Navigation – Plan du site
Émergences
Les affects numériques

Les affects en partage sur Facebook entre supposé secret et déclaration d’amour

Sandra Lemeilleur

Résumés

Cet article propose de chercher les « bonnes raisons » (Boudon) qu’ont les internautes de déclarer leur amour ou d’user du secret sur les réseaux socionumériques. Ainsi, la reprise du concept de Banquet et celui des affects-passions et affects-actions chez Spinoza serviront à sortir ces pratiques d’une vision qui les relègue à une problématique narcissique généralisée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le billet d’humeur numérique nommé couramment « statut » se positionne du côté du récit de soi et n (...)
  • 2 Spinoza évoque peu le mot émotion. L’affect préfigure l’émotion en quelques sortes ; cette dernière (...)
  • 3 Les émoticônes en tant que transfigurations symboliques du corps humain sont des transcriptions de (...)
  • 4 Il s’agit de considérer tout autant les processus de subjectivation que de simulation qui conduisen (...)

1Les réseaux socionumériques (Rsn) offrent la possibilité de l’expression des affects à travers une multitude de dispositifs. Depuis janvier 2016, il nous est maintenant possible d’adresser un signe en réponse à une publication pour exprimer que l’on aime, que l’on adore, que c’est drôle, surprenant, triste ou que cela nous met en colère. Le billet d’humeur numérique1 offre la possibilité de produire une expression singulière d’un état et/ou d’une situation personnelle. Comme l’entend Denouël ces expressions fonctionnent comme des pratiques de soi car elles permettent la construction des sujets par une textualisation de soi (Denouël, 2013). C’est dans ces productions que se loge l’usage du vocabulaire des affects. Ces derniers sont pris dans le cadre définitionnel spinosiste i.e. que l’affect est considéré comme une disposition de l’âme, du côté de la « clinique » de ce qui est au plus près du sujet. Pour Spinoza, les affects font varier notre puissance d’agir. Quelles modifications de cette dernière m’amènent à m’exprimer sur Facebook ? Dans cette perspective, l’affect ne peut pas être confondu avec l’émotion qui est le résultat d’un affect ayant trouvé la voie de son extériorisation par son incarnation2. L’émotion est la sensation de chair que produit l’affect3. Cependant, il peut être un proche synonyme de sentiment car il traduit un état de l’être. Par conséquent, cet angle me permet de n’accéder qu’à l’expression des affects et non pas directement aux affects eux-mêmes car ils restent la propriété immanente du sujet. Avant l’avènement des pages perso et des Rsn, ces expressivités étaient cantonnées aux territoires de l’intime. Ainsi, il convient de s’interroger sur les « bonnes raisons » (Boudon, 2003) qu’ont les sujets à les rendre visibles. Pour Boudon, il n’est pas question de jugement de valeur mais d’interroger la propre hiérarchie de facteurs de l’individu qui le conduit à faire telle ou telle chose. Le sujet évalue ce qui est bon pour lui et c’est cela que nous devons nous atteler à chercher. En effet, rendre visible cette production d’affects dans les Rsn est un nouvel usage de la subjectivité contemporaine qui nécessite d’examiner la hiérarchie de facteurs mobilisés4. Quel intérêt de déclarer son amour sur Facebook, d’user du stratagème du secret ou même de la feinte auprès de tous ses contacts ? Cet usage ne doit pas être vu par le prisme de la psychanalyse qui voudrait y voir l’expression d’une société dont les sujets sont en proie à des problématiques narcissiques liées à une vision pessimiste associée à l’individualisme. Comme le remarque Denouël : « Force est de constater que ces analyses perdurent puisque, aujourd’hui encore, le déploiement de soi en ligne est considéré comme relevant d’une exacerbation pathologique du Moi, conséquence de la culture narcissique qui traverse les sociétés capitalistes avancées » (Denouël, 2011).

2Cet article ambitionne de détacher l’expression des affects en ligne avec ce qui serait d’une production d’une société pathologique qui orienterait son analyse vers les individualismes contemporains. Cette vision opacifie la recherche des « bonnes raisons » qu’ont les sujets d’exprimer leurs affects à un plus grand nombre. Comment ces usages sont-ils révélateurs d’une réactualisation de la forme du Banquet mais aussi de l’expression d’affects-actions comme l’entend Spinoza ? En préambule, je préciserai les cadres théorique et méthodologique de cet article. Dans une première partie, j’exposerai ce que j’entends par « supposé secret ». Ensuite, je m’attacherai à évoquer les « bonnes raisons » de la déclaration d’amour en ligne et pour finir je ferai le lien entre ces productions et le Banquet ainsi qu’avec les « affects-actions ».

Cadres théorique et méthodologique

3Les concepts spinosistes seront convoqués pour offrir une nouvelle lecture de ces usages. Ainsi la philosophie et d’autres champs disciplinaires comme ceux de la littérature, la linguistique et la sociologie relèveront de cette « boite à outils » conceptuelles afin de « bricoler » une analyse significative avec des éléments qui paraissent hétérogènes (De Certeau, 1990).

