Navigation – Plan du site
Ligne Sud

Opportunités et difficultés du développement des archives ouvertes pour la communication publique : la situation en Afrique subsaharienne

Étienne Damome

Résumés

Pour obéir à l’injonction des Nations-Unies, plusieurs États africains proposent une plateforme d’archives ouvertes intégrant l’ensemble de leurs services numériques. L’objectif principal est de partager les informations nationales, de rendre les données et statistiques démographiques, gouvernementales, de développement et le niveau des dépenses publiques accessibles aux chercheurs, aux décideurs et au grand public. Derrière ce projet de communication publique se trouve également la promotion des idéaux de transparence, d’efficacité et d’efficience dans l’action gouvernementale, mais aussi de démocratie participative, de collaboration et d’ouverture. Plusieurs types de difficultés empêchent cependant les citoyens d’avoir accès ou recours à ces plateformes. D’où la nécessité d’une médiation, entendue ici, comme mise en relation et recontextualisation permettant aux populations de connaître l’existence de ces données et de les exploiter.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article reprend, en partie, le contenu d’une communication non publiée intitulée « Open Data en Afrique subsaharienne : la nécessité d’une médiation scientifique et journalistique » faite au colloque EUTIC 2016, Zakynthos, 14-17 septembre 2016.

Texte intégral

  • 1 La nouvelle constitution kenyane de 2010 reconnaissait le droit de chaque citoyen à obtenir des ins (...)

1Le processus qui consiste à rendre les données numériques accessibles et utilisables gratuitement par tous citoyens se développe sur tous les continents, notamment grâce au coup de pouce institutionnel des Nations-Unies. L’ONU incitait en effet, en 2012, tous les États du monde à s’engager dans la voie de l’e-gouvernement et d’ouverture de leurs archives pour en faciliter l’accès aux citoyens. Le 19e sommet de l’Union africaine, qui s’était tenu à Addis Abeba du 9 au 16 juillet 2012 affichait pour tous les pays membres l’ambition d’intensifier la stabilité statistique et la fiabilité des données produites pour augmenter et mesurer l’efficacité des objectifs de développement. Très rapidement la Banque africaine de développement, avec l’appui de la Commission de l’Union africaine et de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, a décidé de répondre aux besoins des pays en matière de gestion des données et de partage des données. Dans la foulée, le Kenya puis le Maroc (dont on ne parlera pas) s’y sont lancés, notamment en se dotant d’un cadre juridique1.

2Depuis lors, le continent africain s’emploie, à l’instar des autres grandes régions du monde, à mettre en œuvre cette directive (Kiyindou et Damome, 2016). En dehors des États, on a la société civile. Elle exerce un activisme assez important en la matière du fait de son investissement dans de nombreux domaines souvent négligés par l’État. On retrouve enfin les groupes privés, c’est-à-dire des entreprises d’intelligences économiques, des fondations indépendantes en quête de prospection pour développer leurs affaires, mais également des institutions économiques et financières.

  • 2 La notion de données publiques renvoie prioritairement ici à l’origine des informations. Par défini (...)

3Deux rhétoriques accompagnent l’ouverture de données publiques2 en Afrique. La première considère très clairement l’information comme la clé du développement. À la suite du fantasme techno-déterministe qui accompagnait l’introduction des médias sur ce continent, ce premier discours se nourrit en effet de l’idée que l’information peut provoquer l’adoption de nouvelles habitudes permettant d’améliorer les conditions socioéconomiques des populations. Elle prône la transparence, renforcée par l’avènement des technologies de l’information, dans les processus de gestion des institutions et des projets. Elle puise également sa raison d’être dans l’utilité et le caractère fonctionnel voire opératoire des informations mises à disposition au profit des investisseurs et des partenaires au développement. Les acteurs financiers veulent, par exemple, rendre accessibles des données et statistiques démographiques, gouvernementales, de développement et le niveau des dépenses publiques afin que décideurs et investisseurs s’en saisissent pour hâter le développement du continent. Ils espèrent même susciter des initiatives au sein de la population locale en faveur de l’investissement.

4Le second discours accompagnant ce mouvement milite pour plus de transparence dans la gestion publique et plus de démocratie. L’ouverture des archives publiques vise à donner des garanties sur la bonne gouvernance des institutions. Les initiatives étatiques manifestent ainsi, à n’en pas douter, une volonté de reddition de compte aux citoyens. Il s’agit de permettre aux citoyens d’exercer leur droit de regard actif sur les dépenses publiques, la traçabilité de l’usage de leurs impôts, la gestion des ressources naturelles, de veiller à l’application concrète des politiques publiques annoncées. Les acteurs de la société civile ambitionnent pour leur part de mettre entre les mains des citoyens des informations leur permettant de participer activement aux débats publics et aux prises de décision de leurs dirigeants. Le souhait est de faire évoluer la démocratie vers plus de participation mais également d’améliorer la vie quotidienne des citoyens, en leur donnant un accès simplifié à l’information.

5Encore faut-il que les citoyens sachent que ces archives sont là et qu’elles sont à portée de clic. Encore faut-il par ailleurs qu’ils aient les moyens matériels et les compétences techniques d’y accéder et surtout la formation disciplinaire pour transformer cet amas de données en informations exploitables. Or, une pré-enquête réalisée en ligne entre le 1er juin et le 15 juillet 2016 auprès des internautes du Burkina Faso et du Kenya - que nous présenterons dans la deuxième partie de ce texte - montre très clairement une méconnaissance massive de l’existence et des opportunités des données ouvertes par les populations des pays qui ont pourtant consenti un gros effort, à la fois financier et humain, pour mettre en place ces dispositifs. Ceux qui en sont informés ne savent pas comment accéder à ces archives et quoi en faire. Se posent donc, à la fois le problème d’accessibilité technique et cognitive aux données, mais également celui du recours à des traducteurs et des médiateurs. Ceci fait apparaître la nécessité que des médiateurs (data scientist, chercheurs et journalistes) mettent en forme et traduisent pour le commun des mortels des données appelées à emprunter les circuits ordinaires de l’actualité et à investir les arènes de délibération sociale que sont les médias et les communautés scientifiques. Quelques entretiens qualitatifs passés via Skype, entre les 4 et 9 juillet 2016, avec six journalistes des deux pays concernés, montrent qu’au début du lancement de la plateforme, les journalistes ont nourri de grands espoirs dans les possibilités offertes mais ont très vite été découragés par la difficulté à exploiter les données sans recourir à un tiers. Cela révèle très clairement que les journalistes ne sont pas tous outillés pour l’exploitation efficiente des données et que, plus globalement, se pose un problème d’intérêt pour le journalisme d’investigation.

