Navigation – Plan du site
Dossier : Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication
I- Travaux consacrés au genre en SIC : regards pluriels et questions vives

Du « genre » social au « genre » incorporé : Le « corps genré » des SIC

Béatrice Galinon-Mélénec et Fabienne Martin-Juchat

Résumés

Depuis plus de 10 ans, les deux auteures de cet article œuvrent à la problématisation de la question du corps en SIC. Elles montrent ici comment la relation faite entre communication, corporéité et société est étroitement liée à des taxinomies sociales incorporées aussi bien par les acteurs que par les scientifiques. Après avoir proposé une épistémologie propre aux SIC quant aux recherches sur le corps, l’article expose les implications méthodologiques, par le biais de la question du “corps genré”. L’appréhension des « signes-traces » intègre le répertoire sémiotique de la pensée occidentale dans une épistémologie qui décloisonne nature et culture, sujet et objet, individu et social. Dans la même mouvance épistémologique, les rapports de genre, pensés dans le cadre d’une anthropologie par la communication affective demandent de dépasser des méthodologies post-structuralistes verbo-centrées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : le corps communicant

1En 2007, l’ouvrage Le Corps communicant nous avait permis de réunir les travaux de chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) intégrant la question du corps. Nous pensions déjà que les postures dites « interactionniste » et « systémique » (Galinon-Mélénec, Martin-Juchat, 2007) donnent aux SIC une position privilégiée pour étudier les pratiques du corps. En 2013, ce domaine reste embryonnaire au sein de notre discipline. Nous proposons ici d’en préciser les substrats théoriques et méthodologiques qui soutiennent une démarche épistémologique incontournable pour des chercheuses qui travaillent, non seulement sur la question fondamentale du « corps communicant », mais aussi sur la thématique du « corps genré » qui, ici, à partir de propositions telles que celle des « signes-traces » (Galinon-Mélénec, 2012, 2013), s’avère un combinat susceptible d’applications différenciées dans l’espace et le temps. Dans ce sillage et dans celui de Pierre Bourdieu, (1979), nous mettrons en évidence l’existence d’un processus d’historicisation systémique d’intériorisation de l’extériorité (d’incorporation : in-corps) et d’extériorisation (par les styles de vie, les pratiques, les jugements sociaux) de l’intériorité. Dans celui de Francisco Varela (Varela, Thomson, 1999), nous poserons l’hypothèse suivante : l’espace sensible, lié par des processus « mutuellement corrélés »,s’incarne dans la matière corpsen y laissant ses traces.

2Dans un premier temps nous étudierons, le rapport entre le corps - objet de recherche engageant le chercheur lui-même - et le chercheur. Celui-ci devra non seulement situer cette recherche dans une représentation sociale hétéroclite (dite « social 2 » par B. Latour, 2006, p. 17) mais aussi « désenfouir » sa grammaire générative. Nous verrons comment la sociologie soutient cette démarche épistémologique accompagnée en cela par les SIC, qui, avec J. Jouët (2003), a déjà initié cette démarche en analysant les stéréotypes ou les croyances genrées d’une ingénierie sociale de la science par l’État. Nous prolongeons cette exploration qui pose l’inscription corporelle du social en interrogeant la manière dont se construit le rapport pulsionnel ou plus globalement émotionnel du chercheur à son objet, et donc à son corps : la rationalité du chercheur, même quand elle est encadrée par des méthodes scientifiques solides, ne peut être « parfaite ». Le scientifique n’est pas pur esprit. Comme tout humain, il est un « Homme-trace » (Galinon-Mélénec, 2011) dont les schèmes cognitifs, émotionnels, et le corps en général, portent les traces de son histoire de vie.

3Nous mettrons en exergue que toute démarche épistémologique se doit de penser les implicites de la posture scientifique. Quand l’objet choisi est épistémologiquement éprouvant, comme l’est la construction sociale des corps, cela devient incontournable.

4Nous insisterons également sur le rôle des médias dans le rapport au « corps genré ». Ceci d’autant plus qu’ils constituent un des domaines privilégiés de recherche en SIC depuis leur origine. Nous ferons également appel à la sociologie qui examine comment le passage du « social 2 » à une représentation sociale stabilisée (le « social 1 ») doit beaucoup aux médias (Latour, 2006).

5Après avoir sensibilisé le lecteur au rôle des médias dans le rapport des individus au « corps genré », nous proposerons de créer un continuum entre les recherches sur le corps et les recherches sur les médias. Ce dépassement des cloisonnements au sein des SIC permettra de se demander comment le genre est intervenu dans l’analyse des médias pas les SIC.

6Considérant qu’il est pertinent d’entreprendre une démarche épistémologique des SIC interrogeant le rôle du « corps genré » du chercheur dans la construction de sa pensée, il conviendra aussi de cerner la complexité de cette démarche. En premier lieu, parce que « corps genré » et sexe ne sont pas deux notions qui se recouvrent.

