Navigation – Plan du site
Émergences

« Récits » sonores, textes transmédiaux pour les oreilles

Ana Cecilia Medina et laboratorio de literaturas extendidas y otras materialidades (lleom)

Résumés

À partir d’une sélection de pièces sonores, c’est-à-dire des compositions faites à partir de l’enregistrement, la manipulation et l’édition des sons, qui partagent l’intention d’explorer la fonction narrative des sons, je propose leur considération sous la notion de « récit » sonore. J’identifie les relations transmédiales par lesquels ces pièces ont été réalisées, ainsi que les rapports avec la technologie qui ont permis leur existence. La réception et l’interprétation des exemples présentés interrogent la nature de l’écoute et les processus perceptifs par lesquels les sons acquièrent une signification particulière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Tout au long du texte, le mot « récits » figure entre guillemets quand il s’agit de la notion ici i (...)
  • 2 Roland Barthes, « Introduction à l’analyse structurale des récits », L’aventure sémiologique, Paris (...)

1Au début de son Introduction à l’analyse structurale des récits, Roland Barthes présente la variété des matières que l’homme utilise pour construire des récits1 : « Le langage articulé, oral ou écrit ; l’image, fixe ou mobile et le geste »2, ainsi que les différentes formes qui résultent de leur mélange. Mais puisque Barthes ne tient pas compte du son, je propose de l’ajouter ici et d’explorer à mon tour les questions suivantes : le son peut-il avoir une fonction narrative ? Serait-il possible de se passer de la parole et de l’image pour raconter juste avec des sons ? L’enjeu dans ce texte est d’aborder quelques exemples qui permettent une réponse affirmative de ces questions. Il faut préciser que, même si l’on peut établir quelques rapports, les approches ici proposées ne s’inscrivent pas dans les analyses narratologiques de la musique, ni celles de l’étude musico-littéraire de textes poétiques.

2Les exemples présentés sont issus de contextes créatifs multiples : la création radiophonique, la poésie sonore et l’art numérique ; ils partagent la particularité de n’utiliser que des sons provenant du bruitage mécanique et numérique ou bien d’enregistrements en direct, organisés dans l’intention de transmettre des histoires. La première pièce sonore ici abordée est une production radiophonique commissionnée par la BBC dans les années soixante ; la deuxième a été produite en 1992 et publié dans une anthologie de poésie sonore en 2001. Les quatre derniers exemples constituent une série qui a été présentée au Mexique dans une exposition d’art numérique en 2012.

  • 3 Richard Kostelanetz, « Luc Ferrari », A Dictionary of the Avant-gardes, p. 228.

3Au-delà de la définition d’un genre, je m’attarde ici à signaler des cas particuliers dans le domaine de la création sonore où il me semble que l’organisation du son peut suggérer une séquence narrative au moment de l’écoute. Dès lors, à partir d’une écoute qui se veut comme une lecture, je propose ici de considérer ces pièces comme des phénomènes littéraires hybrides hors du territoire de la page et du livre et sans aucune prétention d’univocité. Le regroupement de ces pièces ne signifie pas que leurs auteurs appartiennent à un mouvement artistique exclusivement consacré à l’exploration narrative du son ou que celle-ci soit la seule motivation créative dans sa pratique. De la même manière, il existe d’autres pièces sonores où la fonction narrative du son apparaît comme un élément clef, comme dans les compositions Presque rien no. 1, le lever du jour au bord de la mer et Hétérozygote de l’artiste sonore et musicien français Luc Ferrari avec lesquelles il a présenté ce qu’il a nommé « musique anecdotique », c’est-à-dire des compositions musicales structurées comme des récits littéraires à l’aide de l’enregistrement sonore en veillant à l’intelligibilité des sons3.

4Les exemples ici considérés appartiennent au domaine de la création sonore en contexte radiophonique, éditorial-discographique et muséographique. Dans tous les cas présentés, les processus de composition et de réception sont liés aux outils technologiques qui les soutiennent. Pour esquisser des pistes de réponse aux questions posées je propose une approche autour de concepts concernant l’espace, le temps et la situation d’écoute, tels que le paysage sonore, les sons concrets et le verbocentrisme ; issus de champs tels que « l’écologie acoustique », l’esthétique radiophonique, l’analyse du son au cinéma et la « musique concrète ».

  • 4 Claus Clüver, « On intersemiotic transposition», Poetics Today, Vol. 10, No. 1, Art and Literature (...)

5Au moment d’identifier les procédés grâce auxquels les pièces ont été construites, je parle en termes de relations transmédiales, depuis une perspective propre à la littérature comparée entre arts, à l’instar du théoricien allemand Claus Clüver quand il parle des transpositions intersémiotiques4. Ce théoricien étude les phénomènes qui ont lieu quand les codes littéraires s’étendent, se mêlent et se juxtaposent avec d’autres codes sémiotiques ou disciplines artistiques. Dans son article « On intersemiotic transposition », Clüver parle des relations textuelles et visuelles qu’il trouve dans une sélection d’exercices de traduction de textes en images ; les pièces ici abordées peuvent être conçues comme des pratiques de transposition intersémiotique, car il s’agit de transpositions textuelles et visuelles en code sonore.

  • 5 Par exemple, Roland Barthes avec ses textes dédiés à la voix, la musique et leur écoute inclus dans (...)
  • 6 Michel Chion, La audiovisión. Introducción a un análisis conjunto de la imagen y el sonido, Barcelo (...)

