Navigation – Plan du site
Dossier

Expérience incarnée, construction cognitive et jugement

Le rôle des « signes-traces » du corps dans la signification
Béatrice Galinon-Mélénec

Résumés

Le comportement est ici défini comme le signe-trace d’un « entre-deux » qui relève à la fois de l’externe (que l’on peut, à ce titre, observer) et de l’interne (sur lequel on ne peut que porter des hypothèses interprétatives). Néanmoins, le comportement donne lieu à commentaire et jugement. Cela suppose de la part de celui qui juge, d’une part, une orientation de l’attention vers seulement quelques signes-traces parmi tous ceux qui constituent les comportements de l’Autre, et, d’autre part, des hypothèses sous-jacentes sur le processus qui les a produits. Le paradigme des signes-traces permet de revisiter les rôles respectifs du visible/invisible, vu/ressenti, raison/émotion dans l’interpétation humaine. L’auteur aboutit à l’idée que l’échoisation des signes-traces de deux individus ne peut jamais être parfaite et, qu’en conséquence, l’Homme est condamné à l’incommunication (a-communication).

Haut de page

Texte intégral

Introduction – La recherche sur la signification peut être pluridisciplinaire

1La linguistique et la logique influencent notoirement la sémiotique française et il semble dorénavant impossible de parler du « signe » sans leur faire référence. Cependant, malgré la difficulté liée aux prénotions linguistiques dorénavant véhiculées par le terme, il nous semble possible d’aborder la question de la signification avec d’autres approches disciplinaires. C’est ce pari que nous tentons en proposant une sémiotique de la communication basée sur une conception anthropologique de l’Homme que nous désignons par Homme-trace.

  • 1 Cf. Bibliographie.

2L’objet de cet article sera très partiel au regard de cet ensemble. Il vise simplement à proposer quelques repères permettant au lecteur de positionner le paradigme des signes-traces - que nous avons largement présenté par ailleurs1 - sur la carte des recherches en sciences de la communication.

  • 2 Jacques Fontanille, Sémiotique et littérature. Essais de méthode, Paris, PUF, 1999, p. 228 cité par (...)
  • 3 Joseph C, Algirdas Julien Greimas, Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Pari (...)

3De nombreuses approches mettent, comme nous le ferons par la suite, en évidence le rôle de la corporéité dans l’expérience sensible et dans la sémiosis en actes. C’est le cas également de la sémiotique contemporaine : « (…) si le corps propre est reconnu comme le véritable opérateur de la fonction sémiotique, alors l’émotion esthétique, cette reconnaissance de la valeur inscrite dans les formes sensibles, est un des événements prévisibles à partir de la sémiosis en acte » (Fontanille)2. De fait, il s’agit d’un point de vue déjà ancien puisque Greimas évoquait le rôle de la perception intérieure et de perception du corps propre à travers la notion de présence : « Dans la perspective sémiotique, on considérera la présence (l’« être-là ») comme une détermination attribuée à une grandeur qui la transforme en objet de savoir du sujet cognitif. Une telle acceptation, essentiellement opératoire, établie dans le cadre théorique de la relation transitive entre le sujet connaissant et l’objet connaissable, est très large : sont présents, en ce cas, tous les objets de savoir possibles, et la présence s’identifie, en partie, avec la notion d’existence sémiotique » (Greimas)3. Cependant malgré cette prise en compte du corps, il convient de remarquer que dans ce type de sémiotique sa place est seconde et que la première place est donnée au sujet cognitif et parlant.

4Pour notre part, nous portons notre attention sur la façon dont le corps tout entier (y compris le cerveau) est affecté par ses interactions avec l’environnement, humain ou non humain, le sensible devenant un préalable au cognitif, puis à une éventuelle énonciation. Autrement dit, notre analyse de la production discursive du sujet affecté ne vient qu’après l’analyse du non verbal.

  • 4 Uri EIsenzweig, « Métalangage : les paradoxes de la référence », Littérature, N° 27, 1977. Métalang (...)

5Pour nous, proposer la terminologie « signes-traces » vaut comme un métalangage, entendu comme « un système sémiotique, clos et articulé »4, visant à signifier que nous nous plaçons dans une interface entre l’usage « naturel » des termes signes et traces et la doxa associée à la sémiotique classique.

  • 5 Béatrice Galinon-Mélénec, « L’homme et ses communications : du recrutement à la communication organ (...)

6Nous avons initié la notion de « signe-trace » dans un contexte très particulier : la communication interne des organisations. Il s’agissait d’expliciter aux acteurs en situation de communication interpersonnelle comment fonctionnaient des processus multi échelles en interactions sachant que, pour nous, la communication interne fonde la communication organisante5.

7À l’occasion des recherches sur la trace auxquelles nous participons depuis le début du XXIe siècle, nous en sommes venue à présenter en différents lieux l’épistémologie de cette notion. Nos analyses reposent sur plusieurs préalables :

  1. le réel est un continuum que le regard humain discrétise et qu’il encapsule dans des mots. Du fait que le langage procède d’une logique de discontinuité, sa capacité à décrire une réalité complexe, continue et entrelacée est fortement limitée,

  2. la complexité des ordres de grandeurs enlacées et interagissant construit une réalité que, dans l’état actuel des connaissances, le cerveau humain ne peut saisir dans sa totalité,

  3. la relation à l’invisible s’effectue via un raisonnement abductif,

  4. le rôle de la corporéité est central dans la relation de l’Homme à son milieu et dans toute relation intersubjective,

  5. toute relation s’inscrit dans des interactions systémiques multi-échelles, humain et non humain,

  6. l’intuition est supérieure au langage en ce qu’elle est de l’ordre du flux. Elle constitue un signe-trace qui extériorise l’intériorité sans passer ni par le langage ni par la raison (qui en discrétisant le réel, en simplifie la complexité des interrelations).

