Navigation – Plan du site
Émergences
Identités, publics et médias

L’opinion publique et la rue arabes au prisme de la presse française, britannique et américaine

Tourya Guaaybess

Résumés

Cet article aborde le traitement de l’opinion publique arabe par les journaux français. L’observation de ce corpus vise à comprendre l’usage répandu et récent d’une expression floue : « la rue arabe ». Une analyse comparative des occurrences et du traitement de la « rue arabe » et de « l’opinion publique arabe » dans la presse française, américaine et britannique a été menée. Il apparaît que la « rue arabe » est dominée par des représentations plutôt négatives qui ont émergé à l’occasion d’évènements internationaux majeurs. De plus, l’analyse diachronique et synchronique des articles traitant de « la rue arabe » dans les différents journaux a permis de dégager les caractéristiques majeures de ces représentations, parfois stéréotypées, de la « rue arabe ». Elle montre toutefois une inflexion de cette perception au moment des « révolutions arabes » où la presse s’est mise à traiter de la « rue arabe » avec un point de vue positif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’opinion publique est contestée par des sociologues qui remettent en cause sa pertinence (Bourdieu, Lippman, 2008) et qui déplorent l’effet délétère des sondages dans le champ politique (Champagne, 1990). Quant à l’opinion publique arabe, elle ne fait pas débat dans la mesure où, étrangement, elle n’existait pas avant une période récente. En effet, si l’on s’en tient à la presse écrite, la notion d’opinion publique arabe apparaît au moment de la guerre du Golfe, puis après les attentats du 11 septembre 2001. Durant la même période, et encore aujourd’hui, on s’accommode tout aussi bien de « la rue arabe », en y adjoignant parfois les guillemets comme pour exprimer de pudiques doutes sur l’usage d’une expression un peu étrange.

2La « rue arabe ». Mais que signifie cette formule devenue courante et aux contours pourtant si flous ? Pourquoi et dans quels contextes l’emploie-t-on ? Que dit-elle de son locuteur ? On ne dit pas « la rue française », « la rue européenne », « la rue asiatique » ; bien des observateurs ont relevé cette incongruité. La « rue arabe » fait exception à une règle dont il convient de saisir les fondements.

3Une chose est sûre, il s’agit d’une expression journalistique bien commode, compte tenu précisément de son imprécision. Notre propos dans cet article est d’en repérer les origines, les évolutions et les usages dans la presse écrite française. Communément, on pourrait penser que la rue arabe renvoie à l’opinion publique arabe ; pourtant, ces notions ne sont pas employées de façon indifférenciée. À partir de la presse américaine et sur un corpus allant de 1980 à 2007, Regier et Khalidi (2009) ont montré au contraire que « rue arabe » (Arab street) renvoyait à des publics irrationnels et volatils tandis que l’opinion publique s’inscrivait dans des articles où les publics étaient guidés par une certaine rationalité.

4L’usage de ces deux expressions, au fil des actualités couvertes, est révélateur des représentations médiatiques qui sont faites des sociétés arabes. Pour comprendre l’énigmatique et exceptionnelle « rue arabe », nous allons la repérer dans l’ensemble des articles presse depuis son émergence jusqu’à janvier 2016. Nous pourrons ainsi suivre ses variations et comparer les périodes où elle a fait florès. Nous nous sommes vite rendus compte en effet que le positionnement de la presse française par rapport à cette notion évolue au fil des évènements qui ponctuent l’actualité. Pour le dire simplement, nous pensions définir le concept de « rue arabe » indépendamment de l’actualité ; or, il s’avère que ce sont les évènements qui définissent cette expression potentiellement souple et évolutive.

5Nous compléterons cet examen synchronique par une comparaison diachronique. En effet, pour isoler l’éventuelle spécificité française, il nous semblait utile de la comparer avec la presse de deux autres pays occidentaux ayant une histoire particulière avec les pays arabes : les États-Unis et le Royaume Uni, pays européen impliqué au Proche et au Moyen Orient. La version anglaise « Arab street » existe aussi avec peu ou prou les mêmes connotions. Notons que cette expression existe aussi en langue arabe pour qualifier l’opinion, mais à la différence de l’anglais et du français, on dit la rue arabe comme on dit la rue anglaise ou la rue française (Regier, Khalidi, 2009).

6Il existe des expressions plus connotées idéologiquement pour qualifier les opinions publiques des pays arabes. Celle de « masses arabes » en fait partie. Sur l’ensemble de la presse d’information française de 1980 à 2016, cette expression apparaît dans 577 articles avec deux pics : au moment de la guerre du Golfe en 1991 (5 % du corpus) et lors des débats sur la guerre en Irak en 2002 (20 % du corpus). Une analyse rapide du corpus révèle la surdétermination d’une matrice Orient-Occident, de son caractère religieux et d’une perception de ressentiment, de colère. La « rue arabe » semble plus élastique.

7De façon générale, nous pouvons retenir trois définitions de « la rue » qui renvoient à des espaces réels ou symboliques : « l’espace de la vie urbaine et populaire », « l’espace du désœuvrement, de la misère » et enfin l’espace des contestations et des mobilisations, voire des « guerres civiles et des luttes révolutionnaires »1. La « rue arabe » pourrait tout aussi bien être connotée de façons diverses selon que l’on privilégie un espace ou un autre. Bien des auteurs ont souligné à juste titre le caractère holiste et réducteur de l’expression (Lynch, 2003 ; Bayat 2013), de même que son caractère orientaliste (Bayat, 2013). Nous pensons néanmoins que ce n’est pas tant l’expression qu’il faut incriminer que les prénotions qu’elle révèle. L’expression est polysémique, et, le biais culturaliste n’est pas à chercher dans la « rue arabe » en tant qu’idée mais plutôt dans la lecture du contexte médiatique et évènementiel dans lequel cette expression est choisie. Certes, « rue arabe » est, sans aucun doute, une notion globalisante ou holistique. La métaphore ne rend pas compte de la diversité des pays arabes – dont toutes les composantes ne sont pas nécessairement arabes d’ailleurs. Mais pas plus que le « monde arabe », expression que l’on emploie quotidiennement sans que cela ne suscite (trop) de discussions.

