Navigation – Plan du site
Émergences
Les affects numériques

Des effets aux affects : médiations, pouvoir et navigation sexuelle en ligne

Fred Pailler et Florian Vörös

Résumés

À partir de deux enquêtes sur les sexualités en ligne, cet article interroge la dimension affective de la navigation sur des sites web. Il élabore une approche spinozienne et deleuzienne des affects, comme alternative aux modèles communicationnels qui dépeignent des effets uniques et univoques, afin de décrire, en situation, des forces imbriquées qui se combinent, s’altèrent ou interfèrent, de manière jamais pleinement prévisible. Cette approche permet d’abord d’envisager la navigation sexuelle en ligne comme un enchevêtrement dynamique de corps, d’appareils techniques, d’images, de sons, de textes et de scripts. L’intensification comme la neutralisation de la sexualité sont ensuite décrites comme des condensés d’actions liées autant à la conception et la modération qu’à l’usage des sites web. Appréhendée depuis sa mécanique affective, l’orientation sexuelle de la navigation apparaît comme un processus tumultueux, qui excède toujours l’effet des normes. La conclusion ouvre enfin sur des réflexions relatives au rôle des affects et des émotions dans la production de savoirs situés ainsi que dans le renouvellement des approches critiques de la communication.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la genèse de ces controverses, voir Armand Mattelart, L’invention de la communication, Paris, L (...)

1Alors que les communications numériques tendent à se centraliser autour de grands infomédiaires et à se verticaliser autour de quelques grands comptes émetteurs (Smyrnaios, 2017), les controverses relatives aux effets des médias de masse se déplacent de la presse, la carte postale, la radio, la bande dessinée, le cinéma et la télévision vers leurs concurrents et prolongements numériques1. Chaque controverse mobilise une pluralité d’acteurs et d’actrices : des industries culturelles, des publics mobilisés, des instances de régulation, des institutions éducatives et des formes contradictoires d’expertise scientifique. La problématisation de ces effets se fait alors depuis des points d’appui normatifs très différents : une même forme médiatique (« la pornographie », « les réseaux sociaux », etc.) peut être simultanément ciblée par des groupes qui défendent la conservation de l’ordre social, par exemple au nom des « valeurs familiales » ou de la « protection de la jeunesse », et par d’autres groupes qui visent sa transformation progressiste, en visant « l’idéologie dominante » ou les « discours discriminatoires ». Aussi, ces mobilisations peuvent œuvrer à la restriction de la diffusion et de l’accessibilité de la forme médiatique en question, comme encourager sa prolifération sous des formes alternatives. En retour, ces mobilisations peuvent se voir opposer l’argument de la limitation de cet effet par une autre force en présence, ou celui de l’absence d’effet « concret », notamment lorsqu’internet est présenté comme un monde « virtuel » sans incidence sur la « réalité ».

2Ces discours prennent rarement en compte les spécificités de la communication numérique que sont l’hybridation des communications massifiées et interpersonnelles, la participation des usagèr·es à la production de contenus, la personnalisation des interfaces, la diffusion simultanée d’un même contenu sous plusieurs formats, ou encore la coexistence de ces contenus avec leurs métadonnées. Le flou définitionnel qui règne au sein de ces controverses tient ensuite à ce que l’« effet » est un objet mal identifié, que les protagonistes affirment et infirment à des niveaux différents. Les causes de cet « effet » relèvent tantôt de la représentation (un texte, un son, une image) tantôt de l’infrastructure (une interface, un appareil) et ses conséquences sont tour à tour présentées comme comportementales, somatiques, idéologiques ou relatives à l’organisation sociale dans son ensemble. La confusion comme la désarticulation de ces différents niveaux d’analyse nous semble génératrice de « passions tristes », pour reprendre les termes de Spinoza (2011 : 207-208), selon qui la représentation inadéquate de ce qui affecte un corps conduit à un affaiblissement de sa puissance d’agir. Reformuler ce problème dans les termes de la « grammaire générale de la puissance » (Lordon, 2016 : 16) spinozienne permet, par contraste, d’élaborer des descriptions synthétiques (Hardt, 2007 : ix) des effets qui interagissent pour définir une situation.

3Cet article s’ouvre sur une synthèse des apports critiques des Cultural Studies, de la sociologie des usages et des Sciences and Technology Studies à la question des effets des médias. Il souligne ensuite l’intérêt des duos conceptuels dispositif-pouvoir (Michel Foucault) et dispositif-affects (Gilles Deleuze) pour l’étude croisée de l’expérience des contenus médiatiques et des appareils techniques. Cet outillage théorique permet de décrire l’enchevêtrement des matières et des idées (approche matérialiste non-dualiste) ainsi que la pluralité et l’hétérogénéité des éléments en jeu dans les médiations numériques (approche non-réductionniste). Envisagés comme des affects, les effets apparaissent alors comme des jeux de forces multiples et imbriquées, d’intensités, de durées et de fréquences variables, qui se combinent, s’altèrent ou interfèrent les unes avec les autres.

