Navigation – Plan du site
Dossier

De la diversité à la fracture créative : une autre approche de la fracture numérique

Alain Kiyindou

Résumés

La société créative est à considérer comme une société où les citoyens, à travers leur créativité et leur diversité, reprennent la main sur la technique et les industries aussi culturelles soient-elles. Chaque peuple a en effet, un capital créatif qui s’articule autour de son identité et de ses valeurs. Les produits créatifs sont devenus de véritables repères sociaux, des espaces d’échange communautaires, des outils identitaires favorisant le raffermissement des liens sociaux. Mais cette notion de société créative reste encore floue et discutable. En effet, l’imagination, la fertilité, l’imagination, l’inventivité et l’originalité qui constituent la créativité sont souvent appréciées dans une perspective souvent étriquée et enchassées dans une vision culturelle donnée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Alain Kiyindou, Les pays en développement face à la société de l’information, Paris, L’Harmattan, 2 (...)

1Ce qui caractérise la société actuelle n’est pas tant la circulation des informations mais le développement du secteur de la création qui, en s’appuyant sur le développement des technologies de l’information et de la communication, a donné lieu à une sorte de société créative, substitut de la société de l’information ou du savoir. Bien entendu, le terme « société créative » comporte les limites que nous avons, dans nos travaux antérieurs1, évoquées au sujet de la société de l’information mais on ne saurait ignorer le développement sans précédent de l’économie créative et le fait que l’imagination, l’inventivité, l’ingéniosité, la fertilité et l’originalité sont devenues le ferment de la société aussi bien sur le plan économique, social que culturel. Comment intégrer la dimension créative dans l’étude des fractures sociales, techniques et économiques ? En quoi la dimension créative permet-elle de dépasser les approches souvent technicistes de la fracture ? L’observation de pratiques du milieu artististique africain permet d’approcher du moins partiellement cette problématique qui, bien entendu, dépasse les frontières de ce continent.

  • 2 OCDE, La société créative du xxiesiècle, Paris, OCDE, 201, 230 pages.

2En effet, avec le terme « société créative » on dépasse la vision technicienne liée à la société de l’information, ou l’orientation « ressources en ligne » de la société des savoirs. La société créative est à considérer comme une société où les citoyens, à travers leur créativité et leur diversité, reprennent la main sur la technique et les industries aussi culturelles soient-elles. Chaque peuple a en effet, un capital créatif qui s’articule autour de son identité et de ses valeurs. Il s’agit d’une société multicolore, multidimensionnelle caractérisée par une interdépendance accrue, une grande complexité sociale (forte mobilité sociale, structures familiales diverses, revenus, âges, parcours personnels, croyances, modes de pensée…)2 et une grande envie de transparence et de liberté (mouvements de contestation prenant appui sur les TIC., désintégration des hiérarchies traditionnelles, nouveaux rapports de force…). Une des libertés essentielles est celle de choisir nous-mêmes ce que sont nos besoins et les créations qui y répondent. Cela suppose donc de se départir de l’emprise des industries culturelles et créatives et les réseaux sociaux numériques sans y parvenir totalement, y participent.

Diversité créative

  • 3 Cnuced, Rapport sur l’économie créative, Genève, Cnuced, 2008, p. 10.
  • 4 Unesco, Notre diversité créatrice, Paris, Unesco, 1996, p. 22.

3« Le terme “créativité” désigne la formulation d’idées nouvelles et l’application de ces idées à la production d’œuvres d’art et produits culturels originaux, de créations fonctionnelles, d’inventions scientifiques et d’innovations technologiques 3 ». « Le mot même de créativité doit être utilisé dans son sens le plus large et désigner non seulement le fait de réaliser des formes ou des objets artistiques inédits mais aussi le fait de chercher des solutions à tout problème »4. La créativité constitue l'un des secteurs les plus dynamiques de l'économie et du commerce mondial, offrant aux pays en développement des perspectives commerciales nouvelles. La diversité créative est donc à comprendre comme la multiplicité d’idées, d’innovations, de pratiques artistiques, technologiques, entrepreunariales inscrite dans un processus dialogique. Elle est l’une des formes élargies de la diversité culturelle.

