Navigation – Plan du site
Émergences
Identités, publics et médias

Renversement du stigmate et agir créatif : identité para-journalistique des journalistes pigistes

Faïza Naït-Bouda

Résumé

Cet article pointe les déclinaisons identitaires du groupe professionnel des journalistes français au travers du cas des journalistes pigistes, exploré comme fruit de l’historicité des logiques sociales de différenciation au sein de l’espace journalistique. L’article s’intéresse au glissement identitaire dont ces journalistes font l’objet en prenant appui sur le stigmate de précaires qui leur est imputé. L’entrée du stigmate choisie permet de déceler que, tout en partageant un tronc commun identitaire avec le groupe premier, l’identité des journalistes pigistes renferme une dialectique paradoxale partagée entre identification à la corporation et identisation à une « sous-culture » propre, le pigisme.

This article highlights the plural identities of the group of French professional journalists through the cases of the journalists “pigistes”. This case is examined as the fruit of the historicity of the social logics of differentiation within the journalistic space and focuses on the shift in identity that these specific journalists lead in using their sigma of precariousness as a support. The observation of the reappropriation of this stigma allows us to emphasize that, while sharing a common identity with the primitive group, the identity of these journalists contains a paradoxical dialectic shared between identification with the corporation and “identisation” with a specific subculture we called the pigisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’on peut citer, entre autres, les travaux de Ruellan (1993 ; 1997), Marchetti (2002), Levêque (200 (...)
  • 2 Le statut peut-être ici entendu comme « la position qu’un individu occupe dans un groupe, ou qu’un (...)

1Existe t-il une ou des identité(s) journalistique(s) ? La majorité des travaux explorant l’identité des journalistes en France, que ce soit en considérant la profession par segments ou comme une entité homogène1, reconnaissent la prégnance d’une identité collective et d’un référentiel commun (Blin, 1997). Néanmoins, la prise en compte des modalités de pratique ou encore de celui du statut professionnel2 pourrait induire une autre appréhension de l’identité journalistique, en conditionnant ses contours, ses modes d’expression et de valorisation. L’exemple des journalistes pigistes illustrerait avec pertinence ces déclinaisons identitaires découlant de l’historicité des logiques sociales de différenciation au sein de l’espace journalistique. En effet, si l’identité professionnelle des journalistes résulte d’identifications successives formées par sédimentation (Le Cam, 2005), il devient possible d’envisager que ce segment du groupe puisse faire l’objet d’un glissement identitaire, car n’ayant pas emprunté fidèlement le processus socio-historique de construction identitaire de la corporation et ne jouissant pas d’une même reconnaissance socio-professionnelle,.

  • 3 La collaboration multiple, communément appelée pige depuis les années 1950 revêt une modalité de pr (...)

2Indubitablement, les journalistes pigistes, pratiquants d’une modalité pourtant pionnière du journalisme3, ne bénéficient pas d’une légitimité comparable à celle du groupe premier. Ce qui conduit à présumer d’une affiliation à l’identité de ce groupe tout à fait spécifique, voire négociée. Le qualificatif « premier » désigne la corporation comme le groupe originel d’appartenance et veut mettre l’emphase sur une « antériorité historique » et ainsi « désigner les groupes qui occupaient avant l’ère moderne une espace territorial sur lequel d’autres populations sont ensuite venues s’installer sans les faire disparaître » (Wieviorka, 2001, 110). Du point de vue de la reconnaissance sociale et professionnelle, ce qualificatif sied au groupe professionnel des journalistes : les « autres populations » renverraient, entre autres, aux journalistes pigistes reconnus près de quarante ans après le groupe premier.

  • 4 Erving Goffman lui-même ne statue pas en faveur d’une distinction entre ces deux notions. Dans l’ou (...)

3Notre approche empirique permet de postuler d’un glissement identitaire perceptible chez les journalistes pigistes au travers d’une production discursive singulière, porteuse d’une représentation commune et d’un référentiel hybride. Cette représentation partagée semble se traduire chez les concernés par une communion autour du stigmate contemporain de « précaires » qui leur est socialement imputé. Tel que ce stigmate transparaît dans les discours professionnels comme dans ceux académiques, il tend à s’apparenter, ou pour le moins se conjuguer, à une forme de déviance. Dans le cas présent, ces deux notions, de stigmate et de déviance, n’entrent pas en contradiction4 : toutes deux sont conçues en termes de relations sociales et non d’attribut, en résultant de l’interaction et de la volonté de catégorisation du monde qui anime les groupes sociaux, de même que d’une condamnation sociale à la différence (Goffman, 1975 ; Becker, 1985). Leur formation repose ainsi essentiellement sur des représentations et des discours dont la teneur se condense autour de l’insatisfaction des normes.