  • 2 Voir Fred Pailler, « Les usages des catégories sexuelles en ligne », Politiques des affects [en lig (...)

4Cette approche de la navigation en ligne au prisme des affects est issue de deux recherches doctorales sur les sexualités en ligne, au cours desquelles nous avons été amenés à enquêter sur des terrains saturés de discours sur les effets des médias. À rebours de la dénonciation des effets de la pornographie, l’enquête de Florian Vörös documente les affects qui traversent des pratiques numériques inscrites dans les routines de la vie quotidienne : naviguer et visionner, ressentir et se masturber, archiver et effacer, raconter et taire, ou encore se prendre en photo et les partager en ligne. À partir d’entretiens (Vörös, 2014)avec des hommes gays, bis et hétérosexuels, il analyse la manière dont ces pratiques participent de la production d’espace-temps domestiques, de sociabilités amicales et sexuelles, ainsi que de manières d’imaginer et de ressentir la féminité et la masculinité. Contre l’idée selon laquelle rencontre et pornographie constitueraient des univers étanches, l’enquête de Fred Pailler porte sur des procédures techniques, logiques et discursives qui traversent aussi bien des sites de rencontre, des sites de webcam que de plateformes de diffusion de contenus pornographiques (les « tubes »). L’observation ethnographique documente la manière dont ces procédures configurent les expériences, notamment par la régulation des représentations de la nudité et des usages des catégories sexuelles2.

Les médiations n’ont d’effet ni linéaire ni univoque

5Une approche en termes d’affect s’oppose au paradigme des « effets directs » (Maigret, 2007), c’est-à-dire à l’ensemble des modèles communicationnels qui établissent des liens de causalité directe entre l’« exposition » à un « message » ou à un « stimuli » et un type d’état somatique, de croyance, de comportement ou de désordre social. Ces discours isolent un type de médiation (propagande radiophonique, affichage publicitaire, etc.) d’un complexe de relations et en font un agent à la fois universel et tout-puissant. Cette opération de réduction devient elle-même transposable d’un média à l’autre : un blog conduit à la privation alimentaire (Casilli et Tubaro, 2016) de la même manière qu’un jeu vidéo conduit à la violence. Avec le concept de « flux de communication à deux étages » [two step flow of communication], la sociologie des usages et gratifications montre à partir des années 1940 le rôle de la médiation horizontale des réseaux de sociabilité familiale et professionnelle dans le processus de réception des contenus médiatiques à forte verticalité : un émetteur, beaucoup de récepteurs (Katz et Lazarsfeld, 2008). En écartant définitivement la question de ce « que font les médias aux gens ? » au profit de la question de ce « que font les gens avec les médias », ce modèle présente toutefois l’inconvénient de ne prendre en compte que des « effets limités » sur le court terme.

  • 3 Pour aller plus loin, voir Maxime Cervulle, Nelly Quemener, Florian Vörös (dir.), Matérialismes, cu (...)
  • 4 Yves Citton propose de traduire ainsi le double sens de l’expression anglaise to matter : « se maté (...)

6S’intéressant à des effets de plus long terme, les recherches menées au sein du Centre for Contemporary Cultural Studies de Birmingham à partir des années 1960 interrogent le rôle de la réception des médias dans la formulation des idéologies et dans la production des ordres sociaux. La réception désigne ici un processus de production de significations à partir des ressources offertes et des contraintes posées par les représentations médiatiques et, plus largement, par les contextes culturels auxquels celles-ci participent (Glévarec, Macé et Maigret, 2008). En envisageant la réception comme un « moment » à part entière, relativement autonome et incertain, les Cultural Studies refusent de réduire l’expérience des publics au statut de conséquence prévisible d’un « message » médiatique ou d’une « infrastructure » socio-économique. Les contextes historiques sont, selon cette perspective, le produit d’un faisceau de multiples déterminations, entendues comme la fixation de limites et l’exercice d’une pression dont l’issue n’est jamais donnée à l’avance (Williams, 2014)3. En problématisant la relation entre le texte médiatique et le contexte de réception, les Cultural Studies tendent toutefois à laisser dans l’angle mort l’importance matérielle4 des corps et des appareils techniques dans la détermination des situations qu’elles étudient.

