente cette relation aussi bien dans la construction de l’objet que dans celle du club (Lamizet, Silem, 1997). Ainsi, dans la médiatisation, l’échange entre le sujet et l’objet n’est pas toujours avéré. Il le rend accessible et visible aux yeux des personnes qui lisent le journal. L’implantation locale donne une place importante aux publics de football. Cette place et cet engouement participent à la construction de la stratégie du club. Nous allons donc nous intéresser à un média qui favorise la médiatisation locale, la PQR et plus particulièrement la Dépêche du Midi.

10La PQR s’attache à traiter l’information de proximité. Elle se réfère à des effets, à des résultats, à des réceptions et révèle une expérience individuelle et/ou collective spécifique, dans un temps et dans un lieu précis. Ce discours de presse porte sur les conditions de production de l’événement et sa réception.

11Nous allons constater deux niveaux de médiatisation qui participent à la relocalisation du club :

  • D’une part les articles produits par le journal et ses journalistes. Mais qui restent malgré tout contrôlés par la présence des relations presse

  • D’autre part les pages que le club achète, c’est-à-dire la publicité que le club produit sous différentes formes.

  • 5 La Dépêche du Midi26 mai 2007

12Les journalistes construisent principalement leurs articles autour d’une variable déterminante, celle de l’appel aux publics, à savoir, « une mobilisation », « un appel aux supporters5 » qui est lancé par le média. Il cherche ainsi à rendre le public « actif » en lui donnant le statut de supporter. Cela est possible car il existe une identification forte du public avec le club. Les valeurs qui se construisent ici mettent en scène le club en lien avec le public local afin de renforcer son attachement. Sans ce travail sur le contexte, l’identification dans le temps et l’espace local de l’événement ne pourrait se faire. Un outil est alors utilisé par le média, la parole donnée au public. Deux dispositifs vont être mis en place :

    • 6 La Dépêche du Midi5 mai 2007

    Le premier est la « brève de comptoir6 ». Il s’agit d’une tribune ouverte aux lecteurs. Une question est posée sur l’actualité (dans notre cas sur la place du TFC au classement) et les courriers ou mails des lecteurs sont publiés. Bien entendu une sélection est faite parmi toutes les réponses.

    • 7 Les supporters les plus passionnés s’organisent en groupes de supporters officiels ou non officiels (...)
    • 8 Les ultras forment une catégorie particulière des supporters assistant aux compétitions sportives, (...)
    • 9 La Dépêche du midi 8 mai 2007

    Le second est l’interview des groupes de supporters. Une place de choix est réservée à une catégorie spéciale, les groupes de supporters7 et d’ultras8. Ils prennent une place particulière en lien avec une forme d’expertise (Mignot, 2014). Ils connaissent très bien le club et son histoire et n’hésitent pas à la rappeler. De plus, ils en appellent aux valeurs et à l’état d’esprit du club mais aussi de la ville. « Le douzième homme, c’est nous, c’est vous.9 », cette phrase résume bien l’état d’esprit dans lequel le média agit. Ce dernier cristallise l’événement et cherche à mettre en valeur le public qui devient acteur.

  • 10 Championnat de France Amateur équivalent de la 4ème division
  • 11 À titre d’information, nous pouvons dire qu’il y a 21 % de plus d’articles portant sur le Stade Tou (...)

13La Dépêche du MidiToulouse représente le côté local du journal. Il s’agit de faire apparaître une image plus proche des habitants (Bousquet) et de proposer une approche locale du club. Les informations concernant l’événement sont mises en parallèle avec les résultats des autres sports locaux. De manière générale, l’alternance, voire la complémentarité entre les aspects national et local permettent une répartition de l’information. Lorsque la « Une » est dédiée au TFC, l’édition locale se concentre, quant à elle, sur les informations moins importantes, anecdotiques, telles que les places disponibles, les campagnes d’abonnements, les blessures des joueurs, etc. L’important réside dans la répartition de l’information entre résultats locaux et nationaux. Ces deux faces sont mises au même niveau et il est possible de trouver l’interview d’un joueur ou les informations du club, à côté des résumés de matchs de clubs qui évoluent en CFA10, comme Balma. L’un ne se fait pas au détriment de l’autre, mais la cohabitation permet de communiquer dans les deux cas et toujours dans la perspective d’une valorisation du local. Le schéma narratif des matchs de bas et de haut niveau est identique. Seule la présentation change, le TFC a droit à un « fil du match » minute par minute alors que les clubs locaux ont droit à des résumés rapides, mais décrivant tout de même l’ensemble du match. Dans ce cas, l’ensemble des acteurs sportifs locaux est représenté et occupe une place avec les professionnels. De plus, le football est mis au même niveau que le rugby. L’événement facilite cette comparaison car, en temps normal, le Stade Toulousain est bien mieux représenté11 que le TFC dans le volet local.

14Par ailleurs, le TFC publie fréquemment des communiqués qui ne sont pas modifiés par le journal. Il s’agit de publi-reportages, de pages achetées par le club pour promouvoir et mettre en valeur des informations officielles émanant directement du service de communication. Au regard des difficultés que connaissent les journalistes locaux et notamment la PQR (Bousquet, Smyrnaios, 2010) cette rentrée d’argent est importante, voir même vitale pour la presse locale. Le modèle de cette presse est en pleine restructuration avec la venue d’internet. L’achat par des entreprises de pages permet de garantir la transition.

