Navigation – Plan du site

De la réparation à la restauration

La revégétalisation des pistes de ski à l’Alpe d’Huez
Céline Granjou, Stéphanie Gaucherand et Elaine Chanteloup
Traduction(s) :
From repairing the damaged landscape to restoration project

Résumés

A partir d’une approche sociologique empirique, ce texte propose une analyse de la mise en œuvre de la revégétalisation sur la station de l’Alpe d’Huez depuis les années 1970. Il montre comment la revégétalisation est passée d’un objectif de réparation des cicatrices provoquées par les aménagements à une entreprise plus complexe de restauration. S’il s’agissait au départ de répondre à un objectif technique de lutte contre l’érosion, la revégétalisation a pris rapidement une tournure paysagère (reverdissement) ; elle a ensuite été pensée dans une perspective de restauration des écosystèmes ainsi que de restauration d’un paysage culturel « typique ». Aujourd’hui, gestionnaires de la station, techniciens, agriculteurs et chercheurs impliqués partagent un désir d’autochtonie qui touche dans certains cas à la foklorisation. Loin d’une perspective éthique surplombante, cette étude suggère ainsi comment les caractéristiques physiques du territoire, son histoire et la configuration des acteurs locaux informent largement les arbitrages et les choix techniques qui président à la restauration écologique, ainsi que les débats qui l’entourent. En conclusion, nous discutons de la spécificité de nos résultats et de leur validité pour d’autres stations alpines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’ingénierie écologique vise à maintenir ou augmenter un processus écosystémique donné, et par con (...)

1Les techniques de restauration écologique se donnent pour but de revenir à un bon état des écosystèmes après des détériorations dues notamment à des aménagements. S’appuyant aujourd’hui sur l’essor de l’ingénierie écologique1, elles sont ainsi porteuses d’un projet paradoxal de réparation des effets pervers d’une intervention technique au moyen d’un supplément d’intervention : il s’agit là d’une « association apparemment contradictoire entre des procédures d’artificialisation et une exigence d’authenticité » (Fabiani, 1995, p. 84). Les interventions humaines sur la nature dans des buts de conservation ou de gestion ont ainsi souvent été discutées d’un point de vue éthique (Génot, 2003 ; Parizeau, 2006 ; Blandin, 2009). Rares restent en revanche les travaux qui analysent empiriquement les conditions de la mise en œuvre de techniques de restauration. Pourtant, comme pour tout projet technique (Vinck, 1999), il importe d’explorer précisément les arbitrages et ajustements auxquels les acteurs procèdent dans l’action en contexte, plutôt que de présumer que le projet technique « imposerait » un sens pré-déterminé porteur d’effets systématiques. Plusieurs études empiriques existent sur des opérations de restauration de divers milieux, aquatiques ou terrestres (Barthélémy et Souchon, 2009 ; Gonzalo-Turpin, 2008 ; Trivelly, 2004). Elles s’attachent à analyser les perceptions des acteurs locaux, l’acceptabilité des initiatives de restauration ainsi que les conditions de leur « gouvernance ».

2A partir d’une enquête menée à l’Alpe d’Huez, nous proposons ici une analyse empirique diachronique des évolutions d’un procédé de restauration, la revégétalisation des pistes de ski, sur un type de milieu caractérisé par son haut degré d’anthropisation et de technicisation. L’étude empirique que nous avons conduite a permis d’analyser les techniques et objectifs spécifiques qui ont prévalu à l’Alpe d’Huez depuis les premières opérations de restauration du couvert végétal, dans les années 1970 et 1980. Elle a permis de restituer la manière dont les agriculteurs, les gestionnaires de la station, les chercheurs et les techniciens ont façonné les objectifs et les enjeux sur le territoire particulier d’Huez. On s’attachera à montrer comment la revégétalisation est partie d’un objectif d’abord technique de stabilisation des sols (lutte contre l’érosion), avant de prendre très vite une tournure paysagère (reverdissement) puis de viser un projet plus complexe, alliant restauration des écosystèmes et restauration d’un paysage culturel « typique ». Cette évolution est marquée par la montée d’une préoccupation pour l’autochtonie, sous des formes diverses.

