Skip to navigation – Site map
Parutions

Pascal Robert, De l’incommunication au miroir de la bande dessinée

Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « Communication, culture & lien social », 2017, 142 p., préface de Dominique Wolton, 15 €
Clément Dussarps
Bibliographical reference

Pascal Robert, De l’incommunication au miroir de la bande dessinée. Presses Universitaires Blaise Pascal coll. « Communication, culture & lien social », 2017, 142 p., préface de Dominique Wolton.

Full text

Introduction

1L’incommunication, terme dont l’origine remonte au XVIIIe siècle (Lepastier, 2013), est une notion qui mérite d’être remise à l’ordre du jour en sciences de l’information et de la communication, du fait de la pluralité des canaux de communications actuels et d’une quantité de communications grandissante, qui multiplient ses manifestations. Pour Pascal Robert, elle est inhérente à toute communication (p. 21). Elle n’est ni a-communication ni non-communication, « mais un trop plein de communication que l’on ne peut pas a priori absorber » (p. 25). Il porte alors un regard sur les communications contemporaines et les nouveaux médias : « elle vient de ce que ça communique toujours trop, qu’il en va toujours d’un trop plein, que l’on n’a pas le temps d’analyser, de décortiquer finement, afin d’y apporter une réponse précise et adéquate ». Ainsi, l’incommunication concernant tant l’émetteur que le récepteur, et rend compte de difficultés de compréhension ou de traduction d’un message entre interlocuteurs, qui ne sont pas passagères, « mais quelque chose de fondateur, de primaire » en regard de « l’être ensemble » (pp. 21-22). Elle est réduite par les normes et rituels sociaux qui formatent les comportements (p. 21 ; p. 25) et les échanges.

2Pascal Robert a choisi de s’intéresser à cette notion d’incommunication dans le domaine de la bande dessinée, tout d’abord pour définir et caractériser l’incommunication en s’appuyant sur les bandes dessinées, à la fois en théorisant à partir du terrain (à la manière de la théorisation ancrée, Paillé, 1994) et pour éprouver et illustrer ses propos. Il explicite ensuite les liens entre sa théorie et la sociologie et la sémiotique du sensible ; enfin, il aborde l’incommunication mise en œuvre ou inhérente aux enjeux de pouvoirs, toujours illustrée par la bande dessinée.

3Un dessin issu d’une bande dessinée, quelle que soit sa qualité esthétique, est inévitablement porteur d’informations. Mais si l’utilisation des images rend a priori la réception plus rapide, les images, malgré leur simplicité et à cause de leur polysémie, ne rendent pas la communication nécessairement plus simple qu’avec un autre support. Dans sa préface, Dominique Wolton rappelle que les « difficultés d’interprétation sont aussi difficiles ici que pour la poésie, la littérature, les sciences sociales ». Ainsi, se pose la question de l’incommunication, dont l’origine est, selon Pascal Robert, non pas « un défaut de communication », mais un « surcroît de messages et des ambiguïtés de leur interprétation » (p. 12).

4L’ouvrage se divise en trois chapitres. Nous allons ici détailler le contenu de chacun des chapitres, avant de proposer une critique de l’œuvre et la manière dont on peut la penser dans des situations pratiques.

Présentation détaillée de l’ouvrage

Chapitre I : la théorie assistée par la bande dessinée, ou l’incommunication au miroir de la bande dessinée

  • 1 Les expressions tant non verbales que verbales.

5L’auteur débute par une définition de l’incommunication dans la bande dessinée. Il choisit pour cela de s’appuyer sur l’album La Zizanie (album de la série Astérix produit par Goscinny et Uderzo), dans lequel un « semeur de Zizanie », Détritus, manipule nombre de personnages provoquant, malicieusement, de nombreux quiproquos entre les autres personnages. Comme le souligne Pascal Robert, « cette Zizanie est si riche dans sa mise en scène de l’incommunication qu’elle constitue en soi une (rare) intelligence pratique de cette incommunication qui est aussi une véritable propédeutique à sa théorisation ». Par son génie pervers, Détritus parvient à briser les normes et règles sociales qui garantissaient la bonne entente dans les communications. On perçoit dans cette bande dessinée les résultats que peuvent produire l’incommunication : « irritation, agacements, cris, bagarre et violence » (p. 22 ; p. 24), quoiqu’ils puissent être plus « doux » (p. 25). Détritus est, comme le souligne Pascal Robert, un « paradoxe » (au sens de D. Bougnoux, 1998, à savoir un affrontement entre l’énoncé et les conditions d’énonciation) dans les rapports sociaux, paradoxe à l’origine de l’incommunication (p. 26) ; face à un paradoxe, soit on laisse l’incommunication s’installer, soit on recadre la situation (réintroduire les règles et normes communicationnelles), ce qui limite voire annihile l’incommunication. En s’appuyant sur La Zizanie, l’auteur propose une typologie des paradoxes possibles (six au total), en proposant une matrice entre l’énonciation1 et les conditions d’énonciations possibles : l’énoncé brouille ou sature les conditions d’énonciation, les conditions d’énonciation brouillent ou saturent l’énoncé, l’énoncé se brouille lui-même ou les conditions d’énonciations se brouillent elles-mêmes (p. 27). Suite à cette typologie, P. Robert propose également de classer les formes d’irruption de l’incommunication (manipulation ou non manipulation) et leur résultat (violence ou non violence) (p. 31), en regard des régimes de normativité (règles a priori ou rituels pour rétablir l’ordre a posteriori).