15Enfin, le volet « sport », qui parait tous les lundis, remplace les pages locales. Le contenu et la présentation générale changent. Il s’agit d’un journal entièrement dédié au sport, il est publié le lundi dans le but de résumer les informations sportives du week-end. La « Une » est dédiée au TFC, d’autant plus quand celui-ci se qualifie en Ligue des Champions. La « Une » et quatre pages décrivent l’exploit. Celui-ci est mis en perspective avec l’histoire du club, mais aussi avec les figures du club. Il retrace les grands moments du match, mais aussi de la saison. Il s’agit d’un travail complet de présentation du club autour de la question de l’événement. Le TFC son président, ses structures, ses joueurs, les supporters sont mis en avant. Les résultats locaux et les autres sports ne sont pas pour autant délaissés. D’ailleurs un parallèle est fait avec le rugby, là encore l’événement amène une comparaison qui ne serait pas possible sans les bons résultats. Le fait que le football puisse prendre pour un temps la place du rugby montre l’importance de ces résultats. Les clubs locaux bénéficient eux aussi de cette dynamique en apparaissant dans un article consacré à la bonne dynamique du football régional.

16C’est au sein de ce volet que nous retrouvons les communiqués de presse officiels du TFC. Ils sont souvent en lien avec l’actualité du week-end qui vient de s’écouler. Il met en avant les bons résultats, mais aussi annonce la mobilisation pour les semaines à venir. Il offre au lecteur des informations nouvelles mais qui sont rédigées de manière très institutionnelle. Cette approche formatée des articles se retrouve dans les conférences de presse qui sont partiellement retranscrites, avec les « meilleurs moments » ou « les morceaux choisis » par le journaliste. Ainsi même si l’interview n’est pas directement réalisée par le club, la présence de ce service montre bien l’importance du contrôle de la communication.

17Ainsi, la PQR, en général, et la Dépêche du Midi, en particulier, jouent un rôle de médiatisation et donc de relocalisation dans la vie locale en investissant aussi bien financièrement qu’en termes de temps et d’énergie. Elle leur donne un lieu d’expression important et cela, à différentes échelles. Il ne s’agit plus seulement de la simple médiatisation, mais d’une médiation entre les différents acteurs (club, public, médias locaux) afin de les faire apparaître au sein d’un contexte positif. Il s’agit d’un intermédiaire qui oriente la présence en fonction des besoins de chacun. Une fois l’événement passé, une période durant laquelle l’événement est maintenu comme actualité commence. Il s’agit ici de continuer à l’évoquer et surtout de mettre en avant les acteurs. Ce qui était événement s’ancre dans le quotidien local et prend sa place au sein de la vie et de l’histoire locale et régionale.

La ville comme point d’ancrage des politiques sportives locales

18La médiatisation est un enjeu qui ne se mesure pas uniquement à l’aune des résultats sportifs car le rôle de ces derniers est bien plus importants et interfère à différentes échelles, et notamment lorsqu’il s’agit de la politique de la ville. La presse quotidienne régionale devient alors un espace d’informations pour les journaux sportifs nationaux. Mais elle est aussi révélatrice de la place qu’occupe la ville au niveau national. Il s’agit là d’un moyen de promotion important de la politique locale. En effet, les réussites sportives sont un moyen d’améliorer l’image de la ville (Lestrelin, 2009) et la PQR en est la vitrine. Les questions économiques locales sont aussi importantes dans la mesure où les entreprises et investisseurs ayant pris part à la construction du club sont intégrés à sa réussite et donc à l’événement. Là encore, nous ne nous trouvons plus simplement sur l’échelle sportive locale, mais sur les questions économiques et leur promotion locale et nationale. Il est possible ainsi d’analyser les facteurs formation de l’événement et leurs répercussions. La place de PQR change et elle devient le fournisseur d’informations pour d’autres médias, mais aussi un acteur important de la vie politique économique et sociale. Elle n’est plus dans la retranscription de l’événement mais un acteur à part entière. Elle fait ainsi partie des acteurs qui construisent le territoire (Di Méo, 1998) et qui le font évoluer en tant qu’espace social (Bonnet, 2007).

  • 12 La Dépêche du Midi du 31 mai 2007
  • 13 L’Équipe Magazine « Chalenge de la ville la plus sportive » [archive], sur www.lequipe.fr

