Navigation – Plan du site
Dossier

Pour une fondation anthropologique du rapport entre SIC et sémiotique

Guillaume Carbou

Résumés

Après avoir discuté les critères sur lesquels pouvaient être interrogés les rapports disciplinaires entre SIC et sémiotique, cet article propose de reconnaître les phénomènes de médiations, redéfinis dans une optique anthropologique, comme problématique fondamentale commune aux deux approches. En effet, en échappant à la simple définition par l'objet, les médias ou les signes, SIC et sémiotique se retrouvent autour d'un intérêt commun pour les questions de sens et de relation. Ce constat permet d'envisager un territoire épistémologique à la fois capable de fédérer les deux champs, d'offrir une porte de sortie aux approches sémiotiques à l'étroit dans le logocentrisme structuraliste de la linguistique et de consolider une partie des recherches en SIC.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous emploierons ce terme au sens large, bien au-delà de la seule obédience au structuralisme de l’ (...)

1L'histoire entre les Sciences de l'Information et de la Communication (SIC) et la sémiotique1 a déjà été faite dans de nombreux ouvrages ou numéros thématiques de revue (Boutaud & Veron, 2007, Semen n° 23, 2007, Communication & organisation n° 39, 2011), nous n'entendons donc pas ici la refaire. Cependant, puisqu'il doit être question de rapports disciplinaires, nous essaierons de comprendre certaines des raisons qui ont favorisé les caricatures et les rejets mutuels des deux approches avant de proposer une voie unifiante pour les dépasser. Nous nous attacherons ainsi dans un premier temps à reconsidérer le terme de discipline à l'aune de la réalité qu'il recouvre concrètement, c’est-à-dire moins celle d'un carcan immuable que celle de simples influences. Cette posture permettra d'éviter dès le départ les catégorisations abusives et les satires improductives. Nous nous appuierons alors sur ce constat pour critiquer la tendance néfaste des SIC à se laisser définir comme simple champ interdisciplinaire autour d'un objet et nous engagerons une réflexion sur la manière dont son alliance avec la sémiotique peut contribuer à consolider une assise épistémologique commune autour de la problématique des phénomènes de médiations. En effet, s'il est naturel que sémiotique et SIC œuvrent de concert, puisque « tout simplement […] une partie des sciences du langage étudie les phénomènes de communication » (Bonnafous & Charaudeau, 1996 :41), nous montrerons, en soulignant les affinités de plusieurs auteurs majeurs de ces champs, qu'elles gagneraient toutes deux à se retrouver, dans un recentrement anthropologique, autour des questionnements sur les médiations entre discours, objets, pratiques d'une part et culture d'une autre. Cette attitude permettrait par ailleurs à une certaine frange de la sémiotique, parfois à l'étroit au sein des Sciences du Langage, de trouver un site d’accueil naturel, et aux SIC de définir un territoire épistémologique privilégié à même de les affirmer non pas tant comme une « discipline carrefour » mais comme une véritable interdiscipline du sens.

Disciplines ?

  • 2 À moins de chercher à considérer les disciplines dans leur totale complexité, en tant que « labouré (...)

2Nous entendons ici traiter de questions disciplinaires. Précisément des rapports entre sémiotique et SIC. Mais qu'est-ce qu'une discipline au-delà de l'illusoire évidence que recouvre ce mot ? Cette question est loin d'être triviale puisque si l'on veut interroger les différences, les rapprochements, les ententes et mésententes qui unissent ou divisent tels ou tels champs, on ne peut faire l'économie d'une représentation concrète de ce qu'est une discipline. Au-delà d'une conception strictement institutionnelle en termes de sections attitrées au Conseil National des Universités (CNU) qui ne laisse pas de place à une discussion scientifique2, on a coutume de considérer qu'une discipline repose sur une communauté d'éléments épistémologiques : un métalangage, des méthodologies, des théories, des problématiques et des objets (Morin, 1990). Il s'agit donc de saisir de grandes cohérences dans les pratiques scientifiques générales. Mais la cohérence est forcément construite et réductrice : pour le chercheur individuel, dire travailler dans une discipline, c'est avant tout donner un cadre général à son approche et non pas forcément s'astreindre à respecter aveuglément quelque dogme institué. Ce peut parfois être le cas, mais les SIC, par exemple, sont bien placées pour savoir que là n'est pas la seule voie et que le scientifique peut interroger son objet sous divers angles, qu'ils soient méthodologiques ou théoriques.