  • 2  L’enquête de terrain a été réalisée durant l’été 2009, à l’occasion d’un stage au Cemagref Grenobl (...)
  • 3  Ce projet est financé par le programme interdisciplinaire Cnrs et Cemagref « Ingénierie écologique (...)

3Nous nous fondons sur la réalisation de dix entretiens semi-directifs2 avec les gestionnaires et techniciens de la station, avec des acteurs agricoles (bergers, éleveurs, responsables institutionnels) et avec des chercheurs du Cemagref. Ces entretiens ont été complétés par deux séances d’observation ainsi que par l’exploitation de divers rapports scientifiques et techniques. Cette enquête se situe dans le cadre d’un projet pluridisciplinaire, impliquant des écologues et des sociologues du Cemagref de Grenoble3.

4On commencera par rappeler le contexte et les objectifs des premières opérations de revégétalisation à l’Alpe d’Huez dans les années 1970. On soulignera ensuite leurs évolutions vers des visées de restauration écologique et culturelle, ainsi que la place prise par un désir d’autochtonie. On reviendra enfin sur les débats actuels qui entourent leur mise en œuvre sur ce territoire, avant de discuter, en conclusion, de la spécificité de nos résultats et de leur validité pour d’autres stations alpines.

Reverdir et réparer : la mise en place de la revégétalisation dans un territoire multifonctionnel

Une obligation légale

5A la fin du XIXe siècle, le village de l’Alpe d’Huez connaît un exode rural important - la population passe de 474 habitants en 1872 (maximum jamais atteint) à 210 habitants en 1931 (Bourreau, 1989). Cet exode est enrayé par le développement du tourisme ; avec le développement de la route, terminée en 1936, le hameau de l’Alpe va peu à peu se transformer en station de ski. A partir des années 1950, la station de ski gagne sa renommé internationale : le tour de France fait pour la première fois étape au sein de la commune, un téléphérique à deux tronçons est construit, une piste de bobsleigh est construite en vue des championnats du monde et des jeux olympiques… Dans les années 1960, la station commence à se tourner vers des activités estivales afin de développer le tourisme d’été : randonnée pédestre, piscine, pêche dans les lacs de montagne, randonnées à cheval (Ogier, 1962).

6Ce développement touristique entraîne de vastes opérations de terrassement et d’aménagement afin d’offrir un domaine skiable de près de 220 km de pistes. Or tandis que l’avalanche de Val d’Isère en 1970 met en évidence les dangers du développement anarchique de l’urbanisation en montagne, la loi de protection de la Nature de 1976 institue pour la première fois l’environnement comme bien public. Dès 1977, la directive Montagne vise à réguler les impacts des travaux pour le ski ainsi que ceux liés à l’arrivée des sports mécaniques estivaux (motocross, véhicule tout terrain). Cette directive, centrée sur l’autonomie du développement de la communauté montagnarde et sur la protection de l’environnement, rend obligatoire la réalisation d’études d’impacts au travers de la procédure « Unité Touristique Nouvelle » (Perret, 1994). Le 9 janvier 1985, la loi Montagne élargit et précise la directive : elle implique que les nouveaux travaux s’accompagneront de mesures réparatrices afin de réhabiliter les terrains d’alpages. Ce contexte réglementaire crée donc une obligation légale de prévoir une revégétalisation sur les terrains où sont effectués des travaux de terrassement (Photos 1 et 2).

7

Un projet de réparation du paysage

8La SATA – Société d’Aménagement Touristique, société d’économie mixte qui gère le développement touristique de l’Alpe d’Huez – a donc assumé les coûts de la mise en œuvre de la revégétalisation. Celle-ci, en plus d’être obligatoire dans les textes juridiques, répond en effet à diverses attentes de la station : stabilisation des sols, ouverture précoce des pistes de ski et réduction de l’impact paysager des travaux.