19Comme nous l’avons vu, la place du contexte extra-sportif dans le temps de l’événement sportif est importante. Elle l’est plus encore quand tout est terminé et qu’il s’agit de profiter des conséquences positives. En premier lieu, on trouve « les politiques » locaux, plus particulièrement la municipalité. Il s’agit pour eux d’un moment privilégié qui leur permet de mettre en avant leur politique locale. Alors que l’équipe vient juste de remporter la victoire, dans les vestiaires le maire de Toulouse vient saluer et féliciter les joueurs. Il cherche ainsi à s’associer à la réussite et à montrer son implication dans le monde sportif local. Les photos des joueurs et du maire ensemble montrent l’implication de la municipalité dans le domaine du sport. Ce n’est pas simplement se montrer dans le vestiaire le soir même. Cela ne se fait pas le jour même mais plutôt le lendemain. D’ailleurs dans l’édition du 28 mai 2007, le maire de Toulouse apparaît sur une estrade où il présente ses félicitations aux joueurs sous forme de bilan du TFC, et de la Mairie. Cette rencontre entre le club et son public a été organisée par la mairie et les médias. Ce bilan de politique sportive locale est d’autant plus important qu’il est repris sous d’autres formes à la fois par la PQR, mais aussi par les quotidiens nationaux. La presse locale dresse un bilan de l’activité sportive de la ville, pas seulement dans le domaine du football. « Toulouse défie l’Europe12 » constitue la « Une » de la Dépêche du Midi Toulouse du 31 mai. Cet article sur les deux premières pages met en avant la réussite sportive de la ville avec ses cinq clubs qualifiés pour les prochaines compétitions européennes (football, rugby, natation, handball, volleyball). Outre la présentation des résultats, l’article présente des interviews de personnalités étrangères vivants ou ayant un rapport plus ou moins étroit avec Toulouse. Il ne s’agit pas forcément de sportifs mais aussi de journalistes, écrivains, etc., qui apprécient « l’engagement sportif » de cette ville. Surtout, il est question du dynamisme universitaire et des sportifs de demain avec le CREPS. Toulouse est une ville universitaire, le TFC dispose d’un centre de formation réputé. Une des « valeurs » de la ville est sa jeunesse et son dynamisme, la volonté du journal est de mettre en avant la politique de formation et les structures mises à la disposition par la ville : Toulouse reconstruit ses structures et notamment autour du Stadium depuis le drame AZF. Le fait de présenter cet article dans le volet local du journal, montre la volonté de présenter le bilan positif de la ville et des clubs dans l’ensemble. Cependant la PQR n’est pas la seule à présenter Toulouse comme une ville sportive, une comparaison peut être faite avec le quotidien sportif national : l’Équipe. En effet, dans son supplément l’Équipe Magazine13, le journal présente un classement des villes les plus sportives de France : Toulouse est la première. Comme dans le journal les clubs de haut niveau sont mis en avant. Mais surtout son ouverture avec le « sport pour tous », « la qualité de ses équipements », « le budget » et « la volonté politique ». Ces critères sont avant tout des critères politiques qui se raccrochent à l’événement d’origine : la qualification du TFC en Ligue des Champions. Grâce en partie à cet événement, la ville passe au premier plan du sport français. Il s’agit d’une enquête au départ et les résultats sont ceux que les villes ont donnés. La récupération et le prolongement de ce moment se fait grâce à la presse nationale. En mettant en valeur les résultats par la présentation des structures, des budgets ou de la formation, Toulouse et ses clubs prennent une dimension nationale que la PQR relaie.

20Si la question politique est importante, elle n’est pas la seule à profiter de ce moment de gloire. En effet, d’un point de vue à la fois social, mais aussi économique, la ville profite de cette image positive.

21Les entreprises et les acteurs sociaux de la ville profitent eux aussi de cet événement avec une existence nouvelle au sein de la vie locale et de la PQR. Cependant, par acteurs sociaux il faut déterminer quelle catégorie de personnes nous évoquons.

    • 14 La Dépêche du Midi 28 mai 2007

    Tout d’abord, il s’agit du groupe social des supporters. Ce groupe est sureprésenté pendant l’événement mais aussi après. Les supporters fêtent la victoire mais sont aussi les garants de l’importance du moment pour la ville. Les meilleurs supporters viennent apporter leur pierre à l’édifice. Ils se souviennent d’un moment particulier, montrent à quel point ils sont attachés à leur club. Dans l’édition locale du 28 mai 2007, un article est consacré à Didier Pitorre « la bible du TFC ». Photo à l’appui, ce supporter suit le TFC depuis 1972 et il représente un acteur important de l’histoire du club : « Lui, qui - à sa manière - fait partie intégrante du « patrimoine du TFC », comme il dit. La preuve, en chiffres : depuis 1972, ce supporter inconditionnel n’a manqué que cinq matches à domicile du Téfécé ! De son Téfécé. Un record singulier pour un passionné pluriel. »14.

  • Les acteurs économiques profitent eux aussi de cette réussite, à commencer par le président. Il est avant tout un chef d’entreprise qui finance le club. La réussite du club est présentée aussi comme celle du président. Olivier Sadran, né en 1969 à Toulouse, est le président de la société Newrest (restauration aérienne) et président du Toulouse Football Club depuis 2001. Il s’agit d’un homme de la région, qui a réussi dans un domaine en lien avec l’aéronautique. Il est l’homme des finances du club, celui qui garantit l’avenir et la pérennité du club. Il est le président et bien entendu le financeur, puisqu’il a sauvé le club.

  • Enfin, d’autres acteurs économiques entrent en ligne de compte, notamment des partenaires locaux qui ont financé le club. Une publicité vient conclure les articles de la Dépêche du Midi Toulouse du 28 mai 2007. Sur celle-ci nous pouvons y voir l’ensemble des sponsors du club au-dessus du Stadium, comme un feu d’artifice. Sur un tiers de la page elle vient ponctuer la fin de l’article, de la saison et d’un moment intense qu’ils ont soutenu. Ces mêmes sponsors se retrouvent sur le podium mis en place par la mairie le dimanche La PQR relaie donc l’image de ces entreprises, qui sont des acteurs économiques locaux importants. La presse joue un rôle important dans la mise en avant des entreprises locales, qui en plus du rôle commercial se retrouve dans les valeurs du club.

22Cette relocalisation, ce retour au local, à la ville, à la région, passe essentiellement par les circuits traditionnels de la communication médiatique de la stratégie de communication. Cependant et à l’heure du football en tant qu’agent économique la communication se doit d’évoluer. Pour correspondre aux attentes et surtout garantir sa place dans un monde très compétitif.