3Observer ce que font concrètement les chercheurs des murs de paille disciplinaires en articulant, traduisant, et comparant différents points de vue apparaît ainsi être le meilleur moyen de dépasser la construction d'une discipline par la caricature des champs voisins. On comprend certes bien que la plupart des sciences aient eu besoin à un moment ou à un autre de leur histoire, pour fonder leur légitimité scientifique ou leur reconnaissance sociale, de construire leur singularité sur le rejet général d'autres théories. Mais si ce processus est inévitable et normal (les disciplines ont tout à fait matière épistémologique à se différencier et pour ce faire, il faut bien reconstruire à grands traits ce que l'on récuse chez l'autre), les séquelles qu'il laisse finissent par devenir un frein aux évolutions futures. Les auteurs qui abordent la question de l'histoire entre sémiotique et communication ne laissent de faire ce constat : Driss Ablali (2007) regrette par exemple que le rejet de la sémiotique par les SIC se fasse encore sur la base d'une théorie standard « universaliste, générative et immanentiste ». Alors que l'on sait bien que « les sémiotiques ont abandonné depuis quelques dizaines d’années une vision transmissive de la communication, pour développer une réflexion socio-sémiotique sur la co-construction des « objets de valeur » et sur les faires manipulatoires-persuasifs et interprétatifs, sur la dimension sensible et sur les pratiques, ou des approches clairement sémio-pragmatiques » (Catellani & Versel, 2011 :6). Et dans ce « malentendu » dont parle Jean-Jacques Boutaud (2004) entre SIC et sémiotique, le tort de la caricature est partagé et nombreux sont les sémioticiens, linguistes ou analystes du discours à déplorer parfois un peu vite « une communication comprimée [...] dans le carcan shannonien ou dans le prosaïque des mécaniques relationnelles » (Boutaud & Veron, 2007 :8), des cultural studies qui pousseraient à l'extrême l'autonomie du sujet face au sémiotique, et des méthodologies quantitatives ou des approches naïves des textes qui nieraient entièrement les travaux sur la complexité du discours.

4Afin de dépasser ces effets de construction, il convient de reconnaître la plus ou moins grande liberté du chercheur et la difficulté de fixer une approche dans un champ disciplinaire donné (Maingueneau, 2010). Cette attitude conduit en effet à adopter une conception plus lâche, mais également plus opératoire des disciplines. Comme précédemment, on continue à les voir comme des « lieux géométriques » (Charaudeau, 2010) épistémologiquement balisés, mais on souligne qu'elles ne sont rien plus que des abstractions, des artefacts construits pour la réflexion théorique ou didactique par exemple. Les disciplines peuvent alors être entendues comme des influences sur les modes de recherche des individus. Ainsi, au-delà des contraintes socio-politiques, institutionnelles voire économiques qui pèsent sur l'activité scientifique, et au-delà des inscriptions parfois très respectueuses dans une théorie donnée, il reste possible, et le cas n'est pas rare, de ne se considérer que sous l'influence globale d'approches ou de courants. Observant par exemple la relative inconsistance de la communauté de l'Analyse du Discours, Patrick Charaudeau considère que « ce qui, pour [lui], fait cette communauté, c’est d’abord une sorte d’état d’esprit dans la façon d’aborder les questions du langage » (Charaudeau, 2012 :178). Et cet « état d'esprit », cette manière spécifique d'aborder son objet de recherche qui peut en partie contribuer à définir des champs et des sous-champs disciplinaires.

  • 3 L'appel à communications pour les journées doctorales de la SFSIC 2013 (disponible à l'adresse http (...)

5Ainsi, la réflexion épistémologique sur les relations possibles entre disciplines doit dépasser les clivages superficiels et les catégorisations hâtives pour prendre acte du caractère instable et complexe des domaines scientifiques eux-mêmes : ceux-ci ne se laissent pas enfermer dans le rigide d'une étiquette mais se définissent plutôt par des courants et des objets divers, et par l'inscription toujours singulière d'individus en leur sein. C'est alors la mise au jour de grandes problématiques communes qui permet de donner une cohérence aux différentes sphères. Et nous allons maintenant voir qu'il existe bien une problématique fondamentale partagée, que l'on sent bruisser sous les travaux de nombreux auteurs, et qui serait à même d'unir recherches en SIC et en sémiotique. Ce rapprochement semble par ailleurs aujourd'hui nécessaire, aussi bien pour les chercheurs aux influences sémioticiennes qui éprouvent des difficultés à se retrouver dans la section CNU n° 7 (Ablali, 2007), que pour des SIC encore en quête de territoires épistémologiques solides et partagés3 qui contribueraient à renforcer leur légitimité institutionnelle.