9Les travaux effectués sur la station, que ce soit pour créer ou élargir les pistes de ski ou implanter des infrastructures, accélèrent le processus d’érosion naturelle et accroissent les risques d’éboulements liés à l’instabilité des sols. Conserver les sols constitue le premier objectif des gestionnaires de la station. La revégétalisation permet en outre d’améliorer le maintien et la stabilité du manteau neigeux : une piste sur tapis herbacé pourra être ouverte avant une piste qui n’a pas été revégétalisée. De plus, la quantité de neige nécessaire au maintien du manteau neigeux sur un terrain dont le couvert végétal a été restauré est deux fois moindre que la quantité nécessaire sur un terrain qui ne l’a pas été (20 cm contre 40 cm).

10Enfin la restauration du couvert végétal assure un aspect esthétique. Or l’amélioration de l’image de la station a pris toute son importance avec la volonté de développer les activités estivales : il apparaît important dans ce cadre que la station ne soit pas défigurée lorsque la neige fond (photo 3).

  • 4  Ce terme reste utilisé aujourd’hui par certains acteurs, notamment les techniciens de la revégétal (...)

11La revégétalisation apparaît ainsi comme une forme de réparation – relative – du territoire, réparation technique (la lutte contre l’érosion du sol est la motivation première) mais aussi réparation visuelle. Le terme souvent utilisé dans les années 80 et 90 était celui de « reverdissement » ou d’ « engazonnement »4 :

  • 5  Nous avons préféré garder le plus complet anonymat pour les extraits d’entretien cités dans la mes (...)

« Chaque fois qu’il y a des chantiers de faits, nous, on passe derrière pour reverdir les zones. Donc depuis 1985, on reverdit les pistes. […] pour l’engazonnement, c’est nous. »5

12Certes, on peut souligner les limites de cette réparation, qui n’empêche pas d’identifier le tracé des pistes en été ainsi que les modifications du relief, mais consiste plutôt, selon les termes d’un scientifique impliqué, à « repeindre » le paysage en vert.

De la réparation à la restauration : le désir d’autochtonie

13Les services scientifiques et techniques de l’Etat ont largement contribué à faire de la revégétalisation un projet de restauration écologique. Cet élan de la restauration écologique a résonné avec la dynamique impulsée au sein de la commune par les aménageurs, qui souhaitaient restaurer une image de la station plus proche du passé, en s’appuyant notamment sur une restauration culturelle autour du pastoralisme.

Restauration écologique et plantes autochtones

14Dès la fin des années 1970, la division « Protection contre les érosions » du centre technique au ministère de l’Agriculture – qui deviendra le Cemagref en 1985 – lance diverses expérimentations de revégétalisation, dans une optique d’appui aux stations de ski. Cette étude a été conduite dans le cadre du projet « Pastoralisme et revégétalisation », qui se situe dans la continuité de l’appui technique fourni par le Cemagref à la station de l’Alpe d’Huez depuis trente ans. Or pour les scientifiques impliqués, le projet a rapidement été reformulé d’un projet de reconstitution des terrains érodés à un projet de restauration écologique : lorsque l’établissement a acquis le statut d’Etablissement Public à Caractère Scientifique et Technique (EPST) en 1985, il s’est orienté vers des missions de recherche scientifique. Les techniques mises au point par les écologues ont dès lors moins visé à réparer les cicatrices du territoire qu’à en restaurer des mécanismes « naturels » : « On s’est rendu compte qu’en faisant de la végétalisation, on mettait en place des dynamiques spontanées, des dynamiques naturelles. » Il s’est agi rapidement « de réhabiliter les espaces aménagés en altitude, et non plus simplement de les reverdir » (Dinger, 1992).

