Navigation – Plan du site
Spicilège

Pouvoir médiatique, jeunesse et transition politique

L’étincelle tunisienne
Media Power, Youth and Political Transition. The Tunisian spark
Najeh Aissaoui

Résumés

Sans nier le rôle des jeunes chômeurs dans l’allumage de l’étincelle tunisienne et sans minimiser cette révolution en une révolution 2.0, nous nous proposons dans ce papier d’analyser le rôle joué par les technologies de l’information et de la communication dans l’édification d’une démocratie. Nous montrons que les médias étrangers et les réseaux sociaux sont un facteur pesant parmi d’autres qui ont provoqué l’effondrement du régime autocratique précédent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Moyen-Orient et Afrique du Nord

La Tunisie, le premier pays arabe et africain à se connecter à Internet, a vécu récemment un choc politique bouleversant qui a provoqué l’effondrement de son régime autocratique précédent et son engagement dans un processus de transition démocratique. Les fortes disparités régionales, le manque de libertés, la misère, la corruption et le taux élevé du chômage des jeunes se sont réunis pour déclencher une explosion sociale qui s’est étalée sur toute la région MENA1. Depuis l’année 2011, cet évènement sans précédent a sollicité l’attention d’un nombre significatif de recherches interdisciplinaires (politique, économiques, journalisme) et il est jusqu’aujourd’hui au centre des débats économiques et politiques en Tunisie et ailleurs. Bien que les perspectives divergent, un accord se produit sur le rôle décisif joué par les technologies de l’information et de la communication (téléphone mobile, télévision par satellite, les réseaux sociaux) dans l’organisation des manifestations qui ont abouti à ces transformations (Brisson & Krontiris, 2012). D’aucuns considèrent les TIC comme la force motrice de la révolution tunisienne, d’autres parlent d’une révolution Facebook ou même d’une révolution 2.0. À l’encontre des médias classiques (Télévision, radio, presse écrite…) qui ont été manipulés depuis longtemps par le pouvoir, les moyens modernes de communication et notamment les réseaux sociaux ont offert pour les jeunes tunisiens un lieu pour s’exprimer librement et contester. Dans ce contexte, la question qui se pose est la suivante : Comment l’usage des technologies de l’information et de la communication par les jeunes peut-il contribuer à l’édification d’une démocratie dans un pays en développement ? Sans nier le rôle des jeunes chômeurs dans l’allumage de l’étincelle tunisienne et sans minimiser cette révolution en une révolution 2.0, nous nous proposons de répondre à cette question au travers l’expérience tunisienne. Nous commençons dans une première partie par citer les conditions incitatives et favorables du soulèvement populaire. Dans une seconde section nous soulignant la contribution des TIC et des jeunes dans le déclenchement de la révolution tunisienne.

Contexte tunisien

Statu quo des TIC

1La Tunisie, comme la majorité des pays de la région MENA est un pays consommateur de technologies et marque aujourd’hui un grand retard par rapport aux pays industrialisés en termes d’invention et d’innovation technologique. De nombreux obstacles entravent l’activité d’innovation technologique dans ce pays : coûts élevés, la qualité du capital humain assez moyenne, l’inadéquation des qualifications, l’insuffisance des infrastructures, manque de ressources financières, la rigidité organisationnelle à l’intérieur des entreprises et des institutions… Ceci a provoqué un potentiel technologique relativement faible de la Tunisie et a augmenté sa dépendance à l’égard des technologies étrangères.

2Toutefois, ceci n’a pas empêché une évolution rapide de l’accès et l’usage des TIC par les tunisiens. En effet, le nombre d’abonnements de la téléphonie mobile a passé de 2 par 100 habitants en 2000 à plus de 115 en 2013. Le pourcentage d’internautes tunisiens qui était moins de 3 % en 2000 a dépassé les 40 % en 2013. Également, le taux de pénétration du haut débit fixe (par 100 habitants) qui était de 0 jusqu’à l’année 2004 a dépassé le 5 en 2011 (Figure 1).