Du rejet de la définition par l'objet à l'émergence d'une problématique commune

6L'histoire entre sémiotique et communication que retracent par exemple Jean-Jacques Boutaud et Eliseo Veron (2007) est donc claire : la sémiotique s'est d'abord intéressée au code à une époque où les premières recherches communicationnelles sur les contextes, les interactions et la pragmatique n'étaient pas encore assez organisées et s'est donc tournée vers l'envoûtant appel de la linguistique et de son structuralisme qui présentait un cadre tant institutionnel qu'épistémologique engageant. De leur côté, les SIC se construisaient dans la confrontation entre théoriciens de la domination médiatique et sociologues de l’usage avant que, comme « science mature », elle ne se mette à chercher un équilibre entre les deux (Jeanneret, 2007). Dans cette « scénographie » officielle, tout est en place pour que l'on aboutisse à la « surdétermination du théorique par le narratif » (Jeanneret, 2007) que nous avons évoquée plus haut : la sémiotique serait oublieuse de toute la dimension sociale des phénomènes de communication alors que les SIC, obnubilées par les jeux entre acteurs, se laisseraient emporter par des conceptions naïves sur la transparence du langage. Faire ce constat négatif est sans doute une étape nécessaire de l'évolution des rapports entre disciplines mais on ne peut s'en contenter sous peine de manquer ce pour quoi on le fait. Il nous faut donc maintenant voir quels points de rencontres peuvent, voire doivent, s'opérer entre SIC et sémiotique.

  • 4 « Objet » n'étant ici pas entendu au sens épistémologique de phénomène social reconstruit en objet (...)

7Commençons tout d'abord par démonter un mythe qui nous semble préjudiciable à l'émancipation des SIC : le lien entre les deux disciplines ne doit pas se faire sur ce que Claire Oger (2007) dénonce sous l'heureuse expression « corpus contre méthode ». En effet, certaines approches tendent à définir les SIC par leur objet4, c’est-à-dire globalement les médias. Relèverait donc de facto des SIC tout corpus traitant de télévision, d'internet ou de quelque autre technologie de l'information et de la communication. La sémiotique arriverait quant à elle avec son attirail descriptif permettant au mieux de traiter des possibles phénomènes de sémiose d'un texte, au pire de redoubler les intuitions de l'analyste en lui donnant un vernis de méthodologie. Outre que la plupart des théoriciens des disciplines du discours ou du texte rejettent en bloc l'image d'une sémiotique « boîte à outil » (Adam, 2011 :296), nous voudrions souligner le danger que peut représenter la « définition par l'objet » pour les SIC.

  • 5 Sur la distinction entre mono-, pluri-, trans-, et interdiscplinarité, voir Frédéric Darbellay (200 (...)

8L'inclination est forte, aidée par le morphématique « studies » anglosaxon, à vouloir définir les pratiques scientifiques par leur objet : gender, porn, post-colonial ou internet studies fleurissent ainsi de toutes parts. Mais ce sont bien là des champs interdisciplinaires, qui regroupent des points de vues différents sur un même objet et non pas des disciplines qui, elles, sous-tendent une assise épistémologique particulière. Confondre les deux, et donc définir les SIC comme des media studies par exemple, c'est prendre le risque d'une part de ne contenir en fait, derrière un œcuménisme de surface, que des études mono- ou pluri-disciplinaires5, et d'autre part d'évacuer de la réflexion la construction de ce fameux lieu géométrique indispensable à tout ancrage scientifique, par ailleurs lui seul garant d'une véritable interdisciplinarité « focalisée » (Charaudeau, 2010).

9Les SIC doivent donc avant tout se définir par une approche spécifique, c’est-à-dire par une (ou plusieurs) problématique(s), si elles veulent consolider leur reconnaissance institutionnelle ou plutôt scientifique. Une problématique « est un ensemble cohérent de propositions hypothétiques (ou de postulats) qui, à l'intérieur d'un champ d'étude, déterminent à la fois un objet, un point de vue d'analyse et un questionnement par opposition à d'autres questionnements possibles » (Charaudeau, 2009 :48). Le chercheur ne s'inscrit donc pas en SIC parce qu'il possède dans son corpus des textes médiatiques (il pourrait très bien les aborder sous un angle purement linguistique, psychosociologique, philosophique ou encore littéraire) mais bien parce qu'il possède un certain point de vue sur cet objet, parce qu'il le modèle en fonction d'un certain « horizon de pertinence » (Leleu-Merviel, 2010).

