Navigation – Plan du site
Vie des labos

Créer un co-laboratoire en SIC dans un ancrage régional et institutionnel : présentation de l’Institut Méditerranéen des Sciences de l’information et de la Communication (IMSIC)

Françoise Bernard et Michel Durampart

Texte intégral

1Les unités de recherche I3M – Université de Toulon et IRSIC – Aix-Marseille Université ont décidé en 2016 de poursuivre leur rapprochement, commencé en 2010, en mettant en place un co-laboratoire qui sera effectif en janvier 2018. Ce schéma, approuvé en 2016 par les instances de direction des deux établissements concernés, a été expertisé et validé par l’Hceres en janvier 2017. Pour faire vivre une nouvelle étape de mise en place de l’IMSIC, les deux entités organisent un grand séminaire en commun depuis janvier 2017 sur le thème : « Identités, mobilités, responsabilités ».

2Afin de présenter cette nouvelle unité de recherche, nous procédons dans un premier temps par un jeu de questions – réponses.

Qu’est qu’un co-laboratoire ou laboratoire co-habilité : le cas de l’Institut Méditerranéen des SIC (AMU-Toulon)

3La notion de co-laboratoire, dans les textes, ne relève pas d’un cadrage juridique précis et déterminé, une certaine plasticité liée au contexte est donc possible. La démarche et l’agencement de laboratoires en co-tutelle ou co-habilités sont de fait plus adhocratiques dans un cadre institutionnel donné que juridique ou statutaire. Les cadres statutaires sont donc le produit d’arrangement de pure convenance lié au contexte, à l’histoire et au projet.

4Selon deux sources d’informations distinctes : le code de l’éducation et la vision d’un vice président du CA de l’université de Toulon qui est aussi un spécialiste juridique, il n’existe, au niveau national, aucun cadrage juridique concernant ce type de dispositif, c’est la raison pour laquelle les établissements concernés élaborent des statuts qui leur sont propres.

5Les dénominations "co-laboratoire(s)", "laboratoires en co-tutelle" ou "co-habilités" n’ont donc pas de fondement juridique précis. Elles relèvent, par conséquent, plutôt d’une logique de projet scientifique et d’arrangement institutionnel. Cela donne lieu à une définition d’usage, conventionnelle plus ou moins spécifiée, restrictivement ou largement, et conduit donc à des schémas d’interprétation divers. Cette définition est parfois source d’asymétries comme nous allons le décrire succinctement.

6Prenons un exemple, il est arrivé (jusqu’en 2016) qu’un co-laboratoire impliquant deux établissements ait eu à faire fonctionner ensemble deux règles différentes imposées par les deux établissements. Ces règles portent sur le caractère « interne » ou « externe » des EC de l’autre équipe. Pour exemple, un des établissements impliqués dans la co-habilitation considère que les chercheurs de l’autre établissement sont des membres extérieurs pour la composition des différentes instances (comités de sélections, jurys de thèse) alors que l’autre établissement considère qu’un co-laboratoire est un seul et unique laboratoire même si les deux équipes relèvent de deux établissements différents. Ces deux points de vue ont leur rationalité : la première celle d’une dynamique se construisant autour de deux co-directeurs sur chaque site, ou la deuxième, celle du Ministère et de l’HCERES, qui ne connaît de fait qu’un seul directeur référent pour un co-laboratoire et donc une seule tutelle. Cet exemple souligne combien les enchâssements institutionnels – établissement, tutelles, etc. – mérite une réflexion et des réglages en amont afin d’éviter, le mieux possible, une hétérogénéité dans les règles de fonctionnement source de difficultés ultérieures entre les membres de l’unité.

Quelle stratégie au service du développement et de l’identité des SIC en région PACA ?

7On le comprend, la co-habilitation de deux équipes sous une seule enseigne est donc le produit d’une fabrication sur la base d’intérêts communs et, en dépit d’un vide juridique et d’une non explicitation statutaire nationale, comporte pour autant un cadrage élaboré par les équipes sous l’égide de leurs établissements respectifs. Les établissements concernés visent à épouser un certain nombre d’enjeux stratégiques. L’un d’entre eux est d’atteindre une masse critique au-delà des périmètres internes à l’établissement. Dans le cas du co-laboratoire IMSIC (Institut méditerranéen des SIC) sur les deux sites Toulon et AMU, la stratégie traduit une volonté de constituer une masse critique portée par un effet de nombre de chercheurs et de productions pour les deux équipes tout en permettant intrinsèquement de préserver une autonomie sur chaque site. Le deuxième enjeu consiste à rassembler et organiser une équipe qui tienne face à l’exigence de masse critique sans pour autant perdre une dynamique humaine et collective qui se diluerait dans un effectif pléthorique alors qu’IMSIC de fait double le nombre de chercheurs impliqués en son sein (autour d’une cinquantaine avec une diversité de statuts).