4Les créations intellectuelles ou artistiques, par leur aptitude à articuler singularité et universalité permettent de saisir l’infinie diversité du monde. L’art en est l’illustre exemple. Tout peuple a son art, mais les arts de différents coins du monde dialoguent tout en affichant leurs spécificités. Toutefois, la question de la diversité créative ne saurait être comprise si elle n’est mise en lien avec la société créative. Dans cette société, le secteur de la créativité a connu un essor sans précédent. Les produits créatifs sont devenus de véritables repères sociaux, des espaces d’échange communautaires, des outils identitaires favorisant le raffermissement des liens sociaux. Les espaces créatifs connus sous le nom de réseaux sociaux jouent incontestablement ce rôle.

  • 5 Chatman, E.A., « The impoverished life-world of outsiders », Journal of the American Society for in (...)
  • 6 Herbert Marcuse, « Industrialisation et capitalisme chez Max Weber », Jürgen Habermas (sous la dir. (...)

5La diversité créative inscrit la créativité dans une échelle internationale. On peut désormais parler de croissance créative ou de développement créatif, ce qui nous laisse penser à un sous-développement créatif ou une pauvreté créative à l’instar de la notion de pauvreté informationnelle (information poverty) telle qu’envisagée par Elfreda Chatman dans les années 19905. Dans le champ des Sciences de l’information et de la communication, la question des usages des technologies de l’information et de la communication pour la diversité créative est à replacer dans le rapport culture et communication avec notamment des contributions de divers ordres : offre et besoin d’information, effets des médias, échange inégal des flux. Si la question des inégalités des flux a surtout été pensée à travers la télévision, elle se pose davantage avec les technologies de l’information et de la communication actuelles. En effet, adapté avec créativité au contexte local, la technologie peut être un facteur d’autonomie. La créativité ou la recherche des solutions collectives s’apparente ainsi à la relocalisation technologique. Mais cette relocalisation nécessite de prêter la plus grande attention aux connaissances et savoir-faire que chaque culture a apportés au patrimoine intellectuel de l’humanité. La fracture numérique dépasse donc la question de l’accès des TIC pour s’inscrire dans une dimension créative. Pourtant fort est de constater que certains processus créatifs sont plus favorisés que d’autres sur l’internet classique, les réseaux sociaux et autres applications technologiques. La technique, c'est d'emblée tout un projet sociohistorique6. La créativité prend place quand, confrontés à ces inadaptations, les populations concernées, loin de s’accommoder, développent, de par leur débrouillardise, des solutions de rechange, plus adaptées à leur contexte culturel, matériel et économique. C’est d’ailleurs ces « arts de faire » qui expliquent la création un peu partout en Afrique des cabines téléphoniques d’un genre nouveau, le développement des pratiques de radiosurf, de happy snapping, de piratage audiovisuel, de crowd funding etc.

  • 7 Alain Kiyindou, « Diversité culturelle », Alain Ambrosi, Daniel Pimienta, Valérie Peugeot (sous la (...)
  • 8 Philippe Bouquillion, « Industries créatives avec ou sans TIC ? », TIC et société, vol. 4, n° 2, 20 (...)
  • 9 Richard Florida, The rise of the creative class, New York, Basic Books, 2002.

