Navigation – Plan du site
Formes organisationnelles et pratiques communicationnelles

Codes, contrôle et réappropriation autonome : le pro-am comme système organisationnel singulier

Sophie Preudhomme

Résumés

L’enjeu est ici d’analyser la place grandissante du phénomène « pro-amateur » dans le cadre de l’exhibition de soi sur le web, par le biais du champ pornographique amateur et plus particulièrement avec le sous champ des sites de « sexcams » – des plateformes de diffusion de shows sexuels en direct, couplées de discussions instantanées entre des voyeurs et des performeurs. Cet examen nécessite avant tout un effort de contextualisation, le phénomène des « sexcams » étant, bien que singulier, porteur de nombreuses mutations numériques actuelles, plus encore, des enjeux et effets du web 2.0 considéré ici principalement en ses aspects collaboratif et participatif. Suite à quoi, nous mettrons en évidence, d’une part, des éléments propres à l’alliance de l’amateurisme et du professionnalisme au sein d’un même dispositif, d’un même moment, d’une même action. Et, d’autre part, nous examinerons l’influence stratégique exercée par ces dispositifs sur les internautes, c’est-à-dire l’ensemble des possibilités d’actions, suggérées, et même imposées, aux acteurs amateurs de ces dispositifs, afin de répondre à des enjeux monétaires.

Haut de page

Texte intégral

« Nous entrons dans une nouvelle époque où l’expérience humaine est de plus en plus une marchandise consommée sous forme d’accès à des réseaux polyvalents inscrits dans le cyberespace.
Jeremy Rifkin, L’âge de l’accès.

1Si la notion de « pro-am » est traditionnellement définie comme une alliance, au sein d’un même mouvement, d’une même activité ou encore d’un même match sportif, d’individus professionnels et d’individus amateurs, elle recouvre aujourd’hui un phénomène quelque peu différent et en plein essor. C’est une certaine porosité entre activité de nature professionnelle et activité de nature amateur qui tend de plus en plus à devenir un des préceptes fondamentaux, du moins en vogue, du web 2.0. Les acteurs qui contribuent alors à ces productions pro-am ne sont donc justement pas qualifiables ni identifiables en tant qu’amateurs ou en tant professionnels, mais deviennent eux-mêmes des pro-am. C’est ce pro-amateurisme, comme système organisationnel singulier, qu’il semble alors intéressant d’interroger. Plus encore, l’objet de cette analyse portera sur la révolution induite par ce phénomène dans le secteur économique, où le terme de « professionnel » est usuellement lié à une profession et non seulement à une spécialité ou à une connaissance avertie.

2Cette problématique est issue de recherches portant globalement sur la réappropriation des dispositifs numériques par les usagers dans le processus d’une publicisation de leur intimité, recherches centrées plus récemment sur l’analyse de cette réappropriation des dispositifs numériques comme facteur de création de liens intimes interpersonnels, de communautés, c’est-à-dire d’une existence numérique s’étendant bien au-delà de la simple exposition de son corps. Si cette question du pro-am ne semble en apparence pas liée à cet examen, directement du moins, elle l’est dans un contexte d’expositions dynamiques et interactives, où chacun tend à essayer d’avoir un pouvoir actionnel : sur la sphère qui accueille ses publications personnelles, sur les modalités de diffusion et d’exposition mises à sa disposition, c’est-à-dire sur ses conditions d’existences numériques dans leurs ensemble, sur les possibilités d’émergence d’un contexte qui soit finalement non plus seulement un espace « vitrine », une succession de photos par exemple, mais aussi, et surtout, un milieu relationnel et propice à une palette d’expériences singulières, en partie créatrices et innovantes.

L’objet d’étude : les plateformes de livecams

  • 1 Les plateformes de livecams sont des sites au sein desquels des quidams se diffusent, exposent leur (...)

3Afin de traiter cette question du pro-amateurisme, dans une volonté de précision, de clarté et selon un certain empirisme, le propos se concentrera ici sur l’étude d’un espace singulier, celui des livecams1.

4Les plateformes de livecams sont des plateformes regroupant des diffusions live (en direct), par webcams, de shows sexuels effectués par des individus amateurs. C’est-à-dire que ces derniers n’appartiennent pas au milieu pornographique professionnel et que sous réserve d’une inscription justifiant sa majorité toute personne peut diffuser sur ces sites. Ces diffusions sont par ailleurs complétées par des discussions instantanées par le biais d’un chat. Ces interactions ont lieu entre les voyeurs, ceux qui regardent donc, et entre les voyeurs et les performeurs, ceux qui s’exhibent à l’écran. En outre, les personnes qui s’exposent sur ces plateformes peuvent être rémunérées par les voyeurs pour leurs performances live. Au-delà de la réflexion guidant cet écrit, l’aspect écomique de cet objet et son présent examen permettront donc, par ailleurs, d’ouvrir la réflexion de l’auteur sur le terme même de profession, central au sein de l’étude des sites de « sexcams ». En effet, si diffuser sur ces plateformes n’est pas reconnu comme l’exercice d’une activité professionnelle, les personnes qui s’exposent sont nombreuses a être rémunérées par les internautes – comme nous le verrons par la suite. Les significations du terme « profession » sont multiples, et ici nous appréhendons l’idée de profession selon un sens plutôt commun et partagée au sein de l’objet d’étude, selon la reconnaissance qu’ont les acteurs des actions auxquelles ils participent ou assistent. Néanmoins, en nous rapportant au terme « profession » il convient de considérer ses multiples, et premières, significations, sur lesquelles ce sont par exemple attardés Claude Dubar et Pierre Trippier, et dont l’une d’elles se réfère bien au simple fait de gagner sa vie grâce à une occupation.

