Navigation – Plan du site
Open access et Open science
>> Politique, économie de l’OA

Mesurer les dépenses d’APC : méthodologie et étude de cas

Approche comparée Aix Marseille Université - Université de Lorraine
Measuring APC expenditures: methodology and case study. Comparative approach Aix Marseille University - University of Lorraine
Marlène Delhaye et Jean-François Lutz

Résumés

Souvent abusivement désigné comme le modèle « auteur-payeur », l’open access gold est généralement financé en amont par les institutions d’enseignement supérieur et de recherche qui éditent et diffusent les revues. De fait, le DOAJ (Directory of Open Access Journals) recense 67 % de revues en open access – dont la RFSIC – ne demandant aucun frais de publication aux auteurs. Le tiers de revues restant s’appuyant sur le paiement par les auteurs – ou leur institution de rattachement le plus souvent – de frais de traitement (Article Processing Charges, APC) pour assurer la diffusion ouverte des articles que celles-ci ont accepté de publier. À ces revues s’ajoutent les revues traditionnellement disponibles sur abonnement qui proposent une option de diffusion en open access à l’article : il s’agit du modèle de l’open access « hybride ». Le suivi de l’évolution des coûts engendrés par l’open access gold aussi bien que par l’open access hybride suscite un intérêt depuis la fin des années 2000. Il devient crucial dans certains pays (Royaume-Uni) à compter de 2012 et est désormais un enjeu reconnu à l’échelon européen. Après avoir présenté l’état de la réflexion européenne dans le domaine du suivi des dépenses d’APC, l’étude s’attache à présenter trois méthodes de suivi qui peuvent être mises en place au sein d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche : utilisation d’une base de données bibliographique ; sollicitation des éditeurs et recours au logiciel comptable. Ces méthodes ont été appliquées à deux universités (Aix-Marseille Université et l’Université de Lorraine) sur des données allant de deux à trois années (2013-2015). L’article présente de premiers résultats qui permettent d’identifier et de discuter des forces et des faiblesses de chacune des approches méthodologiques évoquées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Mesurer la production de publications scientifiques des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, quantifier le niveau de dépenses documentaires de ces mêmes institutions : deux opérations pour lesquelles il existe des acteurs au niveau national (Observatoire des Sciences et Techniques, Couperin, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche), des rapports réguliers (rapports IPERU, ESGBU) et une méthodologie bien connue et documentée, bien qu’elle comprenne dans certains cas des biais non-négligeables.

2Dans ce paysage relativement bien balisé, l’apparition d’un nouveau type de dépense lié au changement de modèle économique mis en place par les éditeurs commerciaux oblige à adapter les outils de suivi et de mesure. C’est le cas des frais liés à la publication en accès ouvert d’articles scientifiques, que l’on désigne le plus souvent sous leur acronyme anglais d’APC (pour Article Processing Charges).

  • 1 Exemples d’options hybrides : Hybrid OA Journals, [En ligne]. Open Access Directory [Page consultée (...)

3Qu’est-ce qu’un APC ? Il s’agit du montant demandé par l’éditeur d’une revue scientifique pour que l’article accepté dans cette revue soit diffusé en accès ouvert. Deux cas de figure se présentent : la revue en question est intégralement en accès ouvert, et on parle alors de Gold Open Access ; ou bien la revue n’est accessible que par le biais d’un abonnement, et seul l’article est mis en accès ouvert : c’est ce que l’on appelle l’Hybrid Open Access1.

  • 2 Voir la figure 1.
  • 3 Le pourcentage de revues gold ne demandant pas d’APC est estimé à 72% en 2014. Walt Crawford, 72% a (...)

4Précision sémantique importante : le Gold OA ne se limite pas aux seules revues dont le modèle économique repose sur le paiement d’APC. On le verra en effet, un nombre non négligeable de revues en accès ouvert ne demandent pas de paiement d’APC pour les articles qu’elles acceptent23.

5Phénomène relativement marginal au début des années 2010, le volume de dépense en APC est devenu un enjeu important en 2012, à la faveur de la décision britannique de basculer en deux années dans un modèle d’Open Access gold complet.

  • 4 OA2020 Initiative for the large-scale transition to open access. [En ligne]. Max-Planck Digital Lib (...)

6Si quasiment aucun pays n’a suivi le Royaume-Uni dans cette voie, il n’en reste pas moins que l’on observe depuis deux ou trois ans un nombre croissant d’initiatives internationales qui plaident pour un couplage plus étroit des dépenses d’abonnements et d’APC dans le cadre des négociations avec les éditeurs commerciaux. Dans cette tendance, l’initiative la plus emblématique et ambitieuse est celle lancée par la Max-Planck-Gesellschaft (MPG) en février 2016, et baptisée OA20204.