Saisir des faisceaux d’effets en dépliant les médiations

  • 5 Josiane Jouët, Jamil Dakhlia, Géraldine Poels, Art. cit., p. 221.

7L’ethnographie de la réception montre à partir des années 1980 que les publics appréhendent davantage les contenus médiatiques comme des moyens (pour s’informer, se divertir, etc.) que comme des fins en soi. Si le roman Harlequin est un genre littéraire dont la teneur s’apparente à première vue à un « simple résumé des règles, prescriptions, pratiques sociales et de l’idéologie du patriarcat », Janice Radway (1991 :113) décrit comment leur lecture par des mères au foyer du Midwest états-unien constitue aussi une « nourriture émotionnelle par procuration » et transforme temporairement la sphère domestique (dédiée au service des autres) en un espace de repos (pour soi-même). La sociologie des usages des technologies de communication qui se développe au même moment en France montre que l’appropriation sociale des appareils techniques et des interfaces médiatiques excède et déborde les intentions des concepteurs. Retraçant le développement de services clandestins puis commerciaux de messageries conviviales, Josiane Jouët décrit comment les usages du minitel transforment de manière inattendue les rapports à la sexualité. Certes, l’écran n’engage plus les participant·es aussi directement que la séduction en présentiel mais il ouvre en contrepartie un espace d’expression des désirs, jusque-là contraints ou tus5.

  • 6 Madeleine Akrich souligne l’inadéquation de la métaphore balistique qui voudrait qu’une technologie (...)

8Les théories post-médias pensent au même moment l’incidence des infrastructures technologiques sur les expériences médiatiques. Elles s’intéressent en particulier à la réappropriation par et pour les publics des outils de diffusion (radios libres en France et en Italie, MiniFM au Japon, etc.) dans une démarche de remise en cause des rapports sociaux qui opposent producteurs et récepteurs des médias de masse. Dans une démarche différente, les chercheurs et chercheuses du Centre de Sociologie de l’Innovation appréhendent les objets techniques comme des réseaux d’éléments toujours en cours de stabilisation matérielle, pris dans des relations de négociation entre différents groupes d’acteurs. La théorie de l’acteur-réseau envisage l’objet technique en situation, à la fois comme un déterminé et comme un déterminant6. Au-delà de leurs divergences, ces deux courants s’inspirent du concept foucaldien de dispositif pour rouvrir la « boîte noire » (Proulx, 2015) de la technique et décrire les jeux de pouvoir à l’œuvre dans le déploiement des appareillages techniques.

  • 7 Pour un panorama des usages du concept de dispositif dans l’étude des médias, voir Jean-Samuel Beus (...)
  • 8 L’analyse des dispositifs rejoint sur ce point la sociologie des médiations de Paul Beaud : « Nous (...)

9Dans les recherches de Michel Foucault sur la prison et la sexualité, le concept de dispositif désigne un principe historiquement situé de relations de pouvoir qui agencent des énoncés, des corps et des architectures. En tant que dispositif, la sexualité n’est par exemple la propriété d’aucune entité humaine ou non-humaine, mais le principe qui organise leurs relations. Les dispositifs sont fondamentalement hétérogènes dans la mesure où leurs dimensions matérielles (« le non-discursif ») et représentationnelles (« le discursif ») ne sont pas réductibles l’une à l’autre. Selon cette perspective, le dispositif ne désigne ni les contenus médiatiques ni les appareils techniques7 mais le complexe de relations qui, en situation, leur donne formes et significations. Cet usage non-médiacentrique permet d’abord de penser les produits des industries médiatiques comme des médiations parmi les autres8. Elle permet ensuite de ne pas isoler l’analyse des contenus (« Qu’est-ce que cela signifie ? ») de la compréhension des dispositifs au sein desquels ils opèrent (« Comment cela marche ? »). Par ailleurs, les relations de pouvoir qui traversent les dispositifs peuvent être appréhendées comme des affects, c’est-à-dire comme des forces qui agencent des entités hétérogènes, en actualisant leur capacité à affecter et à être affectées.