Exemple d’un live

Exemple d’un live

Source : www.cam4.fr

5Concrètement, la page de profil type d’un performeur se compose d’un cadre sur la gauche, où on peut observer en direct la personne qui s’exhibe et, d’un chat à la droite de ce cadre, composé des écrits sériels des multiples voyeurs, défilant alors sous nos yeux. Un format relativement classique donc, que l’on retrouve sur de nombreux sites de webcams. Mais, à cela s’ajoutent, en dessous de l’image et des écrits, des précisions quant à la nature du show et au caractère économique de celui-ci. En effet, les individus s’exposant sur ces plateformes intègrent régulièrement leurs performances à des processus et à des enjeux monétaires. Dès lors, ils sont à la fois les représentants, les vendeurs et les marchandises, et les voyeurs en sont les acquéreurs, les clients, les consommateurs. Cette disposition se présente néanmoins sur des modes très singuliers, venant rendre les positions de chacun confuses et perméables – énigme que l’analyse qui va suivre permettra de mieux cerner, à défaut de pouvoir la lever et la définir selon des termes usuellement établis. C’est cette rencontre sur fond économique, les stratégies ambiguës qui en résultent et les modes marchands sous couvert de divertissements sans condition, qui constitueront le cœur de ce présent examen.

6Prenons alors quelques lignes afin de décrire brièvement la manière dont cet argent circule, afin de mieux pouvoir en comprendre par la suite les tenants et les aboutissants.

7Une fois connecté, chaque voyeur a la possibilité de mettre de l’argent sur son compte personnel en ligne. Dès lors, s’il le désire, plusieurs options s’offrent à lui pour dépenser cet argent. Précisons ici, et cela a une importance notable, que cet argent circulera et apparaîtra toujours sur le site sous forme d’une monnaie virtuelle : le token. Les différentes transactions possibles seront toutes en liaison avec un performeur.

8Souvent, ces derniers fixent librement, sur leurs pages de profils, sous leurs diffusions live, des sommes précises et les pratiques plus ou moins déterminées qu’ils proposent de réaliser en direct. Ces sommes constituent des objectifs à atteindre par l’accumulation des contributions de multiples voyeurs.

Exemples d'encadrés descriptifs, situés sous les performances

Exemples d'encadrés descriptifs, situés sous les performances

Source : www.cam4.fr

9Un voyeur contribue à cette « cagnotte » (correspondant au « goal », visible sur la droite des captures d’écran si dessus) en dépensant en général entre 1 ou 2 token et une dizaine lors d’une performance. C’est donc le cumul des dépenses de chacun qui permettent au but attendu par le performeur d’être atteint. Il est extrêmement rare qu’un seul individu verse la totalité de la somme du « goal ». On a donc ici plutôt affaire à des micro-contributions. C’est à cette agrégation de micro-contributions que le dispositif, et le performeur donc, confient la réalisation de ces objectifs monétaires.

10Dans certains cas, les performeurs ne fixent aucun but, n’attendant aucune somme précise, pariant dès lors sur des contributions spontanées. Mais, en adoptant ce type de stratégies, ils doivent réaliser leur performance, cet « aguichement », selon une certaine routine – dont les codes leurs parviennent des prestations à succès de tiers, de conseils émis par la plateforme ou de leurs propres expériences et « tâtonnements » personnels. La plupart du temps, après les quelques – parfois longues – minutes qui suivent sa mise en ligne et durant lesquels s’accroît de manière progressive le nombre de ses spectateurs, un performeur commence à se dénuder rapidement, à se mettre en scène, il déploie un ensemble de tactiques visant à attirer et soutenir l’attention des spectateurs mais surtout à les emmener progressivement dans une excitation, si ce n’est physique du moins mentale, où ce qui est visible ne suffit plus, mais où quitter la page n’est plus envisageable. Ainsi, les performeurs parient sur le fait que les voyeurs leurs offriront des tokens pour les inciter à aller plus loin, plus vite. Mais aussi, ils espèrent que certains les « remercierons » pour leur performance. Ici l’échange marchand se rapproche nettement du système de « pourboire », et est d’ailleurs couramment nommé comme tel sur la plateforme.

11Dans un cas comme dans l’autre, à la suite de son show, une fois déconnecté du live, un performeur voit les tokens, qui lui ont été laissé par de multiples anonymes, versés sur son compte personnel du site. Et là, seulement, lui apparaît alors le montant de ses gains en euros. Gains qu’il devra évidemment verser sur son compte en banque afin d’en disposer.

