Navigation – Plan du site
Dossier : Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication
II - Les chercheures au féminin : de l’importance de la présence des femmes dans l’ensemble des domaines de recherche en SIC - approche par domaines

Communication et santé : étude des processus et dispositifs d'une rationalisation équipée

Anne Mayère

Résumés

Les recherches en communication des organisations apporte une contribution originale et importante, au regard des autres sciences sociales qui interrogent les phénomènes organisationnels, précisément parce qu’elles construisent leur objet de recherche sur ce qui constitue un ‘angle mort’des autres sciences. Or ce qui est à l’œuvre dans cet ‘angle mort’dans les organisations contemporaines est un processus de rationalisation des activités de production d’information et de communication, et son équipement au travers de systèmes techniques informatisés et de méthodes formalisées. La recherche ici présentée étudie cette évolution dans les organisations de santé, identifiant sur cette base des enjeux théoriques et pratiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le domaine de la santé, et plus spécifiquement des organisations de santé, ne constitue pas un domaine de recherche parmi d’autres. Nous voudrions expliciter ce en quoi ce domaine est emblématique, au centre d’enjeux économiques et sociaux contemporains, tout en présentant certaines spécificités qui permettent d’interroger des phénomènes plus diffus ou moins accentués dans d’autres domaines d’activité.

2Ce faisant, nous voudrions montrer ce en quoi les sciences de l’information et de la communication en général, et les recherches en communication des organisations en particulier, peuvent apporter une contribution originale et importante, précisément parce qu’elles construisent leur objet de recherche sur ce qui constitue un ‘angle mort’des autres sciences humaines et sociales. Or ce qui est à l’œuvre dans cet ‘angle mort’est tout particulièrement crucial dans les organisations contemporaines. Ce processus à l’œuvre est celui de la rationalisation des activités de production d’information et de communication, et son équipement au travers de systèmes techniques informatisés et de méthodes formalisées ; les uns et les autres cadrent au plus fin ce que sont les pratiques autorisées tant dans chacun des métiers que dans leur coordination.

3La contribution des sciences de l’information et de la communication nous semble tout particulièrement requise dans un domaine où les approches des sciences médicales, des sciences informatiques et des sciences de gestion sont fortement représentées. Or ces approches sont dominées par une conception essentialiste de l’information, entendue comme un ‘en soi’, une ‘donnée’, et une conception fonctionnaliste de la communication réduite à une transmission de ces données, forme de ‘liant’nécessaire au ‘bon’fonctionnement des organisations. De même les organisations sont-elles conçues comme des entités non questionnées.

4Déconstruire ces présupposés, ce prêt-à-penser, permet de reconsidérer toute la densité et la complexité des activités de production d’information et de communication, et des enjeux relatifs à la conception et au déploiement des systèmes techniques censés les équiper pour les rendre plus efficaces.

5Une approche compréhensive de ces activités, de leur contribution aux processus organisants, est d’autant plus requise que ces activités sont centrales dans les transformations contemporaines des établissements de santé. Elles sont en effet censées contribuer tant à l’efficacité interne des établissements qu’au développement de réseaux de santé, ou aux projets de télémédecine ; cette dernière, faite d’un vaste ensemble d’équipements à distance et de services dédiés, est réinvestie comme pierre angulaire potentielle pour refonder le système de santé confronté aux évolutions du vieillissement de la population, de la montée en puissance des maladies chroniques, et de la réduction des budgets publics de santé.

6Le domaine de la santé s’avère pertinent pour mobiliser et spécifier les cadres théoriques de la communication constitutive des organisations. Les activités de soin sont des activités prudentielles (Champy, 2009) dans la mesure où elles requièrent un questionnement constant sur les trajectoires de soins, pour déterminer et mettre en œuvre ces soins avec et pour des patients, mais aussi leurs accompagnants, et faire face aux multiples contingences tenant à chaque trajectoire et à leur combinaison (Strauss, 1992), contingences que la limitation des moyens vient précisément diversifier. Or notre hypothèse est que la rationalisation contemporaine concerne au premier chef ces activités prudentielles, celles des ‘travailleurs du savoir’(Bell, 1979 ; Valenduc et al., 2008).