4Dans le cas de la pige, sa pratique donne lieu à une représentation à la fois déviante – par la pratique elle-même, sortant du cadre des normes d’emploi, soit CDI à temps complet avec un employeur unique – et stigmatisée – par le statut porteur de représentations socialement dépréciées et donnant lieu à des discours clivants, car contredisant l’identité idéal-typique journalistique. La différenciation socio-professionnelle par la stigmatisation d’une part d’agents se révèle coutumière dans une approche diachronique du champ journalistique. Toutefois, envisager un glissement identitaire des journalistes pigistes permettrait d’aborder cette différenciation d’un point de vue synchronique comme le fruit d’un agir créatif (Joas, 1999) dans la production, la récupération ou l’instrumentalisation de normes qu’elle génère.

5Notre postulat est qu’un renversement du stigmate par les journalistes pigistes donnerait lieu à un « déplacement identitaire » (Wieviorka, 2001, 128), concrétisé par la formation d’une identité collective, généalogiquement rattachée à l’identité du groupe premier, mais qui s’en distancierait, sur de nombreux aspects, notamment celui des normes, des valeurs et des pratiques. D’un tronc commun identitaire relatif au groupe premier, l’identité de ces journalistes se formerait alors selon une dialectique divisée entre identification au groupe premier et identisation à une « sous-culture » partagée (Becker, 1985) qui rassure l’appartenance au groupe, le pigisme. Présumer de ce déplacement identitaire confère aux journalistes pigistes un statut d’acteur, sans nier toute la complexité qu’un tel statut renferme. Ce positionnement admet ainsi la pluralité des logiques d’action adoptée par les individus, quel que soit leur champ d’inscription socio-professionnelle (Lahire, 1998). Il conçoit ce déplacement identitaire non pas en opposition à l’identité du groupe premier, mais en cumulà celle-ci(Donnat, 2007), donnant de ce fait sens à la dimension sédimentaire de l’identité au sens large.

6Cet article s’appuie sur une combinaison de méthodes et de matériaux constitués entre 2007 et 2016 : analyse discursive et sémiotique de productions médiatiques par des associations professionnelles (magazine Mag’Pigiste, sites Internet d’associations et de collectifs), entretiens avec des journalistes pigistes, observation in situ de manifestations et réunions professionnelles (apéro-pigistes et rencontres syndicales).

7Trois temps amèneront à mieux cerner cette identité para-journalistique. Le premier retracera le parcours de sa formation en revenant sur le processus historique duquel elle découle. Nous en profiterons, d’une part, pour décrire les modalités d’affiliation des journalistes pigistes à cette identité amènant progressivement ces derniers à former un « même » forgé par le stigmate, et, d’autre part, pour caractériser le pigisme en tant que culture socio-professionnelle singulière. Un deuxième temps rendra compte de ce que ce glissement identitaire garde de commun avec l’identité du groupe premier (identification). Enfin, nous nous attarderons sur les attributs qui l’en distinguent (identisation).

Aux origines de l’identité para-journalistique

Le terreau historique du stigmate

8Depuis le début du XXe siècle marqué par la généralisation du salariat, le journalisme à la pige s’est vu affublé d’étiquettes dont le contenu a certes varié selon les contextes, mais dont la charge négative est restée constante, en renvoyant inéluctablement ses pratiquants au rang de dominés. Les archives historiques (débats parlementaires, articles de presse, discours associatifs et syndicaux, notamment) permettent d’identifier deux phases historiques prédominantes dans la construction d’une représentation stigmatique des journalistes pigistes qui, selon nous, informent sur la formation progressive de l’identité para-journalistique de ces journalistes.

  • 5 C’est ainsi que George Bourdon, figure de proue du Syndicat des Journalistes et fervent militant po (...)

9Le premier tournant renvoie à l’entre-deux-guerres, période de crise en presse marquée par une stigmatisation de la pratique de la collaboration multiple, ancêtre de la pige, comme une pratique douteuse prenant part tantôt à un « labeur forcené », tantôt à « des tâches accessoires souvent obscures » générant « l’existence la plus pénible »5. Le Syndicat des journalistes travaillent alors à la légitimité de la profession par l’épuration d’indésirables immiscés dans l’espace journalistique par la brèche que constitue la collaboration multiple. Les représentants du syndicat décrivent le collaborateur multiple comme un opportuniste individualiste « dépourvu de moralité »(Bulletin du Syndicat des Journalistes, octobre 1922). À l’issue d’une féroce campagne de discrédit, cette stigmatisation sera institutionnalisée en 1935 par le rapport parlementaire dit Brachard dans lequel les collaborateurs multiples sont assimilés à « des tares de la presse française ». Ce rapport qui fondera la loi de 1935 exclut les collaborateurs multiples du champ légal d’exercice de la profession et contrarie de fait leur intégration socio-professionnelle en fixant ces derniers comme « une différence fâcheuse » (Goffman, 1975, 15).

