Navigation – Plan du site
Vie des labos

Le laboratoire MICA sur Twitter

Anne Beyaert-Geslin

Texte intégral

  • 1 Selon le relevé effectué à l’occasion de l’évaluation par le HCERES (campagne d’évaluation 2014-201 (...)
  • 2 Axe Médias, Sociétés et cultures (responsable est Alain Kiyindou) ; Communication, organisation et (...)

1Le MICA (EA4426) compte 67 enseignants-chercheurs permanents et 87 doctorants1. Si les enseignants-chercheurs sont, pour la plupart, actifs sur le campus de l’université Bordeaux-Montaigne, à Pessac, ils exercent également sur le site de l’IUT Bordeaux-Montaigne au centre-ville, et pour quelques-uns, à l’université de Bordeaux voisine (IUT, ESPE). Il en va de même pour les doctorants. Beaucoup résident à Bordeaux, en premier lieu les doctorants bénéficiant d’un financement, mais une bonne part est dispersée en France et à l’étranger, parfois très loin. Le nombre de chercheurs du MICA, associé à cette diffusion sur le territoire, pose donc la question de l’information entre les membres, de la manifestation et du maintien d’une identité de laboratoire. La réorganisation du laboratoire en six axes de recherche2 au lieu de quatre, au début de 2016, motivée par l’accueil de nouveaux enseignants-chercheurs lors du dernier contrat quadriennal, a sans doute rendu cette question de la qualité du « vivre ensemble » plus insistante en amenant les chercheurs à prendre connaissance de thématiques émergentes en même temps que de nouveaux visages. Bref, si la communication des activités de recherche du MICA à l’extérieur du laboratoire, sur le site de l’université Bordeaux-Montaigne, vers la ville de Bordeaux et bien au-delà s’avère essentielle, la communication à l’intérieur du labo est quant à elle absolument capitale. Les chercheurs du MICA sont certes extrêmement actifs. Ils mènent des programmes de grande qualité, mais il importe que ces activités soient annoncées et que l’information circule avec fluidité à l’intérieur comme à l’extérieur du laboratoire.

2À l’automne 2016, un compte Twitter (@LelabMICA) s’est ajouté à un ensemble de supports de communication électronique : le site du labo http://mica.u-bordeaux3.fr, l’information diffusée sur le site de l’université Bordeaux-Montaigne et une newsletter hebdomadaire adressée à l’ensemble des adresses des enseignants-chercheurs et doctorants du MICA. Ce compte twitter s’inscrit donc dans un maillage de supports, qui croise celui de la très active association de doctorants Replic (Réseau pluridisciplinaire pour l’information et la communication), organisé principalement autour d’une page Facebook.

3Ce dispositif entrecroise des temporalités et des directions d’information complémentaires. Le site du labo est le centre du dispositif. C’est un point de repère fixe, mis à jour en permanence, où l’on va chercher les informations : actions scientifiques, dates des conseils, programmes, publications, etc. Pour les chercheurs et doctorants du MICA, ce site est aussi un cadre de références qui matérialise « l’être ensemble », affiche une identité collective et permet de situer sa propre place dans la structure. À ce support fixe offert à une consultation laissée à l’initiative de l’usager, s’ajoute le double flux des informations qui « viennent à soi » en temps utile, sans qu’on en fasse la demande, le statut de membre ou l’abonnement donnant pour ainsi dire droit de livraison. Le premier correspond au mouvement régulier de l’information hebdomadaire et le second, qui entrecroise le premier, au mouvement irrégulier des tweets. Contrastant avec la séquentialité régulière qui tend à niveler l’importance des informations et à en neutraliser le caractère événementiel, les tweets, en jouant de l’inattendu, leur donnent du relief. En réchauffant pour ainsi dire les informations voire en leur conférant, par le principe de l’alerte, la valeur d’une urgence, Twitter en augmente l’intérêt et transforme la possibilité de faire (je pourrai participer à telle ou telle activité scientifique…) en une nécessité (je dois y participer…). Il s’agit bien de la même information que celle que délivrent le site et la newsletter (un colloque, une réunion, une élection…), mais la dérégulation suffit à la remodaliser et à l’investir d’une valeur nouvelle, celle d’un événement.