La « rue arabe » dans la presse française : présentation des tendances générales

8C’est quasi-exclusivement dans la rubrique internationale de la presse que l’on trouvera les occurrences de « rue arabe ». Les pays du Maghreb et du Moyen Orient y occupent une place de choix compte tenu de l’histoire que partage la France avec ces pays ou de la centralité géostratégique de ces régions.

9Les actualités couvertes sont marquées par des situations de crises et de conflits ; nous les évoquerons nécessairement pour éclairer les contextes dans lesquels « la rue arabe » apparaît. Ce ne sont pas tant ces actualités en soi qui nous intéressent que leur association avec cette expression. Il nous semble également fondamental d’appréhender cette métaphore en contexte dans ce qu’elle ne dit pas. Ainsi, dans les corpus analysés, la dimension culturelle ou même festive de la « rue arabe » est absente, sa dimension civile très marginale, et elle n’est jamais apaisée… en substance, elle n’est appréhendée que marquée par une certaine exceptionnalité.

10L’expression de « rue arabe » semble être inscrite depuis toujours dans le langage courant. Pourtant son usage dans les médias est récent. Cette expression émerge dans la presse française dans les années 90 et se banalise à partir des années 2001. À peine une vingtaine d’articles sont recensés avant cette date. Puis son usage se généralise de manière exponentielle. La signification de cette expression ou plutôt son angle d’approche par les journalistes varie même si des tendances lourdes se dégagent comme nous le verrons plus loin.

  • 2 Nous avons utilisé la base de données Europresse.
  • 3 Selon le logiciel textuel Tropes.

11Notre lecture de la presse française s’étend jusqu’à avril 2016. Le corpus correspond à plus de 1100 articles issus de l’ensemble de la presse écrite française2 avec au moins une occurrence de « rue arabe ». Cela nous permet d’en dégager quelques caractéristiques de base. Les acteurs impliqués sont des pays : l’Égypte, la Palestine, Israël, l’Iran, l’Irak, la Turquie et les États-Unis. Ce dernier pays est le seul à être plus souvent sujet qu’objet dans les articles de la presse française. Le sentiment dominant est la colère, et le référent religieux l’islam, quand ce n’est pas l’islamisme. Enfin, la rue arabe n’est pas actrice, elle subit, elle réagit : elle est plus souvent objet qu’acteur3. La période de pic est mars 2011, au moment des révolutions arabes.

12Nous avons relevé 8 périodes où l’usage de « rue arabe » était particulièrement important : novembre-décembre 2000, le dernier trimestre 2001, le premier trimestre 2003, mars-avril 2004, le second semestre 2006, décembre 2008, janvier 2009, janvier-septembre 2011 et enfin septembre 2012.

Occurrences de « rue arabe » dans la presse quotidienne française

Occurrences de « rue arabe » dans la presse quotidienne française

Sources : T. Guaaybess, données Europresse

13En comparaison, l’usage de l’expression « opinion publique » ne représente que 30 % du total des occurrences (384 articles) contre 70 % (887 articles) pour la rue arabe. Etonnamment, on retrouvera des proportions similaires dans le corpus britannique (261 articles) où la rue arabe est présente dans 63 % du corpus contre 37 % pour l’opinion publique arabe. S’agissant du New York Times (264 articles) la rue arabe apparaît aussi davantage que l’opinion publique arabe (65 % contre 35 %).

14Les pics d’apparition de l’opinion publique dans la presse française ne sont pas quantitativement significatifs. Il s’agit d’octobre 2000, de novembre 2001 et de novembre 2004.

15Seul l’un d’entre eux se retrouve dans les 4 pics que nous avons identifiés au New York Times à savoir novembre 2001, soit au lendemain des attentats du 11 septembre.

Occurrences de « opinion publique arabe » et « rue arabe » dans la presse quotidienne française

Occurrences de « opinion publique arabe » et « rue arabe » dans la presse quotidienne française

Sources : T. Guaaybess, données Europresse.

16Ces périodes coïncident avec des événements qui ont eu lieu dans la région arabe et que nous faisons figurer dans la frise suivante :

Événements médiatiques majeurs au Moyen-Orient et au Maghreb 1991-2016

Événements médiatiques majeurs au Moyen-Orient et au Maghreb 1991-2016

Source : T. Guaaybess

17En dépit de la proximité géographique et historique de la France avec les pays du Maghreb, les actualités générant l’usage de rue arabe concernent avant tout le Moyen et le Proche Orient, avec un débordement au Maghreb, au moment des mobilisations – initiées en Tunisie – de 2010/2011.

Matrices originelles et perspectives d’appréciation de la « rue arabe »

18Il n’a pas été aisé de dégager une logique dans l’ensemble de notre corpus à partir de l’examen d’articles couvrant des évènements pluriels et variés. Nous nous sommes efforcée de lire ce corpus en évitant de partir d’hypothèses ou d’idées préconçues sur le traitement médiatique de la « rue arabe ». Notre démarche a été inductive.

19À notre grande surprise, il apparaît qu’une logique structure bien l’usage de « rue arabe » au fil des périodes. Elle découle de deux matrices originelles :

  • la figure nassérienne du héros de la rue arabe (avec un pendant gaulliste en France)

  • l’exceptionnelle couverture de deux évènements internationaux : la guerre du Golfe et, surtout, les attentats de New York du 11 septembre 2001.

20Quatre angles d’appréciation de la rue arabe se dégagent :

  1. la rue arabe comme enjeu géostratégique et diplomatique

  2. la rue arabe comme entité imprévisible dans une configuration Orient/Occident

  3. la rue arabe et le héros

  4. la rue arabe et la communication.

21Dans le premier cas, le journaliste s’apparente à un relai, pour ne pas dire un porte-parole de la diplomatie des uns et des autres. Dans les deuxième et troisième configurations, il fait du commentaire avec un regard en surplomb et holistique, dans le dernier cas, il considère la rue arabe comme une opinion publique.

22L’année 2011 semblait correspondre à une rupture par rapport à ces cadres interprétatifs de la rue arabe. Les articles réflexifs et critiques se sont multipliés singulièrement au moment des « révolutions arabes ». Le désenchantement postrévolutionnaire et les évènements qui suivront replaceront la « rue arabe » dans son ancien sillage.