  • 6  Une filière de semences locales est en développement dans les Pyrénées.

15Parce que les espèces locales sont adaptées aux conditions d’altitude et par crainte de voir des espèces introduites devenir envahissantes, les chercheurs ont très rapidement cherché à favoriser la reconstitution à terme de groupements végétaux existant naturellement, en limitant les composantes artificielles des peuplements. Dès les années 80, des semences autochtones ont été introduites dans les mélanges utilisés. Mais la volonté de privilégier l’autochtonie a parfois même été poussée plus loin : en effet, l’introduction au sein du milieu naturel de semences de populations cultivées en plaine, même s’il s’agit d’espèces présentes localement, est jugée comporter un « risque de perdre des spécificités vraiment locales » à cause des risques de pollutions génétiques (croisement avec les plantes locales). Les chercheurs ont donc tenté de favoriser la recolonisation spontanée par les plantes locales en diminuant les doses de semis (Dinger, 2004). Un groupement d’intérêt scientifique « semences natives » a également été mis en place dans les années 1990. Cependant, le projet n’a pas perduré dans les Alpes pour des raisons techniques et financières6.

16Les chercheurs se sont également intéressés au substrat, couche de terre qui conditionne la croissance des plantes semées. Une expérimentation a été menée, utilisant des fumures de moutons épandues par les éleveurs pour revégétaliser l’ancienne piste de bobsleigh. Il s’agissait là à la fois d’une matière locale (ou tout du moins provenant des environs), et d’une prise en charge de l’opération de manière autonome par les professionnels agricoles, utilisant le fumier de mouton local. 

17Enfin, depuis peu, les écologues impliqués réfléchissent à la possibilité d’enrôler les troupeaux domestiques dans l’optimisation du retour du couvert végétal, faisant des animaux des « ingénieurs de l’écosystème », capables d’affecter le fonctionnement de l’écosystème en modifiant les structures physiques et chimiques du milieu (Jones et al. 1994). En effet, selon des travaux récents, menés notamment au Cemagref, le passage des troupeaux favoriserait la constitution de stocks de graines dans les sols notamment par le piégeage des graines dans les empreintes laissées par les sabots (Isselin-Nondedeu, 2005). Le pâturage stimulerait également l’activité des micro-organismes du sol et le cycle de l’azote - les bouses de vaches ou les crottes de moutons apportent une dose d’azote agissant comme un fertilisant naturel -, favorisant la reprise de la végétation sur des terrains peu fertiles(même s’il peut entraîner également une banalisation de la flore). Le projet « Pastoralisme et revégétalisation » vise ainsi à évaluer les effets de la présence des troupeaux (chargement et date de passage) sur le recouvrement du sol et sur la diversité végétale et à savoir dans quelle mesure elle pourrait favoriser le retour de plantes autochtones.

18Ces résultats rejoignent des analyses sociologiques concernant les opérations de réintroduction animale dans les espaces protégés, qui montrent la montée d’une justification des réintroductions basée sur leur autochtonie – excluant l’introduction de « nouveaux » animaux (Mauz, 2006). Ils rejoignent aussi l’analyse des entreprises de lutte contre les invasions par des plantes allochtones (Rémy et Beck, 2008) : derrière la volonté de liquider les organismes en question, logiques scientifiques et considérations morales apparaissent imbriqués de manière étroite – et potentiellement inquiétante.

Un projet de restauration culturelle autour du pastoralisme

  • 7  En 1985, la loi Montagne crée une taxe sur les remontées mécaniques afin de favoriser l’agricultur (...)