Un mouvement de diversification

23Le sport offre des valeurs que l’entreprise peut s’approprier. C’est donc bien une ouverture vers le monde extérieur au milieu du sport qui devient nécessaire pour la vie du club. Cette ouverture passe par l’utilisation de nouveaux dispositifs, qui passe par la diversification des activités.

24Cette dernière est-elle plus simple à définir, en nous servons de la définition marketing ? C’est-à-dire un « technique commerciale par laquelle une entreprise s’ouvre à des activités différentes de celles qu’elle exerçait jusque-là ». C’est donc bien la volonté d’opter pour de nouvelles techniques de communication et de nouveaux outils. Ces derniers modifient les contenus et par conséquent les représentations médiatiques qui en découlent (Mignot, 2014)

25La question de la diversification est en lien direct avec la mise en place de nouveaux médias sociaux. En effet, dans le but de porter ces activités extra-sportives, le club axe sa politique de communication autour des réseaux sociaux. Il semble donc logique que nous analysions comment se structurent les activités nouvelles du club.

Du football aux activités extra sportives : une nécessité

26Un club de football professionnel ne recherche pas uniquement à exister sportivement dans la ville. Cela est d’autant plus vrai que le côté sportif est de plus en plus professionnalisé et déconnecté des réalités locales. De sorte que les clubs développent aussi des offres extra sportives, c’est-à-dire des activités au sein desquelles le sport sert de prétexte et ne constitue pas une fin en soi. Ces offres deviennent importantes dans le contexte du sport et participe à la construction de l’image du club. Ainsi, dans le cadre du TFC nous allons mettre en exergue trois programmes et voir comment la communication sur ces activités permet aussi de recentrer le club au niveau de l’identité local.

27Depuis 2001, le Toulouse Football Club a développé une politique de mécénat qui s’organise en plusieurs programmes, baptisés « TFC Lab », « TFC Kids » et « TFC Care », chacun dédié à un champ d’action bien précis. Par ailleurs, le club a créé sa fondation en 2010, pour une durée de cinq saisons. Son objectif est d’ « utiliser le football comme un support éducatif et pédagogique15 » grâce à des actions à la fois sportives, citoyennes, sociales et destinées à la formation. Dans un premier temps nous allons donc tenter de détailler les trois programmes :

  • Le programme « TFC Lab » reflète l’engagement du Toulouse Football Club « pour un football créateur de lien social ». Ce programme poursuit et vient compléter l’action "Jouons ensemble" qui avait connu un important succès depuis 2001. Il donne lieu à l’organisation de stages de perfectionnement pendant les vacances et du Tournoi des Violettes réunissant 32 équipes de jeunes licenciés au Stadium Municipal de Toulouse ; il comprend aussi un accompagnement des clubs, en particulier dans les quartiers populaires, notamment grâce au financement de la formation d’éducateurs de clubs amateurs en Midi-Pyrénées, ou encore l’attribution d’une « Bourse du jeune footballeur » à de jeunes footballeurs méritants, c’est-à-dire de crampons et de protège-tibias qui leur sont offerts par le club.

  • Le programme TFC Kids est décrit comme une action pédagogique « pour un football citoyen ». Il a été conçu pour renforcer le Projet Jeunes Citoyens Supporters créé en 2003 et il vise à utiliser le football et son environnement pour éduquer les futurs supporters et, plus généralement, les sensibiliser à leur future vie de citoyen. Les actions menées sont multiples : animations et ateliers en milieu scolaire et périscolaire touchant 1 000 élèves par an, création de l’association « École de supporters » qui permet d’accueillir le public du groupe des Jeunes Supporters du TFC, ou encore invitation au Stadium de 110 000 enfants chaque saison pour encourager l’équipe lors des matchs de Ligue 1.

  • Le dernier programme pensé par le club est le TFC Care : « Pour un football généreux et solidaire ». Ce programme permet au TFC de s’impliquer auprès des plus fragiles grâce au soutien qu’il apporte à des projets caritatifs, par le biais de dons réalisés auprès de plusieurs associations caritatives (Hôpital Sourire, ELA, Restos du Cœur, associations HandiFoot de la ville de Toulouse, Inserm…), ou grâce à la création de l’oscar du mécénat du TFC, qui récompense les structures partenaires de la Fondation TFC pour le travail qu’elles accomplissent au quotidien.

28Les programmes que nous venons de décrire montrent la manière dont le club diversifie ses activités. Mais cela a bien entendu des effets sur la communication et chaque élément s’intègre dans le plan de communication. Ainsi nous pouvons analyser trois éléments communicationnels en lien direct avec la stratégie de communication du club.

29Le premier point est la place du mécénat dans la politique du club. Le TFC cherche donc à communiquer en lien avec les entreprises et à intensifier sa politique de mécénat, par le biais d’un engagement pérenne ou ponctuel : « en nous rejoignant, vous permettrez à des actions concrètes et utiles de voir le jour dans toute la région Midi-Pyrénées, vous contribuerez au projet sociétal du TFC et ferez partager au plus grand nombre les valeurs de civisme et de solidarité portées par notre sport16 ». Les actions de mécénat valorisent l’image du club et favorisent son intégration sociale et culturelle. Le mécénat permet de communiquer auprès de cibles sélectionnées, par exemple : les leaders d’opinion ou les médias. Pourtant, le mécénat, par ses caractéristiques de présence discrète et d’impact à long terme n’est pas le moyen de communication le plus rapide d’influer sur la notoriété institutionnelle d’une entreprise. Il peut, par contre, sensibiliser des publics précis. Le mécénat est aussi l’un des moyens pour une entreprise d’influencer son image institutionnelle pour s’en façonner une différente de celle que lui attribuent son environnement et ses cibles (Gregory, 1984).

