Navigation – Plan du site
Émergences
Identités, publics et médias

Identité et communication des Twiléspectateurs. Entre paradoxe et hybridation

Hassan Atifi

Résumés

Cet article aborde le phénomène émergent de la « télévision sociale » en France à travers l’étude des identités des Twiléspectateurs1, auteurs de tweets télévisés, de l’émission politique française DPDA « Des Paroles et des Actes ». Cette recherche s’inscrit dans le champ de l’analyse pragmatique des communications numériques, dans le prolongement des études portant sur les médias numériques et la participation en ligne. Nous analysons l’émission DPDA afin de saisir les enjeux de son dispositif en termes d’interactivité, de présence, de rôle et d’identité numérique paradoxale des citoyens « ordinaires ». Ce paradoxe résulte du décalage entre l’identité télévisée (affichée pour le téléspectateur) et l’identité twittée (déclarée sur twitter). Il s’agit essentiellement de l’invisibilité pour les téléspectateurs, au moment de la diffusion des tweets en bas de l’écran de télévision, des informations identitaires présentes sur la page twitter de chaque utilisateur. Curieusement, les téléspectateurs sont informés des identités de toutes les personnes autorisées à prendre la parole durant l’émission (invités, opposants, journalistes, experts et journalistes) mais aucunement des identités des Twiléspectateurs qui commentent l’émission. On voit ainsi émerger des identités plurielles hybrides avec des citoyens occupant trois rôles essentiels de juge, d’activiste et d’analyste.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La télévision « sociale » ou télévision « participative » est le terme utilisé, en France, pour désigner les dispositifs médiatiques associant la télévision et les technologies de l’information et de la communication et ayant pour objectif revendiqué d’apporter une dimension participative, interactive et sociale à l’expérience télévisuelle (CSA, 2013, 2015). Ce dispositif permet aux téléspectateurs-internautes utilisant un second écran (tablette, ordinateur, smartphone etc.) de commenter en direct une émission de télévision en utilisant les médias sociaux.

2L’utilisation de la télévision sociale implique donc une multiplication des écrans au sein des foyers. Les téléspectateurs possèdent, en plus de la télévision, plusieurs appareils (tablettes, smartphones ou ordinateurs). Selon l’enquête Médiamétrie (2015)2, le multi-écrans devient la norme en France. En effet, Internet continue de progresser : en novembre 2015, 44,8 millions de Français âgés de 15 ans et plus se sont connectés à internet soit 86,6 % de la population. Cette progression est facilitée par le taux en équipement des écrans mobiles – téléphone mobile, tablette. Aujourd’hui, la plupart des Français se connectent via deux (20,3 millions) ou trois écrans (17,3 millions). Les Français privilégient certains écrans pour communiquer, d’autres pour s’informer ou pour acheter en ligne. Ainsi, 7,2 millions d’internautes ont déjà commenté un programme télévisé.

3En France, toujours selon Médiamétrie, les pratiques de consommation de la télévision se développent de plus en plus sur de nouveaux écrans. Avec 85 % des foyers équipés en téléviseurs, disposant d’un accès internet et un nombre grandissant d’écrans (ordinateur, tablette, smartphone), les possibilités de regarder des programmes TV augmentent. Ainsi, au quotidien en 2015, près de 3 millions d’individus de 15 ans et plus ont regardé des programmes en différé ou en Live sur un autre écran que le téléviseur contre 2 millions en 20143. En conséquence, la TV sociale permet de discuter autour d’un programme, de réagir et de prolonger l’expérience TV sur les réseaux sociaux. Médiamétrie note que ceux qui pratiquent la TV sociale la regardent davantage et parfois autrement : 48 % des 15 ans et plus ont regardé la télévision sur leur ordinateur au cours du dernier mois contre 23,5 % des 15 ans et plus.4

4La télévision sociale est aussi une stratégie marketing ou publicitaire de la télévision pour recouvrer un usage caractéristique de l’internet participatif : générer, capter et augmenter l’audience des émissions (Deller, 2011). Selon Erwann Gaucher, « c’est un moyen de fidéliser le téléspectateur en maintenant un contact avec lui avant, pendant et après l’émission. Quand un message passe à l’antenne, il génère de nouvelles réactions entre internautes »5.

5En France la télévision sociale connaît un usage croissant depuis 2012. En début de soirée, près d’un tweet sur deux concerne la télévision6. Les chaînes de télévision ont compris l’intérêt de saisir une partie des conversations numériques et à en sélectionner les plus pertinentes pour les intégrer aux programmes. Pour Julien Rosanvallon7, directeur du département télévision de Médiamétrie, les chaînes de télévision, soucieuses d’accroître leurs audiences, encouragent fortement l’implication des téléspectateurs dans les conversations numériques autour des programmes.

6Selon la dernière enquête Médiamétrie de 2015, ces conversations numériques autour des programmes TV ont engendré 70 millions de tweets sur les émissions de télévision en 2015. Cet engagement des téléspectateurs est encore plus évident sur les programmes de sport et de divertissement, deux genres qui ont totalisé chacun 20 millions de tweets sur l’année.

Méthodologie et corpus

7Cette étude s’inscrit dans le champ de l’analyse pragmatique des communications numériques (Herring, 2004 ; Atifi, Marcoccia, 2015). Trois questions de recherche sont abordées :

  1. Tout d’abord, dans quelle tendance générale, d’accès à la parole publique, s’inscrit ce type d’émission ?

  2. Nous analyserons dans un second temps le cadre participatif de ces tweets et les identités des utilisateurs, en posant trois questions : qui produit les tweets ? À quel(s) titres(s) sont-ils produits ? À qui sont-ils adressés (à l’invité politique, aux journalistes, aux experts, au public, etc.) ? (Goffman, 1987).

  3. Nous analyserons ensuite les fonctions pragmatiques (Searle, 1972) et enjeux communicationnels des tweets affichés au cours de l’émission.

8Les réponses à nos trois questions de recherche nous permettront d’interroger les spécificités de ce type d’émission du point de vue de la présence, de la visibilité, de l’identité et des rôles des citoyens « ordinaires ».

  • 8 Un Tweet peut contenir du texte, des photos, des vidéos, des liens et jusqu'à 140 caractères de tex (...)

9L’émission « Des Paroles et des Actes » est une émission politique française reposant, en partie, sur ce principe de TV sociale : un invité politique est interviewé par des journalistes, confronté à des experts et à des opposants et, tout au long de l’émission, une soixantaine de tweets8 de téléspectateurs ou citoyens « ordinaires » sont diffusés en bas de l’écran de télévision comme dans la copie d’écran suivante.