6L’émergence de la thématique de la médiation dans les textes institutionnels ou savants est contemporaine de la prise de conscience des phénomènes d’exclusion, de fracture, de segmentation de la société (Caune, 2010). Pour autant, sa convocation au sein des sciences de l’information et de la communication ne sert pas prioritairement pour penser la cohésion sociale ou la régulation sociale, mais bien pour tenter d’analyser le lien entre information et communication, parce qu’il n’y a pas d’information sans communication. L’information ne peut pas circuler si un ensemble de critères ne sont pas réunis, en particulier l’écoute, la possibilité de s’exprimer, la formation dispensée aux usagers (Baltz, 1994) et la connaissance de son existence. Or chacun de ces critères décrit un dispositif de médiation et démontre la nécessité d’un intermédiaire. C’est donc pour cette première raison que nous convoquons ici la notion médiation. La deuxième tient au fait que cette notion fait éviter le piège du déterminisme technique dans l’analyse des dispositifs informationnels, en faisant prendre la mesure de la mise en relation entre l’énonciateur et le récepteur, l’information et le destinataire. L’émetteur, le contenu, le canal et le récepteur ne sont pas suffisants. La médiation permet de comprendre l’intervention humaine dans les dispositifs et objets informationnels pour les rendre intelligibles. Dans la médiation documentaire, par exemple, le travail de médiation vient simplifier la complexité de la normalisation et « rend perméable la frontière entre le concepteur du produit d’information et son récepteur (Liquète et al., 2010). Il s’agit d’accompagner l’appropriation de l’information par le récepteur en faisant un travail de traduction, de connexion et de lien. La troisième raison pour laquelle nous recourons à la notion de médiation se trouve dans le fait que non seulement elle permet la mise en relation, mais également une recontextualisation (Liquète et al., ibid.). Les archives mises en ligne disent quelque chose d’une situation sociale, culturelle, économique et politique ou même des histoires, petites ou grandes, qui les ont vu naître. Une bonne interprétation de ces données et leur exploitation judicieuse nécessitent une mise en contexte que seuls des médiateurs - chercheurs, documentaristes, professionnels de l’information - peuvent faciliter. Ils fonctionneront comme des "organisateurs" latents de l’information grâce, notamment, au travail de communication qu’ils feront aussi bien sur la forme que sur le contenu, c’est-à-dire sur l’information (Muchielli, 1995). C’est ici que la médiation facilite l’appropriation et instaure une logique d’utilisation. Elle met en place des interfaces qui accompagnent l’usager et facilitent les usages.

7Nous présenterons dans une première partie les acteurs de l’ouverture des données en Afrique subsaharienne à partir des cas des pays comme le Kenya, le Burkina Faso et la Sierra Leone ; de celui des institutions comme la Banque africaine de développement (BAD), l’Africa Food Prices, le Centre for Higher Education Transformation (CHET) d’Afrique du Sud et ceux des plateformes Ushahidi et Freedom Fone. Nous exposerons ensuite les résultats des enquêtes tout en formulant quelques éléments critiques et analytiques en s’appuyant sur la notion de médiation. La troisième partie revient sur quelques éléments de contexte faisant apparaître les limites d’une politique uniforme d’ouverture de données.

Acteurs, fonctions et enjeux de l’Open Data en Afrique subsaharienne

8En termes généraux, Open Data fait référence aux données de nature publique générées et mises à la disposition de tous. Elles peuvent être utilisées et réutilisées librement et sans restriction, sans coût d’acquisition. Le mot « data » est souvent combiné à d’autres mots (anglais) tels que big data, open data, data science, data centers, forfait data… À l’origine, data est le pluriel du latin datum qui se traduit par « cadeau, présent ». L’usage actuel s’en éloigne puisque la langue anglaise moderne l’utilise pour désigner les informations issues d’un environnement informatique. En français on dit « données » en ajoutant parfois ouvertes pour traduire l’expression open data dont Simon Chignard (2013) explique qu’elle est apparue pour la première fois en 1995, à propos de l’ouverture des données géophysiques et environnementales, dans un document d’une agence scientifique américaine. Il s’agit de rendre publiques des informations issues de tous les champs d’activités : agriculture, entreprises, services, santé, hydraulique, météo, horaires des transports, nombre de naissances, nombre et emplacement des bacs poubelles, cartes routières et plans de ville, résultats des élections, PIB, PNB et autres indicateurs économiques, etc.

9Même si la fracture numérique est encore d’actualité, les technologies de l’information et de la communication connaissent un grand essor en Afrique (Chéneau-Loquay, 2010), créant les conditions pour le développement de l’économie numérique (Chéneau-Loquay, 2011). Les statistiques, la comptabilité, l’analyse économique, la prospective et les commerces en ligne ou de réseaux sociaux sont rendus possibles. L’ouverture des archives par divers acteurs profite également de cette vitalité et apporte à son tour d’autres possibilités : intelligence économique, transparence dans la gestion des institutions, participation citoyenne et contrôle de la gestion des biens publics.

Acteurs multiples

10Plusieurs acteurs se mobilisent autour de l’Open Data en Afrique. Des États, le Kenya en tête, sont lancés depuis 2011 dans l’ouverture de leurs archives au public. Ceux qui n’ont pas de plateforme propre bénéficient d’un tiroir spécifique sur le portail des archives ouvertes de la Banque africaine de développement (BAD). À côté des données des États, on trouve donc une plateforme multidimensionnelle d’une institution financière. Mais l’ouverture des données mobilise d’autres acteurs : des institutions éducatives, sanitaires, les médias et la société civile.

La Banque africaine de développement

11La Banque africaine de développement (BAD) est sans doute le plus grand acteur des données ouvertes en Afrique. Toutes les recherches d’archives, dans n’importe quel domaine, concernant n’importe quel pays africain aboutissent à sa plateforme Open Data for Africa de données ouvertes nommée Autoroute Africaine de l’Information (AIH, en anglais)3. Elle a été construite et mise en ligne en décembre 2011. Elle comporte des archives publiques des 54 pays du continent et de 16 organisations régionales africaines. Le catalogue type de chaque pays est constitué des items suivants : Agriculture, Budget, Business, Commodities, Demographics, Education, Environment, Exchange Rates, Fertilizers, Foreign Trade, Gender, Health, Infrastructure, Labor, Living Conditions, Migration, Mortality, Poverty, Ratings, Urbanization4. Cette plateforme donne la possibilité aux pays africains et, éventuellement, aux partenaires internationaux au développement, dont le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Commission de l’Union africaine (CUA) et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) d’adresser tous leurs flux de données à la BAD.

Les États

12Non contents de bénéficier de la plateforme d’informations sur l’AIH de la BAD, certains pays ont entrepris la construction d’un portail ouvrant sur les archives de leur administration. Elles sont constituées des données recueillies au cours des actions gouvernementales, des indicateurs économiques, démographiques, des données sur les transports, l’art, les sports, les ressources énergétiques, etc. Leur initiative consiste à centraliser et organiser ces données afin de les mettre à disposition du public.

13C’est le Kenya qui a pris le premier une initiative de ce type. Il a rendu visible en ligne en juillet 2011 son portail d’archives publiques ouvertes5. Il propose plus de 430 jeux de données publiques. Elles sont classées selon les thèmes suivants : population, éducation, énergie, santé, pauvreté, et par provinces6. C’est le ministère de l’Information et de la Communication qui a réussi ce pari en faisant converger les compétences de programmeurs, de spécialistes du traitement de données, des experts juridiques, des employés du Bureau des Statistiques, et des particuliers de la Banque mondiale pour développer cette plateforme. Il s’agit de la mise en œuvre d’une disposition de la nouvelle Constitution votée en 2010 reconnaissant le droit de chaque citoyen à s’informer et le droit d’obtenir des institutions gouvernementales qu’elles communiquent tous les renseignements demandés à cet effet.

  • 7 http://opendata.gov.sl
  • 8 L’agriculture, la démographie, l’épidémie Ebola, l’éducation, l’énergie et les ressources en eau, l (...)

14La Sierra Leone a suivi le Kenya en ouvrant un portail7 comportant une quarantaine de jeux. Ils sont organisés autour de 16 thèmes8. Elle ne bénéficie pas pourtant, comme le Kenya, de la vitalité du secteur technologique. Ce sont les mécanismes de transparence et de responsabilité mis en place pour éviter la réapparition des conflits et pour enraciner la stabilité qui ont joué un rôle déterminant. Ces institutions et mécanismes couvrant la gouvernance locale, la transparence de l’industrie extractive de diamant, la gestion des finances publiques, et le rôle des acteurs non étatiques produisent et archivent des données et des informations liées à leur mise en œuvre et à leur pilotage afin de rendre compte aux partenaires et aux différents organismes de l’État impliqués.