Corps, genre, sciences

Définition du corps généré

Sexe et genre

7« On ne naît pas femme on le devient » (Beauvoir, 1949). Dès 1949, une Française ouvrait la voie de la distinction entre le corps biologique (ici le sexe) et la construction sociale des rôles attribués aux hommes et aux femmes dans les sociétés occidentales (ici le genre). Depuis lors, les études sur le genre se sont multipliées avec, pour champ privilégié, la société multiculturelle américaine. Il est apparu que la dichotomisation n’était pas partout la règle. La notion de genre est devenue trouble (Butler, 1990).

  • 1 C’est dans cette perspective que nous utilisons parfois le terme d’ichnosanthropos en lieu et place (...)

8Vingt ans plus tard, penser le genre en relation avec le sexe semble devenu obsolète dans certaines cultures, du moins au regard de l’évolution législative des pays concernés. Les traces de l’histoire sociale ne s’effacent pas pour autant des schèmes cognitifs des individus et des usages linguistiques1. Les comportements des individus face à l’évolution des taxinomies sociales seront les signes-traces aussi bien de la plasticité des schèmes cognitifs que les signes-traces de la dimension affective et émotionnelle apportée par l’histoire de vie de chacun à la question du genre.

Corps généré 

9Le « corps genré » est une notion qui s’inscrit dans le courant anthropologique développé par Philippe. Descola (2011). Il dépasse l’opposition entre nature et culture pour situer l’Homme dans leur entrelacement.

10À la naissance, le bébé est identifié par l’apparence de son sexe à un genre - masculin ou féminin et il est déclaré à l’état civil avec cette attribution sexuelle. Dans ce chapitre nous invitons à poser les questions suivantes :

  • dans quelle mesure cette classification sociale initiale par le sexe joue-t-elle un rôle performatif sur la personne ?

  • dans quelle mesure, l’environnement direct de l’enfant fait-il évoluer la fonction performative de la classification sociale ?

  • dans quelle mesure, le modèle de masculinité et de féminité véhiculé par les médias joue-t-il un rôle de socialisation plus impactant que celui transmis par l’environnement direct ?

  • 2 Hubert Montagner, 1997 cité par Béatrice Galinon-Mélénec, Thèse d’Habilitation à Diriger des Recher (...)
  • 3 Fabienne Martin-Juchat, Thèse d’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), Dijon, 2006.

11Si, comme nous le pensons, l’affect joue un rôle essentiel (Galinon-Mélénec, 19972 ; Martin-Juchat, 20063), le périmètre affectif proche devrait jouer un plus grand rôle ce qui ne signifie pas que la représentation collective ne soit pas mobilisée par les personnes qui éduquent l’enfant, comme en témoigne l’exemple des couples homosexuels qui élèvent des enfants du même sexe qu’eux-mêmes. Ces personnes peuvent agir pour leur compte personnel, dans un registre de corps généré hybride, et vouloir transmettre à leurs enfants des usages (par exemple, dans le choix des jouets) et pratiques (par exemple dans le choix d’un sport) historiquement attribués à un sexe (la dinette et la poupée pour la fille ; le football pour le garçon).

12Quelle qu’elle soit, l’éducation laisse des traces d’autant plus profondes qu’elles sont soutenues par l’affect. Dans ce cas, la trace éducative devient marque ou empreinte (Galinon-Mélénec, 2012, 2013b) et influence la pensée, cette pensée qui, pour nous, ne peut s’extraire d’un contexte humain charnel et émotionnel (Martin-Juchat, 2002, 2006) même si elle est aussi marquée par un environnement complexe où le culturel joue son rôle (Galinon-Mélénec, 2007). Ainsi une culture, une éducation, un cursus scolaire et universitaire basés sur une catégorisation de genre associant sexe, corps et assignation des rôles sociaux produiront-ils une pensée et une représentation de la notion de genre qui portent les traces de cette intériorisation.

Science et genre

La science valorise la figure masculine

13La science valorise une pensée dont le corps est absent. Cette posture traverse toutes les disciplines. La recherche d’une coupure épistémologique gage de scientificité accentue le phénomène. L’homo academicus se doit d’être rationnel. Or cette capacité est plus facilement associée à la figure masculine. La cohorte de perturbations cycliques dues aux hormones féminines est toujours suspectée de « bruiter » le raisonnement. On ne s’étonnera donc pas d’observer que l’histoire de la pensée scientifique montre une prédominance d’acteurs masculins. Les pratiques sociales de la recherche en portent donc nécessairement les traces. Des habitus sociaux ainsi intériorisés naissent des méthodes de recherche qui apparaissent comme les « signes-traces » de cette histoire collective où le corps est absent de l’individu qui se pense lui-même. C’est le « Cogito, ergo sum » de Descartes.

14Il en est de même des dispositifs pensés par des acteurs dominants dans les champs scientifiques (Galinon-Mélénec, 2007, p. 112-115).