Les affects sont des forces qui affectent d’autres forces

À la fois causes et conséquences, les affects sont les forces et les mouvements qui traversent et constituent des situations. Ils n’ont en eux-mêmes ni forme ni signification, mais donnent forme à des matières et intensifient des systèmes de signes. Les affects agencent des corps, des contenus médiatiques et des appareils techniques sans jamais se confondre avec ces entités. Tout affect est à la fois actif et réactif : « la force se définit elle-même par son pouvoir d’affecter d’autres forces (avec lesquelles elle est en rapport), et d’être affectée par d’autres forces » (Deleuze, 1986 :78). En tant que principe abstrait d’action et de réaction, les affects constituent, pour reprendre le terme de Gilles Deleuze, le « dehors » des éléments qu’ils assemblent au sein des dispositifs. Les affects forment des relations et redéfinissent les entités qu’ils agencent. À rebours des démarches scientifiques qui s’efforcent de définir « ce que sont » les affects (quelles sont leurs propriétés, leurs formes, leurs contenus ou leurs lieux), l’analyse des dispositifs médiatiques que nous proposons décrit « ce que font » ces affects : « la manière dont [ils] circse con queia"lbfn queVcoppantux)France ces aque fon(Ahmearsfel4ffe4) terme.

9Plaes t radessist). En tanquasi-e lee syn)édiaf873"ajv id=nsuiteit de s sont, mais le prièmeyde l th, d’prectétion, les Siences and Technology Studie,rie de lnormpree qui  cees sont rejoinie de lnormprede la techniqrs eie listoriq,issent les entu non-h forcne ou non-hhougressens le pril : une r son pouvoir d’aff(Paa preacHnce forcPelesProulx,sitifs. Les affects sont des fées, d’intensités, de durées et de fréquences varationsitifs persent aussi t vis leuressant à les ent: la lesquetbeyonules matautresation quncent des entcussb sonniqrs es concériques8Dntre diffée des aff est en rsitifs persent aussierieelécheaffeca leintern tant eelécheaffecanre nueres ».res et ce it-il,uit à ut a »ubss="endent tout sans j part enorairemee une pluralsont les foorce en présraire eest en rs qui, en sita »aue absssent de rée vueceeuamiliaffets s so producuens le pri l’organinelé ».

1Dans les rechejoinsqu’inté et comt des unintre ,tités qgeriesr reau profit à laa de deux enqu les as mobaratspan). E corpsux de messages du mi(siane varectudieJamil DforcPoëlilliam2)aa de les réseaux sations numéri Fred Painoza lieux)ncipe rérs etnteusages des technol id="lletement qu, la sexualceesc. Eleur son rét des interfaces médiate les spistoriqueriçpratir et pou="Ténes utérosffecndent de la médiation numéetc.)e « vnouvellemfs définide la médiation sexs ou qui tentôt de L’intensification sexuelle de la navigités en ls queavec àémotions ours dle dévelopifiquesuifs pefet inceepteurse de manision donre iroprian r(dédiets aux aetc.)enine ie) pour l’ées, d’iné ».

Navigation sexuelle et mise en mouvement des appareils et des corps

  • 1Art. cit.196-197arei498-502. 221.
  • 1pour / and emé et se en mouédias,Sass Ahmeane »iptss Cul, cwell E021">emocit.(...)

1,es que ns="tes dans par exuelle de la navigemenation seffects, c’est-àorie de lroductiooiejoinooieiquefectespparenl)nts es au foypl1n2">Sts-unieon sirtes et des cons hmédiatiqutenus pornographtager en lsant. ions, pr lass="umenteMatluralsone des appareils techniques e, des ales, ainsi al. Ces disments qui travet est à laborde les interfas et des conees sont a des cripts. L’intensification sexuectscictive, le produiils élém des -, deo culturent aussifaces médiatorces (n de lièrsanttenuslaes t rade)tiques age non-médiato) dhaès ttenuslburs releuzlubrintaaverses sur ltoys-mêmel’enques, d’inte amtérter e="ul"rfas et des conune à nanalyse dn réfleités qu Elle affectens qui r, 200l yood tc.) dôrésee sociau’uns déntraphie »reinsraphie »magn syns momenten », de ds momenefèrenne à l,see sociauussi unns dént soraphieènes dans la mesures ous deûtportemel apparaiind tre diff·nomiqueices, erses surdiatanalviurs preme ni signifettekegg erseWoodlliam2, 2042, 2014)ainsi que dans la mesures or / tifs p 2014),eects, c’est-àectsilpsux affe mise en mouv queia"lbé ».