  • 2 Ce qui correspond au recadrage mentionné par P. Robert.

6Afin de tester ces ébauches théoriques et de les étayer, P. Robert propose de les appliquer à Gaston de Franquin et à Tintin (en particulier au travers des Bijoux de la Castafiore) d’Hergé. Dans Gaston, l’auteur mentionne nombre d’exemples relevant de la typologie précédente (souvent en opposant un Gaston oisif au monde professionnel qui l’entoure), mais propose également que Gaston soit en lui-même un paradoxe, en ce sens que son oisiveté est en contradiction permanente avec son environnement socio-professionnel. Pour P. Robert, Gaston est « intrinsèquement incommunicant » (p. 37), en tant que paradoxe personnifié et en tant qu’individu replié sur lui-même, égocentrique et insouciant des effets négatifs qu’il produit sur les autres ; il y a là chez lui une absence d’empathie (il néglige les autres car il ne les comprend pas) qui crée en effet une incommunication (pp. 41-42). Il y a aussi une forme d’incommunication créée par la « subversion de signes » (p. 47) : Gaston produit des formes de communication non verbales (par exemple des sons) qui sont en décalage avec la réalité, laissant les autres acteurs pantois, au mieux. Diffère également la résolution dans Gaston : pas de banquet (rituel) pour rétablir l’ordre comme dans Astérix2, et en dépit des nombreuses « gaffes » de Gaston, le retour à la situation initiale (ou du moins à une situation ordonnée) se fait implicitement. Enfin, l’auteur propose une analyse des résultats de l’incommunication chez Gaston, qui est systématiquement la non-signature de contrats (que Gaston soit directement ou indirectement impliqué), alimentant le comique de répétition de la série. Gaston est ainsi ce que l’auteur appelle, comme il l’avait fait pour Détritus, le Joker, « qui fait dévier l’action de son objectif initial, déjoue la logique […] de la prévisibilité » (p. 47). Dans Tintin, le Professeur Tournesol est évidemment le symbole le plus net de l’incommunication, mais comme le relève l’auteur, on peut en trouver de nombreuses traces dans Les Bijoux de la Castafiore, dans lequel les paradoxes sont nombreux, notamment parce qu’Hergé y regroupe les personnages les plus caricaturaux de ses albums (en plus des habituels Professeur Tournesol, Dupond/t et Capitaine Haddock se mêlent Bianca Castafiore, Séraphin Lampion et des journalistes dans l’erreur, chacun provoquant des rumeurs et situations d’incompréhensions). Pascal Robert met ici en avant la difficulté qu’ont les différents personnages à « rencontrer l’autre » (pp. 50-52) du fait de ces paradoxes et de leur personnalité, qui les rend souvent « incommunicants ».

Chapitre II : incommunication et société, dialogue avec la sociologie et la sémiotique

