Navigation – Plan du site
Parutions

Audrey Moutat, Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception

Limoges, Lambert-Lucas, 2015, Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception. Préface de Jean-François Bordron, 260 pages, 30 €
Céline Cholet
Référence(s) :

Audrey Moutat, Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception, Limoges, Lambert-Lucas, 2015, Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception. Préface de Jean-François Bordron, 260 pages, 30 €

Texte intégral

1C’est grâce à nos perceptions que nous sommes en relation avec le monde qui nous entoure. Cependant, elles peuvent nous paraître difficiles voire insaisissables à retranscrire avec des mots car elles relèvent de l’expérience sensible individuelle, des impressions qui nous sont propres. Nous verrons dans cet ouvrage que communiquer nos perceptions relève cependant de choix stratégiques qui doivent être stabilisés afin d’être partagés. L’entreprise d’Audrey Moutat repose ainsi sur l’idée directrice que perception et langage ne sont pas des strates indissociables, i.e. deux niveaux de sens hétérogènes et autonomes. Elles sont, au contraire, deux instances d’une même entité, inscrites au sein d’une seule continuité. L’auteure nous fait ainsi la démonstration des liens indissociables et tangibles entre ces deux instances.

2Audrey Moutat se focalise ainsi sur un double niveau, sémiologique et sémantique, afin d’en identifier les éléments constitutifs et le mode de fonctionnement respectif. Pour cela, elle met en lumière et nous explique, pas à pas, les relations par similarités fonctionnelles entre le sensible, d’ordre iconique, et l’intelligible, d’ordre sémique. Elle nous montre comment ces relations se construisent et sont connectées dans un même processus dynamique. Son approche est donc double, et s’appuie pour cela sur les théories de J.-F. Bordron (sur l’iconicité) et de F. Rastier (sur la sémantique interprétative). Selon une approche didactique, l’auteure nous fait progresser dans les mécanismes complexes du commentaire de dégustation du vin, riche et subtil, mais qui peut sembler parfois difficile à saisir et à formuler. En abordant les statuts de dégustateur ou de commentateur, néophyte ou averti, elle interroge le texte, élément fondateur et fédérateur de nos impressions. Le texte se situe à un carrefour, il est en effet l’une des manifestations de la sémiose perceptive, car il en est issu, et de la sémiose interprétante, car il l’implique. Il est le témoignage de cette recherche sur la conversion de nos perceptions en langage. Goûter, déguster du vin ne consiste pas seulement à en saisir une impression, il s’agit aussi de l’interpréter, de l’évaluer. C’est ce rapport entre perception et verbalisation de ses propres perceptions sensorielles qui est au cœur de la dégustation du vin, sans compter que cette verbalisation relève d’un enjeu communicationnel. Il s’agit de dire les particularités sensibles du vin, voire des vins, à partir d’un vocabulaire général et spécifique, et qui doit, de surcroît, être accessible à tous. Dans le déroulement de son ouvrage, l’auteure cherche à comprendre, à travers l’expérience concrète de la dégustation, comment nos perceptions sont exprimées et communiquées, à saisir le travail interprétatif qui a lieu afin de configurer et reconfigurer mentalement nos impressions sensorielles. Elle étudie comment la verbalisation de nos perceptions implique des opérations de conversion entre ce qui est perçu et ce qui est exprimé.

3Audrey Moutat souligne les difficultés possibles liées aux perceptions et à leurs modes d’appréhension. Pour cela, elle interroge le statut sémiotique de la perception, et ouvre sa perspective de recherche selon le principe d’iconisation. Ce principe permet d’appréhender la structure phénoménale du vin lors de sa dégustation ; structure articulée selon un principe de schématisation interne à la perception. Elle considère ensuite la dimension sémantique de la perception. Cette dimension permet de rendre compte des procédures de construction du sens qui sont investies dans la description verbale. De la sorte, il est envisageable de déterminer les mouvements opératoires de l’interprétation des commentaires de dégustation. L’auteure envisage donc une mise en correspondance des structures matricielles issues des volets sémiologique et sémantique. Enfin, elle en extrait la signification. Ceci lui permet d’envisager les possibilités d’une communication sensorielle entre différents groupes d’individus, qui peuvent parfois être très hétérogènes.

4Afin de nous proposer une analyse des relations entre perception et langage, l’ouvrage se décline en trois temps. Audrey Moutat met ainsi en évidence sa problématique de la perception puis son analyse sur les deux niveaux de sens (sémiotique et sémantique) pour en identifier le fonctionnement interne et les composants. Cela lui permet de mesurer l’efficience communicationnelle des commentaires de dégustation avec la mise au jour de structures nucléaires de la signification. L’auteure nous montre toute la richesse et la pluralité que ces structures recouvrent. Elle termine en mettant en parallèle les structures matricielles de chacun des plans de la signification et leurs correspondances via le jeu de similitudes (les isotopies). On y apprend notamment que la métaphore n’est pas une figure de style purement rhétorique mais qu’elle renvoie à une expérience qui, de la sorte, permet d’effectuer des transpositions efficientes entre différents domaines (les passerelles sémiques). Celles-ci participent pleinement à la construction du discours sur le vin, à sa stabilité et, de ce fait, à la production d’une signification partageable.

  • 1 Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992, p. 251.

5Ainsi, l’orientation de cet ouvrage suit la conviction greimassienne que perception et langage ne sont pas deux sphères isolées et autonomes mais constituent deux niveaux d’un système visant à articuler une seule et même structure de signification. Plus qu’un ouvrage de théorie sémiotique, Audrey Moutat nous propose une immersion au cœur du processus discursif sur le vin, son énonciation, et ce qui le qualifie au niveau sensoriel mais aussi intelligible. L’ouvrage est riche et se montre éclairant quant à la pratique de la dégustation et du commentaire. Ceux qui peuvent être réticents, car « non sémioticiens », seront convaincus par cette citation d’U. Eco, qui écrit qu’on peut « expliquer le plus simple au moyen du plus compliqué […] [Cette idée] est audacieuse [et] peut se révéler fructueuse »1. Nous encourageons tout lecteur, sémioticien ou non, à se plonger dans cette belle étude sur le vin, de ses impressions à sa verbalisation ; étude très réussie.

6On voit tout l’intérêt de ce travail dans un contexte, bien sûr, œnologique, notamment pour son apprentissage. Mais il est également pertinent car il nous semble aussi exportable à d’autres domaines comme celui de la parfumerie, par exemple. Cette conversion entre expérience, impression et référence, et sa verbalisation en un discours sensoriel créent des jeux de combinaisons qui construisent le parcours interprétatif du lecteur et contribuent à en explorer un versant que nous interrogeons finalement assez peu : le versant réflexif. Il nous permet pourtant de mettre en perspective ce parcours interprétatif, et ainsi d’en être pleinement conscient.

Haut de page

Notes

1 Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992, p. 251.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Cholet, « Audrey Moutat, Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3168

Haut de page

Auteur

Céline Cholet

Doctorante à l’université Bordeaux-Montaigne sous la direction de Mme Anne Beyaert-Geslin, professeur des universités, laboratoire MICA (Médiation, information, communication et art), axe de recherche IDEM (Image, design, espace et médiation : l’expérience du contemporain).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page