12Il existe d’autres événements impliquant la transaction de tokens sur ces plateformes de livecams, mais ils n’ont pas grand intérêt ici puisqu’ils ne s’intègrent pas dans le modèle interactionnel et monétaire qui est le plus sollicité par les internautes de ces sites. Nous nous concentrerons donc ici sur celui venant d’être explicité.

13Après cette parenthèse un peu descriptive, permettant de mieux appréhender l’objet de cette recherche, revenons-en au propos de notre analyse, et, avant toute chose, aux raisons plus générales l’ayant guidée. Notons alors comment cette réflexion s’intègre dans une forme organisationnelle éminemment étendue aux seins des processus économiques et numériques contemporains, dont le champs singulier des livecams constitue plus une illustration, un modèle, qu’une exception isolée et étonnante.

Les livecams : objets synoptiques et symptomatiques. Un processus organisationnel commun à de nombreux champs d’action

14Ce phénomène des livecams est symptomatique des mutations technologiques, numériques, mais aussi sociales, contemporaines : engendrant instantanéité, flux rapides, discours sériels, publicisation, mise en scène et en récit de soi, identités multiples….. Ces livecams cristallisent alors ces nombreux effets du numérique à l’ère de l’hypermodernité.

15Grâce à leur analyse, nous pouvons dès lors appréhender la pratique professionnelle en émergeant, s’intégrant dans une dynamique largement étendue sur le web : celle du pro-am. Ce qu’on examine, finalement, ce sont les effets du numérique, et plus particulièrement du web collaboratif, sur les formes organisationnelles.

16Incontestablement, un nombre croissant d’entreprises a aujourd’hui recours aux utilisateurs dans ses logiques organisationnelles. En effet, certaines plateformes numériques en appellent aux compétences d’individus amateurs pour s’enrichir et se développer. Ce mouvement, s’inscrivant dans la dynamique des User-Generated Content, est extrêmement présent dans le champ des industries culturelles et créatives, qui s’efforcent ces dernières années de solliciter la contribution des internautes à la production de leurs contenus, cette dynamique affectant alors un large spectre de secteurs : musique, vidéo, photographie, information, etc. Ce phénomène engendre ainsi une contestation de plus en plus forte du pouvoir hérité des professionnels.

17Par ailleurs, les individus, les quidams, les amateurs, ont aujourd’hui accès à des outils (techniques, technologiques, intellectuels…) leurs offrant des possibilités d’actions quasi professionnelles au sein de dispositifs numériques ouverts, si ce n’est dédiés, à leurs productions. Il n’est pas rare que ces productions amateurs se rapprochent alors des normes professionnelles de la production : par leur régularité, leur qualité, leur emprunt aux codes esthétiques de la profession, ou la distance que les producteurs, bien qu’amateurs, introduisent entre eux et leurs contenus.

18Ainsi, par exemple, on se rend aisément compte que les vidéos de chanteurs amateurs sur Youtube sont parfois très proches des techniques de tournages professionnelles. Certains sites web vont même jusqu’à créer des espaces de coaching, des universités numériques, visant à éduquer l’amateur aux pratiques professionnelles. De ce point de vue, le web semble ici moins contester les professionnels qu’accroître la porosité entre l’amateurisme et la professionnalisation ; cela donnant alors lieu à une figure hybride parfois qualifiée, donc, de pro-am.

19Ainsi, nous nous intéressons donc à cette montée en puissance du pro-am dans le domaine de la pornographie présente sur le web, par le biais du sous champs spécifique des livecams. Ce choix se justifie en deux sens. Tout d’abord, ces livecams constituent une part extrêmement importante des industries culturelles et créatives. D’autre part, l’industrie pornographique sait particulièrement s’adapter aux innovations technologiques, en même temps qu’elle initie bon nombre de celles-ci.

Approches méthodologiques

20Pour tout un ensemble de raisons, il apparaît donc évident que ce phénomène émergeant des livecams s’intègre nettement dans les problématiques actuelles induite par le numérique. À l’image de ce web 2.0 – social, coopératif, collaboratif – nous allons donc aborder ici la question des pratiques professionnelles singulières à ces plateformes par le biais des compositions individuelles et interpersonnelles se déployant au sein de ce processus pro-am. L’examen suivant se fera alors selon deux axes. Tout d’abord, nous aborderons de manière générale la manière dont se révèle la cohabitation de l’amateurisme et du professionnalisme au sein d’un même dispositif : pratiques langagières, stratégies de « masques », non-dits, rôles ambigus, perception de soi et d’autrui fantasmée, bigarrée… Puis, dans un second temps, et afin d’éclairer ce phénomène, nous analyserons les stratégies mises en place, offertes, par les dispositifs pour capitaliser sur les rôles de chacun, en extraire des atouts divers, tout en les emmenant progressivement vers un certain professionnalisme – empreint de codes, de routines, de mises en scène, etc., ce mouvement étant toujours intimement lié à des enjeux économiques.