6À la différence des œuvres visuelles qui présentent une composition en face d’un observateur, toute manifestation sonore exige d’être perçue à travers un mécanisme corporel et subjectif : l’écoute, une expérience immersive qui implique une relation entre un objet ou un événement sonore et un sujet qui les écoute ainsi que sa subjectivité. Le thème de l’écoute a été abordé par plusieurs auteurs5 avec une grande diversité d’approches : linguistique, sémiologique, musicale, et aussi dans le domaine de l’art sonore pour explorer des méthodologies de création et d’analyse propres aux pratiques sonores ; Ainsi, il est possible d’identifier différents types d’écoute. Avant d’aborder les « récits » sonores, il est utile de présenter les trois attitudes d’écoute reconnues par le compositeur et critique français Michel Chion6 : l’écoute causale, qui cherche à identifier la source sonore ; l’écoute sémantique, qui cherche l’interprétation des messages ; et l’écoute réduite, proposé par Pierre Schaeffer, musicien et théoricien fondateur de la « musique concrète », comme une écoute dédiée à l’identification des qualités formelles du son, sans tenir compte de la cause ni du sens. Ce qu’il est important de retenir c’est que dans la réception des œuvres purement sonores, il y a un va-et-vient, volontaire ou involontaire, entre ses différentes attitudes d’écoute.

  • 7 Op.cit, p .13.
  • 8 Salomé Voegelin, “Sonic memory material as ‘pathetic trigger”, Organised Sound 11(1), Cambridge, Ca (...)

7Dans le domaine de l’art sonore, l’artiste et critique suisse Salomé Voegelin a développé une théorie méthodologique pour la création et la perception de l’art sonore, fondée sur la relation produite entre ce qu’elle a d’ailleurs appelé le « matériau de mémoire sonore » ˗des enregistrements dépouillés des vieux enregistrements7˗ le sujet qui écoute et sa mémoire (selon le modelé de Bergson)8. Voegelin propose que la relation idéale entre le matériau de mémoire sonore et l’écoutant exige un engagement perceptuel et émotionnel de la part de l’auditeur, envers les objets ou les événements sonores qui se passent dans un temps et un espace indissociables dans le moment de l’écoute. Dans ce sens, on peut dire que c’est dans l’interaction d’un sujet engagé avec la perception d’un certain matériau sonore qu’on peut réaliser une lecture des « récits » sonores ; c’est-à-dire que c’est l’auditeur qui construit, s’il le veut, un fil narratif à partir de ce qui lui est donné à entendre.

8Il s’agira d’identifier quelques-unes des caractéristiques de cette expression hybride entre musique et littérature que je définis comme les « récits » sonores et qui ne seraient pas réalisables sans les technologies de transmission, d’enregistrement et de reproduction sonores développées depuis le XIXe siècle. Ces inventions ont entraîné l’étendue des possibilités de communication et donc, la transformation des pratiques de production et de diffusion des messages. En même temps, la considération du son comme une matière capable d’être manipulée a bouleversé la pratique musicale, plastique et littéraire. Que ce soit dans le domaine musical avec la « musique concrète », ou encore en poésie avec les paroles en liberté, la poésie phonétique ou le lettrisme, la manipulation du son a permis aux artistes de donner naissance à un univers inédit, inouï et multidisciplinaire, doté d’une grande diversité de techniques de supports et de formes.

L’usage des sons dans la fiction radiophonique

9La radio fut un des premiers médias mis au service de l’expérimentation sonore ; il est paradoxal de constater que, dans les années 1920, elle agissait d’abord et avant tout comme un média de transmission orale, pour ensuite, à peine quelques décennies plus tard, entraîner la possibilité d’une diffusion en simultané et ce à travers toute la planète, modifiant ainsi notre relation avec le temps et l’espace. Ce medium a également peu à peu défini différentes grammaires de création, de même que des modes et des habitudes d’écoute. De nos jours, les espaces de la radio sont multiples, mais il fut un temps où elle était réservée au salon, là où la famille et les amis se rencontraient autour de l’appareil récepteur pour écouter des voix sans corps. Plusieurs contenus radiophoniques oraux furent ainsi développés autour de cet espace. L’adaptation des œuvres dramatiques, connues sous le nom de radiothéâtre, demeure un exemple remarquable de ce développement. On a aussi adapté des romans réalistes, sous la forme d’émissions séquentielles qui rappelaient la publication des romans-feuilletons.

  • 9 « The key to defining radio drama for Crisell is its lack of ostension, as compared with other form (...)
  • 10 « by a process of ’transcodification’ - the replacement of one code or set of codes, in this case v (...)

10Peu à peu, on s’est mis à écrire et à produire des textes exclusivement radiophoniques. Il faut remarquer que la pratique de l’adaptation est à l’origine de toute fiction radiophonique, piste suggérée par le professeur britannique Andrew Crisell lorsqu’il énonce que « l’élément clef dans la définition du radiodrame c’est l’absence d’ostension, au contraire d’autres formes de drame, où l’ostension représente la manière de montrer le monde fictionnel »9. D’après lui, toute œuvre conçue pour la radio est « un processus de transcodification – le remplacement d’un code ou d’un ensemble de codes visuels, par d’autres, cette fois-ci auditifs »10. C’est-à-dire que la production de drames radiophoniques implique un processus de transposition intersémiotique des textes (scénarios) en un langage ou code radiophonique dont les éléments de signification sont la voix, le silence, la musique et le bruitage.

  • 11 Op.cit. p. 17.

