Navigation – Plan du site
Parutions

Barbara Laborde, De l’enseignement du cinéma à l’éducation aux médias. Trajets théoriques et perspectives pédagogiques

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2017, 136 p., 10,50€
Hélène Crombet
Référence(s) :

Barbara Laborde, De l’enseignement du cinéma à l’éducation aux médias. Trajets théoriques et perspectives pédagogiques. Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2017, 136 p.

Texte intégral

1« Le cinéma vit actuellement une convergence sans précédent vers d’autres médias, bousculant des usages qui s’étendent à tout un univers socio-technique et économique qui ne cesse lui-même de se reconfigurer » (p. 21). Barbara Laborde, agrégée de Lettres Modernes et Maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, part d’un tel constat pour proposer une réflexion autour de l’enseignement du cinéma à l’heure d’une transformation profonde de ses représentations et de ses pratiques. De l’enseignement du cinéma à l’éducation aux médias. Trajets théoriques et perspectives pédagogiques offre ainsi des outils heuristiques pour penser ces phénomènes de dissémination et de convergence médiatiques dans la contemporanéité.

2Nombreuses sont en effet les qualités de cet ouvrage qui porte un regard moderne sur les enjeux pédagogiques liés au cinéma et aux médias conçus comme des vecteurs éducatifs, à travers trois chapitres : dans une première partie, il propose une redéfinition des termes « média », « médium » et « cinéma » et porte un regard renouvelé sur le cinéma en France, dans une perspective socio-culturelle ; dans une deuxième partie, il met en question des paradigmes hégémoniques qui ont présidé à l’émergence d’une différenciation du cinéma en termes théoriques, historiques et pédagogiques, vis-à-vis des autres médias. A l’aune de ces constats, il interroge dans une troisième partie la place du cinéma dans le contexte du bouleversement numérique actuel et ouvre sur une approche médio-pragmatique qu’il confronte concrètement avec des enseignements théoriques et pratiques.

3L’auteure s’attache à repréciser la définition de certains termes : celui de « médium » est ainsi entendu dans une acception médiologique où « (l)e contenu est le contenant, le contenu ET le contenant sont indissociables et inextricables : ils s’influencent mutuellement » (p. 24). Le terme de « média », compris dans une dimension macroscopique vis-à-vis du « médium » qu’il subsume, renvoie à l’« ensemble des médiums possibles » ainsi qu’à un « modèle économique, des enjeux industriels, techniques, sociologiques, etc. » (p. 24). L’auteure prend également le soin de donner une définition précise au terme de « cinéma », qu’il s’agit de considérer dans une vision globale « comme le dispositif socio-technique organisé dans une logique de marché qui permet une actualisation (temporaire) d’un contenu audiovisuel. Un médium et un média, parmi d’autres, qui permet de transposer un tissage d’images en mouvements accompagnées de sons » (p. 31).

4A l’heure d’une reconfiguration des dispositifs médiatiques et de l’apparition de nouveaux supports liés à l’essor du numérique, l’auteure nous invite à penser la place du cinéma dans la contemporanéité. Ses représentations apparaissent effectivement transformées par la réorganisation profonde des logiques de production, de diffusion et de réception des contenus audiovisuels qui ont démultiplié les formes d’hybridité cinématographique : au-delà des traditionnelles salles de cinéma les foyers, les espaces urbains et les institutions culturelles peuvent ainsi constituer autant de lieux de distribution des films, qui sont aussi susceptibles d’être visionnés sur des téléphones portables, ordinateurs et tablettes, dans le mouvement des transports en commun. Dans ce contexte d’hétérogénéité des supports, de métissage multimédiatique et de transformations radicales des pratiques filmiques, existe-t-il alors une unité qui serait spécifiquement cinématographique ? Mais, demande l’auteure, cette unité a-t-elle jamais existé ? Dès ses débuts, le terme de « cinéma » recouvrait en effet une forte ambiguïté définitoire, significative et représentationnelle, qui n’a fait que s’accentuer à travers le tournant numérique.

5Dans le refus d’une hiérarchisation des contenus audiovisuels, Barbara Laborde met en question certains paradigmes prégnants dans la culture française qui ont institué un clivage significatif entre cinéma et médias, mais aussi entre œuvres cinématographiques élitistes et œuvres prétendument moins légitimes : « au cinéma les vertus prophylactiques de l’art, aux médias les vices (plus ou moins cachés) de l’aliénation et de l’abêtissement » (p. 51). L’auteure bat en brèche cette partition théorique issue notamment de l’Ecole de Francfort, qui accuse la dangerosité manipulatoire des médias appartenant à la « culture de masse » et dote le seul « 7e art » de qualités esthétiques et spirituelles, mais aussi la vision « auratique » du « cinéma d’auteur ». L’ouvrage regrette ainsi la représentation nostalgique et essentialiste « du » cinéma dont le point fort est précisément d’être une « industrie dont les dispositifs sont en constante réécriture d’eux-mêmes » (p. 17). Aussi l’hybridation du cinéma avec d’autres médiums ne devrait-elle pas être conçue en termes de compétition, mais de rencontres et d’apports réciproques.