  • 6 Source : « social epistemology acknowledges what everyone except a radical skeptic will admit, name (...)
  • 7 Nous avons évolué quant à ces définitions. Cf. Bibliographie.

8Le paradigme des signes-traces repose sur l’association de deux mots polysémiques ancrés différemment selon les disciplines. « La social epistemology met en évidence que la quête de la vérité » fut-elle le fait de la doxa ne peut échapper aux influences institutionnelles « qui affectent massivement leurs capacités à entendre (ou ne pas entendre) les autres »6. Dans le contexte de ce dossier où les coordonnateurs appellent de leurs vœux une sémiotique ouverte sur les SIC, nous tentons une présentation des notions de signe et de trace telles qu’elles apparaissent aujourd’hui dans le contexte du paradigme des signes-traces7.

Le signe comme construit

9Le point de départ de nos analyses repose sur la notion de continuum entre monde humain et non humain et sur sa dimension multi-échelles, laquelle induit qu’une grande partie est invisible pour les yeux. Il s’en suit un postulat selon lequel il existerait une réalité objective qui dépasse la réalité sensible de l’espèce humaine actuelle. C’est sur cette hypothèse que de nombreux scientifiques cherchent à aller toujours plus loin pour découvrir ce qui existe au-delà du visible. Pour nous, tout est construit au sens où nous discrétisons le continuum et introduisons des conventions qui permettent de mettre des mots sur ce qui a fait l’objet de notre découpage.

Constructivisme et raisonnement par abduction8

  • 8 Comme Charles Sanders Pierce et Bruno Latour, nous posons l’abduction comme un processus de réflexi (...)
  • 9 Pour visualiser ces informations, il est possible de consulter à ce sujet divers sites dont le site (...)

10En s’appuyant sur des outils technologiques9 de plus en plus performants, l’Homme cherche à progresser petit à petit pour connaître la valeur de ce qui fut longtemps et est encore aujourd’hui un postulat : il existe un réel que nos sens, et par conséquent notre cognition, ne peuvent atteindre.

  • 10 Ces résultats, publiés dans la revue Physical Review Letters, proviennent d'une expérience menée pe (...)

11Prenons un exemple : il existerait une matière noire – dont l’existence est imaginée dans le cerveau de scientifiques – qui formerait près d'un quart de l'Univers. En avril 2013, la NASA a fourni des vues de l’AMS, le détecteur de particule qui traque cette matière noire, encore inconnue et invisible. Les chercheurs interprètent l’image fournie comme la preuve de l'existence d'un excès d'antimatière, d'origine elle aussi inconnue, dans le flux des rayons cosmiques. Ils imaginent qu’elle pourrait avoir résulté de l'annihilation de matière noire10 et publient cette hypothèse dans la revue Physical Review Letters. Ce qui nous intéresse dans cet exemple est :

  1. d’une part, qu’une publication de résultats scientifiques très spécialisés ait fait immédiatement l’objet d’une information dans des médias généralistes tels que Le Nouvel Observateur, Le Figaro, Le Point et, pour être moins franco-français, sur beaucoup de sites web du monde. Cette diffusion immédiate à un large public de non scientifique témoigne que la compréhension de l’univers qui constitue le contexte dans lequel chaque Homme naît, grandit, se reproduit de génération en génération et évolue, intéresse chaque individu. La compréhension qu’il peut avoir du fonctionnement du monde modifie la façon dont il conçoit sa propre vie en ce qu’elle se situe toujours dans un contexte qui dépasse largement son espace sensible.

  2. d’autre part qu’il démontre que les savants concernés posent l’hypothèse que existence de la matière et visibilité de la matière ne sont pas deux notions qui se superposent ;

  3. ensuite, que c’est au nom de cette hypothèse qu’ils cherchent à aller au-delà du visible dans l’ici et maintenant, ce qui suppose, en creux, qu’il existe une Réalité objective qui n’est toujours pas complètement accessible à l’humain contemporain.

  4. enfin, que l’hypothèse de l’existence de la matière noire relève d’une procédure de raisonnement dite d’abduction.

12Le raisonnement par abduction est un raisonnement commun à l’espèce humaine. Il conduit à des hypothèses qui, d’une part, nourrissent notre jugement sur ce que nous percevons et, d’autre part, nous amène à conduire une enquête pour accéder à ce qui devrait exister si notre raisonnement était vrai. L’abduction est en ce sens à l’origine de notre souhait de repousser les limites de l’observation et de déplacer la ligne de démarcation entre le visible et l’invisible. Ainsi des explorations de plus en plus poussées de l’univers tendent à déplacer en permanence la représentation que l’Homme s’en fait. Ce qui conduit à penser que l’Homme ne distingue qu’une partie de la réalité : nous introduisons de la discontinuité dans le continuum du monde et ce faisant, le découpons, à partir de ce que nous percevons.