  • 5 D’ailleurs, je m’engage dans une démarche qui tente de considérer les différentes disciplines que c (...)
  • 6 J’exposerai ce travail plus loin pour servir l’argumentation.

4La pratique de terrain se rapproche de l’ethnométhodologie définit par Garfinkel. Cette approche « […] prend pour point de départ non pas la société, sa structure et ses inégalités mais un autre phénomène (qui paraît pourtant lui être étroitement lié) : l’action ; ou plus précisément : l’accomplissement pratique de l’action en commun telle qu’elle se réalise dans son déroulement temporel » (Ogien, 2016). Les Rsn incitent à considérer la vie sociale en train de se faire dans un mouvement continu. La pratique de la participation observante (Soulé, 2007) oriente cette démarche vers la sociologie expérimentale (Lahire, 2005), i.e. interroger les acteurs sur leur terrain. Plus encore, au-delà d’une forme d’anthropologie structurale, l’anthropologie modale offre de se centrer sur le vécu des individus pour saisir l’expression des affects et d’appréhender les modes de vie, d’action, de connaissance, de rencontre et de reconnaissance des subjectivités contemporaines (Laplantine, 2005)5. En 2016, j’ai poursuivi mes observations sur 56 profils Facebook 28 femmes et 28 hommes âgés entre 15 et 50 ans. Ces personnes ont été contactées avec ma véritable identité sur ma page Facebook car elles présentaient toutes un profil public très fourni. Elles ont été associées à ma liste de contacts. Toutes informées de mon travail de thèse, elles ne savaient pas qu’elles faisaient partie de mon corpus, mais le fait qu’elles soient informées m’a permis de mener des entretiens ouverts via la messagerie instantanée. Dans la typologie de Coutant et Stenger (2011)6 ces personnes ne font pas partie de mes « intimes ». Cependant, j’ai pourtant accès à leurs publications en faisant partie des « personnes partageant un intérêt commun » celui de la présence sur les réseaux. Dans cet article, 8 personnes seront présentes : Sacha, homme de 35 ans, travaillant dans le commerce avec 185 contacts ; Mathilde, femme de 32 ans, soignante dans le secteur hospitalier avec 212 amis. Et trois couples : Eric, 30 ans et Sandrine 28, travaillant sur leur exploitation, ayant respectivement 145 et 280 amis ; Flora 33 ans et Théo 36, musiciens, respectivement 235 et 252 amis. Gabriel 35 ans, sa compagne 34, respectivement, 131 et 125 amis.

Le supposé secret

5En 2016, j’ai observé des mises en scène du secret faisant de soi un évènement. Le 14 février 2016, jour de la Saint-Valentin, Sacha publie ceci à une audience publique (Fig. 1) :

Figure 1. Sacha – Supposé secret – 14 février 2016

Figure 1. Sacha – Supposé secret – 14 février 2016

6Dans la vie hors-ligne ce genre de situation n’arrive pas, Sacha ne brandirait pas une banderole avec cette phrase dans la rue. Le secret se dévoilait dans des territoires propices à la confidence et non à un auditoire élargi et potentiel. Potentiel dans le sens où dans une publication publique, tout le monde peut lire ce contenu même sans faire partie des contacts de Sacha et dans un temps ultérieur de sa publication. Il s’agit donc d’un secret qui n’en est pas vraiment un. D’ailleurs A. et E. jouent sur le mystère et participent de l’entretien du secret. Le contenu est mis sous silence. C’est un acte illocutoire (Ambroise, 2015) qui permet que le secret s’accomplisse. Et tout acte illocutoire attend une réponse. Ainsi, cet acte de parole devient perlocutoire car Sacha obtient des effets par le fait de déclarer cette situation : ces amis commentent et attestent de sa vie affective en train de se faire. Cet acte de parole performe le secret plus qu’il n’existe vraiment, les deux partenaires le connaissent, certaines personnes l’ont découvert, et il est donc supposé pour tous les autres contacts. Sacha fait le pari de tenir son « public » en haleine. Il use alors du stratagème du smiley « heureux » pour signifier sa disposition sentimentale. Il me confiera dans un entretien que cette manœuvre avait pour but de faire comprendre à son compagnon son bonheur de le retrouver. Le 22 avril il publie ceci (Fig. 2) :

Figure 2. Sacha – Supposé secret – 22 avril 2016

Figure 2. Sacha – Supposé secret – 22 avril 2016

7L’information principale non dévoilée est donc le nom de ce garçon avec qui il se passe quelque chose. Dans tout ce qui n’est pas dit, tout est dit. Une relation affective unit ces deux personnes, mais qui est le second ?

  • 7 Pour Deleuze, les psychanalystes « tiennent » les patients dans des concepts dont seuls eux connais (...)