6A la lumière de ces réflexions, Barbara Laborde propose une approche « médio-pragmatique » qui ne se prétend pas nouvelle, mais qui se fonde sur l’emprunt conscient à « la poétique, la génétique, la sociologie du cinéma, l’histoire et aux réflexions communicationnelles ou médiationnelles sur les médias et les médiums » (p. 73). S’inspirant de la « sémio-pragmatique » de Roger Odin, cette démarche théorique et pratique se propose ainsi d’étudier des contenus audio-visuels dans une perspective pluridisciplinaire, et notamment le cinéma entendu comme un « art narratif de la fiction qui "raconte une histoire" dans des coordonnées socio-historiques dont il est à la fois le reflet et le symptôme » (p. 43-44). Plusieurs axes de réflexion sont envisagés à travers cette méthode d’analyse, qui permettent de penser les logiques présidant à l’industrie cinématographique : il s’agit en effet de saisir les enjeux économiques, juridiques et sociotechniques des supports de diffusion et de réception, les effets de sens d’un contenu audiovisuel d’un point de vue sémiotique, narratologique et esthétique ainsi que les pratiques des usagers, dans une visée pragmatique.

7Consacrant en outre l’intérêt d’une interactivité renforcée entre enseignant et étudiant, entre les étudiants eux-mêmes et entre l’objet étudié et l’étudiant (p. 87), la médio-pragmatique se veut une démarche d’analyse qui confère toute leur place aux récepteurs dans le processus d’apprentissage. Prenant appui sur les « communautés interprétatives » de Stanley Fish, l’auteure donne l’exemple du film Intouchables tel qu’il a été reçu aux Etats-Unis et en France, via une étude de Raphaëlle Moine. Il s’agit ainsi pour les jeunes générations de prendre conscience du contexte socio-culturel dans lequel elles s’inscrivent afin de mettre à distance leurs propres représentations, en se demandant : « pourquoi je donne sens à ce texte et à quelle communauté cette production de sens me rattache-t-elle et à l’exclusion de quelle autre ? » (p. 112) Analyser des productions cinématographiques tels des symptômes et vecteurs normatifs permet ainsi de prendre du recul sur les enjeux axiologiques d’une société, à un moment donné de son histoire. L’auteure porte en outre un regard bienveillant sur l’évolution des ressources didactiques mises à la disposition des enseignants afin de répondre à l’urgence d’une éducation aux médias, au regard de l’actualité récente : l’auteure s’attarde sur la politique menée par le système académique en matière de pédagogie médiatique, dans la volonté d’encourager une réflexion sur les contenus audiovisuels et l’éveil du sens critique contre toutes formes de propagande et de manipulation.

8Barbara Laborde préconise en outre une compréhension des usages réels des jeunes publics qui dépasse le clivage entre pratique « scolaire » et pratique « ordinaire » (p. 85) : « Isoler les institutions scolaires et les universités du "monde comme il va", c’est non seulement prendre le risque de l’inefficacité, mais aussi d’un divorce entre enseignants et apprenants, entre "jeunes" qui comprennent et "vieux" qui sont dépassés » (p. 68). Pointant l’inadéquation de certains enseignements proposés par les institutions traditionnelles, l’auteure prône une logique éducative qui tienne compte des usages ordinaires en notant l’importance des affects dans le processus d’apprentissage (p. 86), tout en ne tombant pas dans l’écueil démagogique qui consisterait à mettre sur le même pied professionnalisme et amateurisme : « sans dire que "tout se vaut", on peut prétendre que "tout peut être objet d’étude", à condition d’être au centre d’un projet pédagogique clair » (p. 77).

9L’ouvrage offre ainsi des apports solides en termes théoriques, mais aussi pratiques : nombreux sont en effet les encadrés qui donnent au lecteur des exemples variés de scénarii pédagogiques tels qu’un dispositif pédagogique sur Twitter (p. 88), une publicité donnant à voir de multiples clins d’œil à la filmographie de l’acteur Kevin Spacey (p. 98), un phénomène de dissémination médiatique suivant la logique du « transmedia storytelling (p. 97) ou encore l’étude des stéréotypes dans les films et séries (p. 105). Barbara Laborde apparaît bien au fait des pratiques actuelles des jeunes générations en évoquant la circulation virale d’un gif animé (p. 96) ou en conférant une place prééminente dans l’espace médiatique contemporain aux séries télévisées, qui méritent d’être les objets d’une réflexion approfondie : l’auteure évoque par exemple les enjeux économiques de la série télévisée House of Cards (p. 91-92).

10Barbara Laborde propose ainsi une exploration fine et définitivement contemporaine de l’enseignement du cinéma, à travers un ouvrage lui-même didactique à bien des égards. Préconisant une approche de la culture qui dépasse le cloisonnement entre art et média, l’auteure considère la dissémination médiatique du cinéma comme un phénomène d’enrichissement mutuel entre les différents médiums dont il se nourrit, et qui se nourrissent de ses migrations. La démarche médio-pragmatique replace en outre le cinéma au cœur de l’espace démocratique, à travers une visée éthique qui débouche sur une « éducation à la citoyenneté » (p. 103). L’ouvrage présente ainsi une réflexion en profondeur sur l’éducation aux contenus audiovisuels mais aussi sur l’enseignement en général en appelant à une « "réforme" qui serait institutionnelle, théorique et pédagogique à la fois, qui porterait sur les pratiques et les usages, sur les contextes d’enseignement, les ambitions de la formation et de la médiation… » (p. 123).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Crombet, « Barbara Laborde, De l’enseignement du cinéma à l’éducation aux médias. Trajets théoriques et perspectives pédagogiques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3137

Haut de page

Auteur

Hélène Crombet

Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, UFR Sciences des Territoires et de la Communication. Membre associée de l’axe L’expérience du contemporain : IDEM (Images, Design, Espace, Médiations) 3EA 4426 MICA, Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page