6La diversité est souvent comprise comme une disparité, une variation, une pluralité, c'est-à-dire, le contraire de l'uniformité et de l'homogénéité. Mais cette vision est aujourd'hui dépassée, puisque pour de nombreux experts, la « diversité » ne se définit pas tant par opposition à « homogénéité » que par opposition à « disparité ». Elle est synonyme de dialogue et de valeurs partagées7. En effet, le concept de diversité créative est, à l'instar de celui de biodiversité, à inclure dans une perspective systémique caractérisée par l’interdépendance des différents maillons. En comparaison avec la diversité culturelle, le terme diversité créative comprend un plus grand ensemble d’activités qui englobent la diversité culturelle auxquelles s’ajoutent toutes les activités de production culturelle ou artistique, qu’elles aient lieu en direct ou qu’elles soient produites à titre d’entité individuelle. Si la culture est cet ensemble de significations, de valeurs et de croyances qui détermine notre façon de faire et structure nos modes de pensée, la créativité serait ce processus psychologique ou psychosociologique par lequel un individu ou un groupe d'individus exprime son originalité dans la manière d'associer des choses, des idées, des situations, créant ainsi des formes ou des solutions inédites. Si la créativité est recherchée dans la plupart des domaines, c’est dans sa dimension artistique qu’elle trouve son terrain d’illustration le plus fertile. La sculpture, la littérature, le cinéma, le design, l’architecture, la musique, la publicité, les jeux vidéo, la photographie, le théâtre, la peinture deviennent ainsi des lieux fortement associés à la créativité. Ces activités, précise Philippe Bouquillion, sont étroitement liées à des savoirs et des savoir-faire spécifiques à un territoire donné et présenteraient un fort ancrage territorial8. Les industries créatives, en s’appuyant notamment sur les technologies de l’information et de la communication vont donc organiser les modes de production de ces différents lieux de façon à les rendre plus efficaces. L’économie créative devient ainsi moteur de développement, au centre des politiques de différentes villes qui, pour certaines, s’affichent comme étant des villes créatives. Cette notion est d’ailleurs utilisée par des auteurs comme Richard Florida9 qui affirme que le dynamisme économique et social d’un territoire est lié à la présence d’artistes, d’écrivains, d’acteurs, de designers ou d’architectes, autant qu’à celle de scientifiques, ingénieurs et intellectuels, idée qui constitue d’ailleurs la trame du rapport de l’Unesco, Notre diversité créatrice.

Présence africaine sur Internet

  • 10 Hortense Volle, La promotion de l’art africain contemporain et les N.T.I.C., Paris, L’Harmattan, 20 (...)

7Parlant de l’Afrique, Hortense Volle met en exergue les liens naturels entre Technologies de l’information et de la communication et artisanat en montrant que : « L’Afrique, dans son identité profonde, est principalement immatérielle. Elle ne fixe pas sa mémoire par des textes. Elle met l’accent sur le visuel, l’audiovisuel, le plastique. Ainsi, contrairement à ce qui a été développé, l’Afrique n’est ni orale, ni écrite. Elle est plastique. 10 » Internet semble être fait pour cette culture friande d’images fortes, et d’échanges visuels. Les artistes auraient donc là une opportunité pour offrir une production riche du caractère altruiste de leur art, et forte de sa variété plastique.

L’art est au cœur de la culture africaine

  • 11 L’école de Poto-Poto a remis à l’honneur le graphisme traditionnel originel du peuple bantu. Connue (...)

8L’art est au cœur de la culture africaine, comme la technique l’est dans les pays occidentaux. Il est à comprendre dans un sens global qui intègre les croyances, les créations esthétiques comme la danse, la musique, la sculpture, la peinture, le théâtre… Le sens de l’art, ici, n’est pas simplement esthétique, puisque l’art est pensé avant tout, pour la vie. Un des fleurons de l’art africain est l'école de peinture de Poto-poto, du nom d'un des quartiers populaires de Brazzaville11. Les artistes africains, confrontés à la pauvreté ambiante se sont vite intéressés à internet pour développer leur clientèle et acquérir une renommée internationale qui jusque-là se construisait principalement par le bouche à oreille. La profusion des réseaux sociaux vient ainsi faciliter leur tâche. En effet, ils leur permettent d’accéder à la scène médiatique autrefois contrôlée par la sphère politique voire économique. De nombreux sites internet, blogs et pages de réseaux sociaux sont, en effet, consacrés à la culture africaine. On y retrouve généralement des éléments iconiques qui rappellent le continent des ancêtres, avec une dose d’africanité puisée dans ce qui est internationalement reconnu comme la pure tradition africaine. Sur Internet, l’observation des sites africains de langue française montre la résurgence d’un certain nombre d’éléments issus de l’histoire des populations africaines, du référentiel de sens que constitue la culture de leurs ancêtres. Ce référentiel est constitué de marques identitaires, c'est-à-dire, d’éléments mystiques, de personnages mythiques, de parlers spécifiques…

9La démocratisation de la téléphonie mobile permet notamment aux artistes de photographier (avec le téléphone portable) leurs œuvres et de les diffuser sur leurs pages Facebook ou autres. Rhode Bath-Sheba, avec ses 4 995 amis, utilise régulièrement cet outil12 pour promouvoir ses tableaux, sans oublier les nombreux événements annoncés sur de sites spécialisés comme Africulture13. La page Facebook de l’école de Potopoto14 présente une fresque et de nombreuses productions de l’école. Mais si l’histoire de l’école est bien affichée, il apparaît clairement que cette page ne s’inscrit nullement dans une stratégie de communication fine. De même, les quelques vidéos postées sur YouTube n’ont pas permis d’atteindre le Buzz espéré.