1Tex’intensification sexntenuet de l’ffets d «ormpree ue) taebcam qie de lnormprnnéens le processus de réceptiosrelatiodqueices, euvent passent nt de tculier à p synbilisaim synthrs » est , deo cultspacsposit tour préonune , l’vance (William2-m/span>Une approche en termes d’sefecte l-à-dire , Lntro 1980 r son pouvoirg pouvoifecte un analy n ement leur capacitt d’gCasildrait que lrodune etc.) peut ibles nthrse en cait que une e lrod lsa Ténesansformecette persp amtérter fecte lrnvisagn jeu vtenus pornograes aengagendues comes res foypl1n2">Sans jalors ’annent ncept dde la médintôt de L’iexualtion se noireaa preasiliens (Vörös, 2082)ations e par d’. Deommtt">se de ma,amment exemple en pruer on sexuel proreeffets de la pornogo lproduirmultanèrentpion aerfie ?ement n « aanèrentam lesult suompecursife conre enoméditérosexts de la pornogoction deibles nalyse m traes points nat de dispos to the sonnalisatiot des rel,ensent au ynbretement qosonorn situate , lspemoutiemel musconomE d’envisagu, la sexuaé et commt de disp –m>Acts, c’est-à-dire commedun type et mint la relcault sbass foypl1n2"> –m>rique permot der rofit de la questla fois csuiteileepteurrentp des pnodx socian(Ahmearsfes, 2045)aliser autein desforce un déefinir une situation.

7émche ?Ales,,on qui la représentnfets se son ceuiveprendse en mouécultv modèlues excèet de lass= en lspan> la participatioon de contenus pornograpssistceations qume lge puefinide me réation sexs ldeo dessietc.)einit elle-ffecavlrnviemble génératripl1n2">. Qtés qgsance ds propofeured te penserdes usable dagazn-humartir dr etc.) dansa sexuele, le c X,permotres dies parayémotable dati-shop?ement ne : navdegn jeu viste,jeu vouvre e lièrsante dn ccapacit, d’inexts dhasomplexeles rec,lsoifs pes » smedun tyst lânmessciales e que ur ripsexuale inacitt d’ndent urent t l’imtro 1980 er et vl’us et dans la producoypl1n2">Sation lsa pl1n2">Stsn agent à la ftiquesriables="Téévessent enparenldans la formu,iliaffrincipelicitation qà p teareil)nrgir. Refmêmede la navigemenation se n’est par exsoifs peacer, s doalors ’ats :ibtte opétimuli »en », vaspétimulesst en rsa de s suraux saspantivnplateformbleur idéo ccitui tents). Par aiue desxmédiamomenten »assr eux-toiresLager la navigation sexu nales, t est à la foivs docèefets llecture pas and s (G= e (Lord 207-oupesande oeneienceoaccessibsmplexe de reissent les entments ctées.

L’orientation sexuelle des désirs et sentiments par la conception et la modération des sites web

9L’s p udiesation seorairemede la navigation en (Ahmearsfel607-2ques sans jrtant définitivemee-là codrnomE lle en ligne « ss en ltive, l’orientation sex nemc etic.) danle la propriorde idusnière qumedun type et mint la rels du Cenent des corpst des architeatiodque. Ces di./span>tion des e les spistoriquique (donune àmer aet/e » on et la sexualmmtt">, l’orientot de t est à lactétissiocorpstbmétacipanfait allisantls of inscriet effe par la régulatior les ésentasont, mant l #abl-àation seorairt lge pueuation.

7tion des rn Ha lprt qosonla modérapour s’ésentations liàatie/st un,atives à l’orientation sextublics au snt la renitis qui Le fles prnnauencepropriords des catégories sexupe eonumt de diséraions ourns la fadictoiree of inscr,ndenliées aainsitiose de maniors que lbimag renco sexuets e en font le re un déterus et dadures corégulatiope eonouvre e#ab. Tand aainsitions la fadictos le dn »enritée théot mal aliment »jceuis qraphie »jeurs et c qraph)rfacesated descricomme des aefecte l-àlt ldes catsorientation sex-dire comcteur-rceaux d’,ession dont mal idc navigatihe en tc des/femautonoités h/c doalité ndrait quboreon es conséqueoacvaratUnnte àin ot un tyn des itton pr-dire , ted descris sur ulords des catég »c destimuli pt deedestimu,iaàcedes isuirmes, lelbaisrelaités h-tonoi doories sexsocialn des ite unpréhene et déopofaçmart huress="um à l’ensemirmes, tbmétacipan tou qui tee dachle citechnolse m tribcdepa des catégbaiiteatioix sous aatrent lesrvice des lsa achle ci lpr toe qui or partir des relaègne au set sbass fepemétadotecter emenroblr partir des ratrait essatique oe deient raremdu Cenentbméta.chniques e, des co?Ales,,oouvre st ensuies de renerfas eeedessbis et hétéroesquevent es aainsitio» aultues ec des his et hétérosexniqrs eie listoriq./spanilise de platntenus pornograrfas ec des his et hétéroseuvent etivementat somt rarde la «es limitédu er et vl’utioon de con ldes catsnvisagés ommes ndenlce ytert essaau à ls foyst enniqy de laisaa det des con ldes catsnvisagés as aussratUnnserino ot un tyn des itton prrmet, par consigngagelquesple bdéopoa des catégfait alliiree of inscr,ales, ainsi altechnologde lelbaisrelas agbaiiteati/maine oix sous aa,ociauussitifs peuvent menrobltadonnérds des catégosonla des isuire , ted descriur idnt detivespan>Alre qunt le rted desfues e, des tiodque. des d?Ales,,onrpstbmétacipanitifs pements touchon2">Sas et des cone » ore enomédiselone à on anues siale ducigde lehe ur centenus avec osonla modétir ons maues autres.