19Dès le début des années 1980, tandis que se mettait en place la revégétalisation, les gestionnaires de la station de ski ont encouragé le retour du pâturage bovin en été. A partir des années 1930 en effet, les activités agricoles avaient connu un déclin important au profit de l’expansion touristique. Dans les années 1980, même si la grande transhumance ovine avait perduré, il ne subsistait plus qu’un seul éleveur bovin en activité et sept animaux, alors qu’au début du siècle 200 bovins pâturaient le territoire communal. A ce moment, conformément aux incitations nationales7, les élus locaux ont souhaité relancer le pastoralisme bovin afin d’entretenir les terrains. La commune a créé une association foncière pastorale (regroupement de propriétaires de terrains, privés ou publics, visant à assurer la mise en valeur des sols) ainsi qu’un groupement pastoral qui réunit des éleveurs pour une gestion commune de leurs troupeaux. Le retour du pastoralisme bovin est apparu important pour la station de ski du point de vue de son image.

  • 8  On épand ainsi de la paille sur l’ensemble de la zone engazonnée afin de protéger les graines des (...)

20Dans ce contexte, la revégétalisation a été l’objet d’un travail de « mise en compatibilité » avec l’activité pastorale au travers d’ajustements réciproques et d’adaptations techniques. En effet, la restauration du couvert végétal constitue a priori un bienfait du point de vue de la pratique du pastoralisme puisqu’elle rétablit les zones de pâtures qui avaient été perdues suite aux travaux de terrassement. Dans certains cas, elle peut même permettre d’accroitre les zones de pâture grâce à l’utilisation de compost sur des zones qui n’avaient jamais été végétalisées avant les travaux. L’appétence des plantes pour les troupeaux a progressivement été prise en compte et a conduit à une légère modification du mélange utilisé pour supprimer certaines espèces non comestibles. La présence des animaux est censée permettre inversement le bon état du tapis herbacé ainsi que le retour d’une végétation diversifiée (cf. ci-dessus). Il faut toutefois que les bergers respectent une période de mise en défens de deux ou trois ans, qui est le temps nécessaire au terrain pour se stabiliser et aux plantes pour devenir moins fragiles8.

21Aujourd’hui, le pastoralisme tend à n’être plus seulement envisagé comme un moyen d’entretien des pâturages mais comme une véritable attraction touristique, dans laquelle on peut voir une tendance à la folklorisation de l’activité : celle-ci n’est plus envisagée dans sa dimension productive mais parce qu’elle retrace des pratiques anciennes, recréant une atmosphère traditionnelle. La commune a soutenu le projet d’un berger de lancer une activité de production de fromage local. La bergerie a été rénovée – et décorée par une peinture de vache grandeur nature sur le mur de façade – de manière à accueillir les touristes désireux d’assister à la traite (photo 4). Un projet de ferme à l’année est à présent envisagé par la commune. Avec quelques vaches laitières à Huez été comme hiver, cette ferme permettrait de renouer avec l’image d’une montagne habitée, selon l’image d’Epinal qu’en ont les touristes , « l’image du berger avec sa cape » précise un gestionnaire de la station.

Débats et critiques

22Pour certains, notamment membres de la SATA, les opérations de revégétalisation reposent sur une motivation consensuelle de la part de tous les acteurs :

« Le pastoralisme et la revégétalisation ça va ensemble, c’est une famille, c’est un groupe qui travaille autour de tout ça quoi, c’est une volonté, une volonté délibérée de la commune, des élus, de la SATA, de tout le monde…»

23Les opérations de revégétalisation sont cependant critiquées autour de la question de la réalité de leurs bienfaits environnementaux – comme par exemple la consommation d’énergie qui les accompagne :

« C’est vrai que dans le paysage, c’est plus joli, mais après il faut tout prendre en compte, pour savoir si écologiquement cela se justifie. Parce que revégétaliser des secteurs ça engendre beaucoup de consommation d’énergie. S’il faut consommer une quantité énorme de fioul pour mettre en place des machines qui vont éclater les pierres, ensuite monter des camions et des camions de terre végétale, pour gagner quelques tonnes d’herbes pour nourrir les animaux…»