21Cette enquête a été menée par l’appui d’une série d’entretiens semi-directifs – une vingtaine –, réalisés auprès d’internautes présents sur une plateforme de livecams et grâce à une observation participante de plusieurs mois effectuée sur le chat de ce même dispositif, observation qui fut par ailleurs l’occasion d’échanges plus informels. En effet, ces sites comportent non seulement des profils détaillés de webcammeurs mais également un chat dans chacune des « rooms » (les pages de webcammeurs). L’entrée dans ces rooms étant gratuite, il fût possible d’avoir accès à l’intégralité du show de nombreux exhibitionnistes et d’observer en direct les commentaires des voyeurs, sur des temporalités importantes, puisqu’on se trouve ici face à des « flux continus ».

22Nous avons donc mis en place une méthodologie relativement innovante visant à porter les principes de l’ethnographie dans les espaces numériques. Mais, malgré la spécificité de cette enquête de terrain, cette analyse n’aura pas pour seule vocation de révéler des indices de ce phénomène pro-am propre à l’industrie du porno : sa finalité sera bien d’éclairer une conséquence des mutations numériques et organisationnelles actuelles, applicable et observable, avec une plus ou moins grande ampleur, dans l’ensemble des secteurs au sein desquels l’utilisateur dépasse son simple rôle passif et devient un acteur à part entière du dispositif.

Manifestations verbales et comportementales, symptomatiques de l’association entre amateurisme et professionnalisme

  • 2 CARDON Dominique, 2010, « Confiner le clair-obscur : réflexions sur la protection de la vie personn (...)

23Il s’avère extrêmement rare que cette pratique de la livecam soit nommée par les performeurs eux-mêmes comme étant un métier une profession, un travail… Pourtant, pour la plupart des exhibitionnistes, l’adoption de codes professionnels est au contraire courante. Le recours à ces codes est lié à une volonté de contrôle de leur image et donc de la perception que les autres ont d’eux, et, finalement, de l’effet qu’ils ont sur ceux qui les observent2. Mais ici, surtout, elle vise à ce que ces shows aboutissent à un rendement (d’usagers et d’argent) toujours plus important.

24Compte tenu de cette mise en place de stratégies à des fins principalement monétaires, il semblerait alors que cette activité se rapproche nettement d’une pratique dite professionnelle. De plus, si la plupart des performeurs ne trouvent pas leur seule, ou principale, source de revenu au sein de ces plateformes de livecams, un faible pourcentage y consacre toutefois un temps considérable, une implication certaine, et gagne amplement assez d’argent pour n’exercer aucune autre activité professionnelle.

25Pourtant, les performeurs ne cessent de décrire cette activité plutôt comme un loisir, un plaisir, un passe-temps, un moyen de vivre de nouvelles expériences ou encore de satisfaire leurs désirs… Désigner leur activité comme telle relève d’un choix, puisque chacun – du moins les performeurs réguliers – a bien conscience des enjeux économiques, temporels et structurels au sein desquels il se trouve. Difficile d’affirmer avec certitude les raisons de ce positionnement. Mais, au-delà de la difficulté certaine d’assumer aujourd’hui ce type d’activité professionnelle, il s’avère manifeste, cela s’est vérifié lors de l’observation participante, que l’excitation des voyeurs et intimement liée au déploiement d’un personnage, porté par le performeur, qui corresponde à l’authenticité recherchée par ces voyeurs sur ces plateformes, puisqu’elles sont dites « amateurs ». L’illusion d’un pur amateurisme doit donc demeurer quasiment totale.

  • 3 CARDON Dominique, 2008, « Le design de la visibilité », Réseaux, vol. 6, n° 152, p. 131

26Ces voyeurs, eux, ne se considèrent nullement comme des clients, ni même des consommateurs. Bien au contraire, ils aspirent à faire partie d’une communauté d’anonymes, agissant de concert, participant à une sorte de jeu interactif et participatif, une expérience inédite, originale. Mais parler d’une « communauté » d’anonymes, ou d’un « jeu », c’est oublier que ce jeu, justement, se base sur des règles de notations, de commentaires, de classements des membres entre eux. De fait, ces formats de représentations intègrent, les internautes, plus ou moins malgré eux, dans des logiques de rendements3.

27Avant de poursuivre notre propos, il est nécessaire de spécifier ce qui est entendu par anonymat au sein de cet examen. Dans ces circonstances singulières, il apparaît évident que les individualités ne revêtent pas un anonymat absolu. Si les voyeurs peuvent être présentés, nommés, des « anonymes », c’est au regard du grand nombre dans lequel ils sont noyés. Plus cette masse gagne en taille, plus elle vient affaiblir la possibilité de reconnaître et d’individualiser chacune des unités qui la composent. De plus, sur ces plateformes, les voyeurs n’ont de visibilité qu’au sein du chat, une visibilité alors éphémère et fluide. Une faible visibilité donc, qui est seulement soutenue de manière continue par un avatar et un pseudonyme. Par ailleurs, ces deux éléments, qui viennent distinguer les uns et les autres, ne les ramènent aucunement à leur identité civile. Ce qui constitue alors une deuxième raison poussant à énoncer ici l’anonymat des sujets, dans un sens bien précis et typique à cet environnement. Et, si les voyeurs sont anonymisés, c’est aussi en opposition avec celui ou celle qu’il observe, l’exhibitionniste qui fait son show, qui, lui, expose son corps et sa voix, et qui constitue alors une entité isolée et reconnaissable par la foule.