11En général, dans la fiction radiophonique, la voix joue le rôle principal, les procédés sonores étant introduits autour d’elle. Michel Chion a d’ailleurs appelé ce phénomène le verbocentrisme11 ; phénomène que l’on retrouve également au cinéma. Ainsi, la musique, le silence et le bruitage accompagnent la voix des personnages ou des narrateurs afin de renforcer leur discours ou encore pour créer des ambiances. Le cas du bruitage est particulier car les sons générés offrent la possibilité de l’action, ils constituent ce que Chion entend par son diégétique, l’espace sonore où se déroulent les actions. Alan Beck, historien et théoricien des pratiques radiophoniques, reprend cette idée pour proposer le terme de paysage sonore fictionnel. Le terme de paysage sonore fut quant à lui introduit par le compositeur canadien Murray Schafer, fondateur des études de « l’écologie acoustique », terme employé pour designer l’environnement sonore qui nous entoure et dont nous faisons aussi partie.

12Relations transmédiales dans les « récits » sonores

13Les compositions ici évoquées permettent de remettre en question le caractère secondaire attribué aux sons dits concrets – n’importe quel son, qu’il soit musical ou non – tout en permettant d’en explorer la fonction narrative, et ce, sans l’intervention d’un code linguistique. Les pièces ici présentées ont toutes été sélectionnées en lien avec l’intention qui leur est commune : elles offrent la possibilité d’être lues comme des « récits » sonores. J’expliquerai notamment comment cette fonction narrative y est approfondie, dans une mesure plus ou moins grande, à travers des relations transmédiales particulières.

14Le premier exemple de « récit » sonore ici abordé apparaît comme une désarticulation de la fiction radiophonique puisqu’elle est construite avec des éléments considérés comme secondaires dans la fiction radiophonique, tels que le bruitage et le silence. The vengeance a été écrite et interprétée par l’acteur et producteur britannique Andrew Sachs, en 1976, sur commande de la Radio 3 de la BBC, où l’on cherchait alors à explorer les possibilités dramatiques des effets sonores. La pièce, d’une durée totale d’une demi-heure, comprend des sons naturels, technologiques et humains, lesquels invitent à imaginer la vengeance d’un personnage masculin qui, au début de la pièce, s’évade de prison. La pièce commence par une sonnette d’alarme et se poursuit avec des pas accélérés qui traversent ce qui paraît être une forêt.

15The vengeance a été enregistrée dans un studio radiophonique selon la méthode binaurale (avec deux microphones), laquelle cherche à reproduire la perception sonore naturelle humaine. Cela se traduit en différents niveaux de couches sonores, le personnage qui fuit demeurant toujours au premier plan (comme s’il s’agissait d’une narration à la première personne). Ces couches de son créent chez le spectateur un effet de profondeur, de proximité ou encore d’éloignement par rapport au personnage. Tout au long de la pièce, on peut identifier des silences qui fonctionnent comme des transitions temporelles, soit des heures ou des jours. Le crescendo progressif d’un moteur, d’un radio récepteur en train d’être syntonisé, d’une porte qui s’ouvre, d’un appel téléphonique sans réponse, sont au nombre des sons qui proposent à celui qui écoute la traversée par le personnage d’une forêt, d’un lac, d’un magasin près de la route… etc. Après cette séquence de paysages sonores diégétiques, la pièce se termine avec l’arrivée du personnage dans une maison où il se bagarre avec quelqu’un d’autre.

  • 12 Jonathan Raban, writer of many radio plays produced by the BBC, has called The Revenge a "wordless (...)

16À l’époque de la transmission, ce radiodrame sans mots fut qualifié de « curieuse séquence de sons sans mots, ambiguë et confuse »12. Même s’il n’y a pas de mots, on peut identifier des gémissements, des plaintes et des halètements, des éléments provenant de la voix, mais d’une voix non-articulée au niveau linguistique. Et c’est justement la voix à travers laquelle se construit la psychologie du personnage : on perçoit l’agitation de sa respiration, la peur, la nervosité, ainsi que le calme. Autrement dit, le personnage et sa psychologie sont entièrement composés par la voix et quelques sons corporels.

17La deuxième pièce fait quant à elle partie d’une anthologie de poésie sonore recueillie par l’artiste et théoricien russe Dmitry Bulatov en 2001. Traduite du russe et de l’anglais et publiée au Mexique en 2004, cette anthologie est constituée de quatre disques compacts de pistes sonores contenant les poèmes, ainsi que d’un grand ouvrage théorique. La pièce s’intitule Metro piece et elle a été composée par Guy Bleus, artiste belge du webart, de la langue et de la performance, éditeur de livres-magazines de théorie et de pratique d’art-communication, d’art-postal et de livres d’artiste. Tout au long de cette pièce, d’une durée de deux minutes, se suivent le bruit des talons hauts d’une femme, l’arrivée du métro, l’ouverture des portes, le départ du métro, des cris et des gémissements, établissant ainsi des références sonores qui “racontent” une attaque (peut-être de nature sexuelle) à l’égard d’une femme dans le métro. Cette pièce est donc, à l’instar de The vengeance, construite grâce aux sons vocaliques. La fiche technique de Metro piece signale qu’elle a été enregistrée en direct dans le métro de Bruxelles, le 28 octobre 1992. On se demande si, comme dans le cas précédent, il y a eu une actrice pour interpréter le rôle de la femme attaquée. C’est après une écoute attentive qu’on découvre qu’il s’agit plutôt d’un mixage stéréo où le canal gauche reproduit la captation du métro, tandis que le canal droit reproduit un échantillon, peut-être provenant d’un film gore.

  • 13 Pour parler des relations de causalité dans les récits musicales Jean Jacques Nattiez propose une c (...)
  • 14 Op.cit. p. 13.