Conséquences sur l’usage de la terminologie « signe-trace »

  • 11 « Signe » in Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, 2006, p 3505.

13S’appuyant sur l’idée que tout ce qui existe n’est pas visible, nous posons l’hypothèse que seul le réel visible est susceptible de répondre à la notion de signe. Selon le Dictionnaire historique de la langue française, le terme « signe » français provient du latin signum dont l’une des racines est secare qui signifie « couper », signum étant à l’origine une marque faite par incision11. C’est cette racine du terme signe qui nous conduit à lui substituer, dès l’origine, le signe-trace pour signifier en quoi le signe porte la trace de cette incision. En effet, si une partie du réel est encore inconnue à l’humain, il faut admettre que ce qui lui est connu est limité et que ces limites, elles-mêmes, discrétisent le réel. Les limites de la raison produisent des discrétisations supplémentaires. Utiles à un cerveau dont la rationalité est limitée, ces discrétisations qui s’accompagnent au cours de l’histoire de l’émergence de l’écriture et des mathématiques permettent de construire la connaissance humaine et les sciences. Cependant, du fait de ces limites successives, le résultat sur la connaissance du réel est nécessairement limité. Ces limites sont aussi celles du conscient. Ce qui signifie que des parties de ce qui se joue dans le réel ne sont pas perçues par l’humain… ce qui n’enlève rien au fait qu’elles influencent ses relations à son insu.

Visible et non vu

Le rôle du passé

  • 12 Cf. Béatrice Galinon-Mélénec, « Signe/signe-signal/ signe-trace » dans Mille A. (dir.), « Traces, t (...)

14Présupposons l’existence d’une ‘chose’. Nous faisons l’hypothèse que le fait que cette ‘chose’ soit vue (ou non vue) dépend du passé des individus ou autrement dit que le fait de voir ou ne pas voir cette ‘chose’ est un signe-trace du passé de cet individu : quand une personne distingue des signes dans le continuum du réel, cela résulte d’un processus cognitif qui est construit par son histoire de vie (qui est un magma complexe d’informations intériorisées à l’occasion de ses interactions avec son environnement humain et non humain). En ce sens, le fait que le signe devienne un signe-signal pour cette personne se confond avec le fait que c’est un signe-trace de son histoire de vie12.

  • 13 Les travaux sur l’imagerie neuronale montrent que le cerveau s’active alors que l’attention n’est p (...)

15Si nous admettons de revenir au terme signe (plutôt qu’à celui de signe-trace), tout en rappelant les présupposés indiqués ci-dessus, on peut convenir de distinguer l’existence du signe avec sa capacité à attirer l’attention de l’autre. Dans ce dernier cas, le signe prend la terminologie de « signe-signal ». Le fait que le signe devienne signe-signal est indépendant de son existence : le signe peut devenir signe-signal pour un individu et rester ignoré par un autre. Mais, si l’ouverture à la réception d’un signe transforme celui-ci en signe-signal, qu’est-ce qui produit l’ouverture à la réception ? De notre point de vue, l’ouverture ou la fermeture à la réception relève du même processus que celui décrit par Pierre Bourdieu à propos de l’habitus. Cette influence des dispositions psychiques telles que définies par l’habitus signifie, à notre sens, que le signe-signal est une information qui peut agir sans passer par le conscient13.

Les comportements

16Pour nous, les signes-traces comportementaux rappellent le fonctionnement non conscient d’un habitus se révélant à travers les « pratiques » (au sens de Pierre Bourdieu). Or, comme démontré depuis longtemps – et fortement vulgarisé par le courant de pensée issu de Grégory Bateson et Paul Watzlawick – les comportements jouent une fonction essentielle dans l’instauration de la relation interpersonnelle et donc dans la communication. À notre sens, les comportements constituent une catégorie spécifique de signes-traces. Leurs interactions entre individus nous servent pour expliciter les processus qui se jouent dans toute relation.

17Il convient de distinguer « ce que nous savons de ce que nous voyons » avec « ce que nous percevons ». Une sémiotique incarnée permet d’inscrire l’interprétation des comportements dans des logiques autres que celle du décodage. Elle offre l’opportunité de clarifier les processus d’interprétation et de comprendre ce qui se joue entre les deux personnes en présence quant aux signes-traces du corps que l’un et l’autre émettent souvent à leur insu.

  • 14 Trois ans (1994-1997) de recherches collectives menées dans le cadre du groupe de recherche en comm (...)
  • 15 Ces points sont développés dans Béatrice Galinon-Mélénec, Induction, communication et recrutement : (...)

18À partir de recherches menées sur les processus d’induction14, nous en sommes venue à l’idée de « la reconnaissance du même ». Notion qui, si elle pouvait expliquer les processus de reproduction sociale exposés par P. Bourdieu, s’applique également, de notre point de vue, à la reconnaissance de signes infinitésimaux inscrits dans les comportements15. Analyser ex-post une relation communicationnelle met en évidence les signes qui peuvent s’être fait écho. Cette échoïsation provient d’une interaction des signes-traces qui ne peut être anticipée finement ex-ante. De notre point de vue, si l’instrumentalisation grossière du processus à des fins manipulatoires semble fonctionner, notamment en matière de vente ou de stratégies politiques, c’est parce que la temporalité de la relation autorise l’illusio.