24Une critique importante concerne les effets pervers que pourrait avoir le compost. Le compost utilisé à l’Alpe d’Huez est en effet issu des boues d’épuration de Bourg d’Oisans, afin de contribuer au développement durable dans une perspective de « réutilisation intelligente des déchets » pour reprendre les termes d’un gestionnaire de la SATA. Or les éleveurs craignent d’abord que les bêtes amenées à pâturer sur les zones enrichies par un tel compost ne subissent des effets sanitaires dommageables :

« Normalement les boues sont traitées. Donc elles ne sont normalement pas nocives pour les animaux mais bon. Ce n’est pas des choses qu’on aime bien, voilà. Il y a eu un peu de débat, oui mais cela n’a pas été vraiment tranché au niveau des assurances sur la nocivité de ces boues. Mais la question reste quand même posée. »

25Les acteurs réservés à l’égard des composts soutiennent des alternatives techniques, comme l’utilisation de rameaux de bois ou de déjections d’animaux.

26Mais ce ne sont pas simplement les techniques de revégétalisation qui sont critiquées : leur principe même de compensation et de réparation est en jeu. Un acteur agricole pointe le discours environnemental qui l’entoure alors qu’il ne s’agit finalement que d’une mesure compensatoire rendue indispensable par les travaux menés :

« Alors maintenant en fait ils [les gestionnaires de la station] en font leur cheval de bataille ici en disant : « Nous, vous vous rendez compte on remet du gazon. » Mais enfin bon, s’ils n’avaient pas donné un coup de pelle ils n’auraient pas eu besoin de remettre du gazon !»

27Le fait de disposer d’un procédé permettant une réparation relative des terrains légitimerait le fait même de réaliser les travaux. Il y a donc là un effet pervers potentiel. De même, on peut s’interroger sur le projet récentde reconstituer un substrat pour la végétalisation de sites à 2700 mètres (à la sortie de la gare du téléphérique), altitude où la végétation ne se développe pas spontanément. Même s’il s’agit toujours, selon les termes d’un enquêté, de faire en sorte que « la Nature reprenne le dessus », ne peut-on voir là une inflexion notable du projet, qui passe de la restauration à la re-création d’un paysage naturel – à des fins de récréation (Fabiani, 1995, p. 90)?

Conclusion

28Pour Fabiani, « tout projet restaurateur est inséparable d’une politique de la nature » (Fabiani, 1995, p. 90) : ce travail a ainsi consisté à tenter de saisir les termes particuliers de la politique de la nature qui a présidé depuis trente ans à la mise en oeuvre de la revégétalisation à l’Alpe d’Huez. Cette reconstitution diachronique nous a permis de mettre au jour des débats autour de choix techniques spécifiques (compost) mais aussi autour des effets pervers de la possibilité de réparer le territoire. Les opérations de revégétalisation apparaissent ainsi loin d’être l’objet d’un consensus. Elle nous a également permis de pointer le passage, depuis les années 1970, d’un objectif de réparation des cicatrices provoquées par les aménagements à une entreprise plus complexe de restauration structurée autour d’un désir d’autochtonie (voir Tableau 1). Celle-ci s’exprime dans les diverses techniques innovantes visant à restaurer des écosystèmes « naturels », mais aussi dans une entreprise de restauration culturelle de la place du pastoralisme sur le territoire.

29Ce résultat n’est certes pas nouveau dans le cadre du débat sur la manière de définir des objectifs ou les références d’une « bonne restauration » qui existe dans la communauté des écologues (Van Diggelenet alii,2001 ; Donadieu, 2002). Dès les années 1990, certains appellent à une évolution vers des formes de restauration écosociétale ou écoculturelle : Higgs (1997) considère ainsi que la restauration comporte une dimension éthique tout autant que technique, qu’il convient de prendre en compte à coté de la recherche d’une fidélité écologique (et qui différencie donc la restauration de l’ingénierie écologique).