28Il y a bien, sur ces plateformes, une nette différence de statut entre les performeurs et les voyeurs. Les voyeurs attachent l’exhibitionniste à un statut supérieur au leur : celui de fantasme. Mais, cette considération particulière s’intègre dans une dynamique où l’autorité est partagée, où chacun la possède tour à tour du moins. Il est évident qu’ici le modèle marchand n’est pas si différent qu’ailleurs, et est aussi conforme à la loi de l’offre et la demande par exemple, ajustable selon des logiques principalement économiques, fait appel à des stratégies publicitaires, managériales, marketing… Le pouvoir est au départ détenu par celui détenant l’offre et fixant les prix, et le consommateur, en payant, s’achète une autorité, le pouvoir sur une action ou un objet, ici sur une personne. Ce système relativement courant est évidemment présent sur ces plateformes.

29Mais, ce système commun au sein du monde marchand a la particularité d’être ici voilé : par la proximité des individualités, par les liens qui semblent les rapprocher, les liens affectifs auxquelles ils aspirent et surtout par la liberté de paroles que permet la forme chat.

  • 4 Extrait d’un entretien avec un voyeur, réalisé le 26/02/2015.

30Ce chat se transforme bien souvent en un lieu de marchandage, certains essayent d’y négocier les prix, de manière explicite, des prix pourtant plus ou moins fixés au préalable par les performeurs. D’autres internautes marchandent par leurs paroles, d’une façon plus subtile, souvent en essayant d’établir un lien quelconque avec le performeur, un lien qui aurait dès lors la capacité de bouleverser la fixité des pouvoirs, des sommes et des actions. Les mots ici se présentent, régulièrement, comme les substitues d’un système monétaire : on charme, on plaisante, on supplie pour arriver à ses fins… « Parfois certains « tippent » et ne parlent que peu. Sachant que l’argent rendra la webcammeuse attentive à eux. Il y aurait peut-être une espèce de pouvoir venant de l’argent, qui fait que l’on a plus besoin d’utiliser l’écriture. Pouvoir attraper l’attention et agir sur l’autre avec peu de mots. Avec beaucoup d’argent on peut dire peu de chose, et si tu n’en as pas ou peu tu vas essayer de jouer avec des trucs interactionnels. »4

  • 5 Extrait d’un entretien avec un voyeur, réalisé le 12/03/2015.

31Voyeurs et exhibitionnistes semblent ici s’intégrer dans un échange de bons procédés où chacun trouverait son compte par la réalisation de désirs. Ce sont toujours les liens privilégiés entre les usagers et la proximité entre les membres qui apparaissent comme primant dans l’expérience de la livecam. Un des utilisateurs a déclaré à ce sujet lors d’un entretien : « ce n’est pas comme dans le porno traditionnel [il entendait ici professionnel donc], ici il y a un jeu d’échange »5.

32Mais ce jeu d’échange n’a pas seulement lieu entre les voyeurs et les exhibitionnistes, mais aussi entre les voyeurs eux-mêmes. Dans leurs discours les voyeurs mettent de manière régulière cet aspect au centre de leurs attentes dans l’usage de tels dispositifs, et le cite comme un des éléments les plus plaisants, qu’ils viennent alors rechercher à chaque nouvelle connexion. Un fort sentiment communautaire, le sentiment d’appartenir à une foule tournée vers un même spectacle, est effectivement présent, d’après les déclarations de très nombreux utilisateurs, déclarations amplement confirmées par l’observation du chat.

33Cet ensemble de membres, ces voyeurs, semblent former et fonctionner telle une communauté d’égaux. Mais, pourtant, là encore, entre eux, le professionnalisme est sous-jacent. Un état de fait quelque peu étonnant, du moins non évident, sur lequel nous nous attarderons dans la suite de cette analyse.

Stratégies d’alliance entre amateurisme et professionnalisme

34Au sein de ces plateformes de livecams, la cohabitation entre l’amateurisme et le professionnalisme nous apparaît donc objectivement. Ce qu’il est dès lors nécessaire d’examiner ce sont les tactiques diverses auxquelles chacun a recours pour mener à bien cette proximité de statuts, de discours, d’actions, de prime abord peu compatibles, façonnant ainsi non plus une juxtaposition mais un processus, une attitude aboutie, celle du pro-amateurisme. Ces stratégies composent dès lors un pro-amateurisme permettant de se soustraire à des cellules comportementales fixes et/ou classiques et aux internautes d’échapper à la position complexe résultant de l’adoption d’un professionnalisme non assumé, non explicite et pas nécessairement voulu, ou non propice à ce type de communauté.