19Pour simplifier notre présentation, nous dirons que, étant entendu que, pour nous, il conviendrait de substituer le terme signe par celui de signe-trace, l’activation du versant indice vient après l’activation du versant signal qui vient après l’interaction des signes-traces du corps (les comportements) entre les personnes en co-présence. Et c’est de cette interaction que naît l’attention (consciente ou non). Autrement dit, les comportements (signes-traces) de l’autre deviennent des signaux pour moi (par rapport à l’attention que je leur porte), et des indices (en ce qu’ils sont supposées être la conséquence de son histoire de vie et me permettre de tirer des conclusions à son sujet) ; ces deux faces (signal et indice) sont activées à partir d’un processus d’interaction de signes-traces entre ses comportements et les miens.

Signification du terme « trace » dans ce contexte

Trace, marque, empreinte : une différence de degré ?

  • 16 Etant retenu que l’historique de l’usage des termes “trace” et “empreinte” montre une signification (...)
  • 17 Sens n° 3 de Traces : biol., chim., phys., sc. de la terre. Très faible taux d'une substance que l' (...)
  • 18 La présence de trace fait l’objet de controverse et l’effet placebo est alors évoqué. Nous répondro (...)

20Il convient de préciser la façon dont nous avons positionné les termes traces, marques, empreintes, souvent associés au terme trace. Nous sommes partie du terme “empreinte” qui découle du verbe empreindre issu (1213) du latin impremere “appuyer sur” et qui signifie initialement (1250) “marquer par pression sur une surface”16. Puis nous avons fait remarquer que le terme “trace” a des emplois plus variés qui permettent d’intégrer l’infinitésimal, voire l’invisible, notamment en chimie17. Nous avons pris pour exemple : l’homéopathie. Cette médecine non conventionnelle repose sur des dilutions successives rendant les molécules initiales indétectables18 par la science moderne sans pour autant arrêter leurs effets qui perdurent à travers des processus complexes.

« De mes feux mal éteints je reconnus la trace »
(Racine, Andromaque, I, 1)19

  • 20 La trace englobe l’empreinte qui est une trace connotée d’un marquage plus appuyé.

21Nous postulons qu’il existe des traces qui, même si elles restent actuellement invisibles, non lisibles, ininterprétables, ne sont pas pour autant inexistantes. Elles témoignent simplement des limites de l’Homme à les voir, les lire, les interpréter. Nous en sommes alors venue à considérer que le terme trace possède un plus grand degré de généralité et de nuances20 que les termes marques et empreintes, lesquels deviennent une sous-catégorie de la classe « trace », laquelle renvoie aux processus passés qui construisent le réel. Ainsi, l’absence de marque ou d’empreinte (entendre : absence d’inscription) peut aussi renvoyer à un processus d’effacement qui bien que n’ayant aucune physicalité fait trace. Autrement dit, l’absence de marque ou d’empreinte constitue un indice du fonctionnement du procédé d’effacement.

« Nulle trace d'effraction, pas d'empreintes de souliers dans la terre humide »
(Anatole France, Putois, 1904, p. 70).

  • 21 Cf. Béatrice Galinon-Mélénec, Penser autrement la communication. Du sens commun vers le sens scient (...)
  • 22 Dans l’expression « signe-trace », le mot trace est pris au pris dans un des sens de processus : « (...)

22Dans notre perspective, la notion de durée, de répétition, constitue un point important au regard de la notion d’inscription, de marque et d’empreinte. Ainsi l’imagerie cérébrale permet de repérer que les inscriptions, marques et empreintes sont d’autant plus nette qu’il y a eu une exposition longue ou répétée de l’individu dans ses interactions avec l’environnement. La durée et la répétition d’exposition à des interactions identiques, renouvelées, constituent deux facteurs de modulation de l’impact dans le processus d’intériorisation de l’extériorité. En matière de relations humaines, nous en sommes venue également à distinguer les relations de surface des relations structurantes21. Cette distinction joue non seulement en amont, lors de l’intériorisation de l’extériorité dans le corps mais aussi en aval, dans les degrés d’influence des signes-traces du corps extériorisés. Ce qui conduit à donner à l’affect et aux premières expériences de l’existence un poids particulier dans les signes-traces du corps. Plus la pondération est forte, plus il convient de qualifier la trace - qui, à notre sens, recouvre un processus22 de l’ordre du mouvement - et de lui attribuer des qualificatifs : marque, empreinte qui indiquent une inscription plus ou moins profonde, de l’ordre du fixe.

Une signification controversée

  • 23 Cf. Intellectica, 2013, op cit.
  • 24 Cf. Alain Mille, Intellectica, op. cit.

23Dans un récent numéro de la revue Intellectica23, des chercheurs aux orientations scientifiques diverses mettent l’accent sur ce qui constitue fondamentalement pour eux la notion de trace. Alain Mille24 qui coordonne ce dossier introduit la terminologie de la façon suivante : « En première analyse, nous considérons qu’une trace est constituée à partir d’empreintes laissées volontairement ou non dans l’environnement à l’occasion d’un processus. La trace ainsi construite est inscrite (ou non) dans l’environnement utilisé comme support à la mémoire (en tant que processus) ». Le lecteur percevra immédiatement que notre formulation diffère de celle d’Alain Mille (en ce que pour lui la trace est constituée d’empreintes) mais son travail porte essentiellement sur les traces informatiques qui ont une physicalité et un traitement spécifiques.