10Nous avons choisi d’analyser l’émission politique « Des Paroles et des Actes » (DPDA), diffusée le 6 février 2014, avec comme invité principal Manuel Valls (alors ministre de l’Intérieur du gouvernement français). Cette émission a réalisé une audience moyenne de 2,30 millions de téléspectateurs et 10.6 part de marché9. DPDA est, en 2015, la principale émission politique française. C’est une émission mensuelle, créée en 2011, diffusée en direct sur France 2 (chaîne publique) le jeudi à 20 h 35, présentée par David Pujadas (par ailleurs présentateur du journal télévisé du soir) et d’une durée moyenne de 2 h 30.

11L’émission du 6 février 2014 est structurée en plusieurs séquences. Ainsi Manuel Valls est confronté à divers participants dont l’identité (personnelle et socioprofessionnelle) est révélée au début de l’émission aux téléspectateurs par l’animateur David Pujadas. Xavier Raufer, criminologue et directeur d’études à Paris 2 (sans étiquette mais proche de la droite et front national), Eric Ciotti, député et secrétaire national chargé des questions de sécurité au parti les Républication (opposition de droite), et Samira Guerrouj, fondatrice de l’association ACLEFEU (militante associative et adjointe du maire sans étiquette politique), interviennent sur le thème de la sécurité. Nathalie Saint-Cricq et François Lenglet (journalistes à France 2) interrogent le ministre sur son bilan. Florian Philippot (vice-président du Front National, extrême-droite) et Alain Finkielkraut (philosophe) débattent avec Manuel Valls sur les thèmes de l’immigration et de l’intégration. Enfin, la prestation du ministre est évaluée par Alba Ventura (journaliste à RTL), Franz-Olivier Giesbert (directeur du Point) et Jeff Wittenberg (journaliste à France 2). Ainsi, Manuel Valls est confronté à cinq journalistes, trois experts et deux opposants politiques.

  • 10 Un hashtag est un mot ou un groupe de mots immédiatement précédé du symbole #. Lorsqu’on clique sur (...)

12Par ailleurs, les téléspectateurs-internautes sont invités dès le début par l’animateur, David Pujadas, à commenter l’émission sur les réseaux sociaux, notamment via Twitter et le hashtag10 #DPDA ou le compte de francetvinfo comme dans la copie d’écran.

Capture d’écran, DPDA, France 2, 6/2/2014.

Capture d’écran, DPDA, France 2, 6/2/2014.

13Le corpus analysé, dans cette étude, est double. Il est constitué dans un premier temps par la totalité des 60 tweets visibles, une seule fois pour chaque tweet, en bas de l’écran de télévision pendant une douzaine de secondes. Ces tweets sont produits par 54 auteurs différents : cinq internautes arrivent à faire publier deux tweets chacun. Mais pour rendre compte des identités réelles des auteurs nous avons, dans un deuxième temps, élargi notre corpus, en consultant les profils complets des 54 internautes sur Twitter pour extraire le statut socio-professionnel déclaré par les auteurs.

14La sélection des tweets est très drastique puisque seulement une soixantaine de tweets sur 40 000 est affiché durant l’émission. Saisir les critères de sélection et de choix des tweets nous permet de comprendre les modalités d’accès à l’espace public -mais à accès restreint- de DPDA, de voir comment de très rares tweets, parmi des milliers, sont choisis, ratifiés et affichés à la télévision. C’est-à-dire, comment seulement une très faible minorité d’internautes existe doublement à la fois dans la twittosphère et dans l’espace public de la télévision.

15Dans une enquête révélée par le site de décryptage des médias « Arrêt sur images »11, on apprend d’un membre de la production, qui témoigne anonymement, qu’une équipe de modération, composée de sept personnes, est chargée de la sélection des tweets (une soixantaine) parmi les millions de tweets postés (40 millions en moyenne) sur le hashtag de l’émission. Il explique qu’après cette présélection, ce sont les deux rédacteurs en chef qui valident les tweets à afficher sur l’écran durant l’émission. Il ajoute qu’il faut être le plus réactif possible mais en respectant un double équilibre : être représentatif de ce qui est dit sur la plateforme et ne pas afficher uniquement les tweets contre l’invité. Par conséquent, les tweets avec des liens, les tweets avec des citations de l’invité et les injures sont exclus. Par ailleurs, des contraintes techniques imposent de ne pas afficher un tweet sur un visage en gros plan pour éviter de couper le visage. Enfin, un tweet jugé intéressant sera sélectionné et diffusé plus tard quand le sujet sera abordé dans le débat.

Résultats et analyses

La télévision sociale : un nouveau dispositif ?

16La télévision sociale est d’un point de vue technologique un dispositif médiatique assez nouveau dans la mesure où il combine écrans numériques et écrans traditionnels (Harrington, Highfield & Bruns, 2013). En effet, pour un nombre croissant d’utilisateurs d’ordinateurs, de tablettes, utiliser un second écran pour commenter des programmes télévisés, est devenu une pratique communicationnelle courante (Courtois & d’Heer, 2012). En revanche, si l’on s’intéresse à la logique médiatique qu’il incarne, on peut considérer qu’il est l’héritier d’une double tendance très forte dans l’univers de la télévision depuis les années 90 et de l’internet depuis les années 2000, qui correspond au « triomphe » de la parole ordinaire dans les médias.

17Pour la télévision, on retrouve le principe de la « télévision des anonymes », qui s’incarne dans certaines émissions télévisées de type talk-show, basées sur une succession de témoignages de « personnes ordinaires », parfois anonymes, mis en perspective par l’animateur ou par un expert (Livingstone & Lunt, 1994). On peut identifier clairement un imaginaire de la parole médiatique valorisant la confidence publique comme base de la parole démocratisée (Lochard, Soulages, 1994). Pour l’internet, on parle du « sacre des amateurs » (Flichy, 2010) pour désigner la place importante consacrée aux Pro-Am (professionnels-amateurs) et la démocratisation des compétences. Cette tendance s’inscrit dans le champ de la connaissance (avec Wikipédia, par exemple), de la consommation (avec TripAdvisor, par exemple), du politique (avec les nombreux commentaires liés aux sites de presse écrite).

18L’émission analysée ici illustre bien l’application du modèle de la télévision sociale au champ du politique. Elle correspond donc au type « télévision sociale politique » (comme Mots croisés, C dans l’air) et, du même coup, s’inscrit aussi dans cette double tendance, à la fois héritière de la télévision forum (Darras, 1999 ; Atifi & Marcoccia, 2006), et des dispositifs de participation politique en ligne (Mabi & Théviot 2014 ; Babeau, 2014).