8Il s’agit, dans le cas de l’IMSIC, d’affirmer la référence information-communication qui pourrait être marginalisée, voire se trouver « sous tutelle » au sein d’une UMR ou d’une équipe pluridisciplinaire. Enfin, inscrire dans une légitimation institutionnelle une dynamique d’échanges de travaux communs, de proximité scientifique dans une démarche de rapprochement qui laisse malgré tout une marge de manœuvre sur chaque site, tout en fixant un projet scientifique, en partageant des grands programmes avec plus de force et de d’appuis. Il ne s’agit pas, en revanche, de s’interdire d’avancer dans une politique centrée et concertée (maître mot d’un co-laboratoire). Cette politique est caractérisée par la recherche d’équilibres entre des thématiques de recherche, par une concertation sur les recrutements en cherchant de la complémentarité tout en répondant aux besoins de chaque site, voire une intelligence partagée de recrutement, par des pratiques construites concernant les CST, les CS, les jurys de thèse, par la conception d’événements et d’opérations scientifiques en mutualisant des ressources.

9Ainsi, le co-laboratoire répond à la fois à des logiques d’opportunité et des logiques scientifiques. Les logiques d’opportunité permettent d’oeuvrer ensemble tout en gardant une identité de site et une marge de manoeuvre singulière, d’obtenir une reconnaissance institutionnelle sans pour autant payer le prix de la fusion-absorption et de l’assemblage. Les logiques scientifiques consistent notamment à préserver l’identité information-communication et sa prévalence, tout en travaillant d’autant mieux avec d’autres disciplines, avec d’autant plus de sécurité que la perspective SIC est première ou déterminante. Cette notion hybride de co-laboratoire, instituant et non instituée au sens juridique et donc contraignant du terme, est une forme « d’organisation projet », une notion qui épouse bien, en un certain sens, l’identité information-communication, telle qu’elle s’est construite dans la pluralité au fil des décennies.

10Des contraintes peuvent apparaître liées à un statut de l’entité qui n’est pas fixé juridiquement, et qui se prête à des interprétations diverses. Une telle situation peut favoriser des orientations et interprétations parfois divergentes dans la relation entre les composantes recherches et les gouvernances des établissements. Mais cette situation favorise aussi un espace de négociation et d’ajustement concerté qui peut contribuer à préserver la volonté des chercheurs réunis. Pour exemple, pour les relations avec l’HCERES, il a été acté que Toulon, par accord des deux établissements AMU et Toulon, exerce la tutelle, les chercheurs d’un commun accord ont fait reconnaître qu’il y aurait bien deux directeurs associés pour chaque site et même que la direction globale pourrait tourner à chaque nouvelle accréditation au sein du co-laboratoire. Il est prévu, par ailleurs, qu’à chaque renouvellement de direction, c’est un tandem et non deux directeurs de part et d’autre qui se présenterait afin de bien souligner à la fois une dynamique scientifique convergente et une démarche cohérente centrée sur des projets partagés.

11En ce qui concerne la spécificité de ce choix pour l’information-communication en PACA, il s’agissait avant tout d’inscrire les SIC en région PACA avec un lien fort (un attachement) thématique et quasi heuristique aux recherches exploratoires en Méditerranée. Bien sûr, l’IMSIC ne prétend pas incarner à lui seul la présence de cette discipline en PACA qui est notamment active dans les universités de Nice-Sophia Antipolis et d’Avignon et plus partiellement dans d’autres lieux, équipes avec lesquelles les chercheurs d’I3M et IRSIC entretiennent des relations. Pour autant, cette initiative a le mérite de fournir un cadre original d’alliance et de coordination susceptible d’éviter une dispersion et de renforcer une visibilité nationale et internationale des SIC dans cette région. Les grands axes confortant ce rayonnement, de part et d’autre, comportent une attention particulière aux recherches empiriques, aux recherches-actions, arrimées à une exigence critique, tout en faisant place à des démarches expérimentales dans une volonté d’ausculter le social en actes et en actions. Il y a en outre la volonté de privilégier des recherches dans des secteurs clefs : santé, environnement, social, éducation, industries des connaissances, arts et culture, avec deux piliers forts : la Méditerranée et la relation sciences sociétés, acteurs sociaux – institutions. Le côté adhocratique, hybride du laboratoire permet donc de préserver une intelligence de site et de favoriser une intelligence commune.

Quels projets et dynamiques pour l’IMSIC ?

12Après un bref retour sur l’historique de l’IMSIC qui a favorisé une intelligence commune, nous présentons les axes de recherche qui indiquent les orientations et travaux scientifiques du co-laboratoire.

