Navigation – Plan du site
Émergences

Réflexions sur l’interactivité

Claire Cornillon

Texte intégral

  • 1 Les contributions de ce numéro sont issues des travaux menés lors des journées d’études « Interacti (...)

1Si la notion d’interactivité est au cœur des enjeux des productions médiatiques contemporaines, fictionnelles ou non fictionnelles, et en particulier en contexte transmédia, elle ne recouvre pas toujours les mêmes discours et les mêmes pratiques pour l’industrie et les créateurs, pour les chercheurs et pour les publics. Ce dossier1 se propose donc d’interroger la notion à travers divers cas d’études et dans une approche pluridisciplinaire.

2Il s’ouvre ainsi sur la traduction d’un article d’Anne Kustritz qui renouvelle la réflexion sur la place des œuvres de fans au sein des réseaux narratifs transmédia. Elle explique pourquoi ces productions de fans sont souvent pensées comme marginales, tandis qu’elle démontre leur place centrale pour certains publics. Dans les exemples qu’elle explore, l’œuvre de fan n’est plus seulement en dialogue avec l’œuvre source, elle peut devenir l’œuvre de référence, soit parce que le medium sur lequel elle se développe apporte une spécificité que ne pouvait fournir le medium d’origine, soit parce qu’elle développe des contenus qui plaisent davantage à certaines communautés de fans. Guillaume Soulez, quant à lui, oppose une interactivité du clic à celle du choix. Par un article qui rend compte d’une recherche action menée autour de la création d’un webdocumentaire historique, il s’interroge sur la notion d’interface et ses possibilités de « mise en délibération de l’écriture de l’histoire ». Comment construire une interface qui implique un véritable choix et qui permette à l’internaute de réfléchir sur le document proposé ?

3Céline Masoni Lacroix et Bruno Cailler posent la question de la définition de l’interactivité et de la place de cette notion dans la délimitation du transmédia. « La fragmentation des récits, écrivent-ils, ne constitue plus en soi la seule limite discriminante de la définition du transmédia, mais devient le lieu où se renouvelle le prolongement d’un geste de partage, limité ou réel, à travers le fondement interactif. » Ils développent ainsi l’idée d’une interactivité dialogique qui serait le signe d’une pratique transmédia moins superficielle.

4Cependant, si les univers transmédias invitent les publics de manière fondamentale à interagir avec les œuvres au moins pour les constituer en ensemble, ils sont amenés aussi à se développer sur des médias intrinsèquement interactifs tels que les jeux. Ainsi, l’article d’Isabelle Périer s’intéresse à la dimension interactive du jeu de rôle et propose un panorama des rôles créatifs qu’occupe chacun des actants du jeu (auteur, joueur, meneur de jeu, etc.). Julien Lalu et Matthieu Wessier se penchent quant à eux sur le jeu vidéo, et travaillent sur deux exemples de développement de la franchise Star Wars pour montrer comment ces jeux interagissent avec l’univers fictionnel existant et comment ils ont été reçus par les fans. Le jeu se trouve alors pris dans une double lecture, à la fois la recherche d’une fidélité à l’univers et la construction d’une appropriation libre possible par le public.

5C’est précisément cette liberté des publics qu’explorent aussi Maxime Labrecque et Ana Cecilia Medina. Maxime Labrecque propose de repenser le film choral sous l’angle de l’interactivité et par comparaison avec la fiction hypertextuelle. Il montre que le film choral offre souvent une complexité narrative et une fin ouverte qui s’appuient sur les compétences nouvelles des publics et qui impliquent une prise de position de leur part. L’œuvre met ainsi en place les conditions d’une interactivité cognitive. De même, les récits sonores qu’analyse Ana Cecilia Medina, qu’ils soient créés pour la radio ou pour des installations muséographiques, n’existent en tant que récit que par l’appréhension de l’auditeur qui tisse des liens, interprète et construit du sens à partir des sons qu’on lui propose.

Haut de page

Notes

1 Les contributions de ce numéro sont issues des travaux menés lors des journées d’études « Interactivité et transmédialité » à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 les 7 et 8 février 2014 (organisation Claire Cornillon). http://transmedia.hypotheses.org/category/journee-detude

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Cornillon, « Réflexions sur l’interactivité », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2671

Haut de page

Auteur

Claire Cornillon

PRAG, PRAXILING, Université Paul Valéry – Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page