8Cet usage du mystère autour de soi rappelle le concept de « sale petit secret » inventé par le romancier Lawrence et repris par Deleuze. Il lui sert à qualifier la mainmise de la psychanalyse sur la subjectivité. Comme il l’écrit : « Le grand secret c’est quand on n’a plus rien à cacher » (Deleuze & Parnet, 1977 : 58). En jouant avec « le sale petit secret » les internautes disent « […] voyez je ploie sous mon secret, voyez quel mystère me travaille […] » (Deleuze & Guattari, 1980 : 241). L’important reste d’interpeller l’autre dans le « Voyez » sur le secret qui est produit et donc d’orienter les récepteurs vers la curiosité qu’ils doivent avoir, c’est un acte performatif. S’il s’agissait de préserver une partie de l’intimité, rien n’aurait été produit car comme le pense Deleuze le grand secret est taiseux. De ce fait, la mise en scène dans les Rsn en fait un supposé secret. Même si l’éclairage par ce concept deleuzien apporte du sens il faut s’en dissocier car pour cet auteur, il importait de se départir des concepts transcendants dans lesquels la psychanalyse tient le sujet. C’est pour cela que je préfère parler de « supposé secret » pour le différencier. Mais, en y faisant référence, je souhaite conserver le fait que le sujet se livre à un découpage de l’information pour en (re)tenir un élément, il fait silence sur une partie et pas des moindres, celle qui captivera l’auditoire, celle qui mettra la personne liée à ce secret dans une position puissante surplombante face à ces autres « ignorants » de la relation affective qui se trame7. Et pour déployer des supposés secrets tout un usage du vocabulaire des affects est mobilisé. À la fois les émoticônes pour signaler que l’on est « heureux en bonne compagnie » et/ou dans le texte lui-même publié dans un billet d’humeur : « Que du bonheur avec toi » qui traduisent une disposition de l’âme à être amoureux. Sacha publie : « Il me tarde déjà le mois de mars pour te revoir. » ; « Une belle rencontre cette après-midi » ; « J’espère un jour une nuit dans tes bras ». Lors des entretiens, je souhaitais qu’il me précise cette volonté d’entretenir le secret. Il m’a avoué que ces messages étaient toujours adressés à quelqu’un, à l’être aimé pour en faire une preuve d’amour. Il m’expliquera aussi qu’il joue avec les statuts pour faire réagir un ex, pour le tester. Il m’avoua que « Belle rencontre aujourd’hui » était une information fausse pour que son ex comprenne « qu’il était passé à autre chose ». Le supposé secret se retrouve au service de la relation d’amour, le sujet s’expose à demi pour signifier le lien à l’autre qu’il soit toujours actif ou brisé.

9Mathilde publie : « Ou quand la vie est aussi belle qu’on a toujours voulu – aimée » ; « Tout vient à point à qui sait attendre, même le bonheur… » ; « a trouvé une pépite et compte bien garder la main fermée pour ne pas la perdre. » Les autres internautes jouent le jeu du supposé secret, en interrogeant Mathilde sur ses mystères, mais pas de réponse. Elle me précisa : « j’aime faire passer un message à l’homme que j’aime sans m’adresser à lui directement et aussi le partager avec mes amis sur Facebook. » Stimuler la curiosité pour pouvoir échanger sur le billet d’humeur produit est sa motivation. Cette stratégie lui sert à faire lien avec ses amis autour de son affaire personnelle.

10Les « bonnes raisons » ne sont donc pas du côté d’un besoin de construire une argumentation ou de préserver une partie de sa vie intime mais bien d’utiliser le vocabulaire des affects ou les dispositifs-signes (smileys, émojis) pour servir un stratagème relationnel. L’internaute choisit de ne produire qu’un élément de sa proposition et tout le billet d’humeur est pris dans cette performance du secret. Le vrai, le faux, le mensonge, la vérité ne sont pas des objectifs suivis, le but c’est que Sacha dans sa « hiérarchie de facteurs » renvoie lors de l’entretien à ses « bonnes raisons » qui motivent « Belle rencontre cette après-midi ». Ce qui est bon pour lui c’est de faire comprendre à son ex qu’il est passé à autre chose. Cette motivation oriente le sujet vers la production de supposé secret qui colore toute la déclaration. « Tantôt le secret devenait la forme d’un quelque chose dont toute la matière était molécularisée, imperceptible, inassignable non pas un donné dans le passé, mais un non-donnable de "qu’est-ce qui s’est passé ?" » (Deleuze & Guattari, 1980). Le « qu’est-ce qui s’est passé ? » conduit les récepteurs à demander une explication à l’auteur d’un supposé secret pour savoir de quoi il retourne. Mais voilà, l’auteur ne répondra pas, il s’agit du non-donnable. C’est sale et petit dans le sens moral, car l’auteur du message tient le récepteur dans l’ignorance. Le supposé secret existait dans des cercles d’amis ou familiaux définis, aujourd’hui il s’affiche dans les Rsn.