Retour sur l’histoire qui conduit à la convergence

Une coopération institutionnelle

13Les relations entre les deux unités existent depuis de nombreuses années, elles se sont consolidées à partir de l’année 2010, année où les deux laboratoires ont décidé de renforcer leurs échanges institutionnels et scientifiques. En ce qui concerne la coopération institutionnelle, des membres de l’IRSIC en nombre représentatif participent depuis 2012 aux Comités de Suivi de Thèse du laboratoire I3M, dans le cadre de l’ED 509 (civilisations et sociétés euro-méditerranéennes et comparées) à Toulon. Les enseignants-chercheurs de l’IRSIC et d’I3M Toulon sont impliqués dans les Comités de Sélection des emplois publiés à Toulon et à Aix-Marseille Université. De la même manière, une coopération est établie dans les participations aux jurys de thèse, les deux laboratoires s’invitant régulièrement à y participer sur les deux sites. Ces activités ont favorisé des échanges et réflexions nombreux et croisés portant sur les perspectives d’avenir, avec la recherche d’une complémentarité dans les recrutements en SIC en région et la mise en réseau de ressources scientifiques communes. La coopération scientifique s’est donc également développée avec, notamment, des séminaires de recherche communs. L’IRSIC a été associé à l’organisation scientifique du congrès de la SFSIC (Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication) en juin 2014 à Toulon. Dans ce contexte, un atelier consacré aux recherches en SIC en Méditerranée a été organisé. Cette association vaut aussi pour les journées scientifiques de l’Université de Toulon depuis 2010 (dernière édition : 26 et 27 avril 2016). L’IRSIC est partie intégrante de l’organisation de l’atelier « infocom » des Doctoriades (journées jeune recherche) de Toulon chaque année et des doctorants d’AMU peuvent présenter leurs travaux dans ce cadre. En allant plus loin dans le passé, les deux équipes ont œuvré conjointement en impliquant d’autres partenaires à la mise en place et à la conduite des activités du Pôle Méditerranéen sous couvert de l’ISCC-Cnrs (Institut des sciences de la communication du CNRS) et du CNRS avec un financement à travers des fonds dédiés ISCC et d’APO PIRE CNRS (Appel à projets programmes interdisciplinaires entre 2009 et 2010). Les travaux et séminaires organisés dans le cadre de ce Pôle ont aussi conduit la production d’un ouvrage collectif : Savoirs en action (2013), dir. Françoise Bernard IRSIC et Michel Durampart I3M Nice-Toulon (sld), édité chez CNRS Éditions. Les acteurs engagés dans ce pôle provenaient d’I3M (Université de Nice-Sophia-Antipolis ET Université de Toulon), IRSIC (Université d’Aix-Marseille I et Université d’Aix-Marseille II). Pour Aix-Marseille, de nombreuses autres entités avaient été impliquées : le département Satis (Aubagne -Université d’Aix-Marseille I), des chargés de communication d’équipes du CNRS : Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM, UMR CNRS / IN2P3), Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, Observatoire de Haute Provence, (UMR CNRS / Université de Provence), Laboratoire d’Economie Quantitative d’Aix-Marseille (UMR, CNRS, Université de Provence), Institut de Biologie du Développement de Marseille Luminy (IBDML, UMR CNRS / Université de la Méditerranée).

La mise en place de la démarche IMSIC

14La réflexion scientifique a ainsi pu se développer au fil de ces coopérations entre les deux équipes et a permis de définir une complémentarité entre les deux laboratoires sur les thématiques suivantes : valorisation des territoires, mutations du secteur de la santé, émergence d’une culture de l’écoresponsabilité, du modèle du développement durable et des questions liées à la transition écologique, des dispositifs d’information et de numérisation.

15L’IRSIC apporte une réflexion originale et spécifique (à l’échelle des laboratoires SIC en France) articulée au cadre de recherche de la communication engageante et instituante. Ces travaux explorent de manière inédite les relations entre communication et action. Ils apportent une contribution théorique et empirique aux questions de l’engagement et de l’enrôlement dans des cours d’action, des publics, des décideurs et des acteurs sociaux. I3M Toulon déploie ses travaux, dans le cadre de la disruption numérique en cours : agencements, dispositifs numériques, nouvelles écritures, objets nomades, interfaces etc. Sont étudiés également : les transformations des processus d’apprentissage, de transmission, les modes de production liés à la circulation des connaissances, ainsi que l’étude critique de « l’hégémonie du réseau » et des évolutions profondes des organisations modifiées par les dispositifs numériques et la communication digitale. Le domaine de la cognition distribuée (et des pratiques qui l’accompagnent) et des intelligences collectives occupent une place croissante dans l‘étude des secteurs industriels, des services, ainsi que vers le domaine des arts et la culture, de l’« entertainment ». Ces travaux rejoignent les thématiques explorées par certains chercheurs de l’IRSIC (Écosystèmes cognitifs, informationnels, Big Data, algorithmique et SHS). Les deux équipes ont des productions originales, en partie convergentes qui ont pour ambition d’apporter une contribution au renouvellement de l’approche des métamorphoses des médias et des médiations.