10Si en 1974, sous l’impulsion de journalistes pigistes de presse régionale bretonne, la loi Cressard amende le texte de 1935 en élargissant son champ d’action au bénéfice de ces journalistes, les arguments retenus lors des débats parlementaires précédant son adoption s’avèrent tout aussi avilissants pour les journalistes pigistes brossés en « oiseau[s] sur la branche » et à des « salariés mineurs » (Débat parlementaire du 27 juin 1974, Journal Officiel du 28 juin 1974).

11Cette stigmatisation des journalistes pigistes perdure finalement de nos jours au travers de la représentation d’agents fatalement précaires et sert les stratégies de légitimité et d’adaptation des acteurs dominants lors de phases de mutations qui bousculent sensiblement la distribution des rôles et des pouvoirs au sein de l’espace médiatique (Naït-Bouda, 2012). Cette constance historique d’une stigmatisation des journalistes pigistes nous amène à la concevoir en idéologie dont la source réside dans la nature structurelle de l’espace journalistique à fonctionner sur la dualité au renfort de stratégies de différenciation socio-professionnelle.

L’initiation au stigmate

12Il apparaît que quel que soit l’âge, l’ancienneté du sujet dans la profession et à la pige ou son parcours biographique, le journaliste s’initiant à la pige, par choix ou par défaut, se trouvera exposé à sa nouvelle étiquette de « pigiste », alors même qu’il entendait jusqu’ici n’être identifié qu’en qualité de journalistes. De sorte que, qu’il s’agisse d’un jeune journaliste dans le sas à l’entrée du marché du travail ou d’un journaliste plus expérimenté, être identifié en tant que journaliste pigiste – par projection, par le fait de l’activité même, ou par statut – plus qu’en qualité de membre du groupe professionnel des journalistes constitue socialement un premier stigmate, lui-même porteur d’autres stigmates secondaires (celui du précaire, pour le plus cité) : la représentation du journaliste pigiste fatalement précaire sous-tend ainsi l’endossement d’un double stigmate.

13Contrairement au stigmate inné (le handicap physique de naissance, pour le plus évident), le stigmate socialement construit demande un apprentissage et une intégration par l’individu stigmatisé des critères normatifs auxquels il ne satisfait pas. Ce stigmate engage à une prise de conscience chez le sujet de sa différence fâcheuse, mais aussi à son initiation au maniement du stigmate.

14Goffman (1968) a caractérisé les étapes menant à l’étape charnière où l’individu stigmatisé réalise son infortune et formalise l’acceptation de son stigmate par un désir de s’affilier à ses semblables. Cet « itinéraire moral » conditionnera les modalités et le degré de son attachement au groupe stigmatique pour parfois aller jusqu’à s’inscrire dans une action collective. De nombreux critères déterminent le degré d’engagement et la posture d’un journaliste pigiste vis-à-vis de son stigmate, à l’instar de l’âge du pratiquant, de son parcours de formation et/ou de carrière, de son expérience du métier, de sa propension à rationaliser les mythes imputés au journalisme et aux journalistes, de ses origines sociales et des exigences qui en découlent, de la spécialité médiatique et journalistique dans laquelle il s’inscrit, de ses ambitions professionnelles. Néanmoins, un trait commun émerge : à mesure de l’installation dans la pratique de la pige dans le temps, une ambivalence à l’égard du stigmate induit une oscillation entre adhésion et rejet, selon les conditions et motivations de la pratique, mais aussi selon les possibilités de socialisation à disposition.

15Cet état de liminalité conduit l’individu à questionner sa disposition à s’affilier au groupe stigmatique, affiliation envisagée comme une des solutions d’ajustement les plus tenables (Becker, 1985, 204), dans la mesure où de la liminalité peut naître la nouveauté qui « vient de cette combinaison inattendue des éléments familiers » (Coman, 1996, 16). À ce stade, le délai de familiarisation à la pige compte pour beaucoup dans la maîtrise du maniement du stigmate, comme en témoigne un de nos interrogés : « Moi, je connais beaucoup de gens [journalistes titulaires], y compris de ma promotion et de celle d’après, qui n’ont pas non plus vingt ans de maison dans la même rédaction, qui voudraient partir, qui cherchent un poste ailleurs, qui ne trouvent pas et qui, du coup, restent et sont frustrés. À la limite, moi, j’ai moins envie de bouger que bien des gens en poste que je connais. Parce que ceux qui n’ont jamais connu la pige ou pas longtemps, ça leur paraît juste l’enfer quoi ! » (Femme, 30 ans, 11 ans d’ancienneté dans le journalisme à la pige, Presse écrite)

16L’entrée dans le groupe stigmatique intervient comme une des solutions d’ajustement les plus tenables pour l’individu : plutôt que de demeurer « le cul entre deux chaises »(Femme, 27 ans, 4 ans d’ancienneté, Presse écrite et en ligne), soit dans un état liminal socialement mal assumé, l’individu stigmatisé s’affilie au groupe stigmatique après avoir pris en compte « la manière dont ses semblables jugent ce qu’ils font, ainsi que l’influence de ce jugement sur leur prestige et leur rang social. » (Becker, 1985, 207). En d’autres mots, mieux vaut se dire et se penser journaliste pigiste par choix, se déclarer en tant que membre d’une communauté composée de semblables et se présenter ainsi en tant que force d’une action collective, que se désigner comme journaliste pigiste par défaut, subissant l’exercice solitaire du métier, ce qui attenterait à l’image de l’individu et déprécierait son rang social et professionnel.