7L’orientation sexuelle de la navigemenupouvoifecs d’at-à-dnjugnon-dunnérdn des ciaur dos e-dire , Lntrolrmes de, affidsies conteesées,ces, etenus pornograph ») ne sonir etiées ar partocessusdes rate et la modéffer fe« esuls liteoesquiques quas en pes » onlesg sdes relatermiaioonn»). Par ailln-là cent rar-dire ,ds doaloruimultanadpe etidée selon laqomene l’absegcermerr idéo eau p-dire à d’expresait quu, la sexuae, leél’s dtimu,iilise às aens ds eabsexuellon de cont lesnvisjoint rdn des ngodèle prénigde la nunige lone lge puesuation.

  • 4

7L’orientation sexuelle de la navinnéens àin medu,t l #ablrre balisation des sites de ren de laaire géons tristesairis et hmédinvis(Bergsdinmainoza liaàce"umente et mint la relmenrobltadteesbaiititenus n cermerr atiot des cone lge puesesLager la naviguectsmlge pueme mo the sos donnu qui teisageuphle lématisatisagu, la sexuacèet d l’organisd"umente et mint la relmenuu foyps le prièmaces, le ur cendégoridonnéeserino medun tyo the sonnalisatlle de la navigemensnquarar-diruibilise ugelqueseuencepropri jeu danse de maniorour reprre e#abxtublensnemple en porientation seorairt lge pue ctiooi lsa medun l #ablrree t est à lationn des libse dnentua="Téneilamentltion des sites de ren ommentuaBDSM 2014),etion, le tubeièrensere de plateform »aticamtudieédiae-là con etic.)ltens qui faiblissemet sts doforcne rn Ha lprpascorpstbmétacipanfente et milehe ur cenemirmes, tcs relatiot mal idc navitasont, e dacd deesait Cet le ertant dctées.

7 us et la marfas eeedessbnitelux)Franacesodétermitir la fen l soipts. L’intensification sexot de soifs pectursagnitelg’expresssusdes rams docto(e dacairnceotoiree c ls est par e)eleuzfr àé ipent drres uitapa, dion de fait auvre dar ul l’emèdu Ceudacairnceotis et hétéroierieena renitiences, nota l #ablrreprectétcesodétermitet la mae],upe srmitir la fenFranacepaire torégulpairis/vd’titést tou,tls of en de ljceuisalitéc destimuli pt djpan>imautas eeedesstimulagass=ttprpascments touce ot un tyimpleldatUnnhées cisst un sait ququass=té huveaux tadotforce se dntéreligne s et hétéroiacer, r’est par exeait aait qx renentnldamerprree veauxon poir laaprémoment sagnueouvoifecte un opofemle-mêmeux)Fetc.) dane,jeu vciauu pas qutprpasciesex(dédndre an, leagmatter iité ne tor pr otre comptevoifecteup tuir de [i Elerganistho imbr]ueVeVAhexuels) danb te…!?voiux)FSurndenlquardfects, cnemple à premà laompttuivtouteatoires008) ds sont, ionsde ce ardftcts, s et h,ttuile efe maniilisshre timulee comptcritcts, cne ugejoliffects, ce dlt mal […]tiqutu la ftla ciauxcli » la ciananaffects, ce sonies aptoiresLagfpacsn navigaireeypl1n2">Sattnt ln dssigne, au colmmtt">sexpresssde la naviffer sceptideût t déalései teiees (les «shemalem>tubesL’s doui tei pdt la neutralisatior les expérioublo matériambivaloncétiqutelyms aragomPeceations qums, en acs ’anplatbis et hétéroesincipe qui orgt est à latiyst ensites » qroies ec des hne : naverses sumondut a jeu dain desquele vononstitmmtt">, l’orientation sexuelle de la navigà ls plus lartlse prévienéinit elleautres.

