Navigation – Plan du site
Dossier

Communication et diversité culturelle

Dossier coordonné par Anne-Marie Laulan
Anne-Marie Laulan

Texte intégral

1Au moins deux acceptions et donc deux champs de recherche concernent le terme culture. Comme le rappelait plaisamment P. Bourdieu, pour bien des gens, il s’agit de la culture « cultivée », objet des musées, célébrations et patrimoines divers, guère prisée des masses populaires qui lui préfèrent les arts mineurs ou ceux de la rue. D’entrée de jeu sur les mots, surgit un problème d’incommunication entre ceux qui produisent, consomment, diffusent la « culture » et ceux qui l’ignorent, la rejettent, se réfèrent à d’autres formes, en d’autres lieux. La distinction entraîne l’exclusion.

  • 1 Schnapper D., La relation à l’Autre, Nrf Gallimard, 1998. Un essai récent montre la persistance du (...)

2Mais, au sens sociologique, la culture englobe l’ensemble des activités humaines, de l’organisation familiale au monde du travail, des échanges linguistiques aux transactions commerciales, sans oublier les valeurs immatérielles rites, croyances, traditions vestimentaires. Max Weber soulignait déjà le paradoxe d’une relation non spatiale à la culture au sens anthropologique ; les Grecs, Juifs, Chilenos, Arméniens, expatriés ou expulsés hors de leur espace géographique conservent jalousement leur culture outre océans, pour tout ce qui concerne la vie privée. Un exemple étonnant, à Sydney par exemple (mais aussi à Toronto…) est celui des quartiers tellement différenciés y compris au plan des ressources alimentaires que sous l’apparente unité de langue, la ville est une immense mosaïque de quartiers bien distincts. Juxtaposer n’est pas communiquer. Dominique Schnapper étudie depuis longtemps comment les écoles anglo saxonne et française ont institué les règles de vie, de séjour et de travail des « étrangers »1.

3Et pourtant, à l’ère des mégalopoles et de la mondialisation, nous voulons conserver nos différences mais devons vivre ensemble. Tel est le paradoxe que ce numéro de la Revue des Sic tente de préciser. Comment concilier l’Universel, commun à toute l’Humanité et les infinies déclinaisons qu’au cours des millénaires les différentes communautés ont inventées, transmises, érigées parfois en symboles ? Certes, la diversité biologique et l’évolution toujours en cours ne procèdent pas de l’activité humaine, l’homme n’est pas un empire dans un empire comme le remarquait déjà Spinoza. Mais de par leur nature réflexive (conscience du passé, projection sur le futur), les êtres humains façonnent, transforment l’environnement, s’augmentent (outils, prothèses). La diversité ne procède pas de la seule biologie, chacun de nous en est acteur, contributeur. Cette construction, mais disparate dans l’espace, différée dans le temps se manifeste dans les grandes manifestations internationales tels les Sommets de l’UNESCO ou les Expositions internationales (Shanghaï 2010). Mondialisation de l’événement, délégations venues de tous les pays, mais où chaque stand proclame et donne à voir sa « différence ». L’objectif, pour mieux communiquer, est précisément de permettre à chaque communauté spécifique de s’exprimer, se donner à voir, sans rapport de domination politique ou de dépendance économique. Circonstances exceptionnelles, utopies de courte durée mais nécessaires car la démocratie comme la fusion sont l’objet d’une quête jamais achevée. L’antiquité grecque ou chinoise pratiquait déjà ces grands rassemblements communicationnels, dans la diversité exhibée sans être reniée. Athènes, sous Périclès, reconnaissaient à ses métèques des droits, en échange du tribut versé à la Cité. L’exposition actuelle au Musée du quai Branly, conçu par l’historien P. Blanchard montre la construction progressive du concept de « Sauvage » (monstres, handicapés inclus) dans l’Occident chrétien moderne sans que ni l’Église, ni les adeptes des Lumières ne perçoivent l’iniquité du traitement imposé. Les signes et les traces sont nombreux, mais pendant longtemps, ils n’ont pas été interprétés ; pourtant, comment ne pas être envahis par la honte, en visitant l’exposition, devant ces affiches, ces films, spectacles de foire, sources de profit et de divertissement dans la cécité la plus complète des contemporains ?