17Cette prise de conscience et cette acceptation du stigmate éprouvées, l’individu stigmatisé pourra alors s’engager dans un groupe stigmatique « organisé » dont les membres partageront « le sentiment d’avoir un destin commun, d’être embarqués sur le même bateau » (ibid.) et s’inscriront dans un discours substituant le « je » par le « nous » : « je crois vraiment qu’on est dans la même barque […] Mais c’est peut-être ça qui fait une certaine communion entre nous. » (Femme, 29 ans, 4 ans d’ancienneté à la pige, Presse écrite et radio). De cette communion peut émerger une sous-culture renfermant un ensemble organisé de significations, une conception du monde social et des moyens de s’y adapter qui consolide l’appartenance au groupe et stabilise l’identité déviante (Becker, 1985).

Le renversement du stigmate pour un glissement identitaire

  • 6 Gilles Balbastre, « Journal d’un J.R.I ou les sherpas de l’info », sous la dir. d’Alain Accardo, Jo (...)
  • 7 Michel Mathien, « “Tous journalistes” ! Les professionnels de l’information face à un mythe des nou (...)
  • 8 Patrick Champagne, « Le journalisme à l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, n°  (...)

18Les représentations des journalistes pigistes se condensent communément autour de l’image de « sherpa »6, « corvéables à merci »7, répondant avec « docilité » aux besoins rédactionnels en fabriquant l’information « sans état d’âme » et dans une folle « course après la commande »8. Les représentations stigmatisantes de ces agents comme étant fatalement dominés et précaires sont alimentés tant dans les discours académiques que professionnels. À contre-pied de cette représentation quelque peu misérabiliste, notre approche communicationnelle veut insister sur le potentiel tacticien (De Certeau, 2005) des agents à se saisir de leur stigmate. Une prise de conscience peut amener les stigmatisés eux-mêmes à renverser leur stigmate et à produire « une différence débarrassée de son stigmate, et d’une certaine façon régénérée » (Wieviorka, 2001, 126), soit en se distanciant de l’identité première, soit en contribuant à la formation d’une identité nouvelle.

19Nos observations rapportent un déplacement identitaire opéré par les journalistes pigistes donnant lieu à la formation d’une identité collective, généalogiquement rattachée à l’identité première du groupe professionnel des journalistes, mais distincte sur le terrain des normes, des valeurs et des pratiques. Sans entrer en conflit avec l’identité du groupe premier, cette identité plurielle des journalistes pigistes s’exprime au travers de référents et de représentations de soi et du monde communs, véritables manifestions d’une culture au sens anthropologique du terme

  • 9 « Le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée l (...)

20Contrariant la représentation dépeinte par la loi Brachard en 1935 où la pige se résume à une simple source de revenus9, les journalistes pigistes privilégient une description socio-artistique de leur activité valorisant la nature créatrice et intellectuelle, empreinte du modèle d’indépendance des écrivains-journalistes du XIXe siècle. Les approches utilitariste et socio-artistique peuvent co-exister, voire se relayer, dans les discours des concernés. Cette approche constructiviste des manières d’« être à la pige » transparaît dans le discours des interrogés au travers de l’exploitation de l’expression « pigisme » dont le sens donné recoupe la dimension para-professionnelle des compétences de ces journalistes rapportées par Olivier Pilmis (2006). L’auteur inscrit ces compétences dans une modalité singulière d’exercice du journalisme, mais aussi d’existence. Nous étendons ce postulat au projet identitaire présumé en affectant au pigisme des normes, des valeurs et des pratiques para (pour l’étymologie grecque d’à côté de) et partagées. Le pigisme reverrait à une culture, fruit d’une socialisation entre journalistes pigistes « autour des problèmes qui découlent des différences entre leur définition de ce qu’ils font et la définition acceptée par les autres membres de la société » (Becker, 1985, 105). Ainsi, le glissement identitaire des journalistes pigistes consisterait en la formation d’une identité para-journalistique, porteuse d’une sous-culture, le pigisme.

  • 10 « Les entreprises de relations publiques, les chargés d’information au public, les conseillers poli (...)
  • 11 « News as something produced by working people every day is primarily the result of the interaction (...)
  • 12 Jean-Louis Missika, « La délibération imparfaite », Pouvoirs, vol. 4, n° 119, 2006, p. 10.