L’usage de « rue arabe » dans la presse : du début à nos jours

23Suivons l’emploi de « rue arabe » dans la presse des débuts à nos jours. Cette lecture en contexte nous permettra de faire le constat des quatre angles d’appréciation de cette expression énumérés plus haut.

  • 4 Le Monde, 15 septembre 1990.

24Il est étonnant de constater qu’avant 2000, on ne trouvera qu’une vingtaine de mentions de « rue arabe » dans l’ensemble de la presse écrite française. Le premier article, daté du 15 septembre 1990 donne le ton4. En pleine crise du Golfe, James Baker, secrétaire d’État américain se rend en Syrie, pays qui fait alors partie de la coalition « Conscient du sentiment très anti-américain de la rue arabe, le président Assad entend bien garder une position qui ménage plus ou moins toutes les parties. ».

  • 5 Les Echos, vendredi 21 juin 1991.
  • 6 Le Figaro, 21 novembre 1997.

25Ainsi, la rue arabe a des inclinations tranchées, voir extrême : elle est très anti-américaine, et elle se réjouit –comme un seul homme- des malheurs du Koweït. En effet, le 30 octobre 1990, on pouvait lire : « Comment s’étonner que la rue arabe se réjouisse des malheurs du Koweït, puni par un Saddam Hussein qui se fait passer pour Robin des Bois ? »5. On présuppose qu’elle approuve sans nuance l’invasion du Koweït, lui prêtant par là un positionnement politique, ou une lecture « hostile » (i.e. en faveur de l’agresseur) d’un conflit entre deux États. À l’époque déjà, elle n’est pas rassurante : « la fameuse ‘rue arabe’ reste attachée au sort de l’Irak, et elle est sujette à des coups de sang dont des régimes, à la légitimité parfois contestée, se passent volontiers »6. Son caractère quelque peu tempétueux est posé dans cet article de 1997.

26La chaîne d’information en continu qatarie Al-Jazeera est perçue comme une extension de la rue arabe, dès lors qu’elle a accueilli le discours de Saddam Hussein. Le premier article consacré à la chaîne dans Le Monde est signé de Gilles Paris, le 7 mars 2000 : « Le choix du président irakien a encore alimenté les accusations de pro-irakisme lancées par le Koweït à l’encontre de la chaîne. C’est stupide, réplique Salah Najme, rédacteur en chef d’Al Jezira, Saddam Hussein avait choisi de s’adresser à la rue arabe, il était donc normal qu’il choisisse une chaîne de langue arabe. »

  • 7 Le Figaro, 10 novembre 2000.

27La chaine d’information transnationale al-Jazeera s’est « imposée en accueillant tous les acteurs de la rue arabe, les contestataires comme les autres ». C’est un espace d’accueil où l’on s’exprime par procuration. « C’est à travers Al-Jazeera que la ‘rue arabe’ vit sa nouvelle intifada »7. Certes, la chaîne qatarie a une portée transnationale et elle se définit elle-même comme une chaîne panarabe proposant un regard alternatif sur l’actualité internationale. Mais qu’est-ce qui vaut à ses invités d’être des « acteurs de la rue arabe » ? La chaîne Al-Jazeera bénéficie d’un traitement particulier, il s’agit d’un espace analogue – ou plus exactement d’un champ homologue selon le paradigme bourdieusien (Bourdieu, 1989) – à la rue arabe.

28La singularité de la « rue arabe » dans notre corpus provient du fait qu’elle est en tout temps associée à un leader qu’il soit politique ou religieux. Cette constance est moins révélatrice d’un état de fait que de représentations stéréotypées. Évidemment, on peut préjuger des inclinations de l’opinion majoritaire –sous quelque latitude du reste – sur certains sujets mais peut-on la conjuguer au singulier sans citer de sources ? L’appréhension de la rue arabe, entendue comme une opinion globale, se rangeant sans réserve ni nuance derrière un seul homme, présente l’avantage pour le journaliste d’éviter la contradiction (un peu comme si c’est la rue arabe qui le dit).

  • 8 Le Figaro, le 2 octobre 2000.

29L’usage un peu plus soutenu de « rue arabe » commence en octobre novembre 2000. Cet épisode est marqué par les tensions entre Israël et les territoires palestiniens et le début de la deuxième intifada. On pourra lire8 : « Dans les territoires palestiniens, la paix n’est plus, ces jours-ci, qu’un mot creux. La ‘rue arabe’ s’est soudain réveillée, avec ses excès et son trop-plein d’émotion et de violence ».

  • 9 Le Figaro - 2000-10-11 Les dirigeants arabes sous la pression de la rue.
  • 10 On peut noter un découplage entre la recherche scientifique et le monde journalistique puisque de n (...)

30Une première définition de la rue arabe est proposée dans un article du Figaro sous la plume de Claude Lorieux. Elle correspond aux points de vue de décideurs politiques ou de journalistes qui la relayent. « La ‘rue arabe’ est, surtout depuis la guerre du Golfe, une vieille connaissance des diplomates en charge du dossier du Proche-Orient. Ils ne nient pas son influence sur les dirigeants, y compris les plus autoritaires. Ils savent que les manifestations ‘aux ordres’ sont au moins aussi nombreuses que les manifestations spontanées9 ». L’intérêt que les diplomates nourrissent pour la « rue arabe » est posé, il ne cessera de se confirmer jusqu’à aujourd’hui. La rue est une épée de Damoclès qui semble peser sur les régimes qu’elle peut déstabiliser. Comment ? Il n’est pas question ici de mobilisations, de mouvements sociaux ou de résistance10, mais plutôt de « manifestations », « aux ordres » ou éruptives.

  • 11 Le Figaro, 20 octobre 2000, « Le désarroi des Arabes ».