10Ainsi est-il à notre sens nécessaire pour les SIC de fuir à tous prix la définition par l'objet au risque de n'être jamais que le « hall de gare » que tant déplorent, pour défendre fermement une définition par la problématique. Et sur ce plan, le champ, lorsqu'il ne se présente pas comme simple sociologie ou économie des médias (approches tout à fait légitimes scientifiquement mais qui n'ont par contre aucune raison épistémologique de s'autonomiser), possède bien un ensemble de problématiques singulières.

11La première peut se voir dans le célèbre « point de vue communicationnel » (Davallon, 2004) qui traverse plus ou moins explicitement les travaux de la communauté SIC et qui consiste à étudier un objet de communication donné dans la complexité de sa chaîne de fabrication, en intégrant les méthodes de différentes disciplines pour tenir compte de l'intrication des multiples dimensions qui le composent. Cependant il est possible de se demander si le fait de s'attacher à reconstruire le caractère « composite » (Le Marec, 2002) des objets suffit à fonder un ancrage disciplinaire. C'est certes une possibilité, mais le risque n'est-il pas, comme nous l'évoquions plus haut d'en rester à la constitution d'un champ interdisciplinaire qui, s'il présente le mérite non négligeable d'acter la complexité constitutive des objets, pourrait manquer de singularité dans ce qu'il essaye d'en comprendre ? Car il semble que les SIC possèdent bien certaines singularités, pendant de l'intérêt du psychologue pour les phénomènes mentaux ou du sociologue pour les relations à autrui. L'une d'entre elle, qui émerge tout particulièrement de l'interaction avec la sémiotique, se trouve être la question du Sens.

12En effet, comme l'exprime parfaitement Yves Jeanneret à propos de la circulation sociale des objets sémiotiques, les phénomènes de médiation ne peuvent être compris qu'en tant qu'« activité de transformation et d'interprétation constantes des formes » (Jeanneret, 2008 :18). Les SIC n'interrogent pas leurs objets comme seulement déterminés par une mécanique ou par des variables externes, qu'elles soient sociologiques, économiques ou politiques, mais aussi à travers leur appropriation par des sujets : « ce n'est donc pas seulement une histoire des événements et des stratégies, mais une histoire de la façon dont adviennent le sens et le lien » (Jeanneret, 2008 :18).

13Avant d'aller plus loin dans l'articulation des points de vue SIC et sémiotique sur le sujet, nous devons nous demander à ce point du raisonnement si nous ne faisons pas que redécouvrir que les SIC étudient les médiations, terme revendiqué par de nombreux auteurs et faisant d'ailleurs partie depuis longtemps de la définition et des mots-clefs que proposent la page internet de la 71e section CNU. Répondons sans ambages : quand bien même ce serait le cas, cela nous paraît encore primordial. Nous avons déjà évoqué plus haut les appels de la Société Française des SIC (SFSIC) aux doctorants à travailler leur positionnement disciplinaire, invitation loin d'être superflue car il n'est pas rare d'entendre dans les couloirs des colloques le désarroi de ces mêmes doctorants face à l'imposition d'un cadre qu'ils peuvent avoir du mal à définir. Mais le malaise est tout autant perceptible pour ceux dont la position est pourtant bien instituée et l'on sait les problèmes que pose la présentation des chercheurs en SIC dans les médias : sont-ils sociologues ? Historiens ou spécialistes des médias ? Sans compter que ces appellations peuvent même constituer un moyen de dévaluer le travail en SIC alors taxé de sous-sociologie ou de sous-philosophie. Mais n'en jetons plus, l'affirmation des SIC comme « un espace où est discutée la nature même des savoirs relatifs au sens » (Jeanneret, 2007) reste aujourd'hui pleinement nécessaire.

14Par ailleurs, le concept même de médiation connaît au sein du champ une forme d'usure mécanique : ses nombreux emplois et ses diverses acceptions conduisent à sa relative indéfinition (Caune 2010). Laurence Kauffman et Olivier Voirol (2008) avouent en outre craindre que la « cacophonie conceptuelle » qui entoure le terme et son champ d'application en apparence infini lui fasse perdre toute valeur heuristique. Ainsi, s'il n'est évidemment pas lieu ici d'avoir tant l'immodestie que la déraison de vouloir fixer une définition générale du concept de médiation, nous souhaitons montrer que le dialogue entre SIC et sémiotique permet de circonscrire au moins une zone épistémologique, un territoire spécifique que les deux approches peuvent investir en commun.

15Les deux approches partagent en effet cet intérêt commun pour les questions de sens et de relation dans les activités de communication : d'une part les disciplines sémiotiques, nourries de linguistique et de philosophie du langage et dont les avatars « sociosémiotiques » ont depuis longtemps quitté le carcan de l'immanentisme ne peuvent éviter de s'affronter aux problématiques de l'intersubjectivité et d'autre part, les SIC, en étant passées par des chemins différents, s'ouvrent aux thèmes herméneutiques en reconnaissant les limites d'une négation totale de la matérialité signifiante. À partir de ce constat nous allons maintenant voir comment une convergence autour de la dimension anthropologique des phénomènes de médiation peut permettre ce rapprochement.

Vers un recentrement anthropologique autour des phénomènes de médiation

16Le concept de médiation qui doit pouvoir servir de point de ralliement entre SIC et sémiotique s'origine dans la pensée anthropo-philosophique des « formes symboliques » d'Ernst Cassirer (1975) et dans l'anthropologie de Clifford Geertz. Ces auteurs établissent que l'homme entretient avec autrui et avec son environnement un rapport de symbolisation, et actent de ce fait « l’existence et la légalité propre du monde sémiotique » (Rastier, 2001 :187).

17Présentons à grands traits les fondements de ces conceptions : partant du constat que les humains en société ne réagissent pas seulement à leur milieu sur le modèle stimulus-réponse, il faut poser la nécessité d'un phénomène de médiation entre le monde psychique interne singulier des individus et l'extérieur empirique. Ce lien se fait pour Geertz à travers le substrat culturel des sociétés humaines qu'il définit comme « un modèle de sens véhiculé par des symboles et transmis historiquement, un système de conceptions héritées qui s'expriment sous des formes symboliques, et au moyen desquelles les hommes communiquent, perpétuent et développent leur connaissance de la vie et leurs attitude devant elle » (Geertz, 2000 :89 [1973], nous traduisons). Plus généralement, la culture condense l'ensemble des créations humaines, des systèmes sociaux aux significations que nous attribuons au monde, et opère immanquablement, dans sa dimension symbolique, le rôle de filtre entre l'humain et ses expériences phénoménales. Il ne faut donc pas tenir seulement compte du rapport à un univers matériel mais également de celui à un univers symbolique : « loin d'avoir rapport aux choses mêmes, l'homme, d'une certaine manière, s'entretient constamment avec lui-même. Il s'est tellement entouré de formes linguistiques, d'images artistiques, de symboles mythiques, de rites religieux, qu'il ne peut rien voir ni connaître sans interposer cet élément médiateur artificiel » (Cassirer, 1975 :44). Ainsi les individus vivent-ils dans un monde de signes dont ils sont eux-mêmes les producteurs, dans des « toiles de signifiance qu'ils ont eux-mêmes tissées » (Geertz, 2000 :5 [1973], nous traduisons). La culture, sémiotique et médiatrice par excellence, possède donc, à l'instar de la plupart des phénomènes représentationnels, le double statut de production et de produit. Il est alors aisé de retrouver dans ces conceptions l'intérêt de la communication pour le lien et celui de la sémiotique pour le liant et d'y chercher les fondations d'une alliance naturelle que Geertz lui-même appelait de ses vœux en invitant à « détourner les pouvoirs analytiques de la théorie sémiotique [...] d'une investigation des signes dans l'abstrait pour s'attacher à leur investigation dans leur habitat naturel – le monde courant où les hommes regardent, nomment, écoutent et créent » (Geertz, 1986 :149).

18Le linguiste François Rastier fonde ainsi sur les travaux de ces auteurs son projet d'édifier une véritable « sémiotique des cultures » : « La sémiotique des cultures n’est pas à vrai dire une discipline, mais le projet même de redéfinir la spécificité des sciences humaines et sociales : les cultures embrassent la totalité des faits humains, jusqu’à la formation des sujets. Elles restent cependant difficiles à concevoir, faute précisément d’un point de vue sémiotique sur la culture. En d’autres termes, c’est la reconnaissance de la spécificité et de l’autonomie relative du monde sémiotique qui permet de délimiter le champ des sciences de la culture […]. » (Rastier, 2001 :214)

19Sans développer plus avant tous les tenants et aboutissants de ce modèle qui propose par exemple une description des entours humain basée sur deux types de médiations, l'une sémiotique (qui articule niveau phénoménal/physique et niveau des représentations mentales) et l'autre symbolique (qui relie l'individu à la société, à l'Autre et aux Mythes) (Rastier, 2001), on peut dès maintenant noter la forte affinité avec de nombreuses approches aujourd'hui ancrées en SIC.