À la recherche du lien perdu

10Sur un plan strictement social, le Necronet, sorte de cimetière virtuel, permet aux membres de la famille dispersés dans le monde de renouer le lien rompu avec les morts. Il s’agit donc d’une traduction matérielle de la vision abstraite des ancêtres, traduction qui prend appui sur la réalité solide des technologies et donne une illusion de réalité. Les réseaux sociaux deviennent de ce fait, l’« arbre à palabre » de ceux qui, du fait de leur émigration, en sont privés. Dans leur pays d’accueil, les membres de la diaspora utilisent les réseaux sociaux numériques pour célébrer le décès de leurs artistes préférés. Le site Facebook de Luambo Makiadi, avec ses trois mille fans retrace à travers une vision diachronique l’histoire de ce grand maître de la musique congolaise. À côté des photos de l’artiste, les nombreux albums de l’auteur-compositeur rappellent le talent de l’artiste disparu. Des messages en français, lingala, anglais, portugais, espagnols renouvellent l’attachement des fans à leur idole. Nous sommes donc dans des communautés hybrides, où tous les membres ne se connaissent pas mais construisent leur identité autour d’un artiste. En effet, les membres du réseau sont liés par un sentiment subjectif d’appartenance, d’affectivité et d’esprit de groupe. Ils inventent et réinventent des souvenirs. Ils reconstruisent une identité mise à mal par l’éloignement, la mort. Ils créent des solutions aux problèmes qui se posent à eux.

Fracture créative ou fragmentation ?

11Si les citoyens du monde disposent d’un fort potentiel créatif, la carte mondiale des industries culturelles laisse apparaître un fossé réel entre le Nord et le Sud. L’Unesco souliqne qu’il existe déjà, au Sud, des exemples de réussites, notamment en Amérique latine où l'industrie musicale représente de 4 à 5 % des recettes mondiales15. Cependant beaucoup reste à faire pour améliorer la participation de la majorité des pays en développement dans ces secteurs à forte valeur ajoutée. Cet essor suscite des interrogations portant notamment sur leur incidence sur les cultures des pays en développement et notamment celles africaines, autrement dit le développement de YouTube, Facebook et autres réseaux sociaux influence-t-il les cultures ? Que reste-il d’une créativité dont l’unique expression reste Facebook ou Myspace ? Il est évident que les producteurs culturels de tout continent ont compris, depuis longtemps, que leur salut passe par la reconnaissance internationale. Mais, si la question de la production des contenus a été souvent évoquée, celle de la diffusion ne l’a été jusque-là que dans une moindre mesure. Or, la question essentielle est celle de savoir, comment faire vivre des œuvres originales alors que le processus de diffusion reste aux mains des majors étrangers. Elle se pose avec davantage d’acuité dans la société créative où la visibilité sur le cyberespace a dépassé le seuil de la technicité ou de la scientificité pour devenir une question éminemment économique. On est donc en droit de se demander si la créativité empaquetée sur internet reflète la diversité ou au contraire, la chosification culturelle relative à la marchandisation.

  • 16 Alain Kiyindou (sous la dir. de), Les cahiers du numérique « Fracture numérique et justice sociale  (...)
  • 17 Hortense Volle, op. cit, p. 119.
  • 18 Hasan Musa, « Partage d’Exotismes », 5e Biennale d’Art contemporain de Lyon, catalogue, Lyon, 2006, (...)