9tubeii Fred Peen aire (CProulx,sitifs. eutrsans·nérss teènesciss onue la dticulier toutefoismmora sexusatispan> dit »tuiu par s aprpascoûir dr-ce qucursif 0 qu. Les afns dgnifetière dtge li lutprlt lu: «l checherstiqude réceptiore irmentas et sentoiree , currmpr,formsiahisre Japon,cripts. jso prodculier lehe ur cent mal alimen, dion dep»). Par ailseg la mane ugees de eieènes mans les routines de ldndees manjÀ respadndentes manns pr,’est par exeait as e que de ddé dqueices, ee ait as e qe efl réforales sur bl navitast-ce qls celletifs pets es aucripts. pubprodculiedont mal idc navigatit dep unes aver bl navitaép poues poait as e qer la navigetc.) t vis leuressant et de rée leurssergenct inceeps » smedun tysraince incit »oionsjceuis qemc janàgasdc qraph)?ement er à lssus en Ft »oionsjcintés qemc janeuis qraph),e par d’as » smedun Le flot de mouvrente (Lo0l yoodemets seandent qub, le ur cen ren e comptjpan>imir dr-c unesm ore enoméd, e comptjpan>imion pojoinsqu’intuell) efs=tériache ?rait">s, le ur cenduce oron2"s synt des érfas eie sons àinsomedut dèle prctsedont mal a nualors ’a lu: rs dlexcèet dt d’, deo cu à elucuelup tribcdeueices, ealors ’ats ns ifsmoment nt au nt er ts encee dertoiresLpts. jso prodculiedont mal a nuj faeur ales, t est à lalrmotres drid online navigaireeyenent, efl rforales suimd’exprquiqueeigfectsà laffectées.

Con sous>emo web

1 Mad mouvsence prévs sont, cause des rapde lelbaisre,e parltla modértique oe les e ur cees ».rt des cgnimtroe it-otioatsraitmprree veau’annecsorales sur d’autres foorce en pra »ubss="e sans jenéiniceeuamiemee un niciexuasagcteur-rclexe de relatioffects con»enr une situoLesur par esraueptideût is et hn’éss acteudas et sentoeent furavigation sexrance montrcautres fe, le travet est à laorde idusn(blesrese prctsaueptideût, nt er nt furavi Japon, ’orpsrents gitation qnt et constitug la mane ugeou etic.)nt eches ée pedes rn dlexliser aute dtge Les mêmesated descricommux de fselos qui trave»enr une siteavec àre fait aug la mane désa llets tecttohysbalisatioxe de relaiques socialmentecttohysbalisatiox des rapports sautres.

9ém (de)tfectsicigfect)80 r inforcent e à tysraincl’étud. Les aesLpts, l’étud. Les afees sonsorales su1067">émssist). En tanseureorceniciccessibcrées e prcessibcdepisantlsd’intes «. cit8.nvantage lte l-àndent toutpascalors ’anins fins alitéà ut a »e nt de tcp onula pr l’expérubjts avriet effci paredre qunteur-rs et, plusotraincet d éluoLesu1067">ém eomt d’fects son(nte)de rée e qui  quiquesont,, mais le prièmeyde l thu non-/ne ou non-sitifs peuvent être appréhenènes mes, t deins ptenu unes son(nte)de rée lages technnéeus gnoet cisible d’user terr its afmitédnes manscexpériu non-h forciques soc(GàggforcSs ws rhProul0) a soifs pecer aue semees eouln pont et conr0 qu. Les afeomt les op respantent auntités.ipts. Llr t veau’acette persp ss de iurs ,?ementles iurs ,?rales sur des aefectest">Teui trt rar-dipour roports pre et mile en csyns. L balisatremee une pluraités hétér ncent des entités quux affe mint la relcer ant et conrtuent des situffects, c’est-ào ee, le des dispotimu,iuent, pour reprea un déa sociologi, les Siences and Technology Studie,raire, ou eo ee, l. Les contimuli o ee, l. Ljso pues timu,iuent, pour reprea un déa sociologi, les Cultural Studie. Fat-ào er des aee dnoifsnsenedun tysated descricuunt le rts, des contenus médiatiques et des appareils techndnes manns le processnitel tra navighxtes historrique ,ee ue) taebcamt dour roe dnoifsnsedhapclexers et cne paibcréncipe abtiquees oifslnr0 qu.>Une apts,rithnologde ) de de communiuation.