7Dans cet article, nous expliciterons ce en quoi nous nous inscrivons dans une approche de la communication constitutive des organisations. Notre démarche, tout en prenant appui sur les contributions de l’École de Montréal, vise à construire une approche compréhensive des dynamiques entre normes globales et processus organisants locaux, entre les scripts prescrits et équipés dans des systèmes techniques génériques et leur paramétrage et les modalités de mises en acte locales. Puis nous présenterons la démarche méthodologique et plus largement la conception de la démarche de recherche associée.

8En prenant appui sur des éléments de matériau, nous mettrons en évidence ce qui peut être qualifié comme des processus organisants, mis en œuvre tant par l’encadrement que par les équipes soignantes et informatiques, qui sont autant d’innovations organisationnelles dans et sur les cadres ainsi équipés. Ces processus organisants se construisent dans la tension entre des logiques visant à ‘recadrer’les activités, à les replacer dans et sous les normes, et la nécessité de faire face à ce défi récurrent qui consiste à mener à bien les activités de soins et le travail d’articulation qu’elles requièrent. Nous identifierons sur cette base certains des enjeux associés et pointerons l’importance de la contribution des SIC à leur compréhension.

Communication constitutive des organisations : entre organizing et question du structurel

9Notre recherche prend appui sur des contributions majeures du courant de la communication constitutive des organisations (CCO). Cette approche critique la conception réifiée de l’organisation conçue comme un ‘étant là’, non questionné, et de la communication comme activité fonctionnelle de transmission de messages. Il s’agit de prendre en compte et d’expliciter les processus organisants (l’organizing selon K. Weick, 1995), et de considérer l’organisation comme faite à la fois de ces processus et de leur effet temporaire, plus ou moins stabilisé. Une agentivité est attribuée à cette entité ainsi construite (Taylor, 2011) ; elle est ventriloquée, inscrite dans des récits (Cooren, 2004). Selon l’École de Montréal, l’organisation est produite dans et par la communication, dans une dynamique entre textes et conversations. La notion de conversation renvoie ici aux interactions ; « action sociale et collective (...) la conversation est toujours située car elle est inséparable du contexte dans lequel elle se déroule » (Vasquez, 2008, p6). C’est dans et par les conversations que les identités individuelles et collectives sont négociées et renégociées (Taylor, 2011, p. 1283). La notion de texte vient quant à elle « rendre compte du discours systématique organisé » (Vasquez, 2008, p7). Il n’est pas nécessairement écrit, et peut être invoqué au cours de conversations. Le fait qu’il fasse l’objet d’une stabilisation permet sa décontextualisation qui sera suivie d’une recontextualisation, ce qui suppose une forme de traduction (Taylor, 2011, p. 1280).

10Les contributions clé du courant CCO rejoignent celles de la recherche française des Approches communicationnelles des organisations (ACO - Bouillon et al. 2008). Elles partagent la critique de la réification de l’organisation, de l’approche essentialiste de l’information et de la conception fonctionnaliste, quasi mécanique ou ‘machinique’, d’une communication comme transfert de données. Ces approches ont grandement contribué à préciser ce qui faisait la spécificité des recherches en SIC. Avec elles, la communication n’est plus envisagée comme l’adjuvant d’une entité pré existante (Bouillon, 2013), mais comme une dynamique sociale liant des textes et des conversations et mettant en formes ces équilibres instables et évolutifs qui forment les organisations.

11Si des convergences fortes lient CCO et ACO, une controverse très productive a actuellement cours concernant les dynamiques entre textes locaux et globaux. Pour faire court, l’École de Montréal met la focale sur les interactions. Or cette focale exclusive, pour certains chercheurs dont nous sommes, ne donne que des ‘prises’très partielles pour comprendre les articulations entre le local et le global. La focale mise sur les interactions répond à une exigence méthodologique en ce qu’elle vise à écarter toute projection d’un ‘étant là’de l’ordre du structurel. C’est notamment ce qui conduit Taylor à critiquer la notion de ‘structures’chez Giddens tout en reconnaissant la portée heuristique de la théorie de la structuration (Taylor, 2011 ; Giddens, 1994). Mais cette exigence nous semble devoir être interrogée si elle conduit de fait à mettre la focale sur le temps court et le local (Swiderek, 2013). Pour voir comment « tout, dans le monde des faits, va du petit au grand » (Taylor, cité par Cooren et Robichaud, 147), encore faut-il pouvoir identifier ce qui fait indice de ce ‘grand’dans la situation observée. Ceci suppose de pouvoir ‘déplier’ce qui est agi et agissant, en plein et en creux, et peut être d’autant moins verbalisé ou textualisé que cela a été acté comme caractérisant l’entité organisation et les processus organisants en situation.

12Notre programme de recherche porte sur ce que nous identifions comme la montée en puissance de textes globaux et de technologies informationnelles et communicationnelles génériques qui visent à soutenir le déploiement des logiques gestionnaires dans les organisations ; ce que nous interrogeons en termes de rationalisation des activités de production d’information et de communication. Une hypothèse forte sous-jacente tient à ce que les processus organisants prennent forme centralement dans cette dynamique entre textes globaux et locaux, entre injonctions normatives et pratiques en situation. C’est ce qui nous a amené à développer des études de cas de moyenne à longue durée et à tracer la ‘biographie’des systèmes techniques étudiés, évoluant des documents locaux aux cadres règlementaires, dans une approche combinant zooming in et zooming out (Nicolini, 2006).

Des études de cas longitudinales au long cours en équipe

13Que ce soit pour étudier les usages professionnels du téléphone portable, le développement de systèmes informatisés en réseaux dans les groupes internationalisés, le déploiement de progiciels de gestion intégrés (ERP), et depuis une dizaine d’années les évolutions caractéristiques des organisations de santé, nous avons chaque fois que possible retenu une approche fondée sur des études de cas approfondies et longitudinales. L’intérêt d’une telle méthodologie tient à ce qu’elle permet d’élaborer progressivement le matériau et l’analyse, de façon itérative, en procédant par entretiens, observations et étude de documents. Lorsqu’il s’agit d’étudier des phénomènes en partie en émergence ou contribuant aux transformations de systèmes complexes, les méthodes qualitatives s’avèrent très heuristiques ; la montée en généralité repose à la fois sur la mise à l’épreuve du temps long, la confrontation aux travaux d’autres chercheurs, et la mise en discussion avec les acteurs de terrain.

14C’est en effet une autre caractéristique de notre démarche, qui consiste autant que possible à présenter et mettre en discussion nos résultats intermédiaires d’analyse avec des interlocuteurs sur les terrains étudiés. Sans nous situer dans une logique de recherche action, car nous considérons que les acteurs sont en la matière les mieux placés pour concevoir ce qui pourrait convenir, nous tenons en effet à soumettre nos analyses à la réflexivité de nos interlocuteurs. Ce qui est en partie de l’ordre du don/contre don est aussi une mise à l’épreuve, et suscite ou conforte souvent de nouveaux questionnements sur des facettes ou prolongements des phénomènes étudiés que nous n’avions pas nécessairement identifiés.

15Dans le domaine de la santé, nous étudions un terrain principal depuis désormais dix ans, tout en ayant ouvert d’autres terrains travaillés de façon moins continue mais également dans la durée, qu’il s’agisse de réseaux de santé ou de services spécialisés de différents établissements. Sur ces terrains, une relation de confiance a progressivement été constituée, avec un soubassement essentiel en termes de règles déontologiques, les échanges évoqués ci dessus et plus globalement une démarche qui s’attache à faire de ceux que nous questionnons ou observons des interlocuteurs à part entière.