31« À l’orée d’un hiver pendant lequel l’Occident devrait une fois de plus battre tous ses records de consommation de pétrole », l’Irak en 2000, exportateur de pétrole semble « retrouver dans la rue arabe un appui inversement proportionnel à la dégradation de l’image des États-Unis, principal allié d’Israël. ». L’appréhension systémique de la rue est caractéristique. On comprend qu’un foyer de crise dans un pays donné peut s’étendre à toute « la » rue arabe, dont le pendant est « l’Occident », par un phénomène de « contagion ». Ce terme connote la pathologie ou tout au moins la propagation d’une fièvre qui atteint la rue arabe qui « crie sa colère et brûle des drapeaux américains ». Un journaliste propose encore une définition de « rue arabe » en la distinguant de l’opinion publique : « La paix aura du mal à venir tant que l’opinion publique ne pourra s’exprimer autrement que par à-coups. Aucun pays du Proche-Orient ne possède un Parlement démocratiquement élu. En général, les mécontents se taisent jusqu’au jour où ils descendent dans la rue. Et l’on parle alors de la ‘rue arabe’ comme d’un phénomène menaçant, même pour les gouvernements arabes »11. La paix est donc menacée par une opinion publique qui ne peut s’exprimer, des sociétés civiles inexistantes. Cette justification politique n’est pas absurde mais elle fait l’impasse sur des mouvements sociaux qui ont jalonné les pays arabes, dans les années 80-90 notamment (Bayat 2013 ; Ben Nefissa 2013 ; Bennani-Chraïbi, 2003, etc.) et au cours de l’histoire. Un autre risque d’un tel usage est qu’il fait porter à la rue arabe ou à l’opinion publique qui ne s’exprime pas, la responsabilité de la perpétuation des conflits.

  • 12 Le somment a réuni plusieurs chefs d’Etat (Yasser Arafat, Ehud Barak, Bill Clinton, le roi Abdallah (...)

32La rue arabe est en « colère », c’est un terme qui est récurrent ; tout comme « calmer », sous sa forme transitive. On s’inquiète en octobre 2000 des retombées de la tenue d’un sommet à Charm El Sheikh12 : « reste à savoir si les timides résolutions parviendront à calmer la colère de la rue arabe. ». Les tentatives répétées, par les chefs d’État, de calmer cette opinion capricieuse et imprévisible trahissent un regard littéralement infantilisant sur ladite rue arabe. Un enfant qui donc agit « par à-coups », qui « se réveille », et dont les « réactions » sont toujours excessives. Durant cette période inaugurale, la rue arabe est guidée par l’émotion, la colère, et invariablement solidaire des Palestiniens.

Le frayage médiatique du 11 septembre 2001

33Le dernier trimestre l’année 2001, marque une augmentation sans précédent de l’usage de « rue arabe » dans la presse française. Les articles concernés ont trait à l’impact des attentats de New York dans les pays arabes, à la réaction de la rue arabe à l’offensive américaine en Afghanistan et au conflit israélo-palestinien. L’Algérie, confrontée à des inondations meurtrières le 10 novembre, est mentionnée dans un article. Il s’agit à chaque fois de situations de crise donnant lieu ou risquant de donner lieu à des soulèvements.

34Nous pouvons comme dans les précédentes périodes dégager trois facettes de la rue arabe. Le première approche est celle de la diplomatie et des relations internationales ; la deuxième celle du héros ou du leader de la rue arabe (la rue arabe a toujours son héros) et enfin, celle de la communication, particulièrement active durant cette séquence.

  • 13 Le Parisien, 12 novembre 2001.
  • 14 AFP Infos Mondiales, International, lundi 5 novembre 2001

35Commençons par la diplomatie : les chefs d’État devisent sur la rue arabe, les journalistes rapportent leurs propos. C’est dans le cadre de ces sujets que la colère, qui tranche avec le milieu feutré des rencontres protocolaires, est souvent mentionnée. Le risque de mécontentement de rue arabe qui s’apparente théoriquement à une foule irrationnelle est agité. Dans les faits, il s’avère être le plus souvent d’un argument politique de négociation. En effet, dans ce corpus la colère est pronostiquée par les chefs d’État : « Que le pouvoir de Mucharraf bascule sous la pression d’une opinion hostile aux bombardements, et la ‘rue arabe’ risquerait partout de s’enflammer »13. Ou bien : « La poursuite des bombardements américains en Afghanistan est de nature à augmenter la colère de la rue arabe, a fait valoir le président yéménite Ali Abdallah Saleh »14.

  • 15 Le Monde Horizons, 24 décembre 2001, p. 14, L'impasse de la « rue arabe », Malley Robert

36Une analyse est faite sur fond de crise à Gaza sur la notion de « rue arabe » par un diplomate américain, qui a une évidente maîtrise du sujet. Dans son discours, on relève l’exception arabe « On dit ‘rue arabe’ ‑ et non asiatique, ou africaine, ou latino-américaine - car c’est ce monde-là qui semble faire exception et qui nous échappe. Et on dit ‘rue arabe’ car c’est en milieu urbain et non rural que semblent s’accumuler frustrations et impatience, c’est de là que semble pouvoir provenir l’étincelle. »15. Cette vision est éloquente pour ce qu’elle ne dit pas. Pourquoi par une rue tout simplement américaine ? Qui est ce « nous » et à qui s’oppose-t-il ? Toujours est-il que l’aspect éruptif et colérique continue à qualifier la rue durant cette période.

37Les frappes en Afghanistan sont « de nature à attiser la colère de la rue arabe » aurait « fait valoir le président yéménite ». Même son de cloche du côté de l’ancien premier ministre libanais Rafik Harriri qui une semaine plus tard affirme à Jacques Chirac que les pays arabes qui soutiennent les É-U dans le contexte du conflit israélo-arabe peuvent s’attendre à des problèmes car « la rue arabe est très excitée (…) moins par ce qui se passe en Afghanistan que par ce qui se passe en Cisjordanie et à Gaza ». On le voit encore : nous sommes là dans la cour des grands et, à en croire la presse, les chefs d’État devisent et partagent une vision commune d’un enfant terrible. Le sentiment dominant est la colère avec pour conséquence le désordre que pourraient engendrer les bombardements en Afghanistan, pays non arabe mais musulman : c’est le début d’un glissement religieux de la rue arabe qui fait échos aux discours de l’administration Bush dans sa guerre contre le terrorisme (selon la formule consacrée « war on terror »).

  • 16 L’Express, 25 octobre 2001.

38La communication comme angle d’appréciation et, tout particulièrement, la campagne de communication américaine auprès de la rue arabe, à la veille d’une attaque en Irak est patente en 2001. Selon la presse, la guerre de l’information oppose la diplomatie américaine qui déploie des efforts pour contenir toute dérive insurrectionnelle à la chaîne Al-Jazeera qui serait le porte-voix de la rue arabe. « S’adresser à Al-Jazeera, c’est s’adresser à la rue arabe »16.