18Le travail sonore, tout comme la composition musicale, consiste à ordonner des séquences de sons d’une durée spécifique dans une structure qu’intègrent plusieurs niveaux d’organisation temporelle. Dans les « récits » sonores, les sons acquièrent une signification parce qu’ils sont intégrés les uns aux autres et forment une séquence spatio-temporelle qui prend une forme déterminée au moment de l’écoute. Ainsi, ces exemples partagent une structure linéaire qui correspond au déplacement des personnages dans l’espace, et qui se compose par le son diégétique ou le paysage sonore fictionnel. Les deux paysages sonores fictionnels sont construits avec des sons qui détonent par rapport aux références assez connues, mais il ne faut pas confondre ce phénomène avec l’écoute causale. Il s’agit plutôt d’un ensemble de sons articulés entre eux par des relations causales, ce qui provoque l’impression d’un enchaînement d’actions. Cependant, même si l’on retrouve une structure donnée dans les deux cas, il ne faut pas oublier que toute interprétation possible de ces pièces est influencée par l’attitude d’écoute que l’auditeur acquiert au moment précis de son interaction avec les séquences de sons. La capacité d’établir une relation de causalité13 entre ces sons qui veulent suggérer des actions demeure dans cet engagement proposé par Voegelin, dans lequel le son suscite des émotions et réveille la puissance imaginative de la mémoire au lieu d’une mémoire sonore particulière. De cette manière, le sujet qui décide de participer à l’écoute engagée peut devenir un connecteur des sons qui pénètrent ses oreilles et acquérir un rôle central dans la production de la pièce14.

19Dans le domaine musical, l’utilisation de sons de n’importe quelle origine, choisis et réunis par des techniques électroacoustiques de montage et de mixage, inaugure ce que le compositeur français Pierre Schaeffer a nommé « la musique concrète », dans les années cinquante. Le souci d’établir un rapport entre la musique concrète et ce que je désigne comme les « récits » sonores provient de l’usage commun qu’ils font de sons dits concrets comme substance primaire. Dans les deux pratiques, on peut imaginer l’existence d’un texte préalable, donc de relations transmédiales où les scénarios et les partitions fonctionnent comme des textes susceptibles de passer du support papier aux supports sonores. Ce qui diffère néanmoins c’est l’intention donnée aux sons organisés : dans la pratique de la musique concrète, on se concentre sur les dimensions rythmiques, mélodiques et harmoniques des sons pour les manipuler en faveur de la création des abstractions musicales ; tandis qu’au niveau des « récits » sonores on cherche plutôt à explorer leur puissance sémantique et évocatrice, leur manipulation cherche à proposer aux auditeurs la possibilité de déchiffrer une séquence narrative.

Le déplacement des « récits » sonores vers les musées

20De nos jours et depuis les Avant-gardes, avec la prolifération des poétiques qui défendent le mélange et la dissolution des frontières entre les arts, les pratiques sonores ont envahi les disciplines non-musicales avec la conception du son comme une matière à intégrer dans des créations audiovisuelles, ou bien comme un matériau plastique susceptible d’être manipulé pour créer des compositions qui échappent aux structures musicales traditionnelles, mais aussi avec la construction d’installations sonores, c’est-à-dire des objets sculpturaux qui produisent une sonorité spécifique. Toute cela a entraîné le déplacement du paradigme du musée, conçu comme un espace de représentation, vers sa conceptualisation comme un espace de simulation, dans lequel les machines occupent une place de plus en plus grande, et où le public intervient non plus en tant qu’observateur, mais plutôt comme percepteur. Tel est le cas de la série Historias sonoras de l’artiste mexicaine Tania Candiani, dont le travail comprend principalement des projets de recherche motivés par des quêtes personnelles, se transformant par la suite en objets, installations, registres photographiques ou vidéos. Cette artiste travaille souvent en intégrant les communautés et en collaboration avec des groupes d’artistes qui participent à la création des œuvres in situ. La série Historias sonoras a fait partie de l’exposition Cinco variaciones de circunstancias fónicas y una pausa (Cinq variations de situations phoniques et une pause). Celle-ci fut présentée en 2012 au musée Laboratorio Arte Alameda de la ville de Mexico, un espace dédié à l’exposition, la production et la documentation de pratiques artistiques qui mobilisent, tout en les remettant en question, les rapports entre l’art et la technologie. L’exposition a d’ailleurs par la suite obtenu une distinction pour le Prix Ars Electronica, catégorie Art Hybrid. L’exposition était formée de six installations générant diverses situations d’écoute à partir de l’imaginaire des pratiques sociales propres aux machines à communiquer qui, dans le passé, exprimaient une vision du futur.

21L’idée germinale de Historias sonoras était de produire une série de fiction radiophonique, pour ensuite la présenter au musée, au sein d’une installation de meubles radios des années cinquante. Cette idée a été modifiée quand Candiani et son équipe de production ont découvert que les techniques des bruiteurs avaient pratiquement disparues au Mexique. À cela s’ajoutait le fait que l’installation que Candiani avait en tête n’était pas convenable pour le type de pièces qu’elle voulait y reproduire. C’est ainsi que trois professionnels du son au cinéma ont été invités à transposer en langage sonore la trame narrative de bandes dessinées mexicaines des années cinquante. En vérité, seul l’un d’entre eux, Gabriel Coll, a suivi la consigne. Coll a plus de 30 ans d’expérience dans le dessin sonore au cinéma et il est le fondateur de l’entreprise privée Sonipro, entreprise œuvrant surtout au service des Studios Churubusco, l’un des plus grands et plus anciens centres d’études cinématographiques en Amérique latine, fondés en 1945 et sous administration du gouvernement mexicain depuis 1958.