15Le Burkina Faso reste aussi un acteur-clé de l’Open Data publique. Il constitue d’ailleurs le seul pays de l’Afrique francophone à s’être lancé dans la compilation, l’organisation de ses archives publiques et l’ouverture d’un portail9 y donnant accès. Il comporte 157 jeux de données, 30 organisations, 14 groupes et 12 thèmes10. C’est l’Agence nationale de promotion des technologies de l’information et des télécommunications (ANPTIC) qui a mené à bien ce projet en tirant parti de plus d’une décennie de travail de numérisation des archives publiques. Mais elle a bénéficié surtout des résultats de plusieurs milliards d’investissement dans les TIC consentis par le gouvernement burkinabè afin d’encourager leur meilleure appropriation. L’Agence nationale de promotion des TIC auprès des citoyens a promu l’intégration et l’utilisation du numérique dans tous les secteurs et au premier chef dans l’administration publique. Elle a d’ailleurs développé un certain nombre de projets novateurs comme le cloud privé de l’administration ou G-Cloud censé constituer un outil pour la formation continue et le renforcement des capacités des agents de l’État11. Un backbone national, un point d’atterrissage virtuel, un Datacenter, un Call Center et un Technopole sont les autres innovations majeures qui ont favorisé la numérisation des données. On peut évoquer la plateforme d’e-conseil des ministres, un outil de collaboration électronique entre les membres du gouvernement et leurs proches collaborateurs qui gère les processus administratifs liés aux réunions gouvernementales hebdomadaires, depuis la production et l’assemblage des dossiers dans les départements ministériels à leur archivage, en passant par leur traitement et leur adoption en conseil des ministres.

16Plusieurs autres pays africains sont investis dans l’Open Data, par exemple l’État d’Edo au Nigeria qui a lancé une version bêta de son propre portail ouvert d’archives gouvernementales alors même que l’État fédéral peine encore à en constituer un ; ou encore, mais dans une moindre mesure, le Ghana, le Rwanda, l’Ouganda, la Tanzanie.

Des universités

17Depuis que le Conseil national de la recherche des États-Unis d’Amérique promouvait, en 1995, « l’échange complet et ouvert des données scientifiques » et la nécessité de « décloisonner les échanges dans la recherche » (Branislav et al., 2015, p. 12), suivi en ce sens par les Déclarations de Budapest du 14 février 2002 et de Berlin du 22 octobre 2003 sur « le libre accès à la connaissance en sciences exactes, sciences de la vie et sciences humaines et sociales (Open Access) », les universités et les instituts de recherche sont secoués par le mouvement de l’accès libre. En Afrique, Le monde scientifique n’est pas en reste. Les universités, en l’occurrence celles de l’Afrique du Sud, se comptent parmi les acteurs de l’Open Data. Le Centre for Higher Education Transformation (CHET) sud-africain a mis en ligne avec la collaboration de Worldwide Web Foundation et l’appui financier du Centre canadien de recherches pour le développement international (CRDI) la plateforme chet.org12. Elle fournit l’accès à des données statistiques dans plusieurs domaines de l’enseignement supérieur dans le pays. La recherche donne lieu à un simple jeu de paramètres qui garantissent un tri essentiel, un contrôle adéquat évitant des résultats superflus13. L’enseignement supérieur et la recherche produisent une quantité innombrable d’archives liées à la gouvernance des universités et le développement de la recherche. Ces données comportent à la fois des informations et des pratiques.

La société civile

18La société civile et des organismes non gouvernementaux ne sont pas en reste. Ils participent également à la collecte et la mise à disposition des données, convaincues que l’État ne doit pas monopoliser l’information. Leur implication est d’autant plus légitime que des secteurs-clés comme la santé, l’éducation et l’environnement sont parfois entre leurs mains plus qu’entre celles de l’État (Boni, 2003). C’est en particulier le cas de la plateforme open-source RapidPro, lancée à l’échelle mondiale par l’Unicef en septembre 2014 mais qui compte sur des bonnes volontés locales pour fonctionner. Elle a ainsi été mise en œuvre en Sierra Leone par des associations locales, avec néanmoins un partenariat avec le ministère, pour collecter et nourrir les ressources sur Ebola. Cette plateforme utilise des applications de reporting personnalisées via le téléphone mobile et disponibles sur les réseaux téléphoniques installés dans tous les endroits les plus reculés du pays. Des suivis et des surveillances conduisent à la centralisation de données sur RapidPro. Multi-langues et multicanal (SMS, voix, Twitter), cette plateforme permet de rassembler des informations et des services vitaux disponibles à tout moment. On peut évoquer également Ushahidi (témoignages en swahili). Cette plateforme est majoritairement dédiée aux questions humanitaires. Ushahidi permet dans ce cas de collecter toute information qui pourrait être utile pour surveiller l’évolution des crises humanitaires, la recrudescence des violences conjugales ou le développement d’une épidémie. Mais il est également possible d’y collecter d’autres types d’informations concernant les transports, la santé, l’éducation, les fraudes électorales, les risques urbains… Elle avait été créée par Ory Okolloh, avocate, au lendemain des violences postélectorales qui ont endeuillé le Kenya en 2007-2008 pour rassembler et conserver les données que la population transmettait aux gestionnaires sur les élections et les violences et, de traiter, d’autre part, les témoignages envoyés par GSM ou SMS par les citoyens pour ensuite les géolocaliser sur une carte interactive. Freedom Fone14 participe de la même logique. Cette plateforme permet à tout citoyen disposant d’un téléphone portable de participer via SMS ou messages vocaux. On peut accéder à des informations de toutes natures et les exploiter dans différents domaines : informations médias, projets de développement, éducation, environnement, santé, sensibilisation, etc. Mentionnons enfin l’Africa Food Prices Data Collection qui recueille, grâce à des techniques de crowd sourcing, des données hebdomadaires sur les prix de divers produits agricoles15 et les met à disposition.

Fonctions et enjeux de l’Open Data en Afrique

19La pluralité des acteurs induit la diversité des objectifs. On peut cependant tenter de les regrouper en trois principaux : éclairer et guider des actions de développement, servir les citoyens, promouvoir la démocratie participative.

Inspirer l’innovation

20La collecte des données et leur mise à disposition par les États et la BAD visent avant tout à renforcer les capacités statistiques des pays africains, à faciliter l’harmonisation des données nationales et leur réutilisation par tous les acteurs œuvrant pour l’innovation en Afrique. Mais les gouvernements mettent également en avant l’aide à la décision. En ouvrant leurs archives, ils affichent par exemple leur volonté de faciliter le processus décisionnaire. Les parlementaires, les organisations de la société civile, les décideurs et les citoyens ont ainsi une vision précise de la situation dans chaque domaine et des progrès à réaliser. La BAD pense, quant à elle, que ces données constituent une ressource pour les entreprises, les investisseurs, les opérateurs privés, les partenaires du développement et la société civile. Elles pourront apporter plus d’intelligence et de pertinence dans la veille informationnelle, dans la construction des stratégies d’action, dans l’analyse des tendances du marché et dans la localisation des acteurs. Elles aident également les entreprises dans l’analyse des stratégies de proximité, l’identification des services et peuvent être source de valeur ajoutée de l’information accompagnant leurs pratiques et leurs usages. Elles leur fournissent en tout état de cause des outils importants pour la prise de décision et pour l’action. Car, de toute évidence, ces institutions espèrent que cette ouverture pourra susciter des actions et des acteurs en faveur du développement du continent africain. L’Open Data a, en effet, répandu l’idée selon laquelle les informations mises en ligne peuvent servir de catalyseurs d’une meilleure synergie des actions et des acteurs pour le développement socioéconomique et culturel du continent.