30Le second point porte sur les nouveaux publics. Ainsi, la jeunesse est devenue la cible principale, par le biais de la fondation. Il s’agit pour le club de diversifier son image en communicant une cible particulièrement intéressante pour eux : les jeunes. Il s’agit de former les supporters du futur, et donc les clients de demain. Parmi les cibles importantes pour le club, les jeunes sportifs pratiquant le football dans le cadre des associations sportives toulousaines et environnantes sont invités aux matchs. Les écoles de football des clubs (les enfants de six à douze ans) sont invités ainsi que les jeunes enfants des écoles de football à participer aux matchs du TFC gratuitement et pour certains à participer au protocole d’avant match en tenant la main des joueurs. De plus les catégories de jeunes et adultes (entre treize et quinze ans) sont eux aussi invités à participer en tant que ramasseurs de balle au bord du terrain. Là encore l’objectif est de donner le « goût du stade » aux jeunes et de le remplir pour les matchs qui n’attirent pas forcement autant de monde qu’imaginé. Il est aussi question d’élargir la zone de chalandise du club. De nombreux clubs amateurs de la région Midi-Pyrénées sont invités. La cible du TFC n’est plus seulement les habitants de la ville et le département, mais l’ensemble de la région. Là encore, les jeunes sont importants pour cibler un nouveau public. La visite du stade et la rencontre avec les joueurs créent un lien particulier avec le monde sportif de haut niveau. Ainsi l’objectif est de « Mener des actions où le sport est utilisé comme un support éducatif et pédagogique, que ces actions soient sportives, citoyennes, sociales ou de formation. Faire découvrir le monde du football à des enfants et adolescents, en leur permettant d’assister à des matchs de football professionnel au Stadium ou à des entraînements du groupe de joueurs professionnels. Organiser des visites d’installations sportives, et des rencontres avec des joueurs professionnels. Soutenir des actions caritatives ciblées, par la mise à disposition des compétences et des moyens de la fondation17. »

31Le troisième et dernier point porte sur de fait que la diversification permet de décentrer la communication du club. Il est question ici d’« Éloigner de soi le centre d’intérêt de quelque chose18 ». Le cœur d’activité du club étant le football, communiquer sur d’autres sujets permet aussi d’éviter de communiquer uniquement sur les résultats sportifs parfois médiocres. Le sport n’est plus au centre des préoccupations, mais c’est plutôt « l’éducation » et « la jeunesse ». C’est un moyen de communiquer sur le club autrement, surtout quand l’image du football pose un certains nombres de questions (sport buisiness, violence, etc.) avec des résultats moyens depuis les années 2007. Cela permet donc d’offrir dans une visibilité différente au niveau local en formant des joueurs professionnels de leur « bulle sportive » et en leur donnant un rôle dans la vie de ville et de la région. Cela se retrouve dans la presse locale, mais cette fois plus aux pages sports mais aux pages activités locales :

« Parce que le football n’est pas qu’affaire de stars, de gros sous, d’arrogance et de démagogie, la Fondation d’entreprise du Toulouse Football Club (TFC) s’est dotée depuis deux saisons qu’elle existe d’une triple vocation : sociale, éducative et caritative. Au carrefour des mondes professionnel et amateur, la Fondation, que préside Jean-François Soucasse, le directeur général du TFC, mène à l’année auprès des jeunes plusieurs animations. [...] Et dans chacune de ses actions furent mêlés de près ou de loin les joueurs du TFC, distillant aux jeunes les vraies valeurs du football : l’amusement, le courage et l’esprit d’équipe. Loin de toutes les images négatives dont se repaissent si souvent les médias et qui n’ont rien à voir avec le football en lui-même. La Fondation TFC est l’œuvre d’un quadruple partenariat entre la SASP TFC, La Dépêche du Midi, le Crédit Agricole Immobilier et la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées. Son budget, sur un exercice de cinq saisons, s’établit entre 100 000 et 200 000 €.19 »

32En plus d’offrir des moyens de communication, c’est aussi une activité économique à part entière avec des partenariats. Le TFC est donc un espace de rencontres et d’échanges économiques autour de projets qui s’intègrent dans la ville. C’est l’occasion pour les entreprises locales de profiter de l’image de marque du club et de l’image des activités non sportives que celui-ci propose. Cette diversification se retrouve aussi dans l’utilisation de la part du club, des nouveaux médias, et en particulier des réseaux sociaux

33Au-delà des activités le TFC cherche à diversifier son activité en terme médiatique. Ainsi le club fait preuve d’originalité dans les contenus, notamment auprès des jeunes, dans son utilisation des réseaux sociaux.

Les nouveaux médias

34La place des réseaux sociaux (RS) est importante dans le football (Poli, 2007). Joueurs, entraîneurs, clubs, journalistes, consultants, agents de joueurs, tous communiquent en parallèle des médias traditionnels. D’ailleurs, dans le cadre de notre étude nous allons voir comment ces médias sociaux sont intégrés dans le plan de communication.