Télévision sociale et participation en ligne

19Cette montée en puissance de la participation en ligne et de la parole des amateurs a été largement étudiée et documentée dans les dernières années en France et à l’étranger. Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel (2014) proposent une synthèse des travaux scientifiques francophones et anglo-saxons, notamment en SIC, sur la question du journalisme participatif ou citoyen. Ils soulignent, qu’à l’ère du numérique, cela modifie profondément « l’écologie de la production et de la consommation d’informations » (Newman & al. 2011) et renouvelle les relations entre médias et consommateurs d’information (Jouët, Rieffel, 2013). Les auteurs ajoutent que l’information en ligne devient une « expérience sociale » puisque les internautes peuvent à la fois filtrer, accéder et réagir à l’information (Rosenstiel & al. 2010).

20Cet essor de la participation et de la circulation de l’information en ligne (Granjon & Le Foulgoc, 2010 ) introduit une évolution dans le paysage des médias numériques, vus comme espace d’ « infomédiation sociale » de l’actualité (Smyrnaios & Rebillard, 2011), comme lieu de circulation des discours profanes (Noblet, Pignard Cheynel, 2010 ), de mise en mise en scène de la parole ordinaire (Croissant, Touboul, 2009) et de prise de parole politique (Jouët, Le Caroff, 2013).

  • 12 Cité par Mercier et Pignard-Cheynel (2014).

21Il semble évident que les sites d’information en ligne deviennent de plus en plus interactifs. Ainsi, pour Steen Steensen (2011) les internautes contribuent à la production de contenu en soumettant des photos ou des vidéos, en commentant les nouvelles et en participant à des forums de discussion. Cependant, toutes les études ne sont pas bien sûr aussi enthousiastes sur l’impact de la participation et les rôles des anonymes. Dans une étude comparative de 16 sites d’information européens et américains, les résultats relativisent l’intégration du participatif dans les médias en ligne (Domingo & al. 2008). Hermida Alfred (2008) qualifie de paradoxale l’attitude des médias et des journalistes à l’égard de la contribution des amateurs. En effet, les journalistes expriment à la fois de l’inquiétude et de l’appréciation, en réaction au délitement de la frontière entre production journalistique et participation profane12.

Twitter et communication politique

22Twitter est actuellement un média numérique privilégié de la réactivité synchrone permettant aux internautes de regarder un programme et en même temps de le commenter et interagir en ligne (Larsson, 2013). Twitter est surtout utilisé pendant les émissions de télévision pour s’exprimer en temps réel. En un an, Twitter a enregistré une hausse de 270 % de tweets échangés au sujet d’un programme TV. Le type d’émissions le plus commenté est le divertissement (48 %). En France, l’exemple des NRJ Music Awards est particulièrement frappant : ils ont été commentés par 40°000 tweets en 2011 puis 129 000 en 2012 et enfin par un record de 1,4 million de tweets en janvier 2013. (CSA, 2013)

23Twitter est, par ailleurs, un outil essentiel de la communication politique. Les organisations et individus fortement intéressés par l’actualité et/ou engagées politiquement (ONG, médias, journalistes, blogueurs, activistes, militants, etc.) sont massivement présentes sur ce réseau. Ainsi, Twitter occupe une place croissante, comme média d’information sur l’actualité, comme support de mobilisation politique et par son utilisation par les journalistes ou professionnels des médias (Rieder, Smyrnaios, 2012).

  • 13 Pour une revue complète de littérature sur l'utilisation de Twitter dans un contexte politique, voi (...)

24Plusieurs études ont souligné l’intérêt grandissant des personnalités politiques pour Twitter13. Certains chercheurs cartographient les Twittosphères des politiques (Ausserhofer & Maireder, 2013). D’autres études analysent la manière dont les « citoyens » et les politiques utilisent Twitter en période d’élections (Bruns & Burgess, 2011). Damian Trilling (2015), par exemple, s’est intéressé à l’utilisation politique de Twitter au cours d’un débat électoral et par la question de savoir comment ces deux débats, celui de la télévision et celui de Twitter, sont liés et entrelacés. Une lecture optimiste des résultats suggère, selon, l’auteur, que Twitter sert de complément pour attirer l’attention sur des sujets négligés dans le débat officiel. Une lecture plus pessimiste indiquerait le fait que le discours sur Twitter semble être dominé par le sarcasme ou l’humour plutôt que par le contenu substantiel. Une autre recherche portant sur l’analyse de contenu des tweets commentant le discours du Prix Nobel d’Obama montre plus de messages subjectifs et émotionnels que de messages informationnels. Cette répartition n’est pas trop différente des usages de tweets commentant les émissions de divertissement (Wohn & Na, 2011).

25Les journalistes aussi se sont très vite appropriés Twitter. Arnaud Mercier (2014) identifie trois principaux usages de Twitter par les journalistes : un fort usage publicitaire par la rédaction ou autopromotionnel par les journalistes, un espace d’interpellation ou de moquerie entre confrères, et un terrain d’éditorialisation, permettant au journaliste l’expression de son propre avis loin de la neutralité souhaitée dans les articles de presse.

26Cette brève présentation des études antérieures nous permet de constater que peu de recherches traitent des tweets télévisés, des identités des auteurs de ces tweets et des finalités communicationnelles de leurs contributions. En effet, la majorité des études traitent des pratiques des politiques et journalistes, en privilégiant les sites web écrits ou la plateforme Twitter mais pas les tweets intégrés à la télévision. Par ailleurs, au niveau méthodologique, beaucoup d’études privilégient les enquêtes par questionnaire ou les interviews avec les journalistes ou politiques pour l’étude de leurs motivations ou pratiques. Autrement dit, l’analyse empirique du contenu des messages des contributeurs amateurs n’est pas toujours centrale.

27Cette double constatation nous permet de situer notre recherche dans le prolongement des études en SIC portant sur les réseaux socionumériques et la participation en ligne mais en focalisant sur les téléspectateurs utilisant Twitter, commentant des émissions politiques télévisées et en privilégiant comme approche la pragmatique de la communication. Ainsi, l’intérêt porte essentiellement sur l’étude des identités des Twiléspectateurs et sur l’analyse communicationnelle de leurs tweets.

Le paradoxe entre identité télévisée et identité Twittée

  • 14 Une biographie est une brève description personnelle (160 caractères maximum) qui apparaît sur le p (...)