Rendre service aux citoyens

21Les auteurs du Livre blanc sur les données ouvertes publié en juin 2015 (Branislav et al.), présentent de façon détaillée l’apport potentiel des données ouvertes à l’avancement des sociétés et le développement du progrès technique, social et culturel. Mais les promoteurs de l’ouverture des données en Afrique en ont pour leur part une petite idée. Ils souhaitent voir se multiplier des initiatives visant à améliorer le quotidien des populations. Ils espèrent que l’innovation qu’elle est censée susciter touchera des secteurs variés comme l’alimentation, l’agriculture, la santé et l’éducation. Les promoteurs de chet.org laissent présager que les archives rendues publiques serviront de ressource pour susciter des réformes dans la gouvernance de l’enseignement supérieur et la recherche. On nous annonce de nombreuses applications censées favoriser par l’essor des applications de téléphonie mobile et de géolocalisation de services. Des développeurs devraient pouvoir lancer de nouveaux produits et des services innovants en utilisant ces données ; les entreprises créeraient des emplois et de la richesse nationale. Car il s’agit d’encourager l’utilisation des données disponibles pour la création de services à valeur ajoutée afin d’accélérer le développement économique et social. Au Burkina Faso les opérateurs de téléphonie mobile exploitent déjà les possibilités offertes par le backbone et le point d’atterrissement virtuel. Ils proposent par le biais des SMS des applications permettant de connaître les pharmacies de garde, ou via les smartphones la cartographie des écoles, des centres de santé, des pharmacies d’une commune ou d’une ville. D’autres projets sont attendus et sont appelés à se généraliser sur tout le continent. La mise en place d’importants services de données ouvertes dans tous les domaines devrait générer de nouvelles expertises et un important marché de nouveaux services pour les besoins des populations, des citoyens et des consommateurs.

Encourager la démocratie participative

22Mais même si ces objectifs tardaient à se concrétiser, le premier gain que les gouvernements africains pourraient retirer en mettant leurs archives à la disposition des citoyens est une avancée démocratique. C’est un prolongement du discours de l’administration Obama au moment du lancement de l’Open Government. Elle valorisait les principes de « transparence, participation et collaboration ». Dans ce cas-ci, l’accès au budget de l’État, aux lois dans tous les domaines ainsi qu’aux décisions présidant la gestion publique, ne peut que susciter l’ouverture démocratique et l’engagement de la société civile. En dehors de l’intérêt manifeste des organismes de développement, des décideurs et acteurs de toutes sortes, les gouvernements africains souhaitent surtout que leurs citoyens s’en emparent pour peser sur les décisions et la gestion publiques. Le gouvernement kenyan a, par exemple, saisi l’occasion de l’installation des comtés pour inciter à expérimenter une budgétisation participative où les citoyens jouent un rôle central dans les affectations budgétaires et le financement du secteur public. Testé dans cinq comtés, ce programme a très vite été étendu à douze autres en raison de son succès. Même si la réussite de cette expérience est en partie due à l’intérêt des fonctionnaires et des dirigeants locaux, on peut en conclure que l’ouverture des données a gagné le pari de la communication sur le plan de la démocratie participative et de l’intérêt des citoyens vis-à-vis de la chose publique.

23Outre la participation, la collaboration, la transparence et la démocratie que les institutions internationales appellent de leurs vœux, l’initiative d’ouverture des archives est basée sur les idéaux d’efficacité dans l’action gouvernementale. Car l’Open Data ouvre des possibilités de création d’applications d’e-gouvernement pour améliorer la gouvernance de l’État et de ses institutions et faciliter l’accès au service public. Elle donne ainsi les moyens de demander des comptes à l’État et aux gestionnaires publics. Tout porte à croire, cependant, qu’il ne suffit pas de mettre en ligne les archives pour que ces promesses soient tenues.

Nécessité d’une médiation

24Samuel Goëta et Clément Mabi (2014) se demandaient de façon paradoxale : « l’Open Data peut-il (encore) servir les citoyens ? ». Ils justifient cette interrogation par le fait que le discours militant doit probablement sortir d’une ornière qui l’associe mécaniquement à l’idée d’empowerment. Or, il existe des conditions pour que ces pratiques d’ouverture puissent aboutir à une augmentation de la puissance d’agir collective des citoyens, voire à des transformations sociales. Tous les rôles que l’Open Data est censé jouer en Afrique supposent, par exemple, que les publics ciblés soient au rendez-vous et que chacun en tire le bénéfice promis. Institutions internationales, financières, fournisseurs de services, opérateurs et promoteurs des nouvelles technologies sont présents et en tirent tout le parti qu’ils peuvent. La société civile et plus globalement les citoyens sont-ils là ? Connaissent-ils l’existence de ces portails ; si oui, y ont-ils accès ? Ont-ils les compétences nécessaires pour interpréter, réorganiser et exploiter ces données ? Si oui, qu’en font-ils ?

  • 16 Ce nouveau type de journalisme repose essentiellement sur le traitement de données. Il s’agit d’ide (...)

25Par ailleurs, l’Open Data, apparaît comme « une forme nouvelle, voire, ultime de transparence, parce qu’il apparaît qu’en publiant les données brutes, c’est-à-dire intactes de toute manipulation, il serait possible d’exercer de nouvelles formes de contrôle des organisations par les citoyens. » (Goëta, 2015 : 50). Or, cette idée n’est pas automatiquement associée à celle des agencements sociotechniques qui fondent précisément le régime de transparence. On oublie souvent que « l’Open Data ne semble réaliser ses promesses de renouvellement de la transparence que quand les données sont utilisées par d’autres dans des services, pages web et applications mobiles qui proposent et imposent un sens aux données » (idem, p. 50-51). Il est donc important de prendre en compte les médiations qui rendent possible l’accès aux données et leur réutilisation. Dans ce sens, si les populations ne connaissent pas l’existence de ces ressources ou ne peuvent pas y accéder du double point de vue technique et cognitif, alors un travail de communication et de médiation est nécessaire. Les professionnels de l’information ont-ils conscience que l’Open Data constitue une ressource importante en termes de source d’informations ? Les journalistes désireux de faire de l’investigation savent-ils qu’ils peuvent enfin contourner les tracasseries et les obstructions dont ils sont victimes lorsqu’ils mènent des enquêtes et limiter les insécurités liées au recours à des informateurs dans les services des institutions ou des États ? Le datajournalisme est en plein développement comme forme nouvelle de traitement de l’information16. Les données en ligne pourraient offrir aux datajournalistes une source importante d’inspiration et de la matière préformée. En ont-ils conscience, le savent-ils ?

26C’est pour pouvoir répondre à ces questions que nous avons réalisé deux pré-enquêtes, l’une auprès de la population et l’autre auprès des journalistes, qui peuvent nous servir de guide pour un travail futur plus conséquent.

Mettre les données à la portée des citoyens

27Pour savoir si les populations ayant accès quotidiennement à Internet connaissent l’existence des archives publiques ouvertes, si elles ont déjà eu la curiosité d’aller visiter les plateformes où elles sont mises à disposition, ou éprouvé le besoin de les utiliser, nous avons réalisé un sondage en ligne en ciblant les internautes du Burkina Faso et du Kenya. On a, ainsi, des informations sur la situation d’un pays francophone et celle d’un pays anglophone, représentant deux régions différentes du continent. Un questionnaire court, formulé autour des trois thèmes indiqués ci-dessus, réalisé avec Google forme en français et en anglais, a été mis en ligne le 1er juin 2016 pour une durée d’un mois et diffusé via plusieurs pages Facebook de médias nationaux. À la clôture de l’enquête, 21 personnes avaient rempli le questionnaire en français et 33 celui en anglais avec, dans tous les cas, une connexion unique. Au-delà des limites connues des sondages en ligne, le faible nombre de répondant donne à cette enquête une valeur très relative. Elle fournit néanmoins une première vision, à conforter, de la situation et des représentations des projets publics numériques ainsi que de leur impact auprès des populations. C’était l’objectif.