392001 a donné une impulsion à l’usage de l’expression de « rue arabe » qui se généralisera. On peut l’observer dans le cas de la presse américaine où l’expression « Arab street » décolle durant cette période.

Occurrences de « Arab street » au New York Times

Occurrences de « Arab street » au New York Times

Source : T. Guaaybess, données Europresse.

40La presse britannique se distingue puisque l’occurrence se banalise en 2006 sur fond du conflit israélo-palestinien qui s’étend au Liban :

Occurrences de « Arab street » dans la presse quotidienne britannique

Occurrences de « Arab street » dans la presse quotidienne britannique

Sources : T. Guaaybess, données Europresse.

  • 17 Bourgne P. et Guaaybess T. 2016, « Des attentats de Paris à la Cop21 : Temporalités, cadrages et fr (...)

41Comment expliquer l’augmentation rapide de l’usage de l’expression rue arabe après 2001 ? L’évènement médiatique qui marque cette année est constitué par les attentats du 11 septembre qui causèrent une grande émotion dans le monde. Dans un ouvrage portant sur l’économie de l’attention Yves Citton (Citton, 2014), rappelle que les émotions constituent un terrain propice pour capter l’attention des publics car, selon l’auteur, un sujet aura d’autant plus de chance d’attirer notre attention qu’il aura antérieurement été « frayé » en suscitant une émotion. Le lien entre actualité, évènement et attention est important ici. Nous avons montré dans un précédent travail17 que les sujets d’actualités sont frayés par d’autres sujets que l’on pourrait qualifier « d’attracteurs sémantiques ». Nous avons repéré dans le cadrage d’évènements ayant eu lieu dans une période donnée, des éléments de référence d’actualités bien antérieures et sans lien avec ces premiers. Nous avons ainsi pu montrer que les nouvelles couvertes dans les médias ne sont qu’exceptionnellement des éléments isolés. Au contraire, ils constituent le fondement d’informations futures et sont eux-mêmes frayés, « estampillés » par des sujets antérieurement traités par les médias.

42Ici, l’émotion causée par les attentats du 11 septembre a été propice au « frayage » d’un certain nombre d’expressions consacrées lesquelles s’inscrivaient dans une vision parfois dichotomique du monde (Orient/Occident). La métaphore de « rue arabe » en fait partie. Ce frayage ouvrit la voie aux récits et aux cadrages médiatiques des offensives en Afghanistan et en Irak. On le voit bien : son usage dans la presse américaine après les attentats et au moment de la guerre en Irak est paroxysmique. Dans tous les cas, les traces laissées par le frayage sont repérables dans les références explicites que l’on peut trouver dans les récits médiatiques. Ce sont ces références en effet qui permettent aux médias et ensuite à leurs publics/lectorats de cadrer et de retenir des évènements particuliers dans le désordre d’un monde fragmenté (Tétu, 1993).

  • 18 AFP, International, 15 novembre 2001, Comment "vendre" l'Amérique aux musulmans : Washington s'inte (...)
  • 19 AFP International, 3 octobre 2001 Washington s'aligne sur les pays européens pour conforter sa camp (...)

43« L’administration Bush, qui a fait plusieurs cafouillages dans cette "guerre" de l’information après les attentats du 11 septembre, répète inlassablement qu’elle s’attaque au terrorisme et que les opérations militaires ne visent ni l’islam ni les musulmans. Pour John Leslie, Pdg de […] la plus grande firme de relations publiques dans le monde […] "il n’est pas très réaliste et c’est probablement contreproductif de suggérer qu’à court terme nous pouvons vendre les valeurs de l’Amérique à la rue arabe »18. Et, on lit que les États-Unis mèneraient une campagne de communication de concert avec les pays européens « Dans un même élan, les pays occidentaux, États-Unis en tête, multiplient les déclarations favorables aux Palestiniens et à un règlement du conflit proche-oriental, dans la crainte de voir ce brasier mettre sérieusement à mal leur campagne anti-terroriste »19. Le lancement d’une chaîne arabophone financée par le Congrès américain (Al-Hurra, la Libre) deux ans plus tard s’inscrira d’ailleurs dans ce souci d’image. La volonté des États-Unis n’est pas de toucher seulement les pays arabes mais les pays musulmans, ce qui confère à ladite rue arabe une extension musulmane dès cette période.

  • 20 Le Monde, 13 novembre 2001.
  • 21 Libération, 29 décembre 2001, p. 26 : « Banlieue, entends-tu les musiques de là-bas? »

44Deux articles se décentrent du Proche Orient : un article sur l’Algérie (« colère de la rue arabe » (sic) face aux autorités officielles décriées dans leur gestion des inondations20) et un second sur la « rue arabe » de Paris. Ce dernier article fait un lien curieux entre « rue arabe » et « cité »21. Cet article est intéressant dans sa singularité. Il s’agit d’ailleurs d’un article traitant de concerts d’artistes maghrébins à Paris : rien d’une rue en colère. Surtout, aucun autre article n’associera la rue arabe aux populations originaires de ces pays en France.

  • 22 Le Monde, 3 octobre 2001.

45Dans la vision systémique des acteurs du Proche et du Moyen Orient, des régimes (Égypte et Jordanie) sont souvent en porte à faux par rapport à la « rue arabe », tandis que les pays du Golfe sont entre « le marteau islamiste et l’enclume américaine et ne répondent pas aux ‘aspirations de la rue arabe’« 22, elle « gronde » et est exaspérée, face aux « souffrances palestiniennes ».

462003 voit l’occurrence de rue arabe atteindre un pic qui ne se sera pas dépassé avant les soulèvements de 2011. Cette période est celle des prémisses l’attaque américaine en Irak début de la guerre (mars 2003). L’enregistrement sonore de Ben Laden obtenu par la chaîne Al-Jazeera est également traité dans notre corpus. Pour dire les choses en trois idées : un héros, une diplomatie de la colère et de la communication.

