Navigation – Plan du site

Notes de l’auteur

Entretien avec Benoît Cordelier, fondateur et directeur de la revue Communiquer, Professeur au Département de communication sociale et publique. Université du Québec à Montréal

Texte intégral

Benoît Cordelier, vous dirigez la revue Communiquer Revue de Communication Sociale et Publique. Pouvez-vous nous la présenter brièvement ?

Communiquer a été lancée en 2009 à l’initiative de plusieurs professeurs du Département de communication sociale et publique de l’UQAM. Dirigée pour son premier numéro par le professeur Pierre Mongeau, elle s’appelait alors Revue internationale de Communication Sociale et Publique (RiCSP). J’ai intégré le comité éditorial peu avant le lancement et j’en ai pris la direction dès la deuxième édition. Nous avons publié douze numéros sous ce titre jusqu’en 2014. Depuis, nous avons changé pour Communiquer afin de gagner du temps pendant les réunions du comité éditorial et faciliter les échanges avec les collègues que nous rencontrions et qui n’arrivaient pas à prononcer « RiCSP » ou ne savaient plus comment nous appeler. Cela ne nous a pas empêché de gagner rapidement une certaine reconnaissance puisqu’à partir de 2012 nous avons été subventionnés par le Conseil de la recherche en sciences humaines (CRSH) du Canada et qu’en 2015 nous avons été classés revue qualifiante par le CNU (71e section) et l’HCERES

Quelle est la vocation de la revue ?

Communiquer est une revue en accès libre, généraliste et ouverte. Sa création partait du constat d’un manque de débouchés pour les chercheurs et chercheuses francophones en communication dont le travail ne s’inscrit pas dans un dossier thématique précis faisant l’objet de l’appel à articles du moment. C’est donc une revue généraliste qui s’intéresse à tout ce qui est communication sans parti pris sur les objets, les méthodes et les approches épistémologiques. En fait un questionnement permanent sur ce qui constitue notre domaine, champ ou discipline traverse la revue. Nous avons eu un dossier sur ce qu’est la communication dans le numéro 4. Lorsque nous transformé notre nom, nous avons fait à nouveau l’exercice avec deux numéros (13 et 15) où ont publié aussi bien des chercheurs de référence comme des plus jeunes.

Communiquer vise aussi explicitement à promouvoir la recherche en français bien que nous cherchions aussi à faire le pont entre différentes cultures et approches de la communication. Nous avons ainsi d’emblée publié la traduction d’un article essentiel dans la définition du domaine du professeur nord-américain Robert Craig sur « La communication en tant que champ d’études ». C’est donc un positionnement francophone avec le souci de faire le lien avec des recherches dans d’autres langues.

Vous voulez dire entre la francophonie et l’Amérique du Nord anglophone ?

En effet. Mais pas seulement. L’image du Québec faisant le lien entre la culture francophone européenne et anglophone nord-américaine est certes un cliché mais elle prend encore une autre résonance dans un contexte où la publication de la recherche internationale est dominée par l’anglais et où les collègues sont en recherche de visibilité à la fois pour des raisons institutionnelles et, de manière plus intéressante, pour susciter des dialogues. L’inclusion de résumés en anglais est un minimum pour l’indexation des articles dans les bases de données internationales et ainsi favoriser le rayonnement de nos autrices et auteurs. De plus, nombre d’entre eux et nous-mêmes travaillons avec des références anglophones, échangeons avec une communauté cosmopolite dont la langue véhiculaire est l’anglais. Nous avons donc un questionnement sérieux sur la place de l’anglais dans notre publication. Et nous interrogeons sur la pertinence et les possibilités d’une publication bilingue, voire multilingue. Ainsi, mon collègue Martin Lussier travaille sur un dossier réunissant des chercheurs internationaux de premier plan qui publient aussi dans d’autres langues comme l’espagnol. Nous voulons donc publier leur travail dans la langue d’origine de la personne ainsi qu’une version en français. Ce n’est pas sans poser quelques défis matériels et financiers. Mais c’est bien à une recherche en français capable de faire des liens avec d’autres langues, pas seulement l’anglais, à laquelle nous aspirons.

Vous parliez d’une revue généraliste pour des articles ne rentrant pas dans des dossiers thématiques. Pourtant vous publiez bien des dossiers ?

C’est juste ! Les dossiers thématiques ont été présents dès les débuts de la revue. Les numéros exclusivement constitués d’articles en « varia » posent un défi de visibilité et de régularité dans le flux des textes qui nous sont soumis. Les dossiers y répondent en partie. Ainsi, les appels à articles thématiques fédèrent des chercheuses et chercheurs et ancrent l’existence de la revue dans l’esprit des collègues. Nous alternons donc des numéros « Varia » avec des dossiers. Et c’est aussi un plaisir que d’avoir des numéros qui viennent éclairer un objet en particulier, une partie de notre domaine disciplinaire : nous avons eu des dossiers en communication organisationnelle, en communication et santé, en éthique, en relations publiques, sur les réseaux socio-sémantiques, sur la communication territoriale ou encore sur les dispositifs de formation. C’est une formule qui rencontre un certain succès puisque notre calendrier de publication est déjà prêt pour les deux années à venir. Nous publions ainsi deux dossiers et un numéro exclusivement dédié à des articles hors thématique par an. Nous sommes intéressés par des articles de recherche présentant une réflexion théorique ancrée dans des observations empiriques et contribuant au renouvellement des pistes de recherche ou des pratiques. Nous acceptons également des réflexions essentiellement théoriques tant qu’elles peuvent mettre en évidence l’aspect novateur de leur apport. Ces propositions font l’objet d’une évaluation en double aveugle. Nous développons également la publication de recensions d’ouvrages, d’entrevues de chercheurs et chercheuses et réfléchissons à d’autres types de publication.

Pouvez-vous nous annoncer quels sont les prochains dossiers ?

Nous avons un numéro sur l’animation des communautés en ligne qui est sur le point de sortir (coordonné par Olivier Galibert, université de Bourgogne, et moi-même), un sur la créativité et organisation (coordonné par Dany Baillargeon, université de Sherbrooke, et Alexandre Coutant, UQAM, un autre sur le sport (coordonné par Fannie Valois-Nadeau, Concordia University, et Anouk Bélanger, UQAM). Nous avons également des propositions à l’étude sur le Big Data ou la narration transmédia. Et bien sûr, nous continuons de recevoir des propositions d’articles en varia.

Où pouvons-nous trouver votre revue ?

Nous sommes hébergés chez Revues.org (http://communiquer.revues.org). Dans un premier temps, nous étions hébergés par notre institution d’origine, l’UQAM (Université du Québec à Montréal). Nous avons par la suite, en 2015, rejoint Revues.org notamment car c’est une plateforme qui propose un bouquet de revues an accès libre. Nous avons considéré que c’est une façon pertinente de faire poids contre des éditeurs privés qui font essentiellement de l’accès payant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« La revue Communiquer », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3112 ; DOI : 10.4000/rfsic.3112

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page