Interroger la construction scientifique est une nécessité

15Précisons le propos : à notre sens, tout chercheur se doit de pratiquer une démarche épistémologique ; sinon comment le scientifique pourrait-il s’extraire du « sens commun » (Bourdieu, 1992) ? Si les scientifiques considèrent - comme les autres acteurs - leurs croyances comme des savoirs, d’où peuvent-ils tirer leur légitimité ? Nous suivons ici une fois encore Philippe Descola (2011, p. 56) qui invite à interroger les croyances du scientifique, en particulier celles qui les poussent à croire que, contrairement à eux, les acteurs sont « ignorants de ce qui les pousse à agir » (2011, p. 57). Cette croyance les amène à produire une coupure entre le chercheur observant et l’homme observé. Or, l’un et l’autre sont des humains.

  • 4 Thomas Kuhn cité par Béatrice Galinon-Mélénec « L’enseignant-chercheur au sein d’une situation comp (...)

16Le rapport entre nature et culture relève d’une question anthropologique à laquelle personne ne peut échapper, quelle que soit son activité, quelle que soit sa discipline scientifique. Il serait naïf de penser qu’il est possible d’extraire la démarche scientifique du social (Khun, 1962)4. Encore davantage, quand la recherche porte sur l’humain, quand il s’agit de domaine où l’intime et l’affect jouent (la sexualité, l’homosexualité, le genre, l’euthanasie, les croyances religieuses, etc.). Comment imaginer que le chercheur qui travaille ces domaines ne soit confronté à son propre vécu ?

17Or, il est tenté d’évacuer ce paramètre, considéré comme non valide scientifiquement… alors même qu’il est probablement à l’origine de son intérêt pour l’objet de sa recherche. Le plus souvent, il éloigne ce questionnement épistémologique et, pour valider sa démarche scientifique, il (sur)investit la méthode quantitative, les statistiques construites à partir d’échantillonnages représentatifs. Cette posture se répand dans une communauté scientifique en sciences humaines poussée dans cette voie par des critères gestionnaires d’évaluation (Latour, 1988).

Le corps et les SICS

L’origine des pratiques

À la recherche d’indices

  • 5 Les cahiers de la SFSIC, dossier spécial corps, 2013.

18Les SIC, pourtant invitées par quelques chercheurs à réintroduire le corps dans leurs recherches5, résistent à cette évolution. D’où vient la réserve des SIC vis-à-vis de cette démarche ? Est-ce parce que subsiste la culpabilité d’être le fruit d’une commande faite par un milieu où l’économique constitue un métasystème, lequel valorise l’homo oeconomicus et des postures dualistes dans les rapports aux objets ? Est-ce parce que les chercheurs en SIC ont une difficulté à se détacher de perspectives de recherches critiques ou poststructuralistes, dans lesquelles le rapport au terrain n’est qu’une illustration préconstruite ? Un petit détour par l’histoire des SIC s’impose.

L’histoire des SIC

19Institutionnalisées en 1974, les SIC sont une discipline qui reste récente au regard de la longue histoire de la pensée en sciences humaines et sociales (SHS). L’élan de la première génération de chercheurs en SIC confrontée à un académisme dans le choix des objets reconnus comme scientifiques dans les années 70 a permis à cette dernière de faire évoluer les critères de scientificité dans les approches et dans les objets. Grâce aux SIC, la transdisciplinarité est devenue en soi une exigence dans de nombreux courants de recherche, en particulier lorsque se posent des questions relevant de l’information et de la communication, concepts transdisciplinaires. Cependant, l’étendue prise par les pratiques des TIC et des médias dans la société moderne et leur prégnance ont généré comme hologramme l’idée que les représentations et les pratiques produites par et sur les TIC sont LE social.

20Dans un premier temps, les SIC ont soutenu la thèse d’une résistance des pratiques sociales au regard des techniques d’information-communication. Les postures déterministes invitant prudemment à les dépasser ont alors été au cœur du débat avec, comme argument central, la capacité de résistance et donc d’autonomie intellectuelle des individus. Cette angoisse du risque déterministe dans la posture scientifique, au-delà d’un discours effectif de la complexité, a produit cependant des recherches occultant la question de l’influence par le biais d’approches uniquement centrées sur les logiques de production des discours et d’analyse des dispositifs. Il est vrai que parallèlement, nourris par la littérature, les sciences du langage et la sémiotique, les premiers auteurs en SIC ont acquis une expertise reconnue dans l’analyse des discours médiatiques.

21Les SIC se seraient-elles repliées sur l’étude du social 1 dans la continuité de la critique de Bruno Latour à propos de la sociologie ?

22Force est de constater que, pendant cette période, l’acteur est délaissé quant à son vécu, à son ressenti, à sa capacité à analyser sa pratique. Interviewé, il fournit un « discours » qui s’analyse ensuite sans interroger l’impact du contexte de l’entretien et son mode (témoignage, représentation, illustration, etc.). L’observation participante exploitée dans les travaux s’avère souvent réduite à la revendication de la prise en compte d’un « terrain ». C’est ainsi qu’en étudiant le niveau de conscience de l’observateur quant au rôle de la subjectivité dans l’interprétation des entretiens, Philippe Le Guern (2007) en vient à souligner qu’il est peu avancé, y compris en SIC.