20Parmi elles, les travaux de Patrick Charaudeau sont certainement l'exemple le plus proche. Son point de vue « sémiolinguistique » considère que « s'il y a communication et information dans les sociétés humaines, c'est bien par le fait langagier lui-même, non point comme instrument extérieur (comme on prendrait un marteau pour enfoncer un clou), mais comme ce qui fonde ces activités » (Charaudeau, 2007). Le langage (au sens large, c’est-à-dire au sens de tout procès signifiant) est ainsi pour lui la condition sine qua non pour faire société voire humanité : c'est par la communication, et principalement la communication langagière, que se créent les relations entre individus. Partant, il développe une analyse du discours centrée sur ce qu'il pose comme les trois principaux ordres de ce phénomène de création de sens et de lien social : « celui de la construction des normes sociales, celui des processus d'influence, celui de la construction du sens » (Charaudeau, 2007, il souligne).

21Yves Jeanneret de son côté dit très explicitement s'inscrire dans le champ des « sciences anthroposociales » (Jeanneret, 2008 :18) pour traiter de la « trivialité », ces phénomènes de communication, de médiations et de circulation de ce qu'il appelle les « êtres culturels, [c’est-à-dire des] complexe[s] qui associe[nt] des objets matériels, des textes, des représentations et qui abouti[ssent] à l'élaboration et au partage d'idées, d'informations, de savoirs, de jugements. Il s'agit de configurations dynamiques qui traduisent l'élaboration historique des ressources et enjeux de la culture pour une société » (Jeanneret, 2008 :16). La communication est ainsi vue comme « la nécessité dans laquelle les hommes se trouvent de créer des ressources et des situations qui les confrontent les uns aux autres en tant que producteurs de sens » (Jeanneret, 2008 :20). Bref, nul besoin d'aller plus loin dans la pensée de l'auteur, nous retrouvons bien encore une fois ici un appel pour une problématisation herméneutique des SIC.

22Frédéric Darbellay enfin ne dit pas le contraire, suite à une réflexion nourrie sur la trans- et l'interdisciplinarité en analyse du discours, en posant le diagnostic suivant : « Toute communication discursive implique un double processus de médiation et de médiatisation langagière, elle est le fruit d'une schématisation. L'attention portée à ce double processus préside à une relecture des rapports complexes entre les Sciences de l'Information et de la Communication, les Sciences du Langage, et l'Analyse des Discours, cette dernière se révélant enfin le moyen le plus sûr de (ré-)concilier les deux premières. » (Darbellay, 2005 :165)

23Ainsi, ces diverses démarches vont toutes dans le sens de l'affirmation de ce territoire épistémologique ouvert aux SIC et à la sémiotique : la vie sociale s'évalue, au moins en partie, à l'aune des diverses médiations sémiotiques et symboliques qui la constituent.

24Notons pour conclure qu'un tel plaidoyer en faveur de l'attention au sémiotique ne revient pas à verser dans les mêmes caricatures que nous mettions en lumière plus haut : d'une part le sémiotique dont nous traitons ici est intrinsèquement en lien avec le contexte social (mais comment pourrait-il en être autrement en dehors d'un structuralisme linguistique dépassé depuis 30 ans ?), et d'autre part il n'entend en aucun cas surdéterminer les pratiques et les stratégies d'acteurs qui jouent également leur rôle dans la construction du monde social. On connaît les pertinentes critiques d'auteurs dénonçant la tentation du « tout sémiotique » qui ferait abusivement dépendre les activités individuelles ou sociales d'un sens qu'il serait possible de fixer et de décrire avec des outils appropriés. Mais la dimension sémiotique dont il est question ici ne prétend pas à dire le sens, mais à reconnaître le substrat sémiotique et langagier de toute vie humaine, avec les valeurs et représentations qu'il charrie ou impose. C'est là avant tout une approche qui doit venir contrebalancer les modèles mécanistes, génétiques et déterministes du social, non pas pour nier leurs apports bien réels par ailleurs, mais pour s'élever contre leur possible hégémonie. Dans cette articulation peut résider la véritable spécificité d'une approche interdisciplinaire en SIC, en intégrant aux modèles explicatifs d'obédience socio-politiques le fait que, certes pris dans diverses contraintes, les individus voient et construisent du sens dans l'univers social. Autrement dit, nous pensons qu'un modèle authentiquement compréhensif ne peut se passer d'assumer pour postulat que l'action du sujet doit être en partie analysée comme ayant un sens pour lui et que les comportements « s'appuient sur des systèmes de raisons perçues par le sujet comme solides » (Boudon 1995 : 286). Cette posture ne va par ailleurs pas sans assumer pleinement une « dimension herméneutique » dont ne peuvent faire l'économie les Sciences de la Culture. Herméneutique n'étant pas ici à entendre au sens d'exégèse candide mais au sens d'herméneutique « sombre » (Maingueneau, 2012) qui consiste à chercher dans les textes et les dispositifs des traces de structures sous-jacentes, structures qui peuvent être tant des valeurs, des représentations ou des rapports de domination. Ainsi donc toute discipline ayant pour but « d'étudier le phénomène de la communication en tant que processus de mise en relation entre langage, sujet, sens et lien social [demande une] une théorie de l'interprétation, une sorte d'herméneutique, qui permette de faire émerger des corpus de textes que l'on analyse le sens qui témoigne des relations que les individus d'un groupe social se donnent, construisent, par rapport à la vérité, ou plus exactement par rapport à leurs imaginaires de vérité » (Charaudeau, 2007).

Conclusion

25Pour ne pas rester programmatique, cet article aurait gagné à présenter certains apports concrets de la fusion de la sémiotique et des SIC autour de la question du sens et des médiations. L'espace étant limité nous nous contenterons de les évoquer : le terrain esquissé apparaît tout spécialement fertile pour réinterroger, entre autres, la notion de Sujet (quelle autonomie ? Quelle maîtrise du sens ?) qui peut poser problème à la sémiotique, la question des « représentations de » chères à certains courants des SIC et qui nécessite encore une réflexion épistémologique unifiante, ou bien les diverses positions sur le langage dont la dimension devient fondatrice dans une optique de sémiotique des cultures. Certaines méthodologies d'analyse du discours, parfaitement adaptées à l'étude des mondes textuels constitutifs de la culture et des valeurs (courants d'approche praxématique (Détrie, Siblot & Verine, 2001), argumentative (Amossy, 2008), ou critique (Fairclough & Fairclough, 2012) gagneraient également à se diffuser largement dans la communauté des SIC.

26Gageons cependant que la présentation des apports mutuels possibles ainsi que le défrichage d'un territoire épistémologique commun aux recherches en SIC et en sémiotique, entre médiations et herméneutique, suffise à ouvrir des pistes permettant aux divers travaux de s'inscrire pleinement dans une réflexion sur l'être-au-monde humain, « [à] une époque où la question centrale des démocraties est de savoir comment il est possible de préserver le lien social à partir de la reconnaissance, à la fois de la singularité de l'individu et de la complexité multidimensionnelle de la socioculture [...] » (Boutaud & Veron, 2007 :21).

Haut de page

Bibliographie

Ablali Driss, « Sémiotique et Sic : je t’aime, moi non plus », Semen, 2007, n° 23 [en ligne] URL : http://semen.revues.org/4911

Adam Jean-Michel, La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Armand Colin, « Cursus », 2011, 234 p.

Amossy Ruth, « Argumentation et Analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », Argumentation et Analyse du Discours, 2008, n° 1, [en ligne] URL : http://aad.revues.org/200

Bonnafous Simone & Charaudeau Patrick, « Le discours des médias entre sciences du langage et sciences de la communication », Le Français dans le monde, 1996, n° spécial : Le discours, enjeux et perspectives, p. 39-45.

Boudon Raymond, Le juste et le vrai, Paris, Hachette, « Pluriel », 1995, 575 p.

Boutaud Jean-Jacques, « Sémiotique et communication. Un malentendu qui a bien tourné », Hermès, 2004, n° 38, p. 96-102.

Boutaud Jean-Jacques & Veron Eliseo, Sémiotique ouverte. Itinéraires sémiotiques en communication, Paris, Lavoisier, « Forme et sens », 2007, 194 p.

Cassirer Ernst, Essai sur l’homme, Paris, Éditions de Minuit, « Le sens commun », Norbert Massa (trad.), 1975, 336 p.

Catellani Andrea & Versel Martine, « Les applications de la sémiotique à la communication des organisations », Communication et organisation, 2011, n° 39, p. 5-14.

Caune Jean, « Les territoires et les cartes de la médiation ou la médiation mise à nu par ses commentateurs », Les Enjeux de l'information et de la communication, 2010, Dossier 2010, p. 1-11.

Charaudeau Patrick, « Analyse du discours et communication. L’un dans l’autre ou l’autre dans l’un ? », Semen, 2007, n° 23, [En ligne] URL : http://semen.revues.org/5081

Charaudeau Patrick, « Dis-moi quel est ton corpus, je te dirai quelle est ta problématique », Corpus, 2009, n° 8, p. 37-66.

Charaudeau Patrick, « Pour une interdisciplinarité “focalisée” dans les sciences humaines et sociales  », Questions de communication, 2010, n° 10, p. 195-222.