28Les résultats révèlent justement que six des 21 Burkinabè ayant répondu connaissaient l’existence du portail gouvernemental d’archives ouvertes. Les Kényans étaient un peu plus nombreux à en avoir eu vent mais la plupart en parlaient comme s’il s’agissait d’un fait passé, à cause du battage médiatique qui avait accompagné son inauguration en 2011. Il est vrai que, comme en témoigneront les journalistes, pratiquement aucune information sur ce sujet n’a été diffusée après 2013, soit après le départ de Bitange Ndemo, le promoteur de l’Open Data au Kenya au Ministère de l’Information et de la Communication. Les données ne semblent même plus actualisées depuis cette date, ce qui explique sans doute qu’un quart parmi ceux qui en avaient eu écho aient eu la curiosité d’aller regarder à quoi ressemblait la plateforme. Quatre parmi eux ont utilisé les archives ouvertes dans leur métier et dans leurs occupations personnelles au moment du lancement de la plateforme : deux travaillant dans des organisations non gouvernementales, un dans le commerce extérieur, un autre dans la santé et un dernier pour avoir des informations liées aux circonscriptions électorales. Deux Burkinabè seulement ont visité le portail avant l’enquête et l’ont même consulté dans l’exercice de leurs fonctions, l’un dans le domaine de l’hydraulique, l’autre dans celui de l’éducation. Tous ont en revanche souligné la difficulté éprouvée à accéder facilement aux informations et à les exploiter. Certains parce qu’ils ne sont pas habitués à l’infographie, ou que les données ne sont pas facilement compréhensibles ; d’autres pour des raisons liées au manque de qualité de certains documents (mal scannés, fichier Excel sur plusieurs pages…), d’autres encore par manque d’un débit suffisant pour télécharger les documents.

  • 17 « Kenyans not using State data portal », The Standard du 13 septembre 2013. Voir http://www.standar (...)
  • 18 Cf. The Standard du 13 septembre 2013.

29Concernant le Kenya, une étude visant à évaluer, deux ans après son lancement, l’utilité de l’Open Data gouvernemental et son adoption par les citoyens kenyans avait été réalisée en 2013 par l’organisme jésuite de recherche Hakimani17. Ses résultats ressemblent aux nôtres cinq ans après l’ouverture de la plateforme. Elle montre en effet que passé le grand enthousiasme qui a entouré son inauguration, peu de Kenyans (seulement 14 % des personnes interrogées18) travaillant dans l’administration publique et cadres du secteur privé auraient déclaré avoir utilisé ces ressources. La raison ? La plupart ignoraient l’existence du portail des données ouvertes du gouvernement et ceux qui le connaissaient ne savaient tout simplement pas comment l’utiliser.

  • 19 Greg Brown, “Why Kenya’s open data portal is failing - and why it can still succeed”, Sept. 23, 201 (...)

30Ces études posent donc, comme le suggérait déjà en 2013 un journaliste kényan19, la question de la nécessité de médiateurs, c’est-à-dire de gens, de dispositifs techniques ou d’organismes en mesure d’informer les populations de l’existence de ces portails, de traduire les données en information pour elles. Si l’Open Data est un atout national pour améliorer la transparence, libérer de la valeur économique et sociale, la participation démocratique des citoyens, la question de l’accessibilité à tous les citoyens reste à traiter. Celle de l’information sur leur existence et leurs usages aussi. Or, qui mieux que les professionnels de l’information (journalistes ou documentalistes notamment) et les chercheurs sont à même d’y répondre ?

Faire des données ouvertes des sources d’information journalistique et des objets scientifiques

31Le rôle de la médiation ne consiste pas uniquement à faciliter l’accès à l’information, mais aussi à faire un travail de recontextualisation qui transforme un fait ou une donnée en information.

Une conscience déjà présente

32Une étude réalisée par les chercheurs de l’OpenUCT de l’université du Cap, en Afrique du Sud, sur l’utilité de la plateforme d’Open Data de chet.org montre que les stratèges en planification et les chercheurs de l’enseignement supérieur locaux y ont fréquemment recours. Ces derniers exploitent en particulier ces données dans leurs projets de recherches et pour l’enseignement.

33Cet exemple de valorisation des archives universitaires coexiste avec plusieurs initiatives de la société civile kényane pour les rendre accessibles. C’est en particulier le cas du Bootcamp Data et du Code for Kenya. Le projet Bootcamp Data vise à créer les conditions d’une bonne exploitation des opportunités qu’offre la plateforme gouvernementale d’Open Data. Son objectif est de former les gens pour les rendre aptes à lire et interpréter les données dont l’intérêt est moins dans leur mise à disposition en soi que dans la capacité de les comprendre. Bootcamp forme en priorité les journalistes et des organisations de la société civile intéressés par l’utilisation des archives gouvernementales ouvertes. Initié et piloté au Kenya, ce dispositif de médiation a depuis été adopté dans plusieurs autres pays du continent, notamment au Malawi et au Ghana.

34Code for Kenya est un deuxième dispositif de médiation. Il a été conçu par des experts en informatique et en gestion de données issus du milieu des médias et des organisations de la société civile afin d’améliorer la compréhension et l’utilisation des archives ouvertes du gouvernement kenyan. Ces efforts de la société civile visent donc à donner plus de sens et de pertinence aux archives mises en ligne.

35Il difficile de dresser une liste exhaustive de ces initiatives qui se développent à travers toute l’Afrique. Se pose alors la question de la mise en place des dispositifs humains ou techniques de médiation par des professionnels de l’information, mais également l’investissement par les chercheurs des plateformes comme lieu d’observation des phénomènes qu’ils étudient en exploitant les données disponibles pour nourrir leurs analyses. Mais si les scientifiques de toutes disciplines peuvent valoriser ces données, leurs publications ne touchent que leurs pairs et restent confinées dans des ouvrages et revues spécialisées. Le plus grand défi reste donc le travail des journalistes qui pourraient s’en emparer, non seulement comme objet de communication, mais également comme source d’information. Pour savoir s’ils en ont conscience, nous avons réalisé la seconde petite enquête auprès d’eux, que nous présentons ci-après.

Faire du portail de données ouvertes un sujet médiatique

36La plupart des citoyens kényans et burkinabè qui connaissent l’existence du portail de l’Open Data de leur pays l’ont appris au moment de leur inauguration, grâce au battage médiatique occasionné. On peut donc formuler l’hypothèse selon laquelle les plateformes ne sont pas suffisamment connues et utilisées par les citoyens parce que les journalistes n’en parlent pas souvent et ne sensibilisent pas suffisamment les citoyens au potentiel qu’elles recèlent.

37C’est pour savoir si on peut établir une corrélation entre le désintérêt constaté auprès des citoyens et un éventuel défaut d’engagement des journalistes que nous avons mené une série d’entretiens volontairement ouverts avec des journalistes des deux pays déjà concernés par le sondage en ligne, le Burkina Faso et le Kenya. Ces entretiens ont été réalisés via Skype durant deux semaines, entre les 13 et 25 juin 2016. Étant donné que l’enquête demandait une certaine disponibilité, il a paru plus judicieux de partir de la liste des contacts que plusieurs missions de terrain nous avaient permis d’établir. Nous en avions sélectionné cinq par pays, mais n’avons pu finalement compter que sur la disponibilité de deux Kényans et de trois Burkinabè. Ils sont issus des médias publics et privés.