7Pour être évaluée et discutée, cette stratégie, qui est loin de faire l’unanimité au sein des acteurs publics de l’IST, nécessite de connaître avec le plus de précision possible la réalité des dépenses d’APC au sein des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le présent article se propose de tracer des pistes méthodologiques pour une telle opération, tout en présentant de premiers résultats sur deux universités françaises.

8À la différence d’autres pays européens, la situation française est encore relativement neuve sur la question. Il n’existe aucune politique nationale ou institutionnelle d’incitation à publier dans des revues en accès ouvert et, à notre connaissance, une seule institution a mis en place un fonds centralisé destiné au paiement d’APC (Inria). Les biais méthodologiques rencontrés seront principalement ceux des outils utilisés et seront détaillés au fil de l’étude, qui se veut surtout être un constat de l’existant. Dans le fil de l’article les expressions françaises “accès ouvert” et anglaises “open access” seront utilisées de manière indifférente.

9Après une courte présentation des établissements universitaires analysés, et d’un état des lieux européen, la partie principale de l’étude s’attache à décrire les potentialités et les limites de trois méthodes d’identification des coûts d’APC qui présentent chacune des avantages et des inconvénients : la base de données bibliographiques Web of Science (WoS), les éditeurs, le logiciel comptable Sifac. Notre étude porte sur les années 2013, 2014 et 2015.

Contextes

10Aix Marseille Université (AMU) est née en 2012 de la fusion des universités de Provence, de la Méditerranée et Paul Cézanne. AMU dessert environ 76 000 étudiants et près de 3 000 chercheurs, ce qui en fait l’une des plus importantes universités pluridisciplinaires francophones. C’est également une université de recherche intensive, structurée en 5 Pôles de Recherche Interdisciplinaires et Intersectoriels dans lesquels se répartissent 117 laboratoires et 13 structures fédératives de recherche, gérés en partenariat avec CNRS, l’INSERM, l’IRD, l’INRA, le CEA, l’IFSTTAR. En 2017, AMU a été confirmée en tant que lauréat définitif de l’IDEX.

  • 5 Source : Chargée de bibliométrie, Direction de la Valorisation et de la Recherche d’AMU.

11La production scientifique annuelle d’AMU est évaluée en 2015 à au minimum 5 800 articles et communications dans les domaines des sciences et de la santé5, auxquels s’ajoutent les nombreuses contributions des enseignants-chercheurs dans les domaines des sciences humaines et sociales, qu’il est pour l’instant difficile de quantifier.

12En 2014, AMU s’est dotée d’une archive ouverte pour recenser et valoriser sa production scientifique. Elle a fait le choix d’une politique incitative : à partir de 2016, l’attribution de la moitié du bonus performance des unités de recherche est soumise au dépôts des références des publications dans HAL.

13HAL AMU donne accès à plus de 15 000 documents de recherche en texte intégral et plus de 50 000 références de publications.

14L’Université de Lorraine (UL) est née le même jour que sa consoeur marseillaise et a également pour origine la fusion d’établissements préexistants : l’Institut National Polytechnique de Lorraine et les universités Henri Poincaré, Nancy 2 et Paul Verlaine - Metz. Les activités de recherche se déroulent dans 60 laboratoires regroupés en 10 pôles scientifiques. Le partenariat avec les organismes de recherche (CNRS, INRA, INRIA et INSERM) est piloté dans le cadre d’une structure régionale de coordination et d’orientation (CCOSL).

  • 6 Rapport d’indicateurs sur la production scientifique de l’université de Lorraine par ses publicatio (...)

15La volumétrie de la production scientifique est estimée, pour l’année 2015, à un minimum de 2 490 publications6, auxquelles s’ajoutent de nombreux travaux dans les domaines des sciences humaines et sociales et sciences juridiques et politiques, qui ne sont à ce jour pas répertoriés par les études de l’OST.

16L’Université de Lorraine souhaite promouvoir la diffusion en accès ouvert de la production scientifique de ses chercheurs. Le portail HAL - Univ. Lorraine a été lancé en mai 2016, et une campagne d’information et de sensibilisation a été lancée dans l’ensemble des unités de recherche. En mars 2017, le portail HAL diffusait un peu plus de 13 500 documents en texte intégral et 25 500 notices.