4Ce numéro se donne la tâche amitieuse de donner à voir, en un petit nombre de champs comment, dans l’actualité, les institutions, les citoyens, décideurs s’efforcent de traiter humainement, dans une perspective démocratique, ce difficile et acrobatique exercice : comment concilier la diversité culturelle, bien palpable, avec les intérêts nationaux, dans une époque de mondialisation économique et de forte concurrence entre grandes puissances ? Quelles régulations, quels points de friction, source de pessimisme ? Quelles réussites en dépit des fractures initiales ? La « communication » est ici cernée au prisme de différentes pratiques, situations concrètes ; les progrès de la réflexion, les conflits souvent, débouchent sur des prises de conscience collectives que les institutions traduisent en Résolutions, Conventions internationales, souvent après de longues batailles juridiques, marques des conflits d’intérêts. La communication démocratique entre les hommes relève plus de l’utopie que du comportement spontané.

5Les chercheurs qui ont accepté de contribuer à cette réflexion sont chacun spécialiste du champ spécifique étudié, mais tous se rattachent aux sciences de la communication. Michel Mathien, titulaire d’une chaire UNESCO, rappelle la lente construction juridique et institutionnelle du droit à la diversité médiatique ; il montre aussi qu’en Afrique ou en Europe de l’est, le poids de l’histoire, les rancœurs dues aux dominations contrecarrent parfois les directives internationales.

6Autre pôle déterminant des activités humaines : celui de l’économie ; les échanges de biens sont communs à tous les groupes humains, mais les modalités en diffèrent considérablement. Ici encore, face à l’hégémonie de l’économie libérale, Éric Dacheux montre l’émergence d’une autre pratique, d’une autre « économie solidaire » dont il affirme que la diversité et l’inventivité sont les garantes de la survie des échanges, au IIe millénaire. Dans une approche anthropologique, Paul Rasse constate que la dynamique du progrès, au sens occidental et marchand voue à l’échec les tentatives décrites ; un court texte d’un politologue, Richard Delmas proche des responsables de la Gouvernance de l’internet dénonce lui aussi les manquements à l’éthique, dus au déni de la diversité culturelle.

7Plus près d’une approche traditionnelle de la diversité culturelle, les textes de Michael Oustinoff, puis d’Alain Kiyindou achèvent cette exploration. En effet la diversité linguistique, celle de l’expression artistique sont expressément mentionnées dans la Convention internationale de l’Unesco concernant la diversité culturelle (2005). Rappelons que la ratification ne fut pas universelle, les États-Unis, le Royaume Uni, Israël s’y étant refusés. Le rapport au pouvoir financier/politique vient donc, une fois encore perturber la libre circulation de l’information et de la communication, déjà objet de conflit vif à propos du NOMIC préconisé par Sean Mac Bride dans les années 1980. De nos jours, le problème de l’hégémonie réapparaît avec la pratique généralisée du recours à l’anglais comme langue de communication universelle. Michael Oustinoff, en fin analyste, montre tous les dangers cognitifs et communicationnels de cette posture « paresseuse », stérilisante à long terme.

8Le plus jeune et le plus « branché « de nos auteurs, Alain Kiyindou, apporte à son tour un regard neuf sur « communiquer dans la diversité » ; Il aborde le rôle, décisif, de la numérisation, pour l’irruption de la créativité dans la « chasse gardée « de l’expression artistique. L’emploi de cette expression militaire remet en mémoire les contrôles étatiques, ecclésiastiques, dictatoriaux, économiques que les gardiens de la culture ont imposés, souvent violemment, à l’expression ou à la diffusion artistique ; grâce aux technologies dont l’appropriation en Afrique est extrêmement rapide, ces sujétions millénaires s’atténuent, une véritable explosion se fait entendre, dans la joie et la création ; toutefois la société créative se heurte rapidement elle aussi, aux problèmes de diffusion que les Majors imposent aux artistes. Aussi, Alain Kiyindou achève-t-il son propos en parlant plutôt de morcellement que, réellement, de diversité.

9La malédiction de Babel l’incommunication, l’exclusion, pèseront encore longtemps sur les êtres humains. Mais tel Sisyphe contemplant son rocher, le propre de la grandeur humaine est bien de poursuivre le combat pour plus de dialogue, de tolérance, de partage.

Haut de page

Notes

1 Schnapper D., La relation à l’Autre, Nrf Gallimard, 1998. Un essai récent montre la persistance du problème : Mansouri S., Tu deviendras un Français accompli, Taillandier, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Laulan, « Communication et diversité culturelle », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/277 ; DOI : 10.4000/rfsic.277

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page