38Le fait est que les journalistes reconnaissent eux-mêmes qu’ils n’ont pas assez parlé de ce sujet auprès de leurs publics. La communication publique des états sur l’Open Data a donné lieu à un moment donné à un traitement médiatique fréquent. « Cela a occupé nos une pendant plusieurs semaines d’affilé entre 2011 et 2013 », reconnaît Isaac du Daily Nation. « Nous avons couvert l’inauguration de la plateforme comme il se doit et eu recours à toutes les langues du pays pour en parler dans la mesure où l’Open Data était censé peser sur la gouvernance des districts », affirme pour sa part Joseph de KBC, l’Office national de radio et télévision. « Il y avait de quoi en parler : c’était une première en Afrique et on était en avance sur la plupart des pays occidentaux. Et puis l’outil faisait rêver quant aux possibilités qu’il promettait », ajoute-t-il. « Quelques-uns parmi nous en avaient tiré des sujets pour nourrir les infographies au moment où le datajournalisme faisait son entrée dans nos rédactions », avoue son collègue du Nation. Mais plus personne n’en parle à présent. Non pas parce qu’ils ne croient plus à l’utilité de cette plateforme, mais parce qu’elle a perdu tout intérêt. Ils pointent tous deux le départ du promoteur du projet et le défaut d’actualisation des données. « Il n’y a pas la moindre nouveauté depuis 2013. Pour avoir des statistiques sur la mortalité à la naissance, il faut aller chaque jour à la maternité. Au bout d’un mois, on aura des données fiables et actuelles sur la question », affirme Isaac. Son collègue de KBC estime aussi que les plateformes indépendantes sont plus fiables que le portail gouvernemental, parce que les informaticiens des services de l’État ne montrent plus autant d’enthousiasme au travail que durant la présence de Bitange Ndemo au ministère de l’Information et de la Communication comme secrétaire permanent. Sur ces points, ils rejoignent leurs confrères burkinabè. « Les premiers jeux mis en ligne au moment du lancement n’ont jamais été complétés par d’autres. On a donc plusieurs dossiers vides », estime Roger de Radio Salankoloto, le seul journaliste qui, parmi les trois, affirme avoir essayé récemment d’en tirer des informations pour illustrer un sujet sur les inondations. « Il faut avouer que comme c’était un projet porté à bras-le-corps par le gouvernement Compaoré, l’engouement autour de cette action est retombé après son départ du ministère », explique Gérard du quotidien national Sidwaya. Edouard de L’Opinion reconnaît quant à lui avoir assisté à la présentation du portail lors de la conférence de presse inaugurale, mais qu’il n’est jamais allé regarder de plus près, parce qu’il éprouve une incompétence à lire et interpréter les données. À l’en croire, c’est le cas de bon nombre de ses collègues journalistes. « On ne sait pas quoi en faire. C’est tellement spécialisé », dit-il. Mais si ceux qui le désirent peuvent compter sur Bootcamp pour être initiés à la lecture et l’exploitation des archives publiques, il n’en est pas ainsi de leurs confrères d’Afrique de l’Ouest. « Aucune disposition n’a été prise pour faciliter l’accès des journalistes à ces archives. Nous ne sommes pas omniscients », reconnaît Roger. « Il faut que des spécialistes viennent nous former à l’utilisation des données et il est grand temps que nos écoles de formation l’intègrent dans leur programme. Lorsque les jeunes journalistes auront maîtrisé les codes d’usage de ces données, on pourra les utiliser comme il se doit », estime son collègue de L’Opinion.

39Notre question suivante portait justement sur ce qu’ils feraient de ces données et si elles pourraient changer ou faire évoluer les pratiques journalistiques. Ils ont tous évoqué la consultation des statistiques dans tous les domaines pour étayer leurs propos dans l’analyse de l’information. Seuls les Kényans ont montré de l’intérêt pour le datajournalisme et pour le journalisme d’investigation. De leur point de vue, l’Open Data est une mine d’affaires potentielles à dénicher afin d’aider les citoyens à demander des comptes et à obliger les gouvernants à assumer leurs responsabilités. Dans des pays où la corruption gouverne le système social, les affaires sont dans tous les domaines et non pas seulement au niveau du budget de l’État et des appels d’offres publique. Malheureusement, ils reconnaissent manquer de compétences et s’aventurer dans l’investigation en faisant appel à des tiers contribue à ébruiter l’affaire sans même avoir bouclé l’enquête ou à attirer sur soi des ennuis si d’aventure les personnes impliquées venaient à l’apprendre avant la fin de l’enquête.

  • 20 Journaliste d’investigation, fondateur et directeur de publication de l’hebdomadaire L’Indépendant (...)

40Lorsque la question de l’Open Data comme source du renouveau du journalisme d’investigation leur a été explicitement posée, les journalistes burkinabè en ont admis la possibilité et reconnu que si l’on pouvait travailler depuis son bureau sur une affaire, cela comporterait moins de risques que d’aller poser des questions dans des services ou chercher des informateurs. Ils estiment cependant qu’ils préfèrent le contact avec la réalité, quitte à recourir aux données pour illustrer ou confirmer les informations. Ils reconnaissent aussi que le traumatisme de l’affaire Norbert Zongo20 est toujours présent dans les mémoires, y compris chez les jeunes journalistes, et que faire de l’investigation sur des affaires publiques en lieu public (cybercafé) ou à partir d’un ordinateur qu’on peut facilement identifier n’est pas plus sécurisant que d’aller poser directement des questions.

Limites et leurres de l’Open data

41Les enjeux de l’Open Data sont divers et variés. L’enjeu est éducatif et culturel, parce que l’accès aux données constitue une source de savoir et l’acquisition de connaissances un moyen d’épanouissement. L’enjeu est politique et citoyen, parce que la transparence des données publiques permet à tout un chacun d’évaluer les politiques publiques et de participer activement au renforcement de la démocratie. L’enjeu est économique, la veille informative sur les données permettant de maintenir un niveau d’information à jour et pertinent et de faire de la prospective. L’enjeu est enfin technique, parce que dès la production, il faut songer à l’avenir de la donnée et sa pérennité en choisissant un format interopérable et en la qualifiant sémantiquement selon des standards permettant des utilisations ou des comparaisons diverses dans le temps et l’espace. Les premiers pas de l’Open Data en Afrique comportent cependant des limites. Malgré les efforts des différents acteurs pour la vulgarisation des données publiques ainsi que leur mise à la portée de tous, elles sont encore largement confinées. Trois facteurs peuvent expliquent cette situation.

Le facteur politique

42Dans la plupart des cas, on déplore l’absence de cadre juridique clair. De fait, la distinction entre les données publiques partageables et celles qui nécessitent la confidentialité reste souvent floue. Et dans le doute, la non-publication demeure la plupart du temps la règle. Entre la bonne foi et la volonté de camoufler certaines informations, il est difficile d’expliquer de façon rationnelle le manque important de certains types d’informations. C’est ce flou qui explique sans doute qu’il est reproché aux gouvernements leur opacité en termes d’informations. Les journalistes avec qui nous nous sommes entretenu soupçonnent que les gouvernants ne rendent publiques que les données qui ne posent pas de problème ou qui sont censées honorer leur gestion. C’est pour cette raison qu’ils croient que le vrai travail d’investigation reste en dehors de la plateforme des archives ouvertes. Par ailleurs, pour qu’on soit bien sûr d’être en présence d’Open Data, tout doit être librement et largement accessible en ligne pour tous. Ce facteur implique la « gratuité des données, et leur non-marchandisation ; cela ne signifie pas pour autant que ces mêmes données ne puissent être transformées par les acteurs du secteur privé qui en les manipulant, les rendront "payantes" pour d’autres fins. » (Fusaro, 2016 : 178). Ce critère n’est bien entendu rempli que dans une certaine mesure, la rétention volontaire et involontaire de l’information étant de mise.