30Le constat d’une transition d’un objectif technique et paysager à un objectif de restauration plus complexe se retrouve par ailleurs dans d’autres grandes stations alpines, de même que la préoccupation pour l’autochtonie; toutefois, certains débats et enjeux apparaissent propres à l’Alpe d’Huez. Les caractéristiques physiques du territoire – ses pentes relativement fortes impliquant un risque d’érosion assez élevé, ou le passage du Tour de France à l’Alpe d’Huez ont contribué à la systématisation de cette technique; par ailleurs, l’historique du pastoralisme sur cette station, qui témoigne d’une reprise particulièrement marquée dans les années 80, a conduit gestionnaires et chercheurs à tenter de s’appuyer sur les pratiques pastorales et à mobiliser les troupeaux pour la revégétalisation. Le territoire, son histoire et sa configuration d’acteurs, informe ainsi largement la mise en œuvre de la revégétalisation. A la différence de l’Alpe d’Huez, la station des Saisies a ainsi choisi (sous l’impulsion notamment de l’Office National des Forêts) de ne pas revégétaliser ses pistes de ski de fond mais de laisser la végétation revenir d’elle-même, dans la mesure où les risques d’érosion sont peu prononcés et où il existe une végétation remarquable (tourbière). Val Thorens, du fait du grand nombre des captages d’eau sur le territoire mais aussi de l’importance locale de la Lyonnaise des Eaux, a choisi de ne pas utiliser de composts et a mis en œuvre une technique originale à base de semis de blé pour préparer le sol.

31Il conviendrait donc de mener un travail similaire sur d’autres stations de ski – et dans d’autres pays de l’arc alpin- pour reconstituer les histoires et les enjeux spécifiques de la revégétalisation sur ces territoires, dans une perspective de comparaison des trajectoires politiques de la revégétalisation dans les Alpes.

Tableau 1 : Les différentes modalités de revégétalisation.

Nota : Ce tableau distingue de manière analytique les différentes modalités d’intervention recensées dans l’étude même si certaines d’entre elles existent de manière simultanée.

Haut de page

Bibliographie

Barthélémy C., Souchon Y., 2009. – « La restauration écologique du fleuve Rhône sous le double regard du sociologue et de l’écologue ». Natures Sciences Sociétés, vol. 17, pp. 113-121.

Blandin P., 2009.- De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, éditions Quae.

Bourreau L., 1989. – D’un village de montagne : Huez, à une station de sports d’hiver, L’Alpe d’Huez. Etude pour la maison du patrimoine.

Chanteloup L., 2009. – La revégétalisation des pistes de ski : entre réparation, restauration et création d’un paysage. Etude sociologique d’un procédé d’ingénierie écologique à l’Alpe d’Huez. Rapport de master 2 IEP Rennes.

Dinger F., 1992. – « De la revégétalisation à la réhabilitation de zones terrasses en altitude ». Dossier du colloque « Ressources Naturelles et Développement Montagnard », pp. 34-36.

Dinger F., 2004. – « De l’écologie théorique à l’ingéniérie. Le rôle de l’ingénieur écologue au Cemagref : l’exemple des domaines skiables ». Ingénieries, numéro spécial 2004, pp. 9-16.

Donadieu P., 2002. – « Les références en écologie de la restauration ». Revue d’écologie, supplément n°9, pp. 109-119.

Fabiani J.-L., 1995. – « Les recréateurs de la nature. Enjeu et justification d'une pratique paradoxale ». Natures Sciences Sociétés, hors-série, pp. 84-91.

Génot J.-C., 2003. – Quelle éthique pour la nature ? Edisud.

Gonzalo-Turpin H., 2008. – Produire des connaissances pertinentes pour l’action en sciences de la conservation : cas de la gestion de la diversité génétique intraspécifique en restauration écologique. Thèse pour le doctorat en biologie des populations et écologie, Université de Toulouse.

Gosselin F., 2004. – « Pour une définition de l’ingénierie écologique plus intégrée avec le développement durable et avec l’écologie ». Ingénieries, numéro spécial 2004, pp. 139-147.