16En capitalisant l’ensemble de ces expériences communes, les équipes ont réussi à donner une visibilité à des orientations de recherche complémentaires et croisées. On peut en cerner le périmètre autour des recherches (fondamentales et recherches-actions) consacrées :

17– aux problématiques de changement, d’innovation, d’action et d’utilité sociétales, aux métamorphoses médiatiques plus nettement représentées du côté de l’IRSIC

18– à l’analyse des mutations traversées par des démarches sociotechniques et dispositifs numériques dans les organisations de la connaissance et les industries culturelles, le renouvellement des usages et des médiations, plus nettement représentées du côté I3M Toulon

19– un intérêt marqué dans de nombreux projets et publications pour la réflexion consacrée à l’interdisciplinarité comme problème et comme pratique, à la transversalité et à la transformation des champs de recherches avec leur hétérogenèses , déplacements et brouillage des frontières etc…

Une traduction en axes et en programmes

20Quatre axes sont définis, dont un axe émergent. Ces axes sont les suivants :

Axe 1 – Enjeux et usages des dispositifs sociotechniques numériques et des mutations informationnelles

21Les travaux de l’axe s’organisent autour de trois pôles principaux :

  1. Un pôle « épistémologique et méthodologique » visant à analyser les enjeux sociétaux du pilotage croissant de l’ensemble des activités par la technique et le numérique (la gouvernementalité algorithmique). Les travaux situés dans ce pôle s’appuient sur l’épistémologie des sciences, l’histoire des techniques et des sciences. Ils ont une dimension réflexive et herméneutique.

  2. Un deuxième pôle est consacré à l’élaboration des dispositifs sociotechniques de traitement et de visualisation des données numériques. Les travaux situés ici font appel aux méthodes symboliques (linguistique, rhétorique et discursive) et numériques (probabilistes, statistiques et mathématiques). Ces travaux empruntent au paradigme objet ou physique adossé aux épistémologies empiriciste, positiviste et rationaliste.

  3. Un troisième pôle se consacre à l’analyse des usages des TICs, des dynamiques et pratiques informationnelles induites. Les travaux situés ici empruntent aux approches méthodologiques qualitatives qui caractérisent les sciences humaines et sociales (ethnographie, sémiotique, techniques d’enquêtes).

22Plusieurs domaines et terrains sont investis par les chercheurs de cet axe :

  1. La veille (scientifique, technologique, juridique, économique), l’Intelligence économique, l’organisation des connaissances (Knowledge Organization), la fouille de textes, la recherche d’information ; les questions de la gouvernance de la recherche, de la représentation infographique des données et de l’information brevet (la Visualisation de l’Information).

  2. 2) Les enjeux de l’ouverture des données (Open Data, open access) - Enjeux de l’extension du paradigme participatif du Web 2.0. Une attention particulière est portée aux mutations dans le secteur du journalisme (avec l’apparition de data journalism et de citizen journalism), dans le domaine culturel et patrimonial avec l’émergence des concepts des « bibliothèques et musées participatifs », sans négliger la dimension économique de ces transformations avec l’étude de nouveaux modèles économiques engendrés par le numérique. - Enjeux des données massives (Big Data) en science et en société avec le développement des Humanités Numériques ou Digitales, la science orientée « données » (data-driven scholarship ou e-Science). Les membres de cet axe ont en commun une réflexion concernant les mouvements des Humanités Digitales. Elles proposent également des analyses critiques dans un cadre plus vaste incluant la convergence nano et biotechnologies, des sciences cognitives et des sciences de l’information et de la communication à l’ère de l’anthropocène.

Axe 2 – Communications et organisations, actions-innovations et valeurs sociétales, publiques

23Cet axe concerne les problématiques liées aux reformulations et aux restructurations des domaines de la santé, du développement durable et des pratiques de durabilité (par la combinaison de problématiques liées à l’économie, au social et à l’environnemental), de la transition écologique, de la culture, des arts et du patrimoine. Les mutations en cours s’opèrent sous l’impulsion des transformations sociétales et culturelles, des technologies et des nouveaux impératifs socioéconomiques. Ces mutations sont produites et accompagnées par l’émergence de nouvelles formes organisationnelles en « réseau » et la reconfiguration-restructuration de formes déjà instituées. Elles sont aussi portées, traversées et produites par des formes complexes de circulation textuelle, discursive et médiatique que les chercheurs observent et analysent.