16Cette relation de confiance et cette recherche de formes de réciprocité, c’est également celle que nous cherchons à construire en continu au sein de l’équipe de recherche, et le ‘nous’que nous utilisons ici s’inscrit en référence à cette dimension collective des travaux. Ce travail est en effet mené à plusieurs, et tout particulièrement avec Isabelle Bazet et Angélique Roux, avec les anciens doctorants et doctorants Alexia Jolivet, Marine Gout, Philippe Marrast. Le questionnement partagé sur la rationalisation des activités de production d’information et de communication des travailleurs du savoir permet également de mettre en discussion les travaux menés sur d’autres terrains par Sylvie Bourdin, Bruno David, Elisabeth Fournalès, et les doctorants et anciens doctorants Marie Bénéjean, Florian Hémont, Anja Martin-Scholz, ou Karolina Swiderek.

17Cette caractéristique collective du travail de recherche conditionne la variété et le nombre des investigations et leur continuité dans le temps, malgré la pression des charges universitaires. C’est également une démarche favorisant la mise en discussion des matériaux constitués. Elle permet des élaborations plurielles sur des matériaux identiques ou approfondis en fonction des questionnements plus spécifiques, dans une tension toujours à reconstruire et donc un équilibre fragile entre contributions au collectif et valorisations plus individuelles.

18Cette recherche repose également sur des collaborations avec des chercheurs d’autres laboratoires, notamment Consuelo Vasquez, de l’UQAM, Sylvie Grosjean et Luc Bonneville, de l’Université d’Ottawa, François Cooren et Carole Groleau, de l’Université de Montréal, ainsi que les échanges développés avec les équipes et chercheurs en communication des organisations en France, et tout particulièrement les collègues Lillois et Rennais.

Organisations de santé : des enjeux théoriques et empiriques emblématiques

19Comme relevé précédemment, le domaine de la santé est à la convergence d’enjeux de Société conséquents, que l’on peut synthétiser au travers des questions de vieillissement de la population, du développement des maladies chroniques et des poly-morbidités, en même temps que des politiques de réduction des dépenses publiques. Ces dernières visent en particulier une diminution des hospitalisations et de leur durée, ainsi qu’une maîtrise renouvelée des consommations de médicaments, dans le contexte de la mondialisation qui fait de la pression sur les budgets publics une forme de mise en compétition des territoires.

20En France, une évolution très importante a consisté dans le passage à la T2A – Taxe à l’activité. Ce passage totalement effectif depuis 2008, suppose de la part de chaque établissement une capacité à rendre des comptes sur les actes au plus près de l’activité, mois par mois. Les actes font l’objet de cotation en fonction de nomenclatures, les mesures ainsi collectées étant traitées par le biais d’un logiciel fourni directement par les autorités de tutelle. Par ailleurs des contrôles très réguliers et des pénalités dissuasives ont été instaurés comme autant de garde-fous aux tentatives « d’optimisation des données » au delà de ce qui relève des interprétations autorisées de la règle.

21De façon également progressive a été mise en place une certification qualité – risques qui a évolué au fil du temps de recommandations visant à inciter les établissements de santé à améliorer leurs façons de s’organiser, jusqu’à constituer désormais une base d’évaluation régulière et impérative assortie de possibles sanctions, qui vont jusqu’à l’interdiction d’exercice de certaines spécialités voire par la fermeture de l’établissement. Le texte du manuel qui sert de référentiel à cette certification a lui-même été profondément retravaillé, avec des attendus et spécifications de plus en plus précises. Par ailleurs, les procédures de certification sont de plus en plus spécialisées et imbriquées, formant un ensemble de cadres détaillés et articulés que les personnels des organisations concernées sont censés ajuster au plus près des pratiques et des situations.