État des lieux européen

  • 7 Le libre accès aux publications et aux données de recherche, [En ligne]. Commission Européenne [Pag (...)

17Le mois de juillet 2012 fut le théâtre de deux décisions importantes dans le domaine de l’Open Access : d’une part l’annonce par le gouvernement britannique d’une politique volontariste de transition vers une diffusion de la production scientifique de ses chercheurs en Open Access Gold, d’autre part la décision de la Commission Européenne de rendre obligatoire la diffusion en accès libre des publications issues de recherches financées par le programme H20207. Afin d’évaluer le coût de ces deux décisions, dont les conséquences se font encore sentir cinq ans après, le besoin d’identifier les dépenses d’APC est devenu un enjeu critique.

  • 8 Stuart Lawson estime ainsi que les APC sont l’une des trois composantes de « l’opacité systémique » (...)

18En parallèle, plusieurs consortia de bibliothèques, principalement en Europe (Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas en particulier), ont souhaité intégrer le montant des dépenses d’APC dans le cadre des négociations menées avec les éditeurs commerciaux. Ont ainsi été forgés les concepts de Total Cost of Ownership ou de Total Cost of Publication (Lawson, 2015), incluant l’ensemble des sommes versées par un établissement d’enseignement supérieur et de recherche à un éditeur donné, quelle que soit la nature de cette dépense (abonnement numérique, abonnement imprimé, APC, frais de pages…). Dans cette perspective, évaluer et identifier les dépenses d’APC devient un enjeu majeur8.

19Un workshop organisé à Copenhague les 29 et 30 novembre 2016 par la structure de coopération Knowledge Exchange a permis de mesurer l’avancement de la réflexion et des réalisations sur le sujet au sein de six pays (Allemagne, Danemark, Finlande, France, Pays-Bas et Royaume-Uni). Chacun de ces pays était représenté par une ou plusieurs structures publiques travaillant au développement de l’Open Access et à la fourniture de ressources électroniques aux chercheurs (organismes de financement de la recherche, consortia, universités et organismes). Les retours d’expériences présentés à cette occasion montrent qu’une majorité de pays a désormais inclus la dimension économique de l’Open Access dans sa réflexion.

  • 9 Les détails des « licences open access » pour 10 des 12 contrats signés par le VSNU avec des éditeu (...)

20Aux Pays-Bas, en Finlande, au Royaume-Uni et en Allemagne, cela se traduit par la volonté d’opérer, à la faveur des négociations avec les éditeurs, un basculement vers une diffusion en accès ouvert des publications nationales sans augmentation importante du montant consolidé de dépense. Il s’agit là d’une des variantes de ce qu’il est convenu d’appeler les offset deals, à savoir un contrat signé avec un éditeur commercial où le montant de dépense permet à la fois l’accès au contenu des revues pour les membres de l’institution et la diffusion en accès ouvert des publications de ces mêmes membres9.

21Le Danemark et la France ne se sont pas engagés dans cette voie à ce jour, mais manifestent le souci de mesurer et d’analyser le volume de leurs publications en Open Access. Le Danemark a notamment mis en place le Danish National OA Indicator, qui doit recenser toutes les publications diffusées en accès ouvert par des chercheurs danois, que ce soit via des archives ouvertes (c’est la voie privilégiée) ou via des revues en accès ouvert. Cet indicateur n’inclut toutefois pas le montant des dépenses d’APC. En France, le projet Conditor, lancé fin 2016 et porté par la Bibliothèque Scientifique Numérique, doit, entre autres, permettre d’opérer un tel suivi pour les institutions françaises à l’horizon 2018.

22Quelle que soit la stratégie adoptée, les participants au workshop ont unanimement reconnu que la connaissance des dépenses d’APC à l’échelle institutionnelle, nationale et européenne constituait un enjeu majeur pour les prochaines années. Reste à savoir comment mener concrètement un tel travail de collecte et de consolidation. Deux pistes ont été présentées par les collègues britanniques et allemands.

23Au Royaume-Uni, le JISC a été missionné afin de proposer aux établissements universitaires un outil permettant de fournir des informations précises sur les publications en accès libre de leurs chercheurs. Baptisé Monitor Local, cet outil agrège des éléments de diverses sources (données de financement, données bibliographiques, données juridiques), et permet à l’établissement universitaire de les modifier puis de renseigner, le cas échéant, le montant d’APC lié à un article. À l’échelon national, Monitor UK fédère les données de dépenses d’APC de l’ensemble des instances Monitor Local. La finalité de ces outils est non seulement de suivre et de surveiller un type de dépense en forte croissance depuis 2012, mais aussi de mesurer le degré d’adéquation avec les politiques des financeurs, de permettre des comparatifs entre établissements et de fournir des éléments factuels dans le cadre des négociations avec les éditeurs. Disponibles fin 2016 dans 23 institutions pilotes, ces outils ont vocation à être adoptés à l’échelle nationale au courant de l’année 2017.