24Les travaux portent également sur les nouvelles politiques associées à ces formes inter-organisationnelles. Ils prennent en compte l’analyse des pratiques professionnelles et sociétales (directes ou médiées) et les modèles de gouvernance (décentralisation, participation, responsabilisation…). Les formes d’engagement des acteurs privés et publics, de la société civile (publics, salariés, artistes, parties prenantes…) sont également étudiées. Les relations entre action et communication constituent des objets d’études importants. La communication, comme activité, est directement impliquée pour l’analyse (compréhension, théorisation) et pour l’intervention (recherche appliquée) concernant ces enjeux de société cruciaux. Améliorer la santé des populations, favoriser la transition écologique, ancrer les questions culturelles, éducatives, artistiques et patrimoniales dans les villes et les territoires, conduisent à de nouvelles pratiques communicationnelles associées à l’émergence de nouvelles formes d’organisation (agences, ONG, associations, réseaux…) et à l’élargissement des activités et cultures des organisations traditionnelles (RSE, éco production, éco consommation, culture participative…).

Quatre domaines liés à des enjeux sociétaux cruciaux sont privilégiés :

Santé et prévention

25Les travaux en communication occupent une place importante pour contribuer à mieux analyser et résoudre des problèmes de santé publique et de prévention. Les questions traitées par les recherches concernent : les politiques de santé ; l’information, la prévention, les campagnes de sensibilisation, l’implication des médias – y compris numériques et les TIC ; les pratiques d’e-santé et de démocratie sanitaire ; l’engagement des parties prenantes (PP) de la santé -professionnels, publics, société civile, médias- afin, en particulier de mieux organiser la prévention ; crises sanitaires, médias et mobilisations des PP ; les mutations organisationnelles et institutionnelles dans la santé (organisations médicales et sanitaires, réseaux de santé…).

Action et intervention sociales

26Des chercheurs étudient, d’un point de vue communicationnel, les risques psychosociaux, les personnes et publics en difficulté, l’accompagnement des handicaps et des personnes en difficulté, les interventions portant sur le « malaise social », santé et bien-être. L’approche « éducommunicationnelle » qui est mobilisée et théorisée à l’IMSIC rassemble les questions suivantes : communication positive et bienveillante (son rôle pour la parentalité, pour le management) ; institutions ou actions éducatives formelles ou non formelles, et effets de processus pédagogiques ; médiatisation de l’acte éducatif ou de formation via des outils et médias de communication et impact sur les discours, pratiques professionnelles et formes organisationnelles.

Environnement, développement durable, transition écologique

27Des chercheurs consacrent leurs travaux aux questions fortes du croisement entre communication des organisations, communication environnementale et communication politique-publique. Les thèmes de recherche concernent plus particulièrement : l’engagement des publics et des parties prenantes (communication engageante), l’énonciation et l’affichage des questions environnementales, la circulation des signaux faibles et des controverses dans l’espace public, l’émergences de nouvelles pratiques participatives, les questions d’empowerment de la société civile, travail sur les questions de sciences, risques et environnement, les rapports entre communication et culture de l’écoresponsabilité, les enjeux et pratiques des aménagements des territoires et des littoraux, préservation de la Méditerranée (villes durables, mobilités, économies d’énergie et transition écologique, économie circulaire et de la fonctionnalité, RSE…). Les interrelations entre environnement et santé constituent également des objets d’études qui sont déjà abordées et qui seront développées dans le cadre de l’IMSIC.

Culture, création, patrimoine

28Des chercheurs travaillent sur les questions des politiques et stratégies de communication des établissements culturels et des territoires, des innovations en communication dans les modes d’éditorialisation et de médiation aux objets culturels, la circulation des objets culturels et des discours dans l’écosystème informationnel numérique (web de données ouvert, réseaux sociaux numériques, accès mobile…). L’observation des nouvelles pratiques (recherche/applications) de valorisation des patrimoines est un objet d’études important ; il s’agit de mieux comprendre comment l’existant physique se transcende ou se pérennise dans ce que l’on peut qualifier d’e-patrimoine : cartographies interactives, musées virtuel, visites 3D des lieux de création et monuments, mémoire des patrimoines éphémères, etc. Des travaux font une place particulière aux questions d’écriture avec : la place de la recherche par l’art, l’étude de la relation complexe entre pratiques artistiques et pratiques d’écriture ; plus généralement, les travaux interrogent l’immersion de l’écriture dans les pratiques productrices de savoirs.

Axe 3 – Immersions et influences numériques-médiatiques : productions-écritures, réceptions-expériences

29Cet axe étudie les immersions et influences humaines et sociales impliquant médias et dispositifs numériques, à différents niveaux du processus infocommunicationel : productions, écritures, réceptions et expériences humaines.