  • 23 Libération, 28 mars 2003, p. 8, 9

47En fait, deux héros se dégagent en 2003, Ben Laden et dans une moins mesure Saddam Hussein. Les couvertures rendent compte d’un clivage entre les États-Unis et la rue arabe qui se range du côté de Saddam Hussein (« Des années de frustration poussent la rue arabe derrière Saddam »)23. L’article semble ignorer que des manifestations contre la guerre en Irak ont été observées dans les principales capitales du monde. Surtout l’usage du prénom (« Saddam ») qui se répétera au cœur de l’article pour qualifier l’ancien président, fut-il dictateur, disqualifie la « rue arabe » qui le soutiendrait.

  • 24 Selon notre analyse du corpus avec Tropes.

48Il est fascinant de remarquer que « l’opinion arabe » est du côté des actants durant cette période alors que « la rue arabe » demeure un objet24 ; autrement dit l’opinion agit tandis que la rue réagit. Tout aussi intéressant : dans la presse américaine, les occurrences de « opinion publique arabe » (Arab public opinion) sont plus fréquentes au lendemain des attentats du 11 septembre et à la veille d’une guerre en Irak que « rue arabe » (Arab street), et à ce moment-là seulement.

49Globalement pourtant, nous avons vu que l’usage d’« opinion publique » est moindre dans la presse aussi bien française qu’anglaise et américaine. Les pics circonscrits dans le temps sont le signe du souci de communication à destination des sociétés des pays arabes et musulmans mentionné plus haut. Ces stratégies de communication américaine (Peter et alii, 2006) semblent avoir gagné la presse française.

Occurrences de « Public Opinion » et « Arab Steet » dans la presse quotidienne américaine

Occurrences de « Public Opinion » et « Arab Steet » dans la presse quotidienne américaine

Source : T. Guaaybess, données Europresse.

50Le climax de l’usage de « l’opinion publique arabe » dans la presse française est 2001 :

Occurrences de « opinion publique arabe » dans la presse quotidienne française

Occurrences de « opinion publique arabe » dans la presse quotidienne française

Source : T. Guaaybess, données Europresse.

  • 25 Le Progrès, 15 mars 2003.

51Après le déclenchement du conflit, la presse appréhende une rue arabe qui subit les évènements plus qu’elle n’en est actrice ; il est question d’opinion « calme » en Irak et la colère n’est plus employée. « Le silence des opinions arabes » ou « l’opinion se fait peu entendre »25 : ainsi la rue se mue en opinion quand elle est silencieuse, dans l’expectative. Elle est d’autant plus posée qu’elle est dans le « bon » camp, s’il l’on peut dire. Le fait que la France ne se soit pas alignée à la position des États Unis et du Royaume Unis rend les lignes de fracture moins nettes.

  • 26 Sud Ouest, 7 mars 2003, p. 12, « Chirac, héros de la rue arabe ».

52On pourrait d’ailleurs ajouter un héros atypique : « Chirac, héros de la rue arabe »26. Atypique car les héros ou leaders supposés de la rue arabe que l’on a pu isoler dans notre corpus global sont, à cette notable exception près, toutes des figures issues des pays arabo-musulmans.

  • 27 Libération, 23 avril 2004.

53Le corpus du pic de mars-avril 2004 traite essentiellement de l’assassinat du Cheikh Yassine (le 22 mars), ainsi que des opérations militaires américaines en Irak (avril). Le héros de « la rue arabe » de cette séquence est sans conteste le Cheikh Ahmad Yassine, à titre posthume. Et, Jacques Chirac demeure une « idole de la rue arabe »27.

  • 28 Voir par exemple AFP, 10 et 22 mars 2004.

54Le ballet diplomatique autour d’une rue arabe hurleuse se poursuit ; les régimes arabes échouent à donner « des gages à la rue arabe » à l’occasion d’un sommet de la Ligue Arabe prévu à Tunis et reporté tandis que « La rue arabe crie sa colère ». Souvent la rue arabe « crie » ou « gonde » ou « exprime » sa colère28. Ces formules rendent compte de ce que les sociétés couvertes sont capables d’exprimer selon les journalistes. Après tout, l’approche holistique de sociétés complexes que traduit la rue arabe ne peut exprimer que des idées tranchées, simples et des émotions perceptibles (« la rue arabe s’est radicalisée », peut-on aussi lire). En définitive, l’instabilité et la colère dominent largement le corpus. La prégnance de la dimension religieuse demeure et ne faiblit pas.

55En 2006, quatre évènements se révèlent être des attracteurs sémantiques de l’expression « rue arabe ». Dans l’ordre de leur apparition : les manifestations dans les pays musulmans à la suite de la diffusion des caricatures danoises du prophète Mahomet, la diffusion d’un enregistrement audio de Ben Laden par la chaîne Al-Jazeera, et enfin le conflit opposant Israël et le Hezbollah libanais en août 2006. On notera que l’Irak sort des radars de la rue arabe si l’on s’en tient à sa couverture médiatique ; il s’agit moins d’un enjeu diplomatique. Le conflit israélo-palestinien particulièrement tendu et touchant les acteurs régionaux (Iran, Liban) et internationaux est le sujet qui focalise de loin le plus d’occurrences de la métaphore.

  • 29 Libération, 23 août 2006, p. 8

56Sans doute en raison de la nature des sujets traités, on note une approche dichotomique Orient/Occident dans le corpus analysé et le référent religieux (musulman) est prédominant. « Deux héros de la rue arabe » se démarquent : Nasrallah et Ahmadinejad et donc respectivement le Hezbollah ainsi que l’Iran qui « s’affirme comme puissance régionale et galvanise la rue arabe ». On note que la rue « gronde » ; et que frayée par les couvertures des évènements précédents, elle continue à réagir à des stimuli, de façon irrationnelle et toujours dans le registre de l’émotion. Nasrallah, quant à lui, est comparé à une figure panarabe : Nasser (« un des héros de la rue arabe », un « nouveau Nasser »)29.

  • 30 Le Monde, 20 janvier 2009.

57Les articles du pic décembre 2008 et janvier 2009 se situent, en termes d’acteurs concernés, dans la continuité de 2006. L’actualité qui fait un usage soutenu de « rue arabe » concerne les raids à Gaza par l’armée israélienne. Dans le champ lexical de la rue arabe, la colère domine encore. La rue arabe « s’indigne », « s’enflamme »… Et, - à chaque séquence ses héros,- le « héros » de la rue arabe est Ahmadinejad « qui cherche à s’imposer, peut-on lire, comme le leader de la rue arabe »30. L’analyse syntaxique des articles laisse apparaître un président iranien acteur ou sujet et une « rue arabe » objet.

2011 : Les révolutions et la rue arabes

582011 est une année particulièrement fertile pour l’expression qui culmine dans la presse française. Dans la presse britannique, c’est aussi l’année où Arab street apparut le plus fréquemment. S’agissant du cas américain, le New York Times enregistre en 2011, à peine moins d’occurrences de la métaphore qu’en 2003.

592011 se distingue des épisodes précédents à bien des égards même si on retrouve certains invariants. Il s’agit de l’année clé des « révolutions arabes ». Les premiers articles associent étroitement la rue arabe à la Tunisie et à l’Égypte. L’intervention en Libye, et par conséquent l’internationalisation des soulèvements en mars 2011, semble marquer un tournant. Cet événement est suivi un mois plus tard par un attentat à Marrakech au Maroc, par la mort de Ben Laden en mai, par la tournée du président Erdogan dans les pays arabes et par la reprise des tensions entre Israéliens et Palestiniens.

  • 31 Manière de voir, no 117, « Comprendre le réveil arabe », mercredi 1 juin 2011, p. 6.

60Phénomène symptomatique de cette année : on note la multiplication d’articles adoptant une approche critique et réflexive sur l’usage de l’expression de « rue arabe », notamment en mars 2011. Ces autocritiques, parfois sans concession, semblaient traduire une rupture. Quelles sont les raisons de cet apparent infléchissement ? Les soulèvements ont été à l’origine d’espoir et d’euphorie, y compris en dehors des pays arabes. Et les journalistes en ont été les messagers et les représentants (Guaaybess, 2015). Le retour critique sur l’expression de « rue arabe » révèle ainsi une façon inédite de considérer ces populations qui finalement sont aussi « normales » que les autres. Lisons plutôt : « Longtemps moquée par les chancelleries occidentales, la "rue arabe" a exprimé, de Tunis à Manama, du Caire à Damas, son désir de changement et de démocratie », écrit le journaliste Alain Gresh31.

  • 32 Le Monde, lundi 14 février 2011, p. 4.
  • 33 Les Echos, n° 20875, Idées, mardi 22 février 2011, p. 15.

61Mais toutes les réflexions sur le concept ne sont pas aussi critiques : « La ‘rue arabe’, expression souvent galvaudée qui désigne ce qu’éprouve le citoyen ordinaire en l’absence d’élection crédible et de presse libre, s’est éveillée »32. Ou encore : « pour l’heure, saluons le fait que la ‘rue arabe’ tourne enfin le dos à la passivité, à la résignation, au désespoir et à la recherche de boucs émissaires extérieurs pour prendre son destin en main »33. Lorsqu’on dit qu’elle s’est éveillée, on suppose qu’elle était endormie ; or, comme nous l’avons déjà mentionné, l’opposition aux régimes en place a toujours été vivace quoique tue et souvent contrainte par des régimes autoritaires. Par ailleurs, l’idée selon laquelle l’opinion aurait été à la « recherche de bouc-émissaires extérieurs » décrédibilise a posteriori les revendications passées. In fine, cela permet au journaliste de faire l’économie d’une remise en cause de ses propres représentations sociales.

62À la différence de l’ensemble du corpus, la colère n’est pas le sentiment dominant en 2011. Ce sont plutôt des sentiments qui évoquent un élan optimiste qui sont associés à « rue arabe » : « changement », « révolte », « aspirations dominent ». Plus intéressant encore, « la rue arabe » se situe du côté des acteurs. Cela confirme que cette expression, discutable à bien des égards, est définie par le contexte de son énonciation. Ce contexte est double : il correspond d’une part à celui des faits rapportés en 2011, et d’autre part, à la façon dont ils sont rapportés (on ne parle plus de « manifestations spontanées » mais de « révolutions »).

  • 34 Le Figaro, 9 mai 2011.
  • 35 L’Express, 4 mai 2011.

63Le référent religieux semble être remis en question à travers l’information d’un non-événement à savoir l’absence de réaction de ladite rue arabe à la mort de Ben Laden, plusieurs articles en font l’échos, retenons par exemple ces titres, « La rue arabe n’a que faire de Ben Laden »34 ou « La rue arabe ne pleure pas »35. Mais n’anticipons pas sur la fin d’une représentation des sociétés observées : dans le cadre d’autres sujets, la dimension « réactive » reste prégnante. À la suite de la guerre en Libye, différents chefs d’État (Obama, Sarkozy, Erdogan) vont affairer pour la « séduire », pour la « calmer », et pour la « défendre ».

64Le dernier pic à ce jour est septembre 2012. Cette période correspond à un désenchantement de la presse par rapport à la période de 2011, et confirme la rémanence des anciennes connotations de l’expression. La colère reprend à la suite de la sortie du film virulent « Innocence of Muslims ». Un nouveau terme apparaît d’ailleurs à proximité de « rue arabe », et qui est celui d’islamophobie. C’est un retour à la fois de la rue arabe comme objet plutôt que sujet et un retour à la variable religieuse comme déterminant majeur.

Conclusion : la rue arabe, les « révolutions arabes et les mouvements sociaux ‘embedded’ »

65La « rue arabe » en tant que concept ne porte pas en elle de représentations particulières. C’est son inscription à la fois textuelle et contextuelle, et la lecture qui en est faite, qui la définissent au cours du temps.

66Il s’avère à l’examen de la presse française que la rue n’est pas appréhendée hors la relation que l’on nourrit avec elle. D’où une appréciation plus fortement marquée par les relations internationales que par une perspective sociologique ou politologique. Les mobilisations dans ce cadre sont celles qui sont liées aux conflits qui peuvent avoir un effet au niveau international, jamais des mouvements sociaux qui pourtant jalonnent l’histoire contemporaine des sociétés concernées. En agglomérant des enjeux internationaux (départ des présidents tunisien puis égyptien) aux mouvements sociaux, comme sujet embarqué ou « embedded », les « révolutions arabes » ont failli, mais failli seulement, mettre fin à une vision holistique des sociétés appréhendées sous l’expression de « rue arabe ».