28Si on limite l’analyse aux marqueurs identitaires laissés par les auteurs dans les tweets télévisés on peut penser que les auteurs des tweets sont tous de simples « citoyens ordinaires » (identité affichée). Mais l’accès au contexte de production, aux comptes twitter et aux profils des auteurs des tweets nous permet de saisir de nombreuses indications sur les identités déclarées par ces derniers dans leurs biographies14 (identité déclarée). Ces données invisibles à l’écran de télévision et aux téléspectateurs montrent qu’il n’y pas que des « citoyens ordinaires » non politiques qui commentent cette émission. On peut parler d’un écart, d’un décalage voire d’un paradoxe entre l’identité « déclarative » et l’identité « agissante » des citoyens (Georges, 2009).

L’identité affichée à la télévision

29Pour ce qui concerne le destinateur, on constate qu’à part le nom et le prénom, les tweets affichés à l’écran de télévision ne donnent pas beaucoup d’indications sur l’identité socioprofessionnelle des auteurs. Une seule exception peut être relevée : un tweet est produit par un « @étudiant en droit ». La grande majorité des auteurs signe avec leurs noms et prénoms complets ou avec des initiales (60 %). Le format le plus courant est donc « @prénom+nom » ou « @initiale du nom+prénom ». 20 % des auteurs utilisent leur prénom + un code postal (« @prénom+75 »). Cet usage, proche de ce qui se pratiquait dans les IRC, permet de donner une information personnelle, combinant identité civile et indication géographique.

30Une minorité d’auteurs utilise des pseudonymes dont on peut déduire une orientation argumentative, politique ou une mise en scène énonciative particulière (12 %) comme dans les exemples : « @Rudy_Grrr » (à valeur émotionnelle), « @Utopic », « @aigle réac » (un positionnement politique), « @sauverman », etc. De ce point de vue, on est en présence d’un format d’énonciation très éloigné de la mise en scène identitaire dans les forums de discussion politiques (Marcoccia, 2003). Par ailleurs, d’autres pseudonymes restent « hermétiques » pour l’analyste (8 %) « @TCDS7 » ou « @Al-Nvr ».

L’identité déclarée sur Twitter 

31On observe que rares sont les auteurs qui se contentent sur leur page personnelle d’un profil identitaire sobre qui donne de manière minimaliste des informations individuelles sur l’identité civile sous forme de @prénom.nom ou @prénom.nom & localisation géographique. Certains, sans livrer d’informations sur leur véritable identité socioprofessionnelle, tout en se dissimulant derrière un pseudonyme, donnent néanmoins quelques indications sur leurs personnalités sous forme d’une signature, d’une citation ou d’une maxime comme dans les exemples suivants : @Rudy_Grrrr : « Vous m’avez manqué donc je suis revenu. Pour cette année, je me souhaite amour, gloire et beauté. J’essaie d’être drôle parfois, pardonnez mon mauvais gout. », ou @Utopic92 : « Grand brûlé au second degré… Suis moi, et si tu le veux, suis moi… Bon courage » et @SAUVERMAN : « Tant qu’une parole est dans ta bouche tu en es le maître, lorsqu’elle en est sortie tu en es l’esclave. ». D’autres auteurs communiquent en plus de leur prénom-nom un trait de leur personnalité ou caractère : « procrastinateur effréné ».

32On peut noter que la majorité des auteurs affichent explicitement dans leur profil, en plus de leur avatar ou de leur photo, des informations individuelles sur leur identité et leur engagement politique, social, militant ou syndical. La moitié des auteurs revendique clairement un engagement politique partisan ou sans lien avec des partis connus. Ainsi, une dizaine d’utilisateurs, se présentent comme d’authentiques militants politiques, membres des principaux partis politiques français et affichent sans détour leur appartenance politique. Ces militants politiques peuvent être de jeunes militants, des élus régionaux ou des militants nationaux.

  • 15 Rebaptisé, depuis mai 2015, Les Républicains (LR) et dirigé, en 2015, par l’ancien Président Nicola (...)

33On trouve, par exemple, parmi les soutiens de Valls, d’authentiques militants socialistes : un membre du parti socialiste, un jeune conseiller régional Ile de France, membre des jeunes socialistes et un membre des instances nationales du PS, adjoint au maire du deuxième arrondissement de Paris. On trouve, parmi les militants de l’opposition de droite et critiques de Valls, de nombreux militants proches d u parti LR (à l’époque UMP15) : un délégué des jeunes l’UMP de Paris, un soutien d’Eric Ciotti (député de droite présent sur le plateau), un soutien de Nicolas Sarkozy (ex président de la République) et un étudiant en droit privé politiquement à droite (UMP et UDI –Union des démocrates indépendants). On peut aussi citer, parmi les opposant à Valls, les tweets de militants du Front National dont le directeur national de la Jeunesse (membre du bureau Politique du FN) et un responsable syndical de la police FPIP (fédération indépendante professionnelle de la police), syndicat classé à l’extrême droite.

34D’autres auteurs revendiquent un engagement politique fort sans lien apparent avec un parti connu mais expliquent longuement leur positionnement comme dans les trois exemples suivants d’un antimondialiste : « Un Antimondialiste. Pour une France bâtie sur une Confédération de ses pays historiques et une Europe des peuples, un Fédéraliste, Progressiste, Réformiste », d’un libéral : « Un Libéral, plutôt de droite, d’accord avec la vraie gauche, parfois, avec le PS, jamais, avec le FN, encore moins. Le trop d’Etat nous tue déjà » et d’une ancienne partisane de la gauche : « Ai été de gauche. Ne suis pas de droite. Française originaire d’Europe centrale, nécessairement européenne. Regrette Jean-François Revel et Jacques Marseille ».

35Certains auteurs choisissent de mettre en scène une identité multiple ou plurielle qui associe plusieurs traits identitaires : professionnel, familial, politique, idéologique, etc. Ainsi l’auteur peut mêler un enracinement régional à une préférence politique ou idéologique : « Fier d’être Bourguignon. Idéologie de centre-gauche, mais admirateur d’Arnaud Montebourg », associer une profession à de l’athéisme apolitique revendiqué : « Chroniqueur musique, Resp. Com. Athé, apolitique, je suis un observateur de l’actualité avec les coups de cœur et les coups de gueule », lier une appartenance religieuse assumée, une situation maritale et familiale revendiquée, une profession et un engagement syndical dans la médecine libérale : « Catholique engagée, mère épouse éprise fidèle de 18 ans, médecin-manif pour tous et Sens commun-UFML » et relier une identité professionnelle à la mission de sauver la République : « Professeur d’histoire-géo en ZEP en charge de sauver la République. Apprentie chercheuse (mémoire de la Guerre d’Algérie ».