  • 10 Open APC, [En ligne]. Université de Bielefeld [Page consultée le 22 mars 2017]. Disponibilité et ac (...)

24L’initiative allemande OpenAPC tire son origine du réseau académique DINI, qui oeuvre à la fois dans le domaine de l’informatique documentaire et de l’Open Access. S’intéressant plus spécifiquement aux APC, OpenAPC est désormais intégré au projet national baptisé Intact supervisé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et la MPG, avec pour but de mettre au point des procédures transparentes et efficientes de gestion des dépenses d’APC. Piloté depuis la bibliothèque universitaire de Bielefeld, OpenAPC repose sur une logique participative et distribuée. Toute université ou organisme de recherche qui le souhaite peut contribuer en fournissant la liste des dépenses d’APC identifiées. La seule contrainte est le respect d’un format de description des dépenses permettant une agrégation aisée des données. Au mois de mars 2017, 91 établissements avaient fourni des données issues de leurs logiciels comptables. Les données sont librement visualisables en ligne à travers un treemap dédié10. Conçu dès le départ comme étant ouvert au-delà des seules institutions allemandes, OpenAPC souhaite disposer de l’assise la plus large possible, et accueille les données de nombreuses institutions britanniques et de quelques institutions autrichiennes et américaines.

Méthodologie et premiers résultats à partir du Web of Science

25Nous avons tout d’abord procédé à une recherche dans la base à partir du champ ‘Organisation-enhanced’ : ce champ permet de regrouper toutes les dénominations d’un établissement, ainsi que toutes les unités de recherche qui lui sont affiliées. Ce regroupement est effectué de façon manuelle par Thomson-Reuters en fonction des indications fournies par les établissements ; pour AMU, c’est la chargée de bibliométrie qui signale les mises à jour à effectuer. L’usage du champ ‘Organisation-enhanced’ est particulièrement pertinent dans le cas de fusions d’établissements ; sa construction étant laissée à l’appréciation des établissements, il peut ne pas recouvrir les mêmes périmètres.

26Depuis fin 2014, le WoS propose de filtrer les résultats de recherche en fonction de la publication dans des revues en open access : nous avons appliqué ce filtre à nos résultats. Il convient de préciser à ce stade que seuls les articles des revues en open access Gold sont signalés dans la base : les articles publiés en open access dans des revues sur abonnement (i. e. les articles en OA hybride) ne sont pas repérables par ce moyen, et échappent donc à cette partie de l’étude.

27Une fois notre corpus défini, nous avons utilisé la fonction “Analyze results” pour obtenir un classement des résultats par titre de revue, classement que nous avons exporté au format .txt puis ouvert dans un tableur.

28Nous avons ajouté des colonnes au tableau : éditeur, typologie d’open access (nous avons distingué les “pure players”, i. e. les éditeurs nativement OA ; les sociétés savantes ; les éditeurs traditionnels), montant de l’APC, devise, taux de conversion, coût par article en euros, coût total par éditeur, 1er auteur ou reprint auteur, coût potentiel pour l’établissement, observations.

29Nous sommes ensuite revenus sur le WoS, où nous avons recherché pour chaque revue les références bibliographiques, pour déterminer si le 1er auteur ou l’auteur correspondant était affilié à l’université. Les références d’articles dont le 1er auteur ou l’auteur correspondant sont affiliés à l’établissement sont cochées et intègrent la liste de sélection (“marked list”), avant d’être envoyées par lot dans un dossier préalablement créé sur Endnote Web, l’outil de gestion des références bibliographiques hébergé sur la plateforme du WoS. Cette étape permet de contrôler le nombre de références concernées par revue.

30Ce travail fastidieux est précieux pour la suite de l’analyse, et permet de repérer les erreurs d’affiliation éventuelles. Enfin nous nous sommes mis en quête des coûts des APC définis par les éditeurs pour chacun de leurs titres.

Résultats

31En dehors du paragraphe consacré à nos profils de publication respectifs, qui expose la globalité des publications avec un rattachement à l’un ou l’autre de nos établissements, nos résultats portent sur un corpus d’articles dont le 1er auteur ou l’auteur correspondant est affilié à l’une de nos universités.