21Notons que notre acception de l’identité para-journalistique n’entretient nulle parenté avec ce que les chercheurs ont qualifié de « parajournalisme », en reprenant le néologisme originellement proposé par le journaliste et novelliste Tom Wolfe dans les années 1970, d’où l’importance de la présence du tiret dans notre orthographe. Ainsi, nous n’assimilons pas les journalistes pigistes aux « parajournalistes » décrit par Michael Schudson10, pour la simple raison que ceux-ci sont exclus de la catégorie de journalistes « purs »11. De la même façon, nous nous distancions de l’expression de « parajournalisme », rapportée comme une « imitation non journalistique des codes journalistiques12 ».

Du renversement du stigmate à la formation d’une identité para-journalistique

  • 13 Ces termes sont employés par un journaliste pigiste, membre de l’association Profession Pigiste dan (...)

22En figurant l’identité à l’image d’un axe dont les pôles de différenciation et d’assimilation, s’opposeraient, il devient aisé d’envisager la nature bifront de l’identité para-journalistique des journalistes pigistes. L’intérêt de l’entrée du stigmate dans le cadre de l’observation de cette identité et de ses caractéristiques réside dans sa tangibilité discursive. Or, il apparaît que la mobilisation du stigmate par les stigmatisés eux-mêmes s’oriente, le plus souvent simultanément, vers ces deux pôles opposés : en se conformant à la connotation qui lui a été donnée par les « normaux » (la pratique de la pige comme injustice, anomalie, dysfonctionnement ou déviance), et/ou s’en distanciant par le renversement (« pigiste is beautiful »13).

23Cette tendance discursive traduit une réappropriation du stigmate révélatrice d’un glissement identitaire des journalistes pigistes qui donne lieu à une formation identitaire para qui, comme toute identité, naît de deux processus antagoniques « qui sans cesse se repoussent pour s’unir et s’unissent pour se repousser » (Camilleri, 1986, 331) : d’une part, un processus d’assimilation ou d’identification par lequel l’individu s’identifie à l’Autre et assimile ses caractéristiques, et, d’autre part, un processus de différenciation ou d’identisation, par lequel l’individu se distancie de l’Autre et marque sa différence.

L’identification au groupe premier : l’identité palimpeste des journalistes pigistes

24Le processus d’identisation des journalistes pigistes prend racine dans le même terreau historique, que celui du groupe premier. Le groupe stigmatique ne sera disposé à une réappropriation de sa différence qu’à condition d’une comparaison à l’égard du groupe premier. Ainsi, une hiérarchisation des valeurs et « un tri parmi les modèles et les groupes de référence » (Tap, 1981, 14) président à toute identisation.

25L’étude des stratégies d’appropriation du stigmate de précaires dans les discours et pratiques des journalistes pigistes par son alimentation, conduirait à pointer des similitudes avec les stratégies que le groupe premier a historiquement déployées pour former et affirmer son identité. À cet égard, force est de constater que la précarité a tenu une place de choix dans les stratégies identitaires du groupe référent, cela à des fins de mise en visibilité et de reconnaissance socio-professionnelle.

26À l’image des discours mobilisés par le groupe premier dès la fin du XIXe siècle, ceux des journalistes pigistes et de leurs représentants s’inscrivent sensiblement dans le registre de l’autovictimisation, dont le vis-à-vis est l’autocélébration, car « l’image de soi sera d’autant plus élevée que celle de l’adversaire est rendue monstrueuse » (Koren, 1997, 104). « Pisseur de copie », « sherpa des médias », « misérables de la presse », « invisibles de la presse », sont autant de qualificatifs autovictimaires employés par les journalistes pigistes pour se dépeindre et prodiguent crédibilité et mérite en touchant l’affect du destinataire (Charaudeau, 2006). Dans l’espace journalistique où l’excellence professionnelle revêt un critère de positionnement et de reconnaissance, l’autovictimisation se révèle être une stratégie dispensatrice de prestige, a fortiori à l’ère du zèle compassionnel (Allones, 2008).

27Cette autovictimisation trouve un épanouissement plus efficace encore sur le terrain du droit pour une dénonciation publique de la précarité. Dans les pas du groupe premier emboîtés dès le début du XXe siècle, le phénomène de procéduralisation identitaire des journalistes pigistes se juxtapose de nos jours à celui de procéduralisation du droit. Ainsi, la moitié de notre échantillon rapporte au moins un recours aux Prud’hommes au cours du parcours professionnel à la pige (le maximum pour un seul sujet plafonnant à trois recours). Précisons également que le SNJ, instance qui a conduit à l’éviction des collaborateurs multiples de la reconnaissance légale de la profession en 1935, propose depuis près de dix ans une permanence juridique à l’attention des journalistes pigistes.