36Il est intéressant de souligner la présence parmi les auteurs de tweets d’au moins 3 journalistes professionnels : Claude Askolovitch, journaliste et animateur de la matinale du week-end sur iTélé, Garance Pardignon, journaliste reporter pour TF1, correspondance en Lorraine Champagne Ardenne et Luxembourg et Bastien Bonnefous, journaliste au service politique du Monde. Ce dernier est fier d’annoncer sur son propre compte la reprise de son tweet sur l’antenne de DPDA.

Une forte participation mais une interactivité feinte

37Il faut rappeler, pour commencer, que des milliers de Twiléspectateurs ont répondu favorablement et fortement à la demande de participation des producteurs de l’émission même si seulement une soixantaine de tweets a été retenue pour affichage à l’écran de la télévision. Par ailleurs, il faut souligner, en plus de cette sélectivité très drastique des tweets, l’existence d’un paradoxe ou décalage entre l’identité affichée (pour les téléspectateurs) et déclarée (sur twitter). Ce paradoxe résulte essentiellement de l’invisibilité pour les téléspectateurs, au moment de la diffusion des tweets, des informations identitaires présentes sur la page twitter de chaque auteur. Autrement dit, les téléspectateurs sont informés des identités de toutes les personnes autorisées à prendre la parole durant l’émission (invités, contradicteurs, opposants politiques, journalistes, experts, journalistes) mais nullement des identités des internautes.

38De plus, ce qui est problématique, dans ce schéma de participation, est le fait, que seul l’animateur principal, David Pujadas, peut voir et lire les tweets vus par les téléspectateurs16. Autrement dit, l’invité principal, les autres invités, les autres journalistes ainsi que le public présent sur le plateau ne sont pas en mesure de voir et de lire les tweets télévisés. En outre, à aucun moment dans cette émission, on ne demande explicitement à l’invité principal de réagir aux tweets télévisés. Par conséquent, comme les politiciens sur le plateau ne peuvent pas effectivement voir les tweets, ils ne peuvent pas y répondre. On peut en conclure que ces tweets ne touchent en fait qu’au public. Dans ce cas, l’interactivité revendiquée ou mise en avant est seulement feinte puisque le destinataire principal est le public des téléspectateurs. De plus, la majorité des tweets n’a pas de terme d’adresse qui renvoie à un destinataire précis (63 %). Seulement, dans 30 % des cas, le destinataire est l’invité principal (Manuel Valls).

39Cette mainmise des producteurs sur la sélection des tweets et l’interactivité feinte montre que la traditionnelle norme de « gatekeeping » reste encore largement revendiquée par les professionnels de l’information en ligne. Les internautes sont rarement autorisés à participer à la sélection et au filtrage des informations. En fait, cette intégration contrôlée et encadrée des contributions ou tweets des citoyens à la télévision sociale relève d’une pratique journalistique courante dans le journalisme participatif (Rebillard, 2011) et relativement ancienne, puisque déjà observée dans la presse ou à la radio (Croissant, Touboul, 2010).

Des usages communicationnels hybrides

À quoi servent les tweets des Twiléspectateurs ?

40Pour déterminer les principales fonctions pragmatiques des tweets télévisés, nous avons basé notre codage sur les cinq catégories de Searle (1972) : assertifs, directifs, promissifs, expressifs et déclaratifs en optant pour une solution descriptive simple. Pour nous, un tweet correspond à un seul acte de langage. Ce dernier peut être complexe quand il accomplit deux actes distincts : primaire et secondaire. Mais, dans ce cas, nous ne retenons que l’acte principal.

41Nous avons retenu trois fonctions pragmatiques : le tweet évaluatif, le tweet directif et le tweet analytique. Un tweet évaluatif est une assertion évaluative positive (exemple 1) ou négative (exemple 2) aux propos ou actions tenus par l’invité principal. Il peut servir aussi à exprimer les opinions politiques (exemple 3) ou sentiments personnels (exemple 4) de l’auteur. Un tweet directif attend du politique une réponse verbale (exemple 5) ou une action future (exemple 6). Le tweet analytique éclaire, met en perspective, interprète les propos tenus par le ministre. Plus qu’une simple évaluation, il situe le discours et les actions de l’invité dans un contexte médiatique ou politique plus large (exemple 7) :

Captures d’écran, DPDA

Captures d’écran, DPDA

France 2, 6/2/2014

42Notre analyse pragmatique nous permet de distinguer trois types de fonctions pragmatiques dans un ordre décroissant d’importance : le tweet évaluatif (55,17 % des messages), le tweet directif (31,03 % des messages) avec deux sous-catégories, interrogatif (pour 22,41 % des messages), et actionnel (pour 8,62 % des messages) et le tweet analytique (13,79 % des messages).

43Mais pour rendre compte des usages ou pratiques communicationnelles empiriques des Twiléspectateurs, notre analyse ne devait pas se limiter à l’inventaire des principales fonctions pragmatiques. En effet, au-delà des fonctions pragmatiques, quels sont les usages communicationnels ou sociaux poursuivis par les participants dans leurs tweets ? Pour répondre à cette question, nous avons essayé de lier notre analyse pragmatique à une taxonomie de trois usages communicationnels, correspondant aux rôles « sociaux » réalisés par les contributeurs : le citoyen « juge », le citoyen « activiste » et le citoyen « analyste ». Le juge produit principalement des actes évaluatifs et expressifs (affirmer, évaluer, proclamer, annoncer, informer, etc.). L’activiste énonce principalement des actes directifs en tentant d’amener l’invité politique à faire quelque chose (interroger, solliciter, implorer, contester, apostropher, etc.). L’analyste cherche essentiellement à contextualiser et décrypter le discours de l’invité et à aider le spectateur à le comprendre (expliquer, contextualiser, éclairer, analyser, interpréter, etc.).

44Nous observons que la multiplicité des identités permet l’émergence dans l’espace public de l’émission d’une parole hybride et partisane. Cette analyse nous a permis de dresser trois types de profils : le citoyen « juge » (évaluateur), le citoyen « acteur » (activiste) et le citoyen « analyste » (éditorialiste). Naturellement, ces fonctions et rôles ne sont pas mutuellement exclusifs mais nous permettent de saisir les principaux rôles ou identités mis en avant par les internautes dans leur prise de parole publique. Un militant, par exemple, peut à la fois agir comme un juge pour produire une parole partisane de soutien ou de contestation de l’invité politique et comme un activiste fortement mobilisé pour interpeller directement le politique en le sommant d’agir.