Des profils de publication différents

32turée eun des premitions avavonal part de contrôler le,Siomson gold Des profilsformatues tradie publica (

1variant est UL ( un % L 11 nt un % Icxt" class="section"> > hacuil ltucture">F/span 1 class="resume">Mesurer présentation des (">31<800 articles e)ee methodolo3 class="docée xe/impanoad" /img-1-small580.jpg"ais="icxtSet 31<800 articles e)e" /einfo Icxtque de

An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-1.jpg">Oau njpeg, 68k) des 3 méthodes

4

<4 href="#tocfr4n1" id="tocfrom4n1">Un effet de longh4tion (CCOSL).

Un effet d,res puble’n place016, l’atttuaitent donc (82n %) di. e. , typologie sult14n %,e contrtan>La volumétrie de dans lesquearésult84définis pa le porPC qui prn’en ait au minimum (

> hacuil ltucture">F/span 2 class="resume">Une v portenos, coût toe methodolo3 class="docée xe/impanoad" /img-2-small580.jpg"ais="icxtSet Une v portenos, coût to" /einfo Icxtque de

An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-2.jpg">Oau njpeg, 124k) des 3 méthodes

4

<4 2ref="#tocfr4n2" id="tocfrom4n2">Une montée en puissance des éditeurs ch4tion (CCOSL).

9 pict estim ( , typologie sur stingué lesande ) (Jahn & Tullneyion <6ientation (CCOSL).

Icxt" class="section"> > hacuil ltucture">F/span 3 class="resume">An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-3.jpg">Oau njpeg, 64k) des 3 méthodes

Àdéces annché pophar esur PLOS Oneande , ion ces pays e 82n % Icxt" class="section"> > hacuil ltucture">F/span 4. Voecte et ion scienti unn puissancé dop " hrlo3 class="docée xe/impanoad" /img-4-small580.jpg"ais="icxtSet An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-4.jpg">Oau njpeg, 56k) des 3 méthodes

4

<4 3ref="#tocfr4n3" id="tocfrom4n3">Une fourchette de prix th4tion (CCOSL).

Une dépenseentation (CCOSL).

Icxt" class="section"> > hacuil ltucture">F/span 5.us d- Ndes ax">Une fohrlo3 class="docée xe/impanoad" /img-5-small580.jpg"ais="icxtSet Une fo" /einfo Icxtque de

An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-5.jpg">Oau njpeg, 56k) des 3 méthodes le logf="#Te lo1"es r="ltr" > trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> > tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <144,et €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <1 423,03 €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> <3n 600,et €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <75,10 €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- < in68,13 €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> <4n 600,et €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- < 80,et €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <  768,47 €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> <4n 500,et €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> te louniversités.

De érticla-tialitétion différents

4

<4 4ref="#tocfr4n4"numbvrir les m dans le ddexée ecationprix th4tion (CCOSL).

28n6">6n6">6< en OA hybriOAcienceos réblioditionmbreux tlissements,ns apA ; ions précises sur lOAlatentialités/a>, auxquell ax"PC (Int una pour lesndnotets à partir di:espr lesan>À mel peer et à sication nt iongliplinai,tablispeer et rchettntrtre La s avaievaux dans les domaines des sciences humainuels in6">. Cnos universités.

4

<4 5ref="#tocfr4n5"nLrelliodérer, structuresectué denprix th4tion (CCOSL).

15L et accueilsablesencebliog de contrôler le,Sh classement u aux. Dantvalialit ne pasanipulissemendé deraie en quccess. S desexen Acr sures. >L et accueilces conceats de rechercuroulent dan de réféance det en Aupem> surs, ce auxq mel. Lcation pen Aiaissurs, a tâ et de sadie publica ndes ax">Unn dnulint qu( Dans le fi,e fina par l secoût to)tion d’ivitutiec un s de manièsme du Wsn>La vo tel travtant de fournir ddeuxs C’est“gymnpan>mensio et accueiAnae fc fournel.roniplagrentation (CCOSL).

<4 6ref="#tocfr4n6"numb, plus ‘e dugleisatPC soaveu6

  • (...)

9.

4

<4 7ref="#tocfr4n7">e sadie lefeldIndes ppermeisprprix th4tion (CCOSL).

  • auteur ou l’auteu me/sup>ion, co10.1371/le lnal.’eonibilité et a2 (...)

9.