7En se basant sur la série de bandes dessinées Le retour à la terre (de Manu Larcenet), l’auteur se demande si l’habitus (au sens de Bourdieu) ne serait pas un « outil pour lever l’incommunication » (p. 62). En effet, de par sa dimension socialement et individuellement structurante, un groupe partageant un même habitus devrait réduire, entre les individus le composant, les situations d’incommunication. Inversement, lors la rencontre de deux groupes ayant des habitus distincts, on peut supposer que des situations d’incommunication pourront provenir, leurs « codes » de communication étant différents. À la « frontière » (p. 63) entre deux habitus issus de deux groupes, la recherche d’une équivalence est en jeu pour communiquer. L’auteur mobilise également les notions de champ et de capital chez Bourdieu ; le champ « reprend d’une certaine manière, à l’échelle du groupe, ce qu’est l’habitus au niveau individuel » et le capital renvoie aux « ressources à mobiliser par des agents/groupes pour lutter […] contre l’incommunication » (p. 64). Que ce soit pour l’habitus, le champ ou le capital, l’auteur précise qu’il existe un espace, qu’il appelle plan d’équivalence, entre ces groupes. Ce lieu est la recherche d’une réduction de l’incommunication, c’est-à-dire d’une intercompréhension entre les groupes. Une fois encore, l’auteur éprouve ses propos empiriquement, ici avec la bande dessinée de Manu Larcenet : Le retour à la terre. Dans cette bande dessinée, Manu et Mariette, les deux protagonistes, sont en couple… et s’opposent. Deux habitus s’opposent (rural vs urbain), créant de nombreux paradoxes (matérialisés par des écarts nets entre l’énoncé et les conditions d’énonciation), et par conséquent de nombreuses situations d’incommunication (au potentiel comique dans cette bande dessinée).

8L’auteur, après avoir montré les liens entre la sociologie de sa théorie de l’incommunication, propose d’étudier les liens de cette théorie avec la sémiotique du sensible. Il se basera pour cela sur un album de Spirou et Fantasio : QRN sur Bretzelburg. Il est ainsi question des sens dans cette bande dessinée, qui rend compte d’éléments de l’ordre de la vue, l’ouïe, le goût, etc. Cela peut même aller plus loin : l’auteur analyse ainsi une situation où un personnage est torturé (toujours dans un but humoristique). Cette torture serait peut-être la « forme la plus radicale de l’incommunication » écrit l’auteur (p. 83), puisqu’elle « exige que l’on parle tout en créant les conditions qui entravent l’expression même de la parole », opposant aussi la recherche de la vérité à la méthode pour l’obtenir (extorsion). S’opposent également, de par la mise en scène choisie, le son et le goût, ou plutôt « le mauvais son » et « le bon goût ». Ce que montre l’auteur, c’est que les sens sont « brouillés » dans cette bande dessinée. Or, les sens véhiculant également des énoncés ou des conditions d’énonciation, s’ils sont « brouillés », l’incommunication est majeure. Ainsi, non seulement les discours et les situations peuvent créer de l’incommunication, mais aussi les paradoxes sensoriels perçus par le lecteur. Le « réalignement » (p. 88) des énoncés et des conditions d’énonciation réduisent l’incommunication : c’est, à nouveau, le recadrage.

Chapitre III : l’ironie du pouvoir : incommunication et politique

9L’auteur choisit désormais d’aborder la dimension politique des bandes dessinées, au prisme de l’incommunication, les « logiques paradoxales et de l’incommunication [s’inscrivant] dans une logique de pouvoir » (p. 96). Si, comme il le rappelle, les albums précédents ont également une dimension politique (La Zizanie place l’action dans un contexte clairement politique, où l’incommunication donne du pouvoir à Détritus et QRN critique les régimes dictatoriaux – p. 95), il choisit d’étudier cette dimension avec Quai d’Orsay (Lanzac et Blain), Z comme Zorglub (Franquin) et Houppeland (Tronchet), dans le but de souligner « l’impuissance et l’ironie du pouvoir » (p. 95).

  • 3 Ce qui crée également un discours en apparence incontestable : qui s’y opposerait ne serait pas luc (...)
  • 4 Le Ministre est d’ailleurs dessiné comme un géant dans certaines scènes, pour montrer la place qu’i (...)

