Navigation – Plan du site
État de la recherche

Concentration, financiarisation et relations entre les industries de la culture et industries de la communication

Philippe Bouquillion

Résumés

Cette contribution se propose d’étudier comment les transformations récentes dans les modalités de concentration, de financiarisation et d’articulation entre industries de la culture et industries de la communication contribuent à transformer les logiques qui président à la constitution des groupes industriels dans ces deux domaines et comment elles impactent les rapports de force entre ces deux types d’industries. Trois transformations principales sont relevées. Tout d’abord, l’entrée des acteurs des industries de la communication dans l’économie des contenus est massive bien que surtout concentrée sur l’aval des filières. Elle contribue aux difficultés des acteurs des industries de la culture. Ensuite, l’insertion dans la financiarisation dynamise surtout, dans la période actuelle, les acteurs des industries de la communication. Enfin, les groupes des industries de la culture ont connu, pour nombre d’entre eux, une réduction de leur périmètre et sont menacés d’être dominés par les grands acteurs des industries de la communication, lesquels ont conquis une puissance très forte depuis le milieu des années 2000.

Haut de page

Texte intégral

1La question de la concentration articulée avec celles de la financiarisation et de la convergence est au cœur des réflexions sur l’industrialisation et la marchandisation de la culture et de la communication. La concentration industrielle n’est pas un mode d’organisation nouveau ou exceptionnel dans ces domaines, il constituerait même plutôt la règle. Des auteurs, tels qu’Antoine Hennion (1978) dans le cas de la musique enregistrée ou Bernard Miège (1984) dans le cas d’autres filières des industries culturelles, ont d’ailleurs expliqué que ces domaines s’organisent chacun autour, d’une part, d’un petit nombre entreprises ayant seules les moyens d’organiser la diffusion nationale et internationale, de produire les contenus les plus onéreux et, d’autre part, d’une myriade de petites structures, plus souples et plus aptes à dénicher de nouveaux talents et produisant un grand nombre de contenus qui pour l’essentiel sont diffusés par les grands acteurs. Ceux-ci, en maîtrisant l’aval, sont donc en mesure de capter une part importante des revenus de l’ensemble de la filière et de profiter du renouvellement permanent de l’offre financé en large part par les petits acteurs vers qui sont externalisés une part significative des coûts et des risques. On comprend donc qu’autour de la concentration s’entrelacent des enjeux multiples qui focalisent depuis longtemps l’attention des experts, des autorités de réglementation et de régulation, notamment de la concurrence, des chercheurs attentifs aux questions de diversité culturelle et de géopolitique culturelle et bien sûr des citoyens attentifs au respect du pluralisme. Les industriels quant à eux envisagent la concentration comme l’une des clés de l’acquisition de forts pouvoirs de marché.

2À partir des années 1980 et 1990, deux autres mouvements vont s’articuler avec la question de la concentration et lui donner une nouvelle actualité. Il s’agit, d’abord, de la financiarisation qui désigne, dans cette contribution, le développement de l’actionnariat financier, notamment transnational. La financiarisation constitue donc un moteur important de la concentration industrielle en particulier par son concours central au financement des stratégies d’acquisition des groupes. Ensuite, dans les années 1990, en Amérique du Nord et en Europe, des libéralisations des secteurs des télécommunications et de l’audiovisuel conduisent à des articulations croissantes entre les industries de la culture (livre, presse et information, musique enregistrée, cinéma et audiovisuel) et celles des télécommunications, des matériels puis, avec leur développement, les industries de l’informatique et du Web. Nous nommerons cet ensemble industries de la communication. En lien avec le développement des techniques numériques, des groupes se présentent comme multimédias ou comme portant la « convergence », en particulier entre contenus et réseaux. Ces perspectives dites de convergence sont relancées à partir du milieu des années 2000. Les développements de l’ADSL, de la fibre optique, de l’équipement en micro-ordinateurs ont conduit à un net essor des pratiques communicationnelles liées au Web, à un enrichissement de l’économie du Web et au développement de sa dimension marchande. Des activités nouvelles, tels les réseaux sociaux, sont apparues et d’importants marchés se sont développés. L’essor des moteurs de recherche articulé avec celui des marchés publicitaires sur le Web en offre une illustration emblématique. Corrélativement, on note une montée du rôle des contenus dans les stratégies de certains acteurs des industries de la communication. Nous pouvons d’ores et déjà formuler deux constats. Premièrement, les acteurs des industries de la communication entrent beaucoup plus largement qu’auparavant dans l’économie des contenus car les articulations entre les contenus et les supports maîtrisés par les acteurs des industries de la communication sont devenues viables économiquement, ce qui n’était pas le cas antérieurement. Deuxièmement, les acteurs des industries de la communication ont connu un profond renouvellement de leur périmètre. De nouveaux types d’acteurs sont apparus ainsi que de nouvelles stratégies.