23Aujourd’hui, bien que la définition des SIC par le Comité National des Universités (CNU)6 incite à l’analyse des processus de médiations dans différents contextes sociaux, de nombreux objets sont considérés comme communicants au seul titre du contexte de production. Souvent, dans leur analyse, le contexte de réception n’est même pas interrogé. Dans 95 % des cas, le rôle du corps est totalement absent.

  • 7 et encore plus depuis le développement des puces RFID

24On comprendra que cette posture nous paraisse étrange, à nous qui analysons7 les corps et tout objet dit communicant soit comme des « construits » de signes-traces (Galinon-Mélénec, 2007) soit comme des dispositifs de médiations symboliques, voire comme des médias (Martin-Juchat, 2006, 2008).

Perspectives

25De notre point de vue, les positions faites de frontières et de coupures ne sont guère tenables. Partout s’entremêlent des traces de toute nature aussi bien celles issues de logiques sociopolitiques de normalisation, que de mobilités que des facteurs affectifs (Martin-Juchat, 2008, 2013) pour n’en citer que quelques-unes.

26C’est pour l’ensemble de ces raisons que nous proposons aux SIC :

  • de ne plus penser que le social 1 puisse être étudié d’une manière autonome et coupée du social 2. À notre sens, les SIC doivent revisiter les objets qu’elles analysent en entrelaçant le social 1 et 2. En intégrant une épistémologie systématique, les chercheurs en SIC n’en seront que plus légitimes quand ils éveilleront la conscience des acteurs quant à l’origine de leurs croyances et quant aux raisons qui motivent leur pratique.

  • d’interroger les influences du « corps genré » ou des dispositifs d’information et de la communication qui les ont construites (normes d’interactions, usages institutionnalisés ou non, etc.), non seulement chez les acteurs, mais aussi sur eux-mêmes.

  • d’interroger le rôle de l’affectif (Martin-Juchat, 2006, 2008).

« Corps genré » et signes-traces

La construction identitaire commence in utero

27Dans les sociétés technologiquement avancées, l’échographie permet de déterminer le sexe de l’enfant dès le premier trimestre de grossesse. L’annonce du sexe de son enfant à la mère se fait dès qu’elle le demande. Elle peut alors savoir si l’enfant à naître sera inscrit dans l’acte civil de naissance en tant que fille ou garçon.

  • 8 La présentation effectuée dès l’HDR se veut générale en ce qu’elle explicite non seulement les effe (...)

28Imaginons un père passionné de football dont la préférence se porterait sur un fils et qui, sachant qu’il allait être père, s’était projeté dans des communications « entre hommes » avec son fils. Il est fréquent que cette annonce provoque un « processus de deuil » quant aux parties de foot. Comment imaginer que ce changement projectif n’ait pas une influence sur ses comportements ? Autrement dit, les comportements du père porteront sans aucun doute les signes-traces de ce processus de deuil. Si nous posons8 qu’en « co-présence » les corps ne peuvent pas ne pas entrer en interaction de signes-traces, il s’en suivra que, même si le père ne révèle pas verbalement sa déception, les interactions avec la mère s’en trouveront modifiées. La mère y sera sensible et son corps subira l’influence de ce changement. L’enfant in utero également.

29La relation qui s’instaure et les interactions conséquentes sont, à leur tour, source de signes-traces. Il s’agit d’un processus circulaire et systémique. La joie ou la déception de l’environnement quant à la découverte du sexe de l’enfant est ressentie par le fœtus. Comment penser que le rapport ultérieur de l’enfant à son sexe n’en portera pas les « signes-traces » ?

  • 9 Ichnosanthropos = Homme-trace. Cf. Galinon-Mélénec in Les cahiers de la SFSIC, spécial corps.

30Dans le paradigme de l’Homme-trace, nous avons mis en évidence que l’individu est en permanence en interaction avec son environnement et ces interactions laissent des traces à la fois cognitivo-affectives et cognitivo-somatiques (Changeux, 2006, Martin-Juchat, 2006, 2008). Considérer l’humain en tant qu’ichnosanthropos9 implique qu’il est en relation permanente avec un milieu et que tout son corps - y compris son cerveau - porte les traces de ces interactions continues et que :

  • quand elles ne sont pas activées, ces traces deviennent des traces-friches.

  • quand elles sont activées, elles produisent des effets sur le reste du corps à différents niveaux allant de l’interne au corps (exemple : les pathologies fonctionnelles) à l’externe potentiellement visible (exemple : des comportements qui évoluent).

  • si elles attirent l’attention, les traces activées deviennent des signes-signaux. Le fait de devenir des signes-signaux est lui-même un signe de l’activation de traces chez les individus en co-présence. Il s’agit d’un signe-trace.

  • si ces signes-signaux sont identifiés par les individus, ils sont dits « perceptibles ». La propriété de perceptibilité n’est pas intrinsèque. Elle est le signe-trace de l’interaction entre les individus.

  • Interpréter, c’est indexer la signification. Cette indexation est elle-même le signe-trace de l’histoire de vie de l’individu qui interprète étant entendu que cette histoire de vie mêle intimement l’individuel au social.

Conséquences sur la question du ”corps généré”

  • 10 « Toute corpographèse est inscrite dans un contexte culturel », Cf. Anne-Marie Paveau, Pierre Zober (...)

31Cet arrière-plan théorique permet de sortir d’une vision spatialement et historiquement située des rapports au sexe et à l’attribution des rôles qui y sont associés. Il permet de repérer que les milieux ne peuvent se définir indépendamment des interactions et des relations entre des existants. En outre, comme nous l’avons vu, les traces de toutes les interactions individu/environnement s’inscrivent dans le corps10 (y compris le cerveau) et les comportements deviennent une catégorie extériorisée des signes-traces de ce processus d’intériorisation des traces.

32En conséquence, dans cette logique, les comportements d’un individu sexué par rapport à son milieu (familial, amical, professionnel, culturel, etc.) portent les signes-traces de ses interactions sur la question des rôles sociaux attribués aux sexes.

33Dans cette proposition, il faut entendre les niveaux multi-échelles d’interactions qui induisent un nœud de causalités inextricables et propres à chaque individu (Galinon-Mélénec, 2012, 2013).

Classifications de genre et pratiques

Sciences et psychiatrie aux USA : le diagnostic de « dysphorie du genre » du DSM-5

  • 11 Le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM)-V a été publié le 18 mai 2013 par l’ (...)

34La récente sortie de la cinquième édition du DSM-511 a provoqué de nombreuses réactions et plusieurs controverses sur la limite entre le normal et le pathologique, montrant ainsi que les taxinomies médicales sont susceptibles d’avoir des effets sociaux, identitaires et communicationnels majeurs. Le diagnostic de « dysphorie du genre » entre dans ce prolongement. Il peut concerner des personnes s’interrogeant sur leur genre ou des personnes ressentant une contradiction entre leur sexe physique et leur sentiment identitaire d’appartenance à l’autre sexe, etc. Il peut, par exemple, conduire le corps médical à intervenir chirurgicalement sur la matière corps pour changer le sexe ou, par exemple, à s’appuyer sur la psychiatrie, l’analyse et la chimie pour sortir le plaignant de son mal-être. Ainsi, en médecine, distinguer symptômes organiques et symptômes psychiques s’avère central dans le traitement des dysfonctions sexuelles. Or, celles-ci sont d’autant plus difficiles à traiter que les attributions du ”corps généré” recoupent socialement les caractéristiques physiques sexuées. On voit bien ici que sur la question du “corps genré” les rapprochements entre avancées en SHS - dont les SIC - médecine générale et psychiatrie, s’avèrent toujours aussi nécessaires que dans le passé (Watzlawick, 1972). En médecine, signes-traces et symptômes se confondent. La question de l’interprétation des symptômes suppose un diagnostic, un jugement que nous analysons pour notre part comme une rencontre de signes-traces entre le patient et le médecin (Galinon-Mélénec, 2012). Cette approche qui conduit à interroger l’épistémologie du jugement du médecin est rarement effectuée en médecine ; elle nous paraît néanmoins essentielle à repérer dans la mesure où le diagnostic, notamment psychiatrique, mais pas seulement, a des conséquences majeures sur la vie des individus.

Médias en France : Le « troisième genre » présenté sur ARTE

  • 12 cf. la revue MAUSS, n°39, 2010.

35Depuis les recherches de Margaret Mead (1930) et les travaux américains des années 70 sur le féminisme, les Anglo-saxons se sont attachés à conceptualiser la notion de genre. Dans un chapitre de la revue MAUSS (2012/1), Bernard Saladin d’Angle a proposé une synthèse de ces publications et a abouti à proposer une classification qui prend en compte « les conceptions tierces du genre, reconnues dans plusieurs sociétés traditionnelles »12.

36Pour notre part, pour être cohérentes avec la mise en évidence de l’impact des médias généralistes sur la représentation individuelle du genre, nous choisirons le Pakistan et l’Inde, deux pays voisins qui ont fait l’objet de récents reportages sur ARTE13. Nous résumons, ci-dessous, les représentations contenues dans ces émissions télévisées :

37Dans ces pays, les hijas désignent des individus ni homme ni femme qui se considèrent comme un troisième genre asexué. Ceux-ci sont soit des travestis, soit des hermaphrodites, soit d’authentiques castrats. Parfois nommés ‘eunuques’ ils constituent un genre dont la reconnaissance sociale varie selon les époques et les lieux. À l’époque des rajas, ils tenaient un rôle important dans les harems. Ils ont fait l’objet d’un certain respect jusqu’à ce que la colonisation anglaise interdise la castration et introduise un rejet à leur regard.