12Sans vouloir nier l’existence de quelques réussites, on ne saurait oublier que des déséquilibres subsistent dans l’accès aux ressources numériques, ainsi que dans la quantité et la qualité des contenus en ligne. Les artistes africains sont, en effet, confrontés au fait que les procès de production sont complexes et supposent la mobilisation de différentes compétences. Mais la fracture n’est pas que technique. Elle ne concerne pas non plus la seule « mise en ligne », elle se situe aussi au niveau de la non prise en compte de la diversité des cultures, des savoirs et de l’« ethno-centralisation » du système international16. Hortense Volle relève pour sa part que « les acteurs culturels et économiques en charge de découvrir, sélectionner et valoriser les artistes et les œuvres d’art, tiennent leur autorité de leur reconnaissance par le main stream occidental. Les musées sont organisés en réseau, les institutions d’accueil des artistes et les expositions itinérantes également 17 ». Elle constate, par ailleurs que parmi les artistes venus du reste du monde, la plupart de ceux qui accèdent à une carrière internationale ont été pris en charge par une grande galerie, nord-américaine ou européenne. En effet, l’art africain connaît encore des difficultés à s’imposer sur le marché de l’art contemporain. L’Occident lui offre une chance d’y être intégré, mais à la condition qu’il fasse partie d’une sous-catégorie. Loin de la diversité préconisée, on assiste à des systèmes qui favorisent « un art africain pour les Européens, qui l’exposent ou le collectionnent 18 ».

  • 19 Alain Kiyindou (sous la dir. de), Fractures, fragmentations et mutation. De la diversité des cultur (...)

13Ces situations externes aux TIC limitent leur efficacité en matière de promotion de la diversité. Toutefois, si ces faiblesses et disparités sont bien réelles, le discours centré sur la fracture porte en lui une marque idéologique profonde, celle d’un progrès rédempteur, et donc nécessaire, par le recours aux technologies. En effet, le terme « fracture » n’est pas neutre, en ce qu’il renvoie à un schisme, un traumatisme nécessitant une intervention rapide. Au-delà des aspects économiques, c’est sans conteste dans le domaine social que s’exprime la créativité. C’est à ce niveau que s’observent la plupart des détournements visant à s’approprier les outils technologiques. La diversité d’usage participe donc de la diversité créative. Les cabines téléphoniques en Afrique, en Amérique latine et en Asie, les necronet, les réseaux sociaux diasporiques sont bien les expressions de la diversité créative. Le terme d’appropriation différenciée ou de fragmentation nous semble donc plus approprié. La notion de fragmentation qui se situe dans la continuité de la fracture et de la mutation précise davantage le caractère multiforme des disparités voire des différences et révèle le caractère mosaïque des cultures en lien avec les TIC mettant ainsi en exergue ces espèces de fêlures et micro-ruptures qui les caractérisent19. Sans forcément se situer dans une dimension conflictuelle, c’est la notion de morcellement qui apparaît le plus ici. Morcellement géographique mais aussi comportemental, insidieux ou exubérant empruntant la forme d’un reflet voire d’un éclat.

Conclusion

14L’observation du déploiement des TIC dans les organisations, villes, pays ou régions montre qu’il s’agit d’un processus très complexe, qui ne relève pas du seul fait d’un individu ou d’une institution, mais bien de l’organisation d’une société dans son ensemble. Il met en évidence les différences d’appropriation qui, sans stigmatiser des catégories particulières de la population, tracent les contours de la diversité humaine. La société créative se caractérise donc par des zones d’ombre et des zones lumineuses, bien que cette appréciation soit avant tout celle de l’observateur extérieur. Mais cette notion de société créative reste encore floue et discutable. En effet, l’imagination, la fertilité, l’inventivité et l’originalité qui constituent la créativité sont souvent appréciées dans une perspective souvent étriquée et enchassées dans une vision culturelle donnée. Tenir compte de la diversité des cultures numériques revient donc à abattre les murs de l’intolérance qui séparent les prétendus hyper connectés des « mésutilisateurs ». C’est aussi, déplacer les balises au gré des publics, des besoins, des moments, des acteurs ; c’est bousculer les conventions et ébranler les certitudes.

Haut de page

Bibliographie

Elfreda Chatman, « The impoverished life-world of outsiders ». Journal of the American Society for information Science, 47, 1996, pp. 193-206.

Cnuced, Rapport sur l’économie créative, Cnuced, Génève, 2008, 357 pages.

Richard Florida, The rise of the creative class, Basic Books, New York, 2002, 416 pages.

Alain Kiyindou (sous la dir. de) Fractures, fragmentations et mutation. De la diversité des cultures numériques, Hermes Lavoisier, 2009, 257 pages.

Alain Kiyindou (sous la dir. de) Les cahiers du numérique « Fracture numérique et justice sociale », Hermes Lavoisier, 2009, 247 pages,.

Alain Kiyindou, Les pays en développement face à la société de l’information, L’Harmattan, 2009, 267 pages.