43Partager les données nationales, rendre les statistiques démographiques, gouvernementales et le niveau des dépenses publiques accessibles aux chercheurs, aux décideurs, mais aussi au grand public est un processus irréversible parce que l’agenda est sans doute imposé par les organisations internationales. Dans la plupart des cas, l’Open Data est mis en œuvre comme une injonction et non comme une conviction. À défaut de pouvoir l’éviter, l’Open Data se mue parfois en une opération de communication visant à rassurer la communauté internationale au sujet de la qualité de la démocratie en Afrique à travers notamment la transparence dans la gestion de la chose publique, l’association des citoyens aux décisions les engageant. Ou alors elle se réduit à une campagne de marketing visant à attirer investisseurs et bailleurs de fonds. On s’attend plutôt, comme le dit Clare Birchall (2014), que l’Open Data soit « une attitude, un engagement à opérer de manière ouverte, sous l’examen des consommateurs, des parties prenantes et des autres parties concernées » (http://journals.sagepub.com/​doi/​abs/​).

Le facteur technologique

44Quoi qu’il en soit, malgré la bonne volonté affichée de certains États, on peut noter un déficit de compétences, de ressources et d’infrastructures. Comme le rappelle Magda Fusaro (2016), deux conditions techniques sont nécessaires pour que les données soient considérées comme étant ouvertes. Premièrement, elles « doivent être structurées et relativement intelligibles. En d’autres termes des lignes de code XML ou autre langage informatique ne permettrait pas de répondre à ce second critère » (p. 178-179). Or, dans un contexte où les services publics fonctionnent encore très largement avec des fichiers remplis à la main, les données disponibles sont en général le résultat d’un scanne plus ou moins net d’écritures hésitantes et parfois illisibles. Les données rendues publiques sont issues des banques de données numériques préexistantes ou elles sont produites selon un modèle prédéfini qui n’existe pas toujours. Que faire lorsque le mode de production de l’information s’est fait ou continue de se faire en marge des standards de l’Open Data ?

45Deuxièmement, « les données doivent être exploitables, utilisables et recyclables » (p. 179). L’enjeu, c’est la réutilisation des informations publiques (Chamoux et Boustany, 2013). Ce critère découle en quelque sorte du précédent, puisqu’à partir du moment où les données sont lisibles et compréhensibles, elles peuvent être réutilisées. Dans beaucoup de cas, en plus d’être illisibles, elles sont dans un état brut qui peut rassurer les chantres de la transparence, mais qui rend difficile leur organisation en information intelligible et opérationnelle. Le fait est que l’indexation qui est un facteur important dans ce processus parce qu’elle donne un sens aux données. On croit trop facilement qu’il suffit de mettre des informations à disposition. À ces critères s’ajoute la nécessité de leur actualisation sur les plateformes que diverses contraintes (financières, politiques, techniques) et l’incompétence des agents empêchent ou ralentissent.

46Par ailleurs, et le problème est bien plus fondamental encore, parce que condition sine qua non du développement des données ouvertes, la faible couverture du réseau internet peut constituer un lourd handicap. C’est notamment le cas dans les pays vastes ou les moins proches de la ceinture sous-marine de câbles de diffusion de la large bande passante.

Le facteur éducatif et communicationnel

47Mais le troisième facteur-frein de l’Open Data est le manque d’information autour de cet objet. Il est fort à craindre qu’il « n’incite que ceux qui ont les compétences techniques à utiliser les données » (Goëta, 2015 : 63). Il manque encore de l’information et de la formation (Fusaro, 2016). Les données ouvertes pourraient servir à renforcer les pouvoirs d’action des citoyens proclame-t-on. Or pour avoir de façon autonome la capacité et la puissance d’agir (Proulx, 2012), il est important qu’ils acquièrent « les compétences techniques nécessaires à une compréhension et à une réutilisation des données » (Goëta, 2015 : 64). Cela suppose qu’ils connaissent leur existence et leur utilité fonctionnelle. Les médias ont sans doute un rôle à jouer en ce sens. Les journalistes peuvent faire de l’information et même de la communication autour des plateformes. Il est évident qu’une donnée ne sert à rien si elle ne devient pas une information. Cela est vrai des portails de l’Open Data mais l’est également des données qu’ils contiennent. Les journalistes peuvent donc parler de leur existence et des opportunités qu’elles recèlent en termes de contrôle citoyen sur la gestion des biens publics, de reddition de comptes des dirigeants et de renforcement de la démocratie participative. Ils peuvent également en tirer des sujets pour nourrir l’actualité, y compris en interpelant les services de l’État sur l’actualisation ou en pointant les risques de dissimulation d’archives compromettantes. Ils seraient ainsi des médiateurs en tant que passeurs, interprètes et explicitateurs de données qui échappent à la plupart. Cette tâche est d’autant plus utile que la fracture numérique et l’illettrisme tiennent éloignés de ces plateformes des dizaines de millions d’Africains.

48Ce travail de médiation incombe aussi aux chercheurs, en premier lieu aux spécialistes de l’information-documentation qui peuvent contribuer à l’ergonomie de ces plateformes d’une manière qui en facilite l’accès. Le principe étant que, plus l’accès à l’information sera organisé en amont au travers de la structuration et du contrôle des différentes étapes de création du produit documentaire, plus l’accès à l’information sera aisé pour les usagers (Liquète et al. 2010). Elle intéresse aussi les autres disciplines, chacune y puisant de la matière pour l’analyse des sociétés contemporaines.

49En guise de conclusion, il ressort de cette pré-enquête l’enseignement selon lequel l’idéologie du discours sur l’Open Data fait parfois fi du contexte, en particulier des difficultés politiques, sociales, culturelles et économiques. Toute production de données publiques nécessite une priorité régalienne pour imposer une vision sur un mode de gestion qui a des zones d’opacité. Rien ne s’improvise. Il apparaît également que la disponibilité de ressources techniques et intellectuelles est une condition importante qu’on minore. La troisième conclusion est que l’appropriation sociale requiert de la médiation (Goëta, 2015). En ce sens, les expérimentations de formation de journalistes et de médiateurs pourraient faciliter l’accès de tous aux données ouvertes ainsi que leurs usages et appropriations. Par ailleurs, dans des pays souvent marqués par la dictature, la question de la sécurité des données et des individus reste posée. Cela montre qu’une vision « enchantée » de l’Open Data est forcément quelque peu en décalage avec la réalité de beaucoup de pays africains.

50C’est précisément pour saisir les contours de ce décalage qu’une enquête plus élargie est en préparation. Elle vise, dans un premier temps, au moyen d’une méthodologie croisée, à élargir le questionnement à tous les pays qui pratiquent l’ouverture des données. Il s’agit de voir si on aboutit aux mêmes conclusions et si, au contraire, surgissent des nuances régionales et culturelles à l’échelle du continent. Dans un deuxième temps, nous rechercherons et analyserons les différentes médiations qui accompagnent la production, l’ouverture des données publiques et leurs appropriations par les populations africaines.

Haut de page

Bibliographie

BALTZ, C. (1994), « Le concept d’information, essai de définition », in 3e Congrès des documentalistes de lycées et collèges (1993, Marseille). Information et pratiques d’information : quelle recherche ? Paris, FADBEN-CDI/Nathan, p. 26-32.

BEGUIN-VERBRUGGE, A. (2002), « Le traitement documentaire est-il une énonciation ? », in Actes du 13e congrès national des sciences de l’information et de la communication (7-9 octobre 2002, Marseille). Les recherches en information et en communication et leurs perspectives : histoire, objet, pouvoir, méthode, Rennes, SFSIC, p. 329-335.