Figure 1. Évolution de l’accès et de l’usage de certaines TIC en Tunisie 2000-2013

Figure 1. Évolution de l’accès et de l’usage de certaines TIC en Tunisie 2000-2013

Source : Aissaoui & Ben Hassen (2016)

3En ce qui concerne les réseaux sociaux, Facebook est la plate-forme numérique la plus populaire en Tunisie. Elle a acquis une plus grande notoriété chez les citoyens notamment dès le début des événements du printemps arabe et le nombre des membres tunisiens au sein de cette communauté n’a pas cessé de croître. Il a plus que triplé entre 2010 et 2012 en passant de 1,13 millions à 3,32 millions. Quant au réseau social Twitter, il n’est pas très consulté en Tunisie.

4Une deuxième cause favorable au soulèvement populaire est l’exclusion des jeunes (qui représentaient plus 51 % de la population totale selon des données récentes de l’INS) de l’emploi et des décisions.

Situation des jeunes tunisiens

5Depuis les années 60, la Tunisie est en transition démographique : le taux de croissance de la population s’est réduit à 1,06 % en 2012 contre 2,9 % en 1966 et le taux de fécondité a passé de 7,2 % en 1966 à 2,15 % en 2011. La transition démographique avait aussi comme conséquence une population globalement jeune : en 2012 la population de 15 à 20 ans a comptait d’environ le tiers de la population totale. Ce groupe d’âge est le groupe le plus affecté par le chômage. Il présente 72,2 % des chômeurs et son taux de chômage est en évolution croissante (voir tableau 1). Le taux est plus élevé chez les jeunes femmes et dans les régions les plus pauvres. Ceci a provoqué plus de vulnérabilité chez les jeunes et ralenti le processus d’autonomisation. Plusieurs jeunes occupent des postes au-dessous de leur compétences et touchent souvent des salaires faibles et travaillent dans des conditions difficiles.

  • 2 Pourcentage de la population active âgée de 15 ans à 24 ans.

Tableau 1. Évolution du taux de chômage des jeunes en Tunisie2

2006

2008

2010

2012

Chômage total

27.5

28.3

29.4

42.7

Chômage hommes

28.2

29

30.2

43.9

Chômage femme

26

26.7

27.8

40.3

Source : Auteur, données de la banque mondiale

6Trois causes majeures peuvent expliquer ce chômage structurel. D’abord, malgré le ralentissement de la croissance démographique, la taille de la population active est en croissance continue du fait de l’augmentation de la participation féminine au marché du travail. En outre, grâce à une politique d’accès gratuit à l’éducation, la main-d’œuvre est de plus en plus instruite. En effet, le nombre de diplômés universitaires a augmenté rapidement durant la dernière décennie en passant de 10 % en 2001 à 17 % en 2011, et ne cesse d’augmenter. Également, la main-d’œuvre avec éducation secondaire a augmenté considérablement durant cette période. Or, les qualifications acquises sont inadéquates avec le besoin du marché du travail tunisien. Par ailleurs, les capacités de l’économie de créer des emplois bien rémunérés et d’offrir des opportunités intéressantes sont très faibles et souvent en dessous des attentes des jeunes. Compte tenu de ces difficultés, les jeunes sont de plus en plus en colère

7Du côté politique, les jeunes ont été depuis longtemps dépolitisés et marginalisés. Il avait une absence totale des jeunes dans la vie politique.

Régime politique

8Depuis l’indépendance et jusqu’au début de l’année 2011, la Tunisie a adopté un régime politique présidentiel et a été considérée comme l’un des pays les plus stable politiquement. Toutefois, le manque de la liberté et le contrôle de l’information et de l’opinion a attribué au système politique tunisien le caractère « autoritaire ». Ben Ali détenait le pouvoir absolu sans contrôle et de manière autoritaire. Il a longtemps attribué le chômage et la pauvreté en Tunisie au manque de ressources financières intérieures et a centré sa politique sur l’encouragement des investissements directs étrangers et l’aide internationale. La corruption qui a atteint les droits fondamentaux (à titre d’exemple l’équité) et l’abus de fonction de Ben Ali et des membres de sa famille ont amené les gens à la défiance, à la colère et à la reconnaissance des causes véritables de l’échec.

TIC et démocratie

Médias

9Avant la chute de l’ancien régime, le paysage médiatique a été caractérisé par sa pauvreté sur les deux plans quantitatif et qualitatif. Il y avait seulement quatre chaînes de télévision et d’environ 15 stations de radios. À cette pauvreté s’ajoute un contrôle très étroit de l’État des médias publics et privés. Les journaux et les livres d’opposition étaient détruits et les sites web critiques étaient censurés.

