Navigation – Plan du site
Parutions

Le temps des précaires. Approches communicationnelles de l’éphémère, sous la direction de Anne Piponnier, Annick Monseigne, Gino Gramaccia

Presses Universitaires de Bordeaux, Pessac, 2017, 23 €
Christian Mesnil
Référence(s) :

Le temps des précaires. Approches communicationnelles de l’éphémère, sous la direction de Anne Piponnier, Annick Monseigne, Gino Gramaccia. Presses Universitaires de Bordeaux, Pessac, 2017, ISBN : 979-10-300-0136-5

Texte intégral

1Le temps des précaires est à n’en pas douter un ouvrage savant, publié par les Presses Universitaires de Bordeaux. Ses auteurs, car il s’agit d’un ouvrage collectif, sont tous des universitaires confirmés qui proposent chacun un angle d’attaque particulier, voire inattendu, sur la précarité. C’est un premier point positif car dès le sommaire, le lecteur comprend que l’objectif n’est pas de faire le point à un moment donné sur une tendance qui ne cesse d’évoluer et d’interpeller mais de proposer des éclairages aussi variés qu’inattendus. Par contre se pose d’emblée la question de la légitimité des auteurs – fussent-ils éminents – à traiter un tel thème. La précarité n’est-elle pas de l’ordre de l’indicible à un point tel que les bénévoles qui accompagnent les précaires s’abstiennent le plus souvent de « disserter » sur leur engagement ? D’une certaine façon, la prudence du sous titre : « Approches communicationnelles de l’éphémère » semble annoncer que le thème abordé relève d’une complexité certaine. L’ouvrage tente d’approcher et non de cerner le phénomène. Il choisit délibérément un angle communicationnel dans lequel des chercheurs en communication ont bien compétence pour analyser, éclairer et prendre de la distance.

2Le lecteur est d’abord surpris par un premier terme : servuction, proposé par Elisabeth Gardère. La servuction place l’individu dans une position d’acteur polymorphe (client, citoyen, producteur, consommateur) avec une relation de plus en plus dématérialisée et discontinue. Puis Annick Monseigne souligne en contrepoint le rôle compensatoire des dispositifs participatifs même s’ils sont parfois gadgétisés et illusoires. Ces deux analyses évoquent un contexte instable et incertain avec une fragilité grandissante des citoyens et des structures mises en place. Les deux chapitres suivants se focalisent sur des aspects plus restreints de notre société. Anne Piponnier démystifie la notion de projet en analysant finement l’ambiguïté d’un processus qui à la fois rationnalise et anticipe tout en rendant vulnérables les acteurs tournés vers l’obligation de résultat dans des contextes innovants et imprévisibles. Dans l’approche générationnelle de la précarité, Agnès Pecolo et Myriam Bahuaud nous emmènent de façon tout aussi passionnante aux débuts et fin de « carrière ». En dépit du brouillage des perceptions sociales, les deux auteurs en arrivent à ne pas exclure que la précarité puisse devenir, au-delà du chômage et de la pauvreté, sinon un art de vivre, du moins un moyen de se réaliser dans une société flexible où s’adapter devient une nécessité.

3L’ouvrage propose ensuite de façon inhabituelle une partie centrale composée d’u seul chapitre. Loin de ne constituer qu’une pause ou un entre acte, « La précarité revendiquée, un éphémère sublimé » se révèle un contrepoint aussi inattendu qu’éblouissant. Nicole Denoit y souligne avec talent » dans l’entrelacs des œuvres qui marquent notre époque de leur lucidité » combien la scène artistique s’associe délibérément à la précarité « dans une fascination exacerbée, suicidaire, pour ce que le siècle nous impose d’errances matérielles et morales ». En fait cet unique chapitre pourrait ouvrir la voie à un autre ouvrage sur la façon dont la création artistique(cinéma, théâtre, photo, peinture, graph…)rend palpable de manière incomparable l’éphémère.

4La troisième partie aborde différents contextes professionnels. Dans un premier chapitre consacré aux organisations, Nadège Soubiale souligne combien la mondialisation et la mutation des modes de production ont intensifié le travail dans pratiquement tous les domaines. Il en ressort une flexibilité et une injonction à l’autonomie individuelle qui fragilisent davantage les catégories populaires faiblement diplômées. Geneviève Guillaume s’intéresse paradoxalement à la précarisation grandissante des managers via l’entretien individuel et le coaching tandis qu’Hélène Dufau observe des conséquences comparables dans les trajectoires des enseignants chercheurs. Annick Schott et Zahir Yamat semblent terminer par une lecture singulière du rôle des organisations par rapport à la précarité. Ils sont les seuls à entrevoir des solutions liées au rôle social et environnemental des entreprises. Leur lucidité sur la déshérence sociale, la déstructuration et la déconstruction grandissante ne les empêche pas d’envisager avec optimisme les rapports pacifiés et la valorisation de l’autre que l’entreprise pourrait favoriser.

5L’approche communicationnelle des processus de précarisation présentée dans cet ouvrage fait finalement émerger, au-delà de cet état de crise permanent et complexe, au-delà de représentations et de modes de vie provisoires, des tentatives constantes d’adaptation et d’enracinement. L’homme communicant semble désormais porter un regard plus lucide sur l’éphémère. Lorsqu’il ne subit pas sa précarité, ne devient-il pas à la fois un veilleur et un passeur, attentif aux nouveautés dématérialisées ou non qui se multiplient ? De moins en moins de lieux fixes délimités dans l’espace et le temps s’offrent à nos contemporains, alors que prolifèrent les frontières, les no man’s lands, les lieux de passage on d’errance. « Le temps des précaires » nous rappelle implicitement que l’individu (post ?) moderne semble amener à devenir de plus en plus fluide et « passant » mais sans jamais renoncer toutefois à des racines et des certitudes héritées de l’approche métaphysique grecque. Félicitations aux auteurs et aux coordinateurs de cette réflexion plurielle : Anne Piponnier, Annick Monseigne et Gino Gramaccia !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Mesnil, « Le temps des précaires. Approches communicationnelles de l’éphémère, sous la direction de Anne Piponnier, Annick Monseigne, Gino Gramaccia », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3310

Haut de page

Auteur

Christian Mesnil

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication retraité, Université Littoral-Côte d’Opale

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page