11Ainsi, « deux bonnes raisons » se dessinent celle de faire lien avec le partenaire et avec les témoins de cette relation mais aussi celle au service de la feinte pour satisfaire un besoin de mise à distance d’un ancien partenaire par exemple. En performant le faux, le sujet dit le vrai. Sacha en performant le faux – qu’il passe une soirée avec quelqu’un d’autre que son ancien compagnon – dit le vrai – qu’il est passé à autre chose. Ces usages sont des formes d’engagement envers l’autre. Dans cette pratique de détournement des intentions des concepteurs, réside une attente de la part des récepteurs. En effet, à la fois l’internaute décode l’intention contenu dans : « Exprimez-vous » – celle de décrire un vécu « vrai » mais aussi il y répond en y ajoutant son propre code tout en détournant le code initial (Hall, 1994) afin de signaler leur singularité aux lecteurs. De plus, Cardon perçoit cela comme une « coproduction entre les stratégies des plateformes et les tactiques des utilisateurs » (Cardon, 2008). Autrement dit, détourner le code, c’est signifier qu’on l’a bien compris, qu’on l’admet tout en le questionnant avec sa singularité. Quand un internaute choisit la feinte, il embellit la situation afin de la rendre plus acceptable par des moyens autres que ceux qui sont attendus. C’est une forme d’engagement de ce qu’est le sujet dans ce monde-là, celui des réseaux en ligne. La feinte ne doit pas être confondue avec un faux statut. Elle floute le vrai pour le rendre plus supportable, elle est une forme d’euphémisme qui fait chuter la virulence d’une situation. Pour Sacha écrire : « Belle rencontre aujourd’hui » est moins difficile à dire à son ex que : « Je suis avec quelqu’un » et Sacha ajoute : « Même pour lui, c’est lui éviter un affront de face à face… ». Afin d’échapper à un « acte menaçant pour les faces » (Brown & Levinson, 1987). Sacha utilise des « figurations » (Goffman, 1974) pour que personne ne perde la face. Il élude une énième conversation douloureuse et son ancien partenaire est dispensé d’une nouvelle déception trop directe. Cette pratique semble être à l’opposé de la déclaration d’amour qui elle fait mine de tout dire.

La déclaration d’amour sur Facebook 

12En effet, cette dernière adresse des sentiments vers une personne clairement identifiée mais dont tous les contacts sont spectateurs. Gabriel en publie une (Fig. 3) :

Figure 3. Gabriel – Déclaration d’amour – 11 juin 2016

Figure 3. Gabriel – Déclaration d’amour – 11 juin 2016

13De même, Éric identifie sa femme dans sa déclaration (Fig. 4) :

Figure 4. Éric – Déclaration d’amour – 1er octobre 2016

Figure 4. Éric – Déclaration d’amour – 1er octobre 2016

14Le partenaire est clairement signifié, aucun secret et même surtout pas. La déclaration d’amour offline se fait rarement devant témoins. La seule situation se vit au travers des célébrations civiles ou religieuses, mais elles restent très formatées par le code civil ou la liturgie. Aujourd’hui, cette déclaration devient un outil car l’intimité du couple ne paraît plus suffire. Ces discours nourris d’affects fonctionnent comme des dédicaces. En effet, elles tendent vers un autre clairement identifié. Elles demeurent toujours « l’affiche d’une relation » (Genette, 1987 : 126). Et comme le remarque Genette, il y a toujours deux destinataires : le dédicateur et le lecteur. Sur Facebook, les amis font office de témoins de la dédicace de l’amour exprimé.

  • 8 Pour Lordon, les institutions miment les affects individuels pour en faire des affects communs afin (...)

15Gabriel produit un discours ayant recours à la réflexivité, avouant son « évolution » en tant que père traduisant le passage de l’adolescent « rock’n’roll » au papa heureux. Il fait retour sur son parcours de vie pour célébrer sa vie actuelle. Les affects produits ici servent une réflexivité normée8. Lors de l’anniversaire de leur fille, sa compagne met sur le mur de Gabriel : « Joyeux anniversaire ma poupée. Tu illumines nôtre vie depuis 1 an. Pleins de beaux souvenirs et de belles découvertes à tes côtés. Je t’aime Maman — avec Gabriel. ». Il est évident qu’ils ne s’adressent pas à leur fille qui n’a pas de compte Facebook. Cependant, elle a une présence virtualisée par la photographie et par les messages exprimés à son sujet. S’ils n’interpellent pas leur fille, ils font appel aux contacts Facebook, comme les témoins de cette vie de famille présentée comme merveilleuse. Cardon remarque d’ailleurs : « Cet étrange jeu théâtral, dans lequel les utilisateurs miment l’aparté tout en parlant au su et au vu des spectateurs potentiels, permet de parader devant eux, d’afficher des private jokes, et de jouer de sous-entendus » (Cardon, 2010).Cependant, à quoi sert cette communication qui s’adresse à un autre absent ? La présence virtualisée des éléments de nos vies dans les Rsn réactive un usage de la prosopopée. En mettant en scène les absents, les sujets peaufinent leur image, comme, ici, être de bons parents. Autre forme de prosopopée : s’adresser à un autre sur la toile alors qu’il est présent dans la pièce à côté. Éric vit avec son épouse et il lui exprime ses sentiments alors qu’elle s’affaire dans une autre pièce. Il lui envoie juste un et il écrit « Fou amoureux – avec Sarah » ; « Trois ans d’amour sincères [sic.] avec sa femme. ». Sa femme est toujours là pour répondre par un . Les amants en sont d’abord les premiers destinataires afin de faire exister des preuves d’amour. Dans la typologie des « amis » sur les Rsn proposée par Coutant et Stenger, Éric et Sandrine sont des « amis » du type intime. Dans ce cas, la production d’affects est au service de la relation amoureuse. Puis, les partenaires ont besoin de témoins pour rendre la preuve légitime. Dans cette même typologie, les témoins se répartissent entre les connaissances du quotidien, les connaissances passées, les membres de la famille, les personnes partageant un intérêt commun, les célébrités, les « soi », les organisations et les fakes.