10Pendant ce temps, en revanche, les médias étrangers tels que par exemple les chaînes d’Al Jzeera, Al Arabiya et France 24 n’ont pas cessé de permettre aux opposants de l’ancien régime de s’exprimer librement et ont gagné, par le fait, de plus en plus de téléspectateurs tunisiens. Dès le début des soulèvements, ces chaînes et notamment Al Jazeera ont accompagné et soutenu les manifestants en couvrant en continu les évènements et en diffusant les images et les vidéos reçues des manifestants. Ceci a permis aux tunisiens de s’informer sur tout ce qui s’est passait dans le pays. Ainsi, les chaînes étrangères ont joué un rôle informationnel inéluctable qui a contribué énormément à l’amplification du soulèvement populaire et à l’allumage de la révolution tunisienne.

Réseaux sociaux

11Les réseaux sociaux ont également joué un rôle déterminant dans la médiatisation de ces événements. Elles ont assuré cette mission à plusieurs niveaux. Le premier est lié à la nature même et au fonctionnement de ces réseaux en tant que médias d’information. En effet, les renvois, les transferts et les échanges des textes, des vidéos et des photos entre les internautes ont permis la propagation des informations sur les demandes légitimes de la population tunisienne, à savoir : les inégalités régionales, le chômage des jeunes et la hausse des prix. Malgré la censure sévère sur Internet imposée par Ben Ali, plusieurs militants ont administré des blogs et ont créé des sites Internet afin d’informer le peuple tunisien sur les défauts de l’ancien régime. Et Facebook était le principal vecteur d’information pendant ce temps.

12En outre, grâce à ces réseaux sociaux, les tunisiens ont pris conscience sur l’ampleur de la répression policière et le début du soulèvement à Sidi Bouzid ; et un sentiment de solidarité s’est manifesté à ce moment-là. L’usage massif des réseaux sociaux (notamment du Facebook) par les tunisiens a permis par la suite la mobilisation des internautes (des jeunes), la coordination des actions et à l’accélération du mouvement de contestation. Les réseaux sociaux ont permis, enfin, le passage de ces actions virtuelles à une action réelle dans la rue.

13Cette révolution a renversé Ben Ali du pouvoir en 2011, et des élections libres ont été organisées par la suite. L’assemblée constituante tunisienne élue en octobre 2011 a rédigé en 2014 une nouvelle constitution combinant un régime semi-présidentiel avec un régime parlementaire. Deux gouvernements transitoires sont succédés avant que le parti Ennahdha remporte les élections de 2011. Le président Marzouki a chargé Jebali de former le nouveau gouvernement. Larayedh lui a succédé suite à l’assassinat de Belaïd et a formé son gouvernement en 2013. Ensuite, et après l’adoption de la nouvelle constitution, Mahdi Jomaa a formé en 2014 un gouvernement qui est constitué de personnes indépendantes. Suite à l’élection de 2014, le parti Nidaa Tounes a remporté et son chef Essebsi est élu le président de la république. Durant cette période post-révolution, les médias sociaux ont joué aussi un rôle important dans la participation politique des citoyens. En effet, elles ont servi d’espace pour la diffusion d’idées, la participation aux débats publics sur des questions d’ordre politique, et la mobilisation au profit de certaines causes même manifestations et actions.

14Aujourd’hui, le nombre d’internautes tunisiens qui parlent de politique a diminué mais le nombre de personnes qui font de stratégies de marketing politique sur les réseaux sociaux est en croissance. Par ailleurs, il semble que les réseaux sociaux ont contribué au développement du phénomène du terrorisme islamiste en Tunisie et ailleurs (Aissaoui & Hassen, 2016 ; Weimann, 2014).

Conclusion

15Certes les médias sociaux et étrangers ont compté parmi les facteurs qui ont mobilisé les tunisiens mais ils n’ont pas provoqué le soulèvement populaire qui a eu lieu suite à l’immolation de Bouazizi. Ce sont les jeunes chômeurs en colère, ignorés et moins intégrés, qui ont effondré le régime autocratique précèdent. Néanmoins, jusqu’aujourd’hui, la situation politique est très incertaine, fragile et n’est pas stable. Les demandes de ces jeunes chômeurs, force motrice de l’étincelle tunisienne, pour des emplois décents ne sont pas encore satisfaites. En fait, la transition vers un système politique démocratique stable prend du temps. La Tunisie doit construire de nouvelles institutions démocratiques et développer une culture de dialogue et de compromis pour que la démocratie réussi. L’emploi des jeunes demeure le plus grand défi pour le pays et la création d’opportunités est jusqu’à présent faible en Tunisie.