30Les technologies numériques et médias étant devenus omniprésents dans notre société, il s’agit de mieux comprendre les modalités d’interaction que nous établissons avec eux et leurs effets sur l’humain socialement situé. Plus précisément, l’objectif est d’étudier empiriquement les processus cognitifs, socio-affectifs et expérientiels impliqués dans les usages des médias digitaux, des environnements immersifs et de leurs affordances. Quels sont les processus psychosociaux et modes d’interaction sociale également impliqués par les nouveaux dispositifs médiatiques et numériques ?

Problématiques, domaines, théories mobilisés

31Les recherches suivent trois problématiques complémentaires :

  1. envisagés comme des dispositifs d’énonciation du changement social, les dispositifs numériques sont le lieu où se forgent de nouvelles expériences et de nouvelles configurations socio-économiques, participant de phénomènes disruptifs entre fictions et rationalités. L’objectif est d’étudier ces expériences du point de vue de l’écriture, du design d’expérience utilisateur et d’interface, de la place des utilisateurs et de leur corps à l’articulation d’espaces physiques et d’espaces numériques.

  2. L’étude des processus de communication impliquant des médias et contenus numériques persuasifs. Premièrement, les recherches portent d’une part, sur les processus psychologiques impliqués dans la création et la conception des messages de communication persuasive. Deuxièmement, elles portent sur les processus d’influence lors de la réception et des usages de ces médias et contenus numériques. Deux cas sont ici particulièrement étudiés. D’une part, le cas de la publicité digitale et la communication marketing numérique (ex. bannières). Les chercheurs de cet axe poursuivent leurs recherches expérimentales menées depuis 20 ans visant à mieux comprendre les influences « non conscientes », en mobilisant davantage, pour les quatre ans qui viennent, les récents modèles (y compris neuroscientifiques) des automatismes cognitifs impliquant la mémoire implicite. Ils veulent davantage développer, dans un second temps, une réflexion plus distancée sur l’éthique des usages, sur les apports et les limites de ces pratiques persuasives en contexte démocratique. D’autre part, les communications persuasives numériques de santé publique, en ce qui concerne ce deuxième cas, les chercheurs travaillent, en relation avec ceux de l’axe 2 de l’IMSIC. Ils poursuivent des travaux visant à mieux comprendre les processus sociocognitifs et socio-affectifs impliqués dans les interactions avec les technologies d’e-santé, les messages de prévention et de promotion de la santé, notamment en lien avec les réseaux sociaux numériques. Après s’être intéressés aux affordances des sites web (interactivité) puis aux influences des serious games, les chercheurs travaillent (en relation avec l’axe 2 de l’IMSIC) sur les effets des communications “d’e-santé” sur les changements effectifs de comportements, dans des domaines prioritaires de la santé publique et de l’éducation thérapeutique où les enjeux sont majeurs (deux domaines sont prévus : nutrition -lutte contre l’obésité-, maladies neurodégénératives -maladie d’Alzheimer).

  3. Troisièmement, les chercheurs ont émis l’hypothèse que les médias sociaux numériques contribuent à construire une « conscience collective virtuelle », en régulant les émotions individuelles et collectives majeures. A l’aide d’enquêtes empiriques, l’objectif est maintenant d’enrichir davantage cette proposition théorique, en essayant de mieux comprendre les processus socio-affectifs et les communications sociales médiatisées ou en présentiel au cours d’événements socio-médiatiques extraordinaires pouvant générer des "paniques", des peurs collectives et d’intenses réactions socio-émotionnelles (ex : attentats, catastrophes sanitaires et environnementales, décès brutal d’une célébrité chez ses fans...).

32Pour traiter ces trois problématiques communicationnelles, les chercheurs appliquent des ressources théoriques issues de la cognition sociale, de la psychologie sociale et cognitive (domaines 2 et 3 surtout), des paradigmes phénoménologiques, sémio-pragmatiques (domaine 1 surtout) et, des notions récemment travaillées par les recherches en SIC dans le domaine du numérique, comme celle d’expérience (domaines 1, 2 et 3)

Axe émergent – Mutations du journalisme et environnements médiatiques : organisations, acteurs et publics.