Alain Kiyindou, « Diversité culturelle » in enjeux de mots, Alain Ambrosi, Daniel Pimienta, Valérie Peugeot (dir.), C&F éditions, Paris, 2005, pp. 119-133.

Herbert Marcuse, « Industrialisation et capitalisme chez Max Weber », trad. J.-R. Ladmiral, dans Jürgen Habermas, La Technique 'et la Science comme idéologie, Gallimard, Paris, 1973, pp. 5-6.

Hasan Musa, « Partage d’Exotismes », 5e Biennale d’Art contemporain de Lyon, catalogue, Lyon, 2006, p. 16.

Laura J. Pires-Hester, “The emergence of bilateral diaspora ethnicity among Cape Verdean-Americans”, in Isidore Okpewho et al, The African Diaspora : African Origins and New world identities, Indianapolis, Indiana University Press, Indiana, 1999, pp. 485-503.

OCDE, La société créative du xxie siècle, Paris, OCDE, 201, 230 pages.

Unesco, Notre diversité créatrice, Paris, Unesco, 1996.

Hortense Volle, La promotion de l’art africain contemporain et les N.T.I.C., Paris, L’Harmattan, 2004, 197 pages.

Haut de page

Notes

1 Alain Kiyindou, Les pays en développement face à la société de l’information, Paris, L’Harmattan, 2009.

2 OCDE, La société créative du xxie siècle, Paris, OCDE, 201, 230 pages.

3 Cnuced, Rapport sur l’économie créative, Genève, Cnuced, 2008, p. 10.

4 Unesco, Notre diversité créatrice, Paris, Unesco, 1996, p. 22.

5 Chatman, E.A., « The impoverished life-world of outsiders », Journal of the American Society for information Science, 47, 1996, pp. 193- 206.

6 Herbert Marcuse, « Industrialisation et capitalisme chez Max Weber », Jürgen Habermas (sous la dir. de), La Technique et la Science comme idéologie, Paris, Gallimard, 1973, pp. 5-6.

7 Alain Kiyindou, « Diversité culturelle », Alain Ambrosi, Daniel Pimienta, Valérie Peugeot (sous la dir. de), enjeux de mots, Paris, C&F éditions, 2005, pp. 119-133.

8 Philippe Bouquillion, « Industries créatives avec ou sans TIC ? », TIC et société, vol. 4, n° 2, 2010, http://ticetsociete.revues.org/876, consulté le 31 décembre 2011.

9 Richard Florida, The rise of the creative class, New York, Basic Books, 2002.

10 Hortense Volle, La promotion de l’art africain contemporain et les N.T.I.C., Paris, L’Harmattan, 2004, 164 p.

11 L’école de Poto-Poto a remis à l’honneur le graphisme traditionnel originel du peuple bantu. Connue pour l'invention d'un style original « les Mickeys », l'école est revenue à un style plus naturaliste (scène de marché, de chasse…). Certains artistes s’engagent dans des messages de justice sociale, de démocratie… D’autres peignent avec tendresse l’amour, la fidélité, la vie au foyer.

12 http://www.facebook.com/#!/profile.php?id=100001125482165

13 http://www.africultures.com/php/index.php?nav=evenement&no=13234

14 http://www.facebook.com/#!/profile.php?id=100000771713252

15 http://www.unesco.org/bpi/pdf/memobpi25_culturalindustries_fr.pdf, consulté le 2 janvier 2012.

16 Alain Kiyindou (sous la dir. de), Les cahiers du numérique « Fracture numérique et justice sociale », Hermes Lavoisier, 2009.

17 Hortense Volle, op. cit, p. 119.

18 Hasan Musa, « Partage d’Exotismes », 5e Biennale d’Art contemporain de Lyon, catalogue, Lyon, 2006, p. 6.

19 Alain Kiyindou (sous la dir. de), Fractures, fragmentations et mutation. De la diversité des cultures numériques, Hermes Lavoisier, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Kiyindou, « De la diversité à la fracture créative : une autre approche de la fracture numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/288 ; DOI : 10.4000/rfsic.288

Haut de page

Auteur

Alain Kiyindou

Alain Kiyindou est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux 3. Il est également président d’honneur de la Société française des sciences de l’information et de la communication. Courriel :

alain.kiyindou@msha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page