24Pour notre contexte, la notion de physicalité n’est pas concomitante avec celle de trace. Il nous semble que réserver le terme trace au processus est plus porteur en termes d’effets explicatifs sur un grand nombre de cas. Ainsi, à condition de limiter

    • 25 La trace n’est pas l’objet (B. Bachimont) ; L’absence de marque peut faire trace (S. Leleu-Merviel) (...)

    la signification du terme « trace » à un processus (et non à une physicalité25), quand il est intégré dans l’expression « signe-trace »,

  • la signification du mot « signe » à son sens d’usage,

  • il devient possible d’énoncer

  • tout signe est un construit de traces,

  • la signification d’un signe/signe-trace relève, dans l’ici et maintenant, d’une interaction de signes-traces.

25Quand l’individu cherche à « déconstruire » le signe, il cherche à comprendre le processus qui l’a construit. En même temps, le fait qu’il soit dans cette disposition psychique est le résultat d’un processus (trace). Nous avons dit précédemment que pour nous le processus est de l’ordre du flux, du mouvement, de la dynamique. Alors que le signe apparaît comme un arrêt au sens où la signification d’un signe pour un individu à un moment donné correspondant à un croisement de processus en interactions. Réserver le terme trace au processus permet de rappeler que même les notions de passé et de présent correspondent également à un croisement de processus en interactions.

  • 26 C’est ainsi que nous interprétons comme un exemple d’application le fait que Louise Merzeau indique (...)

26Comment discrétise t-on le flux continu du temps pour qualifier ce qui appartient au présent ou au passé ? Là encore, la segmentation du flux temporel dépend du contexte et de l’interprétant et résulte de processus multi-échelles en interactions. Cette discrétisation est un signe-trace de la personne qui discrétise ; nous pouvons la qualifier ici de signe-signal puisque notre attention est attirée et de signe-indice puisque nous sommes en train d’essayer de déconstruire le processus qui l’a construit. En somme, comprendre l’interprétation passe par une social epistemology qu’il convient également de déconstruire26.

  • 27 Rappelons que la terminologie signe-trace est établie pour signifier que le signe est le résultat d (...)

27La problématique de la traçabilité humaine relève, de notre point de vue, d’une échoïsation de signes-traces27 en interaction. Cette échoïsation relève de processus multiples dont ceux qui dépendent de facteurs tels que le social intériorisé et la différence irréductible à chaque individu (liée à des transmissions diverses, acquises ou innées).

  • 28 Cf. Béatrice Galinon-Mélénec et Sami Zlitni (dir.), Traces numériques. De la production à l’interpr (...)

28C’est ce processus d’échoïsation dans l’interaction des signes-traces qui activerait les versants signe-signal et signe-indice. Quand l’échoïsation touche un nombre important d’individu, il s’agirait d’une conformation progressive liée à l’intériorisation de processus sociaux. Depuis que la production et l ‘interprétation des traces numériques sont interrogées28, est mis en évidence le jeu des processus de discrétisation, de déliaison et de médiation. Cette analyse nous paraît d’autant plus pertinente qu’elle met en évidence des processus qui jouent dans toute interprétation.

Conclusion – Le paradigme des signes-traces : une ouverture pragmatique ?

29Si la sémiotique a largement marqué les questionnements théoriques du xxsiècle, les recherches sur la trace occupent une place progressivement majeure en ce début de xxisiècle. Plusieurs ouvrages et revues scientifiques confrontent les différentes approches et posent les jalons d’un domaine spécifique au sein des SIC. Cette émergence répond à la nécessité de suivre les mutations de la société contemporaine et la problématique de la traçabilité posée par la mobilité toujours plus rapide des Hommes, de l’information et des artefacts numériques. Est-ce à dire que cette nouvelle vague théorique va recouvrir la vague sémiotique du siècle précédent ? Nous ne le croyons pas et nous ne pensons pas qu’il soit souhaitable de tomber dans des effets de mode alors que les deux courants ont en commun de prendre en compte l’explication de pratiques sociales émergentes. Aujourd’hui les traces numériques ; hier la publicité ; pour ne citer que deux exemples.

30Les recherches d’hier nourrissent celles d’aujourd’hui, même si les approches et les terminologies diffèrent. C’est pourquoi la présentation du paradigme des signes-traces dont la construction rappelle cette évolution (signe, puis trace) nous semble pertinente dans un dossier intitulé La vie des signes au sein de la communication : vers une sémiotique communicationnelle. En proposant des pistes qui, permettent aux acteurs et chercheurs de « s’émanciper de la scolastique du code », Jean Jacques Boutaud et Karine Berthelot Guiet fournissent ainsi l’opportunité d’ouvrir la sémiotique à de nouveaux espaces de communication bâtis sur le primat du sens.

  • 29 Intellectica, 2013/1, op.cit.

31Nous n’avons que peu repris ici les développements relatifs à la trace, car la revue Intellectica29 s’y consacre entièrement. Notons simplement que parmi les auteurs convoqués, les chercheurs en SIC retrouveront des textes d’Yves Jeanneret, de Sylvie Leleu-Merviel et de Louise Merzeau. Bien que très différents dans leurs approches de la trace, ils ont en commun d’interroger la trace externe au corps humain (« les traces artefacts » dirait Yves Jeanneret) alors que, pour notre part, dans une logique anthropologique, nous situons l’Homme-trace au cœur d’une dynamique qui place l’Homme à la fois comme un producteur de traces et un construit de traces, ses deux versants étant indissociables de la condition humaine et donc de l’interprétation que l’Homme fait du réel.

  • 30 Cf. « le jugement comme signe-trace », dans Galinon-Mélénec B., « Fragments théoriques du signe-tra (...)
  • 31 Pierre Bourdieu, La distinction, critique sociale du jugement, Editions de Minuit, 1979.

32En appliquant la terminologie « signe-trace » aussi bien à la matière qu’au corps humain qu’à tout ce qui est un « construit » (construit de matière, construit de représentation, etc.), nous nous situons dans un processus continu de relations entre différents systèmes internes et externes au corps humain. En précisant que parce que tout est, par nature « signe-trace d’une construction et peut donc être déconstruite par l’analyse, nous rejoignons d’une certaine manière la posture de Derrida sur la déconstruction. Dans un objectif didactique, nous avons énoncé qu’il y a deux faces (signe-indice et signe-signal) au signe. En fait, l’indice se situe à l’intérieur (dans la trace de la construction) ; c’est l’interaction (la relation) qui active ou désactive la face signe-signal. Les deux aspects sont étroitement corrélés : tout se joue dans l’interaction et dans des systèmes multi-échelles en relation. La signification naît d’un processus de capitalisation des signes-traces d’interactions et d’une multiplication de médiation dont celle du corps. Par exemple, dans le champ du numérique, des automates collectent des données relatives aux jugements de goût d’individus (au travers leurs achats en ligne, ou leur consultation de sites, etc.). Pour nous, le jugement de goût, comme tout jugement30, est une interaction de signes-traces. Quand l’automate propose à l’internaute des produits de la même famille, cela implique que celui qui a conçu le logiciel (qui met en œuvre l’automate) a présupposé une reproduction de l’interaction des signes-traces qui a conduit au choix initial. Or, les systèmes sont complexes et les contextes mouvants. En introduisant une médiation qui fonctionne sur le principe de la reproduction, la couche logicielle concernée contribue à une clôture du champ des possibles. Cette médiation technique renforce le processus de la causalité du probable qui est, comme l’a expliqué Pierre Bourdieu, un processus qui agit déjà dans les jugements humains directs31. De notre point de vue, tout cloisonnement est artefact et doit faire l’objet d’une analyse épistémologique. Il en est de même des médiations successives qui interfèrent dans le jugement et la signification.

  • 32 A. Paul Alivisatos, Miyoung Chun, George M. Church, Karl Deisseroth, John P. Donoghue, Ralph J. Gre (...)
  • 33 Op. cit. (Texte en anglais).
  • 34 En particulier quand elles s’extériorisent à travers des comportements qui pour nous en sont les si (...)

33En insistant – comme Merleau-Ponty ou Deleuze – sur le rôle du corps et de ses interactions avec l’environnement « cosmo-holisme, nous englobons l’humain, ses relations aux autres, à la nature et au cosmos dans une « vision holistique, systémique et multi-échelles ». Actuellement, nous suivons avec attention les recherches des neurosciences car leurs immenses progrès ouvrent de nouveaux horizons dans la compréhension du fonctionnement, microscopique et macroscopique, de l'activité du cerveau humain. « Elles s’appuient aussi bien sur les aspects moléculaires et biophysiques des neurones individuels que sur la vision du cerveau humain en action, désormais accessibles avec l'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la magnétoencéphalographie (MEG). Cependant, comme le souligne l’article de la revue Science (mars 2013)32, « les mécanismes de la perception, de la cognition et de l'action restent mystérieux parce qu'ils émergent des interactions en temps réel de grands ensembles de neurones densément interconnectés à travers des circuits neuronaux très variés et multiples »33. Les recherches actuelles sur le cerveau nous paraissent en effet essentielles pour mieux saisir les processus qui agissent sur son évolution. Sa plasticité à partir des interactions avec l’environnement nous paraît être actuellement sous-estimée. Nous en étudions les conséquences en termes de remédiation cognitive et d’insertion sociale de personnes bénéficiant de l’allocation adulte handicapé au titre de psychoses diagnostiquées entre 18 et 30 ans34.

34Ces recherches nous permettent de reconsidérer des voies anciennes telle que la notion d’habitus de Pierre Bourdieu qui déjà revisitait en son temps le souci évoqué par Buffon d’« effacer les traces de la première habitude35” ou celui de Malebranche considérant que « les traces du cerveau n'obéissent point à l'âme, elles ne s'effacent pas lorsqu'elle le souhaite : elles lui font au contraire violence, et l'obligent même à considérer sans cesse les objets, d'une manière qui l'agite et qui la trouble en faveur des passions » (Malebranche)36 ; Ce qui est une autre façon de rappeler, d’une part, le rôle de l’émotion dans l’interaction des signes-traces « Nous pouvons définir la passion, un mouvement de l'âme qui, touchée du plaisir ou de la douleur ressentie ou imaginée dans un objet, le poursuit ou s'en éloigne »,37 et, d’autre part, qu’en toute prudence, il convient de « ne jamais substituer le signe à la chose » (Rousseau)38.

Haut de page

Bibliographie

Bateson G., Vers une écologie de l’esprit, Seuil, 1995.

Bergson H., Essai sur les données immédiates de la conscience, 1889, dans « Henri Bergson, Œuvres complètes », Éditions la Bibliothèque Digitale, 2012.

Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, collection Le sens commun, 1979.

Boutaud J.J., Veron E., Sémiotique ouverte : Itinéraires sémiotiques en communication, Hermès Science, 2007.

Damasio A., L’erreur de Descartes, Odile Jacob, 2005.

Desclès, J-P., Langages applicatifs, langues naturelles et cognition, Paris, Hermès, 1990.

Descola Ph., Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005.

Eco U., Kant et l’ornithorynque, Paris, Grasset, 1997.

Galinon-Mélénec, B., « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », dans Mille A. (dir.), « Traces, traces numériques, connaissance et cognition », Intellectica, 2013.

Galinon-Mélénec, B. et Zlitni S., (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, Éditions du CNRS, série L’Homme-trace, 2013.

Galinon-Mélénec, B., « Signes-traces et Homme-trace : deux paradigmes à l’épreuve des faits, Handicap psychique et recrutement, tome II, Rouen, Klog éditions 2012.

Galinon-Mélénec, B., (dir.), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, Cnrs éditions, 2011.

Galinon-Mélénec, B., Martin-Juchat F., Le corps communicant, Paris, Éditions l’Harmattan, 2008.

Galinon-Mélénec, B., Penser autrement la communication. Du sens commun vers le sens scientifique. Du sens scientifique vers la pratique, Paris, Éditions l’Harmattan, 2008.

Galinon-Mélénec, B., “ L’homme et ses communications : du recrutement à la communication organisante” in ouvrage dirigé par Ch. le Möenne et Fr. Bernard, PUR, 2000.

Greimas, A. J., et Courtès, Sémiotique. Dictionnaire Raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette Université, T.1, 1979, T.2, 1986.

Hall E., La dimension cachée, Paris, Seuil, 1978.

Hawking S., Mlodinow L., A briefer history of time, Bantam ; Reprint edition 2008.

Jeanneret Y., Complexité de la notion de trace. De la trace au tracé » dans B. Galinon-Mélénec, « L’Homme trace », CNRS éditions 2011, pp 59-86.

Le Breton D., La peau et la trace : Sur les blessures de soi, Éditions Métaillé, 2013.

Leroi-Gourhan A., Le geste et la parole, vol. 1, Paris, Armand Colin, 1964.

Malacrida C., Low.J, Sociology of the Body. À Reader, Toronto, Oxford University Press, 2008.

Mille A., (dir.), « Traces, traces numériques, connaissance et cognition », Intellectica, 2013.

Ouellet, P., « Représentation et perception. Sémiotique des événements esthétiques», Protée, vol. 18, n° 2, 1990, pp. 55-66.

Rey A, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, 2006.

Simondon G., L’individuation psychique et collective, Aubier, Paris, 1995.

Tiercelin C., C.S. Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF, 1993.

Thom, R., Esquisse d’une sémiophysique, Paris, Inter Éditions, 1988.

Varela F, Thomson E., L'inscription corporelle de l'esprit, Paris, Seuil, 1999.

Watzlawick P., Helmin Beavin J., Jackson Don D., (trad. Française), Une logique de la communication, Éditions du Seuil, 1972.

Haut de page

Notes

1 Cf. Bibliographie.

2 Jacques Fontanille, Sémiotique et littérature. Essais de méthode, Paris, PUF, 1999, p. 228 cité par Maria Chalevelaki, « Présence et signification : entre régularité et débordements », Nouveaux Actes Sémiotiques

3 Joseph C, Algirdas Julien Greimas, Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette, 1993 [1979], p. 290, entrée « Présence » cité par Maria Chalevelaki, « Présence et signification : entre régularité et débordements », Nouveaux Actes Sémiotiques.

4 Uri EIsenzweig, « Métalangage : les paradoxes de la référence », Littérature, N° 27, 1977. Métalangages. pp. 105-115.Consulté le 25 mai 2013.

5 Béatrice Galinon-Mélénec, « L’homme et ses communications : du recrutement à la communication organisante » in Ch. le Möenne et Fr. Bernard, actes du colloque SFSIC, 2000.

6 Source : « social epistemology acknowledges what everyone except a radical skeptic will admit, namely, that quests for truth are commonly influenced, for better or for worse, by institutional arrangements that massively affect what doxastic agents hear (or fail to hear) from others » in « Social epistemology » in Stanford Encyclopedia of philosophy, aout 2006.

7 Nous avons évolué quant à ces définitions. Cf. Bibliographie.

8 Comme Charles Sanders Pierce et Bruno Latour, nous posons l’abduction comme un processus de réflexion initiant le besoin d’extension de la connaissance humaine.

9 Pour visualiser ces informations, il est possible de consulter à ce sujet divers sites dont le site de la NASA, http://www.nasa.gov/images/content/739997main_SEP_15_full_full.jpg

10 Ces résultats, publiés dans la revue Physical Review Letters, proviennent d'une expérience menée pendant dix-huit mois avec le spectromètre magnétique Alpha (AMS) attaché à l'ISS et doivent faire l’objet de confirmation à l’heure où nous écrivons ce texte. Cf. « La traque de la mystérieuse matière noire pourrait bientôt aboutir » : http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sciences/20130403.AFP8620/la-traque-de-la-mysterieuse-matiere-noire-pourrait-bientot-aboutir.html consulté le 12. 04.2012. Cf. http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/04/03/01008-20130403ARTFIG00522-des-sources-inconnues-d-antimatiere-detectees-dans-l-univers.php consulté le 12. 04. 2012.

11 « Signe » in Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, 2006, p 3505.

12 Cf. Béatrice Galinon-Mélénec, « Signe/signe-signal/ signe-trace » dans Mille A. (dir.), « Traces, traces numériques, connaissance et cognition », Intellectica, 2013.

13 Les travaux sur l’imagerie neuronale montrent que le cerveau s’active alors que l’attention n’est pas consciente (cas du sommeil ou de certains comas).

14 Trois ans (1994-1997) de recherches collectives menées dans le cadre du groupe de recherche en communication des organisations de l’université de Bordeaux 3.

15 Ces points sont développés dans Béatrice Galinon-Mélénec, Induction, communication et recrutement : du repérage social du ‘bon’ candidat, Thèse d’HDR, sciences de l’information et de la communication, Bordeaux 3, Tome 1, 206 p. 1998.

16 Etant retenu que l’historique de l’usage des termes “trace” et “empreinte” montre une signification plus large en faveur du terme trace et que nous retenons ce dernier comme terme générique signifiant que le présent résulte de processus antérieurs (Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2006).

17 Sens n° 3 de Traces : biol., chim., phys., sc. de la terre. Très faible taux d'une substance que l'on découvre, à l'analyse, dans une autre substance ; quantité à peine décelable de quelque chose (TLFI, Le Trésor de la Langue Française Informatisé).

18 La présence de trace fait l’objet de controverse et l’effet placebo est alors évoqué. Nous répondrons que si l’effet existe malgré tout, c’est - comme nous le dirons, plus loin - parce que ce qui est en cause dans l’effet produit relève d’un processus où tout se joue dans le continuum des interactions.

19 http://www.littre.org/auteur/Racine.

20 La trace englobe l’empreinte qui est une trace connotée d’un marquage plus appuyé.

21 Cf. Béatrice Galinon-Mélénec, Penser autrement la communication. Du sens commun vers le sens scientifique. Du sens scientifique vers la pratique, Paris, Editions l’Harmattan, 2008.

22 Dans l’expression « signe-trace », le mot trace est pris au pris dans un des sens de processus : « Tout ce qui sert à laisser une marque, une impression », Littré, Traces, sens 6.

23 Cf. Intellectica, 2013, op cit.

24 Cf. Alain Mille, Intellectica, op. cit.

25 La trace n’est pas l’objet (B. Bachimont) ; L’absence de marque peut faire trace (S. Leleu-Merviel) dans Intellecticca, 2013, op. cit.

26 C’est ainsi que nous interprétons comme un exemple d’application le fait que Louise Merzeau indique que la traçabilité numérique « ne relève pas seulement d’une indexation plus ou moins maitrisée de soi mais d’une construction d’espace commun de connaissance et de mémoire », Intellectica, 2013, op. cit.

27 Rappelons que la terminologie signe-trace est établie pour signifier que le signe est le résultat de processus (traces).

28 Cf. Béatrice Galinon-Mélénec et Sami Zlitni (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, Editions du CNRS, Tome 2 de la série L’Homme-trace, 2013.

29 Intellectica, 2013/1, op.cit.

30 Cf. « le jugement comme signe-trace », dans Galinon-Mélénec B., « Fragments théoriques du signe-trace » dans L’Homme trace (2011), pp. 205-207.

31 Pierre Bourdieu, La distinction, critique sociale du jugement, Editions de Minuit, 1979.

32 A. Paul Alivisatos, Miyoung Chun, George M. Church, Karl Deisseroth, John P. Donoghue, Ralph J. Greenspan, Paul L. McEuen, Michael L. Roukes, Terrence J. Sejnowski, Paul S. Weiss, and Rafael Yuste, The Brain Activity Map, Science, 15 March 2013 : 1284-1285.Published online 7 March 2013. Consulté le 11 mai 2013.

33 Op. cit. (Texte en anglais).

34 En particulier quand elles s’extériorisent à travers des comportements qui pour nous en sont les signes-traces. Cf. Béatrice Galinon-Mélénec, « Signes-traces et Homme-trace : deux paradigmes à l’épreuve des faits, Handicap psychique et recrutement, tome 2, Rouen, Klog éditions 2012.

35 Buffon, Histoire naturelle de l’homme, t. IV, p. 435 ; source : http://www.littre.org/auteur/Buffon.

36 Malebranche, Recherche de la vérité ; source : http://www.littre.org/auteur/Malebranche.

37 Bossuet, Connaissance de Dieu et de soi-même ; source : http://www.littre.org/auteur/Bossuet.

38 « En général, ne substituez jamais le signe à la chose », Rousseau, Emile ou de l’éducation, Livre III, 1762.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/487/img-1.png
Fichier image/png, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Galinon-Mélénec, « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 31 juillet 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/487 ; DOI : 10.4000/rfsic.487

Haut de page

Auteur

Béatrice Galinon-Mélénec

Béatrice Galinon-Mélénec est professeure en sciences de l’information et de la communication à Normandie-université (Le Havre). Elle a publié ou co-publié une quinzaine d’ouvrages scientifiques. Elle dirige l’équipe « L’Homme-trace » de CIRTAI/IDEES UMR 6266 CNRS et co-dirige RIGHT (Research : International Group of the Human Trace http://rightunivlehavre.wordpress.com/). Courriel : beatrice.galinon@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page