38Dans l’Inde contemporaine, l’homosexualité est réprimée par la loi, ce qui exclut les hijas qui, parfois, préfèrent renoncer au troisième genre et apparaître comme des femmes. Cependant un nouveau renversement est en train de s’opérer au sud de l’Inde (le Tamil Nadu) dans les représentations collectives. Le gouvernement a reconnu l’existence du troisième sexe et il est possible d’attribuer aux hijas un document d’identité sur lequel est indiqué « T » (c’est-à-dire transsexual). Cette reconnaissance officielle leur permet dorénavant de travailler et d’hériter au même titre que tout individu. Avec cette évolution, les hijas se sentent moins exclus et leur souffrance psychique tend à s’amoindrir.

39En se référant au contenu de ces reportages, il est possible d’observer que les communications des hijas avec l’environnement humain ne dépendent pas du seul fait que leurs caractéristiques physiques et psychiques ne sont capables d’offrir un sentiment d’appartenance ni au sexe féminin ni au sexe masculin. Il semble bien que :

  • une interaction de leurs signes-traces (corps y compris le cerveau, comportements, pratiques, etc.) avec les signes-traces (comportements, jugements à leur égard, etc.) des individus avec lesquels ils sont en relation ;

  • le processus fonctionnant en boucle, toute évolution, dans un sens ou un autre, modifie le rapport des hijas à leur genre.

  • 14 « End of Honor? Emotion, Gender, and Social Change in an Indonesian Society ».
  • 15 Tous les genres sont dans la nature, ARTE, vendredi 10/12/2010, 22H10.

40Ces observations tendraient donc à conforter non seulement les propositions interprétatives des auteures de ce chapitre mais aussi celle de l’ethnologue B. Röttger-Rössler (2010)14 qui, lors d’un entretien sur Arte en 2009 était interviewée sur la relation entre "troisième sexe", nature et culture15.

Conclusion : le « corps genré » entre nature et culture

41Si l’on suit les auteures de cet article, on conclura, sans doute, avec elles et avec les autres chercheurs convoqués dans l’argumentaire, que la question du “corps genré” relève :

  • au titre de la relation inter-individuelle, de l’échoïsation des signes-traces d’une histoire de vie aux interactions continues et multi-échelles,

  • au titre du traitement social, des taxinomies à l’œuvre dans le milieu culturel considéré.

42Et que ces spécificités de contenu s’accompagnent de croisements méthodologiques incluant la mise en exergue des conditions ethnographiques d’élaboration de la démarche scientifique.

43En ce qui concerne le auteures de ce chapitre, il ressort qu’elles s’inscrivent dans le courant :

  • anthropologique de Philippe Descola qui dépasse les cloisonnements entre nature et culture et qui spécifie qu’« il est urgent de remettre sur le métier la question de l’institution et de la stabilisation des formes collectives de l’expérience » (Descola, 2011), 2011, p. 73).

  • sociologique de Bruno Latour : à ce titre, elles attirent l’attention sur la nécessité d’étudier le social 2, à savoir les arrangements que font les acteurs quant à leurs pratiques des dispositifs.

44Dans cette double continuité, elles proposent de repérer comment les acteurs – y compris les scientifiques - organisent le social au travers de leurs rapports au genre. C’est pourquoi il importe de rendre explicite l’éthique du scientifique dans son rapport au monde. Les anglo-saxons proposent en ce sens un mode de restitution nommé practice based research. Cette dernière considère que tout chercheur est aussi un pratiquant et que tout pratiquant est détenteur d’une théorie tacite et implicite. Dans une perspective épistémologique, le chercheur se doit de la conscientiser et de la rendre visible au tiers. Ceci est une question éthique dans la mesure où un rôle d’expert est de plus en plus souvent dévolu au chercheur. Cet article a donc permis aux auteures de présenter à grands traits quelques principes épistémologiques pour penser le corps en SIC. Nous renvoyons les lecteurs à la bibliographie, afin de découvrir les terrains sur lesquels ont été développés ces principes.

45Étant donné que les auteures ont indiqué aux chercheurs qu’ils ne peuvent oublier que leur pensée porte les signes-traces de leur histoire, elles se sont soumises à une analyse réflexive à visée épistémologique. Quatre angles ont été abordés : le langage, l’itinéraire professionnel, le rapport à la maternité, les loisirs.

  • L’examen de leurs paroles en milieu ordinaire leur a permis de repérer qu’elles énoncent ne pas se reconnaître dans les différenciations sociales des rôles attribués au sexe masculin et féminin.

  • Le rapprochement de leurs itinéraires professionnels (repérables sur leurs dossiers administratifs), leur a permis de constater des correspondances : huit ans séparent leur nomination comme maîtres de conférences et leur HDR. Pour devenir professeures des universités, elles se sont montrées mobiles.

  • Chacune a donné naissance à deux enfants : les grossesses - temporalité spécifique à leur sexe - ne les a pas plus éloignées de la carrière universitaire que leurs collègues du sexe masculin.