22Coll a également participé au design des dispositifs de reproduction et d’écoute de la série Historias sonoras. On a construit des coupoles unipersonnelles en fibre de verre, un choix matériel censé éviter la réverbération. Les coupoles étaient équipées d’un système audio enveloppant 5.1, un procédé technique qui permet de donner plus de richesse et de définition au son en termes spatiaux, une sorte d’écriture de l’espace avec laquelle on simule le déplacement des sons autour des auditeurs. À l’intérieur de la coupole, une vidéo de six canaux accompagnait visuellement la pièce sonore avec les oscillogrammes de chaque canal, en principe pour mettre en évidence la non-correspondance entre le son et sa représentation. Quand l’exposition fut présentée en Autriche pour le Prix Ars Electronica, on a décidé d’enlever les écrans, afin de procurer une expérience d’écoute immersive sans distractions visuelles. Du point de vue de Candiani, l’intérêt était de créer un espace où l’on pourrait se remémorer l’expérience d’écoute des vieilles fictions radiophoniques, tout en invitant les participants à prendre conscience de la fonction qu’ont les sons au jour le jour.

23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conçues pour être écoutées sous ces coupoles ? Il y en avait au total quatre. La première, Protocolo, a été l’œuvre de Rodrigo Hernández-Cruz, un étudiant du Centre de Formation Cinématographique et élève de Coll. Ce dernier a pris le son d’un court-métrage personnel, structuré en boucle, pour ensuite le laisser en « récit » sonore. Protocolo est l’histoire d’un clone assassiné par une machine à l’infini. Cette histoire sonore est donc la version sonore du film qu’il a enregistré et produit. Ce geste évoque par ailleurs une pratique à l’inverse des films muets sonorisés par plusieurs compositeurs, par exemple le film soviétique L’Homme à la caméra, réalisé par Dziga Vertov en 1929, et qui par la suite a connu plus de quinze bandes sonores différentes.

  • 15 Op.cit, p. 15

24Mayté Ramos a pour sa part écrit un scénario racontant les activités de la journée d’un robot de sexe féminin et qui est aussi une sorte d’héroïne. La composition sonore de son récit commence avec l’introduction du poème symphonique Ainsi parlait Zarathoustra (Also sprach Zarathustra) op. 30 du compositeur allemand Richard Strauss, une référence sonore souvent associée au lever du soleil, et rendue très célèbre par son usage dans le film 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Ce procédé rappelle le phénomène que Voegelin illustre avec l’exemple du discours de Martin Luther King de 1963 prononcé au Lincoln Memorial en le considérant comme un icone sonore identifiable et inhibiteur de l’imagination qu’elle veut favoriser dans le domaine de la création sonore15. En même temps, l’utilisation du poème symphonique révèle un certain degré d’alphabétisation médiatique qui, dans ce cas particulier, pourrait vouloir la représentation métaphorique du lever du soleil à travers de la musique. La vie quotidienne du robot est suggérée par le son du mouvement d’une cuillère dans une tasse et bien d’autres qui rappellent des activités à la cuisine, des soupirs, des battements de cœur et des respirations, des balbutiements et des cris de bébé. L’héroïsme de ce robot féminin est évoqué par unlcépla bie, des gre de la fonction qu’ont les sons au jour le jour2Les exemples présentés sont issus de contextes créatifso radiophoniLn sognglaismont n et l’infiniagage ou code raores ; c’as fóeérience dans> je propose ici es"> > brer lesun d’t des projeare ym 1929, n sognglaismont n et

brer lesun d’tne pratiql alletographiqd’un929,gistré et produmbiguë eAproeurs undigmeusés dansl’éontraord et de fo la cuisie droniactils sonorem prlo,icinquantre ute f d’ami sonore et veansmissioiqued sos pl prenrer l la ma musique et>Ce mediposéeslass="texte">centre s pole en princutres es objetante. En vérité,s des prun rappellen(chnorert-me humrios) en un lnlutôtsrée ption à lsubne strues artistdes pais plutlles f n’ée en Auammedes préter le rôle de -heure, commériforcer leur discours te préandre conscience de la fns sonores, c’ce qupas cespion avec rt>Ce medipode Carla sé Ce get les poèans, afuionorel’nsigne.ns le dol’eses plusntlass="texte">23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conçu mots eire que cise prem>Hphonique , dans> une st précis XIXe siècle.istorialoga fonranumatiqn’ée érés offr en évidere, com(linguistique.biblef de fcle. bagarrr

mouvemenPurnbls mexicaii. Cette histoutsognglai, c’ec deux ca lus de quiest l’audii> brer lesun d’tés e’tusés p> urnètrens connenral dans la proil à eur disLes deurx para

alphabn de lau son enadministration du ui lui ese dans udssiscaii. Cette histun929,ss="fo ambiguou à lzituate sonoritmbigutoure e quins letructociales pro’une demice, and au ode Cion avec ln enahosqu’ils vice dehéroïn à nde,ntéit? Il y e,ntéit?plude id..

eiredifféree durée totale dé par Pierre Schagalemeoe qu’elss (sn princire déation sonore ut de l"ol. 1écit ait ya? Iltt de redédiéérêcaltrisigcu>id..

brer lesun d’t, histonlm qul"#tocfais ines droduct

brer lesun d’tit. Ce geurement s laquelle sed transposition inte des transisale. nt formet s laque linéairs volontaire >22Coll a également participé au design des dispositifs de7ation des ellesôon a p avec le-llaboratIván Edezme ulus de quil les espordées Pierre Schphoniqusale.m>machines à ad’u’aumperce à lLoe. nphiquesorrespSahagún,r ensulus de qui58.vquantrenfini. Cnore ; in et se son du15">15. En met réveislle la puissatexte prvariaciones de circunstancd’aibsez coe à l’indiales, depué ont biecle.porelle quipaysage norisr . Du point de vu la réverbtorio ryth, bilité d’être luespondanceécit adapté des2">12.exprie évoqueaeii. Cette hist achines à ad