Charaudeau Patrick, « Pour une interdisciplinarité focalisée. Réponses aux réactions », Questions de communication, 2012, n° 21, p. 171-206.

Darbellay Frédéric, Interdisciplinarité et trans-disciplinarité en analyse des discours, Genève, Slatkine, 2005, 404 p.

Davallon Jean, « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès, 2004, n° 38, p. 30-37.

Détrie Catherine, Siblot Paul & Verine Bertrand, Termes et concepts pour l'analyse du discours, une approche praxématique, Paris, Champion, « Lexica », 2001, 416 p.

Fairclough Isabella & Fairclough Norman, Political Discourse Analysis. A Method for Advanced Students, London, Routledge, 2012, 266 p.

Geertz Clifford, Savoir local, savoir global, Paris, PUF, Denise Paulme (trad.), 1986, 293p.

Geertz Clifford, The interpretation of cultures, New York, Basic Books, 2000 [1973], 470 p.

Jeanneret Yves, « La prétention sémiotique dans la communication », Semen, 2007, n° 23, [en ligne] URL : http://semen.revues.org/8496

Jeanneret Yves, Penser la trivialité. Volume I : la vie trivial des êtres culturels, Paris, Lavoisier, « Communication, médiation et construits sociaux », 2008, 266 p.

Kaufmann Laurence & Voirol Olivier, « Présentation », Réseaux, 2008, n° 148-149, p. 11-23.

Leleu-Merviel Sylvie, « De l’infra-conceptuel à des données à horizon de pertinence focalisé », Questions de communication, 2010, n° 18, p. 171-184.

Le Marec Joëlle, « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites », Études de communication, 2002, n° 25, p. 15-40.

Maingueneau Dominique, « Analyse du discours et champ disciplinaire », Questions de communication, 2010, n° 18, p. 185-196.

Maingueneau Dominique, « Que cherchent les analystes du discours ? », Argumentation et Analyse du Discours, 2012, n° 9, [en ligne] URL : http://aad.revues.org/1354

Morin Edgar, « Sur l'interdisciplinarité », Actes du colloque du Comité National de la Recherche Scientifique : « interdisciplinarité », éditions du CNRS, 1990, 271 p.

Oger Claire, « Analyse de discours et sciences de l’information et de la communication ; au-delà des corpus et des méthodes », dans Simone Bonnafous & Malika Temmar (sous la dir. de), Analyse du discours et sciences humaines et sociales, Paris, Ophrys, 2007, p. 23-38.

Rastier François, « L’action et le sens », Journal des anthropologues, 2001, n° 85-86, p. 183-219.

Resweber Jean-Paul, « Les enjeux de l’interdisciplinarité », Questions de communication, 2011, n° 19, p. 171-200.

Haut de page

Notes

1 Nous emploierons ce terme au sens large, bien au-delà de la seule obédience au structuralisme de l’École de Paris, pour désigner l'ensemble des courants de filiation sémiolinguistique, dont l'Analyse du Discours.

2 À moins de chercher à considérer les disciplines dans leur totale complexité, en tant que « labourées par les pouvoirs scientifiques, économiques et politiques » (Resweber, 2011) ambition que ne présente absolument pas notre propos ici.

3 L'appel à communications pour les journées doctorales de la SFSIC 2013 (disponible à l'adresse http://sfsicdoct13.sciencesconf.org/, consulté le 15/04/13) est sur ce point révélateur : l'accent y est mis sur le fait que le doctorant doit « montrer en quoi son approche s'inscrit bien dans le champ scientifique des SIC », preuve que cet enjeu est particulièrement important aujourd'hui pour la discipline.

4 « Objet » n'étant ici pas entendu au sens épistémologique de phénomène social reconstruit en objet d'analyse par « un cadre conceptuel constitué d'un certain nombre de principes fondateurs, d'hypothèses générales, de concepts » (Charaudeau, 2007) mais au sens commun d'élément du monde empirique (fût-il abstrait) non encore problématisé.

5 Sur la distinction entre mono-, pluri-, trans-, et interdiscplinarité, voir Frédéric Darbellay (2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Carbou, « Pour une fondation anthropologique du rapport entre SIC et sémiotique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/446 ; DOI : 10.4000/rfsic.446

Haut de page

Auteur

Guillaume Carbou

Guillaume Carbou est doctorant en sciences de l’information et de la communication à l’université Toulouse II Le Mirail. Il est membre du Laboratoire d'Études et de Recherche Appliquées en Sciences Sociales (LERASS) et du Centre Pluridisciplinaire de Sémiotique Textuelle (CPST). Mail : guillaume.carbou@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page