Le citoyen juge

45Le citoyen juge est dans un rôle de jugement des propos de l’invité. Un tweet évaluatif est une réaction évaluative aux propos tenus par l’invité principal ou un autre acteur du débat. Cette évaluation peut porter sur les propos mais aussi sur les décisions du politique. Elle est positive, un soutien de l’invité (Valls a raison) ou négative, une opposition à l’invité (Valls se trompe). Il peut s’agir d’une sorte de vérification des faits rapportés (Fact Checking) par le politique. Cependant, le tweet évaluatif ne sert pas seulement à valider ou contredire les propos ou les actions de l’invité mais permet aussi à son auteur de donner son avis personnel. Il s’agit de l’expression d’une opinion personnelle, parfois politique, sur les sujets débattus dans l’émission. Par exemple, pour un auteur, proche du parti socialiste et soutien de Valls, c’est la politique de l’ancien président Sarkozy qui est responsable de la démotivation des policiers : « La démotivation des policiers est surtout le résultat de la politique de Sarkozy qui a opposé la police à la population ». Plus qu’un simple avis pour ou contre, il s’agit d’exprimer ses propres opinons politiques.

Le citoyen activiste

46Le citoyen acteur ou activiste produit essentiellement des tweets directs. Un tweet directif interrogatif prend la forme d’une demande à l’invité principal. Ici, l’internaute joue le rôle d’un journaliste / intervieweur qui interroge l’invité. Par exemple, un internaute qui attend du ministre une réponse sur l’augmentation des cambriolages en France : « Depuis le début de l’émission il y a eu 12 cambriolages en France, qu’en pense Manuel Valls ? ». Lorsqu’il poste un tweet directif « actionnel », l’internaute ne se contente pas de réagir aux propos de l’invité ou de l’interroger sur ses propos, il peut aller plus loin pour le sommer de faire quelque chose. Autrement dit, l’internaute n’attend pas seulement des réponses (des paroles), il veut des actes en recourant à l’impératif, aux injonctions ou supplications comme dans l’exemple suivant où un internaute implore le ministre Valls de relancer la police de proximité : « relancez la police de proximité je vous en conjure ».

Le citoyen analyste

47Le citoyen éclaireur ou analyste ne se limite pas à l’expression d’opinions ou jugements personnels (parfois politiques) mais essaie de contextualiser le discours de l’invité en produisant des tweets analytiques. Le tweet analytique éclaire, met en perspective et donne des clés aux téléspectateurs pour comprendre et donner du sens aux propos tenus par le ministre, en situant le discours dans un contexte médiatique ou politique plus large. On peut dire que l’internaute joue ici le rôle d’un éditorialiste qui analyse et commente les faits et gestes des politiques (Jones, 2013). D’une certaine manière il complète le travail fait (ou à faire) par les journalistes sur le plateau. Deux exemples illustrent cette fonction analytique : le premier est envoyé par un internaute (@ascolovitchC). Il explique (aux téléspectateurs) les raisons politiques pour lesquelles Manuel Valls défend les policiers et les gendarmes : « quand Manuel Valls défend policiers et gendarmes, il parle à ses troupes ET à la gauche qui n’adhère pas à la sécurité ». Le deuxième exemple est un tweet visible en fin d’émission, signé par l’internaute @Bonnefous, qui porte une appréciation globale sur la prestation du ministre M. Valls, en jugeant que ce dernier a été plutôt dans l’apaisement que dans la transgression : « Ce soir et contrairement à d’habitude, Valls n’a pas cherché à transgresser mais à apaiser ». Il s’avère que les auteurs de ces deux tweets sont deux journalistes professionnels, ce que ne sait pas forcément le téléspectateur. Pour autant, tous les tweets analytiques ne sont pas postés par des journalistes « dissimulés ».

48On voit ainsi émerger des identités plurielles hybrides (Calabrèse, 2014), avec des citoyens occupant les rôles multiples de juge, soutien, opposant, militant, journaliste, éditorialiste, etc. Une parole citoyenne donc plutôt hybride, à la fois novice et experte, qui associe l’indignation légitime du citoyen à la mobilisation experte du militant, soutien ou critique, de l’invité politique. Contrairement au modèle antérieur de la « télévision forum » des années 90 mais conformément au principe de la « démocratie internet », le citoyen n’est pas limité à une parole individuelle de témoignage mais a la possibilité de produire une « parole politique collective, structurée, partisane » (Cardon, 2010).

Conclusion

49DPDA relève de la télévision sociale politique. Elle participe amplement de la démocratisation et de la valorisation de l’accès des citoyens ordinaires à la parole publique (Flichy, 2010 ; Monnoyer-Smith, 2011 ; Babeau, 2014). Cependant, pour le cadre participatif et les identités mobilisées par les utilisateurs dans les tweets, on observe que, si visiblement des « citoyens ordinaires » (état civil, indication géographique, peu de pseudonymes) participent effectivement à cette émission, d’autres types d’acteurs sont présents : des journalistes, des politiques et, surtout, des militants. Certes les discussions en ligne permettraient d’inclure en politique des populations généralement marginalisées (Muhlberger, 2003) mais ici il ne s’agit nullement et seulement de ce genre de populations puisque la parole politique est bien représentée. Ainsi, l’émission donne bien accès à l’espace public à « de simples citoyens » mais aussi à des acteurs sociaux qui y sont déjà largement représentés. L’émission est ainsi utilisée par des militants aguerris, dont l’identité est « dissimulée » ou invisible aux téléspectateurs, à des fins partisanes. Autrement dit, la parole partisane est largement représentée par des militants très engagés dans la défense de leur camp et la critique du camp adverse.

50En outre, on note une forte participation du public à la demande formulée par les animateurs de commenter l’émission via Twitter. Ainsi le dispositif favorise la participation mais la réactivité des téléspectateurs n’implique pas d’interactivité réelle. En effet, aucune personne présente sur le plateau ne réagit directement, dans cette émission, aux tweets télévisés. Twitter favorise, dans cette émission, la réaction quasi instantanée, et synchrone des téléspectateurs aux paroles des acteurs présents sur le plateau, mais nous n’avons pas de réel dialogue, plutôt une mise en scène dialogale.