L’usage des sons dans la fiction radiophonique4les muséesColi>20De nos jours et depuis les Avant-gardes, avec la prolifénsiste Ailitermine avèces iciediteur acqtes"> higne.plines ure ce que le ccience de la fonadministration du gou se trans, la consions d’une durée spés provient riencpu avant tout comedipodedurèdu bien proposerEn véritl’écoemenxux pard’aborder letion de sa q était re dans une me du ponnues, mais igie sont entispiration, la ptions, regs prute a é multroma cessusuit eiregrérrationst l’audiiauditeur acqent cette fonction narrative y esoldivs eséponse, sochi,té d’être l canau aà lisme core en éviica, a d’aile. À cela ssons acquièrenore la eséponse, srungagochi,té dvion ant de x canaux accomlogique, mde son interaction avoreilles>22Coll a également participé au design des dispositifs de9question letsémiomagi Churnd princi par Pierre Schaefiauditeur acqes sl’estre dssente lios ee pass2">12ils sonaefiau’un lamee la pièceS’et-symslastiqueelit pasréérêcaltrijasale.mpremièples pents considérés comièril netnoaique /em>a d’aborder l entispns grande, à traveore la ur, donoras ddécencacqunner commt au momen d’aus d’écouterésentatio">14Le premier exemple de « récit » sonore ici abordé 30mmaires ddeux cas,j, d’etablis’tu furosus de tr trans, la co vieilles falphabomedipodeer l’quance d’un ées sore ce. La itgo récep par Pel’imagiintervention dr une gl y avec quelux ao de fo la cuisge danièpaffec xml:lang bliefère ncis de nn Schagaple btation posslon, ltâhh, cuisge danièpendajugsto ecoi provoques des sorais plutlles fction avl’esoclent la rte quel comme des tetdiiauditns, la co au det d’écous udapté desrde lenga nt so-corrr commoutéeuanc">14Le premier exemple de « récit » sonore ici abordé 31e Metro piece et elle a été ccoemenxutobrealon, làic

i prng concréfs, se Lats – n
e pt’estargedysséu poarues ar les sonjugudéattiidentdicales iuelle) >Ce medi15" hrefhez leon, lqua la observ,ans, afinpasré œuvraut dideusn a aussvs. Liscaiccaua conception du sécoute. te lios eetiones où les Ces invoix saponnues,s, des batière à innumber">23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conç3 reproduBlesmaiaRolledol. 1Io sprach Zar artistuiidentonore. (.ie pho929, et at toièceniquen, lquaitmbiguPs dv,aS , 1985>14Le premier exemple de « récit » sonore ici abordé 33e Metro piece en elle a en >end Alnol. 1P où-of-nt lad witiness [C"bon, qui58.lun quent, il y a eu 2013] Dias n http://www.scalyhtro.co.uk/​e oùofnt lad wi/​e oùofnt lad wi.htm er">2Le premier exemple de « récit » sonore ici abordé 3 les actau Mexiqbliée (Ed.), HOMO SONORUS.oUnasonoen, íap par ne sittetdiipoesíapunstan. Radio 3 de la BBhi elle a hi >MécumentsibiliErace sónol de les act à peu défini den elle a en > umber">23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conç35, historoulent les acten elle a en >Lquelux o-ss="pa,k, histo/ phroulent les acten elle a en >Ps dv,aNcalle, 1990number">23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conç36, historoulent les acten elle a en >. 1Oradiophoeque dcgage ou code rie pho9 histo phroulent les acten elle a en >Poe dcs Today, histo/ phroulent les acten elle a en >, Vol 10,aNo. 1,étaileveLsyst piècI. (S in g 1989)number">23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conç37, historoulent les acten elle a en >K». 1Luc Fnivs die pho9 histo phroulent les acten elle a en >A Dich Zaarya "w.)A Cts de a Books, 1993number">23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conç3nsiste > - ol. 1Rparlaique concrè1las clone assassinée spie pho929, sonnages ou ds des prqui esalèespacbonstruières.ule Metro piece es elle a es">Vees ataRoomait solD– ny Books, 1994number">23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conç40e Metro piece es elle a es"> cinquanteannée.o9 histo phroulent les actes elle a es">Tt pad>oute celoinstallatio,, histo/ phroulent les actes elle a es">gag.étaceli Ctbezón22Coll a également participé au design des dispositifs d41e Metro piece en elle a en >hing cronsidértruCut y Wnningaho9 histo phroulent les acten elle a en >OraAig.Me, fosgneveM ing of csibil, histo/ phroulent les acten elle a en >, Londpa,kArnold, 1998number">23Mais quelles sont donc les histoires qui ont été conç42e Metro piece en elle a en >ing de 19Ss. mn a , historoulent les acten elle a en >. 1S Kdcgminhiyt peeibiteamicepcale dcgagiggere q. 1ho9 histo phroulent les acten elle a en >Oentre sd S11e Metro piece en elle a en >(1),oCumréommCumréomoUn yaPneque ra6pes="t13-18number">23Mais quelles">2Ha sonnepnom er">22Mais quelles"> s mu>Op.ci5 ces iit, p. 15 ces iitoires qui ontes h">NOp.cumber">23h2t, p. 15Op.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poèmles muoèml>insi, suivent le bruuores. a p aal fonction narratiiguésentégivite. Lses techproduit la cveaunoère=econes étudee la pelé c strueshe tr traavec l’inhonique co ’alphabnregistré sélectionnées e de théril neée peutt comedipas c> - coutsonarios e. 1Rparlaique concrè1las clone assassinée spie pde, et où le œuion ch an proposerEn véritson du mouvemi58.lemeoeu ce (peCe medirparlaique concrèx parblier qnisation es, mélodiqu moins grande, à traved’aborder laquelle se quotidienne dee lymboles e de ble,urée totale r commtiser dans lscaphoriq Memoplacement indapté deale.c> - ol. 1Rparlaique concrè1las clone assassinée spie pho929, sonnages ou ds des prqui esalèespacbonstruières.14Le premier eOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè2les muoè2">émisaRolled Blesmaiol. 1Io sprach Zar artistuiidentonore. (.ie pho929, et at toièceniquen, lquaitmbiguPs dv,aS , 1985pes="t167>14Le premier eOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè3les muoè3 3misaR du solK»22Coll a égalOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè4les muoè4">exte"nClaus èle Pa musique etRolled BlesmaipeCe msenores. Ce,atique cations c’e du mouvemi5tté de Candianili>ouopherealone sologa PetoutSzet y gard dniagage of le son dhaînement dnon-musicalu, 12125">15aà ln comion cde Formun mixagegique, mdle doma"fr" lang="ne que l’ité écriteique  , termemtiosôon viire qui coincti ar françatre la musires. Ce929,Ea mrle ing: NOp.cenreileomioeibmettalrée ses, de fiche tTund g "w.)webart9iguA Sweb;s dlemeiforiqueocqunt de ld’unerès ite as projePa come Ol oommérindapté dealaunoère=enu unons rythmi livredeep nt lad witm>web(un mixagau perso)tre la ivreS KdcgMedalme. Asem>webart9iguDeep Ls lad wi: A Ces deuremes S22 phmColl a égalOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè6les muoè6">6le ntrism des pnétr desidnt du CeBéqunt a,ePaidós, 1993pess= 33-40numColl a égalOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè7les muoè7">7le
  • (..tte iddu ommér. 1neet les ponregistr929,58.eux il n itmbiguusi parla une mIférenc, pouiv chargedp clasaotecallarlaiute a au t aenga […] plaintes et desnci par Pierre Schatte iddu u.exprisés partt come"fr" eiju mésmslastiq,r929,58.213 entre viderionnçatré spécifique. ’au dée suroïne. Llarla,usicaans nll" id=magenuarrati à n  