4Tel n’est pas l’unique intérêt de ce tweet qui, au lieu de s’adresser indistinctement à tous les publics (le site) et à une liste finie de membres (la newsletter), aura pour destinataires des abonnés, demandeurs d’informations. Ces abonnés sont a priori des interlocuteurs privilégiés pour nos chercheurs dans la mesure où, actifs sur les réseaux sociaux, ils sont potentiellement intéressés par les sciences de l’information et de la communication et les pratiques de la communication. Au demeurant, ils peuvent être de simples visiteurs du site, venus en curieux, à l’occasion. Devenus des abonnés du fil, fidélisés, ils pourront prendre connaissance de la continuité de l’activité scientifique du MICA. Ces abonnés peuvent alors être sollicités tels des délégués susceptibles de redistribuer les informations, de démultiplier la relation destinateur/destinataire et d’étendre le réseau. À nouveau, le contraste avec les visiteurs du site s’avère intéressant car la démultiplication ne concerne pas l’ouverture à de nouveaux quidams, ce qui reproduirait seulement (même si le tweet adresse les messages) l’amplitude du site mais à d’autres abonnés, des destinataires privilégiés. À la différence de la newsletter, elle ne concerne non plus pas une liste finie de membres connus d’avance, susceptibles de faire circuler l’information de chercheur à chercheur, mais s’effectue indifféremment à l’intérieur et à l’extérieur du MICA, des SIC, de Bordeaux, en multipliant les possibilités de rebonds, de relations et donc les interlocuteurs et les statuts d’interlocuteurs potentiels. Le tweet circule avec agilité d’un milieu à l’autre. En ce sens, ajouter tweeter à son plan de communication est, pour le MICA, une façon renouveler et de diversifier son « carnet d’adresses » en ciblant toujours les interlocuteurs les plus actifs et qualitatifs.

5Mais ce n’est pas tout. En démultipliant relations et destinataires, le re-tweet s’offre aussi comme une requalification de l’information. Le destinataire peut en effet la réénoncer et, par l’appropriation, la redimensionner en lui accordant la chaleur d’une recommandation personnelle, la valeur de la distinction. Twitter introduit la positivité d’une médiation (Davallon 2003) au sens où le réseau transforme la transmission impersonnelle en une relation de personne à personne. L’information qui bénéficiait déjà de la valeur d’un événement devient l’événement du destinataire, le sien, le tien et, transmise à nouveau, se transforme en un « bon conseil » adressé au suivant. Ainsi, en modifiant le statut du destinataire, Tweeter modifie celui du discours.

6Mais un dernier avantage s’impose à l’attention. En entrant, avec Twitter, dans les réseaux sociaux, le MICA perce aussi la sphère privée. Nous savons que l’usage de l’internet a modifié les limites des espaces privé et public. Envoyer une information sur Twitter plutôt que sur la messagerie de l’université Bordeaux-Montaigne peut se concevoir comme une excursion hors du cadre professionnel et une incursion dans l’entre-deux public/privé. Pour le visiteur extérieur, recevoir un tweet du MICA ne revêt pas non plus le même sens que se rendre sur le site d’une université. Twitter sort en quelque sorte l’information de l’université en lui donnant une apparence plus légère et laconique (140 signes) qui convient à l’entre-deux de la vie quotidienne. C’est dans cet entre-deux que, jouant en complément des autres supports, l’information nouvelle va chercher ses interlocuteurs.

Haut de page

Notes

1 Selon le relevé effectué à l’occasion de l’évaluation par le HCERES (campagne d’évaluation 2014-2015, vague A)

2 Axe Médias, Sociétés et cultures (responsable est Alain Kiyindou) ; Communication, organisation et société (Valérie Carayol) ; Information, connaissance et innovation numérique (Noble Akam) ; Études digitales : des données aux dispositifs (E3D), responsable (Franck Cormerais) ; Image, design, espace, médiation : l’expérience du contemporain, responsables (Alain Mons et Patrick Baudry) ; Art, design, scénographie : figures de l’urbanité (Bernard Lafargue).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Beyaert-Geslin, « Le laboratoire MICA sur Twitter », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2753 ; DOI : 10.4000/rfsic.2753

Haut de page

Auteur

Anne Beyaert-Geslin

Directrice du MICA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page