35Comment les individualités composent-elles alors avec des rôles ambivalents, à la fois dans leur conduite et dans leur discours ? Comment codes et règles sont-ils formulés, entendus et respectés, alors qu’ils émanent d’un sujet amateur et relativement anonyme ?

36Revenons tout d’abord à la communauté de voyeurs que nous venons d’évoquer à l’instant. Au sein de cette communauté singulière, la proximité entre les entités prime donc. On observe sur le chat un certain esprit de camaraderie entre les voyeurs, un tutoiement à toute épreuve. Pourtant, en cet ensemble un aspect professionnel se distingue. Certes, sur ce chat nous n’avons pas affaire à des agents de contrôle, qui seraient explicitement nommés comme tels. Mais, malgré tout, ici, un voyeur, un anonyme, verra son pseudonyme surligné de jaune s’il désire être modérateur du chat. Ainsi celui-ci acquiert un statut particulier, à la fois d’autorité face aux autres membres du chat, mais aussi de « favori », du moins d’un membre ayant accédé à une proximité singulière avec le performeur dont il gère le chat. Il exerce alors son pouvoir avec rigueur, car c’est en ses capacités de régisseur que sa valeur sera évaluée par l’exhibitionniste qui l’a choisi. Pour ce service, il n’est pas payé, du moins il ne reçoit pas d’argent – ni réel ni virtuel –, mais rémunéré, gratifié, par la reconnaissance – il se détache de la foule, est reconnu, repérable, mais aussi, estimé et son existence en tant qu’entité est révélée – qui lui est dès lors octroyée.

  • 6 Extrait d’un entretien avec un voyeur, également modérateur, réalisé le 02/03/2015.

37Voici donc le type de stratégies mises en place par le site : offrir des possibilités d’encadrement des shows qui soient quasi professionnelles, mais les intégrer dans l’amateurisme, discrètement et de manière ludique. En effet, ces pratiques, bien que prises au sérieux par chacun, relèvent dans leur exercice plus du jeu et de la performance. Un voyeur ayant endossé le rôle de modérateur disait à ce sujet lors d’un entretien : « J’ai deja fais modo sur les chats, faire la gestion, (et là il a rit), c’était marrant de contrôler un peu le truc et d’avoir un lien privilégier avec la webcammeuse. »6 Il y a donc, malgré tout, une mise a distance de l’esprit de sérieux qui caractérise traditionnellement le milieu professionnel.

38Le fonctionnement est assez similaire pour les règles encadrant les shows des exhibitionnistes. Sur ces plateformes de livecams il n’y pas de règlement général s’appliquant au déroulement des prestations, chaque exhibitionniste liste et affiche ses propres règles, fixant les limites de son show. Ces règles revêtissent une forme narrative pouvant alors paraître paradoxale. En effet, celles-ci sont concises, fermes et sans détour, elles semblent intraitables, et ce malgré l’amateurisme et la liberté d’expression et d’action prônée, et offerte, par la plateforme, et surtout attendue par les spectateurs s’y connectant.

39Au sein de ces rooms – les pages de profils des exhibitionnistes –, on se retrouve donc face à ce qui s’apparente à une sorte de charte d’utilisation. Ici, chaque élément de l’expérience numérique est susceptible d’être l’objet d’une prescription, d’une contrainte, d’une norme, d’un tarif, d’une interdiction… Ainsi le règlement est fonction de la tolérance, du consentement, des désirs et des inacceptations de chaque personne qui s’expose. Il peut dès lors être question de choses diverses et disparates telles que : le refus de certaines démonstrations corporelles et/ou sexuelles, ou de demandes autres que virtuelles, d’exigences en ce qui concerne les modalités interactionnelles – formulation, vocabulaire, temporalité ou encore usage des majuscules – lorsque les voyeurs s’adresse à eux mais également lorsque les voyeurs s’écrivent les uns aux autres sur le chat, ou encore des normes de paiement, de l’interdiction de diffusions publicitaires au sein de la room, et même de l’application de certaines formules de politesse déterminées…

  • 7 Extraits relevés sur plusieurs rooms.

40Voici quelques exemples7 de la tournure prise par cette charte singulière :

« Pas de spam ou de skype dans le chat sinon bannissement direct, Je déteste ça. »
« Pas de demande sans tokens. Sois respectueux et je te respecterai. »
« Non respect des règles ci-dessus : je bannis, plus de cadeaux ! ».

  • 8 PAVEAU Marie-Anne, 2014, Le discours pornographique, La Musardine Eds, Paris, 400 p.

41Mais, toujours, ces codes de conduite s’intègrent dans des pages de profils emplies de photographies sexy et amateurs, se perdent au milieu de discours légers et aguicheurs, sont ponctués de mots tendres à l’intention des voyeurs, promettent une expérience authentique, et sont soutenus par des couleurs vives ou pastels, des polices originales, sur fonds décorés. Ici, on se professionnalise donc, mais en gardant néanmoins une nette distance avec les codes professionnels classiques, avec les conventionnelles marques de sérieux, de modération et de distinction des sphères, des individus et des statuts. Car, bien que les règles observées sur les rooms des performeurs soient autoritaires et précises, elles s’intègrent dans l’ensemble du discours présents sur les profils, un discours qui participe avant tout à la mise en forme d’un personnage à la fois fantasmatique et authentique. Dans son ouvrage « Le discours pornographique »8, Marie Anne Paveau évoque l’importance considérable de la qualité du discours écrit même dans des champs et dispositifs où une imagination fertile pourrait largement être un palliatif. Il est important ici, pour ces performeurs, de soigner et d’entretenir sans interruption la manière dont ils s’adressent aux voyeurs, jusque dans ces lignes emprises d’autorité et de fermeté.