  • Enfin, un détour vers les loisirs et pratiques non professionnelles leur a permis d’observer un penchant commun vers les arts martiaux et les formations sur les techniques du corps, notamment celles à visées thérapeutiques.

46À la lumière de ces précisions, le lecteur sera donc en droit de se questionner sur le lien entre ces histoires de vie et le fait de publier un chapitre (principe et contenu) sur le « corps genré ».

47De la même façon, le jugement que le lecteur portera sur ce texte pourra-t-il être interrogé en tant qu’écho à sa propre histoire.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEU Bernard, Philosophie du corps, Expériences, interactions et écologie corporelle, Paris, Vrin, 2010, 382 p.

ANDRIEU Bernard, Le corps du chercheur : Une méthodologie immersive, Nancy, PUN, 250 p.

BEAUVOIR Simone De, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949, 1986, 408 p.

BERQUE Augustin, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains. Paris, Belin, 2000, 2009, 445 p.

BOURDIEU Pierre, La distinction, critique sociale du jugement. Paris, les Éditions de Minuit, 1979, 672 p.

BUTLER Judith, Trouble dans le genre, Paris, La découverte, (traduction), 2006, 281 p.

CHANGEUX Jean-Pierre, Les bases neuronales de l’habitus, in Fussma-mep, 2006, p. 143-158

DESCOLA Philippe, Par-delà nature et culture. Paris, Gallimard, 2005, 640 p.

DESCOLA Philippe, L’écologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature, Paris, Editions Quae, sciences en question, 2011, 110 p.

GALINON-MELENEC Béatrice (sous la direction de), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines. Paris, CNRS éditions, 2011, Série L’Homme-trace, T.1. 412 p.

GALINON-MELENEC Béatrice, « Signes-traces et Homme-trace : deux paradigmes à l’épreuve des faits, Handicap psychique et recrutement, tome II, Rouen, Klog éditions, 2012, 115 p.

GALINON-MELENEC Béatrice, 2013a, « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement. Le rôle des signes-traces du corps dans la signification », dans Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n° 3, 2013, article en ligne sur http://rfsic.revues.org/487.

GALINON-MELENEC Béatrice, 2013b, « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », dans Intellectica, n° 59, 2013/1, pp. 89-113.

GALINON-MELENEC Béatrice, Penser autrement la communication : Du sens commun vers le sens scientifique. Du sens scientifique vers la pratique, Paris, L'Harmattan, 2008, 246 p.

GALINON-MELENEC Béatrice, Martin-Juchat Fabienne (sous la direction de), Le corps communicant, Paris, Editions l’Harmattan, 2007, 242 p.

GALINON-MELENEC Béatrice, « L’enseignant-chercheur au sein d’une situation complexe », in Donnay Jean et Romainville Marc (sous la direction de), Enseigner à l’université : un métier qui s’apprend ? De Boeck, 1996, pp. 11-32.

GALINON-MELENEC Béatrice, Induction, Communication et recrutement. Du repérage dans l’espace social du ‘bon’ candidat, Thèse HDR, Université de Bordeaux 3, tome I, 205 p.

GEERTZ Clifford, Bali. Interprétation d'une culture, Gallimard, 1983, 264 p.

GOFFMAN Erving, L’arrangement des sexes, Paris, La dispute (1re édition 1977), 2002, 115 p.

JOUËT Josiane, « Technologie de communication et genre. Des relations en construction », in Réseau n° 21, 2003, pp. 53-86.

KUHN Thomas, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, collection Champ, (1962), 2008, 284 p.

LATOUR Bruno, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988, 2005, 299 p.

LATOUR Bruno, Changer de société - Refaire de la sociologie, Paris, La découverte (1re ed. en anglais, 2005), 2007, 400 p.

LE GUERN Philippe, « L‘observation : méthodes et enjeux » in Introduction à la recherche en SIC, Grenoble, PUG, 2007, pp. 13-33.

MARTIN-JUCHAT, Fabienne, « Anthropologie du corps communicant » in Anthropologie et Communication : Revue MEI n° 15, 2002, pp. 55-66.

MARTIN-JUCHAT Fabienne, « Sexe, genre et couple en publicité : une tendance à la confusion », in revue MEI n° 20, 2004, pp. 61-82.

MARTIN-JUCHAT Fabienne, Penser le corps comme média, HDR, Université de Bourgogne, 350 p.

MARTIN-JUCHAT, F., 2008, « Penser le corps affectif comme média dans une perspective d’anthropologie par la communication affective », Revue Le corps n° 4, pp. 85-92

MARTIN-JUCHAT Fabienne, Le corps et les médias. La chair éprouvée par les médias et les espaces sociaux, Bruxelles, De Boeck, 2008, 150 p.

MARTIN-JUCHAT Fabienne, « Mettre en scène la coopération entre arts et sciences », in la revue Culture et Musées n° 19, Actes Sud, 2012, pp. 43-66.