Haut de page

Bibliographie

Aiachi, S.-A., 2013. Pouvoir médiatique et transition politique : Le cas de la Tunisie, s.l. : Observatoire des mutations Politiques dans le monde arabe.

Aissaoui, N. & Hassen, L. B., 2016. Diffusion technologique et inégalités numériques : Une exploration de la fracture numérique dans l’espace MENA. Statéco, Issue 110, pp. 105-121.

Aissaoui, N. & Hassen, L. B., 2016. Skill-biased Technological Change, E-skills and Wage Inequality : Evidence from Tunisia. Journal of Economics Studies and Research, Volume 2016, p. 16.

Aoufi, N. E., 2012. Islam, institutions et développement. Revue Tiers Monde, 4(212), pp. 101-119.

Ayeb, H., 2011. Géographie sociale et géopolitique de la révolution tunisienne : la révolution de l’Alfa. Maghreb - Machrek, 4(210), pp. 61-77.

Béatrice Hibou, S. K., 2011. La Révolution tunisienne ne vient pas de nulle part. Politique africaine, 1(121), pp. 23-34.

Brisson, Z. & Krontiris, K., 2012. Tunisia. From revolutions to institutions, s.l. : The International Bank for Reconstruction and Development / The World Bank.

Dakhli, L., 2011. Une lecture de la révolution tunisienne. La Découverte, Le Mouvement Social, 3(236), pp. 89-103.

Ferjani, C., 2011. Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne. Savoir/Agir, 2(16), pp. 89-94.

Ferjani, M. C., 2012. Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne. Confluences Méditerranée, 2(77), pp. 13-28.

Gherib, B., 2012. Économie politique de la révolution tunisienne. Les groupes sociaux face au capitalisme de copinage. Revue Tiers Monde, 4(212), pp. 19-36.

Hellal, M., 2013. Les réactions des acteurs locaux à Monastir dans le contexte de l’après-révolution tunisienne. Confluences Méditerranée, 2(85), pp. 61-73.

Henda, M. B., 2011. Internet dans la révolution tunisienne. Hermès, La Revue, 1(59), pp. 159-160.

Lavergne, M., 2013. Révolutions arabes : pas de démocratisation sans décentralisation. Confluences Méditerranée, 2(85), pp. 17-31.

Mizouni, N., 2012. Tunisie : les islamistes à l’épreuve du pouvoir. REVUE Tumultes, 1(38), pp. 71-91.

Mouhoud, E. M., 2011. Économie politique des révolutions arabes : analyse et perspectives. Maghreb - Machrek, 4(210), pp. 35-47.

Touati, Z., 2012. La révolution tunisienne : interactions entre militantisme de terrain et mobilisation des réseaux sociaux. Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?, pp. 121-141.

Weimann, G., 2014. New terrorism and new media. Wilson Center, Volume 2.

Younga, H. L., 2011. La Révolution arabe de 2011 : à la recherche du sens perdu… Confluences Méditerranée, 2(77), pp. 51-62.

Zouari, F., 2011. Réjouissez-vous des révoltes arabes. Confluences Méditerranée, 2(77), pp. 193-207.

Zoubir, Y. H., 2011. Les révolutions du monde arabe : la fin du mythe de l’exception. Maghreb - Machrek, 4(210), pp. 49-60.

Haut de page

Notes

1 Moyen-Orient et Afrique du Nord

2 Pourcentage de la population active âgée de 15 ans à 24 ans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de l’accès et de l’usage de certaines TIC en Tunisie 2000-2013
Crédits Source : Aissaoui & Ben Hassen (2016)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Najeh Aissaoui, « Pouvoir médiatique, jeunesse et transition politique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3062

Haut de page

Auteur

Najeh Aissaoui

Docteur en Sciences Économiques et chercheuse (CODECI), Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sfax, Tunisie. Elle a publié plusieurs articles dans des revues internationales. Ses domaines de recherche sont : l’économie du développement, l’économie numérique, la croissance économique, le marché du travail. Mail : aissaoui.najeh@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page