22Pour comprendre ce qui est l’œuvre dans ces évolutions, nous avons retenu de questionner ce qui est ainsi constitué comme technologies pour l’organisation, et technologies de production d’information et de communication. Ceci suppose d’interroger certains éléments du sens commun. Ainsi en est-il de la distinction souvent établie par les professionnels de l’informatique et reprise dans certaines recherches entre les ‘TIC’assimilées aux seuls terminaux, et les systèmes d’information informatisés ; comme si ce qui fait ‘terminal’n’était pas une composante intrinsèque du réseau technique (au sens de Simondon, 2005). Bien plus, c’est méconnaître ce qui fonde une transformation majeure contemporaine, à savoir l’intégration des applications et des bases de données en un ‘tout’de plus en plus unifié et ramifié, faisant de tout ‘terminal’un ‘initial’(ibid.). En prenant appui sur les travaux de Simondon, et de contributions ultérieures, notamment celle de Feenberg (2006), nous définissons les technologies de l’information et de la communication comme constituées d’une part des techniques de production d’information et de communication, d’autre part des objets et réseaux techniques, et enfin des connaissances constituées et recomposées en situation lors de leur conception et leur mise en œuvre (Mayère, 2010). L’acception de la notion de connaissances retenue ici s’inscrit dans la lignée des travaux de Brassac et Grosjean, comme prenant forme et sens en situation. Prolongeant la réflexion de Simondon sur les techniques et les objets techniques, nous distinguons des technologies-outils et des technologies méthodes, les premières venant éventuellement équiper les secondes en cadrant les processus dans des architextes plus ou moins contraignants (Jeanneret et Souchier, 1999 ; Jeanneret, 2009).

Rationalisation équipée et développements locaux de processus organisants informationnels et communicationnels

23Pour comprendre ce que nous analysons en termes de rationalisation des organisations de santé à travers celle des productions d’information et des activités de communication, nous avons donc mené une étude de cas longitudinale du processus d’informatisation du dossier patient, et plus spécifiquement de ce qui fait ‘le coeur de l’activité’des services de santé, à savoir les prescriptions, la planification et le suivi des soins. Nous avons questionné de façon articulée les logiques de conception des normes et équipements visant à cette informatisation, et la façon dont ces systèmes techniques et les pratiques associées venaient s’insérer dans les activités de soins, retravaillaient les territoires d’intervention et d’autorité, recomposant le travail d’articulation (Mayère et al. 2012a).

24Pour ce faire, nous avons procédé par aller-retour entre observation des conversations et écrits en situation, et étude de textes globaux, au sens des documents normatifs et autre règlementations invoqués en observations, lors des entretiens, ou cités par les documents matériaux issus du terrain. Nous avons ainsi procédé par zooming in et zooming out (Nicolini, 2006 ; Mayère et al., 2012b), reconstituant progressivement ce qui peut être identifié comme la ‘biographie’de cet objet d’étude particulier que constitue le ‘dossier patient’(Bonnot, 2006), fait de pièces recomposées, pour partie emboitées et pour partie désarticulées, constitué d’une stratification d’applications informatisées d’âges et de conceptions diverses, mais aussi de tout un ensemble d’écrits papier.

25Car le premier constat, peu étonnant en soi mais détonnant au regard des proclamations managériales, est celui de la non disparition des écrits papier, et même leur prolifération y compris et tout spécifiquement dans les activités à risque hautement régulées (ainsi des transfusions sanguines, ou de l’administration de stupéfiants). Tout se passe comme si la confiance dans la façon dont le papier faisait trace restait la garantie la plus élevée face à la crainte d’un recours, pour permettre une exploration rétrospective de l’activité. La puissance proclamée des systèmes techniques informatisés est ainsi mise en doute dès qu’il s’agit de reconstruire du récit et d’assurer une trace continue au croisement de multiples contingences, auxquelles viennent se combiner celles de la technique elle-même.

26L’étude des pratiques soignantes a permis de mettre en évidence la créativité des équipes pour pallier à l’impensé du dossier patient informatisé, qui s’est avéré très efficace pour la formalisation des prescriptions et la traçabilité des actes, mais n’être que d’une aide très limitée pour l’organisation des activités et le travail d’articulation. La matérialisation des différences entre territoires d’autorité des médecins et des soignants est venue restreindre ou compliquer l’accès à certaines informations ou différer cet accès. Les écrits d’écran ont amplifié le travail officiel d’écriture pour les soignants, en même temps que se déployaient tout une variété de productions d’information et d’activités de communication en ‘périphérie’. Ce travail invisible, supposé non requis, s’avère au quotidien indispensable aux soignants, aux internes, et plus largement à tous ceux qui ont à traiter avec et pour les patients. Ce travail des écrits souterrain a ainsi pris la forme, simultanément ou successivement, d’aides mémoires individuels rédigés en collectif lors des relèves ; de ‘remarques’écrites dans des espaces laissés disponibles dans les applications et investis pour consigner tout ce qui ne trouvait pas place ailleurs. Puis, quand l’essentiel de ces espaces a été retiré pour cause de défaut de signature et de chronologie, des feuilles de synthèse collectives ont été élaborées dans des services traitant des patients atteints de pathologies particulièrement lourdes, et requérant un important travail d’articulation.

27Cette créativité a également été observée dans un autre établissement pour trouver un mode d’articulation entre activités de soins et activités de consignation comptable des actes qui ne se fassent pas au détriment des premières. L’enjeu était de respecter les règles de cette consignation, en mesurant au mieux les actes effectués pour en obtenir rétribution, sans entraver le travail médical et soignant. L’orientation retenue a consisté à former des soignants présentant des incapacités à assurer leurs fonctions antérieures, et de les affecter au plus près des équipes soignantes pour coder les actes sur la base de leur nouvelle qualification tout en bénéficiant des savoirs d’expérience quant à la teneur des actes. Le ‘sas’organisationnel ainsi constitué fait de cette production d’information une activité d’interface assurée par du personnel dédié, dans une démarche de réinsertion qui valorise les individus concernés, tout en servant l’entité pour ce qui est devenu une production cruciale à son fonctionnement.

28Des espaces d’initiative ont également été constitués par le service informatique interne d’un autre établissement. Il s’agissait de ‘reprendre la main’tout en ayant recours à des logiciels ‘sur étagères’, pour assurer une maîtrise locale des bases de données et une capacité d’adaptation rapide, en particulier s’agissant des ‘passerelles’qui restent nécessaires entre différentes applications. Le projet d’intégration des systèmes d’information est en effet un horizon sans cesse fuyant, dans la mesure où chaque composante peut connaître des nouvelles versions qui remettent en cause les articulations antérieures.

29Si nos observations nous ont permis de mesure l’importance du travail d’organisation sans cesse remis sur le métier par les équipes soignantes en termes de production d’information et de communication, nous avons donc également observé des directions informatiques et informaticiens internes qui travaillent à l’ajustement des cadres ainsi matérialisés, en essayant de tirer des enseignements de l’expérience pour refonder le système d’information, par étapes ou de façon plus conséquente.

30Mais cette capacité de réflexivité et de créativité organisationnelle, de re-conception en relation avec les utilisateurs, peut être bloquée dès lors qu’elle est perçue par les instances supérieures comme pouvant mettre en cause la suprématie des logiques gestionnaires, comme allouant des ressources à d’autres priorités que celles du reporting. De même que cela a été étudié dans des entreprises privées (Dejours, 2013), la montée en puissance de la rationalité gestionnaire passe aussi par la désignation aux postes de responsabilité les plus élevés des différentes instances, de cadres mobiles, suffisamment déconnectés du terrain pour ne pas être accessibles aux arguments liés aux contingences du quotidien, ceux des praticiens et soignants en charge des patients. Les niveaux hiérarchiques les plus élevés peuvent, comme l’a bien pointé Dujarier (2008), dénier l’existence d’incohérences dans la combinaison des injonctions. Cette forme d’organisation de l’ignorance des responsables les plus élevés, de détachement, de délocalisation, permet d’en faire de purs disciples et des ordonnateurs précautionneux des logiques gestionnaires. Ce quitte à entraver les capacités organisantes et tout le travail invisible mis en œuvre pour tenter d’articuler malgré tout ce qui requiert la mise en œuvre des soins avec et pour les patients.

31Au final, tout se passe comme si les capacités démontrées par les équipes à développer des règles autonomes et à créer de l’organisation locale par des productions d’information et des activités de communication ré-agencées, comme si ces capacités même confortaient les tenants des logiques gestionnaires qui peuvent se prévaloir de ce que ‘tout fonctionne bien’.

32Ces résultats ouvrent sur de nouveaux enjeux en termes plus prospectifs.

Conclusion : de quelques nouveaux enjeux

33Qu’adviendra-t-il de l’existence même de soins (Mol, 2006), si celles et ceux qui font médiation entre logiques gestionnaires et logiques métiers ne sont plus là, ne trouvent plus les appuis, les espaces d’initiative, dans les processus organisants, pour l’assurer ? Qu’adviendra-t-il quand les collectifs seront mis à mal au gré des restructurations, des fusions-recompositions entre services et établissements ? Les logiques gestionnaires postulent qu’il existe une compatibilité intrinsèque entre la rationalisation des activités et la qualité et sécurité des soins. Mais cette compatibilité supposée est construite sur des principes fondamentalement erronés, qui font de l’information une donnée et de la communication sa transmission. Cette faille interne du raisonnement est une source potentielle de risques élevés en termes de défaillance voire d’inhumanité de traitements, dès lors que sont en cause des activités prudentielles concernant des êtres humains, des patients précisément dépourvus de tout ou partie de leurs défenses du fait de leur maladie.

34Il importe de développer une approche compréhensive de ces enjeux, quand bien même et parce que ces questions sont très minoritairement portées. Par ailleurs, pour la recherche en communication des organisations, les organisations de santé constituent des terrains particulièrement significatifs pour interroger plus avant les modalités par lesquelles la communication constitue de l’organisation.

Haut de page

Bibliographie

BELL Daniel, Vers la Société post-industrielle, éditions Laffont, 1979

BONNOT Thierry, « Itinéraire biographique d’une bouteille de cidre », Editions de l’EHESS/L’Homme, 2004/2, °170, 139-163

BOUILLON Jean-Luc, 2013, Concevoir communicationnellement l’organisation. Contribution à l’analyse des rationalisations organisationnelles dans le champ de la ‘communication organisationnelle’, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Toulouse 3, novembre 2013, 400p.

BOUILLON Jean-Luc, Bourdin Sylvie, Loneux Catherine, 2008. « Approches communicationnelles des organisations », Sciences de la Société, n° 74, 2008, pages.

CHAMPY Florent, La sociologie des professions, PUF, 2009, 230p.

COOREN, F. « Textual Agency : How Texts Do Things in Organizational Settings », Organization, 2004, 11(3), 373-393.

COOREN François & ROBICHAUD Daniel, « Les approches constitutives », dans Grosjean Sylvie etBonneville Luc (sous la dir. de), La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux, éd. Chenelière, 2011, 140-175

DEJOURS Christophe, « Effets de la désorganisation des collectifs sur le lien… à la tâche et à l’organisation, Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, 2013/2, n° 61, 11-18

DUJARIER Marie Anne, « ‘Prendre sur soi’ : l’individualisation du travail d’organisation », dans de Terssac Gilbert (sous la dir. De) La précarité, une relation entre travail, organisation et santé, éd. Octarès, 2008, 107-118

FEENBERG A. (2004), (Re)penser la technique, Paris, éd. La Découverte, MAUSS, 230p.

GIDDENS A., 1994, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 192p.

GIRAUD Pierre-Noël, La mondialisation, émergences et fragmentations, éd. Sciences humaines 2008, 160p.

JEANNERET, Yves, « La relation entre médiation et usage dans les recherches en information-communication en France », RECIIS, 2009

JEANNERET Yves & SOUCHIER Emmanuel, « Pour une poétique de ‘l’écrit d’écran’« , Xoana, 6, 1999, 97-107.

MARRAST Philippe & MAYERE Anne, « Déplier les enjeux pour ouvrir le débat sur les systèmes d’information informatisés : le cas des dossiers de soins informatisés », dans Béatrice Vacher, Christian Le Moënne, Alain Kiyindou (sous la dir. de), Communication et débat public : les réseaux numériques au service de la démocratie ?, éditions l’Harmattan, 2013, 333-340.

MARRAST Philippe & MAYERE Anne, « Numérisation des processus organisant et paradoxes managériaux : biographie d’une feuille de transmission, entre texte local ‘sauvage’et texte autorisé », Colloque International Org & Co, Communications organisationnelles et management en contexte numérique généralisé, Université Nice Sopia-Antipolis, 2013, 202-211.

MAYÈRE A., « Organizational Communication and the Renewed Issue of Information and Communication Technologies », Management Communication Quarterly, Nov. 2010, vol. 24, n 4, 612-619.

MAYERE Anne, BAZET Isabelle, ROux Angélique, « Zéro papier et ‘penses-bêtes’à l’aulne de l’informatisation du dossier de soins », Revue Anthropologie des Connaissances, 2012, 6(1), 115 – 139

MAYERE A., VASQUEZ C., BAZET I., ROUX R., « Inscription, prescription, sanction : Les « entre-faire » d’une norme dans le processus d’informatisation du dossier de soin », Colloque Communiquer dans un monde de normes, International Communication Association, GERIICO, U. Lille 3, mars 2012 (actes à paraître)

MOL Annemarie, The logic of care. Health and the problem of patient choice, Routledge, 2008, 129p.

NICOLINI Davide, « The work to make telemedicine work : A social and articulative view », Social Science & Medicine, 2006, vol. 62, 2754-2767

SIMONDON Gilbert, L’invention dans les techniques, Cours et conférences, Le Seuil, pages

STRAUSS Anselm, textes réunis et présentés par Isabelle Baszanger, La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme., éd. L’Harmattan, 1992, 319p.

SWIDEREK Karolina, « Traçabilité de l’activité par des systèmes automatiques de notification : mise en controverse des discours managériaux dans le contexte d’expansion des technologies numériques, Colloque International Org & Co, Communications organisationnelles et management en contexte numérique généralisé, Université Nice Sopia-Antipolis, 2013, 243-250

TAYLOR James R., « Organization as an (Imbricated) Configuring of Transactions », Organization Studies, 2011, 32(9), p 1273-1294.

VALENDUC Gérard et al., How restructuring is changing occupations – case study evidence from knowledge-intensive, manufacturing and service occupations, WORKS report 11.1, 2008, Hiva Leuven.

VASQUEZ Consuelo & MARROQUIN Lissette, « A l’intersection du texte et de la conversation : comment jongler avec l’effet et le processus ? », Sciences de la Société, n° 74, 2008

WEICK Karl E., Sensemaking in Organizations, Sage publications, 1995, 237p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Mayère, « Communication et santé : étude des processus et dispositifs d'une rationalisation équipée », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/889 ; DOI : 10.4000/rfsic.889

Haut de page

Auteur

Anne Mayère

Anne Mayère est Professeure en sciences de l’information et de la communication à l’Université Toulouse 3. Elle anime la thématique de recherche ‘santé’au sein de l’équipe ECORSE du CERTOP (UMR 5044). Courriel : anne.mayere@iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page