Méthodologie et premiers résulC définis pu Web of Science

28

Résultats

7 pour butueuumber"dl’avani expos tobaplus ’open acc1ersqu leurse r les eforme dSifaunant plus (i. e.i. e.

tionales sa ltan sur Le mois4 parti tionales sant affil. S’in« nt s »nte 48n % ltan sur4 Le mois5 (

Icxt" class="section"> > hacuil ltucture">F/span 6. Éd’016, sur -ois5ntat3 class="docée xe/impanoad" /img-6-small580.jpg"ais="icxtSet An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-6.jpg">Oau njpeg, 40k) des 3 méthodes

3l secoût tonElspensrtion arrgiquentsommedl’aller un ts de drtablissenude contr sur un corp: les arm> les(97iiques hrir ot ),opérentrBiomed Cplacelnés p83m>i. e.Ach>8Une fé à un ivise,ratégication lien pluem>Totshr g Gfili /oditmidieuces pays étqs4n2"e contr sur un cor (43iiques hrir ot ),essnL) es io-ces pays étqs4our loonfregaraefin d’évaime ai( Icxt" class="section"> > hacuil ltucture">F/span 7. Vocfrom3nion scient dese ût ton(ût par )ntat3 class="docée xe/impanoad" /img-7-small580.jpg"ais="icxtSet An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-7.jpg">Oau njpeg, 60k) des 3 méthodes

3vimatues tranclut tcae l’Open Access n d’évaime ailmmsacation et euroe vmeisAPn dossierbresre L étant laiscpre à l desd6Oésigne d nt q esctj 2012, choixrcuridialys aucun frais en esdOpenAPC-erésesà lx est prntrent qu’u pour chacun,oisnt foumber"dlci libre de lntation (CCOSL).

Icxt" class="section"> > hacuil ltucture">F/span 8. Vocfrom3nion scient des ciée seOAntat3 class="docée xe/impanoad" /img-8-small580.jpg"ais="icxtSet An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-8.jpg">Oau njpeg, 68k) des 3 méthodes

> hacuil ltucture">F/span 9 class="resume">An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-9.jpg">Oau njpeg, 44k) des 3 méthodes

De érticla-tialitétion différents

4

<4 8ref="#tocfr4n8" id=" de fourniree fc fournet doncll prix th4tion (CCOSL).

L et accueilunte, esur stingué lesande , mmsa ai 20ensemlge s122

<4 9ref="#tocfr4n9"numbehDeux roeéccuexpose la bergé seulC définis pu Web o4tion (CCOSL).

3nclus pays sysaéine de ournel.ez,teuasPC définis p 000 checendplyse, et agrnissar un corplur l’i de sallidatidta hacun en OA hybrint i’intrndardiotqlpart deui oes moitilus (6

  • Open AMax-Pn xck GestéForschué de Bielefonibilité et a4 (...)
  • Open AMax-Pn xck GestéForschué de Bionibilité et a5 (...)

249.

Méthodologie et premiers résultaissues d leurs log SIFACu Web of Science

  • , orseseNACRES./span> Open AAgan>À meMutnt libe urer prUltats sur des pasentation onibilité et a6 (...)

9.

> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner-

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner-
> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> > tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <79 643 €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <6s="ation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <24 49t €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> <25ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <64 052 €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <45ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <26 924 €ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> <2s="ation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> te louniversités.

6t loobjanal dede repét ncturslcsemtlisse earsn sint la listteure aiar ceppurnenslavonaie au ntlog x stinndant eeride) neerlatentde repéntrta octeur n’imarem>aueridès lentsmoes p lysnaie imement80d s n frai NACRES ansexposiriblis. C appncquoue sona

Résultats

D la aucun frai lntrent s plournetts d’Aillla ps fWoStion différents

  • sut intbtapeo [Enouetant«t auteur,s, uxsediteu">Méonibilité et a7 (...)

M7s la base : les ar la pr uncation ion en OA hybrier le nombcueillla ps fis dO mont rel lemimmsanernodolo3ncation d pcette ût tonsur Hindawiande , 1 concead pcettsur Amerun n Sortityà pMicn Aioctoyande , 2ncation d psur Ss dotssac Researchande , 1 concead psur Ss doavoDevauxande 9.

iine urer prnt la listteure aidemfauteusulttantchersres références (is fouparopus) iartift smaiostulis imementller un tyue rin typecMU, ll polit’ eournet d un ivà des sead pcetti auteur ou l’aute. AtabffypeFes uar l secodSifaBSN flexiotqu estim6 (Bonli do ,tChr56Mnos résulttantieloulentrai lés par lectroniqueslys yn dusSudnos universités.

D lavocfrom3ns, ppee niversaditière les un tahbentces au ses ftion différents

Un cenge,essen Access Gold,étant lainction de ="ragnucnen fvidé slatentragnucnresigne À), les ari, psatio me/sup>ion, co(3un research dopac discounts un ion, cospan>mecontru leu OA; s dotssant "dl’avatio (e,qui onO pairai 50n %

6

> hacuil ltucture">F/span 10. Cepermettr, ppee nivet accueill, issce décit accueillg SIFACu lo3 class="docée xe/impanoad" /img-10-small580.jpg"ais="icxtSet An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-10.jpg">Oau njpeg, 268k) des 3 méthodes legendhil ltucture">Liversaditinen fquousx est >6

iine ursmfacueilunte,ne fou aucun vaime aef="#ftn9">9.

8iinelisses loonfoins que a de rechercuout utnduroulent danl’année 2017.

8iineldele. aun ciée se que talyse,résulttion différents

7 pouurtfde etcontrnses a suitsflexiotqu la prn Accesssésentation desndé urtfi Ceecepeauteuud="lentialitésdeux décisio es loappscultaes APCfts à partir dOpenjabopoiv quecontrnt affiSifaltaffilisonomique de nslen BSN (Bonli do ,tChr5 Icxt" class="section"> > hacuil ltucture">F/span 11.nAion, crpxyitiste) neiosllla ps fts à partir du lo3 class="docée xe/impanoad" /img-11-small580.jpg"ais="icxtSet An dniirinfo 3 cais="nofollowle au foricxtOrig"class="docée xe/impanoad" /img-11.jpg">Oau njpeg, 84k) des 3 méthodes

itabmurnens es d, o murtout t ntiidta uxqesévipenc estveUMRos daux. Dantvaldles s de ases entcun ciéee les un tunte,nbudgesse es looge du mealyse,résulta atanntn6">6

6<13m>i. e.s négobCHRU lienncy,span>s nérd pr cole>NousiCeéc ourihors-ULb cheds d’im tobaplumisocfron d p politbmurnens es dude réfés. P lesau-d4n la baseresditièntentrtantsit hyt ahberlpartn Accrin typecMU, llontrnt a lnissarcesssco-punis paeurdetde repensl aisiellla ps fissues d leurs logl’année 2017.

De érticla-tialitétion différents

M tastetestes Atantfdes po inses -ournet yetestes APst ffiliés à lede salllitése]. eformappscultanmberu OA hybri’en deux décis os universités.

6 os universités.

9.

3l tcaeépest ULbteur a Dée fgrtoutils >eureicleauP do de etils >suQueuexpos(DAPEQ) a le qubrerôcoemueuesur, >la ps fre possu>L et accueil cheoditALrmisalys le APst a suitss pays étqllla pcs au un conos universités.

Ée fournn d ptpermeisprt>L e3sm id="tepu Web of Science

le logf="#Te lo3"es r="ltr" > trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <Aes s des="pressg>ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> <Imbtavéc on q="pressg>ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <WoStipressg>ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > > > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> > > > > tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <Éfinis pu pressg>ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > > tdlass="sidenotes"> td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> > > > tdlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> trlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- <Si deu pressg>ntation (CCOSL).

> tdlass="sidenotes"> td styignaavoner-left:1px llect #000000;avoner- > td styignaavoner:1px llect #000000;"es r="ltr"sass="sidenotes"> > > trlass="sidenotes"> te louniversités.

22 ton /a>.urnireepolit’ enos universités.

iine ure, qui eoi, ndes andepsst ffiliés à lance dejace depbord pr">iine ureleure tepartifaudsurs,c.ultsesfsemenc.utesede duemenun rrtal éqopalurnei, ndes andesarcesssdesn6">6ndesaUMRs en roulent dan bliosurs,p pouinpoiv nO ppea e p lrticuliè,c.ultobtementud=" de fournire permeégiétceaAupe014saie en min type bc àa>, osseme, ledsibi libe urer prtirblisquesl se que t,epboappuyentes APC ddesn6">6nde réfé>6 os universités.

Nys AP des 3 mé

Notes

1 Exemples d’options hybrides : Hybrid OA Journals, [En ligne]. Open Access Directory [Page consultée le 22 mars 2017]. Disponibilité et accès http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_journal_business_models#Hybrid_OA_journals

2 Voir la figure 1.

3 Le pourcentage de revues gold ne demandant pas d’APC est estimé à 72% en 2014. Walt Crawford, 72% and 41%: A Gold OA 2011-2014 preview, [En ligne]. [Page consultée le 22 mars 2017]. Disponibilité et accès http://walt.lishost.org/2015/08/72-and-41-a-gold-oa-2011-2014-preview/

4 OA2020 Initiative for the large-scale transition to open access. [En ligne]. Max-Planck Digital Library [Page consultée le 24 mars 2017] Disponibilité et accès https://oa2020.org/

5 Source : Chargée de bibliométrie, Direction de la Valorisation et de la Recherche d’AMU.

6 Rapport d’indicateurs sur la production scientifique de l’université de Lorraine par ses publications - 2012 à 2015, HCERES - OST, juillet 2016, p. 4.

7 Le libre accès aux publications et aux données de recherche, [En ligne]. Commission Européenne [Page consultée le 22 mars 2017]. Disponibilité et accès http://www.horizon2020.gouv.fr/cid82025/le-libre-acces-aux-publications-et-aux-donnees-de-recherche.html

8 Stuart Lawson estime ainsi que les APC sont l’une des trois composantes de « l’opacité systémique » qui caractérise l’économie de la publication scientifique (Lawson, Gray & Mauri, 2016).

9 Les détails des « licences open access » pour 10 des 12 contrats signés par le VSNU avec des éditeurs commerciaux sont consultables en ligne. Inspection of open access licenses, [En ligne]. Vereniging van Universiteiten [Page consultée le 22 mars 2017]. Disponibilité et accès http://www.vsnu.nl/en_GB/public-access-request.

10 Open APC, [En ligne]. Université de Bielefeld [Page consultée le 22 mars 2017]. Disponibilité et accès https://treemaps.intact-project.org/

11 Se reporter à la troisième partie de la présente étude pour un comparatif entre les montants de dépense théoriques et effectifs.

12 Ainsi, à titre d’exemple, l’affiliation de l’auteur correspondant de l’article 10.1371/journal.pone.0133321 qui figure dans le WoS indique uniquement l’organisme de recherche et non l’université qui est également tutelle du laboratoire.

13 « Hybrid journals seem to be more popular venues for Open Access publication » (Andrew, 2012).

14 Efficiency and Standards for Article Charges, ESAC [En ligne]. Max-Planck Gesellschaft [Page consultée le 22 mars 2017] Disponibilité et accès https://www.intact-project.org/esac/

15 Transparent Infrastructure for Article Charges, INTACT [En ligne]. Max-Planck Gesellschaft [Page consultée le 22 mars 2017] Disponibilité et accès https://www.intact-project.org/

16 La nomenclature d’achats NACRES. [En ligne]. Agence de Mutualisation des Universités et Établissements d’enseignement supérieur [Page consultée le 22 mars 2017] Disponibilité et accès http://www.amue.fr/finances/metier/dossier-nacres/

17 Ces deux derniers éditeurs ayant figuré sur la liste controversée des « potentiels, possibles et probables éditeurs prédateurs » tenue par Jeffrey Beall et désormais fermée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Part de la production OA dans la production des établissements (hors communications).
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2. Répartition du corpus par éditeur
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3. Variation annuelle par type d’éditeur
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 4. Validation annuelle des éditeurs au top 10
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 5. APC - Niveaux de prix
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6. Évolution 2013-2015
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 7. Variation annuelle par éditeur (en euros)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 8. Variation annuelle par type d’OA
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 9. Coût moyen d’APC par article
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 10. Comparatif entre les données du Wos et les données de SIFAC
Légende Les montant indiqués pour les articles payants dans le WoS sont des estimations fondées sur le prix public des APC.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 11. Articles payants repérés dans le Web of Science
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3238/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Delhaye et Jean-François Lutz, « Mesurer les dépenses d’APC : méthodologie et étude de cas », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3238 ; DOI : 10.4000/rfsic.3238

Haut de page

Auteurs

Marlène Delhaye

Marlène Delhaye est conservateur des bibliothèques à Aix Marseille Université. Au sein du Service Commun de Documentation (SCD), elle coordonne la cellule Open Access, administre l’archive ouverte HAL AMU et coordonne les acquisitions de ressources électroniques. Elle est membre du bureau de CasuHAL, l’association des utilisateurs de HAL, et du GTAO Couperin.

Jean-François Lutz

Jean-François Lutz est conservateur des bibliothèques à l’Université de Lorraine, où il est responsable de la Bibliothèque Numérique. Celle-ci a en charge les dossiers liés à l’Open Access et aux données de la recherche, ainsi que la gestion de de la documentation électronique, des thèses et mémoires numériques et des applications documentaires. De 2008 à 2014 il a été membre du Board de Sparc Europe.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page