16Finalement, les sentiments se livrent de manière normée : on déclare son amour, on remercie son/sa partenaire pour l’amour qu’il/elle donne, on aime ses enfants. Il s’agit de montrer et prouver son bonheur, ses sentiments à la fois pour satisfaire un besoin du couple mais aussi dans un besoin social d’exister aux yeux des autres dans cette relation d’amour. Le supposé secret et la déclaration d’amour ont besoin de témoins et ce processus est révélateur de la production de subjectivité. Il offre trois supports à la subjectivation :

  1. le premier de signifier le lien à l’être aimé, de lui rendre ce lien visible comme preuve d’amour. Il serait question de réinvestir un mythe : « déclarer son amour au monde entier ». Cela ajouterait une preuve supplémentaire à l’amour vécu. Le sujet s’adresse aux intimes ;

  2. le deuxième d’éveiller la curiosité et de développer les échanges avec les contacts sur le Rsn. Le supposé secret sert de promotion au sujet auprès de son auditoire et ainsi d’entretenir des liens avec tous ceux qui ne font pas parties des « intimes ». La relation affective avec un des membres du type « intime » sert à favoriser l’image du sujet auprès des sept autres types d’ « amis ». L’expression des affects auprès des intimes favorise la promotion de la face (Goffman)

  3. le troisième de pouvoir euphémiser une situation affective compliquée ou naissante. C’est la pratique de la feinte dans le supposé secret. Ces expressions servent à sauver la face tant pour l’auteur que le/les récepteurs.

Une réactualisation du Banquet entre valeur sociale et personnelle

17Non seulement, il faut le regard de « cet autre qui se reconnaîtra » mais aussi celui de tous – ces témoins – qui attesteront de l’authenticité du vécu relationnel qui se trame. Pour cela, les internautes identifient clairement leur audience pour servir leurs intérêts. Pierre remarque : « Il ne s’agit plus ici de considérer les réseaux socionumériques uniquement par la présence d’une "audience invisible" (Boyd, 2007), mais par celle d’une audience clairement identifiée » (Pierre, 2013 : 427). De ce fait, une authenticité réflexive se déploie comme « une forme véritable de validation entre pairs sur le réseau » (Allard & Vandenberghe, 2003). Un billet d’humeur sur Facebook peut être commenté, un article posté sur un blog peut être critiqué, les dernières photos de vacances peuvent être exposées au jugement. Oscillant entre personnalisme et universalisme, le sujet : « […] émet une prétention à l’authenticité. Il dit à tout le monde qui veut l’entendre ou le voir qu’il est un individu unique et original et qu’il veut être jugé en tant que tel, donc comme s’il était une œuvre d’art ». Alors, les récepteurs deviennent tous les spectateurs du pantomime du Banquet de Xénophon. Comme s’ils étaient les invités de la cérémonie du mariage public afin d’en attester l’amour. Vatin propose une traduction de ce texte au moment du mariage d’Ariane et de Dionysos : « Ils (les spectateurs du mariage) entendaient en effet Dionysos demander à Ariane si elle l’aimait et Ariane lui jurer que oui, si bien que Dionysos n’était pas que le seul à le croire et que tous les assistants auraient juré que le jeune garçon et la jeune fille s’aimaient réellement […] » (Vatin, 2004 : 43). Les liens évoqués doivent être garantis jusqu’aux assistants. Rendre visible un sentiment, ou montrer que l’on tient un secret accroît la valeur du lien : « Regardez donc, les liens que j’ai. » Le lien devient une valeur personnelle. Illouz pense que la modernité tardive dégageant l’amour des considérations socio-économiques a permis l’émergence de sa valeur personnelle de l’amour. « L’amour doit impliquer un processus continu, incessant de « validation » c’est-à-dire une reconfirmation de l’individualité et de la valeur du sujet. » (Illouz, 2012 : 197). Dans le couple, il paraît nécessaire de se soutenir sur le plan personnel et d’être validé par l’autre dans ce que l’on met de soi dans la relation. Sauf qu’aujourd’hui, la précarité du lien, de plus en plus signifiée par les statistiques des divorces et du nombre de personnes seules, affaiblit la validation unique par l’être aimé. Il faut obtenir une validation supplémentaire par une communauté d’amis. Pour Illouz, désormais, la valeur sociale découle du moi. Ce moi se pomponne pour augmenter sa valeur auprès de cet être aimé valideur. Faire une déclaration d’amour sur Facebook, c’est se faire beau pour la communauté. Et cela permet de signifier : « une certaine forme d’aisance sociale, une attitude cool et une capacité à jouer avec les codes qui séparent habituellement les espaces familiaux, professionnels et amicaux » (Cardon, 2009). Il s’agirait d’exiger de ses témoins une double reconnaissance. Tout d’abord, une reconnaissance de la valeur personnelle par les intimes quand l’être aimé like la déclaration d’amour et le supposé secret. Puis, deuxième niveau, celui du Banquet – les assistants – une reconnaissance de la valeur personnelle par le reste des contacts quant à leur tour ils vont liker ces productions sentimentales. Cette « bénédiction » par les témoins de l’authenticité de cette relation fonctionne comme une valeur intégrante de la personne. En termes goffmaniens, les relations « anonymes » permettent de faire « signe du lien » (Goffman, 1973) car c’est dans les situations intermédiaires entre anonymat et relations personnelles que les signes du lien se logent. Ce qui permet aux « relations anonymes » d’identifier clairement le type de relation et où elle en est. Par un feedback de commentaires ou de likes « les relations anonymes » attestent du lien intime entre les deux amants.