28L’alimentation du stigmate de la précarité peut enfin consister en une différenciation et une hiérarchisation entre journalistes pigistes, tout comme les discours corporatistes l’ont opéré dans les années 1920, afin de distinguer la portion légitime de la profession des collaborateurs multiples via une stigmatisation de ces derniers. Cette stratégie discursive vise l’exclusion des profils troubles susceptibles de profiter de l’action collective à des fins plus économiques qu’identitaires. Dans les discours des journalistes pigistes, la précarité semble ainsi assumer une fonction valorisante, pareillement aux discours corporatistes des années d’entre-deux-guerres où la précarité tenait une fonction héroïsante et différentielle pour la corporation (Prodhomme, 2003). L’intégralité de notre échantillon estime que plus un profil s’éloigne de la figure du précaire, plus il a de chances d’être soumis à un jugement mettant en doute l’honneur qui lui sera rattaché.

29Finalement, au travers de ces stratégies d’identification des journalistes pigistes au groupe premier via l’alimentation du stigmate de la précarité, nous percevons la dimension palimpseste de l’identité para-journalistique des journalistes pigistes, en référence au manuscrit sur parchemin sur lesquels les moines au Moyen-Âge grattaient la peinture du dernier texte inscrit pour y écrire à nouveau. Le gommage du parchemin n’empêchait pas la formation d’empreintes successives tracées par les écrits passés. Il ne s’agit donc pas de réécrire incessamment le même récit, mais de garder des traces du passé pour en enrichir, voire améliorer, le présent.

L’identisation des journalistes pigistes : l’identité para-doxale des journalistes pigistes

30L’identification au groupe premier par l’entretien du stigmate de la précarité coexiste avec un phénomène de différenciation au même groupe par le renversement du même stigmate. Si être précaire signifie l’incertitude et la soumission à la volonté d’autrui (selon l’étymologie precarius, pour obtenu par la prière), le renversement du stigmate reviendrait à convertir la précarité en une dynamique dispensatrice d’opportunités.

31À l’instar d’une majorité de travailleurs de l’économie de l’immatériel oscillant entre travail salarié et travail indépendant (De Vincenti, 2001), trois registres d’action stratégique mis en œuvre par les journalistes pigistes pour contrer la précarité sont observés : le déni, les ripostes adaptatives et les ripostes créatives. Ces registres d’action contribuent, directement ou non, à la formation d’une identité dérivée en participant à un « travail des acteurs sur eux-mêmes » (Wieviorka, 2001, 133).

  • 14 Sous le titre « Se lancer dans la pige… puis en sortir » pour l’édition citée.

32Pour ce qui concerne le déni, notre échantillon tend à le suggérer en privilégiant la voie positive de la sublimation. Or, l’identité stigmatisée peut conduire à une « sorte de sublimation » (Wieviorka, 2001, 152), afin de canaliser le stigmate. La sublimation, par le champ des possibles qu’elle ouvre, infère et entretient cette promesse d’une nouvelle identité délestée du stigmate. Ainsi, si le Guide de la pige dans son édition 2004-2005 intégrait une rubrique détaillant comment « sortir » de la pige14 en entendant sortir de la précarité, il n’en est plus question en 2008 : la pige est alors dépeinte comme l’accession à une « nouvelle vie », où règne le « bonheur » de pouvoir se réinventer.

  • 15 L’expression « métier de pigiste » est récurrente dans les discours des représentants de l’associat (...)

33Les ripostes adaptatives comptent avec une anticipation des risques économiques (épargne et investissements patrimoniaux), laquelle est observée auprès d’une part dominante de notre échantillon détentrice d’un bas-de-laine en guise d’épargne de précaution. Les ripostes adaptatives peuvent également prendre la forme d’une valorisation de la compétence, pas uniquement journalistique, qui renferme une dimension identitaire par la frontière qu’elle crée avec les concurrents (Ruellan, 1997). La majorité des interrogés estiment les leurs de qualité et de quantité supérieures aux membres du groupe premier et certains vont jusqu’à parler de « métier de pigiste »15, revendiquant l’expertise dont ils font preuve.

34Quant aux ripostes créatives, elle repose sur le renversement du stigmate de la précarité et des préjugés que ce stigmate porte. Le préconçu subsiste que les journalistes pigistes, davantage tournés vers l’individualisme du fait de leur isolement et des concurrences entre pairs, seraient incapables de résistance collective et individuelle face aux abus patronaux. Nous avons recensé maints exemples d’actions bousculant la conception fataliste de capacités d’action collective limitées, voire inexistantes chez les journalistes pigistes. La contradiction du stigmate de la précarité semble être l’une des motivations premières dans l’instigation de ces actions et conforte une réappropriation du stigmate de la précarité inscrite dans une logique d’identisation.