MARTIN-JUCHAT Fabienne, Zamouri Hédi, « Expérimenter les relations entre artistes et scientifiques : l’appropriation de capteurs de mouvement par des danseurs », Journal for Communication Studies, Volume 6, n° 1(11)/ 2013 : http://www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/1990

MIEGE Bernard, La pensée communicationnelle, Grenoble, PUG, 1995, 2005 (édition augmentée), 126 p.

MONTAGNER Hubert, « Les compétences-socles : une nouvelle grille de lecture des constructions enfantines et de leurs anomalies », Communication et organisation [En ligne], 12 | 1997, mis en ligne le 26 mars 2012. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1979

PAVEAU Anne-Marie, Zoberman Pierre, Corps écrits, corps inscrits, L’Harmattan, 2010, 202 p.

RASTIER François, BOUQUET Sylvain (sous la direction de), Une introduction aux sciences de la culture, Paris, PUF, 2002, 312 p.

RÖTTGER-RÖSSLER Brigitt, « End of Honor ? Emotion, Gender, and Social Change in an Indonesian Society » dans Rottger-Rossier Brigitte et Markowitsch Hans (dir.), Emotions as Bio-Cultural Processes, Springer Verlag, 2009, 413 p.

SALADIN d’Anglure Bernard, « Le troisième genre », dans Que donnent les femmes ? Revue MAUSS n° 39, La découverte, 2012/1, 512 pages.

VARELA Francisco, Thomson Emma, Rosch Eleanor, 1999, L'inscription corporelle de l'esprit. Paris, Seuil, 1999, 337 p.

Haut de page

Notes

1 C’est dans cette perspective que nous utilisons parfois le terme d’ichnosanthropos en lieu et place de celui de Homme-trace.

2 Hubert Montagner, 1997 cité par Béatrice Galinon-Mélénec, Thèse d’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), Bordeaux 3,1997, p. 106.

3 Fabienne Martin-Juchat, Thèse d’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), Dijon, 2006.

4 Thomas Kuhn cité par Béatrice Galinon-Mélénec « L’enseignant-chercheur au sein d’une situation complexe », (De Boeck, 1996, p 30).

5 Les cahiers de la SFSIC, dossier spécial corps, 2013.

6 Cf. Le site de la section 71 du CNU : http://www.cpcnu.fr/web/section-71.

7 et encore plus depuis le développement des puces RFID

8 La présentation effectuée dès l’HDR se veut générale en ce qu’elle explicite non seulement les effets positifs et les processus d’identification mais aussi les indexations négatives et les rejets (Cf. Béatrice Galinon-Mélénec, HDR, 1997).

9 Ichnosanthropos = Homme-trace. Cf. Galinon-Mélénec in Les cahiers de la SFSIC, spécial corps.

10 « Toute corpographèse est inscrite dans un contexte culturel », Cf. Anne-Marie Paveau, Pierre Zoberman, Corps écrits, corps inscrits, L’Harmattan, 2010. 202 p.

11 Le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM)-V a été publié le 18 mai 2013 par l’American Psychiatric Association. Dès 2010, le journal français Le Monde critiquait cet ouvrage dans un ariticle intitulé “DSM-V, le Livre qui rend fou” cf. http://passouline.blog.lemonde.fr/2010/02/25/dsm-5-le-livre-qui-rend-fou/ (consulté le 29.9.2013).

12 cf. la revue MAUSS, n°39, 2010.

13 http://www.arte.tv/fr/pakistan-rencontre-du-3e-genre/7594508,CmC=7594524.html.

14 « End of Honor? Emotion, Gender, and Social Change in an Indonesian Society ».

15 Tous les genres sont dans la nature, ARTE, vendredi 10/12/2010, 22H10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Galinon-Mélénec et Fabienne Martin-Juchat, « Du « genre » social au « genre » incorporé : Le « corps genré » des SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/857 ; DOI : 10.4000/rfsic.857

Haut de page

Auteurs

Béatrice Galinon-Mélénec

Béatrice Galinon-Mélénec est professeure en sciences de l’information et de la communication à Normandie-université (Le Havre). Elle a publié ou co-publié une quinzaine d’ouvrages scientifiques. Elle dirige l’équipe « L’Homme-trace » de CIRTAI/IDEES UMR 6266 CNRS et co-dirige RIGHT (Research : International Group of the Human Trace http :/rightunivlehavre.wordpress.com/). Courriel : beatrice.galinon@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Fabienne Martin-Juchat

Fabienne Martin-Juchat, après un début de carrière marqué par la pratique et l’enseignement des arts martiaux et des techniques du corps (dont la médecine chinoise), elle est actuellement professeure des universités en sciences de l’information et de la communication. Elle y développe une anthropologie par la communication affective. Elle est spécialiste de la nouvelle économie de l'affectivité et de la gestion sociale des émotions et des corps. Elle est membre du Gresec. Courriel : fabienne.martin-juchat@u-grenoble3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page