Haut de page

Bibliographie

Bayat A., 2013, Life as Politics : How Ordinary People Change the Middle East, Stanford University Press, deuxième edition, 392 pages.

Ben Nefissa S, « Pour un renouvellement du questionnement sur la société civile égyptienne », Revue Politique et Sociétés vol. 32, NO 3, 2013, pp 159-176.

Bennani-Chraïbi M. et Fillieule O. (dir.), 2003, Résistance et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po.

Bourdieu P., 1984, « L’opinion publique n’existe pas », Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 222-235.

bourdieu P., 1989, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éditions de Minuit.

Bozarlan H.,« Sociologie politique du Moyen‐Orient », La Découverte, Paris, 2011.

Champagne P., 1990, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, coll. "Le sens commun".

Citton Y. dir. (2014). Pour une écologie de l’attention, Paris, Seuil.

Guaaybess T. 2012, « Les trois âges du regard occidental sur l’opinion publique arabe » in Mercier A., dir., Médias et opinion publique, Paris, CNRS éditions.

Guaaybess, T., 2015. Cadrage journalistique et visibilité des cyberactivistes des « révolutions arabes ». In : GUAAYBESS, Tourya (éd.), Cadrages journalistiques des « révolutions arabes » dans le monde. Paris : L’Harmattan. p. 145‑168.

Lippmann W., 2008, Le public fantôme (the phantom public, Démopolis, 192 p.

Lynch, M.,2003, “Beyond the Arab Street : Iraq and the Arab Public Sphere”, Politics & Society, No. 1, pp. 55-91.

Peter A. Furia, RUSSELL E. LUCAS, 2006, “Determinants of Arab Public Opinion on Foreign Relations”, International Studies Quarterly 50, 585–605.

Regier T. et Khalidi M.A. (2009). “The Arab street : Tracking a political metaphor”. Middle East Journal, 63, 11-29.

Tetu J.-F., 1993, « L’actualité, ou l’impasse du temps ». in : Larousse. Sciences de l’information et de la communication, Larousse, pp. 713-722.

Haut de page

Notes

1 Selon le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales : http://www.cnrtl.fr/

2 Nous avons utilisé la base de données Europresse.

3 Selon le logiciel textuel Tropes.

4 Le Monde, 15 septembre 1990.

5 Les Echos, vendredi 21 juin 1991.

6 Le Figaro, 21 novembre 1997.

7 Le Figaro, 10 novembre 2000.

8 Le Figaro, le 2 octobre 2000.

9 Le Figaro - 2000-10-11 Les dirigeants arabes sous la pression de la rue.

10 On peut noter un découplage entre la recherche scientifique et le monde journalistique puisque de nombreux travaux rendent compte de l’existence de mouvements sociaux dans les pays arabes.

11 Le Figaro, 20 octobre 2000, « Le désarroi des Arabes ».

12 Le somment a réuni plusieurs chefs d’Etat (Yasser Arafat, Ehud Barak, Bill Clinton, le roi Abdallah de Jordanie) ainsi que Kofi Annan pour l’ONU et Javier Solana pour l’Union Européenne.

13 Le Parisien, 12 novembre 2001.

14 AFP Infos Mondiales, International, lundi 5 novembre 2001

15 Le Monde Horizons, 24 décembre 2001, p. 14, L'impasse de la « rue arabe », Malley Robert

16 L’Express, 25 octobre 2001.

17 Bourgne P. et Guaaybess T. 2016, « Des attentats de Paris à la Cop21 : Temporalités, cadrages et frayages médiatiques », à paraître.

18 AFP, International, 15 novembre 2001, Comment "vendre" l'Amérique aux musulmans : Washington s'interroge, Léon BRUNEAU.

19 AFP International, 3 octobre 2001 Washington s'aligne sur les pays européens pour conforter sa campagne.

20 Le Monde, 13 novembre 2001.

21 Libération, 29 décembre 2001, p. 26 : « Banlieue, entends-tu les musiques de là-bas? »

22 Le Monde, 3 octobre 2001.

23 Libération, 28 mars 2003, p. 8, 9

24 Selon notre analyse du corpus avec Tropes.

25 Le Progrès, 15 mars 2003.

26 Sud Ouest, 7 mars 2003, p. 12, « Chirac, héros de la rue arabe ».

27 Libération, 23 avril 2004.

28 Voir par exemple AFP, 10 et 22 mars 2004.

29 Libération, 23 août 2006, p. 8

30 Le Monde, 20 janvier 2009.

31 Manière de voir, no 117, « Comprendre le réveil arabe », mercredi 1 juin 2011, p. 6.

32 Le Monde, lundi 14 février 2011, p. 4.

33 Les Echos, n° 20875, Idées, mardi 22 février 2011, p. 15.

34 Le Figaro, 9 mai 2011.

35 L’Express, 4 mai 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Occurrences de « rue arabe » dans la presse quotidienne française
Crédits Sources : T. Guaaybess, données Europresse
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Occurrences de « opinion publique arabe » et « rue arabe » dans la presse quotidienne française
Crédits Sources : T. Guaaybess, données Europresse.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Événements médiatiques majeurs au Moyen-Orient et au Maghreb 1991-2016
Crédits Source : T. Guaaybess
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Occurrences de « Arab street » au New York Times
Crédits Source : T. Guaaybess, données Europresse.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Occurrences de « Arab street » dans la presse quotidienne britannique
Crédits Sources : T. Guaaybess, données Europresse.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2967/img-5.png
Fichier image/png, 30k
Titre Occurrences de « Public Opinion » et « Arab Steet » dans la presse quotidienne américaine
Crédits Source : T. Guaaybess, données Europresse.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2967/img-6.png
Fichier image/png, 32k
Titre Occurrences de « opinion publique arabe » dans la presse quotidienne française
Crédits Source : T. Guaaybess, données Europresse.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2967/img-7.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tourya Guaaybess, « L’opinion publique et la rue arabes au prisme de la presse française, britannique et américaine », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2967 ; DOI : 10.4000/rfsic.2967

Haut de page

Auteur

Tourya Guaaybess

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine à Nancy et membre du CREM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page