51Sans doute pour corriger cet aspect, DPDA a introduit en septembre 2015 une nouveauté dans son dispositif mais seulement en fin d’émission : Karim Rissouli, un journaliste politique de France 2 présente à l’invité une « revue des tweets », sous forme d’une synthèse courte des réactions des internautes à sa prestation. Dans cette deuxième émission, le journaliste a proposé à Manuel Valls, premier ministre cette fois, de faire comme Barak Obama, dans le talk-show de Jimmy Kimmel aux États-Unis et de lire des tweets, gentils ou méchants, le concernant. Manuel Valls a refusé de se prêter au jeu de l’autodérision, en arguant que « la politique ce n’est pas un spectacle » !17

52Ces évolutions et tâtonnements transforment, sans doute, la relation classique du public aux médias anciens. Ces derniers, fragilisés dans leur traditionnel rôle de « gatekeeper », semblent évoluer vers celui de « gatewatcher » (Bruns 2003). Cette mutation apparait, par exemple, dans les accommodements nécessaires que la télévision met en place pour donner plus de visibilité et de valeur aux contributions participatives mais en continuant à les sélectionner, à les contrôler et à les canaliser. D’une certaine manière, si la parole sur Twitter est libre, la parole twittée à la télévision est toujours sous tutelle de l’institution télévision.

53En somme, le tweet télévisé apparaît à la fois comme un moyen de mettre en scène l’interactivité de l’émission, sa nature participative mais aussi de chercher à limiter la parole des citoyens « ordinaires » à une position de commentaire plurifonctionnel, mais sans réelle interactivité. En bref, Twitter apparaît donc davantage comme un moyen de participation, d’expression que d’interaction.

54En conclusion, notre recherche montre la sélectivité forte des participations des Twiléspectateurs, l’absence d’interaction directe entre les politiques et les internautes, et l’invisibilité pour les téléspectateurs des identités réelles de ces derniers. Néanmoins, les Twiléspectateurs s’approprient ce dispositif participatif en mobilisant des identités multiples et en produisant une communication hybride : ordinaire, experte et partisane.

55En termes de perspectives, il serait intéressant dans une recherche prochaine de connaître les évolutions de ce dispositif pour voir tous les critères de sélection, les modalités d’intégration et de visibilité des tweets télévisés ainsi que d’interroger les Twiléspectateurs sur leurs motivations, identités et pratiques participatives.

Haut de page

Bibliographie

Atifi H., Marcoccia M., « Television Genre as an Object of Negotiation: A Semio-Pragmatic Analysis of French Political « Television Forum » », Journal of Pragmatics, n° 38, 2006, p. 250-268.

Atifi H, Marcoccia M, « Follow-ups and dialogue in online discussions on French politics: from Internet forums to social TV », in The Dynamics of Political Discourse: Forms and Functions of Follow-Ups, Edited by A. Fetzer, L. Berlin & E. Weizman, John Benjamins Publishing Company, 2015, pp. 109-140

Babeau F., 2014, « La participation politique des citoyens « ordinaires » sur l’Internet. La plateforme Youtube comme lieu d’observation », Politiques de communication, 2/2014 (N° 3), p. 125-150.

Bruns A, « Gatewatching, not gatekeeping: Collaborative online news », Media International, Australia, 107, 2003, p. 31-44.

Bruns A., Burgess J. “#Ausvotes: how twitter covered the 2010 Australian federal election.” Communication, Politics & Culture, 44 / 2, 2011 : 37–56.

Calabrese L., « Rectifier le discours d’information médiatique. Quelle légitimité pour le discours profane dans la presse d’information en ligne ? », Les Carnets du Cediscor 12, 2014, pp. 21-34.

Cardon D., La démocratie internet. Promesses et limites, Paris : Seuil, 2010.

Croissant V, Touboul A (dir.) « Journalistes et citoyens : qui parle ? (dossier) », Communication et langages, n° 165, 2010, pp. 15-86.

Courtois C., d’Heer E. (2012). Second screen applications and tablet users. Proceedings of the 10th European Conference on Interactive TV and Video—EuroiTV’12 (pp. 153-156). New York, NY : ACM. doi :10.1145/2325616.2325646

CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), Première approche de la télévision sociale. Commission de réflexion prospective sur l’audiovisuel. Février 2013.

CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), La télévision participative (ou télévision sociale) en 2014. Commission de réflexion prospective sur l’audiovisuel. Janvier 2015.

Darras E. « Télévision et démocratisation. La « télévision forum » en France et aux Etats-Unis », In François B. & E. Neveu E. (Eds.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999 : 61-84.

Deller R., Twittering on: Audience research and participation using Twitter. Participations, 8 (1): 2011, pp. 216-45.

Domingo D., Quandt T., Heinonen A., Paulussen S., Singer J. & Vujnovic M. Participatory Journalism Practices in the Media and Beyond: An International Comparative Study of Initiatives in Online Newspaper. Journalism Practice, 2(3), 2008, p. 326-342.

Flichy P., Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris : Seuil, 2010.

Jouët J., Le Caroff C. « L’actualité politique et la participation en ligne », in J. Jouët, R. Rieffel (dir.), S’informer à l’ère numérique Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 117-157.

Jungherr A, Twitter in politics: A comprehensive literature review. Social Science Research Network, 2014

Goffman E., Façons de parler, Paris : Éditions de Minuit, 1987.

Georges F. « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux 2, n° 154, 2009, p. 165-193

Granjon F., Le Foulgoc A., « Les usages sociaux de l’actualité. L’expérience médiatique des publics internautes », Réseaux, 160-161, 2010 : 225-253.

Greffet F., Wojik S., « Parler politique en ligne. Une revue des travaux français et anglo-saxons », Réseaux 4/, n° 150, 2008, pp. 19-50.

Harrington, S., Highfield, T., Bruns, A. (2013): “More than a backchannel: Twitter and television”, Participations : Journal of Audience and Reception Studies, 10(1): 405-409.

Herring S.C., Computer-Mediated Discourse Analysis: An Approach to Researching Online Communities », In Barab, S.A., Kling, R. et Gray J.H. (eds), Designing for Virtual Communities in the Service of Learning, Cambridge, CUP: 2004, p. 338-37

Jones J. P., Parole d’experts, public profane : les mutations du discours politique à la télévision. Questions de communication, 24, 2013, p. 97-123.

Larsson A.O.,“Tweeting the Viewer: Use of Twitter un a Talk Show Context”, Journal of Broadcasting & Electronic Media, 57 (2) 2013: 135-152.

Livingstone S. & Lunt, P., Talk on Television. Audience Participation and Public Debate, London - New York, Routledge. 1994

Lochard G. & Soulages J.-C. : « Les imaginaires de la parole télévisuelle. Permanences, glissements et conflits », Réseaux, 63, 1994 : 13-37.