Higgs E., 1997. –“What is Good Ecological Restoration?”. Conservation Biology, vol. 11, n° 2, pp. 338-348.

Isselin-Nondedeu F., 2005. – Déterminismes géomorphologiques et fonctionnels de la distribution des plantes dans les milieux d’altitude : essai d’éco-géomorphologie. Thèse pour le doctorat en écologie présentée à l’Université Joseph Fourier, Grenoble.

Jones C. G., Lawton J. H., Shachak M., 1994. – “Organisms as Ecosystem Engineers”. Oikos, n° 69, pp. 373-386.

Mauz I., 2006. – « Introductions, réintroductions : des convergences, par delà les différences ». Natures, sciences, sociétés, vol. 14 , pp. 3-10.

Ogier J., 1962. – Petite histoire du pays d’Huez. Editions des Cahiers de l’Alpe.

Parizeau M.-H., 2006. – « Crise de l'environnement, crise de la modernité ». In L. Thiaw-Po-Une (ed.) Questions d'éthique contemporaine, Edition Stock, pp. 1075-1096.

Perret J., 1994. – Le développement touristique local. Les stations de sports d’hiver. Thèse pour l’obtention du doctorat d’économie du développement de l’université Pierre Mendès-France.

Rémy E., Beck C., 2008. – « Allochtone, autochtone, invasif : catégorisations animales et perception d’autrui ». Politix, n° 82, pp. 193-209.

Trivelly E., 2004. – Quand les moutons s’en vont…. Publications de l’Université de Provence.

Van Diggelen R., Grootjans AP., Harris JA., 2001. –“Ecological Restoration: State of the Art or State of the Science?”. Restoration Ecology, vol. 9 n°2, pp. 115-118.

Vinck D., 1999. – Ingénieurs au quotidien. Ethnographie de l'activité de conception et d'innovation. Presses Universitaires de Grenoble.

Haut de page

Notes

1  L’ingénierie écologique vise à maintenir ou augmenter un processus écosystémique donné, et par conséquent les biens et services qu’il fournit, en intervenant au minimum sur l’écosystème (Gosselin, 2004).

2  L’enquête de terrain a été réalisée durant l’été 2009, à l’occasion d’un stage au Cemagref Grenoble (Chanteloup L., 2009).

3  Ce projet est financé par le programme interdisciplinaire Cnrs et Cemagref « Ingénierie écologique », 2009-2010. Il s’intitule : « La revégétalisation des pistes de ski : retour sur expérience à l’Alpe d’Huez en vue d’une utilisation des bovins et ovins comme espèces ingénieurs des écosystèmes herbacés dégradés, favorisant le retour d’une végétation autochtone sur les pistes de ski après travaux. ».

4  Ce terme reste utilisé aujourd’hui par certains acteurs, notamment les techniciens de la revégétalisation.

5  Nous avons préféré garder le plus complet anonymat pour les extraits d’entretien cités dans la mesure où l’enquête a été menée dans le cercle restreint d’une commune identifiée.

6  Une filière de semences locales est en développement dans les Pyrénées.

7  En 1985, la loi Montagne crée une taxe sur les remontées mécaniques afin de favoriser l’agriculture (art. 89).

8  On épand ainsi de la paille sur l’ensemble de la zone engazonnée afin de protéger les graines des effets de la chaleur mais aussi de les isoler du piétinement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Granjou, Stéphanie Gaucherand et Elaine Chanteloup, « De la réparation à la restauration », Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research [En ligne], 98-3 | 2010, mis en ligne le 29 octobre 2010, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rga/1249 ; DOI : 10.4000/rga.1249

Haut de page

Auteurs

Céline Granjou

Cemagref, Grenoble ; celine.granjou@cemagref.fr

Stéphanie Gaucherand

Cemagref, Grenoble ; stephanie.gaucherand@cemagref.fr

Articles du même auteur

Elaine Chanteloup

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités