Navigation – Plan du site
Bibliographie

Creative economy, creative industries. Des notions à traduire. Sous la dir. de Philippe Bouquillion, 2012

Saint Denis : P.U. Vincennes
Charley Giron
Référence(s) :

Creative economy, creative industries. Des notions à traduire, 2012. Saint Denis : P.U . Vincennes

Texte intégral

1L'ouvrage "Creative economy Creative Industries, des notions à traduire" propose, sous la direction de Philippe Bouquillon, une approche critique du concept des industries culturelles et créatives par les sciences de l'information et de la communication.

2Cette approche, dans une première acception historique de la construction du concept, s'intéresse au parcours des Industries Culturelles et Créatives dans les processus locaux, nationaux et supranationaux d'élaboration et d'opérationnalisation des politiques publiques.

3Pensées, politiquement, comme un nouveau mode de sortie de crise économique, les industries culturelles et créatives ont l'ambition pour leurs promoteurs, à la manière du concept des "autoroutes de l'information" dans les années quatre-vingt-dix, d'être un "grand projet", un nouveau mode de sortie d'une crise économique internationale.

4C'est dans ce cadre que les auteurs présentent une analyse de la manière dont les états, les collectivités et les acteurs socio-écomiques, par les normes d'opérationnalisation des politiques publiques, modifient et s'approprient localement un concept socio économique à vocation globale.

5Les objectifs de l'ouvrage sont de lire la notion d'industries culturelles et créative au regard : 1) de son contexte socio historique 2) de sa capacité à interroger, construire ou reconstruire la notion de créativité dans son processus d'industrialisation 3) de sa dimension territoriale, le territoire étant considéré comme un catalyseur de la création de valeur.

6Ainsi, les auteurs démontrent que les ICC, prises en charge par des référentiels supranationaux et déclinées au niveau national, sont abordées de manières contingentes à des situations économiques plurielles. Ils en résulte une diversité importante des propositions du concept des ICC aux intérêts contradictoires. Ces propositions partagent cependant l'ambition de légitimer une transformation des politiques publiques en direction de la culture. La culture étant ici acceptée comme un processus créatif et monétisable fortement inscrit dans les territoires concernés et considérée comme le terreau d'une nouvelle économique des sociétés post-industrielles, le prochain levier de croissance.

7C'est donc à partir de cet axiome (la culture est un levier de croissance) que les promoteurs des Industries Culturelles et créatives développent leurs projets. En ce sens, ceux-ci ont vocation, notamment, à résorber les inégalités, créer du 'lien social", gommer les différences entre Nord et Sud et à intégrer le tout dans un marché mondialisé. Bref, une extension de l'économie à la culture au niveau micro servant le macro et les fins de la mondialisation.

8De fait, le discours sur la notion de créativité devient, dans les faits le discours pour la notion de créativité. Un discours de certitude et de conviction en la capacité créative des agents reposant sur des notions à consolider scientifiquement. Discours porté par ses promoteurs et tendant, dans une perspective structurante de l'économie culturelle, à proposer des outils statistiques et analytiques permettant d'envisager un marché de la culture dont les moteurs sont l'innovation et la créativité/l'innovation/la créativité.

9La perspective est dès lors descriptive et systémique. Descriptive par l'identification des secteurs marchands, des territoires et des acteurs s'appuyant sur ou favorisant la créativité, notamment via le mapping ; systémique car organisant les territoires en clusters ou hubs et repensant les marchés pour plus de flexibilité et favoriser les échanges générant de la valeur à partir de la créativité.

10C'est donc à une systématique des industries culturelles et créatives à laquelle s'essaient les acteurs de sa promotion, publics et privés, depuis les années 1990 et son invention par le secrétaire à la Culture du Gouvernement de Tony Blair.

11Les auteurs fournissent en ce sens de nombreux exemples d'applications de ces modifications dans le financement de la culture via les politiques publiques. Les cas présentés sont nombreux et à des échelles variées. Supranationaux en présentant la manière dont l'ONU via ses organisations telles que l'UNESCO ou le PNED, mais encore l'Europe envisagent l'avenir de leurs politiques au regard de la créativité et de l'innovation et l'inscrivent aux agendas ; locaux en présentant l'opérationnalisation des notions au niveau urbain ou de la chaîne de création avec les cas de la métropole nantaise ou ceux des universités à se positionner comme catalyseurs ou industriels de la créativité.

12Ces positions critiques et présentations de cas concrets apparaissent comme une contribution constructive à la dynamique globale, puissante, mais aux externalités encore incertaines, dans laquelle sont inscrites et mobilisées les notions d'Industries/économie Créatives et/ou Culturelles.

13C'est en sens que la notion est interrogée comme projet ou un construit social controversé : un concept transversal intéressant de nombreuses disciplines, donc transdisciplinaire, encore circonscrit à des modèles d'analyse monodisciplinaires et reposant sur des notions libérales comme la flexibilité professionnelle, l'économie du symbolique et l'individualisme méthodologique.

14Les industries Culturelles et Créatives et leurs notions connexes sont donc déjà en chemin, pour certains territoires déjà présentes, et pour les autres, semblent adaptables aux contextes politiques, économiques et sociaux des territoires concernés, souples comme les notions de créativités ou de culture, par exemple, le sont.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charley Giron, « Creative economy, creative industries. Des notions à traduire. Sous la dir. de Philippe Bouquillion, 2012 », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/816

Haut de page

Auteur

Charley Giron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page