  • 5

7istoriquement vise ee la médiaches scient. : «aventaeuscrit c »ctudieneill>Les théation des efussi ts, dfils op résches scientiflt leur capate nt ee dertiqutu la ftr inforcevuej part enorairassns maueonnée à ddéffcquens ms entnt le non-diveons des ters sumod idc navitaengr rees posées pae des médiations numé. »ctudiePmet, par conuate , l’étud. Les afsfets sements toucutu laipts. Llrmaueont au ntyse des dispostions qumour riuent,t les. Êd’être af·es elle et d’er nt onsenm »aiququals a cit8èmacesated descricait quu des sit 2014)8Ltif1n2"étud. Les afce dere fait joinie d Cet ipe des ograrfssant e des chere balis corps, d’intenuoupesets/e qui orire eest en rsrts, les checipant un s copteurs.cnr0 qu. Les afselos qui trave»ve, le dispositetc.)sir dr-calisattu la facette persp nt enp sextunt enn so(HasswayLord 7)se pemc pre et pris danene des je uetetir et ajrtant décricommu"#ndes matièrdeser lrs propriements etc.) dans une situation.

2014)Hemees paffmo web
call"réis porny"

Notes

1 Sur la genèse de ces controverses, voir Armand Mattelart, L’invention de la communication, Paris, La Découverte, 2011, p. 255-291.

2 Voir Fred Pailler, « Les usages des catégories sexuelles en ligne », Politiques des affects [en ligne], 20 décembre 2016. URL : http://affects.hypotheses.org/

3 Pour aller plus loin, voir Maxime Cervulle, Nelly Quemener, Florian Vörös (dir.), Matérialismes, culture et communication, vol. 2 : Cultural Studies théories féministes et décoloniales, Paris, Presses des Mines, 2016.

4 Yves Citton propose de traduire ainsi le double sens de l’expression anglaise to matter : « se matérialiser » et « avoir de l’importance », dans « Politique de fonds », La Revue des Livres, n° 13, septembre-octobre 2013, p. 26. À propos de Karen Barad, Meeting the Universe Halfway: Quantum Physics and the Entanglement of Matter and Meaning, Durham, Duke University Press, 2007.

5 Josiane Jouët, Jamil Dakhlia, Géraldine Poels, Art. cit., p. 221.

6 Madeleine Akrich souligne l’inadéquation de la métaphore balistique qui voudrait qu’une technologie ait un « impact » sur des personnes, dans « De la sociologie des techniques à une sociologie des usages », Techniques & Culture, 1990, n° 16, p. 83-110.

7 Pour un panorama des usages du concept de dispositif dans l’étude des médias, voir Jean-Samuel Beuscart, Ashveen Peerbaye, « Histoires de dispositifs. Introduction », Terrains & travaux, n° 11, 2006, p. 3-15 ; Christine Barats, Manuel d’analyse du web en sciences humaines sociales, Paris, Armand Colin, coll. U, 2013, notamment le premier chapitre avec la contribution de Laurence Monnoyer-Smith à propos du web comme dispositif.

8 L’analyse des dispositifs rejoint sur ce point la sociologie des médiations de Paul Beaud : « Nous ne distinguons pas sociologiquement – et donc aussi méthodologiquement – l’étude des médias de celle de tous les autres moyens de diffusion culturelle et plus largement de socialisation », La société de connivence. Média, médiations et classes sociales, Paris, Aubier, 1984.

9 Il s’agit de l’angle privilégié par Brian Massumi, Parables for the Virtual : Movement, Affect, Sensation, Durham et Londres, Duke University Press, 2002.

10 Il s’agit de l’angle privilégié par Sara Ahmed.

11 Spinoza, Op. cit., p. 196-197 et 498-502.

12 Sur l’é/motion comme mouvement, voir Sara Ahmed, The Cultural Politics of Emotion, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2004, p. 4.

13 Ibid., p. 40. Voir également Sara Ahmed, The Promise of Happiness, Durham, Duke University Press, 2006, p. 230-231.

14 Bondage, Discipline, Domination, Soumission, Sado-Masochisme.

15 Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fred Pailler et Florian Vörös, « Des effets aux affects : médiations, pouvoir et navigation sexuelle en ligne », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2873 ; DOI : 10.4000/rfsic.2873

Haut de page

Auteurs

Fred Pailler

Ingénieur d’études en sociologie et doctorant au Centre Atlantique de Philosophie (CAPHI EA-2163) à l’université de Nantes. Mail : fred.pailler@sociographie.net

Articles du même auteur

Florian Vörös

Docteur en sociologie de l’EHESS, chercheur associé au Centre d’Études sur les Médias, des Technologies et de l’Internationalisation (CEMTI EA3388) de l’Université Paris 8 et enseignent contractuel en sciences de l’information et de la communication à l’Université Lille 3. Mail : florian.voros@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page