35Ainsi, des organisations professionnelles telles que l’association Profession Pigiste affichent dans leurs discours la volonté d’une mobilisation collective, à l’appui de l’exploitation d’un vocabulaire guerrier et de pronoms collectifs incluants (« on » et « nous »). L’association qui entend « revaloriser l’image de marque des journalistes pigistes […] et faire entendre la voix des journalistes pigistes », figure ainsi les journalistes pigistes de « cohortes », de « troupe », disposées à « s’engager », à ouvrir une « guérilla sociale » au sein des rédactions, à « monter au front ». Or, l’idée même d’une telle mobilisation suppose l’existence préalable d’une conscience collective. Instigatrice des apéros pigistes, rencontres informelles de journalistes pigistes exerçant sur un même territoire, l’association veut « susciter et favoriser toute action de solidarité entre journalistes pigistes dans l’exercice de leur profession » (Site Internet de l’association). D’autres exemples confirment cette tendance, à l’instar des collectifs de journalistes pigistes, sous la forme d’espaces de coworking, qui participent à réajuster une représentation du journaliste pigiste marquée par l’individualisme et l’isolement du fait de sa présumée précarité…sans compter les groupes de discussion en ligne sur les réseaux sociaux.

36Toutes ces actions mises en œuvre par les journalistes pigistes contrarient le stigmate de la précarité et contribuent sans conteste à une identisation : les journalistes pigistes travaillent ainsi à forger une identité délestée de négativité. Il s’agit pour eux de « développer l’image d’un authentique ‘soi-même’ et […] poser des actes, engager des conduites, qui porteraient la marque d’un style véritablement singulier, malgré son origine collective » (Tap, 1987, 400), l’origine collective renvoyant ici au groupe premier. Identité palimpseste par identification au groupe premier, l’identité para-journalistique se révèle être dans le même temps de nature « para-doxale » par identisation, cela en remettant en question la norme et l’idéal-type journalistique.

Conclusion

37L’examen des discours et pratiques des journalistes pigistes permet d’entrevoir la multitude des ressorts qu’une identité stigmatique peut déployer pour à la fois convertir la contrainte du stigmate en valeur, mais également faire preuve d’un agir créatif avec le stigmate pour levier. À l’encontre des lieux communs qui décrivent les journalistes pigistes comme simplement animés d’ambitions individualistes et économiques, ces derniers agissent à la fois à un niveau individuel et collectif sur des espaces attendus et délimités comme sur d’autres plus innovants, visant des finalités qui dépassent le réductionnisme du paradigme utilitariste. Ils œuvrent collectivement à un véritable « travail » sur eux-mêmes pour former une identité délestée de négativité et « sans douleurs » (Wieviorka, 2001, 132-133).

38La nature ambivalente de l’identité para-journalistique décrite, tiraillée entre héritage identitaire (identité palimpseste) et élan d’émancipation par opposition (identité para-doxale) trouve son équilibre dans la pluralité des logiques d’action qui animent les individus et les groupes, quel que soit leur champ d’inscription socio-professionnelle. Cette dualité n’est pas sans rappeler celle agissant de manière structurelle et historique au sein de l’espace journalistique.

Haut de page

Bibliographie

Becker H.S., Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, 247 p.

Blin J-F, Représentations, pratiques et identités professionnelles, Paris, L’Harmattan, 1997, 223 p.

Camilleri C., « Identités et changements sociaux. Points de vue d’ensemble », sous la dir. de Tap P., Identités collectives et changements sociaux, Colloque International, Toulouse, Privat, 1986, p. 321-342.

Charaudeau P., « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives », Semen, 2006, n° 22, URL : http://semen.revues.org/2793

Coman M., « L’évènement rituel : médias et cérémonies politiques : La place de l’Université à Bucarest en décembre 1990 », Réseaux, 1996, n° 76, p. 11-29

De Certeau M., L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Gallimard, Paris, 2005, 349 p.

De Vincenti A., « La zone grise : travailler aux frontières du salariat et du travail indépendant », Intervention dans le cadre des 8e Journées de Sociologie du Travail « Marchés du travail et différenciations sociales : Approches comparatives », Université Aix-en-Provence,-LEST, 2001, URL : http://www.univ-aix.fr/lest/lesrencontres/journeesocio/atelier6web.pdf.

Donnat O., « Pratiques culturelles et usages d’internet », Culture Études, 2007, URL : http://www2.culture.gouv.fr/deps/fr/pratiquesinternet.pdf.

Goffman E., Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Minuit, Paris, 1975, 175 p.

Goffman E., Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Minuit, Paris, 1968, 447 p.

Koren R., « L’argumentaire de l’Un dans le regard de l’Autre : le jeu des dénominations », Mots, 1997, n° 50, p. 99-117.

Le Cam F., L’identité du groupe des journalistes du Québec au défi d’internet, Thèse en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Denis Ruellan et François Demers, Université Laval (Québec)/ Université Rennes1, 2005.

Missika J-L., « La délibération imparfaite », Pouvoirs, 2006, vol. 4, n° 119, p. 5-14.

Moeglin P., « Industries culturelles et médiatiques : propositions pour une approche historiographique », Site de l’Observatoire des industries culturelles (OMIC), 2008, URL : http://www.observatoire-omic.org/pdf/Moeglin_industries_culturelles_mediatiques_approche_historiographique.pdf

Pilmis, O., « Des compétences professionnelles aux compétences para-professionnelles : le "placement de sujet" chez les journalistes », Journée d’études « Les usages sociaux des compétences », Paris, CNAM, 2006, URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs- 00261384/en/.