10L’auteur explicite ainsi les liens entre incommunication et pouvoir. En premier lieu, le langage, verbal ou non verbal, est présenté comme central : à la manière d’Orwell dans 1984, il s’agit de manipuler les mots, notamment à travers des euphémismes. Dans Quai d’Orsay, au cabinet du Ministre, on apprend qu’on ne dit pas « guerre », ni même « conséquences graves » : il faut trouver des mots plus « convenables » pour le peuple. L’incommunication est alors présentée comme un curseur que l’on adapte : il faut « en dire suffisamment pour être compris, mais pas trop non plus pour ne pas froisser trop d’intérêts […] ». Les mots sont même remplacés (« responsabilité et unité » deviennent « légitimité et lucidité »3). L’auteur explique alors comment la diplomatie instrumentalise des logiques de paradoxes : l’énoncé se brouille lui-même (en disant autre chose que ce qui est réel), les conditions de l’énonciation se brouillent elles-mêmes (l’ONU est présenté comme une nouvelle Babel, c’est-à-dire où ses habitants sont, de fait, dans l’incommunication), l’énoncé sature ou brouille les conditions d’énonciation (on propose en guise de casus belli d’une guerre l’existence d’armes de destructions massives, sans aucune preuve), les conditions d’énonciations saturent ou brouillent l’énoncé. L’incommunication est un instrument utilisé pour convaincre ; s’opposent alors différents pouvoirs, où celui qui convaincra et saura imposer sa vision du monde gardera le pouvoir. Bien entendu, les personnages en présence peuvent également créer des situations d’incommunication, consciemment ou non, comme le ministre Taillard de Vorms (dans cette bande dessinée) qui veut être profond mais est surnommé « tempête » par sa propre équipe et fait des gestes excessifs (pp. 102-103)4, change régulièrement d’avis, laissant son équipe dépassée. Seul le directeur de cabinet parvient, parfois, à recadrer le Ministre et réduire l’incommunication ou sa visibilité. L’équipe semble elle aussi prisonnière de paradoxes : entre connivence et hypocrisie, entraide et concurrence… Le Quai d’Orsay présenté est un théâtre dans laquelle la politique est mise en scène.

11Dans Z comme Zorglub, la technologie (instrumentalisée pour le pouvoir) a pour but une « lobotomie » des hommes, guidant leur comportement, « leur [vidant] le cerveau » (p. 112). Ils ne communiquent plus, on leur ordonne, ce que l’auteur qualifie comme étant une forme d’incommunication (puisqu’il y a absence de négociation possible). Mais Zorglub, dictateur, est lui-même esclave de cette technologie, parfois. Ainsi, de nombreuses erreurs peuvent survenir dans l’exercice du pouvoir (conditions d’énonciation) alors même que ce pouvoir est censé être absolu (énoncé). D’autres paradoxes sont mis en avant par l’auteur, révélant finalement la sidération que provoque le pouvoir, c’est-à-dire qu’il paralyse la pensée. La bande dessinée Houppeland, quant à elle, rend compte d’un paradoxe créé par la fête (en l’occurrence celle de Noël, dont le tyran qui dirige le monde a été privée étant petit) : censée être un moment de joie, elle est rendue obligatoire et doit avoir lieu tous les jours dans l’univers de cette bande dessinée. Ainsi, il est obligatoire d’être joyeux (pour faire la fête), mais la spontanéité requise est exigée (p. 120), ce qui est impossible. De même, comme il est de bon augure de se souhaiter « bonne santé » à Noël, être malade est enfreindre la loi. En résulte alors un ensemble de mesures violentes envers les habitants, et inversement l’assassinat des dictateurs successifs par des résistants.

Avis critique

12Cet ouvrage présente de nombreux mérites. D’une part, il est pédagogue : l’auteur s’attache à illustrer chacune de ses propositions, souhaitant ainsi renforcer sa théorie : l’incommunication entre l’auteur et le lecteur y est faible… Cette approche singulière (celle de la bande dessinée pour comprendre l’incommunication), pourrait être investie dans les enseignements en communication pour expliquer, de manière simple et pertinente, ce qui crée les situations d’incommunication et comment les réduire et les recadrer.

  • 5 Le travail théorique et épistémologique accompli par Pascal Robert dans cet ouvrage mériterait tout (...)

13D’autre part, bien que traitant des bandes dessinées, il devient clair dans les deuxième et troisième chapitres que les situations présentées ne sont pas exclusives à ce secteur, puisqu’elles s’inspirent souvent de réalités loin d’être rares. En ce sens, on peut supposer que la théorie de P. Robert pourraient aisément être étendues à de nombreux secteurs, que ce soit en communication des organisations, communication publique et politique, en lien avec les médias, en sociologie, en sciences du langage et même en pédagogie ou andragogie. Hermès consacrait en 2013 un numéro entier sur cette notion. Il y est question d’incommunication dans la santé, dans le couple, en politique, ou plus largement dans la société mondialisée. Si ces secteurs montrent déjà la transdisciplinarité de cette notion, on peut imaginer l’étendre plus spécifiquement à des secteurs comme l’apprentissage, les organisations, etc.5 De plus, étendre et éprouver la validité de sa théorie à d’autres domaines, comme nous le proposions, permettrait également de renforcer la solidité théorique de l’ouvrage, en particulier dans des situations réelles (la bande dessinée ne donnant qu’une représentation de telles situations). Il s’agirait éventuellement d’apporter des solutions pratiques à des cas concrets. La posture adoptée par P. Robert dans cet ouvrage permet en effet aisément d’identifier les causes de l’incommunication, et donc les dysfonctionnements communicationnels, grâce à l’analyse de l’énoncé et des conditions d’énonciation d’une communication.