33Cet axe est mis en place à l’IMSIC avec un statut d’axe émergent. Il répond à la volonté et au projet de développer et structurer, en étroite relation avec les ressources humaines, cognitives et l’expérience d’une École de journalisme (EJCAM – AMU), des travaux de recherche qui s’inscrivent dans un paysage national de la recherche en journalisme où les travaux dans le grand sud sont peu nombreux. Cet axe, ouvert vers l’espace euro-méditerranéen, apportera à terme une nouvelle spécificité forte et pertinente à l’IMSIC. Cet axe s’appuie également sur une politique cohérente de recrutements pour l’IRSIC qui a porté ses fruits pendant le précédent contrat avec le recrutement de 3 McF, les collègues recrutés travaillant étroitement avec 2 autres McF dont 1 HDR qui sont en poste à l’EJCAM depuis plusieurs années et actifs dans des réseaux de recherche : CEJER (association des chercheurs en journalisme des écoles reconnues) ; Obsweb (Observatoire du webjournalisme). Les chercheurs ont également pour projet de développer une orientation méditerranéenne, en cohérence avec le positionnement général de l’IMSIC, en particulier à partir de contacts déjà établis avec le Liban (Université Antonine à Beyrouth) grâce à la médiation des chercheurs de Toulon. Ces projets, organisés en axe émergent, prennent sens avec la mise en place de l’IMSIC. Le statut d’axe émergent permettra aux chercheurs concernés d’avancer à leur rythme, celui de la construction d’un axe, avec des concertations étroites favorisées par une logique de proximité dans l’enveloppe institutionnelle de l’EJCAM.

34Les pratiques journalistiques sont inséparables des dispositifs organisationnels et sociaux au sein desquels elles s’accomplissent (processus de production, d’organisation, de coordination de l’activité des journalistes). En déplaçant la focale à un niveau plus large, dans le contexte actuel d’hybridation des formats et de convergence des médias, des acteurs de l’Internet et des télécommunications, ces pratiques sont en outre de plus en plus liées à l’évolution des environnements médiatiques et numériques et de l’entreprise de presse (exemple d’AJ+, dispositif d’information sans support en propre ; développement des moocs, etc.).

35En interrogeant les mutations du journalisme avec les outils théoriques des SIC et la mobilisation d’outils issus d’autres sciences humaines et sociales, l’objectif de cet axe émergent est d’étudier un champ d’activité en constante évolution, dans un jeu complexe de relations qui impliquent :

  1. les entreprises de presse, avec leurs logiques économiques voire commerciales, et de plus en plus les médias et les acteurs de l’Internet (intermédiaires de services, opérateurs) dans des logiques nouvelles de convergence et de diversification des recettes (amarrage à des domaines non informationnels tels que le divertissement et l’événementiel) ;

  2. les acteurs, au sein de l’entreprise (journalistes, managers, propriétaires) et à travers la communication normative sur le journalisme (représentants des salariés et de « la profession », syndicats, médiateurs, comités d’éthique, think tanks, commissions, etc.). S’ajoutent des profils nouveaux de journalistes, dont la pratique s’inscrit sur les marges ou aux frontières des activités considérées comme relevant du cœur de métier, donnant naissance à des reformulations du journalisme dans sa dimension professionnelle, éthique mais aussi épistémologique (data journalism, mobile journalism, market-driven journalism, data analyst, social media manager, journalisme de communication, journalisme citoyen ou participatif, etc.). L’évolution de l’organisation des rédactions est à ce sujet assez révélatrice de l’émergence des nouveaux profils et d’une hybridation des pratiques : dans certaines rédactions, on est passé du bi-média au pluri-média jusqu’à la rédaction convergente (ou 3.0) qui vise à mutualiser plusieurs titres et supports d’un groupe au sein d’une rédaction unique avec la mise en place de pôles d’innovations ou d’expérimentations ;

  3. les publics en tant que destinataires de l’information, comprise ici tout à la fois dans sa dimension commerciale (rapport entre ligne éditoriale et demande – lecteurs comme annonceurs) et dans sa dimension sociale et politique. Certains sites comme celui du Guardian en ont fait un axe central de leur développement en misant sur l’open journalism ;

  4. les interrelations entre organisations de presse, acteurs et publics d’une part et, d’autre part, les autres environnements : institutions, cultures, normes et conventions diverses.

36Chacun de ces quatre axes met en œuvre deux approches :

37– une approche en relation directe avec : des partenaires (économiques, sociétaux, privés, publics), la cité, des enjeux d’innovation ; ces approches conduisent à des recherches – actions et à des recherches appliquées selon plusieurs méthodes,

38– une approche de recherche fondamentale, au sens des SHS, avec une contribution à des théorisations et à des questionnements épistémologiques, à une réflexion portant sur le pluralisme méthodologique et l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité et une contribution aux approches critiques.

Interdisciplinarité

39Pour les trois axes, à partir de l’expérience déjà acquise, une volonté de dialoguer, coopérer avec d’autres disciplines scientifiques est affirmée de manière pragmatique mais aussi plus construite et selon les besoins dans les trois axes. Les disciplines concernées sont notamment celles de l’informatique, des sciences de gestion et du marketing, de la psychologie et la psychologie sociale, de la sociologie, de l’anthropologie, de la géopolitique, de l’ingénierie soft (design, ergonomie, esthétique).