BONI, T. (2003), « La citoyenneté à l’épreuve de l’économie et du politique », Modernités transversales, Abel Kouvouama (dir.), Paris-Brazzaville, Éditions Paari.

MESZAROS, B., SAMATH, S., GUERIN-HAMDI, S., FAURE, C. (2014), Livre blanc sur les données ouvertes, Lyon, ISH - Institut des Sciences de l’Homme, disponible en ligne : https///halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01162692

BROWN, G. (2013), “Why Kenya’s open data portal is failing - and why it can still succeed”, in https://sunlightfoundation.com/blog/2013/09/23/why-kenyas-open-data-portal-is-failing-and-why-it-can-still-succeed/, Sept. 23, 2013

CHENEAU-LOQUAY, A. (2010), « L’Afrique au seuil de la révolution des télécommunications, Les grandes tendances de la diffusion des TIC », in Afrique Contemporaine, n° 234 2010/2, p. 93-102.

CHENEAU-LOQUAY, A. (2011), « L’économie ‘informelle’ de la communication en Afrique est-elle une ‘économie souterraine’ ? », in Piratages audiovisuels, T. Mattelart (dir.), Bruxelles, De Boeck Supérieur, p. 139-162.

CHIGNARD, S. (2013), « Une brève histoire de l’Open Data », in ParisTech Review, disponible en ligne : http://www.paritechreview.com/2013/03/29/origines-open-data/

BIRCHALL, C. “Radical Transparency ? in Cultural Studies ↔ Critical Methodologies vol. 14 (n° 1), p. 77-88. Version pdf accessible en ligne à l’adresse : http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1532708613517442

FUSARO, M. (2016), « Données ouvertes : trop d’information et peu de formation ! Analyse d’une controverse en émergence », in Données ouvertes : citoyens, société et médias, Y. THEORET et M. ALEJANDRO Gerrero (dir.), Paris, Les Éditions de l’Immatériel, p. 171-193.

GOËTA, S. (2015), « L’open data : une forme ultime de transparence ? », in La communication transparente. L’impératif de la transparence dans le discours des organisations, A. CATELLANI, A. CRUCIFIX, C. HUMBERSIN et T. LIBAERT (dir.), Louvain la Neuve, Presses universitaires de Louvain, p. 49-66.

GOËTA, Samuel et MABI, Clément (2014), « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », in Mouvements 2014/3 (n° 79), p. 81 – 91.

KIYINDOU A. et DAMOME, E. (2016), « Open Data en Afrique : regard sur une pratique émergente », p. 229-249.

LAMIZET, B. (1995), Les lieux de la communication, Liège, Mardaga.

LIQUETE, Vincent, FABRE, Isabelle, GARDIES, Cécile (2010), « Faut-il reconsidérer la médiation documentaire ? », Les Enjeux de l’information et de la communication 2/2010, p. 43-57.

MEYRIAT, J. (1983), « De la science de l’information aux métiers de l’information », Schéma et Schématisation, n° 19, p. 65-74.

MUCCHIELLI, A. (1995), « Les mécanismes de la médiation dans les groupes et les organisations », in Introduction aux Sciences de l’Information et de la Communication, D. BENOIT (dir.), Paris, Éditions d’Organisation, p. 83-93.

PROULX, S. (2012), « La puissance d’agir des citoyens dans un monde fortement connecté », in Usages et pratiques dans les pays du Sud : des médias classiques aux TIC, conférence d’ouverture au colloque d’Agadir, 4-6 avril 2012, p. 11-17.

ROUZE, Vincent (2010), « Médiation/s : un avatar du régime de la communication ? », Les Enjeux de l’information et de la communication 2010/2, p. 71-87.

Haut de page

Notes

1 La nouvelle constitution kenyane de 2010 reconnaissait le droit de chaque citoyen à obtenir des institutions gouvernementales qu’elles communiquent tous les renseignements demandés. Mais c’est dans le Freedom of Information Act publié en 2013 et dont l’article 35 stipule que tout citoyen a le droit d’accéder à l’information produite par l’État que l’Open Data kenyan son fondement.

2 La notion de données publiques renvoie prioritairement ici à l’origine des informations. Par définition, il s’agit des archives du secteur public, c’est-à-dire provenant des sources de l’État, de ses organismes et des collectivités territoriales. Elle véhicule l’idée de l’accès aux données émanant des administrations publiques. Mais elle révèle également le sens d’informations qu’on peut porter à la connaissance de tous sans restriction.

3 http://opendataforafrica.org/, dernière consultation le 23 juillet 2016.

4 ibidem.

5 http://www.opendata.go.ke/, dernière consultation le 23 juillet 2016.

6 ibidem.

7 http://opendata.gov.sl

8 L’agriculture, la démographie, l’épidémie Ebola, l’éducation, l’énergie et les ressources en eau, la finance et le développement économique, la santé, l’environnement et la gestion foncière, les lois et règlements, les mines et les ressources naturelles, le secteur privé, la lutte contre la corruption, le tourisme et la culture, les transports et la communication, la jeunesse et l’emploi, les partenaires de la Sierra Leone. http://opendata.gov.sl, dernière consultation le 23 juillet 2016.

9 http://data.gov.bf.

10 Agriculture, éducation, diplomatie, infrastructure, eau et environnement, TIC, santé, collectivités territoriales, sécurité publique, tourisme et culture. http://data.gov.bf, dernière consultation le 23 juillet 2016.

11 Voir http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/donnees/actualites/burkina-faso-le-gouvernement-ouvre-les-donn-es-num-riques-au-public.html#sthash.YsYUWopr.dpuf. Consulté le 18 juillet 2016.

12 http://chet.org.za/data/sahe-open-data, consulté le 22 juillet 2016.

13 http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/donnees/article-de-fond/les-donn-es-publiques-un-atout-pour-la-recherche-en-afrique.html, consulté le 22 juillet 2016.

14 http://freedomfone.org/page/overview, consulté le 18 juillet 2016.

15 Notamment les céréales, la viande, le poisson, les légumes, les huiles, les fruits, les produits laitiers et d’autres produits alimentaires en Afrique.

16 Ce nouveau type de journalisme repose essentiellement sur le traitement de données. Il s’agit d’identifier celles intéressant le sujet que l’on veut traiter, en faire l’analyse, en extraire des informations nouvelles et en présenter les résultats éventuellement sous la forme d’une visualisation interactive.

17 « Kenyans not using State data portal », The Standard du 13 septembre 2013. Voir http://www.standardmedia.co.ke/?articleID=2000093448&story_title=survey-kenyans-not-using-state-data-portal&pageNo=1 consulté le 25 juillet 2016.

18 Cf. The Standard du 13 septembre 2013.

19 Greg Brown, “Why Kenya’s open data portal is failing - and why it can still succeed”, Sept. 23, 2013 https://sunlightfoundation.com/blog/2013/09/23/why-kenyas-open-data-portal-is-failing-and-why-it-can-still-succeed/. Consulté le 25 juillet 2016.

20 Journaliste d’investigation, fondateur et directeur de publication de l’hebdomadaire L’Indépendant qui fut assassiné le 13 décembre 1998 alors qu’il enquêtait sur la mort mystérieuse de David Ouédraogo, le chauffeur de François Compaoré, le frère de Blaise Compaoré alors président burkinabè.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Damome, « Opportunités et difficultés du développement des archives ouvertes pour la communication publique : la situation en Afrique subsaharienne », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3491 ; DOI : 10.4000/rfsic.3491

Haut de page

Auteur

Étienne Damome

Médiations, Information, Communication, Art (MICA), Associé à Les Afriques dans le Monde (LAM), Université Bordeaux Montaigne, France. Courriel : Etienne.damome@u-bordeaux-montaigne.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page