18De ce fait, les démonstrations quotidiennes permettent de valider pour soi-même que l’on a fait le bon choix avec cette personne et en même temps elles servent à s’assurer que l’être aimé validera aussi son propre choix. Condamné à la compulsion de répétition, le sujet trouve dans la déclaration d’amour et le supposé secret les moyens d’être validé et de faire approuver le choix par tous à travers la reconnaissance de la valeur personnelle. « La reconnaissance est ce processus par lequel la valeur sociale et la valeur personnelle du sujet sont continuellement établies dans ses relations avec les autres, et à travers elles. » (Illouz, 2012 : 199). La valeur sociale se trouvant malmenée à travers la crise économique et plus particulièrement par la difficulté d’insertion stable dans la sphère professionnelle, la valeur personnelle doit prendre le dessus.

19Flora me raconta comment son partenaire utilisa Facebook pour demander un avis à ses amis sur une dispute amoureuse. Tous les contacts étaient prévenus que Théo était en couple avec Flora. Flora me rapporta la difficulté de vivre cette mise en visibilité d’un élément de leur vie affective. Théo dans l’après-coup reconnaissait avoir perdu pied, et tellement souffrir de la dispute qu’il en avait créé cette mise en scène. Validation sociale et personnelle sont aujourd’hui intimement liées. Si l’une est en perdition, on va chercher l’autre. Théo en jouant ce jeu, demande à ses contacts de valider sa valeur personnelle parce qu’elle est, elle-même, menacée avec Flora. Ce procédé, lui permet d’accroître sa valeur personnelle et donc sa valeur sociale. Il y aurait des basculements de l’un vers l’autre afin d’être reconnu coûte que coûte. La douleur entraînant ces agissements viendrait d’une peur profonde de perte de reconnaissance de la valeur personnelle. Faire une déclaration d’amour sur Facebook, c’est encore une fois réévaluer le lien lui-même. C’est avant tout formuler la réponse aux questions que se posent sans cesse les sujets : Est-ce la bonne personne ? Et inversement, suis-je la bonne personne pour l’autre ? Le supposé secret quant à lui, c’est la première interrogation : « Si je dis de manière cachée (on ne sait jamais si je me trompais de personne) que j’aime cette personne, alors je peux évaluer dans sa manière de répondre si c’est la bonne personne. » C’est la souffrance d’être aimé ou de ne pas l’être qui s’éprouve. Ainsi, les affects trouvent ici une forme d’expressivité, se livrant compulsivement entre logorrhée et rétention, entre deux polarités où les formulations restent normées : déclaration d’amour très classique et supposé secret très enfantin : « j’ai un secret mais je ne vous le dirai pas. » À en être les témoins en likant nous participons de ce phénomène d’affects qui ont besoin de s’exprimer pour être reconnus. Paradoxe sans fin de la quête de soi : livrer des sentiments amoureux d’une manière convenue pour en attester soi-même. Les bruyants affects cherchent leurs témoins.