Prodhomme M., La place du discours sur l’éthique dans la construction de l’espace et de l’identité professionnels des journalistes, Thèse de doctorat sous la direction de Jean-François Têtu, Université Lumière Lyon2, 2005.

Ruellan D., Nous, journalistes : déontologie et identité, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2011, 252 p.

Ruellan D., Les "pro" du journalisme. De l’état au statut, la construction d’un espace professionnel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1997, 170 p.

Ruellan D., Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1993, 240 p.

Tap P., « Identité, style personnel et transformation des rôles sociaux », Bulletin de psychologie, 1987, Tome XL, n° 379, p. 399-403.

Tap P., Identité, identification et représentation de sexe. Approches pour une personnalisation de l’acteur social, Thèse d’état en psychologie, Université Paris X-Nanterre, 1981.

Wieviorka M., La différence, Paris, Balland, 2001, 200 p.

Haut de page

Notes

1 L’on peut citer, entre autres, les travaux de Ruellan (1993 ; 1997), Marchetti (2002), Levêque (2000) ou Souanef (2013).

2 Le statut peut-être ici entendu comme « la position qu’un individu occupe dans un groupe, ou qu’un groupe occupe dans une société (entendue comme groupe de personnes », et comme « l’ensemble des relations égalitaires et hiérarchiques qu’un individu entretient avec les autres membres de son groupe », in Raymond Boudon et François Bourricaud, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, pp. 564-565.

3 La collaboration multiple, communément appelée pige depuis les années 1950 revêt une modalité de pratique du métier journalistique préexistant au journalisme mensualisé généralisé par l’expansion du salariat. En ce sens, elle constitue une forme pionnière de l’exercice du métier impliquant une non-exclusivité des services du rédacteur à une unique entreprise de presse, une présence facultative, voire une absence du rédacteur sur un lieu de travail formel et une rémunération déterminée en fonction du volume de texte produit et selon les tarifs d’usage.

4 Erving Goffman lui-même ne statue pas en faveur d’une distinction entre ces deux notions. Dans l’ouvrage Stigmate, l’auteur convoque ainsi nombre de travaux portant sur la déviance pour étudier les groupes stigmatiques, sans nuancer leur portée pour autant.

5 C’est ainsi que George Bourdon, figure de proue du Syndicat des Journalistes et fervent militant pour un statut professionnel et légal des journalistes, décrie les collaborateurs multiples dans un tryptique d’articles parus dans Le Figaro les 19, 20 et 21 février 1926.

6 Gilles Balbastre, « Journal d’un J.R.I ou les sherpas de l’info », sous la dir. d’Alain Accardo, Journalistes au quotidien, outils pour une socioanalyse des pratiques journalistiques, Paris, Le Mascaret, 1995, p. 63-185.

7 Michel Mathien, « “Tous journalistes” ! Les professionnels de l’information face à un mythe des nouvelles technologies », Verso e Reverso, XXIX, (55) 2-10, janvier-avril 2010.

8 Patrick Champagne, « Le journalisme à l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 131-132, mars 2000, pp. 5-6.

9 « Le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée l’exercice de sa profession […] et qui en tire le principal de ses ressources » (art. 761-2 du Code du travail)

10 « Les entreprises de relations publiques, les chargés d’information au public, les conseillers politiques et les équipes de promotion d’une large variété d’institutions, à la fois d’entreprise et d’association », Traduction de l’auteure à partir de Michael Schudson, The Sociology of news, Norton & Company, New York/London, 2003, p. 3.

11 « News as something produced by working people every day is primarily the result of the interaction between journalists et parajournalists, including especially what journalists themselves call "sources" », in Michael Schudson, The Sociology of news, Norton & Company, New York/London, 2003, p. 3.

12 Jean-Louis Missika, « La délibération imparfaite », Pouvoirs, vol. 4, n° 119, 2006, p. 10.

13 Ces termes sont employés par un journaliste pigiste, membre de l’association Profession Pigiste dans un dossier réalisé en 2011 par le magazine Technikart : « Comme les Noirs-Américains, les précaires ont su retourner le stigmate qui leur était imposé. Alors que la condition de freelance a longtemps été honteuse, on peut dire aujourd’hui que ‘pigiste est beautiful ».

14 Sous le titre « Se lancer dans la pige… puis en sortir » pour l’édition citée.

15 L’expression « métier de pigiste » est récurrente dans les discours des représentants de l’association Profession Pigiste. Notons que le nom même de l’association renvoie à cette idée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faïza Naït-Bouda, « Renversement du stigmate et agir créatif : identité para-journalistique des journalistes pigistes », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2952 ; DOI : 10.4000/rfsic.2952

Haut de page

Auteur

Faïza Naït-Bouda

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Unité de Recherche Emergente//TransitionS, Université Nice Sophia Antipolis.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page