Illustration I. Page d’accueil du site web du TFC

Illustration I. Page d’accueil du site web du TFC

http://www.tfc.info/​prehome

35Au-delà des résultats sportifs, le club utilise une stratégie de communication numérique qui ne traite pas uniquement du côté sportif, mais qui porte sur les activités que nous venons de voir plus en amont. Comme nous le montre l’image ci-dessus, le club est très présent sur un grand nombre de réseaux sociaux (icône en haut à droite).

36Tout d’abord faisons un état des lieux des réseaux sociaux sur lesquels le TFC apparaît :

  • Le club se classe 5e en termes de followers sur Twitter avec 245 000 fans et se classe derrière les clubs tels que Paris, Marseille, Lyon et Monaco qui font partie de l’élite du football français.

  • Le club possède 200 000 fans sur Facebook et occupe la 10e place dans le classement de tous les clubs de Ligue 1.

  • Enfin, le club se classe en deuxième position sur Dailymotion grâce notamment à des vidéos sous forme de « buzz », comme par exemple l’anniversaire d’un célèbre joueur du Paris Saint Germain ou encore une vidéo présentant une nouvelle recrue qui n’est autre qu’un humoriste français très connu.

  • Concernant les stratégies les moins « performantes » (c’est-à-dire avec moins d’abonnés), nous pouvons retrouver la marque sur Instagram avec plus de 4200 followers ainsi que sur Snapchat.

37Pour avoir d’aussi bons scores, leur stratégie principale est donc d’utiliser l’outil de « buzz » pour qu’on « parle » du club qui peut être alors comparé à une marque. Ainsi penser le club comme une marque c’est analyser les « logiques économiques : le football, ce sont des produits dérivés, le merchandizing, le soutien de sponsors » (Mignon, 2002). Le TFC observe depuis le début de la saison 2014/15 une croissance de 40 % sur le site. De plus médiatiquement, le club est fréquemment présent et, sans cette politique-là, on ne convoque que très peu de football à Toulouse dans certains médias nationaux. À Toulouse, chaque compte a un rôle bien particulier. À Twitter la spontanéité, à Instagram les coulisses du club, à Vine les meilleurs actions du match… La dématérialisation des éléments concrets du football (les moments du match, les commentaires, les joueurs dans les vestiaires) amène la digitalisation de la marque. C’est-à-dire son existence sur un territoire numérique et au sein de communautés nouvelles. C’est donc une démarche stratégique du club, qui s’intègre pleinement dans un plan de communication. L’objectif est donc de s’adresser à un nouveau public, comme celui des jeunes, qui ne cherche pas uniquement des résultats sportifs et de l’information « traditionnelle »,

  • 20 Source Influencia « Le Toulouse Football club est-il le champion des réseaux sociaux ? » [URL] http (...)

38En effet, en Ligue 1, le club a réussi à faire des réseaux sociaux une arme de séduction auprès du grand public. Son atout majeur est d’avoir anticipé le virage digital. « Depuis 2003, le Toulouse FC a décidé de se digitaliser. Nous sommes le premier club à avoir eu un site Internet officiel (2002), le premier club à avoir eu une billetterie dématérialisée (2006), le premier club à avoir sa chaîne officielle sur Dailymotion (2008), le premier club à utiliser un compte sur Twitter (2009), et très récemment, un des trois premiers à se positionner sur Snapchat. Olivier Sadran, président du TFC, est celui qui a souhaité la digitalisation du TFC dès 2001. Le social média n’est que le prolongement de cette volonté et s’inscrit dans la continuité de notre politique de communication20. », témoigne Rémi Denjean, Community Manager et responsable des contenus éditoriaux du club.

39Cette position permet ainsi au club de construire une politique de communication sur les nouveaux médias, celle-ci à trois effets majeurs :

  • Avoir l’accès aux publics. Du point de la relocalisation cette diversification de l’offre médiatique est importante. Depuis 10 ans, en Midi-Pyrénées le club est reconnu pour sa convivialité, pour la formation de joueurs (récemment, deux joueurs formés dans notre Centre de Formation ont intégré l’équipe de France A), ou pour l’investissement dans la mise en place d’actions citoyennes. Il est le seul club de Ligue 1 du grand Sud-Ouest et rayonne sur 4 millions d’habitants sur 10 départements. Il est donc difficile de fédérer. L’objectif est donc, par cette digitalisation de s’intégrer sur un territoire.

  • Avoir accès à un nouveau type de discours. Le football est devenu une entreprise et, comme toute entreprise, se doit de communiquer. Historiquement, le milieu reste très codifié. Du côté du TFC, il est décidé de se détacher de cela pour se rapprocher de la société de divertissement sportif. Il est question de l’intégrer de façon quotidienne et de le faire de la manière la plus ludique et efficace possible. La direction du TFC pousse à accentuer ce positionnement divertissant dans les discours d’entreprises. Cela entraîne la diffusion de contenus sur un ton décalé, le plus éloignés possible des concepts de communication des autres clubs, axés sur le résultat et la star de l’équipe. En termes d’organisation, plusieurs acteurs du club, du président aux joueurs en passant par le coach ou le directeur général, sont identifiés pour être les relais de la communication institutionnelle, sportive et économique. Ensuite, il y a ces autres supports que peuvent être le site officiel, les réseaux sociaux…