  • 6 Et alors même que l’incommunication est un concept initialement pensé en psychologie et en linguist (...)

14En somme, tous les secteurs qui concernent les SIC sont concernés par l’incommunication, puisqu’il n’y a pas communication sans potentielle incommunication. L’incommunication pourrait alors être un « pont » reliant les SIC et d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, comme l’est le numérique (Saleh et Hachour, 2012)6. Il s’agirait, comme le proposent Wolton (2012) et P. Robert dans cet ouvrage, notamment, de penser la communication et l’incommunication en perpétuelle relation : « la notion d’incommunication permet de rappeler la réalité de la tour de Babel à l’opposé du rêve du "village global" » (Wolton, 2012, p. 436). Par ailleurs, comme le montre P. Robert, l’incommunication est une notion qui s’intègre parfaitement aux SIC, s’intéressant à la fois à l’émission (y compris aux intentions de l’émetteur), au message (tant par sa forme que son contenu) et à la réception, ainsi qu’au produit de cette incommunication sur les individus et les systèmes.

Top of page

Bibliography

Bougnoux, D. (1998). Introduction aux sciences de la communication. La Découverte.

Huisman, D. (1985). L’incommunication. Essai sur quelques effets pléthoriques abusifs ou pervers de la communication actuelle. Vrin.

Lepastier, S. « L’incommunication, un concept transdisciplinaire », Les essentiels d’Hermès, 2013, pp. 9-30.

Paillé, P. « L’analyse par théorisation ancrée », Cahiers de recherche sociologique, n° 23, 1994, pp. 147-181.

Saleh, I., Hachour, H. « Le numérique comme catalyseur épistémologique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], n° 1, 2012. URL : http://rfsic.revues.org/168.

Wolton, D. (2012). Indiscipliné. La communication, les hommes et la politiques. Odile Jacob.

Top of page

Notes

1 Les expressions tant non verbales que verbales.

2 Ce qui correspond au recadrage mentionné par P. Robert.

3 Ce qui crée également un discours en apparence incontestable : qui s’y opposerait ne serait pas lucide (voire fou). L’auteur n’aborde toutefois pas ce point, s’attachant à la diplomatie plus qu’à la condamnation qu’on pourrait trouver dans les méthodes d’exercice du pouvoir.

4 Le Ministre est d’ailleurs dessiné comme un géant dans certaines scènes, pour montrer la place qu’il occupe de par sa présence et ses gestes, la manière dont il s’impose dans la situation (pp. 109-110), soulignant par ailleurs la dimension non verbale qui accompagne le discours. Là aussi, l’incommunication est mise en scène, par exemple lorsqu’il s’adresse à quelqu’un, minuscule à côté de lui, ou inversement lorsque, du fait d’une allergie, un chat « lui fait perdre de sa superbe ».

5 Le travail théorique et épistémologique accompli par Pascal Robert dans cet ouvrage mériterait toutefois d’être renforcé, y compris dans le secteur de la bande dessinée. En effet, l’auteur base sa théorie sur un nombre de bande dessinée limité, bien qu’elles soient étudiées en profondeur. D’autres supports d’analyse permettraient de mieux comprendre des situations quotidiennes ou plus spécifiques, à l’aide des théories développées dans cet ouvrage.

6 Et alors même que l’incommunication est un concept initialement pensé en psychologie et en linguistique (Lepaster, 2013).

Top of page

References

Electronic reference

Clément Dussarps, « Pascal Robert, De l’incommunication au miroir de la bande dessinée », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 11 | 2017, Online since 01 August 2017, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3146

Top of page

About the author

Clément Dussarps

Clément Dussarps est Maître de Conférences en Sciences de l'Information et de la Communication à l'ESPE d'Aquitaine (Université de Bordeaux), laboratoire IMS (Intégration du Matériau au Système). Il s'intéresse depuis 2009 à l'affectivité dans la communication médiatisée pour expliquer la persévérance en formation à distance. Mail : clement.dussarps@u-bordeaux.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page