Conclusion : affects-passions et affects-actions sur le numérique

20Depuis l’avènement du web, se déploie cette critique persistante empruntée à la psychanalyse qui lie l’expression des affects à une souffrance du moi généralisée. Mais, déjà en 1981 quand Deleuze fait son cours sur l’Éthique de Spinoza, il sort le concept d’affect de son attachement au trauma et lui rétablit sa définition de puissance d’agir. L’affect est lié à trois genres de connaissance : la connaissance liée à la perception, la connaissance des rapports et la connaissance des essences (Deleuze, 1981). Le premier genre de connaissance regroupe les idées inadéquates, il s’agit des effets de rencontres, de chocs, de heurts entre les parties extérieures qui me composent et les parties extérieures qui composent les autres corps. Deleuze prend l’exemple de ne pas savoir nager. Dans ce cas, quand je vais me baigner, la vague est le corps aquatique. Elle a son rythme, ses caractéristiques et moi de mon côté j’ai mon rythme de non-nageur, alors tantôt la vague me gifle, tantôt elle m’emporte, tantôt, je ris, tantôt j’ai peur. Il se passe cela car je ne connais pas les rapports qui se composent et se décomposent pour la mer qui doit faire avec mon corps. Alors, je vis des affects-passions où je sens que ma puissance d’agir est là, mais qu’elle peut tout autant augmenter que diminuer. Dans la dispute de Flora et Thibaut, ils vivent des affects-passions qui réduisent leur puissance d’agir car ils ne connaissent pas bien encore comment l’un et l’autre composent et décomposent les rapports. Alors, il s’agit d’affects lourds qui diminuent la puissance d’agir. La relation d’amour est souvent tenue dans ces affects, quand le partenaire se décommande, on échafaude toutes sortes de scénarii pour comprendre et ces affects sont là car nous ne sommes pas maîtres de cette puissance d’agir. Le deuxième genre de connaissance regroupe les idées adéquates, il s’agit de la connaissance des rapports. Quand je sais nager, j’appréhende les rapports qui composent les mouvements de l’eau, la rythmicité des vagues, je comprends mon rythme dans l’eau, je compose des rapports particuliers avec les rapports de la vague. Quand les internautes font des déclarations d’amour ils maîtrisent parfaitement les rapports caractéristiques du Banquet, de la mise en visibilité opacifiée de l’amour et vivent des affects-actions qui augment leur puissance d’agir car ils s’affectent eux-mêmes de l’amour qu’il porte. Le troisième genre de connaissances concerne celle des essences. Car c’est de ces dernières dont dépendent les rapports. Ainsi, si ces rapports sont les miens, ils expriment mon essence et donc mon degré de puissance. De ce fait, mes productions d’affects sur Facebook me permettent d’accéder à une connaissance singulière de ce que je suis. Sur les Rsn, nous nous affectons nous-mêmes, il s’agit d’une affection de soi à soi et nous avons besoin de témoins pour être nous-mêmes le propre témoin de cette affection. Ainsi, il me paraît essentiel de considérer la production des affects sur les dispositifs du numérique du côté des affects-passions et des affects-actions que du côté de la psychanalyse et de s’orienter vers ces nouveaux usages que la subjectivité a trouvés pour s’affecter elle-même.

Haut de page

Bibliographie

Allard Laurence, & Vandenberghe Frédéric, « Express yourself ! Les pages perso », Réseaux(117), 2003, pp. 191-219.

Ambroise Bruno, « La philosophie du langage J.-L. Austin et le langage : ce que la parole fait », Philopsis, 2015, pp. 1-20.

Austin John Langshaw, How to Do Things with Words, Oxford, J.O. Urmson and M. Sbisà, 1976, 192p.

Boudon Raymond, Raisons, bonnes raisons Paris, P.U.F, 2003, 192p.

Boyd Danah, « Social Network Sites : Public, Private, or What ? », The Knowledge Tree(13), 2007.

Brown Penelope, Levinson Stephen C., Politeness : some universals in language usage. Cambridge, Cambridge University Press, 1987, 358p.

Cardon Dominique, « Design de la visibilité Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, 2008, pp. 93-137.

Cardon Dominique, « L’identité comme stratégie relationnelle », Hermès "Traçabilité et réseaux"(53), 2009, pp. 61-66.

Cardon Dominique, La démocratie internet, Paris, Seuil, 2010, 102p.

Certeau Michel de, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris, Gallimard, 1990, 416p.

Coutant Alexandre, Stenger Thomas, « Un monde d’amis ? : Une ebauche de typologie sur les réseaux socionumériques ». Dans S. P. Klein, Connexions : communication numérique et lien social, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2011, pp. 213-228.

Deleuze Gilles, Cours de Gilles Deleuze sur L’éthique de Spinoza, La voix de Gilles Deleuze. Vincennes, Université Paris8, 1981 [en ligne], Disponibilité et accès http://www2.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=63

Deleuze Gilles, Guattari Félix, Capitalisme et schizophrénie 2, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, 648p.

Deleuze Gilles & Parnet Claire, Dialogues, Paris, Flammarion, 1977, 187p.

Denouël Julie, « Identités », Communications(88), 2011, pp. 75-82.

Denouël Julie, « Production participative d’information sur internet : expression citoyenne, engagement civique et culture de soi », Recherches en communication (36), 2013, pp. 71-84.

Denouël Julie, « Expressions de soi et modalités de reconnaissance en ligne. Eléments pour une approche interactionnelle et socio-discursive des identités numériques », Dans H. Bourdeloie, & D. Douyère, Méthodes de recherche sur l’information et la communication, Paris, Mare & Martin, 2014, pp. 209 - 225.