  • Avoir accès à une nouvelle image de marque permet de fédérer (agréger des publics) autour de cette image. Le club est repris médiatiquement sur des sujets qui mettent en avant la marque. D’un club qui laissait les gens indifférents, le TFC est donne l’image d’un club qui divertit les fans de football en France. Par exemple, récemment, lorsque le club évoque la très hypothétique future signature de Cristiano Ronaldo au TFC sur sa page Facebook et Twitter, ils arrivent à atteindre 1,3 millions de personnes et, surtout, des médias espagnols, portugais et même brésiliens ont relayé l’opération et parlent du club. Plus de 180 000 vues sur la chaîne DailyMotion, des reprises dans plusieurs médias nationaux (So Foot, Eurosport, Le Figaro…) et relayés par certains médias internationaux (espagnols, portugais et brésiliens) permettant au Toulouse Football Club de s’offrir une couverture mondiale (et cela même si cette image n’est pas réelle). Idem quand ils adressent un tweet à la popstar Rihanna, très récemment passionnée de football. Le Huffington Post et Le Nouvel Observateur évoquent le sujet. Ils échangent aussi de plus en plus régulièrement avec les autres clubs de Ligue 1 sur ces sujets et, parfois, se permettent de créer des échanges croisés, comme ce fut le cas avec le PSG et le cadeau à Zlatan Ibrahimovic : « Cher Zlatan, aujourd’hui est un jour spécial pour toi. Et donc, de fait, pour toute la France. Comment ça pour toute la France ? Pour la planète entière ! Oui, aujourd’hui, c’est ton anniversaire », commence la lettre. Suivent quelques remerciements au joueur, notamment « pour ce vent de fraîcheur et de folie que tu as fait souffler sur la Ligue 1. C’est pourquoi, en ce jour de fête, nous t’adressons un colis-cadeau-surprise qui, nous l’espérons, te ravira toi et ta progéniture. Tu y trouveras un baume pour soigner ta talalgie, deux de nos maillots floqués aux prénoms de tes bambins ainsi qu’un jeu vidéo de tir dont tu raffoles tant. Et, tel un Renato Civelli un soir de PSG-Nice au Parc des Princes, nous te claquons une bise dans le cou. En tout bien tout honneur, évidemment. Joyeux anniversaire et vive le Z ! Le TFC »

Illustration II. Compte Twitter du TFC 7 aooût 2014

Illustration II. Compte Twitter du TFC 7 aooût 2014

https://twitter.com/​ToulouseFC?

Illustration III. Compte twitter TFC 8 août 2014

Illustration III. Compte twitter TFC 8 août 2014

https://twitter.com/​ToulouseFC

40Ces exemples révèlent bien la stratégie nouvelle en lien avec la diversification des activités du club. De plus, le TFC sort du cadre institutionnel qui nous avons vu ci-dessus pour offrir du nouveau contenu qui participe à la transformation des ses représentations médiatiques.

Conclusion

41Une stratégie de communication pour un club sportif fait abstraction du résultat et se recentre sur la question des publics et de l’offre. Le TFC offre un terrain d’étude particulièrement intéressant puisqu’il permet d’analyser deux notions importantes en communication, celle de diversification et celle de relocalisation. Pour la première, les nouveaux réseaux sociaux et leur nombre important permet de varier l’offre et de sortir des discours très institutionnalisés. Cette diversification se retrouve aussi dans les activités que propose le club et qui vont au-delà du sport et donc du résultat. La question de relocalisation correspond à une stratégie plus large de retour au territoire. Cela induit donc qu’il a été abandonné par le club. Cependant cela nécessite une formalisation plus importante dans les discours et un contrôle plus important. C’est la mise en acte du club au sein d’un territoire, mais aussi auprès d’acteurs politiques et économiques qui sortent du cadre sportif. Communiquer dans le monde du football c’est communiquer par le sport mais pas spécifiquement pour le sport.

Haut de page

Bibliographie

Barbusse B., (2002) « sport et entreprise : des logiques convergentes ?. », L’Année sociologique 2/2002 (Vol. 52), p. 391-415 URL : www.cairn.info/revue-l-annee-sociologique-2002-2-page-391.htm. DOI : 10.3917/anso.022.0391.

Belbenoit-Avich, J. (2009, May). De la notion de relocalisation. In 5e Colloque de l’Institut Franco-Brésilien d’Administration des Entreprises (IFBAE), Grenoble (Vol. 18).

Bonnet V. & Boure R., (dirs.), (2008), « La médiatisation des publics sportifs », Recherches en Communication, n° 30, 186.

Bonnet V., (2007), « Stéréotypage et éthos dans le commentaire sportif : construction et évolution d’un genre », in Boyer H., (dir.), Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène. Perspectives interdisciplinaires, Paris, L’Harmattan, 47-59.

Bousquet, F., & Smyrnaios, N. (2010). Les nouveaux modèles économiques et éditoriaux en Région Midi-Pyrénées. Rapport de recherche auprès de la Région Midi-Pyrénées.

Carayol V., (2012) « L’impossible audit de communication interne », Communication et organisation [En ligne], 5 | 1994, mis en ligne le 26 mars URL : http://communicationorganisation.revues.org/1701

D’Almeida, N. (2004). Les organisations entre récits et médias. Canadian Journal of Communication, 29.

D’Almeida, N., & Libaert, T. (2010). La communication interne des entreprises-6e édition. Dunod.

De Waele, J. M., & Husting, A. (2008). Football et identités. Editions de l’Université de Bruxelles.

Dunning, E. (1996). « Tout à fait Eric… tout à fait ! ». Quand le sociologue sert de ballon de football aux médias. Souvenirs et réflexions préliminaires. Politix,9(36), 5-15.