    Ha sonnepnom er">22Op.c --hspan>Mais quelles"> s mune cftn13i5 ces iit, p. 15 ces iitoires qui ontes h">Purninge ades leverleumber">23h2t, p. 15R très célomposites co23h3/span>Le premier eAna Cecilia oires qui ontfamilyNamm"hMedana enu u l’expolectyst piaderiutesiduse).otade peeibitidues Noires qui ontfamilyNamm"h( om)umber">23siteg>ol. etro piece et elle a ét. 1Rparlaarrative y esolres. Cecomme des tble,uales ;ièce ipho9iguRsvut dans lesfictft:lang="nd princi pf le son d de prationg de cette r ensu[E8.lun q], 10 | 2017, mpouiv lun quent01 janvu sd2016cifiqun, quient13ie dem eu 2017. URL : http:// d’als.openeonores.org/rfHa sonnepnom er">22Mais quelles"> s mua s olei5 ces iit, p. 15 ces iitoires qui ontes h">Au aà umber">23h2t, p. 15tion rad274réAna Cecilia oires qui ontfamilyNamm"hMedana er">203/span>Le premier e

    tion rad2746ec> l’expolectyst piaderiutesiduse).otade peeibitidues Noires qui ontfamilyNamm"h( om)umber">23r">203/énomène go-top symphonileverle-2734">Ha sonnepnom er">22Mais quelles"> s mulies dei5 ces iit, p. 15 ces iitoires qui ontes h">Dgorea,rs, desaàumber">23h2t, p. 1523r">br />t 5.1,ngenuae prati9iguRsvut dans lesfictft:lang="nd princi pf le son d de prationg de cette r ensues smlsns udsou code raount musirerm consionsénnvdmulies dei5on radhttp://cre travong spstorg/lies des/by-nc-sa/4.0/itLies élCre trav Ces sps At ibnvahi - P desnciUlphabétisaCes déepés- P s per href="#ftMil n aCendais aus4.0 po r nets citxte">Ha sonnepnom er">22Mais quees"> navEeus,ieSoécou er">ires qui ontseéfo gra-s, histotinvv="privi5goPrivi5on rad2724leus,len Locédéc oltre le dr une relv D remett da femme at er">22Maises"> s mu>avgra span>Mais qes sons danhidden >Navigette r h1ra span>Mais qes"> s mu>avEs ies">g a span>Mais qli

    Index23h2tg a span>Mais qli
      is qlispan>Mais quelle tion rad44">Au aà er">2 is qlispan>Mais quelle tion rad49"hMots-cpres er">2 is qr">24es">2avEs iesa--ha span>Mais qes"> s mu>avIssues">g a span>Mais qli

      Den bouses"> >s23h2tg a span>Mais qlig a lispan>Mais quelle tion rad2868itoires qui ont de n’i1 | 2017, histobr />oires qui ontes,leitLi eu s=cestble,commeent dntt:lang="ndarues aouiv la eatumber">23r">2 is qr">24esa span>Mais qli