Foucault Michel, Histoire de la sexualité 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1994 [1976], 224p.

Genette Gérard, Seuil, Paris, Seuil, 1987.432p.

Goffman Erving, Mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1 : La présentation de soi, Paris, Minuit, 1973, 256p.

Goffman Erving, Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974, 240p.

Hall Stuart, « Codage/Décodage » Réseaux - Les théories de la réception, 12(68), 1994, pp. 27-39.

Illouz Eva, Pourquoi l’amour fait mal : L’experience amoureuse dans la modernité, Paris, Seuil, 2012, 400p.

Lahire Bernard, L’esprit sociologique, Paris, La découverte, 2005, 435p.

Laplantine François, Le social et le sensible, introduction à une anthropologie modale, Paris, Téraèdre, 2005, 220p.

Lemeilleur Sandra, L’expressivité de l’intime sur les dispositifs du web. Processus de la subjectivité et machinations contemporaines, Bordeaux, Thèse en SIC, Laboratoire MICA, Université Bordeaux-Montaigne, 2016, 452p.

Lordon Frédéric, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Seuil, 2013, 284p.

Ogien Albert, « Garfinkel et la naissance de l’ethnométhodologie ». Occasional Paper(34), 2016, Disponible sur http://cems.ehess.fr/docannexe/file/3721/op34_ao_garfinkel_naissance_ethnomethodologie.pdf

Pierre Julien, Le cadre privatif : des données aux contextes. Approche interdimensionnelle des enjeux de médiation de la vie privée, Grenoble, Thèse en SIC, LaboratoireGRESEC, Université de Grenoble, 2013, 911p.

Soulé Bastien, « Observation participante ou participation observante. Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales » Recherches Qualitatives, 1, 2007 pp. 127-140.

Vatin Claude, Ariane et Dionysos. Le mythe de l’amour conjugal, Paris, Rue d’Ulm/Presses de l’ENS, 2004, 142 p.

Haut de page

Notes

1 Le billet d’humeur numérique nommé couramment « statut » se positionne du côté du récit de soi et non pas du partage d’une information générale, de la diffusion d’un texte d’un contact.

2 Spinoza évoque peu le mot émotion. L’affect préfigure l’émotion en quelques sortes ; cette dernière est sa manifestation corporelle et sensorielle.

3 Les émoticônes en tant que transfigurations symboliques du corps humain sont des transcriptions de l’incarnation des affects.

4 Il s’agit de considérer tout autant les processus de subjectivation que de simulation qui conduisent à l’accélération et à la diversification (Cardon, 2009) de ces productions.

5 D’ailleurs, je m’engage dans une démarche qui tente de considérer les différentes disciplines que ces usages des affects convoquent et au lieu de cloisonner, je m’oriente vers le propos de Denouël : « […] partageons-nous l’idée selon laquelle il serait nécessaire de s’extraire des insularités méthodologiques et des « splendides isolements » disciplinaires dans l’objectif de fédérer les chercheurs qui travaillent sur ce sujet […] ainsi, tenter de construire un système analytique tout à la fois interdisciplinaire et complexe qui aurait pour avantage de permettre l’examen croisé des différentes logiques, pratiques et cadres qui participent de la construction des identités numériques. » (Denouël, 2014).

6 J’exposerai ce travail plus loin pour servir l’argumentation.

7 Pour Deleuze, les psychanalystes « tiennent » les patients dans des concepts dont seuls eux connaissent le sens.

8 Pour Lordon, les institutions miment les affects individuels pour en faire des affects communs afin d’accroître leur légitimité auprès des citoyens. De plus, l’exercice du biopouvoir (Foucault, 1994 [1976]) a d’abord façonné une société réflexive et petit à petit les institutions en copiant ce processus l’ont transformé en une société expressive (Lemeilleur, 2016) qui impose aux individus de verbaliser leurs analyses réflexives afin de trouver en retour une légitimité auprès de ces institutions. En conséquence, les concepteurs des dispositifs ne sont pas les « générateurs » de ces pratiques, mais bien à l’opposé dans le sens où ces derniers ne font que reproduire ce qu’il se passe déjà dans le social.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Sacha – Supposé secret – 14 février 2016
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2896/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2. Sacha – Supposé secret – 22 avril 2016
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2896/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 3. Gabriel – Déclaration d’amour – 11 juin 2016
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2896/img-3.png
Fichier image/png, 219k
Titre Figure 4. Éric – Déclaration d’amour – 1er octobre 2016
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2896/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Lemeilleur, « Les affects en partage sur Facebook entre supposé secret et déclaration d’amour », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2896 ; DOI : 10.4000/rfsic.2896

Haut de page

Auteur

Sandra Lemeilleur

Chercheure associée au MICA, est chargée d’enseignement en L1 de SIC à l’université Bordeaux-Montaigne où elle a soutenu en 2016 sa thèse sur « L’expressivité de l’intime sur les dispositifs du web. Processus de le subjectivité et machinations contemporaines ». Mail : sandra.lemeilleur@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page