Gregory, P. (1984). Sponsoring et mécénat : instruments de communication institutionnelle. Universite des Sciences et Techniques de Lille.

Grossetti, M. (1999). Une théorie relationnelle de la proximité. Journées de la proximité–Toulouse–19 et 20 mai.

Kirat, T. (1993). Innovation technologique et apprentissage institutionnel : institutions et proximité dans la dynamique des systèmes d’innovation territorialisés.

Lochard G. et Boyer H., (1998), La Communication médiatique, Paris : Seuil.

Mignon P., (2002), « L’argent du football », Pouvoirs, n° 101, 89-104.

Mignon P., (2008), « Les deux performances », Le Temps des Médias, n° 9, 149-163.

Mignot P, (2014), Étude diachronique des représentations médiatiques des publics du football dans l’Équipe de 1946 à 2010, Thèse de doctorat, Université Toulouse 2 - le Mirail, LERASS

Pichot, L. (1998). La construction d’une politique de communication de l’entreprise : stratégies de partenariat et développement des organisations sportives dans les secteurs public et privé (Doctoral dissertation, Strasbourg 2).

Rallet, A., & Torre, A. (2004). Proximité et localisation. Économie rurale,280(1), 25-41.

Haut de page

Notes

1 Community Manager est un métier qui consiste à animer et à fédérer des communautés sur Internet pour le compte d’une société, d’une marque, d’une célébrité ou d’une institution. Il est profondément lié au web 2.0 et au développement des réseaux sociaux.

2 Compétitions réunissant les meilleures équipes européennes.

3 Dans le cadre de mon travail de thèse j’ai eu l’occasion d’assister à de nombreux événements au sein du club. J’ai aussi pu participer à des conférences presses, réunions, etc. Nous avons aussi pu mettre en place des entretiens semi-directifs avec Boris Laffargue le Responsable Marketing & Médias ; le Chargé de développement Anthony Cabrol ; Contenus et Community Management Rémi Denjean et Directeur de la sécurité Régis Lecomte

4 « Au cœur du Sud-Ouest » tel est le slogan de la nouvelle campagne de communication institutionnelle lancée par le Toulouse Football Club (TFC) depuis le 15 avril 2011. Ainsi la campagne s’articule autour de quatre piliers : « la convivialité, la jeunesse, la famille et le combat », met en scène différents visuels, pour de l’affichage mais également une diffusion par les relations presse et le site institutionnel, les joueurs de l’équipe professionnelle entourés de leurs supporters. Diffusée dans Toulouse et sa région, cette campagne entend renforcer l’aspect proximité et régional de l’équipe toulousaine et ainsi « faire rayonner le TFC au cœur de la région Midi-Pyrénées ».

5 La Dépêche du Midi26 mai 2007

6 La Dépêche du Midi5 mai 2007

7 Les supporters les plus passionnés s’organisent en groupes de supporters officiels ou non officiels. Ces associations de supporters sont créées afin d’organiser les encouragements. Ces groupes ont plus ou moins de pouvoir : certains vont jusqu’à contrôler en partie la billetterie du stade, d’autres élisent le président de leur club de football. Certains clubs possèdent plusieurs groupes de supporters, parfois plus d’une dizaine.

8 Les ultras forment une catégorie particulière des supporters assistant aux compétitions sportives, dont le but est de soutenir de manière fanatique son équipe (ou son sportif) de prédilection. Ils sont souvent liés au mouvement proche du hoologanisme.

9 La Dépêche du midi 8 mai 2007

10 Championnat de France Amateur équivalent de la 4ème division

11 À titre d’information, nous pouvons dire qu’il y a 21 % de plus d’articles portant sur le Stade Toulousain

12 La Dépêche du Midi du 31 mai 2007

13 L’Équipe Magazine « Chalenge de la ville la plus sportive » [archive], sur www.lequipe.fr

14 La Dépêche du Midi 28 mai 2007

15 Site de la fondation TFC « Inauguration de la fondation TFC samedi » [URL] http://www.tfc.info/inauguration-de-la-fondation-tfc-samedi

16 TFC politique de mécénat http://www.carenews.com/fr/news/2572-le-mecenat-du-toulouse-football-club-une-fondation-et-plusieurs-programmes

17 La fondation TFC http://www.fondations.org/spip.php?article4975

18 Définition CNRTL http://www.cnrtl.fr/definition/d%C3%A9centration

19 http://www.ladepeche.fr/article/2013/06/25/1658000-fondation-tfc-le-vrai-football.html

20 Source Influencia « Le Toulouse Football club est-il le champion des réseaux sociaux ? » [URL] http://www.influencia.net/fr/actualites/in,audace,toulouse-football-club-est-il-champion-reseaux-sociaux,4750.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration I. Page d’accueil du site web du TFC
Crédits http://www.tfc.info/​prehome
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2301/img-1.png
Fichier image/png, 274k
Titre Illustration II. Compte Twitter du TFC 7 aooût 2014
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2301/img-2.png
Fichier image/png, 383k
Titre Illustration III. Compte twitter TFC 8 août 2014
Crédits https://twitter.com/​ToulouseFC
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2301/img-3.png
Fichier image/png, 259k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Mignot, « Identité et communication sportive : aspects organisationnels », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2301

Haut de page

Auteur

Pierre Mignot

Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication au sein du LERASS-IUT Paul Sabatier Toulouse 3. Enseignant-chercheur contractuel MMI Castres. Courriel : pierre.mignot@iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page