42Une autre parade est observable au sein des informations émises par la plateforme elle-même. En effet, dans l’onglet « aide », chacun peut accéder à « l’université ». Cet espace met alors à la disposition des performeurs de nombreux articles ainsi que des vidéos d’accompagnement à l’utilisation et à la performance. Les thèmes abordés sont vastes, allant de la protection de la vie privée, à la gestion de son compte, jusqu’à la description détaillée de l’attitude la plus propice à adopter afin d’augmenter le nombre de spectateurs et donc le montant des gains obtenus lors d’un show. Sous couvert de cette « université des savoirs », dispensant des cours de conduite, on retrouve alors une véritable pratique managériale de coaching des employés. Les enjeux principaux sont ici : la sécurité, la valorisation de l’expérience et le profit, mais aussi la diffusion d’une certaine norme comportementale. Mais, afin de rester en adéquation avec le caractère amateur de la plateforme, ce ne sont pas des autorités professionnelles en tant que telle qui sont recrutées, mais des performeurs, plus souvent des performeuses, dont les shows figurent dans les plus connus et rentables et générant beaucoup de visites, qui dispensent ici leur connaissances. Ces individus apparaissent alors au performeur novice comme des amateurs au milieu des amateurs, ainsi ces cours ne viennent pas rompre avec l’image défendue par le concept des livecams.

  • 9 Allard Laurence et Vandenberghe Frédéric, 2003, « Express yourself ! Les pages perso », Réseaux, vo (...)

43Les voyeurs sont donc les consommateurs, ce qui induit la nécessité de mettre en œuvre des stratégies de vente, de séduction, d’actions « payantes ». Mais, par ailleurs, aucun acheteur sans produit. Alors, chaque plateforme s’active à garder toujours un œil discret sur les performeurs qui constituent leur offre. Bien que déplorant l’autonomie de leurs membres, ces plateformes visent à ce qu’ils aient une activité relativement constante et soutenue. L’économie des livecams dépend en effet, principalement, des exhibitionnistes réguliers, ayant réussi à se constituer un fan club. Alors, si un d’entre eux n’a pas diffusé depuis un certain temps, John se charge d’envoyer une sorte de message de rappel sur sa boite mail personnelle. Ce mail constitue une sorte d’alerte : « Bonjour, Ici John, je viens aux nouvelles, Je n’ai pu m’empêcher de remarquer que vous n’avez pas diffusé depuis un moment. Je voulais savoir comment ça se passe, avez-vous décidé d’arrêter. Allez-vous revenir ? ? Tenez-moi au courant, ainsi je peux actualiser vos Bonus ! ». Une relance « amicale », paraissant informelle, mais qui ne manque jamais, et, qui fait appel aux enjeux économiques – aux « Bonus » – afin d’inciter l’internaute à poursuivre son activité. Dans certains cas, la plateforme établie même des challenges, des sortes de « primes à la performance ». On ne peut donc qu’admettre ici la présence de pratiques managériales rodées, rendant un peu plus inapproprié le terme, pourtant affiché, de simple « libertinage », à ces espaces de livecams. L’authenticité, elle aussi couramment prônée au sein de ces sites est à nuancer puisqu’il apparaît ici, très particulièrement, que « l’invention de soi digitalisée » est « déjà préconfigurée en partie dans sa forme et son contenu par les technologies industriels qui vendent l’internet »9. Laurence Allard traite cette authenticité comme réfléchie et recherchée au travers du médium internet.

Conclusion

44Si ici l’évolution vers une pratique professionnelle innovante réside donc principalement dans une mise en œuvre des actions participatives ainsi que dans une forte délégation à des sujets amateurs et bien souvent anonymes, la problématique principale pour ces sites, prônant des concepts alternatifs offrant une liberté particulière aux usagers, est de maintenir toujours l’illusion d’une absence d’encadrement dit professionnels. Des encadrements qui seraient de fait brimant, qui engendreraient des hiérarchies diverses, éloigneraient d’une certaine originalité ou autonomie et surtout d’une proximité entre les individus. Assumer la présence de ces codes professionnels, quels qu’ils soient, ou même assumer la présence d’un cadre quelconque (d’action, de statut, économique…) irait à l’encontre de l’expérience singulière que viennent ici chercher les internautes. Par ailleurs, parler de « profession » suggérerait la présence de prescriptions, mais ici on se trouve plutôt face à des suggestions, bien que souvent d’apparence inflexibles, rendant le professionnalisme toujours plus voilé et le principe du pro-am toujours plus approprié à ce genre de pratiques. Des pratiques qui participent par ailleurs activement au développement, au perfectionnement, à la correction, d’un modèle dont l’agencement n’est évidemment pas achevé. Ces plateformes de livecams sont de précieux observatoires et agents de la constitution minutieuse de ce concept « pro-am » d’une ampleur récente et grandissante dans le domaine du numérique.