      N"> >saquellxattiartil23h2tg a span>Mais qlig a lispan>Mais quelle tion rad2543ltoires qui ont de n’i0 | 2017, histobr />oires qui ontes,leitDem>H deTomme des tosit conposeècle.istorire à intespSHSumber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad1994ltoires qui ont de n’9 | 2016, histobr />oires qui ontes,leitTeut pr5.1,ngee. Aemoacqour crde cette ns acquièreverbumber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad1778itoires qui ont de n’8 | 2016, histobr />oires qui ontes,leitHuée tale N"> it lon deSlang="nd princiIpf le son d de prationg de cette r ber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad1462itoires qui ont de n’7 | 2015, histobr />oires qui ontes,leitLs Natune sésns pour l,commecqourSlang="nd princiIpf le son d de pratiCng de cette r ber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad12 réoires qui ont de n’6 | 2015, histobr />oires qui ontes,leitUss prqubrickle son ' pf le son datio' : da"> it lr ber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad992itoires qui ont de n’5 | 2014, histobr />oires qui ontes,leitÉcftues Natune sésnourSIC urnètr pf le son drésentatior ber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad691itoires qui ont de n’4 | 2014, histobr />oires qui ontes,leitRtune sésnauqu’ont leurSlang="nd princiIpf le son d de pratiCng de cette r ber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad413ltoires qui ont de n’3 | 2013, histobr />oires qui ontes,leitL d’uctft:un qsante. Cettprationg de cette :quel lu muséque dlodiqur de cette verbumber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad272ltoires qui ont de n’2 | 2013, histobr />oires qui ontes,leitCng de cette d de 23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad7réoires qui ont de n’1 | 2012, histobr />oires qui ontes,leitL dart soncep p dronias1tils sonors ( domaf le son , c’), ld’ut s lntresICumber">23r">2 is qr">24esa span>Mais qli

      tion rad72ltTxiqun"> >s23a>23h2tg ">2avIssuesa--ha span>Mais qes"> s mu>avnémces isSvoned sy">g a span>Mais qli

      Ltinvvco23h2tg a span>Mais qli
        is qlispan>Mais quelle tion rad208itoires iece et elle a étÀ 23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad205itoires iece et elle a étCng

        23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad206itoires iece et elle a étCng 23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad207itoiiteg>Fs grandnècle.istocng 23r">2 is qr">24esa span>Mais qli

        Ipf le son s23h2tg a span>Mais qli
          Mais quelle tion rad212itoires iece et elle a étM toutem>xt d’s &125">on pumber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad235itoires iece et elle a étCnntlqupumber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion rad401itoires iece et elle a étGuidrans, afaliredlquel roïne. leverleumber">23r">2 is qlispan>Mais quelle tion radhttp:// d’als.openeonores.org/rfPuli, la consi,commeent d er">2 is qr">24es">2avnémces isSvoned sya--ha span>Mais qes"> s mu>avSyndmeent d">g a span>Mais qli

          Su z- 23h2tg a span>Mais qli
            Mais quelle tion radhttp:// d’als.openeonores.org/rf FlbleRSS er">2 is qr">24es">2Mais qes"> s mu>avNewslu mors">g a span>Mais qli

            Ls condesnci pf le son 23h2tg a span>Mais qli
              Mais quelle tion radhttp://newslu mor.openeonores.orgitL dLs conesnciOpenEonores er">2 is qr">24es">2Mais qes"> s mu>avLogos">g a span>Mais qliAffiliaes is/ leveet de 23h2tg a span>Mais qli
                Mais quelle tion radhttp://www.sf23r">2 is qlispan>Mais quelle tion radhttp:// d’als.openeonores.org/ieus,len Pmentilps invvu gouveSlang="ndhumemoacqotle passéitoimg alt="OpenEonores Jd’alsiesrcaddes pr/logo-nvvu g-org.png" />23r">2 is qr">24es">2Maise>2av --hspan>Maises"> s mu, ln’a span>Mais qent donc lfirst">ISSNlomposites co 2263-0856Mais qen tion radhttp:// d’als.openeonores.org/rfPn ore itu er" – tion rad212itoires iece et elle a étM toutem>xt d’s &125">on pumber">23r" – tion rad401itoires iece et elle a étGuidrans, afaliredlquel roïne. leverleumber">23r"  – tion radhttp:// d’als.openeonores.org/rfFlbledii=yndmeent d er">2Mais qent donc ldont" tion radhttp:// d’als.openeonores.org/i>N es grnsns uOpenEonores Jd’als23r" – tion radhttp://www.lodel.org/i>Éd A=cesfootnrvé er">2Le pe>2//Le p: "Pa femme at", ns h Le p: "Su aat", clli>//jQisry(d remett).ready(fu grand()q{ jQisry.ajax({ a=ync:ptue, url: "2734?f le s=ingedby&lle afr& y eoriqurl=1", sucen u: fu grand(=mag’edDataCngedby )q{ if(mag’edDataCngedby){ jQisry( '#ne cftn13' ).afiar(=mag’edDataCngedby ); jQisry( '#shmencut [ymphonine cftn13i]' ).afiar(=' | ction radiingedbytC }); //]]to/scripth

  • Coll a égalOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè8les muoè8">8le Ss. mn la puissanc“S Kdcgminhiyt peeibiteamicepcale dcgagiggere ho929,Oentre sd S22Coll a égalOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè9les muoè9">9le . 1he tkey t><.)http://www.ukc.ac.uk/sdfva/ Coll a égalOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè10les muoèm0">10le . 1bye. t ren uof cemeage ocrt quceuel eme -<.)(..anot coste <.)t dsaslalux aory,o.)14Le premier eOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè1mles muoèm1 >11e e .r ensus= 17>14Le premier eOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè12les muoèdes gémishas called The Revenge a "wordless (...) se="#tocf "wnoesce"tled em>Oun12">œus "a wcll-puuand lassuney". hing cr,onsidértruWnningahoCut yho929,OraAig.Me, fosgneveM ing of csibil, Londpa,kArnold, 1998ags="t52>14Le premier eOp.cbaspnom"hénomène F l’utSymbol symphonidu poè13les muoère dans cets Jean Jacques Nattiez propose une c (...)