Construction d’un réseau scientifique méditerranéen durable en SIC

40Pour les trois axes, l’ambition méditerranéenne est confirmée. Le projet est de penser les interrelations dans une perspective d’ouverture. Ce projet sera développé en tenant compte de l’instabilité géopolitique et stratégique de la zone qui pose des problèmes ardus à la recherche et aux politiques de recherches en SHS. I3M Toulon a déjà constitué un observatoire des savoirs en euro-méditerranée. Il est membre d’un GDRI (COMED) et bénéficie d’un ancrage thématique euro-méditerranéen avec l’école doctorale (Civilisations et sociétés euro-méditerranéennes comparées). Il collabore notamment sous des formes très officielles (Formation et recherche) avec l’Algérie, la Tunisie, le Liban, le Maroc, incluant aussi des co-tutelles de thèse. L’IRSIC s’est déjà impliqué dans ces pays et entretient aussi des relations avec la MMSH à Aix-Marseille (UMR Telemme) autour de certains projets associés aux enjeux médiatiques notamment. Des collaborations se sont aussi traduites avec une double implication dans des colloques et des comités scientifiques en Tunisie et au Maroc (programme Loth- communication des terres arides-).

41Des chercheurs à Toulon étudient l’élargissement du socle de la revue Pertinence en collaboration avec l’université d’Antonine à Beyrouth. Cette revue qui existe déjà serait placée sous l’égide d’une politique éditoriale en SIC (comité scientifique international) dans un contexte méditerranéen ouvrant des liens vers d’autres disciplines ; elle serait aussi renforcée par un support numérique permettant des traductions en anglais et en langue arabe (le format papier serait administré à Antonine et le format numérique à Toulon). Ce partenariat s’inscrit également dans un soutien à la mise en place d’une équipe information communication à Antonine : CREMAC, depuis la fin de l’année 2016. Un projet pourrait alors conduire à la constitution d’un GIS ou d’un GDRI vers le Maghreb et le Proche-Orient autour de la transformation des savoirs et les évolutions sociétales liées aux dispositifs techniques dans les sociétés au Sud. Enfin, la question des politiques éditoriales et la refonte des modes de publicisation, la fabrication de nouvelles conditions favorables à la co-construction des savoirs est au centre de la préoccupation commune. Cela suppose en particulier de mettre sur pied un ou des séminaires de travail innovants et dotés d’infrastructures légères et modifiables selon les équipes et problèmes étudiés.

Conclusion

42L’IMSIC, unité de recherche en co-tutelle, témoigne, à sa manière pour le sud-est, de la vitalité des Sciences de l’Information et de la Communication et du désir ardent des enseignants-chercheurs de trouver des voies pour poursuivre le développement d’une discipline en prise sur les mutations de la société. Cette discipline, par l’action persévérante des EC, a pu s’enraciner dans les établissements universitaires et dans le paysage de la recherche (en région, en France et dans les réseaux internationaux de recherche), mais aussi se renouveler et élargir son périmètre scientifique et institutionnel depuis sa création dans les années 70, en particulier en initiant et poursuivant des dialogues féconds avec d’autres disciplines.

Haut de page

Bibliographie

Bernard, F., Durampart M., (sld), 2014, Savoirs en action, cultures et réseaux méditerranéens, CNRS Éditions, collection Alpha, Paris.

Bernard F. (2011), Communication environnementale et action : enjeux théoriques et pratiques. Recherches en Communication, Dossier thématique communication et environnement (sous la dir. de Cattelani A. et Libaert T.), n° 35, 171-184.

Collet, L., Durampart M., Pélissier M., 2014, « Focus sur les terrains de recherche CRDP, médiathèques, OBTIC, en région PACA », avec Bonfils, P., Duvernay, D., Gasté, D., « Etudier les environnements immersifs en milieu industriel : le cas de la formation chez Eurocopter », les cahiers de la SFSIC, dossier consacré au XIXe congrès, Penser les techniques, pp. 148-159.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Bernard et Michel Durampart, « Créer un co-laboratoire en SIC dans un ancrage régional et institutionnel : présentation de l’Institut Méditerranéen des Sciences de l’information et de la Communication (IMSIC) », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3110 ; DOI : 10.4000/rfsic.3110

Haut de page

Auteurs

Françoise Bernard

IMSIC (I3M Toulon, IRSIC AMU) Universités AMU-UTLN

Articles du même auteur

Michel Durampart

IMSIC (I3M Toulon, IRSIC AMU) Universités AMU-UTLN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page