45Un des enjeux principaux pour ce type de plateformes est d’élaborer un ensemble de stratégies alternatives venant répondre à la fois à des exigences économiques et structurelles et aux demandes d’anonymes en quête d’authenticité. Une problématique qui ne peut être réduite ni au domaine pornographique, ni à celui de la culture et du loisir, ni même au web 2.0.

Haut de page

Bibliographie

Allard Laurence, 1999, « L’amateur : une figure de la modernité esthétique », Communications, Le cinéma en amateur, Seuil, vol. 68, n° 1, pp. 9-31.

Allard Laurence. et VANDENBERGHE Frédéric, 2003, « Express yourself ! Les pages perso », Réseaux, vol. 1, n° 117, p. 191-219.

Cardon Dominique, 2010, « Confiner le clair-obscur : réflexions sur la protection de la vie personnelle sur le web 2.0 », Web social. Mutation de la communication, Québec, Presse de l’Université du Québec, p. 315-328.

Cardon Dominique, 2008, « Le design de la visibilité », Réseaux, vol. 6, n° 152, p. 93-137.

Creton Laurent, 1999, « L’économie et les marché de l’amateur », Communications, Le cinéma en amateur, Seuil, vol. 68, n° 1, pp. 143-167.

Flichy Patrice, 2010, Le sacre de l’amateur : Sociologie des passions ordinaires à l’ère du numérique, Seuil, Paris, 96 p.

Gomez-Mejia Gustavo, 2014, « La pornographie amateur au prisme des « réseaux sociaux » », Hermès, La Revue, Sexualités, n° 69, C.N.R.S Editions, pp. 129-131.

Kaufmann Jean-Claude, 2010, L’invention de soi, Fayard/Pluriel, Paris, 352 p.

Paveau Marie-Anne, 2014, Le discours pornographique, La Musardine Eds, Paris, 400 p.

Rifkin Jeremy, trad. SAINT-UPERY Marc, 2005, L’âge de l’accès, La découverte, Paris, 406 p.

Thely Nicolas, 2002, Vu à la webcam (essai sur la web-intimité), Les Presses du réel, Paris, 176 p.

Tisseron Serge, 2002, L’intimité surexposée, Hachette Littérature, Paris, 180 p.

Vial Stephane, 2014, « Ce que le numérique change à autrui : introduction à la fabrique phénoménotechnique de l’altérité », L’autre n’est pas une donnée, Altérités, corps et artefacts, n° 68, C.N.R.S Editions, pp. 151-157.

Haut de page

Notes

1 Les plateformes de livecams sont des sites au sein desquels des quidams se diffusent, exposent leurs corps, en direct sur le web, par le biais de leurs webcams, pendant qu’ils sont en train de réaliser une action. Ces sites, couramment nommés livecams par les communautés sur le web, regroupent des thématiques diverses – certains internautes se filment en train de cuisiner, de jouer à un jeu vidéo ou encore de dormir. Mais souvent le terme livecams fait référence aux « sexcams », c’est à dire à des sites aux contenus sexuels, voir pornographiques. Ici, par « livecams » nous nommerons donc seulement ce type de plateformes.

2 CARDON Dominique, 2010, « Confiner le clair-obscur : réflexions sur la protection de la vie personnelle sur le web 2.0 », Web social. Mutation de la communication, Québec, Presse de l’Université du Québec, p. 321.

3 CARDON Dominique, 2008, « Le design de la visibilité », Réseaux, vol. 6, n° 152, p. 131

4 Extrait d’un entretien avec un voyeur, réalisé le 26/02/2015.

5 Extrait d’un entretien avec un voyeur, réalisé le 12/03/2015.

6 Extrait d’un entretien avec un voyeur, également modérateur, réalisé le 02/03/2015.

7 Extraits relevés sur plusieurs rooms.

8 PAVEAU Marie-Anne, 2014, Le discours pornographique, La Musardine Eds, Paris, 400 p.

9 Allard Laurence et Vandenberghe Frédéric, 2003, « Express yourself ! Les pages perso », Réseaux, vol 1, n° 117, p. 198.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exemple d’un live
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2340/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Titre Exemples d'encadrés descriptifs, situés sous les performances
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Preudhomme, « Codes, contrôle et réappropriation autonome : le pro-am comme système organisationnel singulier », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 09 septembre 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2340 ; DOI : 10.4000/rfsic.2340

Haut de page

Auteur

Sophie Preudhomme

Doctorante en sciences de l’information et de la communication au sein du CRAPE à l’Université Rennes 1, Sophie Preudhomme étudie l’exposition de l’intimité au sein des industries pairs-à-pairs, dans le domaine numérique. Courriel : s-preudhomme@laposte.net.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page