Mabi, C., Theviot A. (eds.), S’engager sur Internet. Mobilisations numériques et pratiques politiques. Politiques de communication, 3, 2013.

Marcoccia M., Parler politique dans un forum de discussion. Langage & Société, 104, 2003, pp. 9-55

Mercier A., « Avènement du Twiléspectateur et hashtags contestataires, faits marquants de la campagne sur les réseaux socionumériques. In : Maarek, P. (dir.), Présidentielles 2012  : une communication politique bien singulière. Paris, 2013.

Mercier A., « Twitter l’actualité : usages et réseautage chez les journalistes français », Recherches en communication, 39, L’Harmattan, 2014, pp. 165‑200.

Monnoyer-Smith L., La participation en ligne, révélateur d’une évolution des pratiques politiques ?, Participations, 1/ 1, 2011, pp. 156-185.

Muhlberger P., “Political values, political attitudes, and attitude polarization in Internet political discussion : political transformation or politics as usual ?", Communications. The European Journal of Communication Research, 28(2), 2003 : 107-133.

Pasquier D., Les jugements profanes en ligne sous le regard des sciences sociales. Réseaux, 183, 2014, pp. 9-25.

Rebillard F., « Création, contribution, recommandation : les strates du journalisme participatif », Les cahiers du journalisme, n° 22/23, automne 2011, p. 29-41.

Rieder B., Smyrnaios N., « Pluralisme et infomédiation sociale de l’actualité : le cas de Twitter », Réseaux, 6/2012 (n° 176), p. 105-139.

Searle J. R., Les actes de langage. Essai de philosophie du langage, Paris : Hermann, 1972.

Steen S., Online journalism and the promises of new technology, Journalism Studies, 12:3, 2011, 311-327

Smyrnaios N., Rebillard F., « Entre coopération et concurrence : Les relations entre infomédiaires et éditeurs de contenus d’actualité », Concurrences, n° 3-2011, 2011, pp. 7-18.

Trilling D., Two Different Debates? Investigating the Relationship Between a Political Debate on TV and Simultaneous Comments on Twitter, Social Science Computer Review, Vol 33, Issue 3, 2014, pp. 259 - 276.

Wohn D. Y., Na E.-K., Tweeting about TV: Sharing television viewing experiences via social media message streams. First Monday, 2011, 16.

Haut de page

Notes

1 Nous empruntons ce terme à Arnaud Mercier (2013). Nous l’utilisons pour désigner les téléspectateurs-internautes utilisant Twitter pour commenter en direct une émission de télévision.

2 http://www.mediametrie.fr/internet/communiques/l-annee-internet-2015-le-multi-ecrans-se-generalise-et-influence-les-pratiques-des-internautes.php?id=1418 [consulté le 10 janvier 2017]

3 http://www.mediametrie.fr/television/communiques/l-annee-tv-2015.php?id=1403 [consulté en janvier 2017].

4 Idem.

5 Directeur adjoint des sites régionaux chez France Télévisions cité dans http://www.franceculture.fr/emission-pixel-television-sociale-quand-internet-s-invite-dans-le-petit-ecran-2013-05-03 [consulté le 10 janvier 2017].

6 https://www.franceculture.fr/emissions/pixel-13-14/television-sociale-quand-internet-sinvite-dans-le-petit-ecran [consulté le 15 janvier 2017].

7 http://archives.lesclesdedemain.lemonde.fr/business/le-futur-de-la-social-tv-se-joue-t-il-uniquement-sur-twitter-_a-56-3175.html [consulté le 10 janvier 2017].

8 Un Tweet peut contenir du texte, des photos, des vidéos, des liens et jusqu'à 140 caractères de texte. Voir https://support.twitter.com/articles/515487 [consulté en janvier 2017].

9 http://www.toutelatele.com/manuel-valls-et-des-paroles-et-des-actes-bilan-en-demi-teinte-sur-france-2-56657 [consulté en janvier 2016].

10 Un hashtag est un mot ou un groupe de mots immédiatement précédé du symbole #. Lorsqu’on clique sur un hashtag, d'autres Tweets contenant le même mot-clé ou portant sur le même sujet s'affichent. Voir https://support.twitter.com/articles/515487 [consulté en janvier 2017].

11 S. Rochat September 2013, Arrêts sur Images website. http://www.arretsurimages.net/articles/2013-09-06/-DPDA-comment-France-2-a-selectionne-les-tweets-pendant-l-emission-de-Taubira-id6091 [consulté en décembre, 2016]

12 Cité par Mercier et Pignard-Cheynel (2014).

13 Pour une revue complète de littérature sur l'utilisation de Twitter dans un contexte politique, voir Jungherr A. (2014).

14 Une biographie est une brève description personnelle (160 caractères maximum) qui apparaît sur le profil et qui permet à l’utilisateur de se décrire sur Twitter, voir https://support.twitter.com/articles/515487 [consulté en janvier 2017].

15 Rebaptisé, depuis mai 2015, Les Républicains (LR) et dirigé, en 2015, par l’ancien Président Nicolas Sarkozy. 

16 S. Rochat September 2013, Arrêts sur Images website. http://www.arretsurimages.net/articles/2013-09-06/-DPDA-comment-France-2-a-selectionne-les-tweets-pendant-l-emission-de-Taubira-id6091 [consulté décembre, 2016]

17 http://www.bfmtv.com/politique/dans-dpda-manuel-valls-refuse-de-lire-des-tweets-et-fustige-la-politique-spectacle-917538.html [consulté en janvier 2016].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture d’écran, DPDA, France 2, 6/2/2014.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2975/img-1.png
Fichier image/png, 76k
Titre Captures d’écran, DPDA
Crédits France 2, 6/2/2014
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/2975/img-2.png
Fichier image/png, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Atifi, « Identité et communication des Twiléspectateurs. Entre paradoxe et hybridation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2975

Haut de page

Auteur

Hassan Atifi

Maître de Conférences en Information-Communication à l’Université de technologie de Troyes, à Troyes. Membre de Tech-CICO (technologies pour la coopération, interaction et les connaissances dans les collectifs), Institut Charles Delaunay (UMR CNRS). Responsable du Mineur d’enseignement COESO (Communication, Entreprise et Société). Ses travaux de recherche portent actuellement sur la mise en scène de la parole ordinaire dans les médias anciens et numériques et les nouveaux dispositifs de charité en ligne en faveur des personnes vulnérables. Mail : hassan.atifi@utt.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page