Navigation – Plan du site
Parutions

Philippe Coen, Internet contre l’Interhate : plaidoyer pour le respect. 50 propositions pour détoxer les réseaux sociaux

Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau, 2017
Delphine Dupré
Référence(s) :

Philippe Coen, Internet contre l’Interhate : plaidoyer pour le respect. 50 propositions pour détoxer les réseaux sociaux, 120 p., Éditions au Bord de l’eau, 2017

Texte intégral

1Internet contre l’Interhate vise à provoquer une prise de conscience et à proposer plusieurs actions à mettre en œuvre afin d’ancrer durablement le respect dans la sphère numérique.

2Son auteur, Philippe Coen, juriste et avocat de formation, a fondé l’ONG Respect Zone ainsi que le label du même nom. L’ouvrage adopte la structure originale d’une plaidoirie d’avocat. Dans une première partie, l’auteur dresse un état des lieux de la haine sur internet, ses manifestations, ses facteurs d’émergence ainsi que ses conséquences psychologiques et sociétales. Ce diagnostic réaliste et préoccupant démontre l’urgence d’un plan d’action pour endiguer ce phénomène.

3Précisons que le terme de cyber haine englobe, selon l’auteur, des phénomènes tels que la cyber criminalité, les insultes, les commentaires sexistes et racistes, les exactions des groupes complotistes ainsi que les « traces » d’atrocités commises (photos et vidéos d’individus torturés par Daesh, par exemple).

4Sans tomber dans du déterminisme technique, l’auteur dénonce le rôle de l’ergonomie des outils numériques dans la diffusion des propos haineux. Il donne l’exemple de l’anonymat dont l’effet désinhibant encourage les humiliations et les insultes. L’imaginaire utopique et valorisant associé à la technologie a favorisé l’absence d’anticipation des potentiels effets pervers des artefacts numériques. Partant du présupposé implicite d’une autorégulation du web, rien n’a été incorporé dans le design des réseaux sociaux pour prévenir la survenue de commentaires injurieux et dégradants.

5Par conséquent, la cyber haine se déploie sans réelles entraves sur le web (chiffres de la société de modération Netino à l’appui). Cet accroissement des propos haineux, misogynes et racistes va de pair avec leur banalisation. Cette tendance inquiétante est renforcée par la difficulté du droit à se saisir de ces problématiques et à appliquer des sanctions adaptées.

6Dans un deuxième temps, l’auteur énumère ses 50 propositions pour lutter contre la haine numérique. Tout d’abord, aux problèmes techniques, des solutions techniques : afin de restreindre l’effet de désinhibition, l’auteur préconise la création d’un message d’alerte (« réfléchissez avant d’envoyer ») avant l’envoi d’un mail ou d’un commentaire sur un forum. Il conseille également l’inclusion du logo Respect Zone dans la signature des salariés d’une entreprise. Le logo constitue un rappel à l’ordre : difficile de « se lâcher » lorsque le contenu du message tranche avec la mention du respect dans la signature.

7Le respect devrait être appréhendé comme un véritable projet organisationnel, et ne pas demeurer confiné à la sphère numérique. L’auteur suggère aux organisations de revendiquer leur engagement en affichant la charte Respect Zone dans les lieux publics. À l’instar des comptes à rendre concernant la RSE ou l’égalité H/F, les organisations pourraient se voir imposer l’élaboration d’un rapport sur leurs actions en matière de modération.

8La lutte contre la haine numérique réside, en grande partie, entre les mains des modérateurs. Cette profession mériterait de bénéficier d’une véritable reconnaissance, d’une formation solide ainsi que d’un code de déontologie spécifique. D’autre part, l’achat d’espaces publicitaires auprès de sites affichant leur engagement pour le respect devrait être encouragé.

9Cet ouvrage, fort bien documenté, tire la sonnette d’alarme sur un sujet organisationnel et sociétal. L’auteur ne se contente pas de poser un diagnostic, il présente plusieurs propositions concrètes et ambitieuses. Ce livre intéressera les universitaires ainsi que les professionnels de la communication et du numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Dupré, « Philippe Coen, Internet contre l’Interhate : plaidoyer pour le respect. 50 propositions pour détoxer les réseaux sociaux », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3518

Haut de page

Auteur

Delphine Dupré

Delphine Dupré est doctorante contractuelle en SIC, Laboratoire MICA EA 4426 à Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse, dirigée par Valérie Carayol et Aurélie Laborde, porte sur les incivilités par messagerie électronique dans les relations managériales. Ce travail doctoral s’inscrit dans le cadre du projet "civilinum" financé par la région Nouvelle-Aquitaine et porte sur les incivilités numériques au travail. Courriel : delphine.dupre@etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page