3À la suite des transformations de ce cadre, la question centrale que nous nous proposons de traiter ici est celle des éventuels changements à l’œuvre dans les logiques qui président à la constitution des groupes des industries de la culture et de la communication, en particulier dans les rapports de force entre les deux types d’industries. Pour échapper aux représentations déterministes des enjeux culturels et politiques de l’activité des groupes des industries de la culture et de la communication, il convient, comme l’a souligné Bernard Miège (2000), d’étudier les médiations qui s’opèrent entre et au sein de ces grands acteurs industriels et donc d’ouvrir la boîte noire que constituent souvent leurs stratégies industrielles, financières et géographiques.

4Nous nous appuierons sur les résultats de plusieurs recherches collectives, dont une en-cours conduite au sein de la MSH Paris Nord pour le compte du ministère de la Culture et de la Communication avec la participation de Catherine Vénica, Lucien Perticoz et de Benoit Perrin. Outre les principaux groupes des industries de la culture européens et nord-américains, le corpus comprend également un nombre significatif d’acteurs des industries de la communication. Nous positionnerons les résultats de cette recherche avec ceux de deux études dirigées par Bernard Miège en 2001 et 2004 dans le cadre du Gresec et auxquelles a notamment participé Christian Pradié.

5Reliés, les groupes des deux types d’industries obéissent pourtant à des logiques très différentes, ce qui nous conduit à les présenter de manière successive dans deux volets distincts.

Les groupes des industries de la culture

6Cinq tendances peuvent être relevées.

7Premièrement, on observe un recul des stratégies d’intégration verticale. Peu de groupes de notre panel développent de véritables stratégies d’intégration verticale, allant de la production jusqu’aux structures de diffusion, voire jusqu’aux réseaux supportant « physiquement » la diffusion. Non seulement la perspective de la constitution d’une filière intégrée de la culture et de la communication, pensée à la fin des années 1970, n’est plus à l’ordre du jour, mais même les intégrations limitées à une seule filière semblent en très net recul. Le cas de l’ancien numéro un mondial des médias, Time Warner, est à cet égard emblématique. Bien que la stratégie d’intégration entre des entités de production cinématographiques et audiovisuelles, des chaînes payantes et le second réseau câblé américain conduite par cet acteur ait permis de dégager de fortes synergies, le groupe s’est défait de son réseau câblé.

8Les stratégies d’intégration verticale qui se maintiennent sont désormais moins ambitieuses. Disney est représentatif de ce type de positionnement. Face à des difficultés, rencontrées en particulier à la suite d’opérations hasardeuses dans les Web et au manque de rentabilité de certains de ces segments, Disney, plutôt que de vendre des actifs importants, s’est s’attaqué aux problèmes d’exploitation de chacun d’eux.

9Deuxièmement, les stratégies de diversification horizontale sont également en recul. Les pôles, selon l’expression de François Morin (1999) qui désigne ainsi de vastes ensembles capitalistiques, multi-positionnés dans divers contenus, qui se construisent notamment dans les années 1990, ont connu une très forte réduction de leur périmètre. Les tendances à la déconstruction des groupes s’expliquent par l’absence de synergies industrielles entre des activités trop différentes ; la volonté d’éviter les tentatives des raiders qui considèrent que les groupes peuvent être vendus par lot avec profit ; et les alliances stratégiques qui se multiplient et qui permettent d’éviter les coûteuses prises de participation au capital des acteurs dont l’alliance est recherchée. Souvent d’ailleurs des actifs ont été cédés dans des conditions financières peu satisfaisantes pour faire face à d’importantes difficultés financières, voire à des situations de quasi faillite. Les multi-positionnements horizontaux qui subsistent sont fréquemment des héritages de l’histoire des pôles et sont maintenus, plus ou moins provisoirement, seulement pour des raisons d’opportunité financière.

10Néanmoins, certains conglomérats peuvent se maintenir mais à des échelles plus limitées, souvent nationales. Catherine Vénica (2011) observe l’existence de stratégies combinant raids financiers de court terme ; stratégies d’influence politique et stratégie de positionnement industriel de moyen terme sur des créneaux réduits, en croissance potentielle et/ou pouvant être aménagés, restructurés afin d’être revendus ultérieurement. Telle est par exemple la stratégie d’un acteur financiaro-industriel français mais internationalisé, Bolloré.

11Troisièmement, dans certaines filières, les acteurs des industries de la culture semblent en position difficile face aux interventions des puissants acteurs des industries de la communication dans l’économie des contenus.

12Tout d’abord, les industriels de la culture veulent défendre les conditions de valorisation de leurs produits. De fait, aujourd’hui les modes de valorisation propres aux industries de la culture, et qui reposent essentiellement soit sur la publicité sur les médias « en place », « traditionnels », soit sur des financements émanant des consommateurs finaux, stagnent. Ils ne stagnent pas seulement du fait des échanges illégaux mais aussi parce que les stratégies des acteurs de la communication en matière de diffusion et de valorisation des contenus sont actives et contribuent à remettre en cause les supports anciens, tandis que ces acteurs dominent très largement les nouveaux supports. Ainsi, les industriels de la culture, détenteurs des droits sur les contenus, dénoncent notamment les pratiques jugées excessives voire prédatrices en matière de fixation des prix des différents acteurs des industries de la communication maîtrisant des supports de diffusion et plus largement le contrôle de l’aval. Depuis le milieu des années 2000, Apple est certainement l’acteur qui fait l’objet de plus fortes dénonciations, d’abord dans le domaine de la musique enregistrée, autour d’iTunes, puis dans celui de l’audiovisuel, des séries télévisées en particulier. Dans la période récente, c’est surtout autour de l’App Store que se concentrent les critiques, en particulier celles des éditeurs de presse ou des éditeurs de livres.

13Ensuite, les stratégies d’exclusivité entre leurs supports et les contenus que tentent d’imposer les acteurs des industries de la communication sont dénoncées. Là encore, Apple occupe le devant de la scène. Les discussions entre détenteurs de droits et Apple portent aujourd’hui notamment sur la capacité des premiers à offrir sur leur propre site des offres d’abonnement pour l’iPhone et l’iPad sans passer par l’App Store. Les acteurs des contenus veulent éviter d’être obligés de verser à Apple une commission sur les ventes tandis qu’ils veulent également conserver la relation au client final alors qu’Apple souhaite s’en assurer le monopole afin de collecter de précieuses informations marketing et de constituer une énorme base de clients.

14Enfin, force est de constater que certains acteurs des industries de la communication arrivent à acquérir des positions dominantes dans la diffusion, y compris vis-à-vis des acteurs des contenus, marchés physiques et dématérialisés confondus. Dans le domaine de la musique enregistrée Apple a acquis une position forte de domination de l’aval sur la filière.

15Quatrièmement, autant dans la période antérieure, les acteurs de la sphère financière ont fortement incité les acteurs des industries de la culture à se lancer dans d’importantes opérations capitalistiques, autant dans les années qui viennent de s’écouler depuis 2005, les opérations capitalistiques ambitieuses se sont faites rares. La financiarisation est-elle devenue un frein pour ces acteurs ? L’incitation semble en effet plutôt à la déconstruction des pôles. Ce revirement s’est opéré à la suite de trois phénomènes. Tout d’abord, le krach boursier de 2001 qui a fait baisser, voire s’écrouler les valorisations boursières des acteurs des industries de la culture et qui a agi comme un révélateur du manque de synergies industrielles dans les trop vastes et non homogènes ensembles capitalistiques qui avaient été créés. Ensuite, les difficultés financières (lourd endettement de nombre d’acteurs), voire les difficultés d’exploitation éprouvées par les acteurs des contenus et le manque de synergies industrielles et les difficultés pour les acteurs des industries de la culture à valoriser convenablement leurs productions ont atteint les performances de ces acteurs, leurs résultats d’exploitation et leurs bénéfices. Enfin, l’essor des industries de la communication a offert des opportunités de gains aux acteurs de la sphère financière beaucoup plus importantes que celles présentées par les industries de la culture.

16Dans cette perspective, les acteurs concernés mènent des opérations limitées. Primo, des opérations de rachat de leurs propres actions afin de concentrer les bénéfices par action et donc le dividende par action. Il s’agit de soutenir les cours de bourse à l’heure où les valeurs des industries de la culture n’offrent aux investisseurs potentiels que de faibles perspectives de gains en capital (hausse de la valeur de l’action). À titre d’exemple, Time Warner dont la valeur boursière a fortement baissé a conduit un programme de rachat d’actions pour un montant de 20 milliards selon une annonce faite en 2006 et le nombre d’actions a quasiment été divisé par 4 entre 2005 et 2009. Secundo, les groupes conduisent aussi des opérations d’augmentation de leur part de contrôle dans les filiales qu’ils souhaitent conserver sur le moyen ou long termes, en particulier parce qu’elles dégagent des synergies industrielles. Tertio, les acteurs réduisent leur endettement. Celui-ci était parfois très élevé à la suite des coûteuses opérations d’acquisition conduites dans la période précédente.

17Cinquièmement, les stratégies d’internationalisation se poursuivent selon des logiques qui ne changent guère. Les flux transnationaux de produits culturels sont très intenses mais les cadres nationaux et les « bassins » linguistiques demeurent des éléments structurants dans les processus d’industrialisation, de marchandisation et d’échanges culturels. Dans cette perspective, lors de cette phase d’enquête comme lors des précédentes, on observe trois positionnements idéal-typiques. Dans les faits, les pôles ou groupes se rapprochent de l’un d’eux soit empruntent à deux voire à trois de ces positionnements types.

18Tout d’abord, certains acteurs, qui sont tous des « pôles », sont en mesure d’impulser et de maîtriser d’importants flux transnationaux de contenus, en particulier ils peuvent exporter des contenus. Néanmoins, la part de l’international dans le chiffre d’affaires de ces grands acteurs, Disney ou Time Warner par exemple, est souvent faible, généralement inférieure à un quart. On comprend ainsi qu’ils restent très dépendants du marché intérieur américain et de ses évolutions (crise de la publicité, changements réglementaires, transformations des rapports entre acteurs de ce marché, etc.)

19Ensuite, un second positionnement idéal-typique est celui d’acteurs qui ont des positionnements sur plusieurs marchés nationaux. Ils peuvent alors appliquer à l’étranger les modèles d’offre qui ont connu un succès antérieurement dans leur marché national d’origine. Bertelsmann est souvent présenté comme ayant construit son développement sur ce modèle.

20Enfin, le troisième positionnement idéal-typique est celui des groupes implantés à titre principal sur un seul marché national, soit qu’ils exploitent un segment précis de marché, soit qu’ils soient des relais nationaux des acteurs transnationaux et qu’ils assurent ainsi la diffusion de produits culturels étrangers, éventuellement associée avec la distribution-diffusion de produits culturels nationaux qu’ils produisent ou non.

Les positionnement et enjeux des groupes des industries de la communication

21Les acteurs des industries de la communication ne constituent pas une catégorie homogène. Ils se distinguent toutefois des acteurs des industries de la culture sur deux points principaux : d’une part, leur cœur de métier ne repose pas sur les contenus culturels et informationnels et, d’autre part, leur surface financière est, du moins pour les plus importants d’entre eux, bien supérieure à celle des acteurs des industries de la culture. Pour autant, ils présentent entre eux des différences importantes. Leurs positionnements sont structurés par cinq tendances transversales principales dont l’importance peut être variable.

22Premièrement, certains de ces acteurs sont très jeunes ou ont connu récemment une croissance extrêmement rapide. Ils ont traversé très rapidement la plupart des huit étapes type de la trajectoire d’un acteur des industries de la communication : la création, l’entrée en bourse, l’atteinte de l’équilibre financier, l’internationalisation, les alliances stratégiques, les acquisitions ou prises de participation dominantes, l’entrée dans la création/production ou surtout la diffusion de contenus informationnels et culturels, la diversification dans des activités étrangères à la fois à leur métier d’origine et aux contenus culturels et informationnels. Ces parcours fulgurants, qui ne se produisent que dans des marchés nouveaux, n’empêchent pas le maintien d’acteurs depuis longtemps établis sur des marchés plus matures et donc en moindre, voire en faible, progression.

23Deuxièmement, la plupart des acteurs des industries de la communication sont « mono-positionnés » c’est-à-dire qu’une activité, généralement leur activité d’origine, représente l’essentiel de leur chiffre d’affaires. Une telle affirmation appelle de suite certaines précisions et précautions, tant les stratégies de certains d’entre eux, en particulier les plus importants, Google, Apple ou Microsoft peuvent sembler tentaculaires et font d’ailleurs l’objet de la plus grande attention de la part des autorités de régulation, notamment de la concurrence, en particulier de part et d’autre de l’Atlantique. En fait, le mono positionnement des acteurs des industries de la communication est assez peu interprétable en termes d’intégration de filière. La notion de filière s’applique en effet difficilement à certaines de ces activités, tout particulièrement à celles relatives au Web. En cela aussi, les pôles et groupes des industries de la communication se différencient des acteurs des industries de la culture. Les groupes des industries de la communication, du moins, ceux réunis dans notre panel, tentent d’acquérir une position forte sur une activité principale ou, s’ils en disposent déjà, ils tentent de la maintenir. Cette activité peut rassembler diverses composantes mais toutes entretiennent des synergies. Selon le domaine, mais aussi selon les moyens financiers des acteurs, les périmètres peuvent varier. Toutefois, dans tous les cas, ce n’est pas la logique de conglomérat qui est visée mais bien le développement de synergies par l’articulation de positions faisant sens par rapport à un objectif central. Le mono-positionnement n’empêche cependant pas les groupes de développer des stratégies de diversification parfois très larges et même extérieures à la fois à leur cœur de métier et aux domaines des contenus culturels et informationnels. Ils cherchent alors généralement à profiter d’effet d’envergure ou à explorer des voies de développement pour le futur. Ces positionnements sont donc souvent exploratoires et n’engagent que des moyens financiers limités à l’échelle de la surface financière de ces acteurs.

24Troisièmement, les acteurs sont positionnés sur des marchés à concurrence oligopolistique, laquelle est souvent rude, hormis pour quelques acteurs en position de totale ou très forte domination sur leur marché de base. De ce fait, ils sont engagés dans des stratégies de défense et de différenciation de leurs offres, notamment afin d’échapper le plus possible à une concurrence par les prix. Ces stratégies peuvent être de plusieurs types.

25Primo, les acquisitions d’entreprises ou les prises de participation au capital d’un acteur conférant un contrôle sur la gestion de cet acteur sont relativement limitées, mais lorsqu’elles se produisent, elles peuvent viser deux objectifs. D’une part, il peut s’agir de contrôler un actif stratégique permettant de faciliter la croissance interne du groupe dans son domaine d’activité principal. À titre d’exemple, grâce à l’acquisition de Double Click, Google a acquis un savoir-faire en matière de régie publicitaire en ligne et d’adressage ciblé qu’il aurait été long et difficile d’acquérir en interne. La domination de Google sur le marché publicitaire en ligne en a été renforcée. D’autre part, les groupes peuvent chercher à étendre le marché du groupe dans un espace géographique donné ou dans un segment de marché. Les acteurs peuvent chercher à acquérir une clientèle déjà rassemblée et plus ou moins fidélisée. Ce type de stratégies peut se conduire aussi dans des marchés étrangers en forte croissance mais réputés difficiles d’accès ou donc difficile à pénétrer par la création de filiales partant de rien. Conduire de telles actions est d’autant plus important que la position des acteurs peut être remise en cause par les stratégies, notamment de déplacement du centre de gravité des marchés, menées par d’autres acteurs. L’exemple des relations entre Yahoo et Google et de la façon dont une collaboration – l’introduction du moteur de Google dans le portail Yahoo – s’est progressivement transformée en concurrence peut être citée.

26Secundo, ces stratégies peuvent également être d’ordre juridique. Il s’agit souvent alors de s’assurer le monopole d’un procédé, d’un savoir-faire, d’un outil et empêcher son utilisation par les concurrents.

27Tertio, aux marges de l’action juridique et du lobbyisme, il faut citer les regroupements d’acteurs en situation de « coopétition » contre généralement un autre acteur qui apparaît comme leur adverse commun principal. C’est toujours contre l’acteur fort du moment que s’opèrent ces alliances. Par exemple, une union contre Google s’est constituée et qui passe notamment par l’Open Book Alliance, réunissant depuis 2009 Amazon, Microsoft et Yahoo. C’est à la suite de l’accord intervenu entre Google et un ensemble d’éditeurs américains que ce lobby s’est construit.

28Les interventions dans les contenus sont une stratégie de différentiation et de création d’externalités autour des offres des industries de la communication qui appellent des commentaires particuliers. Peu d’acteurs des industries de la culture et de la communication sont devenus durablement de véritables acteurs des industries de la culture actifs dans la création/production de contenus, hormis des cas particuliers tel Sony. Pour l’essentiel, ils se contentent d’acquérir des droits de diffusion par de simples accords plus ou moins durables et plus ou moins exclusifs avec les détenteurs de droits. Notons aussi que ces stratégies peuvent se situer aux limites de la légalité, à l’exemple de Google qui tend à articuler certains contenus à ses services sans autorisation préalable de la part des détenteurs de droits, quitte à régulariser par la suite.

29Quatrièmement, ces acteurs peuvent être engagés dans d’importantes stratégies d’internationalisation. Les trois positionnements idéal-typiques envisagés pour les acteurs des industries de la culture sont valables également pour les acteurs des industries de la communication. Google offre un exemple emblématique du premier positionnement caractérisé par l’ampleur de l’internationalisation, tout comme, dans notre panel, Apple et Microsoft. Le cas des opérateurs de télécommunications est, en revanche, tout autre. Ils se rapprochent soit du second soit du troisième cas. Leur internationalisation suppose de très lourds investissements puisqu’ils doivent acquérir des infrastructures de réseaux ou, a minima, en consentir d’importants pour devenir des fournisseurs de services en tentant d’attirer et de fidéliser une masse d’abonnés. Cette seconde stratégie est d’autant plus délicate et coûteuse qu’entrer sur un marché étranger quand l’entrant ne détient pas de réseaux suppose soit qu’il casse les prix, soit qu’il associe son offre de connexion avec des contenus, en particulier des contenus nationaux, ce qui s’avère souvent extrêmement difficile. Un autre grand opérateur de réseau de notre panel, le câblo-opérateur Comcast est a contrario essentiellement positionné sur le territoire étasunien. Il tendrait donc vers le troisième positionnement. En effet, Comcast réalise plus de 90 % de son chiffre d’affaires dans ses activités de câblo-opérateur, ces dernières se déployant pour leur grande majorité sur le territoire nord-américain.

30Cinquièmement, ces acteurs bénéficient pour les plus importants d’entre eux d’une forte puissance financière. L’attention des grands acteurs de la sphère financière (agences de notation, grandes banques d’affaires, fonds d’investissement et de placement, conseillers financiers, etc.), depuis le milieu des années 2000, s’est largement tournée vers les acteurs des industries de la communication. Dans une perspective qui peut être jugée spéculative, certains des acteurs de ces industries ont ainsi bénéficié d’une très forte hausse de leur valorisation boursière, hausse plus que proportionnelle à l’évolution de leur chiffre d’affaires et de leurs résultats. Certes, ce phénomène est loin d’être nouveau et dans ce secteur, des valeurs dites de la nouvelle économie se trouvaient déjà bénéficiaires de tels engouements. Mais aujourd’hui le phénomène a pris une ampleur sans précédent et des valeurs des industries de la communication se trouvent placées parmi les premières valorisations boursières mondiales. Ces acteurs peuvent ainsi lever des fonds par augmentation de capital, ou par échanges d’actions. Ils évitent alors de s’endetter et lorsque leur capital est déjà éclaté entre un grand nombre d’actionnaires, les dirigeants de ces pôles ou groupes ne craignent pas une dilution nouvelle du capital. Les pôles sont alors en mesure de réaliser très rapidement les acquisitions dont ils ont besoin, en particulier pour acquérir les compétences qu’ils n’ont pas et qui leur sont nécessaires et pour empêcher les concurrents d’y accéder. De leur côté, les investisseurs anticipent généralement plus une hausse de la valeur de l’action qu’une distribution de dividendes.

31La position financière relative des divers acteurs des industries de la communication peut d’ailleurs rapidement évoluer, notamment en lien avec la relative instabilité des positions de domination industrielle. À cet égard, Microsoft tend à être devancé sur le plan financier par Apple. Par ailleurs, seuls les groupes positionnés sur des marchés en forte croissance, Google par exemple, ou en mesure de se distinguer fortement de leurs concurrents, tel Apple, bénéficient des bonnes grâces des milieux financiers. A contrario, les opérateurs des télécommunications, dont la plupart ne sont pas en mesure de remplir ces conditions, sont vus, en particulier par les agences de notation financière, comme relevant d’un marché mûr, à faibles espoirs de croissance et comme occupant des positions dans les « chaînes de valeur » peu susceptibles de leur permettre de capter de la valeur ajoutée. Dans cette perspective, ils seraient de simples transporteurs d’informations sur des marchés certes oligopolistiques mais très concurrentiels et les retombées du développement de l’économie du Web leurs échapperaient.

Conclusion

32À l’issue de cette recherche, trois points principaux marquant soit une continuité soit un changement par rapport aux périodes antérieurs peuvent être rappelés.

33En premier lieu, l’entrée des acteurs des industries de la communication dans l’économie des contenus est massive, à la mesure du grand développement de ces marchés et de leurs acteurs. Elle est cependant surtout concentrée sur l’aval des filières. Celles-ci, quoique de manière différenciée, sont bouleversées du point de vue de la nature des produits (support physique versus dématérialisation) ; de la succession des phases de la filière avec des tendances au raccourcissement ou, du moins, à un certain brouillage des frontières entre distribution et diffusion. De même, les acteurs des industries de la communication semblent mieux à même que ceux des industries de la culture de tirer profit des modes de valorisation spécifiques qui se développent grâce au déploiement des supports électroniques. Ces bouleversements en aval ne sont pas sans conséquence sur l’amont et, en particulier, sur les logiques d’attribution de ressources à l’amont en vue de la production de contenus originaux.

34En second lieu, l’insertion dans la financiarisation dynamise surtout, dans la période actuelle, les acteurs des industries de la communication. Les acteurs des industries de la culture continuent à déployer des stratégies financières qui impactent leurs stratégies industrielles et leurs positionnement mais l’heure n’est plus à la constitution de vastes ensembles capitalistiques, sous l’impulsion des acteurs financiers. L’insertion dans la financiarisation a plutôt favorisé dans la période récente une réduction du périmètre des pôles et groupes des industries de la culture. En revanche, la financiarisation est un facteur clef de la dynamique des industries de la communication, dans leurs rapports internes comme avec d’autres acteurs économiques, dont les industriels de la culture.

35En troisième lieu, l’absence de synergies industrielles, jointe aux difficultés financières de ces acteurs et aux difficultés d’exploitation, liées elles-mêmes à l’essor des supports électroniques et aux stratégies de leurs acteurs, ont favorisé une nette réduction du périmètre de nombre des pôles des industries de la culture composant notre panel. Dans le même temps, le développement des groupes des industries de la communication ne conduit pas ces acteurs à intégrer en leur sein des activités de production relevant des industries de culture, sauf marginalement pour acquérir un moyen de pression ou en guise d’héritage historique. Pas plus aujourd’hui qu’hier, on n’assiste au développement d’ensembles capitalistiques intégrant industries de la culture et industries de la communication. En revanche, les secondes semblent en position de dominer les premières.

Haut de page

Bibliographie

HENNION Antoine, VIGNOLLE Jean-Pierre, Les industries culturelles. L’Économie du disque en France, Paris, Laboratoire de Sociologie de l’École des Mines de Paris, La Documentation française, 1978.

MIEGE Bernard, « Postface à la 2e édition », dans HUET Armel, ION Jacques, LEFEBVRE Alain, MIEGE Bernard, PERON René (1978) : Capitalisme et industries culturelles, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2e édition revue et augmentée, 1984, pp. 199-214.

MIEGE Bernard, « A l’arrière-plan de mouvements de concentration récents dans le secteur de la communication », Les Dossiers de l’Audiovisuel, juillet 2000.

MORIN François (entretien avec), « Où va le capitalisme ? », La lettre du LEREPS, n° 7, décembre 1999.

VENICA Catherine, « Bolloré », Monographie pour le département des études, de la prospective, des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication, reprographié 2011. Voir site de l’Omic (http://www.observatoire-omic.org/fr/billet/156/les-groupes-industriels-de-la-culture-et-de-la-communication-en-europe-et-en-amerique-du-nord-janvier-2010-janvier-2011.html).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bouquillion, « Concentration, financiarisation et relations entre les industries de la culture et industries de la communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/94 ; DOI : 10.4000/rfsic.94

Haut de page

Auteur

Philippe Bouquillion

Philippe Bouquillion est professeur de sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 et membre du Cemti. Il co-anime à la Maison des sciences de l’Homme Paris Nord, le thème « Socio-économie de la culture et de la communication » et est co-responsable de l’Observatoire des mutations des industries culturelles (Omic) (http://www.observatoire-omic.org/). Mail : p.bouquillion@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page